Ma maison est un point de concentration de magie – Tome 2 – Chapitre 47_5

Bannière de Ma maison est un point de concentration de magie ***

Chapitre 47_5 : Quête urgente : Bataille décisive

« Quelle est la situation !? » (Dianeia)

« Oh, nous vous attendions, princesse. » (Capitaine)

Dianeia se téléporta dans son bureau dans le château qui était déjà devenu une salle de guerre.

Là, elle reçut les informations du capitaine des chevaliers.

« Il y a plusieurs vagues de monstres de l’Est, de l’Ouest et du Sud. Ils approchent actuellement de la ville. Les forces défensives ont été envoyées pour les intercepter. » (Capitaine)

En effet, Dianeia regarda la carte étalée sur le bureau.

Ils avaient marqué l’endroit où ils étaient supposés interceptés avec une croix rouge.

Mais, pour une raison quelconque, il y avait aussi une croix de couleur noire à l’est.

« C’est ? » (Dianeia)

« C’est là qu’Anne-sama a dit qu’elle allait pour que nous puissions rayer celui-ci. Elle a dit qu’elle était capable de les tenir toute seule. » (Capitaine)

« Anne-dono, hein… » (Dianeia)

Elle est un roi-dragon, donc il devrait être possible de le faire seul.

Donc, je suppose que je devrais être soulagée ?

« Il y a aussi beaucoup de créatures dans le sud, alors nous avons envoyé les chevaliers, mais selon les rapports, nous avons l’avantage numérique. » (Capitaine)

« Hmm, alors tout ce qui reste est… l’ouest ? » (Dianeia)

Nous n’avions pas assez de temps, car nous avions un trou béant dans nos défenses.

Pour le moment, nous n’avions personne pour nous défendre.

« Eh bien, ce n’est pas tout à fait vrai, j’ai entendu dire qu’un des groupes d’aventuriers se dirigeait là-bas. » (Capitaine)

« Hein… ? Je pensais que nous avions demandé aux aventuriers de protéger le nord ? » (Dianeia)

« Effectivement. C’est pourquoi il n’y a qu’un groupe. » (Capitaine)

C’était assez imprudent de laisser un seul groupe s’il ne savait même pas combien de monstres il y aurait.

Bien que je sois heureuse que nous ayons quelqu’un pour défendre cette région, c’était beaucoup trop dangereux. Quel genre de groupe est-ce ?

« Ils s’appellent… les Têtes chauves, enfin, je pense… » (Capitaine)

« Chauves ? Pourquoi ont-ils quitté la sécurité relative du nord… ? » (Dianeia)

« Je ne sais pas. Cependant, s’ils gardent cette zone, c’est rassurant. » (Capitaine)

Ils constituaient un groupe de haut niveau qui maintenait un taux de réussite de missions de 90 %. Ils étaient vraiment forts.

Mais je suis mal à l’aise s’ils le font eux-mêmes. Alors

« — Je vais aller les renforcer. » (Dianeia)

« Princesse…  !? » (Capitaine)

« Pourquoi as-tu l’air si surpris ? Il n’y a personne d’autre qui puisse se téléporter ici. » (Dianeia)

« Mais…. » (Capitaine)

Le capitaine des chevaliers commença à dire quelque chose, mais secoua la tête à la place.

« Je suppose que oui. Même si je vous disais de rester ici, vous ne m’écouteriez pas, n’est-ce pas, princesse ? » (Capitaine)

« Oui. Tant que je suis capable de me battre, je le ferai. Je vais me battre pour protéger cet endroit. » (Dianeia)

Dianeia considérait cela comme son devoir d’archimage.

De plus, c’était le chemin par lequel elle pourrait atteindre celui qu’elle admirait.

« En tout cas, je partirai après avoir revêtue mon équipement. Je te laisse le commandement, capitaine des chevaliers. » (Dianeia)

« D’accord… Ne vous mettez pas en danger, s’il vous plaît ! » (Capitaine)

Dianeia se dirigea ensuite vers sa chambre pour mettre de l’ordre dans son équipement afin de pouvoir défendre la ville.

*

Les aventuriers du groupe des Têtes chauves s’étaient rendus à l’ouest de Prusse.

« Hyahha ! C’est là que la ligne de défense est la plus faible ! »

« C’est assez loin du quartier commercial après tout. Il n’y a personne à part nous dix. »

Ils se tenaient dans les plaines séparant la forêt de la ville.

De la terre autour d’eux surgissait des monstres.

Il y en avait toute une variété. Il y avait ceux qui ressemblaient à des vers et des insectes jusqu’à des trolls, et ils étaient tous apparus les uns après les autres.

« Je n’aurais jamais pensé que nous nous battrions contre des monstres de donjons ici. »

« Hyahha, j’espérais quelque chose comme ça. »

Ils avaient dit ça en sortant leurs armes.

« Je ne pensais vraiment pas que nous aurions une telle quête en dehors de la ville de Fort, Leader. »

« Hyahha, moi non plus. Défendre une ville… quoi de plus dans des circonstances aussi terribles… cela fait un bon bout de temps ? »

Les ennemis avaient commencé à s’approcher.

De plus, il y en avait plusieurs.

Les aventuriers — Têtes chauves à la fois dans leur nom et dans leur pratique — les observaient attentivement.

« Hyahha, ils viennent. Mais comparé au Boss Daichi, ce genre de pression n’est rien. »

« Hahaha, c’est vrai. Notre chef s’est même évanoui face à ça. Ca, c’est un vrai pouvoir de persuasion. »

« Ugh, comme je l’ai déjà dit… j’étais juste envahi par l’admiration ! »

L’homme chauve avait souri avec ironie en transpirant.

« Hyahha, si c’était avant, nous nous serions retirés à cause de la peur face à cette armée. Tout ceci est à cause du pouvoir de ce type. »

À ces mots, tous acquiescèrent de la tête.

« En tout cas, allons-y ! Même s’il ne s’agit que du quartier commerçant et à une certaine distance du quartier résidentiel, il y a encore beaucoup de gens, vous savez ? »

« Oui, il y a de l’agriculture et de la chasse. Il doit y en avoir beaucoup qui vivent ici. »

« Hyahha… alors nous devons les protéger. »

Les aventuriers du groupe des Têtes chauves avaient pris leurs positions.

« Nous avons été accueillis dans cette ville, du bon saké et de la bonne nourriture. Si nous ne les protégions pas, nous serions des ordures ! »

« OUAIS ! »

« Travaillons pour notre propre intérêt. — Allons-y ! HYAHHA ! »

Les aventuriers s’étaient tournés vers les monstres et avaient chargé.

Ainsi commença la défense de la ligne occidentale.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire