Murazukuri Game no NPC ga Namami no Ningen toshika Omoenai – Tome 2 – Section 7 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Le quotidien du village et mon quotidien

Le lendemain, j’étais en congé pour la première fois depuis longtemps. J’avais prévu de dormir jusqu’à l’heure du déjeuner et de paresser toute la journée, mais avant même de m’en rendre compte, je m’étais réveillé avec le soleil du matin et j’étais assis devant mon PC. J’avais tellement travaillé ces derniers temps que je devais toujours regarder mes villageois sur mon téléphone, et le fait de m’asseoir et de prendre mon temps avec eux me fit du bien. Mes villageois étaient déjà au travail, malgré l’heure matinale. Enfin, tous sauf trois d’entre eux.

Carol était encore profondément endormie dans son lit. Kan et Lan étaient nocturnes, et à cette heure-ci, ils étaient blottis l’un contre l’autre dans leur cabane. Si Rodice et Lyra se câlinaient comme ça, je détournerais le regard, mais vu que c’étaient des pandas, je ne pouvais que les trouver adorables. J’étais tenté de les regarder jusqu’à leur réveil, mais je savais que je devais aller voir les autres.

Chem et Lyra préparaient le petit-déjeuner. Grâce aux nouveaux ingrédients et assaisonnements, leurs repas étaient plus variés ces derniers temps. Cela rendait tout le monde heureux.

« C’est une journée fraîche ! Pourquoi ne pas faire une bonne soupe chaude ? », suggéra Lyra.

« Quelle merveilleuse idée ! Je suis sûre que Gams doit être gelé lui aussi. »

Les femmes continuèrent à travailler tout en discutant. Elles firent huit portions, même si Kan et Lan ne viendraient pas manger avant un moment. Et malgré l’augmentation de la population, Chem et Lyra continuaient à cuisiner pour tout le monde, et elles devenaient très douées.

Chem commença à mettre la table en jetant de temps en temps un coup d’œil vers la tour de guet, où Gams montait la garde. Le froid hivernal était déjà assez intense, mais le vent au sommet de la tour était glacial. Gams avait plusieurs peaux avec lui là-haut enroulées étroitement autour de ses épaules. Il regardait par-dessus la clôture et dans la vaste forêt qui s’étendait au-delà. Kan ou Lan faisaient habituellement la garde de nuit, et ils s’en sortaient mieux, car leur épaisse fourrure les protégeait naturellement du froid. Gams n’avait pas une telle fourrure, et j’avais appris récemment qu’il détestait vraiment le froid. Il s’enveloppait dans un cocon, ne laissant que son visage à découvert. Cela avait l’air un peu idiot, mais c’était aussi très agréable à voir.

Il ne se plaignait jamais. Ce n’était pas un luxe qu’il pouvait avoir si près du jour de la Corruption. Mes villageois étaient prêts pour ça, mais il savait de première main combien ce serait dangereux. Pas étonnant qu’il ait été en état d’alerte à l’approche du jour.

Et pendant que Gams faisait le guet dans son paquet de fourrures, une silhouette s’approcha de lui par-derrière.

« Merci de monter la garde quand il fait si froid. Je t’ai apporté une boisson chaude, et c’est presque l’heure du petit-déjeuner. »

« Merci. »

Gams prit la tasse en bois de Murus avec ses deux mains pour les réchauffer.

Murus sourit et s’assit à côté de lui.

« Comment agissent les monstres dernièrement ? »

« Il n’y a pas autant de gobelins verts cette fois, depuis que nous avons détruit leur camp. »

Ils avaient fait ça pour le bien de Murus, mais tout le monde en avait profité. Si nous avions de la chance, il n’y aurait pas non plus de gobelins verts le jour de la Corruption.

« Je ne pourrai jamais te remercier assez pour ça. »

« Hé, tu es l’une des nôtres maintenant. Tu n’as pas besoin de nous remercier. Tu es de la famille. »

« La famille… ça sonne bien », murmura Murus en s’appuyant contre Gams.

Incroyable…

Ils avaient l’air de très bien s’entendre. Carol et Chem avaient beau se pâmer devant Gams, elles étaient toutes deux dans des situations qui rendaient une relation inappropriée. Gams et Murus avaient aussi une différence d’âge significative, mais dans une direction beaucoup plus sûre.

Le fait que Gams reçoive toute cette attention me rendit un peu jaloux, mais je comprenais pourquoi. Il assumait deux fois plus de responsabilités que les autres, il méritait de belles choses dans sa vie.

« C’est ça, Gams ! Mets ton bras autour d’elle ! »

Comme s’il m’avait entendu, Gams réarrangea ses couvertures pour laisser entrer Murus par-dessous. J’observai le duo en retenant mon souffle tandis qu’ils se regardaient dans les yeux.

« Tu avais froid, non ? Je suis désolé de ne pas l’avoir remarqué », dit Gams.

C’est quoi ce bordel, Gams ?!

Les joues un peu rouges, Murus répondit par un sourire gêné.

J’avais vu des protagonistes plus doués dans des simulations de rencontre, pour l’amour de Dieu !

S’il avait un peu plus assuré, il aurait pu se faire embrasser à cet instant précis. Il était complètement désespéré ! En tant que son Dieu, j’avais été très déçu par lui.

Je suppose que je savais déjà qu’il n’était pas très doué pour les relations. Il n’avait pas semblé remarquer les aspects les plus extrêmes de l’affection de sa sœur, ni voir l’amour de Carole comme autre chose qu’un enfant qui l’admire. Au début, j’avais pensé qu’il faisait preuve de tact, mais je m’étais rendu compte qu’il était juste désemparé.

« Je suppose qu’il est normal qu’il soit un peu stupide. S’engager dans une relation avec Murus n’apporterait que des ennuis. »

Je plaisantais à moitié, mais le scénario qui se jouait dans mon esprit était loin d’être drôle. Deux assassins, lames à la main, suivant Gams et Murus partout où ils allaient. J’avais souhaité ne pas croire que c’était possible.

En tant que leur Dieu, j’avais décidé de ne pas interférer.

L’autre homme humain du village, Rodice, prenait des notes sur leurs transactions avec Dordold. Le village avait gagné plus que prévu, et la plus grande partie de cet argent servirait à le développer davantage. Les villageois avaient également acheté de nouveaux vêtements, et ils portaient des tenues que je n’avais jamais vues auparavant. Bien que les hommes ne s’en soucient guère, les femmes étaient très enthousiastes. Elles ne se souciaient même pas de l’augmentation de leur charge de linge.

Lyra et Chem portaient de nouveaux vêtements qui semblaient plus faciles à porter que leurs anciennes tenues. Après les avoir vues dans les mêmes tenues pendant des semaines, les voir dans de nouveaux vêtements était rafraîchissant. Chem s’était précipitée dehors une fois que le petit-déjeuner était prêt. Elle fixa la tour de guet comme si elle pouvait sentir un déséquilibre des forces.

« Gams ! Le petit déjeuner est prêt ! Et as-tu vu Murus ? »

« J’arrive ! Murus est avec moi ! »

« Quoi ? Là-haut ? »

Chem ne parvenait pas à avoir l’air surpris, les sourcils froncés ne quittant pas son visage.

« Gams ! »

Carol se tenait à côté de Chem, un animal en peluche dans les bras.

Les villageois avaient acheté l’ours en peluche à Dordold avec les vêtements. Quand Carol était-elle arrivée là, d’ailleurs ? Je pourrais jurer qu’elle avait surgi de nulle part. J’étais parfois jaloux de ces protagonistes d’anime toujours entourés de filles, mais voir ce à quoi Gams avait affaire m’avait guéri de cette envie.

« La réalité peut être si décevante… »

Gams était descendu de la tour de guet, Chem et Carol s’étaient alors déplacés pour le flanquer. Elles avaient chacune attrapé une de ses mains et l’avaient tiré vers la grotte. Murus les regarda partir avec un léger sourire sur le visage. Peut-être était-ce la sagesse de l’âge qui l’empêchait d’être jalouse. Ou ses sentiments envers Gams n’étaient-ils pas simplement romantiques ?

Je n’avais jamais été dans une relation dans ma vie, je ne pouvais pas porter un jugement correct. Je ne devrais pas trop m’avancer.

À part Kan et Lan, tout le monde s’était assis pour prendre un petit-déjeuner composé de soupe, de viande frite et de légumes, avec une substance à base de maïs ressemblant à du riz, encore des trucs qu’ils avaient achetés à Dordold. Ça avait l’air copieux pour un petit-déjeuner, mais c’était logique quand on avait une journée de travail devant soi. En plus, ils avaient aussi chez eux une tonne de viande. La viande qu’ils nous avaient envoyée après le dernier Jour de la Corruption occupait encore plus de la moitié de l’espace de notre réfrigérateur et de notre congélateur. J’étais prêt à parier qu’il y aurait de la viande pour le dîner ce soir, non pas que je me plaignais. Elle était si délicieuse que je doutais de pouvoir m’en lasser un jour, et elle allait avec tout.

Après le petit-déjeuner, mes villageois firent une courte pause, comme ils le faisaient souvent. Seul Gams était immédiatement retourné à son poste sur le mirador.

« C’est ma chance. »

J’étais descendu pour prendre mon propre petit-déjeuner et pour utiliser les toilettes avant de retourner devant mon PC. Quand j’étais revenu, le soleil avait commencé à se lever, et Lyra, Chem et Carol avaient commencé leurs corvées. Murus et Gams avaient quitté le village pour explorer et trouver de la nourriture. Et bien que mes villageois aient eu suffisamment de rations pour passer l’hiver, cela ne faisait jamais de mal d’en avoir plus, et ils pouvaient stocker ce qu’ils ne pouvaient pas manger. Rodice montait la garde depuis la tour, ayant pris la relève de Gams.

Ils avaient récupéré une flûte dans le village de Murus. La personne de garde soufflait dans la flûte si elle apercevait des monstres, et elle était assez puissante pour que Gams et Murus puissent l’entendre quand ils étaient dehors.

La matinée s’était déroulée paisiblement, et c’était bientôt l’heure du déjeuner. Aujourd’hui, mes villageois mangèrent à une table dehors, comme ils le faisaient souvent lorsque le temps était clair. Cette fois, Kan et Lan s’étaient joints à eux. J’avais mangé ma tasse de ramen et mon fruit en même temps que tout le monde.

« Oh, c’est vrai ! Je t’avais oublié. »

J’avais jeté un coup d’œil à Destinée.

Le lézard me rejoignait souvent devant l’ordinateur. Peu importe le soin que je mettais à fermer le couvercle de la boîte, Destinée parvenait toujours à s’échapper. Je lui avais passé un fruit. Il l’avait pris et mangé avec les deux mains.

« Tu veux garder un œil sur le village avec moi ? »

Après le déjeuner, je m’étais assis et j’avais joué paresseusement avec Destinée pendant que nous regardions le PC. Les villageois avaient repris le travail pour l’après-midi. Murus était sur la tour de guet. Kan et Lan découpaient des troncs pour fabriquer des meubles simples. Gams et Rodice étaient partis chercher du bois, tandis que Lyra, Chem et Carol ramassaient ensemble des herbes et des plantes comestibles.

« Ça me rappelle quelque chose. Ils m’ont envoyé un mélange de ces herbes de guérison dans un tube, mais je ne sais vraiment pas si elles fonctionnent ou non. »

Les herbes étaient arrivées il y a trois jours, un mélange liquide de la propre fabrication de Murus, stocké dans un tube en bois de la taille d’un petit doigt, le verre étant rare dans leur monde. Lorsque j’avais ouvert le couvercle, une forte odeur d’herbes s’était dégagée. J’en avais versé une petite goutte sur mon bureau et j’avais trouvé un liquide vert pâle de la même consistance que de l’eau.

Tout ce que le village m’avait envoyé jusqu’à présent était sain, je doutais donc que cela soit dangereux. En fait, cela finirait probablement par être le médicament le plus efficace qui existe. Heh. Peut-être que c’était optimiste.

Mes villageois avaient mentionné que les herbes servaient à traiter les blessures, je pourrais peut-être m’en servir si je me coupais. Mais là encore, je ne voulais pas être le cobaye d’un médicament inconnu. Pourtant, je ne voulais pas non plus rejeter un cadeau de mes villageois, j’avais donc décidé de le traiter comme un porte-bonheur pour le moment.

J’avais soulevé quelques poids en regardant le village, et avant même de m’en rendre compte, la nuit tombait. Maman m’avait appelé pour le dîner au moment où mes villageois préparaient le leur. J’avais remis Destinée dans sa boîte et j’étais descendu. Aujourd’hui, c’était juste moi et maman.

« Ils travaillent tard ce soir, hein ? »

« Ils ont beaucoup de travail tous les deux en ce moment. »

Je suppose qu’il n’y a pas que l’industrie du nettoyage qui souffre à cette période de l’année…

Pendant qu’on mangeait, maman me parlait de tout et de rien. J’avais l’habitude de l’ignorer, car elle me demandait toujours quand j’allais trouver un emploi, mais aujourd’hui, j’écoutais et j’acquiesçais aux bons moments. La famille de Rodice, Gams et Chem m’avaient tous appris combien il était important de préserver la paix dans les relations familiales.

Après le dîner, j’avais pris un bain, puis j’étais retourné dans ma chambre. L’écran de mon ordinateur était encore lumineux. Vivre dans la grotte n’était pas seulement plus sûr, mais cela signifiait aussi qu’ils avaient de la lumière la nuit. Ils se couchaient un peu plus tard qu’avant, même s’ils se couchaient toujours plus tôt que la plupart des gens dans le monde réel. À part Kan et Lan, tout le monde allait bientôt dormir. L’un des pandas surveillera de la tour pendant que l’autre poursuivra ses travaux de menuiserie.

« Je devrais probablement aller me coucher aussi. Je dois me lever tôt demain. »

Grâce au Village du destin, j’avais développé un mode de vie plus sain. C’était un jeu paisible et stable, mais d’une certaine manière, il était toujours extrêmement satisfaisant à jouer. Ce n’était pas la tasse de thé de tout le monde, mais j’adorais ça. Aujourd’hui, comme toujours, le Village du Destin m’avait donné la motivation dont j’avais besoin pour travailler dur.

« Bonne nuit. À demain », avais-je dit à mon ordinateur avant de m’installer dans mon futon et de fermer les yeux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire