Murazukuri Game no NPC ga Namami no Ningen toshika Omoenai – Tome 1 – Section 3 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : Les monstres qui avancent et mon jugement qui vacille

Gams se précipita en bas de l’échelle de la tour de guet. Les loups-garous étaient à environ cinq mètres et avançaient régulièrement vers la clôture.

« On doit d’abord s’occuper de ceux-là », avais-je marmonné tout en me rappelant qu’ils avaient des crocs empoisonnés.

La dernière fois, Gams avait réussi à en combattre deux. Maintenant, il y en avait cinq, et il les combattait toujours seul. Peut-être que la barrière les arrêterait, et qu’ils rentreraient chez eux…

J’avais regardé l’un des loups-garous s’approcher de la clôture, renifler, puis faire quelques pas en arrière. Soudainement, il s’était mis à courir, puis avait bondi et avait facilement franchi la clôture. Mais il n’était pas allé loin.

Gams planta une lance dans le ventre du loup au moment où il commençait à descendre, il le vit à travers l’un des nombreux judas de la clôture et avait parfaitement synchronisé son coup. Voir les judas porter leurs fruits me rendit heureux, j’avais suggéré qu’ils en fassent.

Gams secoua le loup de sa lance et le laissa tomber à l’extérieur de la clôture, mort. Il espérait peut-être envoyer le message suivant : sauter par-dessus est une mauvaise idée, vous devriez partir. Mais ce qu’ils firent était complètement inattendu. Dès que le corps fut tombé, ils sautèrent dessus et l’engloutirent. Eh bien… c’était horrifiant.

Leur compagnon de meute dévoré, les quatre autres loups s’étaient éloignés de la clôture ensemble.

« Ils ne peuvent pas avoir l’intention de charger tous en même temps… »

Un moment plus tard, ils m’avaient montré à quel point j’avais tort, car ils avaient chargé et sauté par-dessus la barrière à l’unisson. Je ne pensais pas que Gams pourrait s’occuper de quatre individus à la fois. Il me montra alors ses capacités de maniement de la double arme, en transperçant deux d’entre eux d’un coup de lance. Les deux autres arrivèrent à l’intérieur de la clôture.

Il jeta les lances et sortit ses deux épées. Il poignarda l’un des loups avant qu’il n’ait pu se relever d’un atterrissage douloureux, puis se retourna et trancha la gorge de l’autre.

« Merde, il est plus fort que je ne le pensais. Je suppose que je l’ai sous-estimé. »

Je m’étais retrouvé à m’incliner devant l’écran en guise d’excuse, me demandant si j’avais besoin d’invoquer le golem. Quand Gams n’était pas distrait par la défense d’autres personnes, il était inarrêtable.

« Wôw, Gams ! Tu es trop cool ! »

Carol sauta de l’entrée de la grotte.

Chem l’avait suivie.

« Je savais que tu pouvais le faire, mon frère ! »

« Reculez, vous deux. Il pourrait y en avoir d’autres. », avertit Gams en tendant la main pour les arrêter.

J’avais vérifié la carte, mais les choses étaient à nouveau calmes. Pourtant, écrire une prophétie juste pour le leur faire savoir serait un vrai gâchis.

« Je ne vois pas de monstres. Je pense que nous sommes en sécurité ! », proclama Rodice du haut de la tour de guet, la main sur son front en regardant autour de lui.

Il était au moins un peu plus courageux maintenant.

« Ne te penche pas autant en avant ! »

Lyra l’appela d’en bas.

« Puisqu’il n’y a pas de monstres, pouvez-vous m’aider ? », demanda Gams.

« Bien sûr ! Je ferai n’importe quoi ! », promet Carol.

« Reste en arrière, Carol. C’est un jour où les enfants doivent rester constamment cachés. Bon, que veux-tu que je fasse, Gams ? », demanda Chem tout en se frayant un chemin dans son espace personnel avec Carol.

Au début, Gams avait l’air un peu fatigué, puis il hocha la tête et tapa dans ses mains comme s’il venait de penser à quelque chose.

« Pourriez-vous m’aider à porter les loups morts de l’autre côté de la barrière ? »

Il désigna les loups sur le sol. Le visage des filles s’effondra.

« Je vais aussi aider Gams avec les loups », dit Rodice, maintenant descendu de la tour de guet.

Il commença à retirer l’un des corps, la lance toujours à l’intérieur. Gams donna à chaque fille une petite tape sur la tête avant de le rejoindre.

« J’ai un travail que nous pouvons faire tous ensemble ! Pourriez-vous venir et aider ? », dit Lyra.

Les deux filles se précipitèrent à l’intérieur aussi vite qu’elles le pouvaient.

« On a plutôt bien géré la première vague. J’espère juste que tout sera aussi facile… », m’étais-je murmuré à moi-même.

*****

Il y eut quelques autres attaques de monstres ce jour-là, mais Gams les avait tous tués sans problème. Chem avait soigné ses petites blessures avec sa magie. J’avais noté le moment où les monstres attaquaient et j’avais vite compris que chaque nouvelle vague arrivait soit trente minutes, soit une heure après la dernière. Et plus ils mettaient de temps à revenir, plus l’attaque était brutale. Les vagues après une heure contenaient plus de monstres que celles de la demi-heure. Jusqu’à présent, ceux-ci étaient tous arrivés en groupes. Au début, c’était surtout des loups-garous, mais j’avais ensuite commencé à voir des monstres ressemblant à des sangliers que je connaissais très bien. C’était l’origine de la viande que mes villageois m’envoyaient sans cesse. Après cela, ils auraient de la viande pendant des jours, ce qui signifiait que ma famille et moi aurions aussi de la viande pendant des jours.

J’avais cliqué sur l’un des sangliers. Apparemment, ils étaient appelés « boarnabies ». C’était un nom étrangement mignon pour quelque chose qui avait l’air si intimidant. Ça les faisait paraître plus grognons qu’effrayants. Mais en vérité, ils étaient plus difficiles à gérer que les loups. Ils s’étaient acharnés contre la clôture, encore et encore. Et à cause d’eux les rondins allèrent bien vite s’effondrer.

Heureusement, mes villageois avaient un plan. Ils avaient placé plusieurs pieux pointus devant la clôture, à la même hauteur que la tête des cochons. Les cochons se lançant dans ces pieux étaient tués sans que Gams ait besoin de lever le petit doigt. Après une attaque, Gams et Rodice allaient ramasser leurs corps, libérant les pieux et récupérant la bonne viande à l’intérieur pour la transformer.

« Jusqu’ici, tout va bien », m’étais-je dit.

Tout se passait bien mieux que ce à quoi je m’attendais, même si je supposais que je devais remercier la grotte pour cela. Gams avait déjà combattu cinq vagues de monstres à lui tout seul. Je l’avais même vu en affronter trois à la fois. J’étais vraiment impressionné, mais même ainsi, obtenir d’autres combattants devait être mon prochain objectif.

Il commençait à faire sombre, tant dans la vie réelle que dans le monde du jeu. J’avais regardé l’heure. Il était déjà plus de cinq heures du soir.

« La plupart des monstres sont nocturnes, non ? Je suppose que les choses vont commencer à devenir sérieuses maintenant. »

Mes villageois le savaient aussi. Ils avaient fait en sorte que Gams se repose pendant que Rodice et Chem montaient la garde. J’avais peur qu’il s’épuise trop tôt. J’avais eu des problèmes après quelques heures passées sur l’aspirateur, alors je ne pouvais qu’imaginer la tension qu’il ressentait en ce moment. S’il était trop épuisé, mentalement ou physiquement, il pourrait faire une erreur. Cette pensée m’avait rendu encore plus nerveux.

« Il est peut-être temps que je fasse mon coup. »

Une fois la vague en cours terminée, j’en avais profité pour filer en bas et dire à ma mère que je ne me joindrais pas à la famille pour le dîner en m’emparant de quelques snacks et boissons.

« Mais je vais faire ce poulet frit que tu aimes tant ! Es-tu sûr ? »

« Désolé, maman, mais je ne peux vraiment pas », lui avais-je répondu en retournant à l’étage.

Bien que l’idée de son poulet frit me mette l’eau à la bouche… j’espérais pouvoir y aller quand il sera prêt et en prendre un peu pour le monter.

J’avais posé ma nourriture et mes boissons autour de mon ordinateur. J’avais tourné mon horloge vers moi pour garder un œil sur l’heure. Tout ce scénario me rappelait un autre jeu, un MMO avec un événement spécial qui ne donnait que deux jours aux joueurs pour chasser un monstre rare. Le monstre apparaissait une fois par heure et je me souviens avoir attendu et surveillé les points d’apparition. Je me souviens aussi avoir eu l’impression de prendre le jeu très au sérieux, mais ce n’était rien comparé à la protection de mon village.

Jeu ou pas, je voulais protéger ces gens. Ils m’avaient donné un nouveau départ dans la vie. Ils m’avaient sauvé, et je voulais leur rendre la pareille.

« Il reste un peu plus de six heures. Vous pouvez le faire, les gars ! »

Je n’étais pas prêt à baisser ma garde. Pas maintenant.

*****

J’avais mâché du poulet frit en faisant le guet. L’attaque suivante avait eu lieu juste après sept heures. C’était la première après le coucher du soleil. C’était aussi la première fois que deux types de monstres différents faisaient équipe, cinq loups terriers et trois boarnabies. Je m’étais dit que le fait de demander aux loups d’attaquer les cochons plutôt que mes villageois était trop demandé.

Rodice était sur la tour de guet. Il avait repéré les monstres justes un peu après moi.

« Attaque de monstre ! Cinq loups redoutables et trois boarnabies ! », cria-t-il.

L’instant d’après, la porte de la grotte s’ouvrit et Gams sauta dehors. Chem et Carol voulurent le suivre, mais il leva une main pour les arrêter.

« Merci, Rodice ! Retournez tous à l’intérieur, s’il vous plaît ! », dit Gams.

« Sois prudent, d’accord ? N’en fais pas trop. », répondit Rodice.

Une fois la porte fermée et tout le monde en sécurité à l’intérieur, Gams ramassa ses lances.

« Je dois me surpasser ou je ne pourrai pas les vaincre », répondit-il dans son souffle, mais surtout pour lui-même.

Ses mots ne faisaient que rendre plus clair le fait qu’ils avaient besoin de plus de combattants. Comme d’habitude, Gams prit position près de la barrière et prépara une lance dans chaque bras. Il en tua deux alors qu’ils sautaient et en décapita deux autres avec ses épées peu après. J’avais laissé échapper un soupir de soulagement une fois qu’il n’en avait plus qu’un seul à traiter… jusqu’à ce que j’entende le grand fracas de plusieurs troncs tombant.

« Ils sont passés à travers ?! », avais-je haleté.

Deux des cochons avaient dégringolé à travers le grand trou qu’ils avaient créé dans la clôture. J’avais cherché l’autre pour trouver sa tête empalée sur un pieu. Le loup restant bondit sur Gams, profitant de la distraction. Il roula alors sur le sol, réussissant tout juste à l’esquiver. Mais maintenant, il était entouré de trois monstres.

« Dois-je invoquer le golem ? »

J’avais fait une pause, après tout ce que j’avais vu faire à Gams, je pensais qu’il pouvait gérer ça.

Les deux cochons s’étaient précipités vers Gams, qui n’avait pas perdu de temps pour ramasser une des lances à ses pieds et l’utiliser comme une perche pour sauter par-dessus eux. Dès que ses pieds touchèrent le sol, il s’était retourné et jeta la lance sur l’un des cochons, mettant rapidement fin à sa vie.

« En voilà un », murmura-t-il pour lui-même.

Le deuxième cochon était à l’entrée de la grotte. Il dérapa pour faire face à Gams avant de le charger à nouveau. J’étais curieux de voir le dernier loup-garou, mais au moment où j’avais regardé, il avait déjà une dague dans la tête. Avec un seul ennemi à affronter, les chances étaient en sa faveur. Tout ce qu’il fallait, c’était une seule attaque.

Cinq monstres, et il les avait tous éliminés sans le moindre problème. Viril, fort et compétent, je n’étais pas surpris qu’il soit populaire auprès des femmes de la grotte. Même la façon dont il essuyait la sueur de son front était captivante. Chem et Carol auraient probablement été extrêmement jalouses de la place que j’occupais au premier rang de ses prouesses de combat.

« Maintenant que c’est terminé, nous devrions réparer la clôture. »

Sans même prendre le temps de respirer, Gams s’était attelé aux réparations. Les autres villageois lui avaient apporté des rondins de remplacement depuis l’intérieur de la grotte.

« Essayons de la rendre encore plus solide qu’avant ! », dit Chem.

« Bien ! Va te reposer, Gams, nous allons nous occuper de ça. Si tu t’effondres, nous sommes fichus. Carol, emmène-le à l’intérieur ! »

« Ok ! Allez, Gams ! C’est l’heure de la sieste ! »

Carol était plus qu’heureuse de suivre l’ordre de Lyra.

Je pouvais voir que Gams voulait insister sur le fait qu’il pouvait continuer, mais il fit ce qu’ils avaient dit, s’asseyant sur le sol et regardant tout le monde travailler avec un froncement de sourcils mécontent sur son visage. Chem travaillait dur pour rattraper son frère, mais elle n’était pas de taille face à Rodice, qui faisait la majorité du travail.

« Tu peux me trouver une aiguille et du fil ? », demanda Rodice à Chem.

« Bien sûr ! Je reviens tout de suite ! »

« Lyra, viens m’aider par ici », dit-il.

« J’arrive ! De quoi as-tu besoin ? »

J’étais heureux de voir Rodice donner des ordres avec autant d’assurance. Il était difficile de croire que c’était le même homme qui tressaillait à la vue d’une feuille. Même si Gams lui faisait de l’ombre la plupart du temps, il était fiable à sa façon.

Je surveillais les environs pour m’assurer que rien ne les surprendrait pendant qu’ils travaillaient. Si je repérais quelque chose, je leur envoyais immédiatement une prophétie.

Grâce à l’entraînement des villageois ces derniers jours, ils avaient pu réparer la clôture en un rien de temps. Ils la renforcèrent avec des planches de bois.

L’attaque suivante amena huit monstres. Il semblerait que ça ne ferait qu’empirer à partir de maintenant. À ce moment-là, j’avais remarqué que quelque chose bougeait dans la forêt voisine. J’avais regardé de plus près. Ce n’était pas seulement un ou même deux monstres. Il y en avait cinq, dix, quinze… plus de vingt. Alors que je m’efforçais de les compter, un avertissement était apparu sur l’écran en grosses lettres rouges.

« Jour de la Corruption : Assaut final ! »

Les mots clignotèrent à plusieurs reprises, et une alarme perçante retentit.

« Je suppose que c’est le combat contre le boss ! Je suis vraiment prêt ! », avais-je souri.

« Tout le monde, dans la grotte ! Je peux les sentir… Ils sont nombreux ! », cria Gams en sautant sur ses pieds.

Aucun des villageois n’avait contesté le regard alarmé qu’il arborait. Ils s’étaient précipités dans la grotte sans un mot de plus. Les buissons épais de la forêt s’étaient séparés pour révéler un groupe de vingt monstres.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire