Maou No Hajimekata – Tome 1 – Chapitre 10

***

Chapitre 10 : Faisons ressentir le désespoir aux aventuriers avides

***

Chapitre 10 : Faisons ressentir le désespoir aux aventuriers avides

Partie 1

« Kuuuuuuooooooooaaaaaa! »

Alors que l’ogre balançait ses puissants bras et libérait un rugissement bestial, Alan inclina légèrement son corps sur le côté afin d’éviter le coup. En même temps qu’il faisait ça, il avait brandi son épée et avait lâché une frappe éclair avec son épée. En un clin d’œil, la peau de l’ogre, qui était censée être aussi dure que l’acier, avait été recouverte d’un nombre incalculable de coupures.

« Guuuu... Gaaaaaaaaa ! »

Bien que tout son corps ait été couvert de coupures, il n’avait pas été intimidé du tout par Alan. À la place, l’ogre avait levé ses bras haut dans l’air afin d’écraser Alan comme une crêpe. À ce moment-là, la boule de feu que Wikia avait lancé avait explosé.

Alors que tout son corps était enveloppé par des flammes, même s’il était un ogre, il avait commencé à tituber et à trébucher jusqu’à tomber à genoux. À la suite de l’attaque, Nadja trancha rapidement dans le corps de l’ogre avec une frappe latérale, divisant son haut et son bas du corps en deux parties distinctives.

« Fuuuuh... »

Après avoir essuyé le sang présent sur son épée et l’avoir remise dans son fourreau, Sharl avait couru vers Alan et elle toucha son bras. Après avoir chanté une courte incantation, la lumière chaude était apparue autour des blessures d’Alan, et en quelques instants son bras s’était déjà rétabli d’une manière miraculeuse.

« Hmm, sa puissance est splendide. En coupant la cible en deux parties égales, dois-je nommer cette épée : “Épée Trancheuse” ? »

La Guerrière Nadja parlait avec joie. C’était elle qui avait été capable de sectionner complètement l’ogre en deux tout à l’heure. Elle avait les cheveux longs et ondulés et ils étaient de couleur rouge cuivrée. Il s’agissait d’une grande et belle femme. Elle était originaire du pays du sud nommé Grandeira, et elle avait un tempérament franc et simple.

« ... Ne serait-il pas mieux de l’appeler Épée longue +1 ou quelque chose comme ça ? »

La personne qui avait répliqué à Nadja d’une voix chuchotante était la magicienne Wikia. Wikia était une belle fille aux cheveux soyeux et lisses, de couleur argent bleutée, qui descendait tout droit sur son dos. Elle n’avait pas vraiment un visage très expressif et elle était assez timide, mais le fait est qu’elle était probablement la plus compatissante et la plus gentille du groupe.

« Ah, je pense que c’est un nom merveilleux. »

La prêtresse Sharl était intervenue et avait parlé avec nervosité. Elle avait les cheveux vert émeraude qui avaient été coiffés dans une coupe au carré, et elle était une jeune femme assez petite. Elle avait l’air très jeune, mais contrairement à son apparence, elle était une elfe blanche et était en vérité la plus âgée du groupe. Chaque fois que le groupe entrait dans une querelle, elle souriait vivement et calmait tout le monde avec son sourire.

« Alors cette épée s’appellera probablement “Épée Trancheuse”. »

Et la personne qui tapait son épée contre sa taille en répondant aux filles était le seul homme du groupe, c’était leur chef, l’épéiste Alan. Il avait les cheveux blonds et les yeux bleus, et c’était un bel homme. Non seulement il savait se servir de son épée, mais il était aussi capable d’annuler les pièges magiques, il était tout à fait polyvalent. Sa bravoure ne connaissait pas de limites. Il était capable de prendre des décisions calmes au milieu de la bataille, et il était un aventurier plein de ressources.

Avec seulement quatre individus, ils avaient l’intention de défier le donjon diabolique et brutal du magicien maléfique Aur, dont la rumeur parlait ces derniers temps. Ils avaient déjà mis les pieds au quatrième étage du donjon souterrain. Des gobelins, orcs, ogres, squelettes, libellules, limaces géantes... Toutes sortes de créatures avaient été envoyées pour arrêter leurs avances, mais aucun de ces monstres n’était leur égal.

À la place, parfois les monstres vaincus lâchaient des coffres au trésor et à l’intérieur de ces coffres, ils pouvaient obtenir des objets magiques puissants ou des pièces d’or, ce qui ne faisait que renforcer leur potentiel de guerre actuel. L’épée qu’Alan et Nadja avaient pu obtenir n’était que quelques-unes des choses qu’ils avaient réussi à obtenir.

« Si on laissait ça de côté pour le moment, Alan... Là-bas, » déclara Wikia.

Tirant sur la manche d’Alan, Wikia avait pointé son doigt vers l’angle du couloir. Quand Alan s’était retourné pour regarder où elle pointait du doigt, il semblait y avoir une sorte de grande porte. Elle était différente de toutes celles qu’ils avaient vues jusqu’à présent, car c’était une double porte qui semblait être assez solide.

C’était comme s’il proclamait au monde qu’il y avait quelque chose de valeur au-delà. Alan avait dégluti en voyant ça.

« Que devrions-nous faire ? » demanda Alan.

« Il me reste encore assez de mana. »

« Je vais bien aussi. »

« Je ne suis même pas fatiguée ! Je n’ai aussi aucun problème. »

Rien qu’en entendant cette seule phrase de sa bouche, les membres de son équipe avaient bien compris ses intentions et avaient rapidement fait état de leur situation physique.

« D’accord, alors allons-y ! » déclara Allan.

Avec un signe de tête, Allan examina lentement la porte. Il n’y a pas de serrure et il ne semblait pas non plus y avoir de piège. En regardant encore une fois les membres de son équipe, il renonça à utiliser des mots et leur avait plutôt donné un compte à rebours en utilisant des signes de la main.

3, 2, 1...

Au même moment où le compte à rebours avait atteint le 0, Alan avait ouvert la porte. Nadja passa d’abord par la porte, puis Alan passa à côté et sauta de l’autre côté de la porte. Sharl et Wikia suivirent rapidement et fermèrent la porte derrière eux. Leurs actions avaient été exécutées presque instantanément.

Pendant que Sharl et Wikia fermaient la porte, Alan et Nadja dégainaient leurs épées et couraient vers l’avant. De l’autre côté de la porte se trouvait un grand hall et un énorme monstre était assis au centre. Son corps devait mesurer environ trois mètres de haut, et le monstre possédait la tête d’une vache... C’est un Minotaure.

Alan et Nadja s’approchèrent du Minotaure avant qu’il ne soit capable de se lever et ils le coupèrent avec leurs épées depuis la gauche et la droite en même temps. Le Minotaure était encore assis alors qu’il soulevait son énorme hache et bloquait leurs attaques comme si ce n’était rien de spécial.

Le Minotaure, tout en faisant claquer sa langue avec mépris, s’était levé devant les deux personnes, et elles avaient ainsi rapidement sauté en arrière pour créer une certaine distance par crainte d’une contre-attaque.

Cette hache était quelque chose qui semblait avoir besoin de deux hommes pour la porter correctement. Pourtant, le Minotaure déplaçait cette grande et large hache d’une seule main comme si elle ne pesait rien.

En lançant ses attaques contre les deux aventuriers, combinant la longueur de cette énorme hache et la taille de son corps, la portée des attaques du Minotaure n’était pas un sujet de plaisanterie. Alan avait à peine réussi à éviter le coup en faisant un pas en arrière, mais Nadja n’avait pas pu l’éviter et avait été soufflée au loin.

« Est-ce que ça va ? »

Cependant, bien que la force du coup ait été suffisante pour diviser le corps d’une personne en deux, elle n’avait pas eu de blessures particulièrement graves. Sharl avait incanté un sort qui couvrait tous les membres de son groupe d’une faible lumière, appliquant un effet de réduction des dégâts.

« Ouais, j’ai été sauvée grâce à toi. Mais, je ne pense pas qu’on puisse l’aborder avec insouciance, » déclara Nadja.

Le Minotaure maniait sa grande hache dans cette large zone. Bien qu’Alan soit à peine capable d’éviter ses coups, lorsque le Minotaure utilisa sa hache pour frapper le sol, la puissance du choc faisait voler des parties du sol en tant que débris vers Alan, et cela lui causa d’innombrables blessures mineures. De plus, parce que des parties du plancher étaient détruites, Alan était incapable d’utiliser efficacement ses déplacements rapides et il devenait de plus en plus difficile pour lui d’éviter les attaques.

« ... Je vais essayer d’arrêter ses mouvements, car je ne pense pas qu’on puisse tenir plus longtemps, » déclara Wikia.

Tout en disant cela, Wikia commença à réciter une longue incantation. Nadja hocha la tête et se précipita vers le Minotaure.

Voyant son approche, le Minotaure avait brandi sa hache et il effectua un balayage latéral.

 

 

« Uohhhhhh! » rugissant, Nadja planta fermement son épée contre le sol.

Immédiatement après ça, bien qu’un impact d’une grande force se précipitait à travers son corps, elle avait réussi à bloquer le coup de la grande hache avec son épée, qui s’était arrêtée juste devant elle. Une blessure avait été occasionnée à Nadja et bien que la lame se soit enfoncée dans son bras gauche qui tenait l’épée en place, ce n’était pas du tout une blessure qui la mettrait hors d’usage.

Après ça, un mur de pierre s’éleva des deux côtés du Minotaure. Il s’agissait du sort de Wikia. Normalement, ce mur de pierre était utilisé comme un sort défensif, mais un sort de maléfice de faible puissance ne pouvait pas arrêter les mouvements du Minotaure, alors cette méthode avait été utilisée à la place.

« Nadja, suis-moi ! »

Voyant une opportunité, Alan se lança vers le Minotaure. Le Minotaure avait rapidement réagi et ramena sa grande hache vers lui-même, puis il l’avait basculée vers Alan de toutes ses forces.

Cependant, Alan esquiva avec agilité. Grâce au mur de pierre qui l’emprisonnait des deux côtés, le Minotaure ne pouvait pas manier librement sa hache et se limitait à des mouvements pour faire de petites frappes. Ce simple fait avait rendu l’esquive bien plus facile pour eux. Et puis, utilisant le fait que le Minotaure visait Alan, Nadja avait sauté sur le poignet du Minotaure en utilisant ça comme prise de pied.

Puis, courant vers le haut de ses gros bras comme un ensemble d’escaliers, elle avait frappé avec son épée avec ses deux mains dans un mouvement de balancier. Son but était de porter un coup de grâce, droit dans le cou du Minotaure.

Cependant, même si son épée était assez tranchante pour diviser le corps d’un ogre en deux, elle ne suffisait pas à couper le cou musclé d’un Minotaure. Après avoir creusé sa peau sur environ 30 cm, l’épée s’était arrêtée en place.

« Kuu, bon sang ! » cria-t-elle.

Paniquant, elle avait essayé de sortir l’épée, mais ce n’était pas non plus possible.

« C’est dangereux, attention ! »

Un choc avait frappé Nadja. Mais ce n’était pas une attaque du Minotaure. En fait, c’était le bras d’Alan qui l’avait repoussée. Et, Alan qui avait pris le coup à sa place avait été envoyé avec force dans les airs par les bras solides du Minotaure. Il avait dansé dans les airs comme une poupée de chiffon et c’était vraiment un spectacle choquant à voir.

« Alannn !! » Wikia, habituellement calme, avait crié.

« Je vais... b-bien, ne vous inquiétez pas pour moi ! » Alors que du sang coulait de sa bouche, Alan était parvenu à répondre d’une voix étouffée.

« Faites... le ! Finissez-le... Sharl, Wikia, Nadja ! » déclara Alan.

Alan leur avait donné ses ordres. Les trois filles avaient immédiatement compris ses intentions.

Le Minotaure avait utilisé ses mains pour se balancer et il frappa le mur de pierre. Le mur n’était qu’une construction temporaire créée par magie, et il n’était pas à la hauteur de la force physique du Minotaure.

Alors que le Minotaure rugissait, le mur de pierre s’était effondré.

« Buuuuuuuuuuuooooooooooooo ! »

Blessé, il devint furieux et le Minotaure avança. Son but était Nadja.

« Dieu, accordez-moi la lumière ! »

À ce moment, Sharl envoya un projectile de lumière magique. Cette lumière qui détruisait les créatures des ténèbres et les démons était une lumière divine. Ce sort n’avait pas pu endommager l’épaisse fourrure du Minotaure, mais cela avait suffi à l’aveugler.

Perdant momentanément la vue à cause du fort éblouissement, le Minotaure chancela. Le Minotaure la chargeait en pointant sans but ses cornes vers elle, Nadja sauta une fois de plus et se dirigea vers son cou. Comme elle n’avait rien à la main, Alan lui lança une épée. Presque en même temps, la magie de Wikia s’enroulait autour de l’épée, la faisant briller.

« Uooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !! »

Utilisant toute la force de son corps, Nadja frappa avec son épée directement sur le côté gauche du cou, et cette fois-ci, avec son coup d’épée, elle coupa proprement le cou du Minotaure en deux. Son grand corps avait tremblé et s’était violemment écrasé sur le sol.

« Tu vas bien, Alan !? »

« Je vais tout de suite guérir tes blessures, d’accord ? » déclara Sharl.

« S’il te plaît, ne sois pas si imprudent la prochaine fois. »

Peu de temps après, ils avaient été absorbés par les émotions profondes de la victoire, et les filles s’étaient toutes précipitées vers Alan. En plaçant sa main contre l’estomac d’Alan, Sharl parla rapidement et chanta sa magie de soins.

« Tu me sauves la vie, Sharl, » déclara Alan.

Peu de temps après, ses blessures avaient disparu et Alan tapotait la tête de Sharl. Sharl avait l’air vraiment heureuse alors qu’elle ferma les yeux et sourit joyeusement. Les deux autres filles Wikia et Nadja grognèrent cependant une plainte.

« Qu’en est-il de moi ? C’est moi qui ai porté le coup de grâce, tu sais ? » déclara Nadja.

« Je pense que j’ai aussi joué un rôle actif de différentes manières, » déclara Wikia.

« Je comprends, Nadja et aussi Wikia, merci à vous deux pour votre dur labeur, » déclara Alan.

Quand il leur caressa la tête, Nadja avait souri avec joie et Wikia laissa sortir de ses lèvres. « Nous deux en même temps ? » alors qu’elle rougissait. Alan se rendit compte que les trois filles l’aimaient bien. Cependant, depuis longtemps, il n’avait pas été en mesure de choisir celle qu’il aimait le plus.

« Je me demandais qui pourrait aller si loin, il s’avère que c’est un coureur de jupons comme toi ! »

Soudain, une voix profonde qui semblait venir des parties les plus profondes de l’enfer se fit entendre. Paniqués, ils se tournèrent vers la source de la voix, et il y avait un homme aux cheveux ambrés. Cependant, il était assis juste au-dessus du cadavre du Minotaure et comme s’il les évaluait, il regardait les membres du groupe d’Alan.

Alors qu’il portait un étrange masque, ils étaient incapables de discerner son apparence sous le masque, il n’apportait pas d’armes et ne portait pas d’armure. Il avait l’air d’un homme ordinaire. Cependant, avant qu’il ne les appelle, ils n’avaient même pas remarqué sa présence, et cette anomalie était suffisante pour qu’Alan et son groupe lèvent leurs armes.

« Ne me dites pas... Vous êtes ? Le magicien maléfique, Aur ? » demanda Wikia.

« Précisément, » répondit Aur.

Aur acquiesça à la question de Wikia. Avec l’apparition inattendue du maître du donjon, le groupe d’Alan avait commencé à sentir la tension monter.

« Hmph, de penser que le magicien qui a causé le chaos dans tout le pays soit un si jeune homme. De plus, il n’amène même pas de gardes et il se montre nonchalamment à nous. Ne sommes-nous pas très chanceux ? » déclara Nadja.

Nadja avait brandi son épée. L’épée faisait partie de la ligne de vie d’un épéiste. Avant de courir vers Alan, elle l’avait déjà ramassée. Si elle ne l’avait pas fait, elle serait dans une situation dangereuse en ce moment.

Sans avoir besoin de donner le signal, Nadja et Alan s’étaient mis à courir en même temps. Considérant qu’ils faisaient face à un magicien, le meilleur plan d’action était d’attaquer rapidement, du moins c’était la théorie. Peu importe à quel point un magicien était puissant pour manipuler l’énergie magique, son corps était généralement faible et lent. C’était très efficace si vous étiez capable de les tuer avant qu’ils n’aient la chance de chanter des sorts magiques.

Alan visait le cou et Nadja visait le torse. Le coup ne lui était pas parvenu, pour une raison quelconque, le corps d’Aur ne pouvait pas être endommagé.

« L’homme au corps souple agit comme une distraction, tandis que la femme porte le coup de grâce. La prêtresse est adepte de la magie curative et se prépare à toute éventualité, tandis que la magicienne reste à l’arrière et couvre le groupe avec sa magie. Je n’aurais pas pensé que l’on pouvait si bien se coordonner et se déplacer instantanément en tant que groupe, » déclara Aur.

Parlant de tout son cœur, Aur observait les deux personnes qui s’étaient arrêtées devant lui. Il n’y avait pas que les deux personnes. Même les deux filles à l’arrière étaient incapables d’émettre des sons, d’ouvrir et de fermer la bouche, elles étaient incapables de prononcer une seule incantation magique.

« Cependant, même un groupe de ce calibre a été pris dans un piège aussi simple. Ne trouvez-vous pas que c’était un peu étrange ? » demanda Aur.

Entendant ses paroles, Wikia avait été effrayée et elle allait enlever l’anneau à son doigt, mais naturellement il ne s’enleva pas.

Ils étaient maudits. La bague de Wikia, le bâton de Sharl, les épées d’Alan et de Nadja, toutes ces choses qu’ils avaient obtenues du donjon étaient maudites.

Bien que les armes possédaient une puissance magnifique, elles étaient incapables de s’opposer au maître de ce donjon. C’était le genre de malédiction qui était présent.

« Alors, les épéistes ne peuvent pas bouger et les magiciens ne peuvent pas utiliser leur magie. Dans ce genre de situation, que diriez-vous que ce type vous tienne compagnie ? » demanda Aur.

Le corps du Minotaure qui avait perdu son cou se leva lentement du sol.

***

Partie 2

Au moment où elle s’était réveillée, Nadja se trouvait dans une pièce inconnue.

À l’intérieur de la chambre, il n’y avait qu’un lit basique et une jarre. De plus, trois murs entouraient la chambre, et le quatrième mur étant des barreaux de fer. C’était une prison, peu importe la façon dont vous la regardiez. Nadja secoua la tête pour se sortir de sa torpeur alors qu’elle était encore sur le lit. Cependant, c’était presque comme si une brume assombrissait son esprit, et elle ne pouvait pas concentrer ses pensées. Bref, elle essayait de réfléchir à ce qui était arrivé à son corps.

Peu à peu, ses souvenirs revinrent et sa conscience devint plus claire. Ce dont elle se souvenait, c’était que son corps ne pouvait pas bouger, et ce grand homme sans cou avait balancé ses bras vers elle. Ahh, ce n’était pas un homme, c’était un Minotaure, soupira Nadja. L’épéiste qui n’avait pas pu bouger avait été assommée par le Minotaure qui s’était soudainement relevé après avoir été décapité, et maintenant elle avait été séparée d’Alan et enfermée dans cet endroit.

Heureusement qu’elle n’avait pas été tuée, mais la situation semblait très sombre. Toutes ses armes et son armure lui avaient été retirées, la seule chose qui couvrait son corps était des vêtements ordinaires. C’était une robe d’une seule pièce, et comme la longueur de la robe était un peu courte, ses cuisses étaient à moitié exposées.

Les armes... elle se lamentait profondément de ses actions. Étant devenue extatique de pouvoir obtenir une nouvelle épée qui était en vérité maudite, elle avait abandonné son épée bien-aimée qui avait été avec elle pendant de nombreuses années. Si elle avait continué à utiliser son épée bien-aimée, elle aurait pu vaincre Aur.

Après avoir regretté ses décisions pendant un certain temps, elle avait commencé à changer son train de pensées. C’était une personne réaliste, et elle n’était pas du genre à s’inquiéter de son passé pour toujours. Ce qui comptait pour elle, c’était le présent et aussi l’avenir.

Ses plus grandes préoccupations étaient comme prévu, liées à Alan. Bien sûr, elle s’inquiétait aussi du bien-être de Sharl et Wikia, mais elle savait par les rumeurs que cet Aur était en train de rassembler de jeunes et belles demoiselles des villages voisins sous son contrôle. Bien qu’elle s’inquiétait de leur chasteté, mais en considérant qu’elle était elle-même vivante, il était probable que les autres filles étaient aussi indemnes. Du moins, pour l’instant...

Néanmoins, on ne pouvait pas en dire autant d’Alan. Certes, Alan était beau et assez maigre pour être confondu avec une fille, mais sans aucun doute, il était un homme. Il n’y avait aucune chance que quelqu’un le croisant se dise qu’il était une fille. Aur aura-t-il un sens à ce qu’il reste en vie ?

Alors qu’elle était malade d’inquiétude et qu’elle se creusait les méninges pour trouver des idées, sa réponse lui avait été brusquement montrée.

« Dépêche-toi de marcher ! »

L’une des Elfes noires pointa une lance vers le dos d’une autre personne et elle marchait vers la cellule de Nadja. Ce n’était pas quelqu’un qu’elle pouvait prendre pour un autre. C’était Alan, l’homme dont Nadja était tombée amoureuse.

« Alan ! » cria Nadja.

Lorsqu’elle s’approcha instinctivement de lui et avait saisi ses barreaux de fer, la femme elfe noire pointa la lance vers elle.

« Les mains contre le mur du fond ! Dépêche-toi ! » ordonna l’elfe.

Grinçant des dents, Nadja avait fait ce qu’on lui avait dit et avait posé ses mains au mur du fond et avait fermé les yeux. Un cliquetis avait retenti et la porte de la cellule s’était ouvert. Visant ce moment précis, elle s’était retournée et avait essayé de s’enfuir par la porte ouverte, mais au même moment, le corps d’Alan avait reçu un coup de pied vers la prison où elle se trouvait.

« N’essayez pas de faire quoi que ce soit de stupide, » déclara l’elfe. « N’oubliez pas que vous avez encore deux autres compagnons à notre merci, bande de salauds. »

Parlant d’une voix glaciale, l’elfe noir verrouilla la porte de la prison et s’en alla. Pour le moment, ils étaient en sécurité et indemnes. Se sentant soulagée, Nadja enlaça Alan dans un câlin.

« Alan, je suis si contente. Est-ce que ça va ? » demanda Nadja.

« Oui... Tu as aussi l’air d’aller bien, Nadja, » déclara Alan.

« Que s’est-il passé exactement ? » demanda Nadja.

Elle savait que son groupe avait été capturé, mais même si c’était le cas, comment se fait-il que seule Nadja ait été mise en prison avec Alan ? Même s’ils étaient supposés être ensemble, il n’y a pas beaucoup de sens ou de raison de placer Alan dans la même prison qu’elle.

« C’est une malédiction, » déclara Alan.

Se déplaçant d’une manière instable, Alan s’était assis sur le lit.

« Une malédiction de scellage magique s’est abattue sur nous. Dès que j’essaie d’utiliser la magie, une énorme quantité de douleur traverse mon corps, le rendant inutile. Sharl et Wikia sont également dans la même situation. Parce qu’ils n’ont pas senti que tu étais capable d’utiliser la magie, ils t’ont mis ici en première, » déclara Alan.

« ... Qu’est-ce qui s’est passé... ? » demanda Nadja.

« Pour l’instant..., et si Nadja s’asseyait aussi ? » demanda Alan.

Alan était assis sur le bord du lit et il tapota l’endroit à côté de lui.

« Ah, OK, » déclara Nadja.

Nadja s’était assise maladroitement à côté de lui. Elle avait pensé aux vêtements qu’elle portait. C’était un chiffon fin et grossier qui montrait clairement le contour de son corps, et cela exposait aussi ses cuisses. De plus, elle savait par la sensation qu’elle ne portait pas de sous-vêtements en ce moment.

« Cependant, cette malédiction est vraiment inquiétante, » déclara Alan. « Si la malédiction était appliquée en utilisant un objet maudit comme médium, il s’agirait simplement de détruire l’objet et de faire ainsi disparaître ses effets... »

Sharl pourrait être en mesure d’enlever la malédiction présente si elle en avait le temps, mais compte tenu du fait que la malédiction avait aussi été placée sur elle, personne ne s’attendrait à ce qu’elle soit capable de lever la malédiction dans un tel état. Après tout, le pouvoir miraculeux de Dieu qu’emprunte une prêtresse est aussi une forme de magie.

« ... Nadja, » Alan ne savait pas quoi faire après ça, alors il appela Nadja par son prénom.

« À l’heure actuelle, dire que c’est... Non, précisément parce que nous sommes dans cette situation, il y a quelque chose que je veux te dire, » continua Alan.

Quand Nadja tourna son regard, il la regardait attentivement dans les yeux.

« Je t’aime bien, Nadja. Je t’aime vraiment, » déclara Alan.

Trois secondes. Il avait fallu trois secondes à l’épéiste vétéran, pour juste être capable de traiter et d’interpréter les mots qui lui avaient été dits dans son cerveau. Après exactement trois secondes, le visage de Nadja avait été teinté en rouge vif instantanément.

« Eh, att..., eh... Vraiment ? » demanda Nadja.

Alan hocha la tête.

« Mais qu’en est-il de Sharl et Wikia... ? » demanda Nadja.

« Bien sûr, je les considère comme deux personnes très importantes pour moi. Mais, celle que j’aime, c’est toi, Nadja. Il n’y a que toi, » déclara Alan.

« Alan... Merci, je suis si heureuse, » déclara Nadja.

Un sentiment de culpabilité avait traversé l’esprit de Nadja pour les deux autres personnes. Cependant, c’était quelque chose qu’Alan avait choisi. Même si, par hasard, Alan devait choisir l’une des deux autres filles, il était probable que Nadja accepterait le résultat et leur donnerait simplement sa bénédiction. Arrivant à cette conclusion, elle accepta docilement sa bonne volonté envers elle.

« Je ne veux pas que tu me considères comme une femme indécente, mais..., » commença Nadja.

C’est ma seule chance. Ayant ces pensées, Nadja s’exprima ouvertement.

« Pourrais-tu... euh, c’est-à-dire, veux-tu coucher avec moi ? » demanda Nadja.

« ... Es-tu sûre de toi ? » demanda Alan.

Alan avait les yeux grands ouverts et Nadja hocha la tête.

« Il y a une chance qu’à partir de maintenant, je sois prise de force... contre ma volonté. Même si ce n’était pas ainsi, je ne sais pas si je pourrais revenir en toute sécurité après une mission. Dans ce genre de travail, j’ai déjà pris ma décision il y a longtemps en ce qui concerne la mort. Mais quand même, je veux au moins que ma première fois soit avec l’homme que j’aime, » déclara Nadja.

« Je comprends, » déclara Alan.

Alan enlaça lentement et doucement Nadja, l’embrassant tendrement par les lèvres. En rampant ses lèvres sur la peau de son cou, il la poussa vers le lit.

« Nadja..., » murmura Alan.

« Appelle-moi Léona, s’il te plaît, » s’éloignant complètement de son attitude habituellement masculine, Nadja chuchota à Alan d’une voix féminine. « Mon vrai nom est, Léona. Léona Jarvis. » [1]

*Bzzzz*

« ... C’est un nom magnifique. Léona, » déclara Alan.

« Ah..., » murmura Nadja.

Alan enleva les vêtements de Nadja. Depuis ses seins pleins jusqu’à son jardin secret recouvert d’un buisson roux, tout était exposé au grand jour.

« Ahh, s’il te plaît ne me regarde pas de si près... Je suis tellement gênée, » déclara Nadja.

« Il n’y a pas d’endroit où tu devrais avoir honte... Tu es si belle, Léona, » déclara Alan.

« Hmmnn, » Nadja avait gémi.

Alan avait léché ses seins et le corps de Nadja avait tremblé en réponse. Bien qu’elle soit une épéiste qui avait souvent risqué sa vie pour se battre, il n’y avait presque pas de cicatrices sur sa peau. Naturellement, grâce à ses propres compétences en tant qu’épéiste et à l’aide des sorts de guérison de Sharl, elle avait pu avoir ce type de peau, mais la raison principale de sa belle peau était avant tout que c’était la peau qu’Alan avait protégée.

Depuis la première fois qu’ils s’étaient rencontrés, Alan s’était toujours tenu devant elle et c’était lui qui avait attiré et reçut la majorité des attaques de l’ennemi. Le rôle de Nadja était de massacrer et d’achever les ennemis qui avaient perdu pied.

Au début, elle avait supposé qu’en étant un homme mince, il allait être peu fiable, mais elle avait vite changé d’avis sur lui. Et cela s’était peu à peu transformé en confiance, et cette confiance s’était rapidement transformée en amour.

Ses lèvres descendirent lentement de sa poitrine, descendirent jusqu’à son ventre et tracèrent l’intérieur de ses cuisses avant d’atteindre son jardin secret.

« Léona, écarte tes cuisses, » demanda Alan.

Quand il avait doucement poussé ses jambes, Nadja avait commencé à rougir en ouvrant aussi ses jambes et la zone d’elle qu’elle n’avait jamais exposée à personne d’autre lui avait été montrée.

« Je ne peux pas, Alan... c’est tellement... embarrassant, » couvrant son visage de ses deux mains, Nadja pleura d’une voix pitoyable.

« Tu es si mignonne. Léona, » en disant cela, Alan avait inséré sa langue en elle.

« Ahhhh. »

Nadja avait fait entendre une voix aiguë, non pas parce qu’elle était gênée, mais parce qu’elle en ressentait certainement du plaisir. La langue d’Alan explorait librement son lieu sacré et plus il le faisait, plus le corps de Nadja se tortillait. Il tournait comme un bateau avec lequel on jouait avec des vagues, et sa voix s’élevait en intensité.

« A-Alan, je pense que... Je suis prête, pour toi, a-alors..., » déclara Nadja.

Au rythme où les choses allaient, elle avait peur de perdre la raison. Quand Nadja l’avait appelé, Alan s’était lentement déplacé vers le haut pour ne pas lui faire peur et avait regardé profondément dans ses yeux.

« Alors... me voilà, » déclara Alan.

*Bzzzz*

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Alan.

Alan regardait Nadja d’un air curieux. Et pendant un instant, Nadja s’était rendu compte que ses yeux s’étaient embrouillés pendant un instant. Mais quand elle avait cligné des yeux, il n’y avait rien qui sortait de l’ordinaire.

« Ah, n-non, ce n’est rien... S’il te plaît, fais-le d’un seul coup, » demanda Nadja.

Bien qu’elle ait eu un peu honte de parler aussi franchement, Alan lui sourit doucement et l’embrassa. À ce moment-là, Nadja pouvait sentir la sensation d’être transpercée se propager vers l’arrière de sa colonne vertébrale. En plus de la douleur engourdissante, elle ressentait aussi le bonheur d’être sa femme.

« Je vais bien, face à ce niveau de douleur... ce n’est rien pour moi, » déclara Nadja.

Alan la regardait avec anxiété, mais Nadja lui montra un sourire. Une douloureuse sensation de pressions sur ses organes internes lui était transmise, mais quand elle pensait qu’elle la donnait d’abord à Alan, pour une raison ou une autre, cela lui procurait un sentiment de satisfaction.

« Mais c’est... peux-tu me serrer plus fort ? » demanda Nadja.

Alan hocha la tête et il enlaça Nadja de près alors qu’il commençait à pousser lentement ses hanches en elle.

« Mnn, Nn..., » Nadja avait gémi.

Alors qu’ils continuèrent un moment, la voix de Nadja, qui semblait souffrir et tamisée au début, se transforma progressivement en ce doux gémissement. « Fu, ahhhhh! »

Alors qu’il bougeait ses hanches, Alan suçait aussi le bout des seins de la jeune femme avec sa bouche.

Nadja, avec le corps courbé vers l’arrière, poussait un cri. « Ahh, ah, ah, ah, ahhhh, Alan, Alannnn... »

Même Nadja elle-même avait été surprise par le genre de gémissements doux, mais indécents qu’elle pouvait produire de sa propre bouche. Amenant la tête d’Alan vers ses seins, Nadja s’était livrée au plaisir.

« Léona... Je t’aime... ! » murmura Alan.

« Ahh, Alan, plus, fais-le plus, fais-le plus fort... ahhhhh, Alan... ! » cria Nadja.

Ses poussées pelviennes augmentaient en intensité et, très rapidement, le bruit d’un corps à l’autre qui se frottait et entrait en collision résonnait dans la cellule de la prison.

« Léona, je suis en train de jouir... j’y suis ! » cria Alan.

« Alan, à l’intérieur... fais-le à l’intérieur de moiiiii !! » cria Nadja.

*Bzzzz*

*Bzzzz* *Bzzzz*

Au moment où elle avait crié, la vision de Nadja s’était brouillée une fois de plus.

Mais elle n’était même pas en état de penser à ce que cela signifiait, Nadja ne pouvait penser qu’à la chose d’Alan qui perçait les profondeurs de son être. Presque comme si sa tête avait été frappée avec une arme contondante et que des étincelles s’en échappaient, Nadja avait courbé son corps de façon grandiose.

« ~~~~~ Aahhhhhhhhhhh !! »

Sans même se rendre compte qu’elle criait, elle se baignait dans le plaisir de son orgasme et la sensation du sperme d’Alan s’infiltrant profondément en elle. Après qu’il ait pleinement joui du plaisir d’éjaculer profondément en elle jusqu’à ce qu’il soit complètement satisfait, Alan avait sorti son pénis de la zone intime de Nadja et, à ce moment-là, elle s’était retournée sur le côté et avait perdu conscience.

Alan se leva du lit et lui chuchota avec douceur dans l’oreille pendant qu’il lui tapota la tête. « “Nadja, c’est ça ?” Ce n’était pas si mal. »

L’expression gentille et douce qu’il portait il y a un instant avait disparu, et au lieu de cela un sourire malicieux flottait sur son visage.

Notes

  • 1 Dans ce roman, n’oubliez pas que le véritable nom possède une grande importance...

***

Partie 3

« Ah, Ahh, Alan, Alan... ! »

Alan était allongé sur le lit et Nadja bougeait ses hanches en concentrant toute son attention sur lui. Depuis leur première fois, ils avaient fait l’amour de nombreuses fois, et elle ne ressentait plus aucune sensation de douleur. Tous les deux s’étaient laissés aller contre le corps de l’autre sans réserve, absorbés par leur propre convoitise.

Le jour où elle avait perdu sa chasteté, après que Nadja se soit réveillée de sa perte de conscience, la silhouette d’Alan n’était pas visible. Après que Nadja se soit levée, quelques minutes s’étaient écoulées avant qu’une elfe noire vienne lui donner le petit déjeuner et après cela, environ une demi-journée s’était écoulée et Alan était revenu avec la livraison de son repas du soir.

Alan était évasif quand elle lui avait demandé ce qu’il avait fait lors de leur séparation. Nadja pensait que « s’il ne voulait pas me le dire, je ne vais pas non plus le forcer à le faire ». Bien qu’elle ait arrêté de lui demander, il était évident qu’elle s’inquiétait pour lui.

Après avoir dîné ensemble, les deux individus s’étaient enveloppés dans les bras de l’autre et étaient redevenus intimes. S’endormant après avoir fait l’amour, elle s’était réveillée alors qu’Alan n’était plus là. Ce genre de mode de vie s’était répété à maintes reprises au cours des derniers jours.

Dans tous les cas, la vie en prison était remplie de temps libre. À l’intérieur d’une prison aussi petite et étroite, elle ne pouvait rien faire. Pour l’instant, afin que son corps ne s’affaiblisse pas, elle faisait de la musculation, des exercices comme des pompes et des redressements assis, mais il y avait une limite à ce qu’elle pouvait faire sans l’équipement approprié, en plus du fait qu’elle était dans cette petite pièce. Elle avait essayé toutes sortes de choses pour s’échapper, comme utiliser la coutellerie pour desceller les pierres du mur ou simplement essayer de crocheter la serrure, mais tous ses efforts avaient été vains.

Il était probable que les serrures et les murs étaient tous renforcés de magie. Au contraire, chaque fois qu’elle utilisait une cuillère ou une fourchette pour creuser les murs ou les serrures, les ustensiles étaient ceux qui étaient endommagés lorsqu’ils se pliaient et se brisaient.

L’elfe noire qui lui apportait ses repas lui avait dit « essaye encore une fois, et je te ferai boire cette soupe chaude à mains nues ». En étant menacée de cette manière, elle avait renoncé à toute autre tentative de ce genre.

Si l’on excluait le fait qu’il y avait tant de temps libre, la vie de prisonnier était très confortable. Bien que les repas aient été simples, elle avait été fournie en bonne quantité et il y avait assez de saveur. Et aussi, les repas sur le menu étaient différents chaque jour.

À la fin du petit déjeuner, la vaisselle était recueillie et un seau rempli d’eau chaude et un linge étaient fournis afin de nettoyer son corps. Normalement, dans sa vie de femme épéiste, elle utilisait rarement de l’eau chaude et ne prenait un bain qu’occasionnellement, mais récemment elle avait des rapports sexuels fréquents avec Alan et il était naturel pour elle d’avoir peur d’avoir la peau sale. Passant beaucoup de temps, elle nettoyait chaque recoin de son corps.

Ses excréments étaient ramassés deux fois par jour et étaient toujours échangés contre un pot neuf et propre. Quoi qu’il en soit, au moment où Alan n’était pas là, le simple service offert par la femme elfique pour échanger le vase était un ajout bienvenu. Comme on pouvait s’y attendre, elle ne voulait pas qu’un homme voie ce genre de chose. Et si la personne était quelqu’un qu’elle aimait, ce serait encore pire.

À part manger ses repas, il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire, et avant qu’elle ne s’en rende compte, elle se sentait déjà comme si elle était dans cette prison depuis de nombreuses années. Les jours amusants d’aventure avec Alan et les autres semblaient très lointains comme si c’était un rêve brumeux et incolore... elle perdait le contact avec son sens de la réalité.

Durant cette période, seul Alan avait pu lui donner une tranquillité d’esprit. Elle l’avait embrassé et était devenue dépendante de lui, il était son réconfort. Quand elle était dans ses bras, elle se sentait soulagée du fond du cœur, allant même jusqu’à penser qu’elle se sentirait heureuse si ce style de vie se poursuivait pour toujours.

*Bzzzz Bzzzzzzzz*

La seule chose qui avait jeté une ombre sur sa vie, c’était le scintillement et le flou qui avaient ébranlé son champ de vision. Sa vue était déformée momentanément et il y avait aussi ce bruit anormal qui assaillait ses oreilles. Alan ne semblait pas être affecté par ce symptôme particulier. Était-ce peut-être sa propre maladie ? Ou peut-être qu’était-ce une malédiction qui avait été jetée sur elle... ? Au début, elle pensait que tout cela était dans sa propre imagination, mais la fréquence de ce phénomène augmentait graduellement, et elle était incapable d’effacer ce sentiment d’inconfort de son esprit.

« A-Alan..., » murmura Nadja.

Comme si elle lui demandait de l’aide, elle s’approcha de son visage et lui caressa les joues avec sa main.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Alan.

*Bzzzz Bzzzzzzzz*

Au moment où elle était sur le point de l’embrasser, sa vision s’était encore brouillée. Nadja leva les yeux dans la panique et secoua la tête.

« Es-tu sur le point de jouir ? Je vais aussi... jouir ! » demanda Nadja.

Tout en ressentant la sensation chaleureuse de voir ce sperme versé à l’intérieur de son utérus, elle était en train de reconsidérer ce qu’elle venait de voir.

Dans sa vision floue, quand elle avait regardé le visage d’Alan...

Ce qu’elle avait vu était un homme complètement différent !

Minuit. Il n’y avait pas de lumière dans la pièce, l’écoulement du temps dans un endroit souterrain comme celui-ci était obscur, donc en utilisant les heures des repas comme une approximation, il était probable que c’était tard dans la nuit. À côté de Nadja qui était allongée sur le lit, Alan avait lentement relevé son corps.

Pour qu’il ne réveille pas Nadja, la porte de la prison s’était ouvert en douceur et il était sorti.

Confirmant la situation en ouvrant les yeux finement, Nadja avait commencé à ouvrir les deux yeux en grand. Nadja avait fait semblant de perdre conscience en mimant son comportement habituel après avoir fait l’amour. Elle était convaincue que l’homme qu’elle pensait être Alan pendant tout ce temps était en fait une personne complètement différente.

Elle soupçonnait qu’une sorte de magie noire avait été jetée sur elle. Quand elle y avait bien réfléchi, la seule fois où elle avait eu une vision floue, c’était quand elle était avec Alan. Ce n’était pas une anomalie dans son corps ou une maladie, c’était une réaction normale. Cela se produisait au moment où la magie se défaisait.

Nadja s’accrocha à la porte de la cellule de la prison aussi adroitement qu’un chat et poussa la porte doucement. Elle n’était pas verrouillée. L’elfe noir viendra probablement le fermer plus tard. Nadja avait sorti le couteau à couverts qu’elle cachait dans la manche de ses vêtements, elle s’agrippa à ses longs cheveux et les coupa à la racine. Bien qu’il s’agissait d’un couteau de coutellerie qui ne pouvait pas être considéré comme une arme, il était tout de même capable de couper les cheveux facilement.

En enroulant ses draps de lit, elle les avait fait prendre la forme d’un humain. De plus, elle avait utilisé les cheveux qu’elle venait de couper comme camouflage, ce qui leur donnait une apparence plus réaliste. Avec cela, si quelqu’un le regardait de loin, on aurait l’impression qu’elle dormait dans son lit.

Nadja était sortie de prison en douce et avait marché dans le couloir du donjon. Quand elle était entrée pour la première fois dans le donjon, le niveau dans lequel elle était empestait de cadavres et de corps qui était dispersé ici et là. Cependant, à l’endroit où elle se trouvait actuellement, il ressemblait davantage au couloir d’un palais royal. C’était extrêmement propre et pas un seul grain de poussière ne pouvait être vu.

Quand elle était en prison, cela ne la dérangeait pas vraiment qu’il fasse si sombre, mais le long des murs de ce couloir, la lumière était faiblement émise. Bien que même sans beaucoup de lumière, elle serait encore capable de marcher sans problèmes, la lumière était faible et cela convenait à Nadja.

S’en remettant à son intuition, elle avança dans le donjon, trouvant une porte qui s’éclaira, Nadja s’approcha en douce et jeta un coup d’œil à l’intérieur. À l’intérieur, il y avait cet homme aux cheveux d’or foncé assis sur une grande chaise. Il dormait peut-être, mais ses yeux étaient fermés et il ne bougeait pas d’un pouce sur la chaise.

C’est ce type ! Le cœur de Nadja brûlait de colère. Le visage de l’homme qu’elle avait vu de l’autre côté de l’illusion était lui, sans aucun doute cet homme qui était assis sur cette chaise. Cet homme était celui qui se faisait passer pour Alan, et qui avait couché avec Nadja un nombre incalculable de fois, versant son sperme à l’intérieur de son ventre.

L’esprit de Nadja était rempli de dégoût, et elle était poussée par l’impulsion d’entrer dans la pièce et de tuer cet homme, mais en utilisant sa volonté endurcie elle avait réussi à réfréner ses pensées. Ce qu’elle devait faire en ce moment, c’était chercher le vrai Alan et l’aider à s’échapper.

Nadja se sépara discrètement de la porte et recommença son exploration. Pour une raison ou une autre, son intuition était vraiment aiguisée ce soir. Sans que personne s’en aperçoive, elle avait réussi à avancer dans le couloir. Nadja avait réussi à trouver un gobelin qui montait la garde avec une lance et fixait le mur.

Derrière les gobelins, il y avait une porte grossière en bois, et un trousseau de clés était suspendu à la taille du gobelin.

Il doit être derrière cette porte ! L’intuition de Nadja le lui avait dit. Elle avait couru vers le gobelin comme le vent et en attrapant son petit cou, elle l’avait tordu de toutes ses forces. Se faisant briser le cou, le gobelin n’avait même pas été capable d’élever un cri avant de mourir avec une rapidité surprenante.

En enlevant le trousseau de clés sur sa taille, elle avait commencé à utiliser les clés sur la serrure. Les première et deuxième clés avaient échoué, mais la troisième clé avait réussi à ouvrir la porte avec un *clic*.

« Alan ! » déclara-t-elle.

À l’intérieur de cette petite pièce, il était là alors qu’il était assis sur cette chaise grossière. Détachant les cordes qui lui liaient les bras, et criant encore une fois son nom, il leva lentement et douloureusement les yeux vers elle.

« Nadja... ? » demanda Alan.

« Ouais, Alan, c’est moi... ! », déclara Nadja.

Nadja lui avait serré fermement la poitrine dans ses bras. Il semblerait qu’il n’ait pas été traité aussi bien que Nadja l’avait été. Sa couleur de cheveux avait perdu sa brillance, et son corps semblait aussi un peu plus mince, mais sans aucun doute, c’était le vrai Alan.

« Viens, fuyons. Pour l’instant, nous devons nous enfuir et nous réorganiser. Bien qu’il puisse être difficile pour nous de nous échapper sans armes, si nous travaillons tous les deux ensemble, je pense que nous pouvons y arriver. Si nous avons de la chance, nous pourrions même rencontrer du matériel ou peut-être même Sharl et Wikia, » déclara Nadja.

« ... Il n’y a pas besoin de faire ça, » déclara Alan.

En disant quelque chose d’inattendu, il leva le visage et ses pupilles fixaient Nadja. En un instant, Nadja oublia tout et le regarda dans les yeux, qui le regardaient dans les profondeurs de son âme.

« Je suis le maître de ce labyrinthe. Et je suis aussi ton maître... Tu as caché ton passé et tu t’es mêlée au groupe d’aventuriers. Tu as travaillé très dur, n’est-ce pas, Léona, » déclara Alan.

L’homme lui caressa doucement les cheveux et c’est à ce moment que Nadja « se souvint » de tout.

« Ahh... Seigneur Aur, » déclara Nadja.

La personne devant elle n’était pas Alan. C’était Aur. La personne qu’elle avait aimée le plus depuis longtemps, le visage de la personne qui l’avait embrassée pendant qu’elle était en prison, la personne qui l’avait réconfortée, c’était la figure devant Nadja en ce moment.

« Tu as sacrifié tes beaux cheveux pour moi ? Mais, même avec tes cheveux courts, tu es aussi belle. Je réparerai correctement tout cela pour toi plus tard, » déclara Aur.

Nadja était tenue dans les bras d’Aur, et comme si elle se sentait soulagée, Nadja ferma les yeux. Et ainsi, elle avait commencé à s’endormir.

« ... Est-ce fini ? » Après avoir attendu le bon moment, Ellen et l’une des elfes noires étaient entrées dans la pièce.

« Tout à fait. Emmène-la dans la chambre, cette fois. Bien que je lui jetterais une autre malédiction plus tard, il est peu probable qu’elle me résiste encore, » déclara Aur.

En remettant le corps de Nadja à la jeune elfe noire, Aur avait répondu à sa question. Ellen resserra ses sourcils ensemble et après avoir réfléchi pendant un petit moment, elle avait franchement posé une question.

« Mon Seigneur, bien que je ne le comprenne pas très bien, mais cette fille était-elle à l’origine l’une des subordonnées de mon Seigneur ? » demanda Ellen

« Ce n’est évidemment pas le cas, » répondit Aur.

Aur avait affiché un petit sourire à la question d’Ellen.

« Bien qu’un épéiste n’utilise pas de magie, c’est un peu gênant en soi. Il y a étonnamment beaucoup d’épéistes qui sont capables de supporter des attaques magiques avec la puissance de leur volonté, » répondit Aur.

Assis sur la chaise, Aur avait commencé à révéler le secret. La chaise rudimentaire présente jusque là s’était soudain transformée en une énorme chaise avec un accoudoir capable de supporter tout le corps d’Aur.

« Par conséquent, même si une malédiction était placée sur elle pour limiter son hostilité, elle ne serait pas complètement efficace. C’est le genre de personnes qui, même maudites par un sort qui fait ressentir une douleur extrême à tout le corps, se battraient comme si rien ne s’était passé. D’un autre côté, la magie qui déformait sa vision était plus susceptible d’être efficace, alors cette fois, j’ai frappé à sa faiblesse. Ajouté au fait que j’utilisais ce visage, » expliqua Aur.

Aur avait prononcé une incantation et la forme de son visage s’était déformée. Ses cheveux brillaient d’une couleur dorée, et son visage mince suffisait à être pris pour une femme. C’était le visage d’Alan.

« Se déguisant en cet homme, cette fille savait qu’elle avait été violée, » déclara Aur.

Quand Aur avait soudain déclaré à Ellen. « Menace-moi avec cette lance et emmène-moi en prison », Ellen avait presque cru que son Seigneur était devenu fou d’avoir vécu trop longtemps dans ce donjon souterrain, mais tout devenait clair maintenant.

« Regarde attentivement, » déclara Aur.

« Nn... Nnnn ? » demanda Ellen.

Ellen ressent un sentiment d’incongruité avec le visage d’Aur. Mais elle n’avait pas pu identifier ce que c’était.

« Comment est-ce ? » demanda Aur.

« C’est... c’est... c’est... c’est... ? » répondit Ellen.

Quand elle l’avait finalement remarqué, Aur était déjà revenu à son ancien visage. Cheveux ambrés et yeux brun clair. Le visage qui était montré là était masculin. Peu importe ton apparence, c’était l’Aur habituel à tous points de vue.

Cependant, Ellen ne pouvait pas dire s’il était revenu à son apparence habituelle.

« Petit à petit, j’ai changé de visage très légèrement. Les humains... Eh bien, elfes inclus, ce que nous avons tous appelé la perception est une chose très intéressante. Si les changements ne sont que légers, il n’est pas facile de remarquer les différences, » expliqua Aur.

En un rien de temps, le visage d’Aur était déjà redevenu celui d’Alan.

« Eh bien, le fait que les cheveux blonds dorés et les cheveux bruns dorés se ressemblent comparativement est une heureuse coïncidence. Comme on pourrait s’y attendre si la couleur des cheveux avait une différence remarquable, il serait beaucoup plus facile à remarquer, » expliqua Aur.

Cela lui fit se souvenir que si elle regardait de très près et faisait attention, alors elle aurait vu que les yeux bleus venaient de changer lentement en une couleur brun clair.

« En faisant cela pendant plusieurs jours, j’ai planté une suggestion dans son subconscient chaque nuit afin d’altérer la perception dans ses souvenirs. “En vérité, j’étais la subordonnée d’Aur depuis le début, et je ne faisais que prétendre être une camarade” de ses aventuriers. En la plantant avec de faux souvenirs et en me changeant pour ressembler à Alan, ces deux facteurs combinés l’ont amenée à croire fermement que la personne avec le visage d’Alan est son véritable ennemi, et cela lui fait aussi croire que la personne avec mon visage est son allié, » déclara Aur.

En fait, l’homme que Nadja regardait tout à l’heure, l’homme assis sur la grande chaise était le vrai Alan. Si elle l’avait remarqué à ce moment-là, Nadja aurait pu le sauver. Cependant, sa mémoire était obscurcie, et parce qu’elle croyait fermement que la personne qui portait le visage d’Alan était Aur, elle ne pouvait le voir que comme son ennemi le plus détesté.

« Les êtres humains... Aussi méfiants qu’ils puissent être, dès qu’ils pensent avoir déjoué leur ennemi, leur esprit devient terriblement sans défense. En utilisant ce moment précis, il est possible de changer ses souvenirs de qui sont ses alliés et qui sont ses ennemis. Elle croit elle-même que la vie qu’elle a menée jusqu’à présent est “fausse”, et que la vérité est qu’elle était mon alliée depuis toujours. Croire en quelque chose, c’est terrifiant. Si tu ne doutes pas de ce en quoi tu crois, il n’y a aucun moyen de s’en défendre, » répondis-je.

L’effrayant, c’est toi, pensait Ellen, mais elle n’osait pas l’exprimer. En tant que son maître, elle pensait qu’il était fiable, mais aussi qu’il était effrayant.

« Mais bon, même si l’expérience s’est bien passée, cette méthode prend un peu trop de temps. Bien que la chance soit la raison pour laquelle j’ai réussi cette fois-ci, je pense que la prochaine fois, essayons de conclure les choses de manière plus intelligente, » déclara Aur.

Il restait deux filles, et il allait adopter une approche différente pour les faire tomber dans la dépravation.

Tout en pensant à ses plans diaboliques, Aur se retourna et commença à marcher vers sa prochaine victime.

***

Partie 4

Cette histoire remontait à plusieurs jours.

Il s’agissait du jour où Nadja s’était réveillée dans la prison, en d’autres termes, c’était un jour après que le groupe d’Alan ait été capturé par Aur. La prêtresse Sharl s’était aussi réveillée en prison.

« Tu t’es réveillée ? »

Sharl souleva la moitié de son corps du lit. En voyant un homme assis avec les jambes croisées sur la chaise dans la même pièce qu’elle, elle se mit immédiatement dans une attitude défensive. Bien qu’elle n’ait pas reconnu son visage parce qu’il portait un masque lors de leur rencontre précédente, elle pouvait quand même dire que c’était lui instantanément à cause de son physique et de ses cheveux de couleur ambre. Cet homme était le « Magicien maléfique Aur ».

« Ne panique pas. Je n’ai aucune intention de te faire du mal. Si c’était ce que je voulais, tu serais déjà morte, » déclara Aur.

Aur avait parlé d’une manière calme. Bien que ce ne soit pas comme si elle croyait complètement en ses paroles, son corps avait relâché une partie de sa tension. Après tout, elle avait compris qu’il serait inutile de résister à ce stade.

Une bague de scellement de la magie était collée à l’index de sa main droite (bien qu’elle soit un peu à côté de la réalité, l’explication qu’Aur avait donnée à Nadja était un gros mensonge. Tout le monde n’était pas frappé d’une malédiction de scellement de la magie.)

Tant que cette bague serait à son doigt, elle serait incapable de l’enlever elle-même et de lancer toute forme de magie. Parce que sa race était celle d’un elfe blanc, sa force était en vérité plus faible qu’un être humain normal et son corps physique était petit. Donc, même si Aur était un magicien, sa force en tant qu’homme la dominait facilement.

« Qu’est-ce que vous voulez ? » demanda Sharl.

« Allons droit au but, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Aur avait réorganisé ses jambes croisées et un sourire impitoyable flottait sur son visage. Il avait mis les mains sur le menton pour réfléchir un peu.

« Eh bien ! Alors, commençons par me dédier ton corps, » déclara Aur.

Aur lui avait parlé comme s’il était dans un bar en train de commander de l’alcool à boire. Bien qu’elle n’ait pas beaucoup d’expérience dans ce genre de choses, Sharl n’était pas si naïve qu’elle ne comprendrait pas sa signification implicite. Sa peau d’un blanc de muguet était instantanément devenue rouge alors qu’elle s’était fâchée contre Aur.

« Ne plaisantez pas avec moi. Plutôt que d’être pollué par un homme malfaisant et vulgaire comme vous, je préfère me mordre la langue maintenant et mourir, » déclara Sharl.

« Tu détestes tellement ça que tu risquerais ta vie ? » demanda Aur.

« Bien sûr, » répondit Sharl.

Sharl répondit très rapidement et comme s’il comprenait Aur hocha la tête.

« Dans ce cas, serais-tu encore capable de dire la même chose, si la vie en jeu n’est pas la tienne, mais celle de tes compagnons ? » demanda Aur.

Le teint de Sharl passa instantanément du rouge au blanc pâle.

« Tes trois amis sont en sécurité... Du moins pour l’instant, » déclara Aur.

« ... Vous, personne sans vergogne ! » cria Sharl.

Sa belle expression se transforma en haine, et grinçant les molaires de ses dents ensemble, elle fixa Aur d’un regard furieux. Si des lames étaient attachées à ses yeux, elle couperait sans doute Aur en petits morceaux, mais pour Aur à la peau épaisse, ce type de regard menaçant ne l’affectait même pas.

Après avoir longtemps hésité, Sharl se dirigea vers le lit pour se coucher, fermant les yeux fermement.

« ... Faites ce que vous voulez, » déclara Sharl.

Les elfes blancs pouvaient vivre plusieurs fois plus longtemps qu’un être humain. Et pendant leur longue vie, il était normal qu’ils passent la majeure partie de leur temps à n’aimer qu’un seul partenaire. Pour un elfe blanc, l’amour était quelque chose qu’il considérait comme suprême, et la preuve de sa pureté était quelque chose d’extrêmement précieux par-dessus tout.

Et pour qu’elle soit prête à tout jeter pour ses compagnons... vous ne pouvez qu’imaginer toute la détermination dont elle aurait besoin. Sans parler de son bien-aimé Alan, même Nadja et Wikia, qui étaient d’une race différente d’elle, étaient sans aucun doute des existences irremplaçables pour elle, comme s’ils étaient sa propre famille. Tremblant devant le sort cruel qui l’attendait désormais, elle ne pouvait que serrer les dents. Elle n’avait jamais voulu montrer ses larmes devant cet homme. C’est ce qu’elle s’était juré.

« Apparemment, tu sembles mal comprendre quelque chose, » déclara Aur.

Mais, face à cette tragique et héroïque démonstration de détermination de la petite fille...

« Je ne me soucie pas de ton corps et je n’en ai pas envie. C’est toi qui dois me demander cette faveur. Tu dois être celle qui me demande “S’il vous plaît, Seigneur Aur, je vous supplie de violer mon corps.” »

Aur avait bafoué la dignité de la jeune elfe sans réfléchir.

Ayant vécu une telle humiliation, avec une telle colère dans son cœur, Sharl ne pouvait même pas répliquer à ses paroles et encore moins respirer correctement. Elle était censée être l’un des elfes blancs épris de paix, en plus du fait que sa classe en tant qu’aventurier soit une prêtresse qui était censée servir les dieux dans le but de répandre le bien dans le monde. Elle était habituellement pleine d’affections, elle se souciait de ses amis et ses pensées n’avaient normalement rien à voir avec la colère.

Cette haine qui traversait son corps... C’était la première fois qu’elle goûtait de telles émotions brutes et Sharl s’y était perdue.

« Ahhhhhhhhhhhhhhh !! »

Sautant du lit, elle leva les poings et fonça vers Aur. Elle balançait ses bras avec fureur, laissant échapper ses émotions violentes, mais ses bras minces avaient facilement été attrapés par Aur.

« Je vois, je crois que je comprends comment tu veux faire les choses, » déclara Aur.

Parlant d’une voix terriblement calme, Aur lâcha les bras de Sharl et lui tourna le dos.

« Tout d’abord, ton bras droit, » déclara Aur.

Bien qu’elle n’ait pas été capable de comprendre complètement le sens des mots d’Aur, le pouls de Sharl avait commencé à battre plus vite quand elle avait senti ce signe inquiétant.

« Ensuite, ton bras gauche, ta jambe droite et ta jambe gauche. Après ça, je t’arracherai les oreilles, t’arracherai les yeux et te couperai la langue. Ne t’inquiète pas, je vais le prendre doucement et utiliser la magie de guérison pour que tu ne meures pas. Une fois que tu seras devenu un simple morceau de chair incapable de faire quoi que ce soit, je te laisserai le rencontrer. Cet homme que tu aimes tant, » déclara Aur.

« Attendez ! » cria Sharl.

Sharl s’était accrochée à Aur. Toute sa colère et sa haine avaient immédiatement disparu, et au contraire, la peur régnait complètement sur son esprit et son cœur.

« S’il vous plaît, arrêtez... S’il vous plaît, je vous en supplie. Je ferais n’importe quoi, alors..., » déclara Sharl.

Les larmes débordaient de ses deux yeux. Le faible vœu de la jeune fille à elle-même n’avait pratiquement servi à rien, face à un magicien aussi rusé qu’Aur.

« Hou ? Alors tu sais quoi me dire, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Sharl était à court de mots. Mais si elle hésitait plus longtemps, Aur pourrait se désintéresser d’elle. Aur regardait Sharl avec une expression d’enfant, comme s’il observait un insecte trivial avec lequel jouer. C’était comme s’il s’accrochait à un scarabée rhinocéros ou à un papillon, et après l’avoir lâché, il l’observait brièvement s’envoler frénétiquement... C’est le genre d’expression qu’il avait en ce moment.

« S... S’il vous plaît, Seigneur... Aur. Je vous en supplie... s’il vous plaît... Uuuuuuu... violez mon corps... ! » déclara Sharl.

Et enfin, cette prêtresse elfe blanche, vertueuse et chaste, céda.

« Fumu... C’est suffisant. Allonge-toi sur le lit, relève tes vêtements et écarte les cuisses, » ordonna Aur.

Aur lui avait donné un ordre, sans montrer aucune émotion. Tremblante de peur, Sharl avait timidement déplacé son corps vers le lit en s’allongeant et, à l’aide de ses mains, elle remonta ses vêtements.

« Montre-moi tout, » ordonna Aur.

Aur s’était plaint parce que Sharl n’avait soulevé ses vêtements que pour que la partie inférieure de son corps soit exposée. Des larmes coulaient sur son visage, mais Sharl écouta ses ordres. Elle avait relevé ses vêtements juste au-dessus de ses aisselles, presque tout était mis à nue pour qu’Aur puisse le voir.

Comparé au corps sensuel d’une elfe noire, le corps d’une jeune elfe blanche était plutôt maigre. Ses seins étaient petits et son vagin était une simple fente sans poils ni plis. Aur observa minutieusement son corps avec des yeux présomptueux et le corps de Sharl se tortillait.

Aur se pencha sur elle sans dire un seul mot, puis plongea son propre engin dans son vagin non préparé avec une force écrasante.

« Ahhhhhhh !! » cria Sharl, tandis qu’elle sentait la douleur de son hymen se déchirer. Parce que la douleur était trop forte pour elle, des larmes lui coulèrent depuis les yeux comme de grosses gouttes de pluie. Il n’y avait même pas le temps de ressentir un sentiment de perte.

Aur n’avait pas prêté attention à ses souffrances, car il ne faisait que pousser ses hanches à plusieurs reprises.

« Uuu... ! Kuu, Ahh... ! ii... Uu, Guuuuu... ! »

S’agrippant aux draps comme si elle allait les déchirer, des larmes tombaient de son visage, Sharl n’avait pas dit les mots « arrêtez ça » ou « ne faites pas ça » devant Aur. La seule chose qui sortait de sa bouche était la douleur et l’agonie. Si elle montait ne serait-ce qu’une once de refus, elle craignait que ses compagnons n’aient des ennuis.

Bien qu’Aur ne l’ait pas montré dans sa propre expression et qu’il ne l’ait pas explicitement mentionné, il ressentait en fait de l’admiration pour sa force de volonté. Eh bien, je suppose qu’il est temps ? Marmonnant dans son propre esprit, Aur commença à chanter une petite incantation qui fut noyée par ses grands cris. Son but était d’abord de lui faire peur, mais sa véritable intention n’était pas de la briser.

« Uu, Aahhhh... Ah ? »

Sharl cligna des yeux comme si elle était perplexe, car peu à peu sa douleur s’atténuait.

« Tu es si mouillée. Peu importe à quel point tu détestes ça, les femmes sont après tout ce genre de créatures..., » déclara Aur.

« ... Ça, ce n’est pas possible..., » déclara Sharl.

« Alors comment appelles-tu ça ? » demanda Aur.

Aur se déplaça délibérément dans le corps de la jeune elfe, de sorte que des sons obscènes s’étaient fait entendre. Il agitait l’intérieur de Sharl avec un son de *guchu guchu*.

L’expression de Sharl était tachée de désespoir. Même si le fait de se laisser souiller contre sa volonté était plus douloureux et plus insupportable que de simplement mourir, il lui était possible de le supporter si elle pensait qu’elle le faisait pour ses compagnes. Cependant, sa tolérance maximale semblait être dépassée lorsqu’elle pensait que son esprit était également souillé.

Son expression est en effet négative, pensant qu’Aur avait changé ses méthodes.

« Il n’y a pas de quoi avoir honte. C’est une chose naturelle, c’est la prédisposition naturelle que Dieu a établie, » déclara Aur.

« Dieu... a fait ça... ? » demanda Sharl.

Oui, Aur avait hoché la tête.

« Je vous ai vaincu tous les quatre seul. Bien que j’aie utilisé diverses stratégies, il n’en demeure pas moins que je suis plus fort que vous quatre réuni. Et le corps d’une femme est fait pour être attiré par un homme fort. Peu importe comment ton esprit peut penser, ton corps ne peut pas mentir. Si ton corps t’a été donné par les cieux, alors c’est la même chose que de dire que Dieu l’a créé pour être ainsi, » déclara Aur.

Naturellement, Aur racontait un gros mensonge.

Le fait que son endroit intime était si mouillé maintenant n’était qu’une réponse protectrice de son propre corps pour se défendre contre les coups de boutoir d’Aur. Si une femme pouvait éprouver du plaisir à être violée de force sans préliminaires et être naturellement attirée par des hommes forts, alors tous les hommes de ce monde auraient la vie beaucoup trop facile.

Mais parce que c’était la première fois qu’elle faisait l’expérience d’une relation avec un homme, et parce que sa région inférieure était humide et que la douleur avait disparu, Sharl ne pouvait douter de ces paroles. Si elle doutait de ces paroles, l’alternative serait de croire que son esprit était devenu impur et souillé. Elle ne serait pas capable d’accepter ni de supporter une telle chose. Par conséquent, Sharl s’accrocha au mensonge d’Aur et y crut.

« Tu vas immédiatement... tu te sentiras beaucoup mieux, » déclara Aur.

Tout en la transperçant, Aur avait étalé l’aphrodisiaque qu’il avait préparé au préalable sur son clitoris. Il y a quelque temps, alors que Spina fabriquait son slime, Aur avait utilisé les matières premières et avait ajouté quelques améliorations au mélange. S’il était frotté contre la peau ou ingéré par voie orale, le sujet éprouverait graduellement des sensations sexuelles de plus en plus intenses et une excitation intense.

« Nn... Fuaaa..., » peu de temps après, Sharl avait commencé à augmenter l’intensité de sa voix. « Non, c’est... un mensonge... pas possible... »

Déconcertée par les sensations qui traversaient son corps, elle le niait désespérément.

« Ce n’est pas un mensonge. Ne te l’avais-je pas dit ? Ton corps est attiré par le mien, et il m’a déjà accepté... Cependant, ton cœur est différent, » déclara Aur.

Parce qu’il avait dit une chose si inhabituelle, Sharl avait regardé le visage d’Aur sans le vouloir.

« Ton esprit est à toi seul. Tout ce que tu as à m’offrir, c’est ton corps. Permets-moi de profiter pleinement de l’œuvre de Dieu, » déclara Aur.

Tout en disant cela, Aur jouait avec le clito obscène alors qu’il s’enfonçait profondément à l’intérieur d’elle. Ses blessures étaient complètement guéries et son corps qui était fiévreux à cause de l’aphrodisiaque acceptait le plaisir avec obéissance.

« Fuuah... Ahhhhh ! Fua, Haahnn..., » elle avait gémi.

Elle n’avait pas eu à céder son cœur. En entendant ces paroles, la douleur ressentie par Sharl s’était considérablement réduite.

Ce qu’on appelait la prise de conscience était très sensible au changement. Ce principe ne s’appliquait pas seulement aux cinq sens.

Nadja avait été trompée en changeant lentement ce qu’elle voyait et en altérant ses souvenirs. Mais d’un autre côté, les émotions de Sharl avaient été poussées au plus profond du désespoir en un instant, et de là Aur lui avait donné progressivement plus de plaisir et de libération. Cela donnait l’illusion qu’Aur la sauvait de son désespoir et lui procurait du bonheur.

« Maintenant, je vais jouir. Le fait de pouvoir recevoir le sperme d’un homme fort dans son ventre est la plus grande joie d’une femme. La joie et le plaisir parcourront ton corps, je te guiderai vers ton bonheur. ... J’éjacule... ! » déclara Aur en gémissant.

Plongeant au plus profond d’elle, Aur avait libéré son sperme au plus profond d’elle. En même temps, une autre sorte d’aphrodisiaque avait été envoyé sur son lieu intime. Cette fois, la puissance de produit avait pris effet immédiatement, mais sa durée était courte.

« Ahhhhh, Ahhhhhh, Ahhhhhhhhhhhhhhh ~ ~ ~ ~ ~ ~ !! » cria Sharl.

Sharl avait saisi les draps de lit de toutes ses forces, et elle se pencha vers l’arrière comme un pont et cria. Des étincelles et de l’électricité coulaient dans ses yeux et sa vision vacillait. Comme elle avait vécu sa vie calme et douce jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais connu un plaisir aussi intense que celui-ci.

Sharl avait apaisé son esprit alors qu’elle perdait conscience dans les ténèbres. Elle affichait une expression complètement relâchée sur son visage qui était remplie de satisfaction.

***

Partie 5

Après cela, plusieurs jours s’étaient écoulés. Aur visiterait la cellule de prison de Sharl avec son petit déjeuner, et après lui avait fait l’amour, il partait. Ce genre de vie avait continué pendant un certain temps. Immédiatement après avoir fait l’amour avec Sharl, Aur changeait de visage pour ressembler à Alan et entrait dans la cellule de Nadja, mais Sharl n’en était pas consciente et elle ne pouvait pas faire face à ça pour le moment.

Contrairement à Nadja qui avait toujours eu l’impression d’avoir beaucoup de temps libre en prison, pour le meilleur ou pour le pire, Sharl avait passé la majorité de son temps à s’inquiéter.

Quant à ce qui l’inquiétait, c’était de savoir comment séduire Aur...

En disant cela, ce n’était pas comme si elle avait cédé au plaisir ou qu’elle était tombée sous le contrôle d’Aur. C’était quelque chose qu’elle était obligée de faire. Chaque fois qu’elle le rencontrait, elle devait utiliser des mots différents pour mendier son affection et le supplier pour son sperme.

Quels mots avaient été choisis et comment devrait-elle les prononcer ? Toutes ces choses étaient quelque chose à quoi elle devait réfléchir de manière indépendante. La condition étant que si Aur n’aimait pas le contenu des paroles prononcées par elle, il ne lui ferait pas l’amour et les conséquences suivraient.

C’est ce qu’Aur lui avait dit lors de sa deuxième visite dans la cellule de Sharl.

Après cela, les jours d’essais et d’erreurs pour Sharl avaient commencé. La deuxième fois qu’il lui avait rendu visite, elle lui avait dit « S’il vous plaît, violez-moi », et elle avait été rejetée par Aur. Après avoir été perdue quant à quoi dire, elle était finalement venue avec. « S’il vous plaît, aimez-moi, faites-moi grâce de votre affection. »

Si, par hasard, Alan l’avait choisie pour être sien, c’est le genre de mots qu’elle lui dirait. Ces paroles pures qui sortaient du cœur d’une fille qui s’épanouissait d’amour, étaient souillées d’une énorme quantité de fluides nuageux.

Au troisième tour, elle avait été contrainte par Aur à tisser un ensemble de mots indécents. « Qu’est-ce qu’un mot indécent ? » Ce jour-là, dans l’après-midi, son repas lui était transporté par cette fille aux cheveux noirs qui ressemblait à une belle poupée. La fille aux cheveux noirs transformée en démon.

Complètement à l’opposé de Sharl, cette femme avait des seins très massifs, et cette démone lui apprenait beaucoup de mots vulgaires à utiliser. Elle pensait qu’une démone serait l’une des créatures les plus terrifiantes, mais cette démone était vraiment amicale et lui parlait comme si elles avaient été des amies depuis très longtemps, Sharl avait rapidement ouvert son cœur à cette démone et avait commencé à étudier avec zèle sous son enseignement.

Au quatrième tour, elle s’allongea sur le lit et écarta volontairement les lèvres de son vagin avec ses doigts, « S’il vous plaît, Seigneur Aur, poussez votre gros pénis dans la chatte de votre Sharl, » quand elle déclara ceci, Aur montra une expression choquée, et il loua Sharl en disant qu’elle avait très bien agit.

Le fait d’être contrainte de faire quelque chose de honteux et d’humiliant comme ça ne la rendrait pas heureuse même si on la louait. C’était ce que Sharl pensait à l’origine, mais quelque part au fond de son cœur, il y avait cette étrange palpitation qui restait.

Après ce jour-là, Sharl avait passé la majeure partie de la journée à réfléchir à des mots pour inviter et séduire Aur. Si elle pouvait rendre Aur heureux, elle pourrait assurer la sécurité de ses compagnons. Si tel était le cas, elle croyait qu’elle devait y consacrer tous ses efforts.

De temps en temps, la démone passait après ses repas pour l’aider et lui donner quelques idées. La démone renforça le vocabulaire insuffisant de Sharl et lui donna des conseils, mais elle ne lui apprenait jamais exactement quoi dire. Après tout, c’était Sharl qui devait composer les mots par elle-même.

Dernièrement, ce n’était pas seulement quand elle essayait de le séduire au lit, mais juste avant l’éjaculation d’Aur ou juste après, et même au plus fort de leur passion, elle utilisait constamment des mots qui l’excitaient. C’est le conseil qu’elle avait reçu de la démone. Depuis qu’elle avait commencé à le faire, elle avait senti que ses interactions avec Aur étaient devenues beaucoup plus légères et plus douces qu’auparavant. Même si c’est un magicien maléfique, elle sentait qu’aussi longtemps qu’elle était dévouée et sincère envers lui, son acte de bonne foi lui serait transmis.

Et aujourd’hui aussi, elle allait faire l’amour avec Aur.

« Seigneur Aur... S’il vous plaît, utilisez votre magnifique bite et violez la chatte de votre Sharl jusqu’au fond, s’il vous plaît versez beaucoup de votre sperme et faites-moi devenir enceinte de votre enfant..., » déclara Sharl.

Sharl était à quatre pattes sur le lit, secouant son cul d’avant en arrière, elle le taquinait pour qu’il vienne. Bien qu’il n’ait même pas touché à son jardin secret, il débordait déjà de son épais jus d’amour. Elle ne se contentait pas d’offrir à Aur un service de belles paroles, elle faisait aussi des préparatifs physiques pour qu’elle puisse lui plaire. C’était la suggestion donnée par la démone, Sharl avait facilement consenti et avait même été légèrement impressionnée par la suggestion.

S’assurer d’être attentif à tous les détails était l’une des choses nécessaires pour fournir un service parfait à l’autre. Par conséquent, elle s’était donné comme priorité absolue de penser aux besoins de l’autre partie.

« Tu es devenue assez douée pour la persuasion, n’est-ce pas ? Gentille fille, Sharl, » déclara Aur.

Tout en la félicitant, Aur s’agrippa fermement à la taille de la jeune femme et, d’un seul coup, il pénétra profondément en elle.

« Haahnn... Le gros engin du Seigneur Aur est... rentré en moiiii..., » déclara Sharl.

En l’insérant dans son vagin humide et préparé, il n’y avait plus de résistance ni la douleur qu’elle avait subie lors de sa première expérience. Tout le corps de Sharl ne pouvait que ressentir un plaisir massif qui s’enroulait autour d’elle.

« Poussez-le autant que vous le voulez... S’il vous plaît, goûtez pleinement la chatte de Sharl au contenu de votre cœur, » déclara Sharl.

En accord avec les poussées pelviennes d’Aur, Sharl bougea sa taille de manière à s’assurer que son pénis ne sorte pas à mi-chemin. Lorsqu’elle s’adapta au rythme de ses poussées pelviennes, il devient possible de couvrir une plus grande distance de poussée et ainsi le plaisir qu’elle ressentait doublait aussi.

Bien qu’il soit important de s’inquiéter des besoins de l’autre partie, après tout, le sexe n’était pas quelque chose que vous pouviez faire seul. Comme il n’était pas possible de lire dans l’esprit de l’autre personne, elle ne pouvait qu’utiliser les sensations qu’elle ressentait elle-même comme une norme pour évaluer le bien-être d’Aur. En d’autres termes, en ce moment, elle pensait que si ses mouvements pouvaient la faire se sentir extrêmement bien, cela devait signifier qu’Aur se sentait aussi vraiment bien.

Acceptant les conseils de la démone, Sharl secoua volontiers sa taille dans un désir insatiable de ressentir plus de plaisir.

« Kuu, c’est bien, Sharl..., » gémit Aur en parlant. Bien que le ton de sa voix semblait être à l’agonie, c’était en fait la preuve qu’un homme se sentait vraiment bien. Les hommes ne paniquaient pas d’une voix aiguë comme les femmes.

« C’est tellement bon, Seigneur Aur, je me sens aussi tellement bien, plus ! S’il vous plaît, poussez-le encore plus en moiiiii ! S’il vous plaît, sentez tout l’intérieur de ma chatte ! » demanda Sharl.

Quant à Sharl, elle gémissait d’une voix aiguë. Exprimer comment vous vous sentez quand vous vous sentez bien est important. Vous n’avez pas besoin de faire semblant, vous n’avez qu’à dire franchement ce que vous ressentez sur le moment présent. C’est bon, parce qu’Aur va certainement vous faire vous sentir très bien.

Les paroles de la démone se répétaient sans cesse dans son esprit, et Sharl les mettait en pratique avec assiduité. Plus elle écoutait les conseils de la démone, plus le pénis d’Aur palpitait et gonflait, et cela rendait Sharl vraiment heureuse.

« Ahhhh, c’est si bon, je suis en train de jouir, je suis en train de jouir ! En étant frappée par la bite du Seigneur Aur, je vais jouiiiiiiirrrrr ! Sortez ce truc blanc ! Le sperme du Seigneur Aur, s’il vous plaît, versez-en beaucoup à l’intérieur de moi !! » déclara Sharl.

Sharl avait tendu sa colonne vertébrale et, pour se préparer au plaisir qui allait surgir de tout son corps, elle se tendit les hanches. Cependant, peu importe le temps qui passait, elle n’avait pas été capable de ressentir la vague habituelle de plaisir qui déferlait sur tout son corps. C’était parce qu’Aur avait complètement arrêté les mouvements de sa taille.

« Seigneur Aur... ? » demanda Sharl.

Avec une expression de curiosité, Sharl regarda Aur par-dessus ses épaules.

« Tu veux que je te fasse jouir ? » demanda Aur.

« Oui, je veux vraiment jouir... Je vous en supplie, laissez-moi jouir, s’il vous plaît, » demanda Sharl.

Sharl remua la taille avec empressement. Cependant, parce qu’elle rampait à quatre pattes, elle ne pouvait pas vraiment bouger son corps librement et cela ne faisait que lui donner encore plus envie de ce plaisir.

« Dans ce cas, dis-moi ton vrai nom, » demanda Aur.

« C’est..., » commença Sharl.

Les elfes étaient beaucoup plus proches d’être un esprit qu’un humain. Pour eux, leur vrai nom avait une signification extrême, surtout parce qu’elle était aussi une utilisatrice de magie. Ce n’était pas aussi simple que de lui donner son âme. Son vrai nom était essentiellement tout son être. Si elle disait son vrai nom à Aur, ce serait la même chose que de laisser Aur tenir toute son existence dans le creux de sa main.

Comme preuve de l’importance de ce fait, même l’elfe noire Ellen qui le servait et qui avait déjà juré allégeance à Aur ne lui avait pas révélé son vrai nom.

« Tu veux jouir, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

« Ahhhh, oui, s’il vous plaît, laissez-moi jouir, » demanda Sharl.

Reprenant lentement ses poussées pelviennes, Sharl éleva une voix douce. Cependant, cette vitesse était insuffisante. Comme Aur bougeait si lentement, cela n’avait fait qu’attiser les flammes de la passion de Sharl.

« Seigneur Aur, s’il vous plaît, pardonnez-moi... ! Mon vrai nom, mais pas mon vrai nom... Ahhhh, p-plus, plus fort... Ahh, oh non, s’il vous plaît, ne vous arrêtez pas, » déclara Sharl.

Aur jouait avec Sharl en arrêtant ses mouvements par intervalles. Bien qu’il continuait simplement à fournir une stimulation lente et graduelle qui ne pouvait pas la laisser atteindre son apogée, au lieu de la refroidir, cela ne faisait que réchauffer son corps, c’était un mouvement exquis.

« Seigneur Aur, non, ne vous arrêtez pas... Plusss, s’il vous plaît, faites tout ce que vous voulez avec moi ! Ahh, non, s’il vous plaît, mettez-le plus profond, plus profond, s’il vous plaît plongez votre bite dure et puissante, Seigneur Aur, au fond de la chatte mouillée de votre Sharl, s’il vous plaît remuez l’intérieur de Sharl ! » demanda Sharl.

Tout en secouant son cou, Sharl pressa intensément sa taille contre Aur. Tenant fermement sa taille, Aur lui chuchota à voix basse.

« Bien, tu n’as pas besoin de me dire ton vrai nom. Mais en retour, tu me dédieras tout ce que tu veux. Si tu jures de devenir mon esclave sexuel qui obéira à tous mes ordres, celle qui ouvrira son corps pour être utilisée à tout moment, je te donnerai ce que tu désires le plus, » déclara Aur.

Sharl s’était vue offrir un autre chemin, et elle crie aussitôt. « Je vais le faire ! Je vais le faire ! Sharl est désormais l’esclave sexuelle du Seigneur Aur, s’il vous plaît, faite de moi l’esclave personnelle du Seigneur Aur !! »

Si vous dites ces mots, je suis sûre qu’Aur deviendra très heureux, mais assurez-vous de le garder comme votre carte maîtresse, d’accord ?

Quelqu’un souriait énormément tout en lui apprenant une telle chose, mais à partir de ce moment, elle ne pouvait plus se rappeler qui était cette personne. Cependant, même si elle croyait qu’il ne s’agissait que d’une sorte de jeu de mots indécent, répondre ainsi à la question d’Aur était une chose irréfléchie à faire.

« D’accord, à partir de maintenant, tu es mon esclave sexuel. Tu me dédieras ton corps, ton esprit et ton tout et tu écarteras tes jambes à tout moment. Tu ne pourras jamais désobéir à mes ordres, sois ainsi ! Et ainsi, je te permets de recevoir mon sperme ! » déclara Aur.

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhh, j’arrive, ça arrive ! Je vais jouis, je jouiisssss ! Le sperme du Seigneur Aur arrive enfin, Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !! » Alors qu’Aur lui envoyait tout son sperme d’un coup, Sharl ne pouvait que crier comme un animal.

« Nettoie-le, » ordonna Aur.

Quand il avait sorti son pénis d’elle, il l’avait présenté devant Sharl. Elle avait fait ramper avec joie sa langue partout sur lui. La modeste et pieuse prêtresse elfe blanche n’était plus. Acceptant volontairement la malédiction d’Aur, elle avait prêté serment, et pour l’instant elle n’était que l’esclave sexuelle personnelle d’Aur qui désirait profondément son sperme et le plaisir qu’il lui donnait.

« Quel est ton vrai nom ? » demanda Aur.

« Je m’appelle Shirley Sutherland, Seigneur Aur..., » répondit Sharl.

Comme envoûtée, Sharl lui répondit avec obéissance, elle léchait la chose d’Aur avec beaucoup de plaisir et d’extase. Il n’avait pas besoin de son vrai nom. Après tout, les termes du serment étaient qu’elle lui avait volontairement « tout consacré », et Sharl l’avait volontairement accepté. À ce moment-là, elle lui avait déjà tout vendu, y compris son âme.

« Hmm. Alors dans ce cas, Shirley. Tu devrais te reposer un peu, » déclara Aur.

Quand Aur avait touché la tête de Sharl avec son doigt, elle s’était précipitée sur le lit et avait commencé à s’endormir profondément.

« Beau travail ~, » murmura une voix féminine.

De l’intérieur de l’obscurité du donjon, la silhouette de Lilu avait fait son apparition et elle avait montré son appréciation pour le travail acharné d’Aur.

« Oui, en effet, je suis un peu fatigué. Tu as aussi fait du bon travail cette fois, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Hier, Aur venait de corrompre Nadja avec succès. Le matin, il tenait compagnie à Sharl et l’après-midi, il devait faire face à Nadja. Il y avait aussi toutes les tâches administratives et exécutives qu’il devait accomplir en ce moment. Dernièrement, Aur avait été très occupé.

« C’est bon, c’est bon, ~... J’ai dû former une enfant complètement innocente et naïve avec plein de choses érotiques, alors c’était vraiment amusant à sa façon ~, » déclara Lilu.

Faisant un sourire indécent comme une succube comme elle le ferait, Lilu s’approcha d’Aur et commença à lui masser les épaules.

« Même ainsi, Maître, aimes-tu vraiment ce genre de choses ? Est-ce que ce serait mieux si je commençais à te supplier comme ça aussi ? “Maître, s’il vous plaît, utilisez votre robuste bite pour remuer l’intérieur de Lilu” comme ça ? » demanda Lilu.

Pendant qu’elle disait cela, Lilu murmurait dans ses oreilles et pressa ses seins contre son dos. Voyant cela, Aur avait été capable de deviner approximativement quelles étaient ses intentions.

« Ce n’est pas vraiment mon hobby en particulier. C’est juste que les mots qui viennent de l’âme ont un grand pouvoir. Surtout si c’est quelque chose que tu as toi-même dit. Même si elle sait que ce qu’elle dit est un mensonge, si elle continue à répéter les mots, cela acquerra une trace de la vérité. En fin de compte, il ne sera plus possible de dire la vérité à partir du mensonge. Le fait qu’elle soit une fille si déterminée rendait ça d’autant plus efficace. Bien que je lui aie dit qu’elle n’avait pas besoin de me donner son cœur, pour une fille aussi sérieuse qu’elle, c’était impossible au départ. Bien que cela dépende de qui il s’agit, il s’agit d’une méthode standard pour corrompre quelqu’un, » déclara Aur.

En disant cela, il ne restait plus qu’une seule personne... ce genre de méthode ne marcherait probablement pas pour cette fille magicienne, c’est ce qu’Aur pensait.

« Hmm. Vas-tu utiliser ce genre de méthode pour me corrompre aussi ? Vais-je tomber profondément amoureux d’Aur ? » demanda Lilu.

*gyuuu* elle le serrait dans ses bras par derrière, en chuchotant à Aur et en lui chatouillant les oreilles.

« Ce genre de méthode ne marcherait pas sur une créature aussi sournoise que toi. Si tu vois à travers mes actions comme étant un acte simulé, alors c’est seulement aussi bon qu’une simple performance théâtrale. D’ailleurs, ton existence même en tant que démon n’est-elle pas corrompue au départ ? » demanda Aur.

« Ahh, je suppose que tu as raison ~, en plus, même si tu n’as pas fait quelque chose comme ça, je t’aime déjà beaucoup, Aur, » répondit Lilu.

« ... Vraiment ? » Aur lui répondit d’une voix indifférente et Lilu posa doucement ses joues contre les siennes.

« Je le pense vraiment... tu sais ? » déclara Lilu.

Aur ne lui répond pas et se tient droit. Et quand il s’était retourné, il avait rencontré le regard de Lilu et lui avait dit. « Si on laisse ça de côté, tu dois avoir faim, non ? Tu mérites une récompense, je te tiendrai compagnie. Alors viens avec moi dans la chambre. »

« ... Nn. Suppperrr ~ ça fait un moment depuis mon dernier repas ~ ! » déclara Lilu.

Parlant d’une voix vive et colorée, Lilu était ravie. Tout en espérant qu’un jour il lui ouvrirait son cœur... Lilu possédait des pensées inhabituelles pour une démone.

***

Partie 6

« Vous êtes enfin venu, » la magicienne Wikia, qui avait les cheveux bleuâtres et argentés, lui parla froidement quand Aur se présenta devant sa cellule de prison.

Elle avait déjà passé plusieurs jours ici. À part la fille qui passait devant sa cellule de prison pour lui donner les repas du matin et du soir, personne d’autre ne lui rendait visite, et contrairement à son ton de voix calme, elle était en fait très agitée à l’intérieur.

À ce jour, la probabilité que Nadja et Sharl soient déjà « traitées » était assez élevée. Elle pouvait prévoir qu’Aur viendrait s’occuper d’elle en dernier. Après tout, si Aur était capable de piéger ou d’utiliser Nadja et Sharl, elles seraient les meilleurs atouts contre Wikia.

« Tu te sentiras peut-être soulagé. Tous tes compagnons sont vivants, » déclara Aur.

« Si vous pensez que je serais soulagée rien qu’en entendant ces mots de votre bouche, vous êtes un grand imbécile, » Wikia avait parlé avec franchise.

Tout d’abord, il n’y avait aucune garantie quant à l’état dans lequel ils se trouvaient même s’ils avaient été laissés « vivants ». Et s’il en faisait quelqu’un qui ne pouvait rien faire, et s’il en faisait des poupées vivantes qui ne pouvaient pas bouger et qui pouvaient à peine penser ? Ce serait toujours considéré comme vivant, mais à quel prix ?

« Eh bien, c’est vrai. Dans ce cas, permettez-moi de le répéter. Ils n’ont pas de grandes blessures et leur esprit et leur volonté sont encore intacts. Si je les relâchais dans le monde en ce moment même, ils pourraient recommencer en tant qu’aventuriers. Tous les trois, » déclara Aur.

« Où voulez-vous en venir ? » demanda Wikia.

« Il n’y a aucun sens à divulguer de telles informations, » Wikia avait agi d’une manière qui suggérait qu’elle voulait aller au cœur des choses. C’était un fait que cette information n’avait pas de sens en soi. C’était facile pour Aur de dire autant de mensonges qu’il le souhaitait.

« Tu n’as vraiment pas beaucoup d’émotions, n’est-ce pas... ? Très bien. Je suis venu ici aujourd’hui pour faire un simple pari avec toi, » déclara Aur.

« Un pari ? » demanda Wikia avec une expression suspecte sur son visage et Aur hocha la tête.

« Je vais te faire jouer un jeu simple contre moi. Si tu gagnes, je permettrai à tous tes compagnons de quitter ce donjon. Si je gagne, tu te donneras à moi. Les conditions sont de 3:1 en ta faveur. Ne penses-tu pas que c’est une affaire avantageuse pour toi ? »

« Ne dites pas de bêtises. Croyez-vous que je vais tomber dans le panneau ? » demanda Wikia.

Wikia avait gardé son sang-froid et elle n’avait pas montré la moindre impulsion ni l’envie de sauter sur cette affaire. Ils étaient tous les deux dans une impasse. Les capacités de Wikia en tant que magicienne avaient été scellées. Il ne lui avait donc pas été possible de s’enfuir.

« Je pensais que tu dirais ça. Par conséquent, j’ai préparé un arbitre impartial, » déclara Aur.

Dès qu’Aur déclara cela, des flammes s’élevèrent de l’obscurité et un démon au corps brun énorme était apparu.

« Si j’essaie de tricher dans ce jeu, je présenterai mon âme à ce démon et ce sera ta victoire. Ce sera un match équitable. Veux-tu y jouer ? » demanda Aur.

Wikia y avait réfléchi tranquillement. Évidemment, ce démon était l’un des sous-fifres d’Aur, mais un démon est une existence qui ne deviendra jamais le véritable allié d’un homme. Si le démon était aussi grand, ce serait encore plus improbable. Si vous pariez votre âme et perdez, les démons recouvreront cette dette sans montrer aucune pitié. Selon sa personnalité et selon les circonstances, ce démon pouvait même devenir l’allié de Wikia s’il pense qu’il pourra obtenir l’âme d’Aur.

« Très bien. Vous avez assez piqué ma curiosité pour que je vous écoute. Allez-y, expliquez les règles, » la jeune fille magicienne était assise sur le lit de la prison en croisant les jambes alors qu’elle l’avait déclaré.

***

Le contenu du jeu était en effet simple. Tout d’abord, Wikia et Aur étaient séparés en un rôle offensif ou défensif. Puis, sans se laisser voir, chacun d’eux écrira le nom des différentes parties du corps sur des morceaux de papier.

Les noms des parties du corps que vous pouvez écrire sont : vos deux mains et pieds, tête, poitrine, ventre et taille. Au total, il y avait donc huit endroits au choix. Dans le cas où le côté offensif écrivait exactement la même chose que le côté défensif, la défense réussirait et la défense changerait de camp avec le côté offensif. Lorsque la partie offensive et la partie défensive écrivaient quelque chose de différent l’un de l’autre, la partie offensive marquait des points et cette partie particulière du corps tombait « sous la domination » de la partie offensive. Cependant, l’attaque et la défense étaient toujours alternées après chaque tour.

En ce qui concerne la partie du corps qui tombait sous la domination de la partie adverse, une malédiction était activée et tout contrôle de cette partie du corps serait saisi par l’autre partie, rendant impossible tout mouvement libre. Cependant, les organes internes nécessaires au maintien de la vie, telle que la vue, l’ouïe et les cinq autres sens, ou des choses telles que votre capacité de penser ou de raisonner, votre capacité de parler ou de respirer, ne seront pas affectés. En substance, ce jeu consistait à limiter les mouvements des membres de l’autre partie.

En ce qui concernait la tricherie, divers sujets avaient été abordés et interdits. L’utilisation de la lecture de l’esprit, l’observation à distance, voir dans l’avenir, ou l’utilisation d’un familier pour lire ce que l’autre partie avait écrit avait tous été interdits. Tout usage de la violence ou des malédictions, la magie de contrainte, ou tout ce qui pourrait interrompre ou entraver le cours du jeu, l’illusion magique pour masquer les mots, l’utilisation de messages secrets étaient tous considérés comme de la triche. Si ces actes fétides étaient découverts par le démon, l’âme d’Aur serait prise et ce serait la victoire de Wikia.

L’exception était que si les deux bras d’une personne étaient pris en main par l’autre partie, et si cette partie n’était plus en mesure de continuer le jeu, cela ne serait pas considéré comme une faute. « En disant cela, si quelqu’un perd le contrôle de ses deux bras, cela ne veut-il pas dire qu’il a perdu le jeu ? » Wikia avait souligné ce fait et Aur avait répondu : « N’as-tu pas une bouche et des pieds que tu peux utiliser ? »

De façon inattendue, il n’y avait pas de conditions spéciales imposées à Wikia. Bien que, considérant qu’elle avait sa magie scellée et qu’elle n’avait pas d’objets près d’elle, ce n’était pas comme si elle pouvait tricher même si elle le voulait.

La condition de la victoire ou de la défaite était quand vous êtes capable de « prendre le contrôle » des parties du corps de vos adversaires pour qu’il n’en reste qu’une. S’il ne reste plus qu’une seule place, alors, naturellement, cette personne perdrait.

Une fois la victoire ou la défaite décidée, chaque partie reprendra le contrôle de son corps, mais dans le cas de Wikia, son corps entier deviendrait la propriété d’Aur si elle perdait, et pour Aur, s’il perdait, il laisserait Wikia et tous ses compagnons libres dans le monde extérieur sans leur faire de mal.

Si ses compagnons étaient blessés par la suite, cela « briserait les termes » de l’accord et parce que cela serait considéré comme de la triche, cela deviendrait la victoire immédiate de Wikia. Après avoir réclamé l’âme d’Aur, le démon allait être responsable de la renvoyer, elle et son groupe, vers le monde extérieur.

La définition d’être en sécurité, c’était que sans qu’elle ait à s’inquiéter, « après son retour dans le monde extérieur, ses compagnons pourraient se battre avec les mêmes capacités physiques et mentales qu’avant ». En réalité, si elle avait eu la chance d’être libre avec ses compagnons, elle aurait voulu se battre immédiatement contre Aur, mais il était probable qu’il les maudirait pour les empêcher de prendre des mesures agressives contre lui. Elle ne pouvait pas vraiment le tirer hors de la sécurité de son propre territoire, alors Wikia avait pris ce compromis avec réticence.

« Alors, on commence ? Tu peux passer à l’attaque en premier, » déclara Aur.

Aur abaissa confortablement sa taille sur la chaise et s’était assis en face de Wikia qui était de l’autre côté de la cellule bloquée par des barreaux. À côté d’eux se trouvait un démon enveloppé dans des flammes se tenant en silence, quatre de ses bras étaient croisés et il les fixait tous les deux. Un support et un pinceau avaient été préparés pour que chaque partie puisse écrire discrètement.

Dans ce jeu, il était évident que celui qui commençait a l’avantage. C’était parce que tant qu’il vous restera une partie de votre corps, ce sera votre victoire. Wikia pensait lentement à des choses. Ce jeu n’avait pas de limite de temps.

Si chaque personne devait écrire une partie du corps au hasard, il y a 1/8 de chance que l’attaque échoue. Mis à part le moment où cela atteignait la fin du jeu, il n’y avait pas beaucoup d’intérêt à réfléchir trop profondément sur les premières étapes du jeu, car les probabilités étaient encore infinies à ce moment précis dans le temps. Cependant, précisément à cause de cela, Wikia commençait déjà à réfléchir profondément.

Elle s’était rendu compte que les huit parties du corps n’avaient pas la même valeur. Ce seul facteur avait changé le destin du jeu de quelque chose basé simplement sur la chance à quelque chose qui était basé sur la compétence et la compréhension de votre adversaire. Si l’attaque réussissait, cette partie du corps devenait temporairement la propriété de l’autre partie.

Si vos mains vous étaient retirées, il ne serait pas possible d’écrire sur le panneau. En d’autres termes, Wikia allait probablement perdre si cela devait se produire. S’il en était ainsi, il lui était possible d’écrire avec sa bouche ou même avec ses pieds, mais elle aimerait éviter de telles circonstances humiliantes si elle en était capable, car il était naturellement impossible d’écrire avec son ventre ou sa taille. Ses bras étaient sa plus haute priorité et il était donc nécessaire pour elle de protéger ses bras.

Au contraire, de telles circonstances étaient en fait quelque peu avantageuses pour Aur. Même si ses mains et ses pieds étaient attachés, pour un magicien comme lui, écrire sur une feuille de papier était facile tant qu’il pouvait utiliser sa bouche pour lancer la magie. Même s’il avait dit que c’était un match équitable, depuis le début, le jeu avait été mis en place pour être désavantageux pour Wikia.

Cependant, Wikia croyait qu’il y avait quelque chose dont elle pouvait profiter.

« ... Je l’ai écrit, » déclara Wikia.

« Tu y réfléchis depuis très longtemps, n’est-ce pas ? Eh bien, peu importe, » déclara Aur.

En prenant sa feuille, elle avait écrit dessus, Aur avait également présenté sa note en avant. Contrairement à Wikia qui avait dû réfléchir pendant longtemps, Aur n’avait même pas eu à s’en inquiéter, car il avait rapidement soumis sa réponse.

Le démon ramassa les notes et parla d’une voix désagréable, c’était comme si le métal se grattait l’un contre l’autre.

« Côté attaque, Wikia. Pièce spécifiée “Bras gauche”. Côté défense, Aur. Partie spécifiée “Tête”. L’attaque a réussi, le bras gauche d’Aur deviendra la possession de Wikia, » déclara le démon.

Le bras gauche d’Aur brilla et avec un grand *bang !*, le bras gauche d’Aur avait été lié par des chaînes d’argent.

« Hmm. Maintenant, c’est à mon tour d’attaquer, » déclara Aur.

Sans même réfléchir longtemps, Aur avait commencé à écrire sur sa note sans hésitation et l’avait remise. Wikia réfléchissait encore au premier choix d’Aur pour sa défense. La première chose qu’Aur avait défendue, c’est sa tête. Au début, elle avait prédit qu’il défendrait l’un de ses quatre membres, en particulier son bras droit dominant, mais sa prévision avait été fausse.

Y a-t-il une raison particulière pour laquelle il défend sa tête ? Naturellement, la tête était une partie importante du corps, mais, considérant que les cinq sens ne seraient pas enlevés, cela ne semblait pas être trop négatif même si vous aviez perdu le contrôle de cette partie du corps.

Il serait toujours capable de bouger et de faire de la magie comme d’habitude, et ce n’était pas comme si elle pouvait le forcer à fermer les yeux, car cela entraverait le jeu et violerait les règles. Tout d’abord, ce n’était pas parce qu’elle possédait une partie de son corps qu’elle avait des nerfs liés et qu’elle serait soudainement capable de contrôler son corps.

Après y avoir longuement réfléchi, Wikia avait finalement noté sa réponse sur le papier et l’avait présentée au démon. Tout comme avant, le démon avait jeté un coup d’œil aux deux notes et avait parlé d’une voix grinçante.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifié “Poitrine”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifié “bras droit”. L’attaque est un succès, la poitrine de Wikia est devenue la propriété d’Aur, » déclara le démon.

La poitrine de Wikia brilla et une chaîne brune dorée s’était placée autour de ses seins et se resserra autour d’elle.

Cependant, cela ne semblait pas particulièrement douloureux ou quoi que ce soit d’autre. Tout comme il avait été dit dans les termes, son cœur, ses poumons et tout ce qui était nécessaire à son maintien en vie ne lui avaient pas été retirés.

Cependant, penser qu’il choisirait d’abord ma poitrine ? Wikia n’avait pas pu cacher sa surprise. Elle pensait qu’il viserait sûrement l’un de ses quatre membres en premier. Pour Aur, tant qu’il pouvait sceller les mouvements de sa tête et de quatre de ses membres, il gagnait facilement le match, de sorte qu’il n’avait pas besoin d’obtenir le contrôle de sa poitrine. Mais encore une fois, c’était peut-être sa stratégie et c’est pourquoi il avait délibérément visé cette partie du corps. Contrairement à Wikia qui pensait logiquement à la priorité de chaque partie du corps, il semblerait qu’Aur visait le contraire et attaquait les parties du corps avec une faible priorité.

« C’est à mon tour d’attaquer, » en disant cela, Wikia avait présenté sa note. Cette fois, elle n’avait pas eu besoin de beaucoup de temps avant de le remettre. Aur était comme d’habitude, il ne s’était pas arrêté longtemps avant de remettre sa note.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifié “Jambe droite”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifié “Bras droit”. L’attaque a réussi, la jambe droite d’Aur va devenir la possession de Wikia, » déclara le démon.

« Hou ? »

Des chaînes d’argent s’enroulaient autour de la jambe droite d’Aur, et Aur s’exprima en montrant un peu d’admiration de sa voix. Il avait pu voir que la stratégie de Wikia était de prendre le contrôle de ses quatre membres. Cependant, cela ne semblait pas faire ressentir à Aur un sentiment de crise imminente. Après tout, pour lui, il n’y avait pas beaucoup de différence de valeur entre ses bras ou ses autres parties du corps.

... Mais c’est précisément l’avantage qu’elle allait s’approprier.

Wikia avait souri légèrement tandis qu’elle posait son regard sur l’énergie magique argentée et dorée flottant en l’air devant elle.

***

Partie 7

Il y avait ce qu’on appelait les « dons » qui étaient utilisés pour décrire les capacités innées d’une personne. Cette capacité n’était possédée que par ceux qui avaient une « destiné » plus élevée que les autres et c’était quelque chose qui dépassait la simple magie. Seule une petite fraction des gens étaient capables d’être nés avec une telle chose.

L’« Étoile du Héros » en est un bel exemple et ce destin particulier était quelque chose qui pourrait être considéré sur le même plan qu’un don de haut niveau.

Wikia possède les « Yeux de Mana » qui était assez modeste par rapport à l’« Étoile du Héros ». Avec ce don particulier, elle était capable de voir le flux habituellement invisible du mana avec son œil nu. Pour quelqu’un comme elle, les autres magiciens pouvaient être considérés comme des épéistes aveugles. Mais ce n’était pas comme si elle avait sous-estimé les autres magiciens à cause de cela, et la vue qu’elle utilisait n’était pas toujours fiable dans toutes les circonstances.

Bien qu’Aur puisse être un magicien très habile qui débordait d’énergie magique, il n’en restait pas moins un fait qu’il n’était qu’un magicien aveugle pour Wikia. Tant qu’il ne se fiait pas à ses familiers pour exécuter ses ordres, Wikia était très sûre d’être capable de voir et de sentir quand Aur utilisait sa magie. Si une simple sorte de magie avait été jetée, il lui serait même possible d’effectuer une analyse pour déterminer le type de magie qu’il utilisait.

En d’autres termes, si les deux bras d’Aur étaient scellés et qu’il avait besoin d’écrire les mots sur le morceau de papier en utilisant sa magie, Wikia était très sûre de pouvoir voir quels caractères étaient écrits en analysant le flux de magie d’Aur.

Un don était différent de la magie ordinaire. Même si elle commençait à utiliser son don, elle n’aurait pas besoin de chanter une incantation et il n’y a pas non plus de signe évident qu’elle l’utilisait, de plus elle n’avait même pas besoin d’utiliser une énergie magique pour invoquer son don. Même si elle était actuellement maudite et incapable d’utiliser toute son énergie magique, ce n’était pas un problème pour elle. Même si elle commençait à utiliser son don, le démon serait incapable de sentir quoi que ce soit. Tout d’abord, Aur n’avait imposé aucune limite en ce qui concerne la tricherie. Même si l’on découvrait plus tard qu’elle utilisait son don, il ne serait pas en mesure de porter plainte.

« Ensuite... c’est à mon tour d’attaquer, » déclara Aur.

Le jeu était déjà entré dans son quatrième tour. À l’heure actuelle, ils avaient échoué à plusieurs autres de leurs rounds de défense et Wikia avait réussi à obtenir le contrôle de l’estomac d’Aur, et Aur avait obtenu le bras gauche et la taille de Wikia.

Une fois de plus, la taille était un endroit étrange sur lequel Aur pouvait prendre le contrôle. La raison pour laquelle Wikia visait son abdomen était de détourner son attention de ses quatre membres, et Aur semblait ne se soucier que de son bras gauche avant d’aller chercher ses parties plus obscures du corps.

« Hyaah !? »

Pendant qu’elle réfléchissait à de telles choses, soudain, une sensation s’était répandue le long de sa colonne vertébrale ce qui l’avait fait instinctivement crier. Quand elle regardait vers la source des sensations qu’elle ressentait, son bras gauche bougeait contre son gré et se frottait de façon obscène contre son propre entrejambe. Avant même qu’elle ne s’en rende compte, les vêtements avaient été retirés et son lieu intime avait été révélé à Aur pour qu’il puisse le voir.

Lorsqu’elle tendit les yeux, elle pouvait voir qu’Aur étendait son énergie magique vers elle sous la forme d’une entrave qui s’enroulait autour de son corps et contrôlait ses mouvements.

« N’est-ce pas clairement une obstruction !? » demanda Wikia.

« ... Ceci n’est pas considéré comme une interférence. Tu peux encore écrire les mots sur le papier, n’est-ce pas ? » demanda le démon.

Wikia criait et le démon lui avait simplement répondu calmement. La main gauche de Wikia suivait lentement sa propre fente. Bien que ce soit certainement quelque chose qui gênerait son train de pensée et ses actions, ce n’était pas dans la mesure où cela lui ferait perdre le jeu ou interférerait avec sa capacité d’écrire.

« Je ne fais qu’utiliser mes effets personnels et m’amuser un peu avec eux. Quel est le problème avec ça ? » demanda Aur.

« ... Très bien, je continue, » répondit Wikia.

Wikia serra les jambes ensemble et cacha son lieu privé à Aur, après quoi elle avait commencé à écrire sur le papier et à le transmettre. Elle avait fait semblant de viser son bras droit... Mais en fait, elle avait écrit sa jambe gauche sur le papier. À quoi Aur penserait-il en ce moment ? Il pensait que j’allais prendre son bras droit ? Ou une autre partie du corps ? Elle visait à s’attaquer à l’écart dans ses pensées.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “jambe gauche”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Jambe gauche”. L’attaque a échoué, » déclara le démon.

Cependant, pour une raison ou pour une autre, Aur semblait avoir vu à travers son stratagème et avait été capable de se défendre correctement. Wikia était censée avoir l’avantage d’être le début, mais elle était maintenant dans une position défavorisée.

« Tu deviens impatiente, n’est-ce pas ? As-tu perdu ta concentration après avoir joué avec ton entrejambe ? » demanda Aur.

En ricanant face à sa perte, Aur montra un sourire indécent.

« Tout ce que tu peux faire, c’est de parler ! » déclara Wikia.

Wikia fronçait les sourcils de honte en remettant son papier.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifiée “Bras droit”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifiée “Bras droit”. L’attaque a échoué, » déclara le démon.

« C’est plutôt vous qui avez obscurci par vos pensées perverties, » déclara Wikia.

En disant cela, elle se sentait soulagée intérieurement. Cela avait annulé son échec précédent. Non seulement ça, mais elle avait été capable de défendre son bras droit très important. En plus de ne pas être capable d’écrire correctement sur les notes, si elle avait les deux bras manipulés par lui... Elle ne pouvait que frissonner à l’idée d’une telle chose.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “Bras droit”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Taille”. L’attaque a réussi, le bras droit d’Aur est devenu la possession de Wikia, » déclara le démon.

Quand les résultats avaient été annoncés, Wikia avait eu un peu de mal à retenir l’expression de joie sur son visage. Le bras droit d’Aur avait été enveloppé dans des chaînes d’argent, et elle avait finalement été capable de bloquer ses deux bras. Mais elle était vraiment curieuse de savoir ce qui se passait dans son esprit quand il avait défendu ce round... Pourquoi avait-il défendu quelque chose comme sa taille ?

... Non, la réponse à cette question ne comptait plus pour elle. Plus important encore, elle devait commencer à analyser le flux de mana du corps d’Aur. Wikia tendit les yeux et le regarda fixement. Devant ses yeux, un spectacle tout à fait inattendu se produisait.

Aur n’avait pas l’air d’utiliser de magie, il avait simplement pris le pinceau avec son bras et s’était mis à dessiner sur la note.

« Comment pouvez-vous déplacer une partie de votre corps qui n’est plus sous votre propriété ? » demanda Wiki.

« Permets-moi plutôt de te demander, » déclara Aur.

Wikia contestait ses actions et Aur avait simplement souri en retour pendant qu’il parlait.

« Lorsque ton corps n’est plus ta propriété, tu n’es plus censé pouvoir le déplacer avec ton propre “libre arbitre”. Cependant, ce n’est pas parce que je ne possède plus la partie du corps que je serai incapable de la contrôler ? » déclara Aur.

Rien qu’avec ces mots, Wikia avait compris que son plan de faire perdre à Aur le contrôle de ses bras avait déjà été découvert par lui.

« N’est-ce pas considéré comme de la triche ? » demanda Wikia.

« Pourquoi cela le serait-il ? » demanda Aur.

Le démon lui avait demandé une raison. Il n’y avait même pas besoin de réfléchir. Après tout, il n’y avait aucune règle dans l’accord selon laquelle la partie avec la partie du corps privée n’était pas autorisée à être visée par la magie pour pouvoir la déplacer. Ce n’était pas quelque chose qui gênait le jeu. Même quand Aur déplaçait le corps de Wikia, cela n’était pas compté comme une obstruction au jeu, mais les choses qui s’étaient passées de cette manière avaient grandement déçu Wikia.

Si Aur devait manipuler le pinceau avec sa magie, le flux de mana pourrait être lu par Wikia. Mais, si Aur bougeait son corps directement avec la magie, il n’était pas possible de détecter le flux de mana vers le pinceau. La magie ne s’écoulait pas dans un objet ou dans l’air, mais directement dans son corps, et elle ne pouvait percevoir aucun flux de magie à l’extérieur de son corps.

« Qu’est-ce qu’il y a ? C’est à mon tour d’attaquer. Tu ne vas pas présenter ta défense ? » demanda Aur.

Wikia était troublée quand elle avait remis son mot.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifiée “jambe gauche”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifiée “Jambe droite”. L’attaque a réussi, la jambe gauche de Wikia deviendra la possession d’Aur, » déclara le démon.

Ayant sa chaîne haineuse enroulée autour de sa jambe gauche, Wikia avait fait claquer sa langue. Depuis le début du jeu, elle n’avait défendu que son bras droit. Bien que la raison principale était que son bras droit était en effet sa plus haute priorité pour la défense, c’était aussi pour donner à Aur l’impression qu’elle était seulement capable de défendre son bras droit tour après tour.

Cette fois-ci, Wikia avait lu qu’il était sur le point de viser ses jambes, mais elle s’était trompée en déterminant quelle jambe il allait choisir.

Elle avait besoin de recomposer ses émotions. Wikia avait pris une grande respiration et ferma les yeux. Vidant tout dans son esprit, y compris le fait que son entrejambe était encore caressé avec ses propres doigts, elle avait lentement unifié son propre esprit.

« Nnhaa !? »

Mais un cri mignon était sorti de sa bouche. Ce qu’elle avait ensuite remarqué, c’est que son bras gauche avait quitté la zone située entre ses aines et qu’il tâtonnait sur sa poitrine. Ses seins. C’est la première partie de son corps qui lui avait été enlevée. Sa paire de seins souples et pleins avait les mamelons totalement érigés, à tel point qu’elle avait l’impression d’avoir les mamelons enflés de douleur. Avec ses propres doigts mouillés, elle les pinçait et jouait avec eux, lui faisant ressentir un stimulus agréable directement dans son cerveau.

De plus, sa robe d’une seule pièce ainsi que sa jupe courte avait été relevée par son propre bras et son corps était bien en vue pour qu’Aur puisse le voir. Aur profitait juste de la vue tout en souriant.

Même si le démon avait vu ce qui se passait, il ne semblait pas préoccupé par la situation. Voyant cela, Wikia avait finalement réalisé sa propre erreur. Un démon qui n’avait pas de sentiments humains ne pourrait pas s’identifier aux subtilités des circonstances sexuelles d’un humain. Après tout, au mieux, il était capable de juger que des choses de nature physique comme étant quelque chose qui interférerait directement avec le jeu. En d’autres termes, ce démon n’était pas du tout fiable en tant qu’arbitre.

C’est à ce moment que Wikia avait remarqué quelles étaient les intentions d’Aur. En même temps, elle pensait qu’il était le pire des voyous, elle le ridiculisait. Pour quelqu’un comme Aur qui était capable de bouger son corps, même si son libre arbitre avait été enlevé à ses parties du corps, il n’y avait absolument aucun sens à défendre une partie en particulier. Il pouvait se déplacer selon sa volonté en n’utilisant que la magie, et cela ne serait pas considéré comme une violation des règles.

Bien que cela n’ait rien à voir avec le maintien des fonctions vitales. Peut-être, si une partie du corps lui était enlevée, non seulement perdrait-il le libre arbitre de cette partie du corps, mais il était probable qu’il perdrait aussi le contrôle subconscient de cette partie particulière du corps. C’est probablement la raison pour laquelle il avait défendu sa propre taille tout à l’heure. En termes de réactions physiologiques que le corps humain peut avoir, la moitié peut être une décision consciente, mais l’autre moitié était quelque chose qui se produit automatiquement et inconsciemment... s’il perdait le contrôle de sa taille... il perdrait probablement la capacité à faire « cela ».

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “Taille”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Taille”. L’attaque a échoué, » déclara le démon.

Son visage montrait son dégoût pour lui alors qu’elle écrivait sa note, et Aur pouvait instantanément voir à travers elle et défendre son attaque avec aisance.

« Kuu... Uu... »

Le bras gauche de Wikia se tortillait à nouveau vers son entrejambe. Elle essayait désespérément de supprimer la voix qui s’échappait de sa bouche. En jouant avec ses seins, son corps se sentait rouge et cette partie d’elle devenait encore plus humide. De plus, la jambe gauche qui lui avait été arrachée essayait de se déployer contre son gré, et elle n’était plus capable de fermer les jambes ensemble.

Mordant ses dents ensemble dans la frustration, elle avait commencé à écrire sur la note et l’avait retournée.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifiée “Tête”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifiée “Jambe droite”. L’attaque a réussi, la tête de Wikia est devenue la propriété d’Aur, » déclara le démon.

Wikia avait inconsciemment peur que si on lui enlevait sa jambe droite, il essaie de la transpercer avec sa chose, et Aur en avait profité pour gagner la manche et prendre le contrôle de sa tête. Si sa jambe droite avait été privée, toutes les parties inférieures de son corps seraient devenues la propriété d’Aur. En d’autres termes, elle ne serait même pas capable de l’empêcher d’exposer complètement son propre entrejambe... Dans le pire des cas, elle pourrait même être violée.

« Avec cela, le nombre de pièces que je contrôle a augmenté, » déclara Aur.

Comme si Aur essayait d’alimenter encore plus son sentiment de peur, il avait ce sourire vicieux sur son visage.

« Je suppose que oui, » répondit Wikia.

Mais au contraire, Wikia semblait bien déterminée. Se grondant elle-même pour être tombée dans le chaos, elle s’était réorganisée et avait jeté à la fois ses regrets et ses hésitations. Même sur le point d’être acculé et vaincu, elle avait réussi à retrouver sa présence d’esprit.

Quelle était sa plus haute priorité en ce moment ? C’était pour assurer la sécurité de ses compagnes. En ce qui concerne sa chasteté ou sa vie, elle pourrait s’en passer. Cependant, par tous les moyens nécessaire, elle voulait vraiment sauver Alan et les autres filles.

« C’est à mon tour d’attaquer, » déclara-t-elle.

Wikia n’avait pas hésité et avait écrit sa réponse avant de remettre la note.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “jambe gauche”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Taille”. L’attaque a réussi, la jambe gauche d’Aur est maintenant en possession de Wikia, » déclara le démon.

« Hm ? »

Aur éleva sa voix et ses sourcils avec admiration. Aur savait que Wikia voulait priver sa liberté de bouger le plus possible sa taille.

Mais c’était précisément la raison pour laquelle elle n’avait pas ciblé cet endroit évident.

« ... Je vois, » murmura Aur.

Aur avait réfléchi à son choix pour la première fois, puis nota sa réponse. Au contraire, Wikia n’avait même pas eu besoin d’y penser avant d’écrire sa réponse et de la remettre.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifiée “Bras droit”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifiée “Bras droit”. L’attaque a échoué, » déclara le démon.

La partie du corps que Wikia avait le plus besoin de protéger était son bras droit. Si cette partie de son corps avait été privée, il était peu probable qu’elle puisse continuer le jeu. Même si sa jambe droite était privée et qu’elle ne pourrait pas se défendre fait à un viol, elle pourrait quand même continuer.

Comme Aur avait encore échoué dans son attaque, Wikia avait regagné sa supériorité.

Les trois parties restantes du corps d’Aur sont : sa tête, sa poitrine et sa taille.

De l’autre côté, Wikia avait toujours : bras droit, jambe droite et ventre.

La probabilité d’empêcher une attaque pour chaque camp était de 1/3. Wikia avait décidé de laisser son destin à la chance. Pour qu’Aur ne puisse pas prédire à partir de son écriture manuscrite, elle avait continué à faire tourner son pinceau en rond et elle avait choisi d’écrire une partie du corps au hasard.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “Poitrine”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Tête”. L’attaque a réussi, la poitrine d’Aur deviendra la possession de Wikia, » déclara le démon.

« Muu... »

Ayant des chaînes enroulées autour de sa poitrine, même Aur s’était mis à gémir. Il ne lui restait plus que deux parties du corps.

Wikia avait réfléchi à ce qu’elle devrait défendre ensuite. Si elle n’avait pas défendu son bras droit, elle risquait de perdre sa capacité à écrire. Si elle ne défendait pas sa jambe droite, sa virginité allait sûrement être privée. Il n’y avait vraiment que deux options parmi lesquelles elle pouvait choisir.

« Côté attaque, Aur. Partie du corps spécifiée “ventre”. Côté défense, Wikia. Partie du corps spécifiée “ventre”. L’attaque a échoué, » déclara le démon.

C’est pourquoi Wikia avait choisi de défendre son estomac.

« Vous êtes comme un serpent, » déclara Wikia en souriant légèrement. « Vous êtes un lâche rusé et sournois. Vous ne pouvez penser qu’à toutes ces sales pensées. Par conséquent, il m’est facile de lire vos intentions. Je vous dirai mon prochain choix. Je vais écrire votre “tête”. Je vais écrire “tête”, mais n’hésitez pas à douter de moi autant que vous voulez. »

Après avoir déclaré ses intentions, Wikia avait rapidement noté sa réponse avec son pinceau.

D’un autre côté, Aur perdait son sang-froid pour la première fois et avait réfléchi longuement à ce qu’il allait écrire. Après avoir écrit lentement avec son pinceau, il avait finalement retourné sa note.

« Côté attaque, Wikia. Partie du corps spécifiée “Tête”. Côté défense, Aur. Partie du corps spécifiée “Taille”. L’attaque a réussi, la tête d’Aur deviendra la possession de Wikia, » déclara le démon.

La tête d’Aur était couverte de chaînes. *Pishi Pishi* le crépitement des chaînes résonnait en s’enroulant autour de tout son corps.

« Après tout, vous ne faites que cela. Vous ne pouvez que douter des autres, et vous ne savez pas comment voir la vérité, même quand elle est juste devant vous. Maintenant, démon, libérez-moi et guidez-moi vers mes compagnons, » déclara Wikia.

Cependant, le démon ne montra aucune réaction aux paroles de Wikia. Elle avait essayé de se lever et de bouger, mais la chaîne qui la liait s’enroulait toujours autour de son corps et elle ne pouvait pas bouger.

« ... Qu’est-ce que cela signifie ? N’ai-je pas déjà gagné le match !? Essayez-vous de revenir sur vos paroles ? » déclara Wikia.

« Ku, Ku, Ku, Ku... »

Wikia criait et pourtant Aur avait ri en l’interrompant.

« Jeune magicienne. C’est certainement comme tu le dis, je ne sais que douter des gens. Cependant, permets-moi de te donner un conseil, en tant que personne âgée. Tu devrais apprendre à douter un peu plus des autres. »

Juste au moment où elle pensait que toutes les chaînes du corps d’Aur l’enfermaient solidement sur place, les chaînes de son corps commençaient à trembler et à s’effondrer d’elles-mêmes.

« Qu’est-ce qui se passe !? ... Ne me dites pas que le démon est... ? » demanda Wikia.

« Non, ce type fait son travail fidèlement. Je ne triche pas ou quoi que ce soit. C’est juste que tu as tout simplement mal compris mes paroles, » déclara Aur.

Avec un sourire agréable, Aur avait fait craquer ses articulations pour détacher son corps qui venait de se libérer de ses attaches.

« La victoire ou la défaite de ce jeu est décidée quand il ne reste qu’une partie du corps du joueur perdant. ... Je n’ai jamais mentionné l’ordre des choses, » déclara Aur.

Ordre séquentiel ? Qu’est-ce qu’il raconte ? Que se passe-t-il ?

L’esprit de Wikia était dans la confusion, et la bonne réponse s’était brusquement présentée à elle.

« Ne me dites pas que la partie du corps que vous possédez est..., » déclara Wikia.

Aur acquiesça d’un signe de tête.

« Tu as trois compagnons, n’est-ce pas ? Moi y compris, j’ai quatre personnes sur lesquelles parier... Tu n’es pas contente d’avoir gagné ? Maintenant, tu n’as plus qu’à me battre trois fois avant de pouvoir sauver tes amis, » déclara Aur.

En entendant la voix d’Aur qui semblait très heureuse, l’expression de Wikia était teintée de désespoir.

***

Partie 8

Dans une cellule souterraine sombre et froide, Alan était lové comme une sorte de chenille. Ses bras étaient attachés derrière son dos par des menottes de fer et ses pieds étaient également liés par une chose semblable. Naturellement, il n’était pas possible pour lui d’utiliser de la magie.

Avant-hier, il avait été transféré dans une pièce spacieuse pour une journée, mais à part cela, il était de retour dans cette cellule étroite de la prison étalée sur le sol. Il n’y avait pas de lit dans cette pièce et la seule chose sur laquelle son corps pouvait reposer était le sol dur et froid. On lui donnait ses repas, mais le strict minimum, et chaque jour, on lui apportait un seul repas, on ne lui donnait pas de couverts, mais seulement un bol de soupe grossière, et comme un chien, il devait le boire avec sa bouche.

Parce qu’il avait les deux mains et les deux pieds liés, et parce que la pièce n’avait rien à l’intérieur, il ne pouvait même pas aller aux toilettes pour faire correctement ses besoins. Il était couvert de sa propre déjection et chaque jour il se sentait extrêmement malheureux, Alan vivait à peine sa vie.

La raison pour laquelle il avait pu tenir aussi longtemps sans se suicider, après avoir été humilié et déshonorer de cette manière, c’était qu’il pensait à ses compagnons.

Pendant les trois premiers jours, il espérait que ses amies viendraient le sauver. Comme Alan avait été le premier à s’évanouir, il ne savait pas si ses compagnons avaient tous été pris. En dehors de Nadja, dont il savait qu’elle avait vu ses mouvements scellés, il pensait que peut-être Sharl, la prêtresse elfe ou peut-être même la très fiable Wikia pourrait s’échapper d’une manière ou d’une autre et qu’elle serait capable d’initier une mission de sauvetage.

Après ces trois jours, Alan s’était rendu compte qu’Aur n’avait pas l’intention de le garder en vie pendant longtemps et qu’il ne pouvait continuer à s’attendre à un sauvetage. Même si on lui donnait un repas, c’était une soupe aromatisée au sel, ce n’était pas quelque chose qui lui donnait assez de nourriture pour survivre longtemps. Le fait d’être dans une situation où il ne pouvait pas bouger son corps et d’avoir continuellement à se coucher sur ce sol froid et dur avait épuisé la force physique d’Alan sans aucune pitié. Un sentiment d’impuissance insondable et l’odeur de sa propre saleté coupaient sa forte volonté en petits morceaux. Il avait instinctivement compris qu’il ne durerait pas longtemps.

Au cours des trois jours suivants, Alan avait réussi à retrouver une lueur d’espoir. Jusqu’à ce jour, une femme aux beaux cheveux noirs, presque comme une poupée, lui portait ses repas. Quoi qu’Alan ait dit à cette fille, elle n’avait même pas de réaction et elle ni lui ne répondait pas. Elle s’acquittait de ses fonctions et s’en allait.

Cependant, le septième jour, la femme qui apportait son repas avait changé, et c’était maintenant une démone aux ailes de chauve-souris. Alan fronçait les sourcils quand il avait vu ses ailes maléfiques, mais quand il avait essayé de lui parler, contrairement à ses attentes, elle lui avait répondu très franchement.

Alan avait pu apprendre que ses compagnons avaient été capturés et, bien qu’il ait été découragé, cela ne lui avait pas causé un grand choc. Il avait également pu apprendre que ses trois compagnons avaient été beaucoup mieux traités que lui dans ce donjon.

Le huitième jour, Alan avait commencé à s’inquiéter d’autre chose. Il se demandait pourquoi ses autres compagnons étaient mieux traités que lui. Si vous pensiez que c’était logique, cela signifiait probablement qu’Aur n’avait pas l’intention de tuer les trois autres personnes. Au moins, il n’avait pas l’intention de leur faire du mal dans un avenir rapproché.

Mais pour Alan, cela ne pouvait que signifier que le pire allait lui arriver.

Et le jour où ses cauchemars étaient devenus réalité, ils étaient enfin venus pour lui.

Ce jour-là, Alan avait été autorisé à nettoyer son corps avec de l’eau chaude, et après un long moment, il avait finalement été autorisé à enlever ses entraves et à sortir de cette cellule étroite. Et ainsi, il avait été conduit dans une grande pièce. On ne peut même pas le comparer à sa petite cellule de prison. Les planchers avaient été magnifiquement nettoyés et le long des murs, il y avait de la lumière qui illuminait la pièce. Il y avait un grand lit et même des meubles dans cette chambre, mais Alan avait été déplacé pour qu’il s’assoie sur une chaise dans le coin de la pièce.

Avec un cliquetis, ses mains avaient été menottées à la chaise. Un mauvais pressentiment s’empara de lui. Même si Alan essayait de faire appel à la démone devant lui avec ses yeux, comme si la démone ne pouvait même pas le voir, elle l’ignora complètement et sortit tout simplement de la pièce.

Être seul à l’intérieur de cette pièce, lui avait fait ressentir un sentiment vraiment désagréable le long de sa colonne vertébrale. C’était comme lorsque vous touchiez un coffre au trésor dont vous saviez qu’il contenait un piège exceptionnellement malveillant, ce genre de très mauvaise prémonition.

Mais Alan ne pouvait rien y faire. Il était fermement menotté à la chaise. Peu importe à quel point il tirait dessus, il ne semblait pas qu’il allait s’en détacher.

Alan n’avait pas été capable de s’endormir toute la nuit et il n’avait fait qu’attendre en étant éveillé. Très vite, la porte de sa chambre s’était ouverte.

« Nadja ! Sharl, Wikia ! »

Quand il avait vu les trois filles entrer dans sa chambre, Alan avait crié d’une voix ravie. Bien qu’elles portaient des vêtements humbles et appropriés pour les prisonniers, les trois filles n’avaient pas l’air d’avoir leur corps comme le sien. Les cheveux longs de Nadja étaient devenus courts, mais il n’y avait pas de blessures visibles sur son corps.

« ... Qu’est-ce qui ne va pas ? Ne me dites pas qu’on vous a empêchés de parler ? Ou est-ce que vous ne m’entendez pas ? » demanda Alan.

Seule Wikia avait répondu à la question d’Alan en secouant la tête. Et elle murmura. « Alan... Je suis vraiment désolée... Je suis vraiment désolée. »

Wikia n’était même pas capable de regarder Alan pendant qu’elle parlait et elle ne pouvait que le regarder de haut avec honte quand elle s’excusait à plusieurs reprises auprès de lui.

Il ne savait pas à quoi pensait Nadja, alors qu’elle regardait dans l’air avec ce regard vide. Même la Sharl, habituellement amicale, ne répondait pas à ses questions, elle ne faisait que sourire.

« Avez-vous pu profiter de vos touchantes retrouvailles ? » demanda une voix d’homme.

« ... Aur ! Espèce de salaud, que leur as-tu fait !? » s’écria Alan.

Un cliquetis des menottes avait retenti alors qu’Alan commençait à lutter pour libérer son corps.

« Hmm... Qu’est-ce que j’ai fait ? » demanda Aur.

Comme s’il pensait à la question, Aur fit un pas en avant, se tenant entre Sharl et Nadja, il prit les deux filles dans ses bras et commença à caresser leurs seins.

« Dois-je te l’expliquer en te le montrant ? Voilà exactement ce qui s’est passé au cours de ces quelques jours, » déclara Aur.

Aur, qui était censé être leur ennemie, caressait les seins des deux filles juste devant Alan, et au lieu d’être en colère, les deux filles avaient l’air ravie et avaient même commencé à rougir. En regardant leurs expressions, Alan avait reçu un choc intense.

« Sharl, Nadja, qu’est-ce qui ne va pas chez vous... !!? Qu’est-ce qui se passe... Wikia, tu sais quelque chose à ce sujet !? » demanda Alan.

Sharl et Nadja ne lui répondaient même pas, alors il avait tourné son regard vers Wikia. Cependant, elle ne faisait que répéter ses excuses encore et encore et elle n’avait pas non plus répondu à ses questions.

« Fumu, très bien... Léona, tu peux lui expliquer, » déclara Aur.

L’appelant intimement par son vrai nom, Aur tenait la taille de Nadja. Comme si les mots d’Aur étaient des mots magiques qui lui permettaient de parler à nouveau, Nadja avait finalement prêté attention à Alan.

« Désolé, Alan. Je t’ai toujours trompé, » déclara Nadja.

Après avoir dit cela, Nadja déplaça son regard vers Aur, enveloppant ses deux bras autour de son cou, elle lui avait donné un baiser.

« Je suis la fidèle subordonnée du Seigneur Aur. Je t’ai piégé tout ce temps, » déclara Nadja.

« Tu mens !! Comment peut-on... ? Comment est-ce possible !? Je veux dire, tu es... ! » cria Alan.

Alan criait et bougeait bruyamment ses menottes, mais Aur l’avait interrompu alors qu’il donnait un ordre à Nadja.

« Il semblerait que cet homme n’ait pas confiance en tes paroles... Pour qu’il croie en toi, pourquoi ne pas lui montrer une preuve de ta loyauté ? » demanda Aur.

« Oui, Seigneur Aur, » déclara Nadja.

Nadja hocha joyeusement la tête et grimpa sur le lit à quatre pattes, montrant son cul à Aur.

« N’hésitez pas à recevoir la preuve de ma loyauté, Seigneur Aur, » déclara Nadja.

« Nadja ! Arrête ! Arrête ! S’il te plaît, je t’en supplie ! Tu mens, c’est un mensonge, une grosse blague... ! Non, ça doit être une sorte de plan, non ? Tu prévois de le séduire comme ça et de lui couper le cou, c’est de ça qu’il s’agit, non ? S’il te plaît, ne fais pas ça, Sharl, Wikia, arrêtez Nadja ! » cria Alan.

Alan criait de chagrin et de tristesse, mais Sharl continuait simplement à sourire et Wikia détournait son visage dans la douleur. Devant eux, Aur avait percé le vagin de Nadja avec son truc épais et dur.

Elle l’aimait bien et pensait qu’il était idéal. Mais en ce moment, Nadja, qui était censée être une sorte d’amoureuse d’Alan, faisait l’amour avec un autre homme juste devant lui. En plus de cela, Nadja montrait une expression de plaisir, elle bougeait ses hanches avec bonheur et cela blessait profondément son esprit.

« Arrête ça... S’il te plaît, arrête, » cria Alan.

Alan criait, il luttait violemment pour se libérer. Quand Aur avait finalement laissé échapper beaucoup de ses fluides blancs et nuageux au fond de Nadja, Alan s’était aussi fatigué d’être enragé et s’était affaissé sur sa chaise.

« Merci de me montrer votre affection, Seigneur Aur, » déclara Nadja.

Touchant son propre vagin avec ses deux mains, Nadja avait exhibé délibérément le sperme qui s’égouttait sur Alan.

« Tu comprends enfin ? Tous les poils de mon corps, jusqu’aux ongles, appartiennent au Seigneur Aur. J’aime vraiment profondément le Seigneur Aur. Bien que je me sente mal de t’avoir trompé, c’était pour le bien de mon maître. Pardon, » déclara Nadja.

La femme soldat avait parlé à Alan d’un ton très franc. Et même si elle avait le même visage que la personne qu’il connaissait, elle n’était plus la fille qui le draguait. Était-ce vraiment Nadja ? Comme s’il cherchait de l’aide, il avait tourné les yeux vers les deux autres filles.

« Ahh, bien sûr. Expliquons ce qui est arrivé aux deux autres personnes. Sharl, tu es la prochaine, » déclara Aur.

Quand Aur appela le nom de Sharl, elle fit rebondir joyeusement son petit corps et elle se mit sur le lit.

« Oui. J’adorais Alan. Il est fort, courageux et plus gentil que quiconque. J’aimais cet Alan, » déclara Sharl.

Elle disait une telle chose timidement, et elle avait un sourire sur son visage qu’Alan avait l’habitude de voir. Son doux sourire qui vous rappelait la lumière chaude du soleil.

« Mais le truc, c’est que le Seigneur Aur m’a appris quelque chose d’encore plus merveilleux que ça, » déclara Sharl.

Son sourire doux avait disparu et cela s’était transformé en une expression d’obscénité, Sharl faisait courir sa langue le long du pénis d’Aur qui était couvert du jus d’amour de Nadja et de sa semence comme si c’était la chose la plus délicieuse du monde.

« C’est-à-dire... Le pénis du Seigneur Aur... Ahhhh, c’est si dur, grand et fort... Ce n’est même pas comparable au petit truc d’Alan. C’est si merveilleux..., » déclara Sharl.

En voyant les filles s’amuser devant lui, le pénis d’Alan devenait dur avant même qu’il ne s’en rende compte. L’habit qu’il portait était la même que les trois autres filles, c’était un mince uniforme de prison, et c’était facilement capable de montrer la forme et la taille de son entrejambe qui était maintenant enflée. En comparant sa taille à celle d’Aur, Sharl avait gloussé de ridicule.

Elle était ensuite tombée vers le lit et avait largement ouvert sa fente pour attirer Aur.

« Seigneur Aur, s’il vous plaît, utilisez votre bite épaisse et merveilleuse pour prendre possession de votre esclave obscène. S’il vous plaît, versez beaucoup de votre semence blanche et chaude dans la poche pour enfants faite pour l’usage exclusif du Seigneur Aur, » déclara Sharl.

Alan ne pouvait même plus croire ce qu’il voyait devant ses yeux. Cette Sharl honnête et au cœur pur, qui était la plus modeste et la plus convenable des trois filles, écartait les jambes et parlait dans un langage extrêmement indécent, suppliant pour son sperme misérable.

« Ahhn ! La chose épaisse du Seigneur Aur arrive... ! Plus, plus profond... ! S’il vous plaît, enfoncez-le plus profondément ! » demanda Sharl.

Alors qu’Alan était encore assis là, horrifié, le petit corps de Sharl absorbait complètement la bite d’Aur à l’intérieur d’elle. C’était assez féroce, mais le jardin secret de Sharl l’engloutissait facilement.

Alan avait eu le cœur brisé en l’entendant parler. En entendant les gémissements coquets de Sharl, son cœur se brisait encore plus en morceaux, au point que son esprit ne pouvait plus se remettre en état. Il n’avait plus le pouvoir de crier ou même de lutter.

« C’est un mensonge... c’est un mensonge... Un rêve, ça doit être un rêve... »

Se murmurant cela désespérément à lui-même, il niait la scène devant ses yeux. Même si son cœur était brisé en petits morceaux, il était toujours capable de l’empêcher de se désintégrer d’une manière ou d’une autre.

« Maintenant, c’est enfin au tour de Wikia, » déclara Aur.

Après avoir versé beaucoup de sperme dans Sharl, il avait finalement appelé la dernière fille.

« J’ai une bonne nouvelle. Lève ton visage, » déclara Aur.

Aur enlaça fermement Wikia par-derrière, saisissant son menton délicat, il tourna son visage vers lui. Bien que son corps ne lui ait pas résisté, son visage fronçait désagréablement les sourcils.

« Cette fille, contrairement aux deux autres, ne m’a pas donné son corps. D’ailleurs, elle ne m’a pas encore dit son vrai nom, » déclara Aur.

En entendant ses paroles, Alan regarda Wikia en réfléchissant. En regardant son expression, elle était certainement remplie de refus comme si elle résistait à Aur. Pour quelqu’un comme Wikia qui était normalement calme et recueillie, le fait de montrer ce genre d’expression, il ne fait aucun doute qu’elle détestait beaucoup Aur et qu’elle était dégoûtée par lui.

Tout en ayant l’impression qu’il venait de trouver sa dernière lumière, l’énergie revient dans le corps d’Alan et son esprit s’enflamma. Il était probable que ses pouvoirs magiques étaient scellés et qu’elle était contrainte par la force. Il ne savait pas pourquoi les deux autres filles étaient devenues comme ça, mais il était sûr que c’était à cause de ce magicien maléfique.

Cependant, Wikia n’était pas comme les autres, elle semblait ne pas être affectée. Après tout, Wikia était une magicienne extraordinaire.

Alan essayait désespérément de trouver une idée. Tant qu’il avait un plan et que Wikia remarquait son signal, il était probable qu’elle pourrait exécuter le plan. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de créer un plan pour sortir de cette situation difficile. S’il pouvait d’une manière ou d’une autre enlever les menottes qui le retenaient, détruire l’objet magique qui scellait le pouvoir magique de Wikia, il pourrait tuer Aur.

S’il ne pouvait faire qu’une chose, Alan pourrait redevenir ce qu’il était avant. Au moins, si ce n’est les deux autres, Alan et Wikia le pourraient. Les deux autres personnes qui étaient déjà tombées dans la dépravation ne pouvaient probablement plus être sauvées. Dans le pire des cas, il était même prêt à les abandonner. Sauf pour Wikia. Alan voulait faire tout ce qui était nécessaire pour protéger la chasteté de Wikia qui n’avait pas encore été souillée. Alan l’avait juré dans son propre esprit.

J’arriverai à faire quelque chose, fais-moi confiance. Avec l’intention de faire connaître à Wikia sa détermination, Alan faisait signe à Wikia. En tant que femme qui avait voyagé ensemble et fait beaucoup d’aventures ensemble, elle avait pu deviner immédiatement ses intentions.

« ... Je suis désolée, Alan, » déclara Wikia.

Et la réponse qu’elle lui avait donnée avait été, comme prévu, ses excuses.

« Maintenant, Wikia. Pourquoi ne pas lui apprendre... à propos de qui tu es ? » demanda Aur.

Aur s’était assis avec les jambes croisées sur le lit. Wikia se tenait devant lui et avait commencé à se déshabiller et même à révéler sa poitrine.

« Je suis désolée, Alan... Je... En dehors de mon cœur, je suis déjà devenu la possession d’Aur, » déclara Wikia.

Le nom d’Aur avait été gravé sur l’estomac blanc et lisse de Wikia. Normalement, elle ne serait pas visible sur sa peau, mais quand Aur déversera de la magie dans son corps, cela commencera à briller pour se montrer. C’était la preuve qu’elle était sa « possession ».

« Ce n’est pas possible... Wikia... Tu mens, n’est-ce pas ? C’est bon, bientôt, bientôt, je vais trouver une stratégie... Nous avons toujours réussi à sortir des crises, n’est-ce pas ? Alors... tant que notre lien existera encore, » déclara Alan.

En entendant les paroles d’Alan, Aur avait plissé les sourcils quand il s’était mis à cligner des yeux en réponse.

« ... Après tout, les obligations ne représentent que cela. Certainement, tu es peut-être lié par des “liens”. Mais, ce que tu appelles “lien” est quelque chose qui s’effondre facilement, » Aur ricana pendant qu’il parlait à Alan.

Cependant, ses yeux semblaient de plus en plus sombres... et d’une certaine façon, on pouvait voir qu’il avait cette lumière triste dans les yeux. La seule personne à l’avoir remarqué à propos d’Aur était Wikia, qui avait été la seule capable de garder sa présence d’esprit.

« Maintenant. Viens par ici, Wikia, » déclara Aur.

Avant qu’elle n’ait pu y réfléchir davantage, on lui avait ordonné de venir le voir. Wikia abaissa lentement sa taille et plaça sa belle fente contre le pénis d’Aur.

« Arrête ça... Arrête, Wikiaaaaaa ! Arrête, arrête ! Arrête ! S’il te plaît, arrête ! Je vais te tuer ! Je vais vraiment te tuer ! Espèce de merde ! Essaie de mettre ce truc dégoûtant en elle, je vais le couper en petits morceaux ! Arrête, ne fais pas ça, Wikiaaaa... !! » cria Alan.

Alan se penchait en avant comme s’il voulait arracher les bras de la chaise, il criait du fond de son âme, gémissant d’agonie. Néanmoins, Aur posa ses deux mains sur l’épaule de Wikia et sans faire de pause, il la pousse vers lui et la perça jusqu’au fond de son vagin.

« AAAAAAAHHHHHHHHHHHH !! Je vais te tuer, je vais te tuer, je vais te tuer, putain !! Je vais te maudire et regarder ton corps pourrir en enfer !! AHHHHHHHHH ! Je ne te pardonnerai jamais ! Et il en va de même pour vous deux ! Sharl, Nadja ! Bande de putes, vous montrez à ce genre d’homme dégoûtant un sourire si obscène ! Espèces de salopes bouffeuse de bites ! » cria Alan.

Pour qu’Alan puisse voir, Aur montrait exprès l’endroit où il avait percé Wikia, et du sang coulait de son jardin secret. C’était précisément la preuve que la pureté qu’elle avait protégée pendant tout ce temps lui avait été volée.

Alan avait prononcé des malédictions alors qu’il vomissait des mots injurieux l’un après l’autre. En voyant le héros autrefois gentil, doux et droit qu’Alan était, se transformer en quelqu’un comme ça... La dernière forteresse de Wikia qui avait gardé son esprit ensemble s’était effondrée et dispersée en morceaux.

Tout son corps et ses fonctions avaient été donnés à Aur, c’était quelqu’un qui ne pouvait même pas faire ses besoins sans sa permission. Elle avait perdu toute la dignité humaine de son corps et Alan était son dernier combat. Mais même cela avait été perdu et remplacé par la déception et la désillusion.

Voyant son état d’esprit calme, Aur lui chuchota à l’oreille.

« Maintenant, Wikia. Pourquoi ne pas dire à cet homme barbare et vulgaire... et fait moi savoir qui est ton maître avec ton vrai nom ? » demanda Aur.

« Je m’appelle... Victoria Quia Victima et mon maître, c’est vous, Seigneur Aur... ! » déclara Wikia.

C’est à ce moment précis que la jeune et talentueuse magicienne avait vendu son âme au magicien maléfique.

Une forte sensation de plaisir traversa le corps de Wikia, et elle arriva instantanément à sa jouissance. Le sentiment que son âme était prise dans sa main était terriblement effrayant. Du fond du cœur, un plaisir si doux s’était répandu dans tout son corps, assez pour l’engourdir complètement.

Wikia pouvait sentir que son âme blanche et pure devenait noire. Cette agréable sensation n’avait pas de fin. Une fois qu’elle avait éprouvé un tel plaisir intense, il ne lui avait plus été possible de revenir à son état d’origine.

Quand elle avait vu comment Sharl était devenue si obscène et indécente, Wikia l’avait méprisée pour cela, mais en ce moment elle savait mieux que quiconque ce que Sharl avait ressenti. Si ce plaisir peut être goûté chaque fois qu’Aur lui faisait l’amour, elle n’hésiterait pas à lui vendre son âme encore et encore.

« Je vais te tuer ! Je vais te tuer, te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! »

Comme s’il ne pouvait rien faire d’autre que répéter ces mots, Alan semblait être devenu fou... Non, c’est probablement qu’il était déjà devenu fou. Quoi qu’il en soit, il continuait à crier les mots sans fin.

« Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Te tuer ! Je vais vraiment — — — . »

Cependant, ses paroles n’avaient pas pu durer indéfiniment.

Nadja avait utilisé son épée pour frapper au niveau du cou et lui couper la tête. Bien que personne ne l’aurait remarqué, mais c’était l’épée qu’Alan avait obtenue et c’était l’épée qu’il avait nommée.

Combinant les efforts des quatre personnes, c’était l’épée qu’Alan avait lancée à Nadja pour qu’elle l’utilise pour couper le cou du Minotaure, cette épée était maintenant utilisée pour couper le cou d’Alan.

La haine et l’horreur imprégnaient profondément le corps et l’âme d’Alan, et Aur avait immédiatement appliqué sa magie pour transformer ce corps sans cou en démon. Maudissant tout le monde, détestant tout, l’immortel guerrier des ténèbres... C’était la naissance d’un Dullahan.

« J’ai payé beaucoup d’argent pour nourrir et armer ce Minotaure et pourtant il a été facilement tué, mais je suis sûr maintenant que cet homme sera capable de compenser amplement comme substitut. Emmène-le dans la salle des gardes du deuxième niveau et déploie-le pour protéger la pièce. Et aussi, va parler aux Nains et fais-leur préparer un ensemble complet d’armement pour lui. Ahh, tu n’as pas besoin de lui donner un bouclier. Après tout, il va tenir sa propre tête avec sa main gauche, » ordonna Aur.

Il s’accrochait maintenant à son propre cou qui venait d’être sectionné, et la tâche de s’occuper de ce nouveau-né Dullahan était laissée à Lilu qui était juste à l’extérieur de la pièce. La haine était l’une des principales sources de pouvoir de ce « démon ». Le Dullahan est en effet différent des morts-vivants habituels.

« Oui ~ ~. Maître, que vas-tu faire maintenant ? » demanda Lilu.

« Wikia a enfin fait l’expérience de sa première fois, et c’est aussi la première fois qu’elles se rassemblent toutes les trois devant moi comme ça. Je pense que je vais les apprécier un peu plus, » déclara Aur.

Aur était toujours assis alors qu’il perçait Wikia par-derrière, il avait aussi appelé Sharl et Nadja pour s’occuper de lui à gauche et à droite. Enfin, son grand projet, qui avait pris beaucoup de temps, avait pris fin. Ce soir, il pourra enfin profiter du fruit de son travail, il allait lentement le savourer.

« ... Une fois que j’aurai réglé ce problème et que je reviendrai, serais-je aussi capable de t’accompagner ~ ? »

Après avoir réfléchi un moment, Lilu lui demanda ça. Si c’était avant, elle se plaignait juste d’être obligée de faire un travail pénible, mais dernièrement, Lilu semblait penser à quelque chose et elle agissait comme une enfant gâtée et essayait de profiter d’Aur à la place.

« ... Eh bien, d’accord. Soit dit en passant... Si tu rencontres Spina ou Ellen, tu peux aussi les amener toutes les deux, » déclara Aur.

Parce qu’il était à court de personnel, il voulait aussi inviter les deux filles qui travaillaient dur pour lui. Bien qu’elles ne s’en plaignaient pas particulièrement et qu’elles l’aient servi de leur plein gré, elles pourraient devenir assez gênantes plus tard s’il ne s’occupait pas d’elles.

« Bien reçu ! Alors je me dépêcherai et je reviendrai, d’accord ~ ! » déclara Lilu.

Lilu était accompagnée par le Dullahan alors qu’elle s’envolait littéralement.

Le chevalier sans tête qui avait en lui une haine sans fin allait utiliser ses compétences avec l’épée et la magie pour commencer un bain de sang avec un grand nombre d’aventuriers afin de libérer sa furie.

Tout en pensant à l’avenir, il avait laissé échapper son sperme une fois de plus à l’intérieur de Wikia.

***

Statut du Donjon (Chapitre 10)

Voici l’état du donjon après la fin du dixième chapitre.

Nombre d’étages : 4 étages de donjon

Miasme : 10

Notoriété : 20

Magie stockée : 30 (Unités : 10 000 par jour)

Consommation de magie : 10 Unités (10 000 par jour)

Nouvelles installations :

 Salle de conférence

Cette salle est utilisée pour tenir des réunions stratégiques traitant de questions d’importance, par exemple lorsqu’une invasion se produit. La salle est de taille moyenne, il y a une grande table rectangulaire au milieu et des chaises. Un tableau noir et de la craie sont également préparés pour l’écriture.

 Noyau du donjon Niveau 3

Le Noyau du donjon s’est transformé et a augmenté en une taille qui peut rivaliser avec une pièce unique. Il y a environ 10 millions d’unités d’énergie magique qui peut être mise de côté dans ce noyau.

 Salles du Boss

Afin d’empêcher tout intrus de traverser le donjon, une pièce est créée et placée entre chaque étage. Si le démon dans cette pièce est vaincu, une clé peut être obtenue et les intrus peuvent passer à l’étage suivant, sinon il est impossible d’avancer.

 Cellule d’isolement

Lorsqu’un intrus particulièrement prometteur est capturé, il est placé dans cette cellule d’isolement. Il y a un lit et un vase pour les excrétions, il y a aussi une boîte aux lettres pour déposer les repas dans la chambre.

 Chambre de Niveau 2

Il y a un grand lit à l’intérieur de cette chambre et c’est une chambre créée pour Aur. C’est si grand qu’Aur sera capable d’être avec plusieurs femmes en même temps dans ce lit.

 Cuisine de Niveau 2

C’est une cuisine facile à utiliser qui a été conçue par un artisan spécialisé. C’est un endroit où les filles qui ont été envoyées à Aur en tant que sacrifice peuvent montrer leurs talents.

Nouveau potentiel de guerre :

 Minotaure

Potentiel de guerre : 7

C’est une bête démoniaque, possédant la tête d’un taureau et le corps d’une personne énorme. Son intelligence est légèrement inférieure à celle d’un être humain ordinaire, mais sa force physique dépasse de loin celle d’une personne moyenne et il est capable de manipuler librement les armes qu’on lui donne. La force musculaire de cette créature est terrifiante, une frappe de sa hache peut se vanter d’une puissance destructrice merveilleuse.

 Nadja

Potentiel de Guerre : 6

Capacité Magique Maximale : 0,5

☆ Sharl

Potentiel de Guerre : 6

Capacité Magique Maximale : 2

 Wikia

Potentiel de Guerre : 6

Capacité Magique Maximale : 3,5

Trois aventurières. Bien qu’elles puissent être qualifiées d’aventurières de première classe, comparées à la super Ellen de première classe, ou à Yunis encore plus puissante, elles commencent à pâlir en comparaison. Cela dit, leur véritable valeur réside dans leur capacité de coordination mutuelle. Selon les circonstances, il leur est possible de vaincre des ennemis de rang supérieur si elles coopèrent.

 Dullahan

Potentiel de guerre : 8

Le Chevalier Immortel qui continue à se battre avec une rancune et une haine profondes pour tout. Capable d’utiliser à la fois son épée et de manipuler la magie à volonté, il ne tient pas compte des dégâts que son corps subit en combattant continuellement à pleine puissance. Par conséquent, ses capacités sont totalement incomparables à l’époque où il était humain et sa force a augmenté d’un pas de géant. À l’intérieur du donjon où le miasme déborde, même si le Dullahan est vaincu une fois, il se relèvera et renaîtra après un petit moment. C’est un démon extrêmement gênant à traiter.

***

Le donjon actuel

Après l’attaque, la notoriété de la ville s’est répandue, et de nombreuses personnes aux oreilles vives, y compris les aventuriers résidant dans les villes voisines, ont entendu parler de l’existence du donjon. En raison de l’augmentation du nombre d’aventuriers qui visitent le donjon et parce que le donjon est taché par un flux de sang lorsque les démons interceptent les intrus, le sombre miasme dans le donjon se renforce. Il est plus facile de faire appel aux fantômes et aux apparitions, et c’est une situation dont Aur a profité. Comme le nombre d’intrus a augmenté, Aur a passé en revue plusieurs des mécanismes de défense autour du donjon, de sorte qu’il est devenu de plus en plus difficile pour un intrus d’envahir le donjon.

***

Histoire parallèle – De temps en temps, nous devrions montrer de l’appréciation à nos subordonnés

Partie 1

« ... Pourquoi les choses se sont-elles passées ainsi ? » Aur murmura à lui-même après avoir vu que la pièce débordait de filles.

« Hahahahah, j’ai réussi à trouver tout le monde... Tu ne trouves pas que c’est bien de temps en temps de faire ça ? » Lilu s’était exprimée sans être particulièrement timide à ce sujet.

La salle était déjà remplie de Nadja, Sharl et Wikia, et il était vrai qu’Aur avait aussi dit à Lilu d’emmener Spina et Ellen. Même le fait que les subordonnés d’Ellen soient avec elle avait du sens parce que les elfes noirs se coordonnaient toujours ensemble en tant que groupe.

Cependant, le fait que Yunis, Marie et même Mio étaient ici, qu’est-ce qui s’était passé ? Ou plutôt, c’était toutes les filles du donjon d’Aur réunies en un seul endroit.

« C’est vrai. Tu ne peux pas nous laisser toutes dehors ! Dernièrement, tu n’as pas fait attention à nous, » déclara Yunis.

Yunis avait gonflé ses joues. Aur se disait : « Ne te faufiles-tu pas dans mon lit presque tous les soirs ? », mais il avait la discrétion de ne pas mettre ses pensées en mots.

« Ah, hum, est-ce que c’est vraiment bien pour moi d’être ici... ? » demanda une petite voix.

La seule à agir timidement comme si elle ne devrait pas être là était Mio. Après avoir reçu l’affection d’Aur, son apparence avait changé et elle était devenue très élégante. Bien qu’elle ne portait pas de maquillage en temps normal, ses cheveux étaient maintenant très brillants et sa peau était devenue lisse, même son comportement et son apparence étaient devenus un peu plus sensuels. Bien qu’elle disait cela, elle ne montrait aucune intention de quitter la pièce, et à sa façon, elle était probablement très impatiente.

« Eh bien, je suppose que c’est bon. Je ferai l’amour avec vous toutes, » déclara Aur.

Aur lui-même aimait l’idée de faire l’amour avec plusieurs partenaires en même temps. Il semble que Lilu avait prévu que les choses se passent comme ça et Aur avait décidé de sauter sur l’occasion.

« Super ! Alors l’ordre devrait être décidé par qui a rencontré Aur en premier. J’y vais en première, d’accord ! » déclara Lilu.

Décidant des choses toute seule, Lilu s’était accrochée à la poitrine d’Aur sans permission.

« Si c’est le cas, je passe en seconde, » Yunis s’accrocha volontairement au bras droit d’Aur.

« Alors je suis troisième..., » Spina allait serrer le bras gauche d’Aur dans ses bras, mais Marie prenait déjà cette place.

L’expression de Spina était gelée et le bord de ses lèvres était légèrement crispé.

« Je suis la troisième ! Sofi est 4e, » déclara Marie.

Sans aucune hésitation, Marie avait déclaré sa position à haute voix. Aur recula et Spina et Marie se regardèrent dans les yeux. Quand il les regarda toutes les deux comme cela, il vit une illusion d’optique, comme un serpent venimeux et un hamster mignon qui essayaient de se battre... Peu importe comment on le regardait, le hamster allait à tous les coups perdre, ou plutôt devenir la nourriture du serpent.

« Si nous suivons l’ordre que tu m’as donné, c’est comme ça que ça se passera. Abandonne, » déclara Aur.

Aur avait servi de médiateur pour les deux femmes et, à contrecœur, Spina s’était déplacée derrière Aur et avait enlacé son dos.

« Comment est-ce ? Je parle du sentiment d’être entourée de tant de belles femmes. En tout cas, étant une succube, je n’ai pas l’intention de perdre contre aucune d’elles, » déclara Lilu.

Utilisant son vagin, Lilu avait pris le pénis d’Aur profondément en elle tout en montrant ce sourire envoûtant. L’intérieur de son vagin était comme une chose vivante en soi, il bougeait librement et serrait fermement la chose d’Aur. C’était comme la combinaison de tous les jouets de plaisir combinés, c’était le trou de viande de la plus haute qualité.

« Ahh, si nous comparons simplement ta capacité à donner du plaisir, alors en effet, la tienne, c’est probablement la meilleure, » déclara Aur.

Aur ne pouvait s’empêcher d’accepter ce fait. Pour commencer, la structure corporelle d’une succube était totalement différente. Il n’y avait aucun moyen que le corps d’un humain puisse rivaliser avec celui d’une succube.

« Néanmoins, plutôt que de me sentir moi-même bien, je trouve encore plus de satisfaction lorsque je peux faire en sorte que ma partenaire se sente bien. En ce sens, j’aime aussi beaucoup la façon dont ton corps est fait, » déclara Aur.

Aur avait manipulé son énergie magique, et l’avait poussée en elle. Après avoir été sa partenaire sexuelle plusieurs fois, il n’avait même pas besoin d’éjaculer, il pouvait librement changer la composition de son corps et lui procurer du plaisir.

« Ahhhhhhhhhhhhaaa !! »

Rien qu’en faisant cela, Aur avait réussi à faire sortir la langue de Lilu et à lui faire courber son corps vers l’arrière. Les sensations qu’Aur lui avait fait ressentir étaient au moins dix fois plus agréables que ce qu’un corps humain ne pourrait jamais ressentir. Même si elle était une succube, il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse endurer le plaisir de voir son âme directement remuée.

« Fuaaaaaahhhh ! Aurr ! Tu ne peux pas ! Je vais devenir folle, folle Nhaaaaa ! Ahhhhhn ! Ahn ! aahn ! Noo ! Noo ! Haaaaahn !! » cria Lilu.

Chaque fois qu’il la lui enfonçait, Lilu jouissait et criait d’une voix aiguë. Elle ressentait une vague de plaisir intense et continue, mais elle ne s’évanouissait pas et gémissait toujours plus fort à la place. Si un être humain normal ressentait ce plaisir, soit il s’évanouissait immédiatement, soit il perdait à jamais la raison.

Cependant, pour une succube comme Lilu, elle avait su absorber et boire tout ce plaisir comme une éponge sèche. Jouant avec une sensation qui était clairement au-delà de la compréhension humaine, Lilu ondulait encore habilement son vagin, frottant et étranglant la bite d’Aur.

« Kuu... J’arrive, Lilu ! » déclara Aur.

Même Aur n’avait pas pu supporter aussi longtemps un mouvement aussi agréable et il avait libéré sa propre convoitise au plus profond d’elle.

« Ahhhhhhhhhhhhh !! »

Le sperme d’Aur contenait une grande quantité de mana et pour Lilu, c’était un aphrodisiaque très puissant et, en même temps, c’était la nourriture de la plus haute qualité pour elle. C’était précisément comme si le plaisir lui-même se déversait dans son être, et elle avait eu l’orgasme le plus élevé possible.

« Je suis la suivante ~ ! »

Lilu avait été complètement épuisée après avoir fini de crier. Yunis l’avait simplement ramassée et l’avait placée sur le côté. « Hyaaaah » la succube poussa un cri pitoyable, Yunis l’ignora et enlaça Aur pour lui donner un baiser.

« Hehehehe... Aur, est-ce que cela me fait-il aussi du bien ? » demanda Yunis.

Yunis s’accrocha au cou d’Aur et enveloppa avec avidité son membre droit.

« Nn, Fuuu... Haaaa... Ça fait du bien... Je suis le plus heureuse quand je suis connectée à Aur comme ça..., » déclara Yunis.

« Ne plaisante pas... avec moi... avec moi, » déclara Lilu.

Avec un sourire à l’étroit sur son visage, Lilu avait saisi la tête de Yunis, qui souriait joyeusement en ce moment.

« J’étais encore plongée dans les réverbérations de plaisir... Pourtant, tu m’as fait quelque chose comme ça, dans ce cas, j’ai aussi mes propres idées, » déclara Lilu.

Le corps de Lilu flottait dans les airs et elle volait entre Aur et Yunis et enveloppait le visage d’Aur de ses seins massifs.

« Ah ~ ~ ! Lilu, tu nous déranges, tu sais !? » déclara Yunis.

« Je m’en fiche. Maître, plutôt que les petits seins de Yunis, ne penses-tu pas que mes énormes seins sont beaucoup plus confortables ? » demanda Lilu.

Même si les deux semblaient se disputer, elles ne semblaient pas avoir une expression agressive. Cela ressemblait plus à deux amies qui se taquinaient toutes les deux, alors Aur avait réagi de la manière appropriée.

« La taille ne veut pas dire qu’elle est supérieure. Ils ont chacun leurs qualités. Comme ça, je veux que tu continues à me faire plaisir, » déclara Aur.

En disant cela, il poussa sa taille vers le haut et avait transpercé Yunis avec son pénis. Rien que pour cela, son expression se fondait dans le plaisir. Lilu renversa son corps en l’air et plaça le visage d’Aur entre ses seins, puis elle commença à faire ramper sa langue le long de la poitrine d’Aur. Aur suçait aussi les mamelons de Lilu, tandis qu’en même temps, il attrapait la taille de Yunis des deux mains et commençait ses poussées pelviennes.

« Ahhhh... Bon... ça fait du bien, Aur, cet endroit juste là... ! Plusss, frappe-moi plus fort, Nnn... Ahh, c’est si bon... ! » Yunis répétait ses paroles comme si elle délirait. « Ahhhh ~ ! Ouiii, je vais jouir ! Je jouisssss... Aur, Aurr... ! »

Yunis criait le nom d’Aur d’une voix étouffée et Lilu avait été écartée. Yunis regardait le visage de son homme bien-aimé qui était partiellement couvert d’ailes de chauve-souris et elle embrassa ses lèvres.

« Nnnnnnn ~ ! Nnn, Fuaann, Muu ! Nnn, Nnn! »

Sans réserve, ils s’emmêlaient les langues et échangeaient leur salive, tandis que le corps de Yunis, convoitant profondément ses lèvres, tremblait en atteignant sa jouissance. Ayant les deux mains enroulées autour du cou d’Aur et les deux jambes fermement fixées autour de sa taille, tout son corps s’accrochait à lui et son vagin se préparait à recevoir son sperme alors qu’elle s’était contractée. Tout comme son expression d’amour habituelle, il avait utilisé toute son énergie pour verser son épais liquide chaud dans la femme qui le désirait profondément.

« Fuaaaah... Aur, je t’aime..., » déclara Yunis.

« Donne-m’en un peu aussi ~, » demanda Lilu.

Avec une expression enchantée, Yunis embrassait profondément Aur, et d’un autre côté, Lilu se rapprochait aussi et s’approchait de ses lèvres. Profitant pleinement des échos, Yunis retira lentement son corps d’Aur. Après ça, Marie avait enfoui instantanément son visage face à l’entrejambe d’Aur.

Marie n’arrivait pas à assimiler sa grande chose brutale avec sa petite bouche, alors elle la léchait ardemment avec sa langue courte. Ses techniques étaient médiocres par rapport à celles des autres filles et ne lui donnaient pas beaucoup de stimulus. Mais en voyant son petit corps essayer si fort pour lui faire plaisir, Aur avait ressenti un autre type de plaisir.

« Avec ce genre de mouvement de la langue, tu ne seras pas en mesure de plaire à ton maître vénéré. Regarde et apprends, » déclara Spina.

Spina poussa un peu Marie, et en volant le pénis d’Aur à Marie, elle avait commencé à l’avaler. Bien qu’elle ait récemment appris l’art de faire plaisir à Aur oralement, sa capacité avait déjà dépassé de loin celle des prostituées ordinaires. Elle était capable de l’emmener au fond de sa bouche jusqu’à la gorge, et pourtant elle torsadait encore sa langue autour de sa bite. Cette technique était incroyable et si on excluait Lilu, de toutes les autres filles, elle était la meilleure.

« Uu ~ Sofii, moi aussi ! Je veux aussi essayer ! » déclara Marie.

Marie souleva une protestation alors que Spina lui vole son tour, et Marie se faufila de force en poussant le visage de Spina sur le côté. À part Aur, Marie était probablement la seule capable de faire une telle chose à Spina qui était jugée par Aur comme étant un personnage au potentiel illimité. Dans un certain sens, elle pourrait même être considérée comme la plus forte.

« ... On ne peut rien y faire. Alors, tu lèches la partie inférieure. Je réconforterai la partie supérieure, » déclara Spina.

« Super ! » déclara Marie.

La fille aux cheveux noirs comme la nuit et une fille aux cheveux dorés comme le soleil, toutes les deux semblaient presque être de vraies sœurs alors qu’elles s’entendaient et s’occupaient de la queue d’Aur.

« Alors, je serai par ici, » sur le côté, Yunis pressa ses seins contre l’épaule d’Aur, elle passa ses mains le long de ses joues et lui arracha un baiser.

« Ah, ma place a été volée... On ne peut rien y faire... Je suppose que je vais prendre cette place, » déclara Lilu.

Lilu flottait sur le côté et ses lèvres avaient atterri sur la poitrine d’Aur. Pendant qu’Aur suçait les lèvres de Yunis, il posa sa main gauche sur son cul, et sa main droite suivait l’entrejambe de Lilu.

« « Ahhnn » »

Lilu et Yunis, qui subissaient une attaque-surprise inattendue, firent entendre involontairement leurs voix. Réagissant aux voix de la fille, Spina plissa ses sourcils et comme si elle était en compétition pour son affection, elle avait saisi le membre d’Aur et le poussa profondément dans sa gorge. Bien qu’elle ne l’ait pas dit à voix haute, elle avait protesté pour qu’Aur ne l’oublie pas.

« Nnmu !? Mnnn, Nn, Mugu »

Comme s’il lui disait qu’il comprenait, Aur avait poussé ses hanches. Même si elle ressentait de la douleur après s’être fait percer la gorge, Spina avait souri tendrement. Même si c’était quelque chose de douloureux, parce que c’était Aur qui le lui avait fait, elle était toujours heureuse.

« J’arrive, bois-le, » déclara Aur.

« Nn ~ ! Mnnn !! »

Avec le fait d’avoir ce liquide nuageux qui jaillissait profondément dans l’intérieur de sa gorge, Spina avait légèrement joui. Et presque comme s’il libérait sa pisse, une grande quantité de liquide riche était avalée, mais parce qu’il y avait tout simplement une telle quantité excédentaire, elle ne pouvait pas tout avaler et elle l’enleva de sa bouche puis elle avait commencé à avoir un accès de toux.

« Je... Je suis désol..., » commença Spina.

« C’est très bien. Marie, tu le lèches, » déclara Aur.

Sentant qu’elle avait fait une gaffe, Spina avait les larmes aux yeux alors qu’elle essayait de s’excuser auprès d’Aur. Marie avait commencé à lécher le liquide qui coule de sa bite.

« Je suis vraiment désolée, vénérable professeur... S’il te plaît, donne ta punition à cette idiote, » déclara Spina.

Spina s’agenouilla sur ses genoux pour se mettre en prosternation et parla d’un ton qui l’avait supplié de lui accorder sa pitié.

« N’ai-je pas dit que tout allait bien ? Si on laisse cela de côté..., » commença Aur.

« S’il te plaît, donne ta punition à cette idiote, » déclara Spina.

Spina répéta les mêmes mots et Aur poussa un soupir. Même si elle parlait d’une voix pitoyable, elle lui ordonnait simplement de la « punir ». Pour être plus précis, c’était probablement une supplication, mais Aur avait toujours l’impression que c’était un ordre.

Cette apprentie qui me donne un ordre, elle a du culot..., murmurant secrètement en lui-même, Aur commença à chanter rapidement une incantation et un signe fut dessiné avec le bout de son doigt.

En un clin d’œil, une corde magique s’était enroulée autour du corps de Spina et elle avait été élevée dans les airs. La corde magique poussait contre sa peau et soulignait ses seins, elle étendait aussi ses jambes et exposait toutes ses parties intimes à Aur. Ses bras étaient étroitement liés derrière son dos et sa colonne vertébrale ne pouvait pas bouger d’un seul pouce de son corps.

« Ahhhh...! » s’exclama Spina.

La corde s’enfonçait dans son corps à cause de son propre poids. En raison de la douleur sourde et du sentiment d’être obligée de prendre une pose aussi obscène, Spina avait instinctivement laissé échapper sa voix dans la honte.

« Dire que tu serais heureuse d’être punie, quel genre de perverse anormale es-tu ? » demanda Aur.

Aur avait saisi la poitrine de Spina et en mettant un peu de puissance dans sa prise, il la tordit fortement vers le haut. Ce n’était pas le genre de toucher qui lui procurait du plaisir, mais plutôt le genre de prise en main négligente qui ne lui causerait que de la douleur.

Cependant, parce que cela lui avait été fait par Aur, la seule chose que Spina pouvait ressentir, c’était le plaisir qu’il éprouvait à se voir saisir. L’entendre dire de telles paroles méprisantes et le voir la regarder de haut avait fait frissonner sa colonne vertébrale.

« Je suis vraiment désolée, vénérable professeur... Je suis une cochonne honteuse qui désire ardemment l’affection de son maître..., » déclara Spina.

Hmph, Aur grogna. Il n’y avait pas de justice s’il faisait exactement ce qu’elle voulait.

« Tu as dit que tu voulais que je t’inflige une punition, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

« Oui... ! S’il te plaît, punis-moi, s’il te plaît..., » déclara Spina.

Les yeux de Spina avaient été humidifiés par l’anticipation et ses joues avaient été teintes en rouge vif. Tout en souriant d’une oreille à l’autre, Aur lui avait parlé sans ménagement.

« Alors, tu resteras là pendant que tu me regardes faire l’amour avec les autres femmes, » déclara Aur.

« C’est impossible... ! », s’exclama Spina.

Sans tenir compte des plaintes de Spina, Aur avait fait signe à Ellen et à son groupe de venir vers lui.

***

Partie 2

« Hmm... Est-ce que c’est vraiment bon ? »

Mio, qui avait été appelée avec Ellen, regardait par intermittence vers Aur et lui posait des questions.

« Ne t’inquiète pas. C’est quelque chose que j’ai moi-même dit, » répondit Aur.

Même après lui avoir dit de ne pas s’inquiéter... Mio murmurait encore quelque chose intérieurement et regardait encore une fois derrière elle. Ce qu’elle regardait, c’était bien sûr l’état de Spina qui avait tout son corps totalement lié par ma magie. Elle avait été forcée d’être dans une position non digne d’une dame. Spina jetait un coup d’œil vers nous avec ce regard haineux.

« Je ne suis pas sûre, si c’est vraiment bien pour moi d’être ici... ? » Mio jeta un coup d’œil à Ellen et aux autres filles tout en demandant.

« Qu’est-ce que tu dis maintenant ? Lady Mio a perdu sa pureté dans la même salle de bain que nous à l’époque. D’ailleurs, ne nous sommes-nous pas rapprochées dernièrement ? Pourquoi te sens-tu toujours aussi hésitante ? »

Quand Ellen avait dit de telles choses, ses subordonnées avaient également suivi son exemple et avaient acquiescé de la tête. Cette fille nommée Mio, pour une raison ou une autre, était très appréciée par les races non humaines. Sans parler des animaux domestiques comme la vache et le cochon, même les chiens des enfers montraient leur ventre vers elle. À l’origine, beaucoup de bêtes magiques vivant dans le donjon d’Aur étaient seulement destinées à être utilisées comme nourriture et fourrage pour les autres êtres, mais elles étaient toutes devenues émotionnellement liées à Mio.

Peut-être était-ce parce qu’il y avait une similitude avec les races non humaines ? Ou peut-être était-ce parce qu’elle vivait à proximité, mais les elfes noirs avaient agi assez favorablement envers elle. Apparemment, elles travaillaient souvent ensemble.

« C’est comme Ellen le dit. Maintenant, aligne-toi là-haut et je m’occuperais de vous toutes en temps voulu, » déclara Aur.

Les subordonnées d’Ellen amenèrent Mio au bord du lit, et s’alignant, elles se penchèrent vers l’avant et levèrent les hanches, poussant leurs fesses vers Aur. Juste devant Aur se trouvaient six paires de fesses fraîches et juteuses formant une ligne.

Aur avait pris la posture d’une araignée venimeuse qui venait d’attraper un papillon, il les regarda d’un regard sinistre, mais comme les filles avaient le dos tourné vers lui, elles ne savaient pas vraiment à quoi il ressemblait en ce moment.

La belle chair de ces filles se tortillait et coulait de jus d’amour, elles ne savaient pas la folie qui allait leur tomber dessus. Aur plongea immédiatement son membre rigide directement dans Ellen.

« Ahaah ! » avait-elle gémi.

En ayant son propre corps percé, Ellen avait haussé sa voix, et le cul de Mio qui était juste à côté de celui d’Ellen avait aussi tremblé. Aur, peu de temps après, avait sorti son pénis de l’intérieur d’Ellen et il transperça Mio qui était à côté d’elle avec son pénis.

« Fuaaaaaahh ! »

Elles étaient utilisées comme des instruments de musique, alors que cet Aur continuait à s’enfoncer dans les femmes l’une après l’autre. Plus il s’enfonçait à l’intérieur d’eux, plus les filles élevaient la voix avec plaisir. Incapables d’attendre leur tour, les autres filles se balançaient et secouaient leurs hanches pour inciter Aur à se plonger à nouveau en elles. Profitant de chacun de leurs vagins respectifs, Aur se satisfaisait sans réserve.

« Je vais tout d’abord jouir dans toi... ! », déclara Aur.

Quand Aur s’agrippe à la taille de la fille sur le bord gauche du lit, il laissa tout son corps se remplir d’énergie magique. Et de cette manière, après avoir balancé sa taille 3 ou 4 fois, il avait lâché une grande quantité de sperme ainsi qu’une énorme quantité d’énergie magique au fond d’elle.

« Ahhhhhhh ! »

Hurlant d’un doux gémissement, la jeune fille avait ouvert en grand les yeux alors que la salive coulait hors de sa bouche et qu’elle s’évanouissait. Toujours plein d’énergie et de vigueur, Aur avait sorti son membre de l’intérieur d’elle et, avançant vers la droite, il s’était ensuite agrippé au cul de la jeune elfe noire et lui avait à elle aussi versé sa semence.

« Hyaaaaahhh ! Hii, Hihyaaafuuuuuuu ! »

Avec autant d’énergie magique qu’avant, Aur avait souillé cette fille et l’avait emplie avec son sperme. Sa langue pendante, elle poussa un cri et la deuxième fille atteignit également son apogée.

« Qui est la prochaine ! » demanda Aur.

Aur avait sauté Ellen et Mio qui était au milieu et avait planté son membre dans la deuxième fille elfe noire à droite.

« C’est tellement bonnnnnnn ! Je-Je suis en train de jouir !! » cria la fille.

Comme un félin, elle se recroquevilla, s’agrippant aux draps de lit. La fille avait alors perdu connaissance et il sortit d’elle, avant de se diriger vers la fille au bord le plus à droite du lit.

« Non, non, non, tu ne peux pas faire çaaaaaaa !! C’est trop bonnnnnn !! »

Sa voix s’était transformée en voix de fausset alors qu’il la remplissait de sperme. Finalement, Aur était retourné vers les deux filles du milieu et s’était agrippé à leur taille.

« Ahh... Monseigneur, s’il vous plaît, laissez sortir... laissez tout ça à l’intérieur de moi !! Ahhhhhhhhhhh, Ah ! ~ ~ ~ ~ ~ ~ ! »

Émettant une voix qui ne ressemblait même pas à une voix humaine, Ellen hurlait comme une sorte de bête pendant que son corps s’arquait. *Doku Doku*. Sans cesse, un flux constant de sperme était versé à l’intérieur de son vagin, et cette chaleur guidait vers Ellen vers une jouissance encore plus forte.

« Tu es la dernière. J’arrive, Mio, » déclara Aur.

Rien qu’en se faisant appeler par son prénom, elle était déjà si excitée qu’elle était capable de jouir légèrement par anticipation. Quand Aur plongea en elle sa chose épaisse et dure, Mio frissonnait tandis que son corps tremblait. C’était comme si tout son corps s’était transformé en organe sexuel, et cette sensation s’enroulait autour de lui alors qu’elle balançait de tout cœur ses hanches.

« Fuaaah, Ahhh, Ahhhhh, ça vient, ça sort... ! Beaucoup du Seigneur Aur va venir à l’intérieur de moi ! » cria Mio.

C’était un orgasme qui rendait difficile de garder votre conscience, mais même si son sperme était versé à l’intérieur d’elle, Mio se concentrait avec diligence et détermination sur le balancement de ses hanches et la compression de son vagin afin de donner du plaisir à la chose d’Aur. Ce n’était pas pour son propre plaisir, c’était pour qu’Aur se sente satisfait.

« Hmm... Ça fait du bien, Mio, » murmura Aur.

Comprenant comment elle se consacrait à lui, Aur tapota la tête de Mio. Et comme elle avait pu obtenir l’attention d’Aur, elle avait fini par perdre conscience alors qu’elle s’enfonçait dans la mer de draps de lit.

Voyant les six filles face contre le lit, les fesses en saillie et le liquide nuageux s’égouttant hors de leur entrejambe, il se sentit très satisfait et regarda lentement derrière son dos.

« Vénérable professeur, c’est cruel, » murmura Spina.

Elle avait les larmes aux yeux et l’entrejambe dégoulinait avec autant de liquide que les autres filles, tout en remuant le corps encore attaché.

« Un tel traitement est déraisonnable... Me laisser dans une telle position, sans même me regarder et incapable de faire quoi que ce soit, car je ne peux que te regarder faire l’amour avec les autres filles... c’est trop cruel, » continua Spina.

« Cependant, en regardant l’état de ton corps, tu sembles avoir goûté à une sorte de plaisir hors de ton contrôle, et tu es devenue excitée, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Aur ramassa le jus d’amour qui tombait de l’entrejambe de Spina. Les liquides qui débordaient étaient visqueux et c’était comme si des larmes coulaient de son entrejambe, assez pour créer une petite flaque d’eau sur le sol.

« Quelle misérable et éhontée femme tu es ! Tu veux tant que je te viole ? » demanda Aur.

« ... Tant que le maître est en vie, il est de mon devoir, en tant qu’apprentie d’obéir..., » déclara Spina.

« Quelle chose étrange à dire ! Je ne t’ai donné aucun ordre. De plus, il y a beaucoup de belles femmes qui font la queue pour moi. Il n’est pas nécessaire de te déranger à cet égard, » déclara Aur.

Jusqu’à présent, Spina n’avait pas encore exprimé ses sentiments avec sincérité et Aur la taquinait à cause de cela.

« Dans ces moments-là, il faut le lui demander correctement. Vous devez dire : “Seigneur Aur, s’il vous plaît, violez-moi comme une bête par derrière, faites-moi grâce de votre progéniture et versez profondément dans mon ventre votre semence.”, »

À côté de Spina qui était attachée, Sharl avait parlé avec une expression ravie sur son visage.

« Ça ne me dérange pas d’être la prochaine, alors Seigneur Aur, s’il vous plaît, donnez-moi aussi votre affection, »

Nadja avait franchement invité Aur.

« ... Si vous voulez me faire l’amour, alors vous devriez le faire. Après tout, je ne peux vous défier d’aucune façon. »

Comme si elle n’était pas satisfaite, les yeux de Wikia étaient humides et elle avait ce regard d’attente sur son visage, car son entrejambe était mouillé.

« Vous êtes honnêtes, les filles. Voyons laquelle..., » commença Aur.

« Vénérable professeur, je vous en supplie ! S’il vous plaît, ayez pitié... s’il vous plaît, donnez-moi votre affection... ! »

Quand Aur avait commencé à approcher Sharl, Spina avait parlé d’une voix en pleurs. Eh bien, peut-être que c’était assez de « punition » pour elle.

« Tu aurais dû le dire dès le début, » déclara Aur.

Sans enlever les cordes, Aur perça le vagin de Spina.

« Ahhhhhhhhhhhh !! »

Ayant attendu si longtemps la venue de ce moment, tout le corps de Spina tremblait en plein vol alors qu’elle atteignait son paroxysme. Même s’il n’avait pas fait de préliminaires avec elle, la sensibilité du corps de Spina était déjà à son maximum. Sa passion et sa convoitise qui s’accumulaient s’enflammèrent instantanément lorsqu’elle reçut la bite d’Aur et le plaisir dépassa la limite que son corps pouvait supporter.

*Des éclaboussures*. Un bruit comme si de l’eau se déversait avait retenti, et une sorte de liquide autre que son jus d’amour jaillissait de son entrejambe.

« Ahhhhhhhh... »

Déshonneur et humiliation, la jeune magicienne secoua son corps. Cependant, cette honte n’avait servi qu’à attiser encore plus ses désirs et cela devenait un plaisir qui passait par son corps.

« Était-ce si bon que tu as eu un accident aux toilettes ? Tu as un corps très vulgaire et éhonté comme d’habitude, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Malgré le bruit de l’eau qui sortait, Aur avait répété ses poussées pelviennes, et il avait commencé à s’agripper aux seins de Spina.

« Hyaah, Ahh, Hyaahh, Hiaahh.. »

Chacun de ses coups avait fait jouir Spina, tout en restant accrocher par les cordes et se balançant, elle était comme une fille folle qui ne pouvait que gémir et haleter.

« Je vais le laisser sortir en toi. Assure-toi de bien l’assimiler..., » déclara Aur.

« Ahhhh, Ahhhhhh ! Ahhhhhh, Hiiiaaaaaahhhhhh!! »

*Doku Doku*. En même temps qu’elle ressentait la sensation que son ventre se remplissait, Spina avait atteint son apogée. Tirant la langue, les yeux grands ouverts, *éclaboussure*, elle crachait une marée de son entrejambe alors qu’elle se mettait à avoir des convulsions. Aur avait libéré sa magie et il avait porté une Spina totalement inconsciente dans ses bras et l’avait déposée sur le lit.

« Alors, la prochaine est..., » déclara Aur.

Quand il regarda Sharl, Lilu se plaqua à lui de côté.

« Depuis peu de temps... Non, comme tout ce qui s’est passé jusqu’à hier, tu leur as fait l’amour de nombreuses fois, alors n’est-ce pas bien si tu leur donnes une chance ? Plus important encore, me le faire qu’une seule fois n’est pas suffisant... ? » déclara Lilu.

« Je veux aussi que tu me le fasses une autre fois... Est-ce d’accord ? »

De l’autre côté, Yunis l’enlaçait tout en le regardant avec ses yeux de chiot.

« Tu aurais dû en avoir assez, non ? En plus, le Seigneur Aur vous montre toujours ses faveurs tous les soirs dans la chambre principale. Même si nous sommes six personnes, nous sommes toujours traitées comme un groupe. Je pense que nous avons davantage le droit d’être embrassés par le Seigneur Aur. »

Ellen poussa ses seins généreux et affirma ses opinions, et derrière elle, Mio déplaçait les bras en disant « c’est vrai, c’est vrai ~. »

« Qu’est-ce que vous dites toutes ? La bite vénérée du Seigneur Aur va maintenant entrer dans mon estomac ! » Sharl fit entendre sa voix.

« Euh. Si vous parlez de l’ordre des choses, alors la prochaine devrait être moi, » Nadja avait pris astucieusement sa position sur le côté.

« Ce n’est pas comme si je voulais... mais si vous voulez me le faire, vous devriez le faire, après tout je ne peux pas me battre contre vos ordres, » tandis que son visage devenait cramoisi, Wikia jetait un regard timide vers Aur.

« Vous ne pouvez pas... Vénérable Professeur, s’il vous plaît... donnez-moi encore de votre amour... »

Bien que sa force physique ait été affaiblie par le fait d’avoir été ligotée et d’avoir eu un orgasme intense, Spina titubait vers Aur et tendait ses mains vers les pieds d’Aur.

Et devant ses mains, Marie s’accrochait déjà au pénis d’Aur de ses deux mains et lui donnait de légers baisers pendant qu’elle le suçait.

« Ahh ~ !? »

Toutes les filles réalisaient simultanément ce que Marie faisait et s’exclamaient à voix haute.

« Cette fille est si rusée ! »

« Allez, éloignez-vous de lui ! Eh, elle est si forte !? Pourquoi cette fille est-elle si forte ? »

« Hahahaha ! Fille humaine, pour avoir pu faire quelque chose derrière mon dos, vous êtes très habile ! »

« Non, ce n’est pas le moment de rire, n’est-ce pas ? Lady Ellen... »

« La précieuse semence du Seigneur Aur, ah... hé, juste un petit peu, vous pensez que vous pouvez la partager juste un petit peu avec moi ? S’il vous plaît ? »

« ... Sharl, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. »

« Ou plutôt, cette gamine n’a-t-elle pas une malédiction extrêmement forte sur elle ? À première vue, cela semble être une bénédiction, mais vu sa puissance, je le qualifierais plutôt de malédiction... »

« Marie... Combien de fois dois-tu bloquer mon chemin avant d’être satisfaite... ! !? »

Toutes les filles autour de lui se disputaient bruyamment et Aur s’était raidi en soupirant.

« Eh ! Si vous voulez toutes à nouveau être comblées, alors ne soyez pas si bruyantes ! » déclara Aur.

À l’intérieur de la pièce, toutes les filles avaient alors fait entendre une voix flirteuse face à cette proclamation.

À l’extérieur, la pièce avait un sort de protection magique jeté sur elle afin qu’aucun démon ne puisse y entrer, et à l’extérieur de cette pièce, un démon était assis sur le sol, s’agrippant misérablement sur ses genoux de ses quatre mains. Peu de temps après, les douces voix des filles commencèrent à se faire entendre à l’extérieur.

« Si je pouvais tuer quelqu’un avec ma haine... J’ai confiance que je pourrais tuer toute une armée en ce moment... »

Les murmures de Logan avaient été surpassés par les gémissements bruyants des filles et il avait pris sa forme d’ombre dans ce donjon et avait disparu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire