Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 1

♥♥♥

Chapitre 5 : Obtus

Partie 1

« Et alors, quoi ? Tu échanges des lettres avec Deirdre et Clarisse ? »

Cela s’était passé dans la capitale royale du royaume de Hohlfahrt.

C’est alors que nous avions emprunté une chambre dans le manoir du duc Redgrave pour y déguster un thé avec élégance.

En faisant quelque chose comme ça, je m’étais senti vraiment un noble, mais cela m’avait fait baisser ma garde.

« — Oui, » répondis-je.

Devant moi, il y avait Anjie dont le visage était devenu sans expression et une Livia souriante qui se tenait à côté d’elle.

« Léon, tu échangeais aussi des lettres avec la reine, n’est-ce pas ? Tu nous as même fait remettre ta lettre à Sa Majesté une fois, » déclara Livia.

« Oui, je l’ai fait, » répondis-je.

J’avais demandé à mes fiancées de remettre une lettre à une femme qui correspondait à mes critères.

Même sans y réfléchir sérieusement, c’était manifestement quelque chose de mal à faire, n’est-ce pas ?

Je m’amusais avec la pause thé jusqu’au milieu.

Mais j’avais baissé ma garde après avoir su que la raison pour laquelle elles étaient venues dans la République n’était qu’un malentendu.

À cause de cela, j’avais négligemment ouvert la bouche « Haha ~, j’étais agité à l’époque parce que je ne savais pas ce qui vous mettait en colère toutes les deux. »

Je suis stupide. Stupide, stupide idiot !

J’avais envoyé un regard à Luxon pour lui demander de l’aide.

Il semblerait que mon désir l’ait atteint. Luxon s’était mis à parler.

« J’espère que vous ne sous-estimerez pas le Maître. — Son crime ne s’arrête pas là, » déclara Luxon.

Après avoir entendu cela, leur regard sur moi était devenu encore plus froid.

J’avais attrapé Luxon à deux mains et je l’avais tiré près de mon visage.

« Qu’est-ce que tu as ? Hé, qu’est-ce que tu as ? Me détestes-tu vraiment à ce point ? Ce devrait être une scène où le cœur du maître et celui du serviteur sont connectés et où tu me soutiens ! » lui murmurai-je.

« Le Maître devrait réfléchir davantage sur lui-même. Que dirais-tu d’essayer de faire face à tes péchés, y compris tous ceux qui sont encore gardés dans l’obscurité ? — Mais il y a beaucoup de ces péchés non découverts, » déclara Luxon.

« Quels sont mes péchés ? » demandai-je.

« C’est un péché de ne même pas le savoir. De plus, je suis aussi stricte pour le bien du maître. Ne penses-tu pas que je suis vraiment un serviteur loyal ? » demanda Luxon.

Ne fais pas l’idiot.

Je n’ai jamais rien souhaité de tel de la part d’une IA.

Tu devrais me gâter davantage.

Et aussi, ce que je souhaite de ta part, c’est une excuse de fortune pour survivre dans cet endroit.

« Léon, et si tu nous disais tout ? Donne-nous tous les détails avant de retourner à Alzer, y compris tout ce que tu as caché, » déclara Anjie.

Livia m’avait serré le bras. « Léon, nous sommes également occupées, même s’il semble que nous ne le soyons plus. »

Oui, elles devraient être occupées.

Anjie était la médiatrice pour les étudiants de deuxième année, tandis que Livia était la médiatrice pour les étudiants boursiers.

Elles devaient être occupées par beaucoup de choses, même si c’était les vacances d’été.

« Mais, nous avons terminé presque tout notre travail à la première moitié des vacances d’été afin de pouvoir te rencontrer, Léon. C’est pourquoi — nous avons beaucoup de temps, alors ne t’inquiète pas, » déclara Anjie.

« Wôw ~, incroyable. Avez-vous peut-être fini vos devoirs de vacances d’été ? » demandai-je.

J’étais le genre d’individu qui, à la fin des vacances d’été, devenait sérieux pour finir ses devoirs.

L’homme devrait faire l’expérience de tester ses limites au moins une fois.

Mais Anjie et Livia étaient différentes.

« Ne t’inquiète pas. Nous les avons déjà terminés, à l’exception d’une petite partie, » déclara Anjie.

Livia avait également fait un signe de tête. « J’ai également terminé tout ce qui peut être terminé. »

Incroyable ! Quelqu’un comme moi n’avait toujours pas touché aux devoirs que l’académie d’Alzer m’avait assignés.

« Vous êtes toutes les deux étonnantes. Je vais faire infuser des feuilles de thé encore meilleures pour des femmes aussi étonnantes, » déclarai-je.

Anjie avait souri. « Tu n’as pas besoin de t’en préoccuper. Après tout, nous sommes tes fiancées. Si c’est du thé que tu nous as préparé, cela ne nous dérangera pas, même si tu utilises des feuilles de thé bon marché. »

J’avais été heureux de l’entendre, mais en bref, ses mots signifiaient « Nous ne te laisserons pas t’échapper », n’est-ce pas ?

Elle avait montré une attitude qui ne m’avait pas permis de m’en sortir.

Livia était aussi avec la même attitude. « C’est exact. C’est pourquoi, s’il te plaît, dis-nous tout sur ces autres péchés. »

— Et maintenant ?

Il y avait beaucoup de choses qui semblaient pouvoir être considérées comme des péchés. Je ne savais pas de laquelle je devais parler.

 

☆☆☆

Il y avait des servantes qui observaient la pause thé.

Il y avait aussi beaucoup de gens qui servaient Anjie dans le manoir du duc Redgrave dans la capitale.

Beaucoup de servantes étaient issues de familles de chevaliers et avaient reçu une éducation à l’académie.

Il y avait même parmi eux de véritables nobles de maison de comte, de vicomte et de baron.

Parmi ces personnes, il y avait aussi une femme qui s’occupait personnellement d’Anjie depuis qu’elle était petite.

Elle s’appelait Cordelia Fou Easton.

Elle avait actuellement 24 ans. Elle travaillait dans la maison ducale depuis qu’elle était petite pour apprendre les bonnes manières par l’apprentissage.

Son âge était trop éloigné d’Anjie et elle ne pouvait pas fréquenter l’académie avec elle comme ses partisans, mais elle faisait partie des personnes qui la servaient depuis longtemps.

Cordelia regardait dans la pièce avec une expression qui ressemblait à un masque de nô.

« Cet homme — même s’il a déjà Lady Anjelica, il ne pose pas seulement la main sur des femmes à l’étranger, mais aussi sur d’autres femmes dans ce pays, » déclara Cordelia.

Les autres servantes étaient troublées.

« Mademoiselle Cordelia, s’il te plaît, calme-toi. »

L’expression de son masque de nô était devenue celle d’un démon furieux.

« Comment puis-je être calme dans cette situation ? Savez-vous l’horreur du traitement qu’a subi Lady Anjelica à cause de cette sorcière nommée Marie ? Cette femme a volé ce prince idiot qui était autrefois le prince héritier et lui a même fait honte en public ! » déclara Cordelia.

« Dire que c’est un prince idiot, c’est un peu trop, ce n’est pas — ce n’est rien. »

Les servantes s’étaient tues devant la fureur de Cordelia.

« Lady Anjelica craint vraiment que son fiancé ne la trompe. Et pourtant, même s’il le comprend, faire quelque chose comme tricher…, » déclara Cordelia.

« E-err, il a été mentionné qu’il ne trichait pas, » déclara une autre servante.

« Le problème, c’est qu’il fait des choses qui le mettent en doute ! » déclara Cordelia.

L’année dernière, les fiançailles d’Anjie avec Julian avaient été rompues.

La raison de l’annulation était quelque chose de tout à fait impardonnable. Même la famille Redgrave se sentait mécontente de la famille royale.

Ce qui avait contrarié Cordelia, c’est que les partisans d’Anjie l’avaient également trahie.

« Lady Anjelica était vraiment déprimée parce que les personnes qui l’entouraient l’ont également trahie. Même si cet homme le sait, le fait qu’il ose tricher aussi tôt dans leurs fiançailles est impardonnable ! » s’écria Cordelia.

Les servantes autour d’elle pensaient qu’elle exagérait, mais, lorsqu’elles avaient pensé à la dureté des choses pour Anjie l’année dernière, elles s’étaient également énervées contre Léon.

Cependant, après la guerre avec l’ancienne principauté de Fanoss l’année dernière, la plupart des maisons qui avaient trahi la maison ducale avaient été punies.

Il en avait été de même avec les étudiants de l’académie qui avaient trahi Anjie.

À cause de cela, le nombre de bonnes de classe était également très faible.

Mettant de côté l’état intérieur de la maison du duc, Cordelia pensait qu’elle devait prendre une sorte de contre-mesure à l’égard de Léon.

« Quelqu’un devrait être placé à la République pour veiller sur lui, » déclara Cordelia.

 

☆☆☆

En ce moment, l’affaire concernant Léon devenait également un problème à la maison Baltfault.

Nix, qui avait obtenu son diplôme de l’académie, était en train d’étudier sous les ordres de Barkas, son père, afin de devenir un seigneur féodal.

Et ce Nix s’inquiétait.

« Père, est-ce qu’on peut ignorer cela ? Ce Léon, nous ne savons pas ce qu’il va faire, » déclara Nix.

Barkas transpirait nerveusement.

Si l’histoire qu’il avait entendue de Léon sur ce qui s’était passé à la République était vraie, il semblerait qu’il ait choisi de se battre contre une maison importante de noble.

Et pas seulement cela — .

« Je ne peux pas faire face au duc Redgrave comme ça, » déclara son père.

— Il était également soupçonné d’adultère.

La personne elle-même le niait, Anjelica et Livia l’acceptaient également.

Mais, il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir mal à l’aise.

Après tout, c’était de Léon qu’ils parlaient.

Nix était en pleine crise.

« Je ne pense pas que Léon va tricher. Ce type est après tout une vraie mauviette quand il s’agit de femmes, » déclara Nix.

Barkas avait regardé froidement Nix qui disait cela. « Tu es aussi comme lui. Tu n’as pas trouvé de conjointe bien que tu sois diplômé de l’académie, n’est-ce pas ? »

« J’ai une circonstance particulière ! D’ailleurs, je n’aurais jamais imaginé que le grand frère Lud — pardon, je veux dire Ludward serait déshérité ! » déclara Nix.

Il y avait eu des circonstances du côté de Nix.

« Revenons au sujet. Je pense que si c’est Léon, alors il ne trichera pas. Je crois en lui, mais — ce type, devrais-je dire qu’il est étrangement aimé des femmes — il est étrangement populaire auprès d’un certain type de femmes, » déclara Nix.

Il n’y avait pas qu’Anjie et Livia.

Léon était également proche de dames nobles comme Clarisse et Deirdre.

Barkas s’était couvert le visage avec ses deux mains. « Ne le dis pas. Je ne veux pas me le rappeler. Mon estomac avait l’impression qu’on l’avait coupé. Quelqu’un comme le Premier ministre Bernard me demandait “Que pensez-vous de ma fille ?”. Le Premier ministre lui-même, tu saisis ? »

Même Barkas serait troublé si quelqu’un qui était bien plus haut que lui, comme s’il était au-dessus des nuages, lui apportait une discussion de mariage.

La maison Baltfault n’était qu’une famille de barons située à la campagne.

« Père, qu’allons-nous faire si la même chose arrive à Léon en Alzer ? Ne penses-tu pas que cela deviendra vraiment gênant si une femme noble de là-bas s’approche de lui ? De plus, ce type est aussi un homme — la possibilité qu’il triche n’est pas nulle, » déclara Nix.

Si cela se produisait, ils ne savaient pas ce que ferait la maison de Redgrave.

La seule chose que Nix et Barkas pourraient faire dans ce cas serait de s’excuser pour la mauvaise conduite du membre de leur famille.

La mère de Léon, Luce était arrivée alors que les deux hommes étaient dans un état d’esprit aussi déprimant.

« C’est pathétique pour deux hommes de regarder en bas comme ça ensemble, » déclara Luce.

« Même si tu dis cela, c’est un gros problème, » déclara Barkas.

« Dans ce cas, nous devrions également préparer quelqu’un pour le chaperonner là-bas, » demanda Luce.

« Chaperonner ? » demanda Barkas.

Barkas pencha la tête, la bonne Yumeria entra alors dans la pièce.

Elle ressemblait à une jeune fille, mais de gros objets pendaient de sa poitrine.

C’était une femme elfique et elle était plus âgée que n’importe qui ici.

Mais elle avait été traitée comme une personne plus jeune en raison de son apparence et de sa conduite.

« E-excusez-moi ! Je veux me porter volontaire ! » déclara Yumeria.

 

 

Nix avait l’air troublé. « Non, je sais que Yumeria est une travailleuse acharnée, mais être un chaperon signifie veiller sur Léon là-bas. Je ne pense pas que Yumeria puisse — aïe ! »

Luce avait frappé Nix à la tête. Elle lui avait expliqué d’une petite voix.

« Tu es stupide, mon fils, » déclara Luce. « L’enfant de cette fille est à la République, n’est-ce pas ? Elle est toujours inquiète pour lui, alors permettons-lui de le rencontrer tout en lui faisant prendre soin de Léon. »

Nix avait compris après avoir entendu cela.

Yumeria avait un fils nommé Kyle.

En ce moment, ce fils s’occupait de Marie. Il vivait loin d’ici.

« Je comprends. C’est donc comme ça. Alors je suppose que nous devrions laisser Yumeria monter à bord du navire de Léon, » déclara Nix.

Barkas avait également fait un signe de tête.

Cette décision était simplement la bonne intention de trois membres de la famille de Léon de laisser Yumeria travailler près de son fils.

— Oui, cette décision est née de bonnes intentions.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. ... Je ne sais pas pourquoi mais il va y avoir un nouveau quiproquo avec Yumeria:Kyle qui va s'énerver, les 3 familles vont être dans la mouise et Léon qui clame son innocence.

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire