Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Chapitre 1

***

Chapitre 1 : Un restaurant chinois dénommé simplement Konnichiwa Nihon

***

Chapitre 1 : Un restaurant chinois dénommé simplement Konnichiwa Nihon

Partie 1

Il y avait eu un accident.

Yuichi était retombé sur son lit, se tenant le front. Il semblait avoir heurté quelque chose quand il s’était mis assis dans son lit.

Il avait entendu un petit cri, alors il regarda à côté de lui, et vit une fille en uniforme de marin couchée là. Elle se frottait également le front. Elle devait se pencher à ce moment-là sur la couchette inférieure de leurs lits superposés.

« Ça fait mal..., » déclara la fille en levant les yeux, se frottant encore le front. L’étiquette « Petite Sœur » était suspendue au-dessus de sa tête.

Yoriko Sakaki, la petite sœur de Yuichi, était en deuxième année de collège. C’était une fille plutôt mûre pour son âge, avec de longs cheveux noirs qui lui convenaient bien. Elle était bien connue comme la plus jeune des belles sœurs Sakaki.

« Que s’est-il passé, Yori ? » demanda-t-il.

Il était clair qu’ils s’étaient croisés alors qu’il s’asseyait dans son lit, mais il n’arrivait pas à comprendre ce qu’elle faisait là au départ.

« Euh ? Hmm ? Rien ! » répondit Yoriko.

« Ce n’était pas rien du tout ! Qu’est-ce que tu faisais sur mon lit ? » demanda Yuichi.

« Euh... un poil de narine ! J’ai vu que tu avais un poil de narine qui sortait, et je me suis penchée pour vérifier..., » répondit Yoriko.

« Oh, vraiment ? » Yoriko avait l’air agitée dans sa réponse, mais Yuichi ne voyait aucune raison de douter de ce qu’elle lui disait.

« Tu devrais faire plus attention à ton apparence ! Si cela continue ainsi, tu n’auras jamais de petite amie, » gronda Yoriko en s’éloignant de lui.

Yuichi avait vérifié sa montre. Il était 7 heures du matin jeudi.

« N’as-tu que des cours du matin aujourd’hui, Yori ? » avait-il demandé. Au Lycée de Seishin, où Yuichi allait, ils avaient des examens finaux pour leur premier trimestre. Aujourd’hui, c’était le dernier jour des tests.

« Oui, pourquoi ? Ah ! Veux-tu aller quelque part dans l’après-midi ? » demanda Yoriko, en s’éclaircissant la voix.

« Probablement pas. J’ai accepté de déjeuner avec le club, » ils avaient décidé de déjeuner ensemble pour célébrer la fin des examens.

« Je vois..., » l’humeur de Yoriko avait immédiatement semblé tourner au vinaigre. Elle avait dû avoir de grands espoirs.

« Aujourd’hui, ce n’est pas bon, mais je pensais acheter des vêtements bientôt. Veux-tu bien m’aider à en choisir ? » transpercé par un sentiment de culpabilité, Yuichi avait tout de suite parlé de ça.

« Bien sûr, je peux le faire ! » Yoriko courait à nouveau après ça.

Yuichi n’avait presque jamais choisi ses propres vêtements. Enfant, il ne faisait que porter ce que ses parents avaient choisi, et une fois qu’il était assez vieux pour choisir les siens, il avait choisi de laisser cela à Yoriko.

Sa sœur aînée Mutsuko avait essayé de choisir des vêtements pour lui aussi, mais ils avaient tendance à être bizarres, de sorte qu’il avait fini par se fier davantage à Yoriko.

 

♡♡♡

 

« Maintenant que les tests sont terminés, les vacances d’été approchent à grands pas..., » avait annoncé le professeur. Peut-être qu’il serait capable de se calmer pendant un moment. Cela faisait trois mois que Yuichi Sakaki était entré pour la première fois au Lycée de Seishin.

« Aujourd’hui, il s’agit du dernier jour des examens. Pouvez-vous deviner ce que je vais dire ensuite ? » Yuichi était assis dans sa classe, regardant dans le vide, quand Hanako Nodayama — qui avait l’étiquette « Professeur Principale » au-dessus de sa tête — était arrivée et avait parlé avec léthargie depuis son pupitre.

Comme d’habitude, elle portait un survêtement, les cheveux coiffés dans un style désordonné. Tout en elle suggérait un manque total d’enthousiasme.

« Ne pas causer d’ennuis, n’est-ce pas ? » L’étudiant qui avait levé la main pour lui répondre était Shota Saeki, qui s’était assis sur le siège devant Yuichi.

Son étiquette était « As du But », et il était membre du club de football. Bien qu’il s’agissait d’une première année, il était apparemment déjà un habitué — un grand type avec une personnalité simple.

« Oui ! C’est vrai ! Je sais que beaucoup d’entre vous vont vouloir laisser tomber votre façade maintenant que les tests sont terminés, mais quand vous vous demandez s’il faut ou non faire quelque chose, considérez si oui ou non cela me causera des problèmes ! C’est tout ! » Comme toujours, leur professeur principal était complètement égocentrique. Dès que son travail avait pris fin, elle avait quitté la salle de classe.

Les élèves de la classe 1-C n’avaient pas du tout été surpris. Ils étaient habitués à ça maintenant.

Seuls quelques étudiants étaient partis juste après Hanako. La plupart étaient restés dans la salle de classe pour parler. Maintenant qu’ils avaient terminé leurs tests, leurs pensées volaient déjà vers l’avant pour ces deux prochaines semaines, pour les vacances d’été. Le seul événement majeur avant la cérémonie de fin de trimestre serait le retour de leurs tests.

Comme toujours, des étiquettes copieuses étaient accrochées dans la ligne de mire de Yuichi.

La vision magique : Le Lecteur d’âme. C’était le pouvoir de Yuichi, ainsi nommé par sa grande sœur, Mutsuko.

Yuichi pouvait voir des mots au-dessus de la tête des gens qui semblaient révéler quelque chose sur cette personne.

Leur contenu couvrait un large éventail, allant d’étiquettes peu remarquables comme « Maman » et « Grande Soeur » à des étiquettes dangereuses comme « Tueur en Série », « Vampire », « Sorcière » et « Zombie ».

Il n’avait aucune idée de ce qui avait réveillé le pouvoir ; il venait de l’avoir quand il s’était levé le matin de son dernier jour de vacances de printemps.

Yuichi s’était également attiré des ennuis lors de sa première journée d’école. Ce problème s’était résolu tout seul, mais la leçon qu’il avait tirée de cette expérience était de donner une large place aux camarades de classe avec ces étranges étiquettes.

Il s’en était sorti après un moment d’impasse, mais cela l’avait aidé à traverser son premier mandat en paix. À ce rythme, il pourrait finir sans plus de problèmes.

Yuichi regarda autour de la classe.

« L’héritier » Kogan Yanagisawa discutait avec Miyu Hirata « Superhumain », tandis qu’« Amie d’Enfance de Jeu de Drague pour Adulte » Sayaka Haraguchi s’était mise en tête pour discuter avec « Amie d’Enfance de Jeu de Drague » Yoko Sugimoto.

« Anthromorphe » Yuri Konishi donnait une conférence à « Protagoniste de Jeu de Drague » Koichi Makise, « Zombie » Risa Ayanokoji, « Victime d’une Tragédie dans un Lycée » Riko Seki, et « Lycéen Détective » Sadao Shindo sur l’importance de la révision et comment ils ne doivent pas baisser la garde maintenant que les tests sont terminés.

« Sorcière » An Katagiri discutait avec « bien-aimé de la sorcière », Takuro Oda, à propos de quelque chose. Takuro semblait plus ou moins habitué au comportement d’An, donc il n’était pas aussi effrayé qu’il l’avait été au départ. Parler à Takuro semblait être le seul moment où l’expression d’An se détendait aussi. Dans ces moments-là, elle semblait presque mignonne.

Mais au moment où cette pensée lui traversa l’esprit, An déplaça soudainement ses cheveux vers l’arrière et le regarda d’un regard perforant.

C’est pour ça que tu me fais peur ! Chaque fois que Yuichi regardait An, elle le regardait toujours en réaction. C’était comme si elle pouvait sentir son regard sur elle.

Yuichi avait détourné sa vision d’An pour établir un contact visuel avec Shota dans le siège devant lui. Il avait parlé à « Lycéen Criminel » Saito, mais cela semblait être terminé maintenant.

« Lycéen Criminel » était une autre étiquette dérangeante, mais il ne semblait pas faire quelque chose de suspect, donc il n’y avait pas encore de raison de s’inquiéter pour lui.

« N’est-ce pas ? Hanako n’a pas coupé ses cheveux depuis le premier jour, tu vois ? » Shota avait dit ça de sa manière habituelle, sans faire trop de bruit.

Maintenant qu’il l’avait mentionné, cela semblait plutôt long. Il y avait aussi plus de noir à la racine, ce qui indiquait un travail de teinture négligé.

« Tu sais comment elle est. Elle pense probablement que c’est trop d’ennuis, » répondit Yuichi.

« D’accord, mais alors pourquoi l’a-t-elle teint à la base ? Pourquoi le teindre si c’est trop compliqué pour s’en occuper ? » demanda Shota.

« C’est vrai, » mais il était inutile d’essayer de la comprendre. Il se fichait de toute façon de la couleur des cheveux de son professeur.

Shota semblait remarquer le manque d’intérêt de Yuichi et avait changé de sujet. « Que fais-tu pour les vacances d’été ? »

Les vacances d’été n’étaient encore qu’à quelques semaines, mais une fois les tests terminés, cela semblait imminent.

« Aucun plan particulier. Je vais probablement rester à la maison. Et toi, Saeki ? » demanda Yuichi.

« Les clubs, surtout. On a notre période d’entraînement d’été, mais ça craint sans filles. Au fait, ton club ne comprend que des filles, n’est-ce pas, Sakaki ? » Yuichi grimaçait. Il n’aimait pas l’implication qu’il s’y était jointe pour avoir des filles.

« Si tu es jaloux, pourquoi ne te joignes-tu pas à nous ? » avait demandé Yuichi.

Le club de survie était un club dirigé par la grande sœur de Yuichi, Mutsuko. Elle avait prétendu qu’il s’agissait de trouver des moyens de survivre dans le monde, mais ils ne s’étaient pas seulement préparés à des tremblements de terre soudains et à d’autres catastrophes. Ils avaient également discuté des invasions extraterrestres, ou de ce qu’il fallait faire si tu étais envoyé dans un isekai — un autre monde ou une autre période.

Et, comme Shota l’avait dit, à part Yuichi, toutes les autres personnes dans le club étaient de belles filles. On s’attendrait à ce qu’un club comme celui-là ait des gars qui frappent à la porte, mais ils n’avaient pas gagné de nouveaux membres depuis avril.

« Eh bien... Je ne sais pas..., » déclara Shota, avec hésitation. Il connaissait déjà la réputation de Mutsuko, et il n’était pas le seul. Le principal obstacle à l’obtention de nouveaux membres pour le club était sa présidente.

Mutsuko Sakaki : une fille tape-à-l’œil dont la beauté extérieure masquait une personnalité vraiment malheureuse. Elle était connue dans toute l’école pour son « syndrome du collège », une sorte de prétention délirante associée aux collégiens. Mais Yuichi savait que la sienne était un peu différente de ce à quoi la plupart des gens pensaient lorsqu’ils avaient entendu le terme.

Ses délires du collège ne concernaient que des choses qui étaient réalisables dans le monde réel. Elle avait imprégné Yuichi de techniques d’art martial apparemment impossibles et ridicules dont elle avait entendu parler dans le manga, et avait rempli son sac d’outils bizarres — ce que Yuichi trouvait incroyablement embarrassant.

Mais il avait eu quelques avantages. Il se débrouillerait probablement très bien à ces examens finaux, par exemple, grâce à ses tentatives d’entraînement de sa mémoire, ce qui lui avait permis de mémoriser une quantité considérable d’informations.

Mais comme tout venait du bachotage de dernière minute, il l’oublierait probablement avant la fin de la période d’essai. Il savait mieux qu’il était particulièrement intelligent.

Tandis que Yuichi se remémorait de sa grande sœur, Shota s’était précipité hors de la classe, et « Intérêt Romantique » Aiko Noro l’avait approché à sa place.

Son étiquette était à l’origine « Vampire », mais à un moment donné, il était devenu « Intérêt Romantique » et était resté ainsi depuis lors.

Elle était pâle et petite, avec un joli visage encadré par une coupe de cheveux courte. Son grand-père était français, elle n’était donc japonaise qu’aux trois quarts, ce qui lui donnait un air un peu exotique.

« Sakaki ! Allons-y ! » lui dit-elle, joyeusement, alors que Natsuki Takeuchi — « Intérêt Romantique II » — s’approchait derrière elle. Apparemment, elles voulaient toutes y aller ensemble. Comme Yuichi, Aiko et Natsuki étaient dans le club de survie.

Natsuki avait des cheveux courts et des yeux vifs en amande, et était souvent décrite comme l’une des plus belles filles de la première année.

Comme celle d’Aiko, son étiquette n’avait pas toujours été « Intérêt Romantique » ; il s’agissait à l’origine du terrifiant « Tueur en Série ».

Yuichi se sentait un peu gêné à ce sujet, mais il n’arrivait pas à comprendre ce qui avait causé le changement, et s’il s’agissait de ses propres intérêts amoureux ou de ceux de quelqu’un d’autre. Les étiquettes n’étaient pas très proches.

« Ce type... il t’a invitée à sortir, n’est-ce pas ? » Aiko avait demandé ça nerveusement à Natsuki alors qu’ils sortaient de l’école, se référant à quelque chose qui s’était passé il y a une semaine. C’était juste avant le début des examens finaux, et elle était probablement tellement occupée à étudier qu’elle ne s’en souvenait que maintenant.

On pourrait s’attendre à ce qu’elles se parlent un peu plus facilement entre elles, en étant camarades de classe et tout le reste, mais les choses étaient probablement encore un peu gênantes après l’incident de l’enlèvement.

« Vraiment ? Je ne me souviens plus. Il n’était pas si intéressant, » pour Natsuki, qu’une personne soit intéressante ou non, il s’agissait de savoir si elle valait la peine d’être tuée ou non.

« Le tuerais-tu s’il l’était ? » demanda Yuichi, avec quelques doutes. Elle avait dit qu’elle avait changé, mais il ne lui faisait toujours pas entièrement confiance.

Tous les trois se dirigeaient vers la porte arrière de l’école, du côté des terrains de sport.

« Bien sûr que non. Je ne ferais jamais quelque chose comme ça sur le terrain de l’école, » répondit Natsuki.

« Mais le ferais-tu si tu n’étais pas à l’école ? » demanda Yuichi.

« Plus maintenant. Pas tant que tu me satisfais. N’est-ce pas, Sakaki ? » demanda-t-elle avec un sourire lascif.

« Je ne cesse de te dire d’arrêter d’y faire référence de cette façon..., » murmura Aiko.

En tant que tueuse en série, Natsuki Takeuchi ressentait le besoin de tuer comme la plupart des gens ressentent la faim. Mais contrairement à la plupart des autres de son espèce, il semblait qu’elle avait le désir d’aller à l’école comme le faisaient les personnes ordinaires. Elle avait dit qu’elle travaillait dur pour s’intégrer à la société dans son ensemble.

Mais même ainsi, elle ne pouvait pas combattre complètement ses pulsions de tueur en série, alors elle utilisait actuellement Yuichi pour les tenir à distance en se joignant à son entraînement de temps en temps.

« Ne peux-tu pas faire quelque chose pour ton hobby ? » demanda Aiko.

« Hobby ? Quelle horrible façon de le dire ! Je me considère comme une fille aux passions profondes. Essayer de s’entretuer est la forme de communication la plus riche qui soit, » déclara Natsuki.

« Euh... ça n’a aucun sens, tu sais, » dit Aiko.

Yuichi n’avait pas non plus vraiment compris.

« Quand on essaie de tuer quelqu’un, on le regarde, on l’analyse, on s’efforce de le comprendre au plus profond de lui-même. Juste en leur faisant face, tu dois échantillonner ce qu’il pense, le saisir et en déduire tout ce qu’il est. Si ce n’est pas de la communication, qu’est-ce que c’est ? » demanda Natsuki.

« Mais je n’essaie pas de te tuer. Mais je suppose qu’il est important d’analyser ton adversaire au combat..., » déclara Yuichi.

« Ce qui est très perturbant. Ça veut dire que tu ne m’aimes pas, Sakaki. Si c’était le cas, tu deviendrais sérieux avec moi, » répondit Natsuki.

« A-Aime..., » Aiko était sans voix.

« Elle plaisante, évidemment, » dit Yuichi, refusant de jouer le jeu. Même si ce n’était pas une blague, elle planifiait probablement encore quelque chose.

« Ça ne ressemblait pas à une blague pour moi..., » murmura Aiko, non convaincue.

« Au fait, comment va-t-il ? Ton subordonné... ne te suit-il pas par amour ? » Yuichi avait demandé, en se souvenant du grand homme qui était apparu après le combat, qui était tombé sur la bombe et le pistolet paralysant de Mutsuko.

« Sakiyama, tu veux dire ? » demanda Natsuki.

« Je suppose, si c’est son nom, » répondit Yuichi.

« Sakiyama est si faible, c’est hors de question. Je l’ai laissé entrer dans ma maison parce qu’il est utile, » déclara Natsuki.

« Ta maison... Tu veux dire qu’il vit avec toi ? » demanda Aiko, l’air surpris.

Yuichi avait aussi été un peu surpris. Il ne pensait pas qu’ils avaient ce genre de relation.

« C’est pratique d’avoir un adulte dans les parages, » déclara Natsuki.

« Qu’est-ce qu’il est ? Est-il humain ? » demanda Yuichi.

« Je suppose ? Il a commencé comme harceleur. Regarde, là-bas, » demanda Natsuki alors que leur marche les rapprochait de la porte.

Elle montrait du doigt la moitié supérieure de la tête d’un homme sortant de derrière la porte. Il ne pouvait pas se cacher complètement, mais il essayait d’être discret. Même Yuichi ne l’avait pas remarqué jusqu’à ce qu’on le montre du doigt.

Yuichi jeta un coup d’œil à son étiquette, qui était maintenant « Harceleur ». Auparavant, c’était « Laquais du Tueur en Série ».

« Arg.. Je n’ai même pas remarqué, » murmura Aiko en ayant peur.

« Ouais, puisque ce n’est pas quelque chose que tu t’attendais à voir..., » il n’avait pas non plus remarqué l’homme pendant son combat avec Natsuki. Peut-être que « Harceleur » faisait aussi référence à l’une de ses capacités spéciales.

« Les harceleurs que tu ne peux même pas détecter sont les pires, » murmura Yuichi, mais Natsuki ne semblait pas avoir envie d’expliquer davantage. Ils passèrent devant Sakiyama et continuèrent leur chemin.

Après qu’ils étaient sortis par la porte de derrière, Yuichi avait regardé autour de lui. Il n’avait jamais été de ce côté de l’école avant, et il s’était senti un peu isolé par rapport à l’avant.

Leur destination était un restaurant juste à l’extérieur de la porte.

Son nom : Nihao la Chine.

***

Partie 2

Yuichi regarda devant lui dans l’étroit restaurant en ouvrant les portes mal ajustées et en entrant.

Comme son nom l’indique, c’était un restaurant chinois. L’arôme distinct des épices remplissant l’air suggérait une spécialisation dans la nourriture szechuan — le genre d’endroit qui allait vendre des ensembles de repas à des prix raisonnables.

Deux filles en uniforme du Lycée de Seishin étaient assises à la table ronde du restaurant.

« Yu ! Par ici ! » Mutsuko Sakaki leur fit un signe exagéré à leur arrivée.

« Tu n’as pas besoin de crier. Nous pouvons vous voir, » déclara un Yuichi exaspéré.

Au-dessus de sa tête se trouvait l’étiquette « Grande Soeur », qui, heureusement, n’avait pas besoin d’être développée. Elle était étudiante de deuxième année et présidente du club de survie dont Yuichi et les filles faisaient partie.

La plupart des personnes étaient d’accord pour dire qu’elle était très belle, mais les barrettes en forme de couteau qu’elle portait dans ses longs cheveux lui donnaient un air plutôt menaçant.

Contrairement à la jeune fille assise à côté d’elle, elle portait l’uniforme d’été à manches courtes par-dessus une chemise à manches longues. Elle l’avait fait pour éviter d’exposer la moindre peau.

Il s’agissait d’un mode vestimentaire inadapté pour la saison chaude, mais Yuichi n’avait pas vraiment la possibilité de parler contre, car (bien qu’à son insistance) il portait une chemise à manches longues.

Même une seule couche de tissu valait mieux que la peau nue et, avait-elle insisté, cela pouvait faire la différence entre la vie et la mort.

« C’est quoi ce restaurant ? S’il servait de la nourriture japonaise, ce serait Konnichiwa Nihon ? » Pendant qu’il parlait, Yuichi s’était assis en face de Mutsuko et de son amie. Aiko et Natsuki s’étaient assises de chaque côté de lui.

« En parlant de ça, je connais un restaurant indien appelé Namaste ! » Mutsuko avait annoncé, mais personne ne semblait s’intéresser à ça..

« Je l’ai choisi parce que j’aimais ce nom ! » poursuit-elle. « On dirait l’un des Dix Magnifiques ! “Laisse donc ça à Nihao la Chine” ! »

« C’est ridicule..., » déclara Yuichi en s’effondrant sur la table.

« Noro, as-tu lu le dernier chapitre ? » demanda la fille à côté de Mutsuko, se tournant vers Aiko. Elle était la vice-présidente du club, Kanako Orihara. Au-dessus de sa tête se trouvait l’étiquette « Fanatique de l’Isekai ».

Elle avait un air doux, avec des cheveux châtains ondulés et une poitrine beaucoup plus grande que celle de Mutsuko.

Elle désirait ardemment visiter un isekai — un autre monde ou une autre période — et avait passé beaucoup de temps à réfléchir à ce qu’elle ferait si jamais elle voyageait dans l’un d’entre eux, ce qui pourrait être à l’origine de son amitié avec Mutsuko.

Toutes ses idées sur les isekais l’avaient même amené à écrire un roman, Mon Seigneur Démon est trop mignon pour tuer et maintenant le monde est en danger ! qu’elle avait mis sur un site de partage de fiction sur Internet pour obtenir des commentaires, bien que Yuichi ne l’ait pas encore lu.

« Le Colosse est mort... Qu’est-ce que le Seigneur-Démon va faire maintenant ? » demanda Aiko, en deuil.

La dernière fois qu’elles en avaient discuté, se souvient Yuichi, le Colosse avait donné des coups de pied dans l’armée du héros. Les fragments de troisième main qu’il acquérait à ce sujet rendaient difficile pour lui de reconstituer exactement de quoi il s’agissait dans l’histoire.

« Oh, mais il y a des présages que le Colosse pourrait être ressuscité ! » Mutsuko l’interrompit, avec force.

« Sakaki ! Même si tu l’avais deviné, ne dis rien ! » Kanako avait fusillé du regard Mutsuko.

« Oh, désolée ! Je ne peux pas m’empêcher de parler de ce genre de choses ! » déclara Mutsuko.

En effet, Mutsuko avait toujours été ainsi. Elle était du genre à commencer immédiatement à parler dès qu’elle avait remarqué des signes avant-coureurs ou lorsqu’elle avait compris la tournure d’un film.

« Noro, j’ai commencé un autre roman intitulé L’Épéiste Sombre Alice dans le Labyrinthe des Morts ! Ne veux-tu pas attendre un peu avant de le lire ? J’essaie une atmosphère différente de Seigneur-Démon ! » demanda Kanako.

« Ah, je ne peux pas attendre, » répondit Aiko en souriant. Au début, elle semblait gênée quant au fait de lire le roman, parce qu’elle n’avait pas l’habitude de lire. Mais maintenant qu’elle avait commencé, elle avait trouvé ça très intéressant. Elle était devenue une grande fan des textes de Kanako.

Aiko avait versé trois tasses d’eau et en avait placé une devant chacun d’eux. La cruche d’eau, laissée au milieu de la table, semblait être en libre-service.

« Est-ce que ce restaurant a quelque chose de bon ? » demanda Yuichi en buvant un verre d’eau et en soupirant.

« J’ai pris une commande aléatoire ! Y a-t-il quelque chose que vous ne voudriez pas ? » Mutsuko étendit les mains et fit un geste comme si un festin de trois jours s’étendait devant eux. Elle avait vraiment fait toute une scène pour la moindre chose.

« Tu aurais dû demander ça avant de commander ! » s’exclama Yuichi.

« Je ne suis pas très bonne avec l’ail..., » Aiko leva une main timidement.

« Vraiment ? Eh bien, j’ai commandé beaucoup de choses, alors mange ce qui n’en a pas ! Mais tu n’aimes pas l’ail ? Tu dois être une vampire ! » déclara Mutsuko.

« Beaucoup de gens n’aiment pas l’ail, » déclara Yuichi, sentant un frisson couler le long de sa colonne vertébrale. Aiko Noro cachait encore sa nature vampirique aux membres de son club.

« Hé, est-ce que manger de l’ail te fait mal ? » lui chuchota Yuichi.

« Non, je n’aime pas l’odeur, » répondit Aiko, un peu abasourdie.

« C’était vraiment trompeur ! » murmura Yuichi.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Yuichi ? » demanda Kanako, sa voix habituellement silencieuse semble plus forte que d’habitude.

« Oh, rien, » Yuichi répliqua alors qu’une serveuse dans un cheongsam était arrivée avec la nourriture.

« Hé, ce n’est pas un si grand restaurant. Pourquoi porte-t-elle un cheongsam ? » demanda Aiko dans la confusion.

« Je ne sais pas. Probablement parce qu’elle aime ça, » déclara Mutsuko.

Ou parce que le propriétaire l’aime bien, pensa Yuichi, jetant un coup d’œil à la cuisine, où un homme qui semblait être le chef cuisinier se tenait au-dessus d’un wok.

Il avait une tête rasée avec une queue de cheval dans le dos, au-dessus de laquelle se trouvait l’étiquette « Nihao la Chine ». En matière d’être ostensiblement pseudo-chinois, il dépasse de loin la serveuse.

Yuichi commençait à comprendre pourquoi ce restaurant n’était pas populaire. Vous n’aviez pas besoin du Lecteur d’Âmes pour trouver tout cela très suspect.

« Oui, oui ! J’aime bien, oui ! » déclara la serveuse.

« “Oui” ? » Les yeux d’Aiko s’étaient élargis face à la tournure de phrase étrange de la serveuse.

« Wôw ! Je n’arrive pas à croire qu’on ait rencontré une vraie Chinoise avec un discours pittoresque, » Mutsuko avait crié de joie.

« Je ne suis pas chinoise, oui ! Je suis une Japonaise pur sang, oui ! » En effet, elle n’avait pas l’accent chinois habituel. Elle ne faisait qu’ajouter « oui » à la fin de chaque phrase.

« Hé, pourquoi faites-vous ça ? Oh ! Êtes-vous une fan de Pékin Sexy ? » s’écria Mutsuko.

Pékin Sexy était un magicien comique, et l’une des nombreuses idoles de Mutsuko, qui utilisait le même tic de parole.

« Ça n’a rien à voir avec la. Ça semble approprié pour un restaurant chinois... oui ? » La serveuse semblait un peu gênée d’avoir son tic de la parole ainsi désigné. L’étiquette « Fausse » était suspendue au-dessus de sa tête.

 

 

« Hamasaki ? » demanda Yuichi, en se souvenant de l’étiquette. Il l’avait déjà vu au-dessus de la tête de sa camarade de classe, Tomomi Hamasaki.

Elle ne portait pas ses lunettes habituelles, et avec ses cheveux coiffés en petits pains et habillés en cheongsam, elle semblait presque différente. Il ne l’aurait pas reconnue s’il n’avait pas le Lecteur d’Âmes.

« Tomo ? C’est le restaurant chinois où tu travailles ? » Aiko avait parlé avec surprise lorsqu’elle avait réalisé le lien.

« Oh, euh... eh bien... Je ne pensais pas que tu comprendrais aussi vite... oui, » il était vrai que son accoutrement actuel servait essentiellement de déguisement.

Yuichi regrettait de l’avoir appelée. Comme l’étiquette au-dessus de sa tête indiquait « Fausse », ce n’était probablement pas quelque chose dans lequel il devrait mettre son nez.

« Écoutez, personne ne se soucie de l’événement scénaristique où vous rencontrez votre camarade de classe travaillant dans le restaurant chinois que nous venons de choisir. Mettons cela de côté et allons droit au sujet qui nous occupe : que faire pendant les vacances d’été ! » déclara Mutsuko. Lorsqu’elle avait appris que Tomomi était à la fois japonaise à part entière et pas une fan de Sexy Pékin, elle avait rapidement changé le sujet pour revenir aux activités du club.

« Je sais que j’étais déguisée pour que vous ne me reconnaissiez pas, mais dire que tout le monde s’en fout, c’est un peu dur... oui ? » murmura Tomomi alors qu’elle se retirait dans un coin du restaurant.

Ils étaient les seuls clients présents, donc elle n’avait pas grand-chose à faire jusqu’à ce que la prochaine tournée de nourriture soit prête.

« C’est les vacances d’été, donc on doit organiser un camp de formation, non ? » demanda Mutsuko avec joie. Yuichi avait été un peu surpris. Il n’avait pas pensé que leur club était si sérieux. D’habitude, ils s’asseyaient autour de la salle de club pour parler de ce qui leur venait à l’esprit.

« Un camp de formation ? Ça a l’air génial ! Ça doit être à la plage, n’est-ce pas ? » déclara Aiko, excitée.

Yuichi s’était renfrogné alors qu’il se souvenait d’avoir été empaqueté dans une armure et jeté dans l’océan. Grâce à cela, il avait appris la compétence totalement inutile de savoir nager dans une armure complète. « Pourrait-on aller ailleurs que la plage ? »

« Alors, les montagnes ? » demanda Aiko.

La suggestion innocente d’Aiko avait forcé Yuichi à avoir un autre flash-back. Les montagnes étaient dangereuses.

Mutsuko l’avait jeté des falaises pour augmenter sa résistance, l’avait forcé à combattre les singes, les vaches et les ours, lui avait rasé l’un de ses sourcils pour qu’il ne puisse pas simplement courir à la maison, et elle l’avait entraîné à résister à des attaques par-derrière.

Mutsuko était du type pratique, donc son entraînement n’était pas sans but. Mais parfois, elle lui imposait un régime ridicule basé uniquement sur quelque chose qu’elle avait lu dans les mangas.

« Je pense qu’il serait plus agréable de rester à la maison et de se détendre. Si nous devons faire quelque chose, ne pourrions-nous pas le faire à l’école ? Ne serait-il pas difficile d’obtenir la permission d’aller quelque part ? » demanda Yuichi.

« Permission ? » demanda Mutsuko dans la confusion.

« N’as-tu pas réalisé que tu avais besoin d’une permission ? » demanda Yuichi.

« Quel est le problème ? Peut-être qu’ils se plaindraient si nous le faisions en tant qu’activité officielle du club, mais l’école ne peut pas s’opposer à ce que nous sortions simplement pour nous amuser en tant qu’amis, » déclara Mutsuko.

« Maintenant, on s’amuse ? Et le camp de formation ? » La ligne officielle des voyages en club était qu’ils n’étaient pas censés s’amuser.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Quoi qu’il en soit, où que nous allions ensemble, ce sera amusant ! » Elle avait l’air un peu déprimée au début, mais elle avait rebondi en trouvant une nouvelle façon de l’exprimer.

Yuichi avait finalement abandonné. Rien de ce qu’il aurait dit n’allait arrêter ça. « Je ne veux pas y aller... mais qu’est-ce que vous aviez prévue de toute façon ? N’avez-vous pas tous beaucoup de projets pour les vacances d’été ? »

« De mon côté, je n’ai pas de vrais projets, » répondit Aiko.

« Moi non plus, » Natsuki avait fait suivre sa réponse.

« Ce serait ennuyeux de rester seule à la maison tout l’été, » avait convenu Kanako.

« J’ai supposé que les filles du lycée auraient un peu plus de projets pour les vacances d’été..., » murmura-t-il.

C’est à ce moment de la conversation que le reste de la nourriture était arrivé.

« Pensez à l’endroit où vous voulez aller et à ce que vous voulez faire pour le camp de formation avant le début de la prochaine réunion de club, d’accord ? Pour l’instant, mangeons ! » Mutsuko avait commencé à prendre un peu de chaque assiette.

Yuichi avait jeté un coup d’œil sur le tofu mapo épicé et l’avait essayé. C’était aussi épicé que cela en avait l’air, mais certainement savoureux. Le manque de popularité du restaurant n’était certainement pas à cause de la nourriture.

Après avoir mangé à satiété, Yuichi s’était levé.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Aiko.

« Je dois aller aux toilettes. Hé, Hamasaki, où sont les toilettes ? » demanda Yuichi.

« Hein ? Oh, c’est à l’arrière, » répondit Hamasaki.

Yuichi s’était dirigé vers l’arrière, se demandant où était passé son tic de parole.

Mais alors qu’il passait à côté de Mutsuko, il avait été soudainement forcé de sauter directement dans les airs.

Shing ! Quelque chose était sorti du coude de Mutsuko.

« Oh, désolée ! C’est juste un prototype. Je pense que le bouchon s’est encore desserré ! » déclara Mutsuko, aussi décontractée que possible.

Le visage de Yuichi était devenu pâle. « Tu aurais pu me tuer ! Si j’avais été quelqu’un d’autre, je serais mort maintenant ! »

« Pas possible. Tu survivrais facilement à un coup de ça ! » déclara Mutsuko.

Une lame tranchante avait déchiré la manche de Mutsuko. Son éclat froid, qui s’étendait de son poignet jusqu’à juste avant son épaule, semblait vraiment mortel. Si Yuichi n’avait pas sauté, cela l’aurait tranché au niveau du torse.

« Qu’est-ce que c’est... ? » demanda Aiko, regardant la lame en état de choc.

« Je l’ai façonnée à partir du Sabre Durci ! » Elle faisait référence à un mouvement utilisé par un certain héros henshin dont les bras avaient été durcis et transformés en lames. Naturellement, Mutsuko ne pouvait pas aller aussi loin, alors elle avait dû truquer quelque chose pour l’imiter.

« Tu ne peux pas avoir de sabre. C’est trop dangereux, » déclara Yuichi.

« Mais euh..., » Mutsuko s’était plaint.

« Franchement, tu sais que c’est ridicule ! Remets-le tout de suite en place ! » déclara Yuichi.

« Je ne peux pas ! C’est un prototype ! Une fois qu’il est sorti, j’ai besoin de beaucoup de force pour le remettre en place. Nous devrions d’abord rentrer à la maison..., » elle semblait avoir utilisé un ressort puissant pour le faire sortir, mais elle n’avait pas encore réfléchi à la façon de le faire revenir.

 

 

Yuichi regarda dans le restaurant. Heureusement, il n’y avait pas d’autres clients.

Tomomi l’avait regardé dans les yeux pendant un moment, puis elle avait rapidement déplacé son regard ailleurs. En tant que camarade de classe, elle était bien informée des excentricités de Mutsuko, et elle regarderait probablement ailleurs. Il ne devrait pas avoir à s’inquiéter pour elle.

Ensuite, il avait vérifié la réaction de Kanako. Elle ne regardait pas du tout Mutsuko, mais semblait s’être partiellement retirée de la réalité. Il ne devrait pas non plus avoir à s’inquiéter pour elle. La tendance de Kanako, lorsqu’elle voyait quelque chose qui sortait de l’ordinaire, était apparemment de l’ignorer.

« Alors tu vas rentrer chez toi avec le sabre à découvert ? » Yuichi avait demandé ça à Mutsuko.

« Cool, hein ? » Mutsuko avait pris la pose, apparemment en y croyant sérieusement.

« La police va t’arrêter ! » avait-il crié.

Il entendit à peine Natsuki chuchoter. « C’est peut-être la meilleure des choses à faire. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire