Maou No Hajimekata – Tome 1 – Chapitre 10 – Partie 5

***

Chapitre 10 : Faisons ressentir le désespoir aux aventuriers avides

Partie 5

Après cela, plusieurs jours s’étaient écoulés. Aur visiterait la cellule de prison de Sharl avec son petit déjeuner, et après lui avait fait l’amour, il partait. Ce genre de vie avait continué pendant un certain temps. Immédiatement après avoir fait l’amour avec Sharl, Aur changeait de visage pour ressembler à Alan et entrait dans la cellule de Nadja, mais Sharl n’en était pas consciente et elle ne pouvait pas faire face à ça pour le moment.

Contrairement à Nadja qui avait toujours eu l’impression d’avoir beaucoup de temps libre en prison, pour le meilleur ou pour le pire, Sharl avait passé la majorité de son temps à s’inquiéter.

Quant à ce qui l’inquiétait, c’était de savoir comment séduire Aur...

En disant cela, ce n’était pas comme si elle avait cédé au plaisir ou qu’elle était tombée sous le contrôle d’Aur. C’était quelque chose qu’elle était obligée de faire. Chaque fois qu’elle le rencontrait, elle devait utiliser des mots différents pour mendier son affection et le supplier pour son sperme.

Quels mots avaient été choisis et comment devrait-elle les prononcer ? Toutes ces choses étaient quelque chose à quoi elle devait réfléchir de manière indépendante. La condition étant que si Aur n’aimait pas le contenu des paroles prononcées par elle, il ne lui ferait pas l’amour et les conséquences suivraient.

C’est ce qu’Aur lui avait dit lors de sa deuxième visite dans la cellule de Sharl.

Après cela, les jours d’essais et d’erreurs pour Sharl avaient commencé. La deuxième fois qu’il lui avait rendu visite, elle lui avait dit « S’il vous plaît, violez-moi », et elle avait été rejetée par Aur. Après avoir été perdue quant à quoi dire, elle était finalement venue avec. « S’il vous plaît, aimez-moi, faites-moi grâce de votre affection. »

Si, par hasard, Alan l’avait choisie pour être sien, c’est le genre de mots qu’elle lui dirait. Ces paroles pures qui sortaient du cœur d’une fille qui s’épanouissait d’amour, étaient souillées d’une énorme quantité de fluides nuageux.

Au troisième tour, elle avait été contrainte par Aur à tisser un ensemble de mots indécents. « Qu’est-ce qu’un mot indécent ? » Ce jour-là, dans l’après-midi, son repas lui était transporté par cette fille aux cheveux noirs qui ressemblait à une belle poupée. La fille aux cheveux noirs transformée en démon.

Complètement à l’opposé de Sharl, cette femme avait des seins très massifs, et cette démone lui apprenait beaucoup de mots vulgaires à utiliser. Elle pensait qu’une démone serait l’une des créatures les plus terrifiantes, mais cette démone était vraiment amicale et lui parlait comme si elles avaient été des amies depuis très longtemps, Sharl avait rapidement ouvert son cœur à cette démone et avait commencé à étudier avec zèle sous son enseignement.

Au quatrième tour, elle s’allongea sur le lit et écarta volontairement les lèvres de son vagin avec ses doigts, « S’il vous plaît, Seigneur Aur, poussez votre gros pénis dans la chatte de votre Sharl, » quand elle déclara ceci, Aur montra une expression choquée, et il loua Sharl en disant qu’elle avait très bien agit.

Le fait d’être contrainte de faire quelque chose de honteux et d’humiliant comme ça ne la rendrait pas heureuse même si on la louait. C’était ce que Sharl pensait à l’origine, mais quelque part au fond de son cœur, il y avait cette étrange palpitation qui restait.

Après ce jour-là, Sharl avait passé la majeure partie de la journée à réfléchir à des mots pour inviter et séduire Aur. Si elle pouvait rendre Aur heureux, elle pourrait assurer la sécurité de ses compagnons. Si tel était le cas, elle croyait qu’elle devait y consacrer tous ses efforts.

De temps en temps, la démone passait après ses repas pour l’aider et lui donner quelques idées. La démone renforça le vocabulaire insuffisant de Sharl et lui donna des conseils, mais elle ne lui apprenait jamais exactement quoi dire. Après tout, c’était Sharl qui devait composer les mots par elle-même.

Dernièrement, ce n’était pas seulement quand elle essayait de le séduire au lit, mais juste avant l’éjaculation d’Aur ou juste après, et même au plus fort de leur passion, elle utilisait constamment des mots qui l’excitaient. C’est le conseil qu’elle avait reçu de la démone. Depuis qu’elle avait commencé à le faire, elle avait senti que ses interactions avec Aur étaient devenues beaucoup plus légères et plus douces qu’auparavant. Même si c’est un magicien maléfique, elle sentait qu’aussi longtemps qu’elle était dévouée et sincère envers lui, son acte de bonne foi lui serait transmis.

Et aujourd’hui aussi, elle allait faire l’amour avec Aur.

« Seigneur Aur... S’il vous plaît, utilisez votre magnifique bite et violez la chatte de votre Sharl jusqu’au fond, s’il vous plaît versez beaucoup de votre sperme et faites-moi devenir enceinte de votre enfant..., » déclara Sharl.

Sharl était à quatre pattes sur le lit, secouant son cul d’avant en arrière, elle le taquinait pour qu’il vienne. Bien qu’il n’ait même pas touché à son jardin secret, il débordait déjà de son épais jus d’amour. Elle ne se contentait pas d’offrir à Aur un service de belles paroles, elle faisait aussi des préparatifs physiques pour qu’elle puisse lui plaire. C’était la suggestion donnée par la démone, Sharl avait facilement consenti et avait même été légèrement impressionnée par la suggestion.

S’assurer d’être attentif à tous les détails était l’une des choses nécessaires pour fournir un service parfait à l’autre. Par conséquent, elle s’était donné comme priorité absolue de penser aux besoins de l’autre partie.

« Tu es devenue assez douée pour la persuasion, n’est-ce pas ? Gentille fille, Sharl, » déclara Aur.

Tout en la félicitant, Aur s’agrippa fermement à la taille de la jeune femme et, d’un seul coup, il pénétra profondément en elle.

« Haahnn... Le gros engin du Seigneur Aur est... rentré en moiiii..., » déclara Sharl.

En l’insérant dans son vagin humide et préparé, il n’y avait plus de résistance ni la douleur qu’elle avait subie lors de sa première expérience. Tout le corps de Sharl ne pouvait que ressentir un plaisir massif qui s’enroulait autour d’elle.

« Poussez-le autant que vous le voulez... S’il vous plaît, goûtez pleinement la chatte de Sharl au contenu de votre cœur, » déclara Sharl.

En accord avec les poussées pelviennes d’Aur, Sharl bougea sa taille de manière à s’assurer que son pénis ne sorte pas à mi-chemin. Lorsqu’elle s’adapta au rythme de ses poussées pelviennes, il devient possible de couvrir une plus grande distance de poussée et ainsi le plaisir qu’elle ressentait doublait aussi.

Bien qu’il soit important de s’inquiéter des besoins de l’autre partie, après tout, le sexe n’était pas quelque chose que vous pouviez faire seul. Comme il n’était pas possible de lire dans l’esprit de l’autre personne, elle ne pouvait qu’utiliser les sensations qu’elle ressentait elle-même comme une norme pour évaluer le bien-être d’Aur. En d’autres termes, en ce moment, elle pensait que si ses mouvements pouvaient la faire se sentir extrêmement bien, cela devait signifier qu’Aur se sentait aussi vraiment bien.

Acceptant les conseils de la démone, Sharl secoua volontiers sa taille dans un désir insatiable de ressentir plus de plaisir.

« Kuu, c’est bien, Sharl..., » gémit Aur en parlant. Bien que le ton de sa voix semblait être à l’agonie, c’était en fait la preuve qu’un homme se sentait vraiment bien. Les hommes ne paniquaient pas d’une voix aiguë comme les femmes.

« C’est tellement bon, Seigneur Aur, je me sens aussi tellement bien, plus ! S’il vous plaît, poussez-le encore plus en moiiiii ! S’il vous plaît, sentez tout l’intérieur de ma chatte ! » demanda Sharl.

Quant à Sharl, elle gémissait d’une voix aiguë. Exprimer comment vous vous sentez quand vous vous sentez bien est important. Vous n’avez pas besoin de faire semblant, vous n’avez qu’à dire franchement ce que vous ressentez sur le moment présent. C’est bon, parce qu’Aur va certainement vous faire vous sentir très bien.

Les paroles de la démone se répétaient sans cesse dans son esprit, et Sharl les mettait en pratique avec assiduité. Plus elle écoutait les conseils de la démone, plus le pénis d’Aur palpitait et gonflait, et cela rendait Sharl vraiment heureuse.

« Ahhhh, c’est si bon, je suis en train de jouir, je suis en train de jouir ! En étant frappée par la bite du Seigneur Aur, je vais jouiiiiiiirrrrr ! Sortez ce truc blanc ! Le sperme du Seigneur Aur, s’il vous plaît, versez-en beaucoup à l’intérieur de moi !! » déclara Sharl.

Sharl avait tendu sa colonne vertébrale et, pour se préparer au plaisir qui allait surgir de tout son corps, elle se tendit les hanches. Cependant, peu importe le temps qui passait, elle n’avait pas été capable de ressentir la vague habituelle de plaisir qui déferlait sur tout son corps. C’était parce qu’Aur avait complètement arrêté les mouvements de sa taille.

« Seigneur Aur... ? » demanda Sharl.

Avec une expression de curiosité, Sharl regarda Aur par-dessus ses épaules.

« Tu veux que je te fasse jouir ? » demanda Aur.

« Oui, je veux vraiment jouir... Je vous en supplie, laissez-moi jouir, s’il vous plaît, » demanda Sharl.

Sharl remua la taille avec empressement. Cependant, parce qu’elle rampait à quatre pattes, elle ne pouvait pas vraiment bouger son corps librement et cela ne faisait que lui donner encore plus envie de ce plaisir.

« Dans ce cas, dis-moi ton vrai nom, » demanda Aur.

« C’est..., » commença Sharl.

Les elfes étaient beaucoup plus proches d’être un esprit qu’un humain. Pour eux, leur vrai nom avait une signification extrême, surtout parce qu’elle était aussi une utilisatrice de magie. Ce n’était pas aussi simple que de lui donner son âme. Son vrai nom était essentiellement tout son être. Si elle disait son vrai nom à Aur, ce serait la même chose que de laisser Aur tenir toute son existence dans le creux de sa main.

Comme preuve de l’importance de ce fait, même l’elfe noire Ellen qui le servait et qui avait déjà juré allégeance à Aur ne lui avait pas révélé son vrai nom.

« Tu veux jouir, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

« Ahhhh, oui, s’il vous plaît, laissez-moi jouir, » demanda Sharl.

Reprenant lentement ses poussées pelviennes, Sharl éleva une voix douce. Cependant, cette vitesse était insuffisante. Comme Aur bougeait si lentement, cela n’avait fait qu’attiser les flammes de la passion de Sharl.

« Seigneur Aur, s’il vous plaît, pardonnez-moi... ! Mon vrai nom, mais pas mon vrai nom... Ahhhh, p-plus, plus fort... Ahh, oh non, s’il vous plaît, ne vous arrêtez pas, » déclara Sharl.

Aur jouait avec Sharl en arrêtant ses mouvements par intervalles. Bien qu’il continuait simplement à fournir une stimulation lente et graduelle qui ne pouvait pas la laisser atteindre son apogée, au lieu de la refroidir, cela ne faisait que réchauffer son corps, c’était un mouvement exquis.

« Seigneur Aur, non, ne vous arrêtez pas... Plusss, s’il vous plaît, faites tout ce que vous voulez avec moi ! Ahh, non, s’il vous plaît, mettez-le plus profond, plus profond, s’il vous plaît plongez votre bite dure et puissante, Seigneur Aur, au fond de la chatte mouillée de votre Sharl, s’il vous plaît remuez l’intérieur de Sharl ! » demanda Sharl.

Tout en secouant son cou, Sharl pressa intensément sa taille contre Aur. Tenant fermement sa taille, Aur lui chuchota à voix basse.

« Bien, tu n’as pas besoin de me dire ton vrai nom. Mais en retour, tu me dédieras tout ce que tu veux. Si tu jures de devenir mon esclave sexuel qui obéira à tous mes ordres, celle qui ouvrira son corps pour être utilisée à tout moment, je te donnerai ce que tu désires le plus, » déclara Aur.

Sharl s’était vue offrir un autre chemin, et elle crie aussitôt. « Je vais le faire ! Je vais le faire ! Sharl est désormais l’esclave sexuelle du Seigneur Aur, s’il vous plaît, faite de moi l’esclave personnelle du Seigneur Aur !! »

Si vous dites ces mots, je suis sûre qu’Aur deviendra très heureux, mais assurez-vous de le garder comme votre carte maîtresse, d’accord ?

Quelqu’un souriait énormément tout en lui apprenant une telle chose, mais à partir de ce moment, elle ne pouvait plus se rappeler qui était cette personne. Cependant, même si elle croyait qu’il ne s’agissait que d’une sorte de jeu de mots indécent, répondre ainsi à la question d’Aur était une chose irréfléchie à faire.

« D’accord, à partir de maintenant, tu es mon esclave sexuel. Tu me dédieras ton corps, ton esprit et ton tout et tu écarteras tes jambes à tout moment. Tu ne pourras jamais désobéir à mes ordres, sois ainsi ! Et ainsi, je te permets de recevoir mon sperme ! » déclara Aur.

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhh, j’arrive, ça arrive ! Je vais jouis, je jouiisssss ! Le sperme du Seigneur Aur arrive enfin, Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !! » Alors qu’Aur lui envoyait tout son sperme d’un coup, Sharl ne pouvait que crier comme un animal.

« Nettoie-le, » ordonna Aur.

Quand il avait sorti son pénis d’elle, il l’avait présenté devant Sharl. Elle avait fait ramper avec joie sa langue partout sur lui. La modeste et pieuse prêtresse elfe blanche n’était plus. Acceptant volontairement la malédiction d’Aur, elle avait prêté serment, et pour l’instant elle n’était que l’esclave sexuelle personnelle d’Aur qui désirait profondément son sperme et le plaisir qu’il lui donnait.

« Quel est ton vrai nom ? » demanda Aur.

« Je m’appelle Shirley Sutherland, Seigneur Aur..., » répondit Sharl.

Comme envoûtée, Sharl lui répondit avec obéissance, elle léchait la chose d’Aur avec beaucoup de plaisir et d’extase. Il n’avait pas besoin de son vrai nom. Après tout, les termes du serment étaient qu’elle lui avait volontairement « tout consacré », et Sharl l’avait volontairement accepté. À ce moment-là, elle lui avait déjà tout vendu, y compris son âme.

« Hmm. Alors dans ce cas, Shirley. Tu devrais te reposer un peu, » déclara Aur.

Quand Aur avait touché la tête de Sharl avec son doigt, elle s’était précipitée sur le lit et avait commencé à s’endormir profondément.

« Beau travail ~, » murmura une voix féminine.

De l’intérieur de l’obscurité du donjon, la silhouette de Lilu avait fait son apparition et elle avait montré son appréciation pour le travail acharné d’Aur.

« Oui, en effet, je suis un peu fatigué. Tu as aussi fait du bon travail cette fois, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Hier, Aur venait de corrompre Nadja avec succès. Le matin, il tenait compagnie à Sharl et l’après-midi, il devait faire face à Nadja. Il y avait aussi toutes les tâches administratives et exécutives qu’il devait accomplir en ce moment. Dernièrement, Aur avait été très occupé.

« C’est bon, c’est bon, ~... J’ai dû former une enfant complètement innocente et naïve avec plein de choses érotiques, alors c’était vraiment amusant à sa façon ~, » déclara Lilu.

Faisant un sourire indécent comme une succube comme elle le ferait, Lilu s’approcha d’Aur et commença à lui masser les épaules.

« Même ainsi, Maître, aimes-tu vraiment ce genre de choses ? Est-ce que ce serait mieux si je commençais à te supplier comme ça aussi ? “Maître, s’il vous plaît, utilisez votre robuste bite pour remuer l’intérieur de Lilu” comme ça ? » demanda Lilu.

Pendant qu’elle disait cela, Lilu murmurait dans ses oreilles et pressa ses seins contre son dos. Voyant cela, Aur avait été capable de deviner approximativement quelles étaient ses intentions.

« Ce n’est pas vraiment mon hobby en particulier. C’est juste que les mots qui viennent de l’âme ont un grand pouvoir. Surtout si c’est quelque chose que tu as toi-même dit. Même si elle sait que ce qu’elle dit est un mensonge, si elle continue à répéter les mots, cela acquerra une trace de la vérité. En fin de compte, il ne sera plus possible de dire la vérité à partir du mensonge. Le fait qu’elle soit une fille si déterminée rendait ça d’autant plus efficace. Bien que je lui aie dit qu’elle n’avait pas besoin de me donner son cœur, pour une fille aussi sérieuse qu’elle, c’était impossible au départ. Bien que cela dépende de qui il s’agit, il s’agit d’une méthode standard pour corrompre quelqu’un, » déclara Aur.

En disant cela, il ne restait plus qu’une seule personne... ce genre de méthode ne marcherait probablement pas pour cette fille magicienne, c’est ce qu’Aur pensait.

« Hmm. Vas-tu utiliser ce genre de méthode pour me corrompre aussi ? Vais-je tomber profondément amoureux d’Aur ? » demanda Lilu.

*gyuuu* elle le serrait dans ses bras par derrière, en chuchotant à Aur et en lui chatouillant les oreilles.

« Ce genre de méthode ne marcherait pas sur une créature aussi sournoise que toi. Si tu vois à travers mes actions comme étant un acte simulé, alors c’est seulement aussi bon qu’une simple performance théâtrale. D’ailleurs, ton existence même en tant que démon n’est-elle pas corrompue au départ ? » demanda Aur.

« Ahh, je suppose que tu as raison ~, en plus, même si tu n’as pas fait quelque chose comme ça, je t’aime déjà beaucoup, Aur, » répondit Lilu.

« ... Vraiment ? » Aur lui répondit d’une voix indifférente et Lilu posa doucement ses joues contre les siennes.

« Je le pense vraiment... tu sais ? » déclara Lilu.

Aur ne lui répond pas et se tient droit. Et quand il s’était retourné, il avait rencontré le regard de Lilu et lui avait dit. « Si on laisse ça de côté, tu dois avoir faim, non ? Tu mérites une récompense, je te tiendrai compagnie. Alors viens avec moi dans la chambre. »

« ... Nn. Suppperrr ~ ça fait un moment depuis mon dernier repas ~ ! » déclara Lilu.

Parlant d’une voix vive et colorée, Lilu était ravie. Tout en espérant qu’un jour il lui ouvrirait son cœur... Lilu possédait des pensées inhabituelles pour une démone.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire