Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Prologue

***

Prologue : Natsuki Takeuchi est complètement folle

« Veux-tu sortir avec moi ? » demanda Takashi Jonouchi, sans un soupçon de nervosité dans sa voix. Il était persuadé qu’elle ne lui refuserait jamais une telle demande.

Ils se tenaient derrière le gymnase du Lycée Préfectoral de Seishin. Il s’agissait de l’endroit le plus classique pour les étudiants qui voulait faire leur déclaration à d’autres étudiants, et Takashi ne voyait aucune raison de s’écarter de cette pratique. Il n’avait pas besoin d’un étalage ostentatoire pour attirer l’attention. « Selon les règles de l’art » fonctionnerait assez bien selon lui.

Il avait tout ce qu’une fille pouvait désirer : une belle apparence, de bonnes notes et une richesse fabuleuse. Bien sûr, une fille avait rejeté ses avances auparavant, mais il avait pris cela comme une épreuve de la vie, et avait étudié avec diligence depuis lors.

« Je suis désolée… mais puis-je te poser une petite question ? » demanda la fille.

Le choc initial de Takashi, à savoir qu’il avait été directement rejeté, était devenu un soulagement au fur et à mesure qu’elle continuait.

Le nom de la jeune fille, debout là, la tête baissée dans la confusion, était Natsuki Takeuchi. Elle était connue comme étant l’une des plus belles filles de la première année.

Elle n’était pas seulement « mignonne » comme la plupart des lycéennes. Elle était vraiment belle, avec un air de maturité qui manquait à la plupart des filles de son âge. Elle avait les cheveux courts et des yeux froids, et ne flirtait jamais, ce qui pouvait facilement faire croire qu’elle était arrogante en corrélation avec son apparence.

« Bien sûr, qu’est-ce que tu veux me demander ? » demanda-t-il.

« Qui es-tu ? » demanda Natsuki.

Ne sait-elle même pas qui je suis !? Se demanda Takashi, avec une telle force qu’il avait à peine réussi à s’empêcher de le dire à voix haute.

Afin de la surprendre, il lui avait envoyé une invitation pour la rencontrer sans utiliser son nom. Peut-être qu’il avait simplement été arrogant.

« D-D’accord. Pardonne-moi, j’ai oublié de me présenter. Mon nom est Takashi Jonouchi, » déclara-t-il.

Il s’était empêché d’ajouter : « Ne sais-tu vraiment pas qui je suis ? » Mais même lui savait que ça aurait l’air pompeux.

« D’accord, Jonouchi. Alors ? Où, concrètement, suis-je censée aller avec toi ? Comme je ne t’ai jamais rencontré, je ne sais pas de quoi il s’agit, » répondit Natsuki.

Takashi était abasourdi. Ne savait-elle vraiment pas ce qu’il voulait dire par « sortir avec moi » ? C’était le genre de malentendu stupide qui se serait produit dans le manga, pas dans la vraie vie.

Peut-être qu’elle est timide et qu’elle essaye de détourner le sujet ? Non… probablement pas…, pensa-t-il.

L’expression de Natsuki suggérait une sincérité totale.

« Ce que je voulais dire par là, c’est que je veux que tu sois ma petite amie. Qu’en penses-tu ? » demanda-t-il en essayant de considérer qu’elle était de bonne foi.

« Par petite amie, veux-tu dire que tu veux une relation romantique avec moi ? Je n’ai jamais été dans une telle situation, alors je ne sais pas exactement ce que cela implique. J’ai quelques idées de ce que fait une petite amie, mais il se peut qu’elles ne correspondent pas aux tiennes, alors pourrais-je te demander plus de détails sur ce à quoi tu t’attends ? Je ne peux pas vraiment donner une réponse à quelque chose que je ne comprends moi-même pas, » déclara Natsuki.

Se moque-t-elle de moi ? Takashi commençait à penser qu’elle provoquerait plus d’ennuis qu’elle n’en valait la peine, mais il ne voulait pas l’abandonner si facilement.

« Eh bien… on s’appellerait, on s’enverrait des e-mails… on sortirait ensemble lors de rendez-vous…, » Takashi bégayait alors qu’il essayait de s’expliquer. Il avait des idées vagues sur ce que les petites amies faisaient, mais il trouvait qu’il était difficile de les exprimer avec des mots précis.

« Rendez-vous… ça veut dire aller en ville et manger des choses ensemble, n’est-ce pas ? Et tu veux me téléphoner et tu veux m’envoyer des e-mails… et est-ce amusant ? » demanda Natsuki.

Est-ce qu’elle suggère qu’elle ne trouve pas cela amusant ? pensa Takashi, commençant à se sentir paranoïaque.

« Bien sûr, » continua-t-il, en douceur. « N’importe quel homme serait heureux de passer du temps avec une belle fille comme toi, » il avait décidé que ce serait un bon endroit pour la flatterie. L’une des croyances fondamentales de Takashi était que les hommes japonais n’étaient pas doués pour complimenter les femmes. La capacité de le faire sans effort était donc une compétence importante.

« Si je deviens ta petite amie, on sortira ensemble, on mangera ensemble, on s’appellera et on s’enverra des e-mails… et est-ce tout ce que j’ai à faire ? » demanda Natsuki.

« Oui, c’est vrai. Tu veux juste t’assurer qu’on est sur la même longueur d’onde, c’est ça ? » demanda Takashi.

« Oui. Je pense que c’est très important. Devenir une petite amie, c’est comme forger un contrat, il est donc important que tout soit clair avant de l’accepter. L’image que j’associe à une relation romantique est le contact physique, mais dis-tu que tu n’en as pas besoin ? » demanda Natsuki.

« E-Eh bien…, » Takashi bégayait à nouveau.

Bien sûr, c’était l’objectif ultime de Takashi, et le rendez-vous n’était qu’un moyen d’y arriver, mais on ne pouvait pas l’admettre dès le début. Il fallait descendre très bas dans les routes secondaires ennuyeuses pour mettre la fille dans l’ambiance.

« Dois-je supposer que tu ne veux pas coucher avec moi ? » demanda Natsuki.

Son utilisation occasionnelle du mot avait d’abord figé Takashi, mais il s’était repris au bout d’un moment. C’était peut-être mieux ainsi. S’ils étaient tous les deux intéressés par la même chose, pourquoi se battre ?

« Bien sûr que non, je veux vraiment coucher avec toi, » déclara Takashi.

C’est alors que Natsuki lui avait souri pour la première fois. « Je suis vraiment désolée. Mais moi, je ne veux pas coucher avec toi. »

« Hein ? » demanda Takashi, confus. Ce n’était pas la réponse qu’il attendait à avoir.

L’instant d’après, son visage magnifiquement proportionné se rapproche du sien. Ils semblaient sur le point d’entrer en collision, mais la minute d’après, son visage avait disparu et il sentait qu’elle était derrière lui.

Son haleine chatouillait l’arrière de son cou et l’odeur faible et féminine provoquait la frénésie dans son cœur.

« Tu vois… tu sens mauvais pour moi… savais-tu que les gens préfèrent l’odeur des membres du sexe opposé qui ont un système immunitaire différent du leur sur le plan génétique ? Ce qui signifie que notre système immunitaire peut être similaire… J’ai entendu dire que l’instinct est là pour prévenir l’inceste, mais je ne sais pas si c’est vrai, » expliqua Natsuki.

Elle était si proche de lui… C’est peut-être sa chance. Il pouvait se retourner et continuer à se confesser. Il pouvait l’embrasser et murmurer des mots d’amour…

Mais il n’avait rien fait d’autre que de rester là.

« Hein ? N’est-ce pas Takeuchi ? »

« Sakaki, ne regarde pas ! Dans ces moments-là, la chose polie à faire, c’est de faire semblant de ne pas voir ! »

Le son voisin d’un jeune homme et la voix d’une jeune femme avaient ramené Takashi à la réalité — depuis combien de temps se tenait-il là ? – alors qu’ils arrivaient au coin de la salle de gym. À en juger par leurs uniformes, ils étaient des élèves du lycée du Seishin, tout comme Takashi.

Natsuki devait les connaître, car elle s’était rapidement mise à marcher dans leur direction. Tout ce que Takashi pouvait faire, c’était de regarder avec étonnement ce qui se passait devant lui.

« Eh bien, je devrais y aller, » dit-elle. « C’est vrai, j’ai oublié de te donner une réponse finale. Désolée, mais je ne peux pas sortir avec toi. »

Natsuki n’avait même pas fait demi-tour. C’était comme si elle n’avait aucun intérêt pour lui.

Takashi ne pouvait rien faire d’autre que la fixer du regard alors qu’elle partait.

Puis elle s’était bien aimé le garçon qui s’approchait, car elle semblait s’être collée à lui.

« Wôw, d’où est-ce que ça vient ? Lâche-moi ! » cria la voix du garçon.

« H-Hey, Takeuchi ! Qu’est-ce que tu fais ? »

« Oui, tu sens tellement mieux, Sakaki ! » Natsuki avait enterré son visage dans le cou du garçon.

Toute la froideur de sa voix avait disparu, et elle avait l’air d’une fille ordinaire de son âge.

Sakaki…

Jusque-là, tout cela était acceptable. Tout ce qu’il avait fait, c’était d’essayer de draguer une belle fille, et elle avait refusé. Ça aurait dû être la fin de tout ça. Mais pas maintenant. Il ne pouvait pas abandonner maintenant.

Qu’est-ce qui se passe ?

La jalousie s’était répandue dans le cœur de Takashi malgré ses tentatives de la réfréner.

C’est une blague ! Pour qui te prends-tu ? Il commença à avancer, menaçant… puis il s’arrêta de nouveau muet alors qu’il reconnaissait l’autre fille qui était avec lui.

« Takeuchi ! C’est une chose de rejeter un garçon, mais essaye au moins de faire preuve d’un peu de considération… »

N’est-ce pas… Aiko Noro ? Se demanda Takashi.

L’esprit de Takashi était immédiatement devenu vide. Une sueur déplaisante se formait sur son front.

Aiko Noro était la seule autre fille qui l’avait rejeté. Les deux seules femmes qui l’avaient laissé tomber étaient toutes les deux en train de se lier d’amitié avec un autre homme.

Et comment Takashi s’intégrait-il dans ce diagramme ?

« Merde ! » criait-il en s’enfuyant. Ce genre d’humiliation dépassait de loin sa capacité d’y faire face.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire