Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 6 – Prologue – Partie 3

+++

Prologue

Partie 3

C’était une bonne idée d’amener Serge ici. Il est plus fort que je ne le pensais. Il pourrait même être plus fort que Léon et ces idiots.

Le royaume d’Hohlfahrt était le chef-lieu des aventuriers, pour cette raison, Léon et son groupe avaient un certain degré de compétence. Mais pour Leila, Serge ne s’était pas laissé distancer. De plus, il semblait si fiable en face d’elle.

Qui aurait pensé que Serge soit un combattant si habile ?

« Et c’est le dernier ! » déclara Serge après avoir vu tous les monstres se faire décapiter. Et après avoir vérifié qu’il n’y avait plus de monstres, il avait abaissé sa lance.

Leila avait remercié Serge en le regardant avec une grande surprise et un peu d’intérêt.

« Tu es fort, maintenant je te vois sous un nouveau jour ! »

« Eh bien, personne ne survivrait dans ce genre d’endroit sans être capable de faire au moins ça. Es-tu déjà tombée amoureuse de moi ? »

« Non, pas le moins du monde, mais au moins je te considère comme une personne complètement différente maintenant. Merci de m’avoir protégée, Serge. »

Tous deux avaient plaisanté, et peu à peu, l’environnement inconfortable avait commencé à s’estomper. Puis, Serge avait regardé le navire de ravitaillement et avait commencé à réfléchir en silence, alors Leila lui avait demandé.

« Y a-t-il un problème ? » demanda Leila.

« Eh bien, je pense que cette relique ancienne est incroyable, mais j’ai l’impression que c’était un peu trop facile jusqu’à présent. »

« Et que dire des combats qu’on a eus jusqu’ici ? Tu ne peux même pas imaginer combien de fois j’ai cru que j’allais mourir en venant ici ! » Pour Leila, qui n’était pas habituée aux aventures, cela pouvait même être considéré comme un grand exploit d’atteindre sa destination sans mourir de peur ou sans mourir tout court.

Mais pour Serge, qui était déjà habitué à cela, cela semblait trop peu.

« En fait, j’ai été surpris que nous soyons arrivés ici après avoir marché en ligne droite. Savais-tu déjà qu’il y avait un trésor par ici ? »

Si je réponds oui, il sera sûrement curieux de savoir comment je l’ai su. Après être arrivée à cette conclusion, Leila avait décidé de trouver une excuse.

« Je ne pensais pas qu’il y aurait vraiment quelque chose ici… J’ai juste entendu des rumeurs dans le passé. » Elle avait fait comme si elle était sincèrement surprise, puis elle s’était concentrée sur le vaisseau pour éviter le regard de Serge. À ce moment-là, la porte s’était ouverte d’elle-même.

Contrairement à la porte précédente, celle-ci s’était ouverte lentement et silencieusement.

Puis, de l’autre côté, avait émergé une sphère flottante aussi grande qu’une balle de softball, avec un seul œil rouge. L’objet était resté immobile à la même hauteur que les yeux de Leila et Serge. Tout était si inattendu que Serge n’avait pas eu besoin de réfléchir à deux fois pour relever sa lance et faire reculer Leila en même temps.

Sa lance à la main, il avait crié à Leila de rester en arrière.

« Leila, reste en arrière ! »

 

 

Cependant, Leila était soulagée. C’est parce que la sphère devant eux n’était pas Luxon… c’était un autre drone bleu.

« Serge, calme-toi. On va s’en sortir. »

« V-Vraiment ? »

Serge baissa un peu sa lance, fixant les mouvements du robot bleu. Leila était convaincue que la chose en face d’eux n’avait pas de mauvaises intentions. En effet, s’il s’agissait d’un compagnon du vieux Luxon, alors il ne pouvait pas se battre sous cette forme.

« Je veux avoir une conversation avec toi. » Elle lui avait parlé et alors le robot bleu avait répondu avec une voix vive.

« Cela fait un moment que je n’ai pas reçu de visites. » C’était une voix robotique, mais avec un certain côté masculin.

La différence avec Luxon était que ce robot semblait beaucoup plus humain que le premier.

Serge avait été surpris, mais Leila avait continué à parler.

« Je veux ce navire. Donne-moi les droits de propriété. » Elle avait dit cela avec une attitude hautaine et le robot avait répondu avec une pointe d’interrogation.

« Veux-tu être mon maître ? … Hmm, il y a plusieurs choses que je trouve louches à propos de toi et de ta demande, mais la vérité est que je ne supporte pas d’être en attente dans cet endroit depuis si longtemps, mais je ne peux pas bouger sans permission. Donc l’apparition d’un maître est une situation très tentante ! »

Pourquoi ce nouvel humain serait-il au courant de son existence et des droits du maître ? Le robot semblait intrigué par cette question, mais plus que cela, il voulait quitter cet endroit au plus vite, aussi avait-il accepté avec joie.

Pendant ce temps, Serge s’était vraiment inquiété de cette conversation.

« Leila, es-tu sûre de toi ? Pour commencer, quelle est cette chose ? »

Mais celui qui avait répondu à la question de Serge n’était pas Leila.

« — Oups, j’ai oublié de me présenter, je m’excuse pour mon impolitesse ! Je m’appelle “Ideal”, un vaisseau chargé de l’approvisionnement. » Leila avait lâché un petit soupir. Un soupir de soulagement.

Bien, il a le même nom que celui que j’ai acheté sur le jeu.

Le nom du puissant objet pay2win du deuxième jeu vidéo otome était Ideal. C’est pourquoi elle était convaincue que cette arme puissante était le même drone que celui qu’elle avait rencontré auparavant. Ainsi, Leila avait fait un pas en avant avec confiance.

« Dans ce cas, faisons-le immédiatement. »

« Comment connais-tu les privilèges de propriété ? La vérité, c’est que je suis vraiment intrigué et que quelque chose semble louche, mais ce n’est pas grave. Passons au sujet suivant pour le moment. »

Le drone bleu, Ideal, avait fait briller son œil rouge et les avait scannés tous les deux. Puis Ideal avait commencé à errer autour de Leila en faisant des cercles assez intrigués.

« Que s’est-il passé ? » demanda-t-elle.

« J’ai reçu des informations très choquantes. Il semble qu’aujourd’hui sera un grand jour, » répondit Ideal.

« Tu le crois vraiment ? »

En comparaison de Luxon, elle pensait que cette autre IA répondrait avec un manque d’émotions beaucoup plus important, mais pour le moment, elle était plutôt amicale.

En outre, son attitude envers Leila, qui sera enregistrée comme son maître, était adéquate.

« Il semble que vous soyez tous deux très fatigués. Je vais préparer une chambre, alors, allez-y. Vous pouvez entrer, » dit Ideal en entrant devant pour les guider, les laissant tous les deux sous le choc une fois à l’intérieur du vaisseau.

Il était dans un état assez propre. Serge fut surpris en passant une main sur le mur à côté de lui.

« C’est la première fois que je vois une relique perdue gardée aussi propre et bien conservée. »

Les paroles de Serge ayant suscité son intérêt, Ideal se tourna vers Leila et lui demanda.

« “Relique perdue” ? Eh bien, dans l’ère actuelle, la technologie qui a été utilisée pour me construire devrait avoir été perdue. Il semble qu’il sera amusant de faire une promenade. »

« Amusant ? Est-ce que tu peux même ressentir ça en étant une intelligence artificielle ? »

Leila était sidérée par le fait qu’Ideal était vraiment impatient de sortir.

« … Oui, vous êtes vraiment des personnes intrigantes, » déclara Ideal devant les deux humains, avant de revenir les guider.

Puis Serge avait dit. « Hé Leila… C’est quoi cette intelligence artificielle dont tu as parlé avant ? »

Leila avait juré dans son esprit après avoir entendu cette question.

Merde, j’ai baissé ma garde.

« Ce n’est rien. Nous devrions accepter l’offre de cette chose et nous reposer un peu ici. »

« Tu as raison. Mais j’étais un peu excité à l’idée d’explorer l’intérieur de ce vaisseau. »

Serge avait l’air sérieusement excité, son regard scrutant l’ensemble de l’endroit.

Puis, Leila avait regardé la sphère flottante qui se trouvait devant elle.

Je l’ai, j’ai finalement obtenu mon propre objet de triche. Avec ça, je n’aurai plus à craindre Léon.

C’est ce qui avait apporté le plus de bonheur à Leila, bien plus que d’avoir récupéré ce genre d’objet perdu.

« Attendez un moment s’il vous plaît. »

Ideal les avait emmenés dans la pièce, qui ressemblait plus à l’aire de repos d’une entreprise. Il y avait quelques meubles, des distributeurs automatiques et même des plantes de décoration. Serge s’était assis directement sur le canapé sans enlever la saleté de ses vêtements.

« Ce canapé est incroyable. Leila, viens t’asseoir. »

« Franchement, tu es comme un barbare. Mais oui, tu as raison. » Leila s’était assise et avait détendu ses épaules pour atténuer la fatigue refoulée.

Après ça, Ideal était allé ailleurs, les laissant tous les deux seuls dans la pièce.

« Veuillez m’excuser, je vais prendre congé. »

« Où dois-tu aller ? »

« Je vais faire quelques préparatifs pour aller dehors. Aussi, je vais vous apporter de la nourriture dans un moment. » Ideal était parti et Serge avait souri.

« Quel gars attentionné ! »

Mais, y a-t-il quelque chose à manger dans un endroit comme celui-ci qui a été abandonné il y a tant d’années ? Alors que Leila se demandait cela, son regard avait été obstrué par Serge. Puis, il avait rapproché son visage du sien.

« A-a-attends ! » Elle avait rapidement essayé de couvrir son visage avec ses deux mains, mais Serge en avait attrapé une. Le regard de Serge était sérieux.

« … Leila, pourquoi t’es-tu fiancée avec le faible de la famille Émile ? » Leila s’était sentie un peu mal à l’aise en l’entendant demander cela. C’est parce qu’elle savait que Serge était follement amoureux d’elle.

« Ça n’a rien à voir avec toi, tu n’étais jamais à l’école, donc on ne pouvait pas trop traîner ensemble. Cela te pose-t-il un problème ? »

Leila savait déjà ce que Serge voulait dire.

« Tu sais ce que je ressens pour toi, n’est-ce pas ? Leila… Je t’aime, tu es la seule femme que j’aime. »

C’était des mots directs venant de son cœur.

Cependant, Leila avait détourné le regard.

Je t’aime ? Il n’y a pas de phrase plus vide que celle-là, pensa Leila, rejetant la confession après s’être souvenue d’un peu de son passé.

« … Tu m’as fait trop attendre. Je suis déjà avec Émile. »

Elle s’était levée et s’était éloignée de Serge, mais il n’avait pas renoncé. Serge avait attrapé les épaules de Leila et les avait rapprochées de lui.

« Je te jure que je vais te rendre heureuse. Je veux que tu restes avec moi. »

Quand elle avait vu Serge si sérieux, elle avait douté un instant… mais finalement, elle l’avait repoussé de ses mains.

« Serge, arrête de plaisanter. De plus, tu es un fils de la maison Rault, tu comprends ? Nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre. »

« Et qu’est-ce que ça peut faire ? C’est la même chose avec Émile. Je suis seulement… »

Malheureusement, la porte s’ouvrit à nouveau et Ideal entra, interrompant leur discussion, et d’une voix enjouée, il déclara. « Cela fait un moment que je n’ai pas préparé de repas. Mais ne vous inquiétez pas, j’ai fait en sorte de bien conserver les ingrédients, donc tout est en parfait état. Bien qu’en fait, je puisse produire beaucoup de choses à l’intérieur de ce vaisseau, donc il y a plus qu’assez d’ingrédients ! … Mmh ? Est-ce que je suis arrivé au mauvais moment ? »

Ideal était revenu juste après que Leila ait rejeté la confession de Serge, mais grâce à cela, Leila avait pu changer de sujet.

Leila s’était éloignée de Serge, puis elle avait croisé les bras.

« Il ne s’est rien passé. »

Je ne comprends pas. Une intelligence artificielle peut-elle avoir des émotions ? pensa Leila, après avoir vu Ideal incapable de lire l’atmosphère.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire :

Laisser un commentaire