Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Voici donc la chambre de Miyabi

Partie 4

« Ibiza ! Mais qu’est-ce que tu complotes !? »

Les deux cartes, Maki et Rebecca avaient regardé vers moi avec un regard rempli d’intentions meurtrières.

« Qu’est-ce que c’est que cet humain !? Comment oses-tu parler comme ça à Ibiza-sama ! Je vais te tuer ! »

« Même si c’est déjà la plus grande bénédiction que tu puisses voir l’apparence d’Ibiza-sama… un humain de bas étage qui ne connaît pas sa place, quel insolent ! Un animal de rente devrait juste aller à la porcherie qui convient à un animal de rente. »

Rebecca avait dit ça avant de se moquer.

« Non, pardonne-moi. Cette maison est cette porcherie, n’est-ce pas ? Je ne l’avais pas remarqué. »

Son ton avait fait monter le sang dans ma tête.

« Comment oses-tu parler si grossièrement de la maison d’un autre ! En premier lieu, c’est toi qui as amené Miyabi à cette situation !!! »

J’avais créé une formule magique.

Maki et Rebecca avaient semblé sentir ce flux de mana et avaient formé leur propre cercle magique.

« Hee, qu’est-ce qu’un simple humain a l’intention de faire ? Je vais te tuer, tu sais ? »

« Non, ne le tuons pas trop vite. Ce sera plus drôle de le torturer jusqu’à ce qu’il pleure et nous supplie de le tuer. »

« Ahahaha ! D’accord ! Faisons ça ! »

Au moment où les deux femmes étaient sur le point d’activer leur magie,

« Attendez ! »

La mère de Miyabi était apparue de l’intérieur de la maison, toujours vêtue de sa blouse.

« Je ne vous laisserai pas poser la main sur ma fille. De plus… vos actes envers la maison Yuugaoze sont impardonnables ! »

Elle avait ouvert le devant de sa robe, exposant ses cuisses blanches et dodues avant de se lancer dans une course effrénée.

— Rapide !?

Elle était passée à côté de moi en un clin d’œil et avait agressé Maki et Rebecca.

« Kuh !? »

Maki avait lancé la magie de feu Figa et Rebecca avait lancé la magie de glace, Iza, mais elle avait glissé à travers ça sans problème avec son art martial.

Le cordon de sa robe s’était défait et ses sous-vêtements brillants avaient été dévoilés.

Malgré cela, elle n’avait pas faibli et était passée à l’attaque. Sa chair maigre qui ne montrait aucun signe de vieillissement se déplaçait avec vivacité et déchaînait coups de poing et coups de pied.

Elle utilisait Blindage, Maximisation, et Ruée en parallèle. Comme prévu, elle et Miyabi étaient vraiment mère et fille. Il semble qu’elle soit spécialisée dans les attaques physiques, tout comme Miyabi.

« Qu’est-ce que c’est que cette tante !? »

« Kuh ! Ses attaques sont puissantes ! »

La situation s’était inversée en un clin d’œil. Maki et Rebecca avaient été repoussées.

Cependant — .

« !? »

Le cercle magique de Détonation s’était formé sous ses pieds avant qu’elle ne le remarque.

« Kuh !! »

Elle donna un coup de pied au sol et sauta en arrière un instant plus vite que l’explosion.

Cependant, l’onde de choc de l’explosion avait soufflé la mère de Miyabi et elle était tombée sur le sol. Elle n’avait pas arrêté de bouger pour autant et avait utilisé l’élan pour rouler hors de portée.

Puis elle se leva avec audace, même avec ses sous-vêtements exposés.

« Ooh, tu as réussi à l’esquiver ! Incroyable, la meilleure ! Tu as beau être plus âgées, et si tu devenais ma carte ? Je t’aimerai beaucoup, tu sais ? Ne veux-tu pas essayer de marcher dans une merveilleuse seconde vie ? Après tout, tu as un si beau corps ! »

« Qu… !? I-Insolent !! »

La mère de Miyabi avait fermé le devant de sa robe, le visage rouge.

Elle avait essayé d’attaquer Ibiza, mais la magie d’attaque d’Ibiza s’était terminée pendant qu’elle attachait la ficelle à sa taille.

« Fizard ! »

Des flammes avaient jailli du cercle magique qui était apparu devant Ibiza. La flamme cramoisie l’avait attaqué comme un dragon. Le teint de la mère de Miyabi avait changé.

« — !? »

« Okaa-sama !! »

Miyabi avait crié. Les flammes avaient été repoussées devant sa mère.

— Je l’avais fait à temps.

Ma barricade était apparue au milieu des flammes et de la fumée éparpillées.

« Eh ? »

Ibiza m’avait alors regardé avec un visage perplexe.

« Eh eh ? Toi… as-tu repoussé ma magie ? »

J’avais sauté devant la mère de Miyabi et déployé une barricade. Puis j’avais parlé à la mère de Miyabi qui était derrière moi.

« Allez-vous bien ? »

« Oui… oui. »

J’avais regardé Ibiza une fois de plus.

« Le candidat du diable ! L’amour dont tu parles n’est pas de l’amour ou quoi que ce soit du genre ! C’est juste un mot que tu utilises commodément pour reformuler ton ego !!! Ta méthode qui consiste à profiter de l’affection des autres et à les saigner à blanc de leurs choses importantes est brutale !!! Tu es vraiment impardonnable !!! »

« Fufufu… ahahahahahahahahahahahaha. »

« Qu’est-ce qui est si drôle ? »

« Parce que c’est très drôle. La raison pour laquelle tu es en colère est trop stupide. Même si tu me critiques comme ça, on ne peut rien y faire. Parce que, ce que tu racontes, ce sont des choses évidentes. Toi, tu me prends pour qui ? »

C’était la première fois que je voyais ce type sourire si malveillant.

 

« Parce que, je suis un diable, tu sais ? »

 

Ce sourire était vraiment — un sourire diabolique.

« Viens à moi. Candidat au titre de Roi-Démon des Amoureux. Je vais t’apprendre qui est le plus digne d’être le prochain Roi-Démon !!! »

« Vas-y ! Je vais te faire rendre tout ce que tu as pris à Miyabi !! »

« Tu parles beaucoup, espèce d’humain. Tu n’as pas compris à l’annonce du festival d’athlétisme ? »

« Quoi ? »

« Même les autres candidats au titre de roi du diable ont peur de moi. »

« … !! »

« Oh, ton expression a changé ! Donc tu l’as déjà compris. Même l’actuel Roi-Démon ne peut pas facilement faire quelque chose contre moi, tu sais ? Je suis le plus fort, n’est-ce pas ? Vas-tu me défier encore une fois ? »

Ibiza me souriait avec condescendance.

Ses yeux brillaient d’un éclat rouge. Ce sentiment étrange et répugnant rampait dans mon dos.

{Attention, la menace s’approche de la carte princesse. Menace de niveau 12. Recommande une retraite rapide.}

— Encore !?

« !? Miyabi ! Reviens ! Rentre dans la maison ! »

Miyabi, qui aidait sa mère à se lever, m’avait regardé avec surprise.

« … Eh ? M-Mais. »

De manière inattendue, Miyabi n’était pas la seule à afficher une expression de perplexité.

Ibiza me fixait toujours pour une raison inconnue.

« Toi… quoi ? Se pourrait-il que tu puisses le voir ? »

— Le voir ?

Que disait ce type ?

Ibiza s’était renfrogné.

« Tu es un humain… qu’est-ce que tu es ? »

Ce que je suis —,

À ce moment-là…

« Arrêtez-vous là. »

Une voix calme et agréable à l’oreille avait résonné.

C’était une voix qui pouvait me calmer juste en l’entendant.

« Lizel-senpai !? »

Lizel-senpai et Reina étaient là, derrière Ibiza et ses cartes.

« … Himekami Lizel. »

Ibiza avait fait légèrement claquer sa langue. Son regard avait rapidement fait le point sur Lizel-senpai et Reina.

Les mains de Reina tenaient son katana dégainé. Ce katana émettait un éclat brillant.

Son habituel caractère adorable n’était pas du tout visible en ce moment. Elle dégageait une aura menaçante qui indiquait qu’elle pouvait abattre son adversaire à tout moment. Une telle intention meurtrière remplissait sa lame jusqu’à sa pointe.

Lizel-senpai aussi, elle avait l’air de se tenir juste comme ça, mais il semblerait qu’elle déployait secrètement une formule magique.

Je pouvais sentir que c’était une énorme formule magique qui nous enveloppait de sous nos pieds jusqu’à notre tête. Cependant, je ne pouvais pas comprendre la vraie forme de la magie ou tous ses détails.

« Retire-toi d’ici, Ibiza. Même pour toi, il devrait être difficile de faire face à ce nombre d’adversaires. »

« … Hee, le penses-tu vraiment ? »

« Penses-tu vraiment que Reina et moi sommes simplement arrivés ici en retard ? »

« … »

« Le candidat au titre de Roi-Démon des amoureux ne fera pas de bataille insignifiante. Nous nous battrons après avoir choisi le bon moment et le bon endroit. Cette nuit et cet endroit ne sont pas adéquats pour la Guerre du Roi-Démon. »

« … Tsss. »

Ibiza avait fait un nouveau tic et son expression avait radicalement changé.

« Okaayy !! Par respect pour l’événement super romantique de la rencontre nocturne avec la princesse Himekami ~, je vais me retirer pour le moment ! J’ai l’impression qu’il y aura de bonnes choses ce soir ! La meilleure nuit possible, ouais, la meilleure wahoo !! Tout le monde, allons danser ! »

Ibiza avait étreint les épaules de Rebecca et de Maki avec ses deux mains et s’était retourné.

Et puis il avait disparu dans la nuit avec son grand rire qui résonnait derrière lui.

Quand il avait disparu, j’avais été libéré de la tension. J’avais laissé échapper un profond soupir et mes épaules s’étaient détendues.

J’avais incliné ma tête vers Lizel-senpai.

« Senpai… Je suis désolé. Je suis allé chez Miyabi sans rien dire. »

J’avais rompu la promesse entre nous et j’étais parti ailleurs à ma guise. De plus, j’avais rencontré le danger à cause de cela et j’avais dû être sauvé à la fin. C’était normal que je me fasse gronder.

Cependant, la voix aimable de Senpai était venue au-dessus de ma tête.

« Non. Moi aussi, je suis venue ici parce que je pensais la même chose que toi, Yuuto. »

« Eh ? Senpai aussi ? »

J’avais levé la tête par réflexe. Senpai me caressait la tête avec un sourire éclatant.

« Mais Yuuto, on dirait que tu m’as devancée. Grâce à ça, ça s’est terminé sans que personne ne meure. Tu as bien fait, Yuuto… un score parfait. »

Ma poitrine avait dansé de bonheur.

Pourquoi me suis-je senti si heureux comme ça quand Lizel-senpai m’avait félicité ? En ce moment, j’aurais dansé comme un idiot si j’avais été seul.

« Merci beaucoup ! Reina aussi, merci d’être venue. »

Reina avait sursauté en même temps que sa queue de cheval lorsqu’elle avait été abordée.

« Hawawah ! C’est ça, Reina n’a rien fait, desu desu ! »

« Euh… »

La mère de Miyabi s’était avancée vers nous en hésitant.

« Merci beaucoup… sans votre aide, je serais… »

« N-Non ! J’ai seulement fait ce que tout le monde aurait fait. »

Quand j’avais répondu comme ça, paniqué, et la mère de Miyabi m’avait souri gentiment.

« Quel humain étrange… peut-être que même un humain candidat au titre de Roi-Démon n’est pas si mauvais en fait. »

Elle avait dit cela et avait serré l’épaule de Miyabi.

« Mon nom est Yuugaoze Miyako. S’il vous plaît… prenez soin de ma fille. »

Et puis elle avait incliné sa tête profondément vers moi.

Un démon, de plus une noble dame avec une grande fierté s’inclinait devant un humain comme moi. Il devrait y avoir plusieurs sentiments dans son acte. Je devais accepter ce poids.

« S’il vous plaît, levez la tête, Miyako-san. C’est moi qui devrais m’excuser auprès de vous pour avoir mis votre fille en danger. Mais, j’ai besoin de la force de Miyabi. »

« … Yuuto. »

Miyabi me fixait avec des yeux humides.

« En échange, je jure de protéger Miyabi ! Miyako-san aussi ! Et puis, je vaincrai Ibiza sans faute et je reprendrai ce qu’il a volé ! »

Miyako-san m’avait fixé droit dans les yeux et s’était approchée.

« Ah ! Après que vous vous êtes battu pour me protéger…, et si vous parlez si passionnément comme ça, je… »

Les yeux avec lesquels elle me fixait étaient brillants. Ces yeux s’approchaient progressivement… ils étaient proches.

« Si je regarde bien, vous êtes mignon ♥. »

Le bout du doigt de Miyako-san dessinait des cercles sur ma poitrine. Son visage se rapprochait jusqu’à ce qu’il ne reste plus que 5 cm jusqu’à mon nez.

« E-Euh… Miyako-san ? »

« Peut-être qu’un garçon dont l’âge ressemble plus à un fils pour moi n’est pas mal non plus… ♥. »

Miyabi s’était calée entre nous, paniquée.

« A -Attends !? Okaa-sama ? Ne t’approche pas trop près !? »

Miyako-san avait regardé Miyabi d’un air renfrogné.

« Bon sang, tu es une brute. Ça ne devrait pas poser de problème pour ton Okaa-san de s’épanouir une fois de plus comme une fleur… »

« Non, non, non !! Déclaration problématique !!! Comment peux-tu dire quelque chose comme ça devant ta fille !? C’est “Biiipp”, je te dis ! “Bip” ! »

Nous avions réussi à passer cette nuit intacte — cependant, le problème n’était toujours pas résolu.

Le candidat au titre de Roi-Démon du diable, Mitsuishi Ibiza.

Ce ne serait pas encore fini avant qu’il ne soit vaincu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire