Maou No Hajimekata – Tome 1 – Chapitre 10 – Partie 4

***

Chapitre 10 : Faisons ressentir le désespoir aux aventuriers avides

Partie 4

Cette histoire remontait à plusieurs jours.

Il s’agissait du jour où Nadja s’était réveillée dans la prison, en d’autres termes, c’était un jour après que le groupe d’Alan ait été capturé par Aur. La prêtresse Sharl s’était aussi réveillée en prison.

« Tu t’es réveillée ? »

Sharl souleva la moitié de son corps du lit. En voyant un homme assis avec les jambes croisées sur la chaise dans la même pièce qu’elle, elle se mit immédiatement dans une attitude défensive. Bien qu’elle n’ait pas reconnu son visage parce qu’il portait un masque lors de leur rencontre précédente, elle pouvait quand même dire que c’était lui instantanément à cause de son physique et de ses cheveux de couleur ambre. Cet homme était le « Magicien maléfique Aur ».

« Ne panique pas. Je n’ai aucune intention de te faire du mal. Si c’était ce que je voulais, tu serais déjà morte, » déclara Aur.

Aur avait parlé d’une manière calme. Bien que ce ne soit pas comme si elle croyait complètement en ses paroles, son corps avait relâché une partie de sa tension. Après tout, elle avait compris qu’il serait inutile de résister à ce stade.

Une bague de scellement de la magie était collée à l’index de sa main droite (bien qu’elle soit un peu à côté de la réalité, l’explication qu’Aur avait donnée à Nadja était un gros mensonge. Tout le monde n’était pas frappé d’une malédiction de scellement de la magie.)

Tant que cette bague serait à son doigt, elle serait incapable de l’enlever elle-même et de lancer toute forme de magie. Parce que sa race était celle d’un elfe blanc, sa force était en vérité plus faible qu’un être humain normal et son corps physique était petit. Donc, même si Aur était un magicien, sa force en tant qu’homme la dominait facilement.

« Qu’est-ce que vous voulez ? » demanda Sharl.

« Allons droit au but, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Aur avait réorganisé ses jambes croisées et un sourire impitoyable flottait sur son visage. Il avait mis les mains sur le menton pour réfléchir un peu.

« Eh bien ! Alors, commençons par me dédier ton corps, » déclara Aur.

Aur lui avait parlé comme s’il était dans un bar en train de commander de l’alcool à boire. Bien qu’elle n’ait pas beaucoup d’expérience dans ce genre de choses, Sharl n’était pas si naïve qu’elle ne comprendrait pas sa signification implicite. Sa peau d’un blanc de muguet était instantanément devenue rouge alors qu’elle s’était fâchée contre Aur.

« Ne plaisantez pas avec moi. Plutôt que d’être pollué par un homme malfaisant et vulgaire comme vous, je préfère me mordre la langue maintenant et mourir, » déclara Sharl.

« Tu détestes tellement ça que tu risquerais ta vie ? » demanda Aur.

« Bien sûr, » répondit Sharl.

Sharl répondit très rapidement et comme s’il comprenait Aur hocha la tête.

« Dans ce cas, serais-tu encore capable de dire la même chose, si la vie en jeu n’est pas la tienne, mais celle de tes compagnons ? » demanda Aur.

Le teint de Sharl passa instantanément du rouge au blanc pâle.

« Tes trois amis sont en sécurité... Du moins pour l’instant, » déclara Aur.

« ... Vous, personne sans vergogne ! » cria Sharl.

Sa belle expression se transforma en haine, et grinçant les molaires de ses dents ensemble, elle fixa Aur d’un regard furieux. Si des lames étaient attachées à ses yeux, elle couperait sans doute Aur en petits morceaux, mais pour Aur à la peau épaisse, ce type de regard menaçant ne l’affectait même pas.

Après avoir longtemps hésité, Sharl se dirigea vers le lit pour se coucher, fermant les yeux fermement.

« ... Faites ce que vous voulez, » déclara Sharl.

Les elfes blancs pouvaient vivre plusieurs fois plus longtemps qu’un être humain. Et pendant leur longue vie, il était normal qu’ils passent la majeure partie de leur temps à n’aimer qu’un seul partenaire. Pour un elfe blanc, l’amour était quelque chose qu’il considérait comme suprême, et la preuve de sa pureté était quelque chose d’extrêmement précieux par-dessus tout.

Et pour qu’elle soit prête à tout jeter pour ses compagnons... vous ne pouvez qu’imaginer toute la détermination dont elle aurait besoin. Sans parler de son bien-aimé Alan, même Nadja et Wikia, qui étaient d’une race différente d’elle, étaient sans aucun doute des existences irremplaçables pour elle, comme s’ils étaient sa propre famille. Tremblant devant le sort cruel qui l’attendait désormais, elle ne pouvait que serrer les dents. Elle n’avait jamais voulu montrer ses larmes devant cet homme. C’est ce qu’elle s’était juré.

« Apparemment, tu sembles mal comprendre quelque chose, » déclara Aur.

Mais, face à cette tragique et héroïque démonstration de détermination de la petite fille...

« Je ne me soucie pas de ton corps et je n’en ai pas envie. C’est toi qui dois me demander cette faveur. Tu dois être celle qui me demande “S’il vous plaît, Seigneur Aur, je vous supplie de violer mon corps.” »

Aur avait bafoué la dignité de la jeune elfe sans réfléchir.

Ayant vécu une telle humiliation, avec une telle colère dans son cœur, Sharl ne pouvait même pas répliquer à ses paroles et encore moins respirer correctement. Elle était censée être l’un des elfes blancs épris de paix, en plus du fait que sa classe en tant qu’aventurier soit une prêtresse qui était censée servir les dieux dans le but de répandre le bien dans le monde. Elle était habituellement pleine d’affections, elle se souciait de ses amis et ses pensées n’avaient normalement rien à voir avec la colère.

Cette haine qui traversait son corps... C’était la première fois qu’elle goûtait de telles émotions brutes et Sharl s’y était perdue.

« Ahhhhhhhhhhhhhhh !! »

Sautant du lit, elle leva les poings et fonça vers Aur. Elle balançait ses bras avec fureur, laissant échapper ses émotions violentes, mais ses bras minces avaient facilement été attrapés par Aur.

« Je vois, je crois que je comprends comment tu veux faire les choses, » déclara Aur.

Parlant d’une voix terriblement calme, Aur lâcha les bras de Sharl et lui tourna le dos.

« Tout d’abord, ton bras droit, » déclara Aur.

Bien qu’elle n’ait pas été capable de comprendre complètement le sens des mots d’Aur, le pouls de Sharl avait commencé à battre plus vite quand elle avait senti ce signe inquiétant.

« Ensuite, ton bras gauche, ta jambe droite et ta jambe gauche. Après ça, je t’arracherai les oreilles, t’arracherai les yeux et te couperai la langue. Ne t’inquiète pas, je vais le prendre doucement et utiliser la magie de guérison pour que tu ne meures pas. Une fois que tu seras devenu un simple morceau de chair incapable de faire quoi que ce soit, je te laisserai le rencontrer. Cet homme que tu aimes tant, » déclara Aur.

« Attendez ! » cria Sharl.

Sharl s’était accrochée à Aur. Toute sa colère et sa haine avaient immédiatement disparu, et au contraire, la peur régnait complètement sur son esprit et son cœur.

« S’il vous plaît, arrêtez... S’il vous plaît, je vous en supplie. Je ferais n’importe quoi, alors..., » déclara Sharl.

Les larmes débordaient de ses deux yeux. Le faible vœu de la jeune fille à elle-même n’avait pratiquement servi à rien, face à un magicien aussi rusé qu’Aur.

« Hou ? Alors tu sais quoi me dire, n’est-ce pas ? » demanda Aur.

Sharl était à court de mots. Mais si elle hésitait plus longtemps, Aur pourrait se désintéresser d’elle. Aur regardait Sharl avec une expression d’enfant, comme s’il observait un insecte trivial avec lequel jouer. C’était comme s’il s’accrochait à un scarabée rhinocéros ou à un papillon, et après l’avoir lâché, il l’observait brièvement s’envoler frénétiquement... C’est le genre d’expression qu’il avait en ce moment.

« S... S’il vous plaît, Seigneur... Aur. Je vous en supplie... s’il vous plaît... Uuuuuuu... violez mon corps... ! » déclara Sharl.

Et enfin, cette prêtresse elfe blanche, vertueuse et chaste, céda.

« Fumu... C’est suffisant. Allonge-toi sur le lit, relève tes vêtements et écarte les cuisses, » ordonna Aur.

Aur lui avait donné un ordre, sans montrer aucune émotion. Tremblante de peur, Sharl avait timidement déplacé son corps vers le lit en s’allongeant et, à l’aide de ses mains, elle remonta ses vêtements.

« Montre-moi tout, » ordonna Aur.

Aur s’était plaint parce que Sharl n’avait soulevé ses vêtements que pour que la partie inférieure de son corps soit exposée. Des larmes coulaient sur son visage, mais Sharl écouta ses ordres. Elle avait relevé ses vêtements juste au-dessus de ses aisselles, presque tout était mis à nue pour qu’Aur puisse le voir.

Comparé au corps sensuel d’une elfe noire, le corps d’une jeune elfe blanche était plutôt maigre. Ses seins étaient petits et son vagin était une simple fente sans poils ni plis. Aur observa minutieusement son corps avec des yeux présomptueux et le corps de Sharl se tortillait.

Aur se pencha sur elle sans dire un seul mot, puis plongea son propre engin dans son vagin non préparé avec une force écrasante.

« Ahhhhhhh !! » cria Sharl, tandis qu’elle sentait la douleur de son hymen se déchirer. Parce que la douleur était trop forte pour elle, des larmes lui coulèrent depuis les yeux comme de grosses gouttes de pluie. Il n’y avait même pas le temps de ressentir un sentiment de perte.

Aur n’avait pas prêté attention à ses souffrances, car il ne faisait que pousser ses hanches à plusieurs reprises.

« Uuu... ! Kuu, Ahh... ! ii... Uu, Guuuuu... ! »

S’agrippant aux draps comme si elle allait les déchirer, des larmes tombaient de son visage, Sharl n’avait pas dit les mots « arrêtez ça » ou « ne faites pas ça » devant Aur. La seule chose qui sortait de sa bouche était la douleur et l’agonie. Si elle montait ne serait-ce qu’une once de refus, elle craignait que ses compagnons n’aient des ennuis.

Bien qu’Aur ne l’ait pas montré dans sa propre expression et qu’il ne l’ait pas explicitement mentionné, il ressentait en fait de l’admiration pour sa force de volonté. Eh bien, je suppose qu’il est temps ? Marmonnant dans son propre esprit, Aur commença à chanter une petite incantation qui fut noyée par ses grands cris. Son but était d’abord de lui faire peur, mais sa véritable intention n’était pas de la briser.

« Uu, Aahhhh... Ah ? »

Sharl cligna des yeux comme si elle était perplexe, car peu à peu sa douleur s’atténuait.

« Tu es si mouillée. Peu importe à quel point tu détestes ça, les femmes sont après tout ce genre de créatures..., » déclara Aur.

« ... Ça, ce n’est pas possible..., » déclara Sharl.

« Alors comment appelles-tu ça ? » demanda Aur.

Aur se déplaça délibérément dans le corps de la jeune elfe, de sorte que des sons obscènes s’étaient fait entendre. Il agitait l’intérieur de Sharl avec un son de *guchu guchu*.

L’expression de Sharl était tachée de désespoir. Même si le fait de se laisser souiller contre sa volonté était plus douloureux et plus insupportable que de simplement mourir, il lui était possible de le supporter si elle pensait qu’elle le faisait pour ses compagnes. Cependant, sa tolérance maximale semblait être dépassée lorsqu’elle pensait que son esprit était également souillé.

Son expression est en effet négative, pensant qu’Aur avait changé ses méthodes.

« Il n’y a pas de quoi avoir honte. C’est une chose naturelle, c’est la prédisposition naturelle que Dieu a établie, » déclara Aur.

« Dieu... a fait ça... ? » demanda Sharl.

Oui, Aur avait hoché la tête.

« Je vous ai vaincu tous les quatre seul. Bien que j’aie utilisé diverses stratégies, il n’en demeure pas moins que je suis plus fort que vous quatre réuni. Et le corps d’une femme est fait pour être attiré par un homme fort. Peu importe comment ton esprit peut penser, ton corps ne peut pas mentir. Si ton corps t’a été donné par les cieux, alors c’est la même chose que de dire que Dieu l’a créé pour être ainsi, » déclara Aur.

Naturellement, Aur racontait un gros mensonge.

Le fait que son endroit intime était si mouillé maintenant n’était qu’une réponse protectrice de son propre corps pour se défendre contre les coups de boutoir d’Aur. Si une femme pouvait éprouver du plaisir à être violée de force sans préliminaires et être naturellement attirée par des hommes forts, alors tous les hommes de ce monde auraient la vie beaucoup trop facile.

Mais parce que c’était la première fois qu’elle faisait l’expérience d’une relation avec un homme, et parce que sa région inférieure était humide et que la douleur avait disparu, Sharl ne pouvait douter de ces paroles. Si elle doutait de ces paroles, l’alternative serait de croire que son esprit était devenu impur et souillé. Elle ne serait pas capable d’accepter ni de supporter une telle chose. Par conséquent, Sharl s’accrocha au mensonge d’Aur et y crut.

« Tu vas immédiatement... tu te sentiras beaucoup mieux, » déclara Aur.

Tout en la transperçant, Aur avait étalé l’aphrodisiaque qu’il avait préparé au préalable sur son clitoris. Il y a quelque temps, alors que Spina fabriquait son slime, Aur avait utilisé les matières premières et avait ajouté quelques améliorations au mélange. S’il était frotté contre la peau ou ingéré par voie orale, le sujet éprouverait graduellement des sensations sexuelles de plus en plus intenses et une excitation intense.

« Nn... Fuaaa..., » peu de temps après, Sharl avait commencé à augmenter l’intensité de sa voix. « Non, c’est... un mensonge... pas possible... »

Déconcertée par les sensations qui traversaient son corps, elle le niait désespérément.

« Ce n’est pas un mensonge. Ne te l’avais-je pas dit ? Ton corps est attiré par le mien, et il m’a déjà accepté... Cependant, ton cœur est différent, » déclara Aur.

Parce qu’il avait dit une chose si inhabituelle, Sharl avait regardé le visage d’Aur sans le vouloir.

« Ton esprit est à toi seul. Tout ce que tu as à m’offrir, c’est ton corps. Permets-moi de profiter pleinement de l’œuvre de Dieu, » déclara Aur.

Tout en disant cela, Aur jouait avec le clito obscène alors qu’il s’enfonçait profondément à l’intérieur d’elle. Ses blessures étaient complètement guéries et son corps qui était fiévreux à cause de l’aphrodisiaque acceptait le plaisir avec obéissance.

« Fuuah... Ahhhhh ! Fua, Haahnn..., » elle avait gémi.

Elle n’avait pas eu à céder son cœur. En entendant ces paroles, la douleur ressentie par Sharl s’était considérablement réduite.

Ce qu’on appelait la prise de conscience était très sensible au changement. Ce principe ne s’appliquait pas seulement aux cinq sens.

Nadja avait été trompée en changeant lentement ce qu’elle voyait et en altérant ses souvenirs. Mais d’un autre côté, les émotions de Sharl avaient été poussées au plus profond du désespoir en un instant, et de là Aur lui avait donné progressivement plus de plaisir et de libération. Cela donnait l’illusion qu’Aur la sauvait de son désespoir et lui procurait du bonheur.

« Maintenant, je vais jouir. Le fait de pouvoir recevoir le sperme d’un homme fort dans son ventre est la plus grande joie d’une femme. La joie et le plaisir parcourront ton corps, je te guiderai vers ton bonheur. ... J’éjacule... ! » déclara Aur en gémissant.

Plongeant au plus profond d’elle, Aur avait libéré son sperme au plus profond d’elle. En même temps, une autre sorte d’aphrodisiaque avait été envoyé sur son lieu intime. Cette fois, la puissance de produit avait pris effet immédiatement, mais sa durée était courte.

« Ahhhhh, Ahhhhhh, Ahhhhhhhhhhhhhhh ~ ~ ~ ~ ~ ~ !! » cria Sharl.

Sharl avait saisi les draps de lit de toutes ses forces, et elle se pencha vers l’arrière comme un pont et cria. Des étincelles et de l’électricité coulaient dans ses yeux et sa vision vacillait. Comme elle avait vécu sa vie calme et douce jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais connu un plaisir aussi intense que celui-ci.

Sharl avait apaisé son esprit alors qu’elle perdait conscience dans les ténèbres. Elle affichait une expression complètement relâchée sur son visage qui était remplie de satisfaction.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire