Maou-sama no Machizukuri! – Tome 8 – Chapitre 17

Bannière de Maou-sama no Machizukuri! ***

Chapitre 17 : Les boucles d’oreilles assorties et les choses à léguer

Le Seigneur-Démon Astaroth m’avait dit qu’il allait aussi me confier ses dragons.

Mais pourquoi pas seulement à Stolas et à sa faction ? Pourquoi moi aussi ? Il va sûrement me donner la raison plus tard, non ?

J’y avais pensé en parcourant le premier étage du casino pour chercher March et Stolas. Heureusement, cela n’avait pas pris longtemps. Je les avais trouvés en train d’échanger leurs jetons contre des cadeaux.

« Ah, Procell, tu as enfin échappé à ces vieillards, hein ? Es-tu fatigué ? » (March)

« March, tu fais partie du même lot que ces deux… » (Procell)

Ces hommes âgés seraient probablement dévastés s’ils entendaient March les appeler ainsi.

Quant à Stolas, elle était tellement absorbée par le choix des cadeaux qu’elle n’avait même pas remarqué que j’étais arrivé.

« As-tu trouvé quelque chose que tu aimes ? » (Procell)

« Kyaa !? … Ne sors pas de nulle part en appelant des gens comme ça. Ça m’a surprise. » (Stolas)

« OK, mais ta surprise n’est-elle pas un peu trop grande ? » (Procell)

« C’est parce que tu… » (Stolas)

Pourquoi est-elle si consciente de moi ? Est-ce que c’est à cause de cette blague sans tact que j’ai faite il y a quelques jours ?

Je lui avais bien présenté des excuses par la suite, mais, peu importe ce que je fais, une fois que quelque chose a été dit, cela ne peut jamais être repris.

Cela ne devait plus jamais arriver. Ou dans tous les cas, pas après, lorsque les émotions suscitées par les courses de dragons me parviendront.

Pour l’instant, je m’étais raclé la gorge et j’avais changé de sujet.

« … Heu. On dirait que tu as beaucoup gagné, alors que je te vois visiter le coin pour les souvenirs, » (Procell)

« Oui, j’ai eu beaucoup de chance. » (Stolas)

Si un joueur gagne à Fafnir, en plus des jetons qui peuvent être échangés contre de l’argent, les joueurs gagnent également un nombre proportionnel de jetons spéciaux qui pourraient être échangés contre des cadeaux. Ces cadeaux ne pouvaient être obtenus nulle part ailleurs qu’Avalon.

La raison pour laquelle nous avions fait tout cela était pour nous protéger contre ceux qui souhaitaient obtenir les prix uniquement par le pouvoir de l’argent. Si quelqu’un pouvait simplement acheter ces prix sans jouer, cela ne servirait à rien d’avoir des prix. Donc, pour amener plus de gens à jouer — me donnant ainsi plus d’émotions — j’avais proposé cette méthode.

Parfois, cependant, certains joueurs seraient disposés à vendre leurs jetons spéciaux à des non-joueurs. Cependant, ces joueurs revenaient généralement au casino, alors ça ne me dérangeait pas.

Stolas portait beaucoup de ces jetons spéciaux. À en juger par la vue, j’avais pensé qu’elle en avait assez pour obtenir presque tous les prix.

« Je n’arrive pas à choisir... oh, ces boucles d’oreilles sont jolies. » (Stolas)

« Tu as un goût exquis. Ces boucles d’oreilles sont fabriquées par Rorono, tu sais. » (Procell)

C’était le genre de boucle d’oreille sur laquelle on pouvait clipser sans avoir besoin de se percer les oreilles.

Il y avait une belle gemme bleue qui ressemblait à une goutte d’eau.

La majorité des prix que nous avions offerts consistaient en différentes sortes de potions fabriquées par Aura, ainsi que diverses choses fabriquées par Rorono et les Naines forgeronnes.

En général, nous considérions ces objets comme des échecs, voire des déchets, il était donc acceptable de laisser les humains avoir la chance de les obtenir.

« Cette fille a fait ça ? Alors, ce n’est pas une boucle d’oreille ordinaire, n’est-ce pas ? » (Stolas)

« Tu as raison. C’est un outil magique fabriqué avec la Matérialisation de Rorono. Cette compétence lui permet de fabriquer des objets qui contiennent une magie qu’elle pourrait utiliser personnellement. Et comme elle l’a démontré lors de ses communications avec les golems, elle est capable d’utiliser une forme de télépathie. Donc, en le portant, tout le monde peut communiquer avec d’autres par télépathie. » (Procell)

La capacité de communiquer avec les autres en temps réel dans un donjon était une capacité extrêmement puissante. Rien qu’en améliorant le taux de transfert des informations, une armée devenait beaucoup plus puissante.

« Est-ce que cela te va de proposer une chose aussi puissante comme un prix ici ? » (Stolas)

« Ce n’est pas aussi puissant que j’aurais pu le faire paraître. Il a quelques défauts. La première est que cela ne fonctionne que dans la même salle de donjon ou à moins de 300 kilomètres à l’extérieur d’un donjon. Son plus grand défaut cependant est qu’une boucle d’oreille ne peut communiquer qu’avec sa paire. Cela étant, nous disposons d’autres outils plus pratiques. Pour les humains, cependant, cela devrait être une chose miraculeuse, et c’est la raison pourquoi c’est l’un des prix. » (Procell)

Si la portée devait de toute façon être limitée à une salle de donjon, les dispositifs de communication que j’avais créés avec Création seraient amplement suffisants. Au moins, ces choses ne seraient pas limitées aux transmissions en face à face.

À propos, tous mes monstres humanoïdes avaient reçu ces dispositifs de communication que j’avais conçus pour qu’ils puissent mieux se coordonner.

« Je vais prendre celles-ci. » (Stolas)

Stolas l’avait dit en échangeant ses jetons spéciaux contre une paire de boucles d’oreilles. Dès qu’elle les avait eues, elle avait immédiatement brisé le sceau qui les retenait.

« Es-tu sûre que ça te va ? » (Procell)

« Ouais. Je suis tombée amoureuse de ça à première vue. C’est tellement beau. Dis-moi, Procell, veux-tu avoir l’autre ? » (Stolas)

Tout en détournant le regard, elle avait présenté l’une des boucles d’oreille vers moi.

« Je pense que c’est mieux de le donner à l’un de tes subordonnés. » (Procell)

« Je n’ai pas vraiment besoin d’un outil pour communiquer avec mes monstres. Nous avons Rozelitte pour ça. » (Stolas)

Oh oui, Rozelitte a cette capacité absurdement puissante.

Quelle que soit la distance physique ou la distance en termes de nombre de salles de donjon, elle pouvait communiquer par télépathie avec toute personne appartenant à la même armée que la sienne.

« Alors, pourquoi choisir les boucles d’oreilles ? » (Procell)

« Nous sommes dans la même faction, n’est-ce pas ? Si nous avons des problèmes, il vaut mieux avoir un autre moyen de se contacter, non ? Je veux dire, bien sûr, la portée est limitée, mais cela peut toujours s’avérer utile. Plus que cela, je veux juste un moyen d’être connecté avec toi, Procell. » (Stolas)

Stolas me l’avait dit d’une voix très réduite.

Elle veut être connectée avec moi ? Quelle chose incroyablement adorable à dire !

« Je comprends. Je vais accepter avec reconnaissance. Je te remercie » (Procell)

« Non, non, merci d’avoir accepté. » (Stolas)

Elle l’avait dit et avait ensuite mis l’une des boucles d’oreille sur moi. Pour rendre la pareille, je voulais mettre l’autre sur elle. Quand elle avait soulevé son visage pour me faciliter la tâche, je m’étais rappelé à quel point elle était incroyablement belle.

« Fufu, c’est un peu bizarre pour nous de porter le même accessoire, non ? Mais je suis contente que nous le soyons. » (Stolas)

« Tu sais, si un étranger nous voyait, ils pourraient nous prendre pour des amoureux. » (Procell)

Après que je l’ai dit, nous nous étions regardés sans rien dire.

Nous nous sentions tous les deux mal à l’aise et détournions les yeux. Trouvant amusant que nous ayons tous deux fait cela, nous avions ri de notre sottise.

Mais ensuite, j’avais entendu quelqu’un se racler la gorge.

« Ahem… Procell, c’est un sacré courage que tu as, pour avoir une liaison publique juste devant moi. » (March)

« Une liaison ? Stolas et moi ne sommes pas comme ça. » (Procell)

« Exactement. March-sama, ce n’est pas le cas entre nous ! » (Stolas)

Stolas et moi avions rapidement nié l’accusation.

 

 

March, quant à elle, nous regardait avec dédain.

« Je vous prendrai au mot. Mais pour rappel, je préférerais de loin que vous soyez ouvert à ce sujet plutôt que de vous faufiler derrière mon dos. S’il s’avère que vous vous aimez bien ou même que vous êtes tous les deux devenus amoureux, ça me convient tant que vous venez et que vous m’en informez. Si vous ne le faites pas, soyez prêt à être puni. Personne ne se moque du Seigneur-Démon de la Bête. » (March)

Un frisson me parcourut le dos. Je ne voulais même pas imaginer ce que serait la punition de March.

<<La deuxième course est sur le point de commencer. Ceux qui ont acheté des billets pour la deuxième course, veuillez vous rendre au théâtre au deuxième étage.>>

Il est déjà temps pour ça ? Dan et Ast iraient probablement au théâtre seuls. Les pièces VIP que je leur ai remises devraient leur procurer des sièges VIP.

« Bon, allons-y. »

« Ouais, allons. Si nous ne nous dépêchons pas, nous risquons de manquer l’événement principal. »

« Tsk, j’ai trouvé un moyen de sortir. Bien, mais n’oublie pas ce que j’ai dit, tu entends ? »

Stolas et moi avions réussi à nous échapper.

… Je ne doutais pas que Stolas prenne soin de moi, mais malgré cela, je croyais fermement que rester tels que nous étions était pour le mieux.

*

Après un moment de marche, nous avions atteint la zone VIP.

Outre nous, de nombreuses personnes connues étaient présentes, telles que des nobles de haut rang et des marchands prospères.

Récemment, beaucoup de gens comme Conanna venaient souvent ici et bavardaient avec les autres afin de tisser des liens personnels. Mais là encore, peut-être était-ce à prévoir d’un tel endroit.

C’était un peu audacieux de ma part d’amener tout le monde dans l’espace VIP alors que l’endroit était comme ça, mais c’était quand même bien préférable à l’espace réservé aux admissions générales.

Et comme il s’agissait de la zone VIP, les paris pouvaient être placés ici à tout moment avant le début de la course correspondante.

Dan et Ast avaient profité de cela. Ils s’étaient assis sur un canapé, avaient bu de l’alcool et avaient lu le dernier journal sur les courses de dragons volants avant de décider enfin sur quel dragon ils parieraient.

Leur majesté habituelle avait disparu depuis longtemps. Ils n’étaient plus que deux vieillards.

À propos, ils semblaient également avoir acheté des gâteaux en forme de grenouille.

Quant à nous, nous avions commencé à nous asseoir.

Quand j’avais vu l’alcool des vieillards, cela m’avait aussi donné l’envie de boire. J’avais donc fait appel à un membre du personnel et nous avions commandé du vin rouge de haute qualité.

Dan et Ast avaient fait de même, car apparemment, l’alcool qu’ils avaient apporté était déjà fini.

Ils ont bu avant de venir ici et pourtant ils en veulent encore ?

Comme cela, nous avions passé le temps avec une discussion joviale.

Après un moment, la course avait commencé. Il semblerait que le pouvoir de la course à exciter la foule ait affecté même les Seigneurs-Démons.

Surtout Dan. Loin de son calme et de sa discrétion habituels, il agrippait fermement son billet et applaudissait fort son dragon.

À ce moment-là, j’avais compris pourquoi il n’avait pas emmené Fel, sa fille bien-aimée. Il ne voudrait jamais lui montrer cela, seulement son côté qui était un Seigneur-Démon majestueux et cool.

Mais est-ce correct de le montrer à March ?

« Kyuuuuuu! Gau, gau ! » (Enlil)

Brûlant de sentiment de rivalité envers les Dragons des Ténèbres montrés à l’écran, Enlil s’écria du haut de l’épaule de Stolas.

« Enlil, est-ce que tu veux concourir aussi ? » (Stolas)

« Gau ! » (Enlil)

abandonne. S’il te plaît, abandonne. Si tu participes, ce n’est plus vraiment une course. Tout au plus, ce sera une course à la deuxième place. Les Dragons des Ténèbres seront sûrement dévastés.

Quelques instants plus tard, la course se termina.

Apparemment, Ast n’avait pas bluffé quand il avait dit qu’il pouvait dire quel Dragon des Ténèbres était le meilleur. Son pari était parfait.

« Oui !!! J’ai gagné cette fois-ci ! » (Astaroth)

« Bon sang. » (Dantalian)

Astaroth, le vainqueur, éclata de rire tandis que Dantalian, le perdant, baissa la tête.

« Hahaha ! Procell, je me suis beaucoup amusé aujourd’hui. Le jeu, la nourriture, l’alcool, ils étaient tous super. Ils me donnent presque envie de passer le reste de ma vie ici ! » (Astaroth)

« C’est bon à entendre. J’espère que tu utiliseras tes gains et feras des folies sur des choses extravagantes en ville ce soir. » (Procell)

« Bien sûr bien sûr. Tout est sur moi ce soir. Tout le monde, venez avec moi en ville, d’accord ? Allons nous amuser ! » (Astaroth)

Après avoir entendu l’offre généreuse d’Astaroth, j’avais commencé à réfléchir aux magasins les plus exquis que je puisse recommander. Un certain nombre de magasins haut de gamme destinés aux nobles et aux riches négociants avaient récemment ouvert leurs portes à Avalon.

La course terminée, les VIP étaient sortis de la salle.

Les seuls qui restaient étaient nous, les Seigneurs-Démons. En tant que tels, nous pourrions maintenant parler en tant que Seigneurs-Démons sans nous inquiéter de ce que quelqu’un puisse nous entendre.

« Maintenant, allons-nous nous mettre au travail ? Je crois qu’il y avait une raison pour laquelle vous êtes venus ici… ? » (Procell)

« Fumu, c’est ça. Procell, Stolas, il y a quelque chose que je dois dire à vous deux. Comme vous le savez, je n’en ai plus pour longtemps dans ce monde. C’est pour cette raison que j’ai légué à d’autres ce que j’ai accumulé au fil des ans. Cependant, certaines choses sont trop difficiles à gérer, même pour les Seigneurs-Démons de ma faction. » (Astaroth)

Astaroth s’arrêta un peu avant de continuer.

« À l’origine, j’avais envie de le confier à toi seule, mais c’est juste trop pour toi maintenant. Et donc, je veux que toi et Procell fassiez l’épreuve du dragon. En surmontant l’épreuve, l’un de vous héritera de mes dragons les plus puissants. De plus, soit Enlil, soit Duke recevra l’Empereur Dragon de César, mon atout, et deviendra un véritable empereur-dragon. Je me rends compte que donner cela à de nouveaux Seigneurs-Démons entraînera une pénalité et je suis tout à fait prêt à recevoir ce que cela pourrait être. » (Astaroth)

Le battement de mon cœur s’était amplifié. L’armée de dragons la plus puissante et le fait de devenir un véritable empereur de dragons étaient sans aucun doute d’un grand héritage.

« Alors, êtes-vous prêts à entreprendre l’épreuve du dragon ? » (Astaroth)

Cependant, il était hors de question que l’épreuve visant à déterminer si nous étions dignes d’un tel héritage allait être une épreuve ordinaire.

Je me demande à quoi ressemblera l’épreuve.

En demandant à mon cœur bruyant de se taire, j’avais hoché la tête.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. merci pour ce chapitre, hâte de savoir en quoi consistera l'épreuve^^.

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire