Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 4 – Chapitre 8

♥♥♥

Chapitre 8 : La pousse de l’arbre sacré

♥♥♥

Chapitre 8 : La pousse de l’arbre sacré

Partie 1

Au palais du royaume de Hohlfahrt.

Le roi du pays Roland y buvait élégamment du thé.

« Le goût du thé qui est bu lorsque les gens autour de moi travaillent dur est spécial. »

Il faisait une déclaration crasseuse avec un sourire radieux pendant que la lumière du soleil le douchait par la fenêtre.

« Comme d’habitude, tu es une ordure, » répliqua Milaine.

Roland répondit à la remarque de Milaine par une réaction exagérée. « En effet, c’est exactement ce que tu dis. C’est triste à quel point je suis inutile. Au fait, as-tu fini ton travail ? »

Il avait dit qu’il était triste, mais qu’il était joyeux à l’intérieur.

C’était l’homme nommé Roland.

C’était le roi des racailles qui était en relation de haine avec Léon et qui échangeait beaucoup de coups entre eux à l’intérieur des limites permises.

« Il y a une lettre de Léon qui étudie à l’étranger. Anjie est venue me la remettre directement parce qu’il parlait d’une affaire urgente. Il y a aussi une lettre pour toi, » déclara Milaine.

« De ce morveux ? De toute façon, elle sera remplie de dénigrement à mon égard. Je ne veux pas le lire, alors tu la lis et tu me dis ce qu’il dit. Ah, c’est vrai. Dis-moi s’il y a un mot insultant. Je l’enverrai à la potence avec cette justification, » déclara Roland.

Milaine regarda froidement Roland après qu’il ait plaisanté comme ça.

« C’est peut-être toi qui seras envoyé à la potence, » répliqua Milaine.

« Tout se passera bien. Ce gosse est trop naïf. Il n’ira pas jusqu’à m’envoyer à la potence, » répliqua Roland.

Peut-être qu’ils étaient tous les deux des oiseaux du même plumage avec la façon dont il était capable de prédire complètement Léon comme ça.

« Bon sang —, » s’exclama Milaine.

Milaine brisa le sceau et lut la lettre. Son expression était devenue sérieuse pendant qu’elle lisait.

« Alors ? C’est une question triviale, comme je l’ai dit, n’est-ce pas ? Évidemment, ce morveux a trop de temps libre sous la main, c’est pourquoi il a préparé cette lettre pour se moquer de moi, » déclara Roland.

Roland avait décidé unilatéralement de l’objet de la lettre, mais les paroles suivantes de Milaine l’avaient immédiatement mis en détresse.

« Mon cher, la lettre dit qu’il y a un différend grave avec la maison Faiviel des six grands nobles, » annonça Milaine.

« Quoi !? »

Roland se leva de sa chaise et renversa le thé. Même pendant qu’il criait « Brûlant ! », il arracha la lettre à Milaine et en lut le contenu.

« À mon roi bien-aimé, y a-t-il là une maladie qui afflige Votre Majesté ? Quant à moi, je suis en très bonne santé et je prie tous les jours pour que Votre Majesté soit en mauvaise santé. Maintenant, mon but en envoyant cette lettre est de mentionner que le deuxième fils de la maison Faiviel, Pierre, s’est battu contre moi. Et donc je pense répliquer jusqu’à ce qu’il ne soit plus. Cependant, je pense que cela causera divers problèmes plus tard, alors s’il vous plaît, veuillez vous charger de faire face aux conséquences. »

La main de Roland qui tenait la lettre tremblait.

« Ce sale gosse de merde ! Qu’est-ce qu’il fout là ! » s’écria le roi.

La lettre se poursuivait ainsi.

« PS J’ai reçu une lettre de Votre Majesté qui mentionnait ceci “Veuillez vous charger des questions gênantes”, et je m’occuperai donc d’une manière appropriée de la République d’Alzer qui est gênante. S’il vous plaît, prenez soin de la suite (lol). Par l’acompte qui est plus que votre majesté mérite. »

Roland avait déchiré la lettre en morceaux.

« Ce morveuuuuxxx !! Je l’enverrai à la potence pour de vrai ! — Milaine, rassemble les officiels importants immédiatement ! Ensuite, il faut envoyer des gens à la République pour enquêter sur la situation. Ce sera un désastre si nous n’arrêtons pas ça — oh, pourquoi ton visage est-il rouge ? » demanda Roland.

« Hein ? » s’exclama Milaine

Milaine avait été choquée par le contenu de la lettre de Roland, alors elle avait lu la lettre qui lui avait été adressée. Cela lui avait fait rougir les joues.

Elle avait caché la lettre de Léon afin que Roland ne puisse pas la lire.

« C’est… c’est un secret, » Milaine avait dit ça avec timidité.

Roland s’était senti choqué en voyant ça. « Secret ? C’est mignon, mais si tu regardais ton âge avant de dire ça ? — ! »

Roland qui parlait honnêtement de ses sentiments s’était fait gifler.

***

Nous étions enfin arrivés au donjon d’Alzer !

Nous étions dans une grotte, mais l’environnement ici était vraiment étrange.

Il y avait de la mousse qui poussait sur le sol et les murs. Il y avait des trous au plafond où la lumière brillait.

L’intérieur de la grotte était devenu un labyrinthe où poussaient naturellement des plantes jamais vues auparavant.

Il y avait aussi des plantes aux pétales de fleurs arrondis qui émettaient une lumière chaude.

Le donjon donnait ici une impression différente de celle du donjon du Royaume de Hohlfahrt. C’était comme si on était dans une forêt.

Dans un tel endroit, nous étions — .

« Cela arrive tout de suite. De l’avant, distance 300 ! Six individus ! » déclarai-je.

— J’avais mis l’appareil dans ma poche et j’avais préparé mon fusil de chasse, mais Jilk était passé devant moi.

« Permets-moi de les retenir, » déclara Jilk.

Il avait pointé son fusil et avait tiré sur les monstres qui se dirigeaient vers nous.

C’était un fusil à verrou. Il avait éjecté la cartouche de la balle, puis il avait chargé la balle suivante et il avait visé.

Il avait regardé dans la lunette du fusil et avait tiré sur la cible suivante.

« Jilk, laisse-nous-en un peu ! » s’exclama Julian.

Julian s’était avancé. Chris ne voulait pas non plus qu’on le laisse derrière.

« Laisse-moi m’en occuper. Votre Altesse, recule, s’il te plaît, » déclara Chris.

Les ennemis ressemblaient à des mille-pattes. Ils avaient réduit la distance entre nous en rampant sur le mur et le plafond vers nous.

J’avais changé de position pour que ma ligne de tir ne soit pas gênée par les deux individus qui s’étaient avancés et avaient observé la bataille.

Julian avait tranché un monstre qui l’avait attaqué depuis le plafond alors qu’il était encore dans les airs. Le monstre avait immédiatement dégagé de la fumée noire lorsqu’il était tombé par terre et avait disparu.

Pendant ce temps, Chris avait abattu trois monstres.

— Ces types deviennent de plus en plus surhumains.

« Bon, faisons une petite pause après avoir confirmé la sécurité de cette zone, » déclarai-je.

J’avais sorti mon appareil et vérifié la carte. La distance jusqu’à ce que nous atteignions notre objectif était encore très longue.

Monsieur Narcisse avait applaudi notre performance.

« C’était incroyable. J’ai entendu dire que le royaume est la demeure des aventuriers, mais cela a dépassé mon imagination. Même les monstres que nous avons eus là ne devraient pas être faibles, mais vous vous en êtes occupés comme si ce n’était pas grand-chose, » déclara Monsieur Narcisse.

Julian qui n’en avait vaincu qu’un seul avait montré sa confiance sans raison.

« Ce n’était pas grand-chose. Nous pouvons nous charger d’ennemis de ce niveau même s’ils sont au nombre de dix ou vingt, » déclara Julian.

Non, je m’enfuirais s’il y en avait autant.

« Je vois. Alors tu les combattras seul si ça arrive. Je m’enfuirai à ce moment-là, » déclarai-je.

« Baltfault, tu es vraiment un homme désagréable, » déclara Julian.

« Es-tu un idiot ? S’il y a un endroit où il y en a vingt, alors tu tends un piège et tu les y attires, » déclarai-je.

Monsieur Narcisse avait l’air découragé par ma remarque. « Ne faites pas de piège dans ce donjon. Il y a une ruine importante qui sommeille ici, et c’est aussi près de l’arbre sacré. »

Parfois, nous trouvions un endroit où une racine de l’arbre sacré jaillissait à l’intérieur de la grotte.

Lorsque la racine était vraiment grande, alors elle ressemblait à un mur — ce donjon était vraiment incroyable.

Les yeux de Julian brillaient d’excitation.

« Une ruine importante ? Baltfault, peut-on y jeter un coup d’œil ? » demanda Julian.

Les lunettes de Chris brillaient aussi mystérieusement. « Greg n’a vraiment pas de chance. Il ne peut pas avoir d’aventure dans ce genre de donjon et il doit rester derrière. »

Mais Jilk semblait un peu insatisfait de cela. « Mais il fait maintenant des choses seul avec Marie en échange. »

Ces gars, qu’est-ce qu’ils ont aimé chez Marie ?

Monsieur Narcisse avait été ému d’entendre ça. « Comme je pense que les jeunes hommes du royaume sont grands. Vous vous intéressez tous à l’archéologie et vous êtes tous des aventuriers compétents sur lesquels on peut compter dans un donjon. »

— Cette personne, il se méprend sur ces gars.

« Monsieur Narcisse, pensez-vous qu’ils s’intéressent à l’archéologie ? » demandai-je.

« N’est-ce pas le cas ? » demanda Monsieur Narcisse.

« Tout le monde ici est sauvage avec moi comme exception, » déclarai-je.

Julian m’avait regardé fixement après que j’ai dit ça.

« C’est malpoli ! » s’exclama Julian.

« Est-ce le cas ? Réponds-moi, Julian. Que feras-tu si tu trouves une porte qui bloque ton chemin alors que tu sais qu’il y a un trésor derrière elle ? Supposons que la porte fait également partie de la ruine et a une valeur historique, » lui demandai-je.

« C’est facile, je vais détruire la porte et prendre le trésor ! » déclara Julian.

Monsieur Narcisse avait crié face à cette réponse. « Attendez ! La porte fait également partie de la ruine, vous savez !? »

C’est Jilk qui avait donné un suivi à Julian qui riait. « Ne vous inquiétez pas, s’il vous plaît. Dans une telle situation, j’utiliserai des explosifs pour faire sauter la porte proprement de ses charnières. Et ça n’endommagera pas l’autre partie de la ruine. »

« Non, dès le début, il ne faut pas du tout utiliser d’explosifs ! » s’écria Monsieur Narcisse.

Chris secoua la tête avec exaspération et commença à parler comme s’il était différent de ces deux-là. « Votre Altesse et Jilk sont trop extrêmes. Il suffit de détruire la serrure pour ouvrir la porte. »

Il semblait que même Monsieur Narcisse pouvait manquer de patience. « Ne pensez même pas à la détruire ! Même le trésor est aussi un précieux matériel de recherche. Pourquoi vous concentrez-vous tous sur l’idée d’emporter le trésor ? »

Les trois avaient fait un « Hein ? » avec des visages choqués. Je les avais regardés et j’avais ri.

« Vous comprenez, professeur ? Ces types sont des sauvages, » déclarai-je.

« Alors, que feriez-vous si c’est vous, comte Baltfault ? » Jilk me l’avait demandé.

Je leur avais dit. « Je suis différent de vous, les gars ».

J’avais vu Monsieur Narcisse hocher la tête en disant. « Léon, je sais que vous avez compris. »

« Il est évident qu’il faut n’emporter que le trésor à l’intérieur sans détruire la porte pour ne laisser aucune preuve, » déclarai-je.

Julian, Jilk et Chris avaient ri après avoir entendu ça.

« Tu nous as eus ! » s’exclama Julian.

« En effet, » déclara Jilk.

« Hmm, c’est vraiment la meilleure façon, » déclara Chris.

Vraiment, c’était difficile quand on a affaire à des idiots.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Monsieur Narcisse ? Pourquoi vous accroupissez-vous et vous tenez-vous la tête comme ça ? » demandai-je.

Monsieur Narcisse marmonna. « Léon, vous êtes le plus horrible ici. »

Est-ce que c’est le cas ?

J’avais incliné la tête avec perplexité. Julian secoua la tête en voyant ma réaction et il me dit. « Baltfault, il veut dire que tu es plus sauvage que nous — ou peut-être devrais-je dire plus imprudent que nous. »

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Un aventurier normal ne défiera pas un donjon seul afin d’obtenir un artefact disparu, » déclara Jilk.

Jilk avait parlé de mon exploit en riant. Monsieur Narcisse avait levé la tête en entendant ça.

« Vous avez dit “artefact disparu” ? Léon, se pourrait-il que vous ayez d’autres artefacts disparus ? » demanda Monsieur Narcisse.

Chris croisa les bras et hocha la tête à plusieurs reprises. « Vous voulez dire Partenaire. C’était un bon vaisseau. »

« C’était… ? Eh, attendez. S’est-il passé quelque chose ? » demanda Monsieur Narcisse.

Voir Chris pousser la cruelle réalité vers Monsieur Narcisse m’avait fait ressentir de la pitié pour lui.

« Ça s’est passé à la guerre, » déclara Chris.

« Pourquoi !? Pourquoi avez-vous utilisé un artefact disparu précieux à la guerre ? Comprenez-vous à quel point il est précieux sur le plan archéologique ? Avant même d’en parler, comment pouvez-vous parler de sa destruction comme ça ? Léon, expliquez-moi en détail ce qui s’est passé ! »

Un trésor précieux de l’humanité était — ! Monsieur Narcisse se lamentait dans son chagrin. Le voir ainsi m’avait rendu incapable de dire que Partenaire avait été récupéré et maintenant il était en pleine réparation ou comment il n’avait aucune valeur archéologique puisqu’il n’avait été construit que récemment.

Alors j’avais ri pour le faire passer sous silence. « Hahahaha ! — Maintenant, la pause est terminée. Allons plus loin. »

« — Les gens de Hohlfahrt sont horribles, » murmura Monsieur Narcisse.

Ce n’était pas convaincant quand c’était quelqu’un de la République qui l’avait dit.

♥♥♥

Partie 2

À peu près à ce moment-là.

Greg qui était resté au manoir était venu à la bibliothèque avec Marie.

Il était resté comme garde du corps de Marie, mais comme prévu, il regrettait d’avoir manqué l’occasion de défier un donjon.

« Haa — je voulais aussi aller avec eux. Pourquoi dois-je rester derrière ? S’il apporte déjà ces trois-là, il devrait m’amener aussi, » déclara Greg.

Greg disait cela à l’intérieur de la bibliothèque silencieuse tout en feuilletant les pages d’un livre en raison de l’ennui.

Puis Marie lui avait posé une question. « Greg, que signifie ce mot ? »

Marie lisait des livres écrits dans la langue de la République. Elle cherchait dans le dictionnaire si elle trouvait un mot qu’elle ne comprenait pas.

Mais, parfois, il y avait aussi un terme technique qu’il serait trop difficile de comprendre en utilisant uniquement le dictionnaire.

Même Greg était un ancien héritier d’une famille de noble.

Il avait reçu la meilleure éducation depuis son enfance et il connaissait aussi la langue de la République.

« Ah, ça veut dire ~ ~ ~, » répondit Greg.

Marie l’avait remercié après qu’il lui ait appris. « Je te remercie. »

« Marie, tu continues toujours ? J’ai même entendu dire que récemment tu ne dors pas beaucoup. Cara et Kyle sont inquiets, tu sais ? » déclara Greg.

Marie avait renvoyé le regard de Greg, inquiet, vers le livre. On aurait dit qu’elle n’avait pas l’intention de faire une pause.

« Ce n’est pas assez avec juste ça. Je dois beaucoup plus enquêter, » déclara Marie.

Marie travaillait très fort depuis le jour où Brad avait été grièvement blessé.

En voyant ça, Greg s’était dit. Je ne peux pas être le seul à pourrir inutilement comme ça. Je suppose que je vais donner un coup de main, pour le bien de Marie, et aussi pour la vengeance de Brad.

C’est ainsi que Greg avait commencé à soutenir de façon proactive les efforts de Marie.

***

Dans le donjon.

Le chemin qui avait été montré par l’écran de mon appareil avait été bloqué par une racine d’arbre qui ressemblait à une falaise.

C’était si grand qu’on devait lever les yeux. Ça avait l’air difficile à escalader.

« Il vaut mieux faire un détour plutôt que de grimper, » Monsieur Narcisse avait levé les yeux vers la falaise et avait recommandé de prendre une autre route.

Mais cela prendrait trop de temps.

J’avais tourné mon regard vers Chris. Il semblait deviner ce que je voulais dire.

« On dirait que c’est mon tour, » annonça Chris.

Chris posa son sac à dos et en sortit divers outils, dont une corde.

« Alors, j’y vais ! » déclara Chris.

« Fais de ton mieux ~. »

Chris avait commencé à grimper la falaise tout seul avec le sourire. Je l’avais encouragé.

La réaction de Monsieur Narcisse était passée de la surprise à l’exaspération en voyant Chris faire cela. « Vous pouvez tout faire. »

Julian avait agi comme si c’était naturel. « Quelque chose comme ça est une compétence indispensable pour nous. Même moi et Baltfault pouvons le faire. »

Ce prince inutile, pourquoi me prend-il comme comparaison ?

J’avais demandé à Monsieur Narcisse. « Les étudiants de l’académie ne peuvent-ils pas faire ça ? »

« L’orientation de notre politique d’éducation est différente de celle du royaume, donc vous ne pouvez pas les comparer en utilisant un tel standard. Les étudiants d’Alzer ne sont pas aussi forts que vous quatre. Eh bien, je pense que les étudiants qui peuvent vous suivre vous quatre peuvent être comptés d’une seule main, » répondit Monsieur Narcisse.

Chris avait atteint le sommet pendant que nous parlions et avait agité la main vers nous.

Il semblait qu’il n’y avait aucun danger.

« Venez, montons aussi, » déclarai-je.

Notre distance jusqu’à notre destination avait été considérablement réduite en escaladant cette falaise.

Mais comme prévu, c’était difficile d’obtenir un élément clé.

« Il y a beaucoup de monstres, » j’avais murmuré cela en regardant mon appareil.

Jilk avait aussi regardé l’écran. « Peux-tu voir la position de l’ennemi avec ça ? Depuis quand as-tu ce genre d’outil ? »

« Je l’ai eue il y a peu de temps, » répondis-je.

« Vraiment ? Et le petit vaisseau qu’on a utilisé pour venir ici ? Depuis quand as-tu réussi à obtenir quelque chose comme ça ? » demanda Jilk.

« Je l’ai utilisé une fois avant que l’Einhorn se fasse voler. J’ai eu de la chance de ne pas l’avoir encore rendu, » répondis-je.

Je donnais des réponses vagues tout en choisissant un endroit pour installer un piège.

« Il y a beaucoup d’ennemis, alors tendons un piège, » annonçai-je.

« Donc vous utiliserez toujours le piège. N’oubliez pas de l’enlever correctement après cela. » Monsieur Narcisse avait abandonné.

J’avais immédiatement cherché un endroit où il serait avantageux d’affronter beaucoup d’ennemis et y dresser un piège.

Il s’agissait de Jilk qui s’était spécialisé dans ce genre de méthode sournoise.

« Penses-tu peut-être à quelque chose de honteux à mon sujet ? » demanda Jilk.

Jilk me fixait du regard pendant que je préparais le piège, mais je n’avais pas été facile avec ce type qui avait commis quelque chose dont il devait se sentir coupable.

« Je pense juste que ce travail correspond parfaitement à ta personnalité. Ton habileté à poser une bombe en utilisant ma grande sœur était merveilleuse, » déclarai-je.

« Kuh ! — Je ne peux rien répondre à ça, » répliqua Jilk.

« Allez, mettons ça en place rapidement, » déclarai-je.

Après avoir installé le piège, nous devions décider qui serait l’appât.

J’avais donc posé ma main sur l’épaule de Julian.

« Julian, j’ai un travail qui ne peut être fait que par toi, » déclarai-je.

« Baltfault, donc tu as finalement reconnu ma valeur. Dis-moi n’importe quoi. Je vais te montrer comment le faire parfaitement, » déclara Julian.

Bon à savoir — Julian, tu allais te rendre utile pour moi aussi.

***

« BaltfaultTTTTTTT ! JE N’OUBLIERAI JAMAIS ÇA !! » cria Julian.

Julian courait dans le donjon. Il avait pointé son arme de poing derrière lui et avait tiré.

Un de ses coups de feu avait transpercé la tête d’un monstre et il s’était transformé en fumée noire.

Mais le nombre de monstres qui l’attaquait était plus important qu’une centaine.

Ce serait plus difficile à manquer dans cette situation. Julian courait désespérément vers l’emplacement du piège.

Il courait sur le sol entièrement recouvert de mousse. Il faisait attention à ne pas trébucher sur les racines des arbres qui apparaissaient parfois.

Il fuyait les monstres en se souvenant du visage de Léon.

« Comme je le pensais, c’était une erreur de faire confiance à ce type ! » s’écria Julian.

Il n’avait jamais imaginé qu’il serait utilisé comme appât.

Il entendit la voix de Jilk quand il arriva enfin au point de rencontre. « Votre Altesse, n’arrête pas de courir et cours plus loin ! »

Jilk avait utilisé son fusil pour tirer à travers un gros monstre chenille qui avait sauté vers Julian. Elle s’était transformée en fumée noire et avait disparu.

Julian avait fait ce qu’on lui avait dit et s’était enfui jusqu’à un endroit précis. Léon l’attendait là-bas.

« Tu as fait du bon travail, prince, » déclara Léon.

Léon tenait son fusil de chasse. Un cercle magique flottait devant la bouche de son canon.

Julian n’avait pas arrêté de courir jusqu’à ce qu’il le croise. Léon avait appuyé sur la détente après que Julian ait traversé.

« Allez, explose ! » s’écria Léon.

Quand la balle du fusil de chasse avait franchi le cercle magique, elle avait attaqué les monstres avec une traînée de lumière derrière elle.

La balle qui avait été renforcée par un élément d’éclair avait pénétré à travers de nombreux monstres et les avait emportés.

Julian s’assit sur place en respirant fort. Il avait regardé derrière lui.

« De la magie de haute difficulté ? Baltfault, quand l’as-tu appris ? » demanda Julian.

Léon répondit à sa question sans le regarder. « J’apprends juste les sorts magiques pratiques. Je ne peux pas utiliser d’autre magie difficile que celle-ci. »

Léon venait d’utiliser une magie qui ne pouvait être utilisée que par Brad parmi eux.

En voyant cela, Julian s’était mis à réfléchir. Ce type, ne sera-t-il pas plus incroyable que nous s’il fait un effort sérieux ?

Parce que Léon n’avait pas la motivation, ses notes étaient toujours légèrement au-dessus de la moyenne.

Mais s’il devenait sérieux, n’obtiendrait-il pas une note égale — non, un résultat encore meilleur qu’eux ?

Julian pensait cela, mais il avait essuyé sa sueur et avait continué à réfléchir en se levant. Non, dans le cas de ce type, il donne la priorité au résultat plutôt qu’à sa propre force.

Il avait exploré un donjon seul et avait obtenu un artefact disparu.

Il avait joué un rôle actif dans la guerre contre la principauté et avait obtenu un grand résultat.

Ce qui était étonnant chez Léon, c’était plus ce résultat que sa propre force. Julian en était convaincu.

Il est du genre à réduire ses efforts tout en obtenant le meilleur résultat.

Puis l’espace dégagé qu’il traversait avait explosé et de la fumée grise avait soufflé vers eux.

Les alentours avaient été couverts de fumée.

Il avait entendu la voix de Léon. « Bon, c’est fini. Le prochain sera l’événement principal. »

***

Quand nous étions arrivés à destination, c’était le seul endroit où il y avait beaucoup d’espace.

Il y avait un grand trou au plafond même si nous étions dans un donjon. Le soleil brillait de là.

C’était un endroit merveilleux. Un très gros morceau de pierres et de métaux magiques émergeait du sol.

Ces trésors étincelaient de reflets de lumière. Plus profondément à l’intérieur de l’endroit se trouvait — un monstre très grand et poilu.

Il avait les caractéristiques de plusieurs animaux. Son nez ressemblait à celui d’un éléphant.

De grosses cornes poussaient des deux côtés de son front.

Même s’il était poilu, sa queue ressemblait à celle d’un lézard. Quand le monstre se leva, il y avait des griffes acérées sur ses grandes mains.

Monsieur Narcisse avait crié dès qu’il a vu le monstre. « La Chimère — pourquoi quelque chose comme ça se trouve ici ? Ne me dites rien ! »

Monsieur Narcisse s’excitait tout seul. Il déclara. « Un endroit avec un nombre anormal de monstres. Et puis l’apparition d’un monstre gênant — je vois, est-ce que ça pourrait être cet endroit — ! » mais je l’avais naturellement ignoré.

J’avais immédiatement donné des instructions à tout le monde. « Professeur, reculez, s’il vous plaît. Julian et Chris, vous êtes à l’avant-garde. Jilk, tu les soutiens en tirant. »

Jilk m’avait regardé avec une grenade à la main. « Oh, Comte Baltfault, tu prévois juste de regarder ? »

« Ne sois pas stupide. Je vais faire le tour pour me retrouver derrière lui et l’ennuyer depuis un endroit sûr ! » répondis-je.

J’avais commencé à courir. Julian et Chris avaient également suivi.

Quand la chimère nous avait détectés, elle avait levé les yeux et avait rugi. Le volume de sa voix faisait mal aux oreilles.

Celui qui avait attaqué en premier était Jilk. Il n’avait même pas attendu qu’elle ait fini son rugissement.

« Que penses-tu de ça ! » s’écria Jilk.

La grenade qu’il lança produisit une flamme qui enveloppa la chimère. Cependant, elle ne semblait pas être incommodée même lorsque ses poils prirent feu. Elle s’était avancée et avait attaqué Julian et Chris.

Elle posa ses pattes sur le sol pour courir sur quatre membres et attaqua avec ses cornes pour embrocher Julian.

« Donc tu me vises ! Je louerai ton courage ! » déclara Julian.

Julian poignarda l’épée qu’il tenait dans la main dans le sol et forma un cercle magique devant lui. La forme du cercle magique était comme celle d’un bouclier, et en effet, il bloqua la charge de la chimère tout comme sa forme le suggérait.

La chimère avait rebondi après la collision. Chris attaqua ainsi en utilisant cette occasion.

« SEYAAAAAAA ! »

Il balança son épée avec ses deux mains en utilisant toutes ses forces. Une blessure profonde avait été infligée à la chimère.

La lame brillait. On aurait dit qu’elle laissait derrière elle une traînée de lumière dans la trajectoire de l’épée.

Monsieur Narcisse avait alors crié. « Faites attention ! Cette chose a une grande capacité de régénération ! »

C’est exactement ce qu’il avait dit. La blessure de la chimère s’était régénérée, mais…

« Vise ses yeux, » ordonnai-je.

J’avais tourné en rond afin d’être derrière elle et j’avais tiré avec mon fusil de chasse tout en donnant des instructions à Jilk.

« Ne me demande pas ça comme si c’était facile, » répondit Jilk.

Même s’il avait dit ça, Jilk avait fait exploser l’un des yeux de la chimère avec son fusil.

D’habitude, ce type était une ordure, mais sa force, c’était de la vraie force.

« Chris ! Attaque en tenaille avec moi ! » ordonna Julian.

« Laisse-moi m’en occuper, » répondit Chris.

Pendant qu’ils attaquaient tous les deux les membres de la chimère, j’avais visé et appuyé sur la détente de mon fusil de chasse.

Le sang avait jailli de la tête du monstre, mais il me regarda avec son œil régénéré.

« Hey ! »

Quand je l’avais salué ainsi, elle avait hurlé et s’était précipitée vers moi.

J’avais immédiatement pris mon appareil de la main gauche et j’avais touché l’écran que j’avais préparé. Cela avait déployé un cercle magique autour de moi.

« Mec, ce truc est vraiment pratique ! »

La chimère s’était écrasée sur un mur invisible et était tombée sur le sol. Jilk avait lancé une grenade à ce moment-là.

Ces types étaient impitoyables.

Mais quand la fumée s’était dissipée, la chimère était encore en bonne santé.

Elle régénérait son bras qui avait été emporté par le vent. Julian et les autres étudiants avec moi m’avaient demandé des instructions après avoir vu ça.

« Baltfault, on ne pourra pas le vaincre comme ça. »

« Ne t’inquiète pas. J’ai un atout avec moi, » répondis-je.

J’avais chargé mon fusil de chasse avec une balle magique spécialement fabriquée et j’avais pompé le fusil avant de dire à tout le monde de reculer.

« Tout le monde s’en va ! » criai-je.

J’avais appuyé sur la détente après avoir confirmé que Julian et Chris avaient pris assez de distance. La balle avait touché la chimère — et avait emporté le haut de son corps.

La chimère qui avait perdu la partie supérieure de son corps avait généré beaucoup de fumée noire et avait disparu.

La fumée noire couvrait toute la pièce, mais quelque chose brillait dans la partie la plus profonde de la pièce.

Cette faible lumière était de couleur verdâtre. La fumée noire était aspirée vers elle.

Lorsque la fumée disparut de l’environnement, il y avait un seul jeune arbre.

J’avais regardé ce jeune arbre et j’avais appuyé le fusil sur mon épaule.

« C’est sans aucun doute la “pousse de l’arbre sacré”, hein, » déclarai-je.

Ce jeune arbre scintillait d’un rayonnement sublime de la lumière du soleil qui jaillissait du plafond. C’était l’élément clé du deuxième jeu, la pousse de l’arbre sacré.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire