Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 1 : République d’Alzer

Partie 2

Le hangar d’Einhorn.

Un capitaine d’âge mûr en uniforme militaire y était entré.

Il portait des médailles en quantité excessive sur sa poitrine.

Mais, il n’y avait aucune dignité de sa part.

Son estomac était vraiment gros et rond. On dirait que son uniforme militaire allait exploser n’importe quand.

Il marchait en fumant une cigarette. Les cendres tombaient sur le sol.

« Vous savez, c’est formellement interdit de fumer ici ? » Je l’avais prévenu doucement, mais le capitaine m’avait envoyé un sourire ridicule.

« Tu veux dire que je pourrais causer un incendie ici ? Bon sang, ne compare pas un officier d’Alzer comme moi avec toi, » déclara-t-il avec dédain.

Ils avaient dit que c’était une inspection, mais ils étaient montés à bord d’Einhorn et n’avaient rien fait d’autre qu’ergoter.

Ils se pavanaient en faisant comme s’ils étaient de loin supérieurs.

Le subordonné qui marchait derrière le capitaine m’avait parlé avec humilité. « Je suis désolé. Cela se terminera bientôt, alors s’il vous plaît, supportez ça. »

« Je m’y fais, d’accord, » déclarai-je.

Il avait l’air gentil au début, mais il avait le même air avec le capitaine et il m’avait dit qu’il m’obligeait à supporter ça.

Il n’avait pas l’air d’avoir l’intention de corriger cette attitude.

Et puis, quand ils étaient arrivés devant Arroganz, le capitaine avait éteint la cigarette en la pressant sur son châssis.

« Oh ! » m’écriai-je.

Le subordonné parlait calmement quand j’ai crié. « Ça va bientôt s’arrêter. »

C’est irritant.

Il agissait humblement, mais son sourire était désinvolte comme s’il se moquait de nous.

Le capitaine parla mal en regardant Arroganz. « Quelle armure déformée ! Cela n’a aucun sens. Le royaume fait-il ce genre d’armure ? Ils se donnent beaucoup de mal pour ce genre de bien inférieur, hein ? »

— Plutôt que moi, je m’inquiète plus pour Luxon. Ne va-t-il pas se fâcher en entendant ce genre de conversation ?

Même si ce type avait l’air calme, c’est quelqu’un qui allait vite dire. « Exterminons la nouvelle humanité ! »

Il pourrait se fâcher et couler la République.

— On l’avertira plus tard.

« Ce dirigeable a une belle apparence, mais ce n’est pas grand-chose. De plus, les équipages ont peur comme des fillettes face à l’inspection de la République et ils ne veulent pas sortir. Pathétique. Il semble que le royaume soit lâche, » déclara l’officier.

Des gens ennuyeux.

Mais je le supportai parce que je ne pouvais pas dire que ce vaisseau n’avait pas besoin d’équipage.

J’avais murmuré dans mon cœur, je peux transformer tes semblables en cendre n’importe quand. Calmons-nous avec ça.

C’était vrai, en tant que personne qui possédait une tricherie comme Luxon, je ne pouvais pas utiliser ce pouvoir de façon imprudente.

Après tout, j’étais un adulte capable de patience.

Le capitaine était parti pendant que je pensais ça.

« Un vaisseau sans valeur. On s’en va, » déclara le capitaine.

« Oui monsieur ! — Ah, s’il vous plaît, ne faites pas attention. La République d’Alzer accueille chaleureusement tous les étudiants étrangers, » le subordonné avait dit ça avant de suivre le capitaine.

Un homme éhonté.

J’avais regardé Arroganz dans le hangar.

Arroganz avait été brisée lors de la bataille contre maison Fanoss.

Partenaire était dans le même cas.

Mais, l’armure ici était une réplique, et Partenaire était aussi en cours de réparation en ce moment, pour un bon moment. Ou c’était plutôt le prétexte, car ce n’était pas vrai.

« Si je dois dire mon impression d’Alzer, c’est pitoyable, » déclarai-je.

Je ne serais jamais venu dans un tel lieu, si cela n’avait pas été le lieu principal du deuxième jeu.

Luxon était descendu du plafond. « Maître, permission d’attaquer ? »

« Attaquer le navire qui est venu pour l’inspection ? Je veux aussi attaquer, mais non, » répondis-je.

« Non, ce sera suffisant si le maître m’ordonne de couler la République, » répondit Luxon.

« Qu’est-ce que tu veux dire par suffisant ? Arrête ça. Franchement, arrête ça. Je suis sérieux, là, » répondis-je.

— Tu vois, comme je pensais qu’il pensait une chose horrible.

Même si ici, je ne pense qu’à saisir la faiblesse de ce capitaine et de son subordonné pour les menacer, au mieux, afin de me venger.

« Malgré tout, la République est un pays vraiment horrible, » déclarai-je.

« Ils profitent de la bénédiction de l’arbre sacré, bien qu’il n’y ait aucun doute que leur force nationale est au-dessus du royaume, » répondit Luxon.

« Marie l’a mentionné, » déclarai-je.

« Mais, ce n’est vraiment pas naturel, » répondit Luxon.

« Si je peux dire ce que je pense, ce monde est déjà plein de choses contre nature depuis le début. Les terrains flottent, puis il y a un arbre qui est plus grand que la montagne. Tous ces faits sont déjà étranges, » déclarai-je.

Je m’étais plaint. Alors Luxon avait dit. « En effet. Eh bien, je vais enquêter à partir de maintenant », et il avait coupé court à la conversation.

« Bon sang — de décider du sort du monde avec le romantisme entre l’homme et la femme ou avec amour, quel monde absurde ! » déclarai-je.

J’avais sincèrement prié pour que les études à l’étranger cette fois-ci se terminent sans problème.

***

Le port de la République d’Alzer.

Il avait été construit à l’orée de la zone.

Pour faire une comparaison avec ma vie antérieure, c’était comme un port construit sur la côte.

Mais, parce que la terre de ce monde flottait dans le ciel, il n’y avait pas de frontière entre la terre et la mer ici.

De nombreux dirigeables venaient et repartaient de l’aéroport tout le temps.

« Cela a pris beaucoup de temps, même après notre entrée à la République, » déclarai-je.

Je m’étais plaint en descendant la rampe. J’avais constaté la sensation de terre sous mes pieds après si longtemps.

Marie tenait son sac de voyage à deux mains. Elle descendit la rampe en étant essoufflée.

« Nous volions entre les terres pour atteindre ici. C’est étrange, d’une façon ou d’une autre. Aa ~, je suis fatiguée, » déclara Marie.

Une terre avait agi comme une pierre angulaire qui reliait six terres.

Cette terre était autrefois le territoire du grand noble qui avait produit la prêtresse de l’arbre sacré, la Maison Lespinasse. Aujourd’hui, c’était sous la direction de l’assemblée des six grands nobles qui étaient auparavant sept grands nobles.

Nous avions volé entre deux îles flottantes pour finalement arriver au centre de la République d’Alzer.

Kyle et Cara étaient aussi descendus avec leurs bagages.

« Les bagages du comte sont vraiment peu nombreux, » déclara Kyle.

« Je suis jalouse de voir à quel point les hommes n’ont pas besoin de tant de bagages, » déclara Cara.

Mes bagages n’étaient représentés que par un seul sac.

Les deux étaient jaloux de voir ça.

« Mes bagages ? Non, Luxon le portera pour moi, donc je n’emporte que le minimum nécessaire avec moi, » déclarai-je.

J’apportais les nécessités quotidiennes et diverses autres choses, mais la plupart de mes bagages étaient constitués d’un service à thé.

J’avais dit à Luxon de le porter avec soin.

Marie avait déposé ses bagages et s’était plainte à Luxon. « Dis-le depuis le début ! »

« On ne m’a rien demandé, donc je n’ai pas répondu. C’est tout, » répondit Luxon.

« Tu n’es pas du tout prévenant, » déclara Marie.

« Peut-être. Et alors ? » demanda Luxon.

« Eh, non — ce n’est rien, » répondit Marie. Marie fut déconcertée par la réponse de Luxon.

Mais même son traitement envers Marie qui était comme ça était toujours ainsi pour lui, mais c’était fait avec une certaine forme de gentillesse.

Parce que si c’était Julian ou d’autres qui se plaignaient à lui, il montrerait une aversion flagrante envers eux.

Les cinq idiots étaient descendus de l’Einhorn avec de gros sacs.

Je suppose que c’était leurs propres bagages, mais il semblerait qu’il y en avait beaucoup. Après avoir déposé les sacs, ils étaient montés dans le vaisseau pour faire sortir le reste.

« Maître, notre réception est arrivée, » déclara Luxon.

En entendant ça, j’avais déplacé mon regard. Là, j’ai vu les fonctionnaires du royaume de Hohlfahrt qui nous attendaient.

Les officiels portaient un costume. C’était les diplomates qui restaient dans la République d’Alzer.

Ils étaient terriblement déconcertés de voir Julian et les autres transporter leurs bagages.

***

L’ambassade était située près du port.

Il y avait aussi les ambassades d’autres pays. Il y avait beaucoup d’étrangers ici.

Il y avait aussi des restaurants offrant la cuisine du royaume de Hohlfahrt autour de l’ambassade.

Les cultures étrangères étaient présentes ici, mais on avait quand même l’impression qu’ils avaient placé toutes les ambassades dans un seul et même lieu.

Un restaurant tel un restaurant chinois pour la masse commune était aligné à côté d’un restaurant de grande classe qui offrait de la nourriture proche de la cuisine française.

Et puis il y avait des gens de divers pays étrangers ici.

Comment dois-je le dire, ils étaient tous entassés de force ici.

J’avais regardé par la fenêtre de l’intérieur de la calèche en parlant avec un diplomate.

« Il y a beaucoup de pays qui y placent leur ambassade, » déclarai-je.

« C’est parce que la République d’Alzer est un pays qui exporte des pierres magiques. De nombreux pays y installent leur ambassade. Là, vous pouvez voir l’ambassade de Royaume Sacré de Rachelle. Je ne vous recommande pas de vous en approcher trop. »

Le Royaume Sacré de Rachelle était un pays voisin du royaume de Hohlfahrt.

De l’autre côté du royaume sacré se trouve le pays natal de Milaine — sa patrie. Le royaume saint était pris en sandwich entre ce pays et le royaume.

Son territoire était plus petit que le royaume de Hohlfahrt, mais c’était encore un grand pays.

Milaine s’était mariée au royaume de Hohlfahrt comme contre-mesure contre le royaume saint. Elle était devenue un pont pour construire l’amitié entre les deux pays.

« Y a-t-il des frictions même ici ? » demandai-je.

Les deux pays étaient hostiles l’un envers l’autre.

Je me demandais s’il y avait eu un différend ici même, mais le diplomate avait haussé les épaules.

« Ils sont ennuyeux, mais c’est la République qui est gênante pour les pays qui mettent une ambassade ici. Que pensez-vous de l’attitude des gardes ? » demanda le diplomate.

« C’est la pire des choses possibles, » déclarai-je.

« C’est parce que c’est un pays puissant qui n’a jamais été vaincu dans une bataille défensive. Ils sont devenus hautains. Et surtout, ils profitent de l’exportation des pierres magiques. Leur nature est abondante et ils gagnent de l’argent même sans rien faire. Ils sont vraiment enviables, » déclara le diplomate.

D’après ce que j’avais vu du pays de la République jusqu’à maintenant, ils avaient aussi une nature abondante et leur agriculture était aussi prospère.

Ils disposaient de ressources énergétiques et, en outre, leurs terres étaient en bon état.

Du point de vue d’un dirigeant, c’était un territoire qu’il désirait désespérément.

Le diplomate exprima son envie. « Récemment, ils ont aussi fait des efforts dans leur industrie. Ils nous montrent la différence de potentiel. »

« Un pays qui a entre ses mains des ressources énergétiques est puissant, » déclarai-je.

« C’est bien que vous compreniez ça. S’il vous plaît, ne causez pas de conflit avec un tel pays. Non, s’il vous plaît, faites très attention, d’accord ? » déclara le diplomate.

Le diplomate avait l’air un peu mal à l’aise. C’était vraiment un malentendu inattendu, alors j’avais parlé pour clarifier les choses.

« S’il vous plaît, ne parlez pas comme si j’allais me battre avec qui que ce soit, » déclarai-je.

« Je n’arrive pas à croire ces paroles quand elles viennent de vous, comte qui s’est battu en duel avec son Altesse Julian, » déclara le diplomate.

« C’était ces types qui —, » commençai-je.

La voiture était arrivée devant la maison où je vivrai au moment même où je m’agitais.

Je venais de remarquer que la voiture de Marie et des cinq nobles n’était pas à proximité.

J’étais descendu de la voiture et j’avais regardé autour de moi.

L’endroit semblait être un quartier aisé.

Il y avait de petits domaines avec des jardins qui s’alignaient.

Il ne faisait aucun doute que c’était une grande maison.

Il avait trois étages avec un petit jardin attenant, mais sa distance avec les domaines environnants était proche.

« Est-ce une maison individuelle ? » demandai-je.

« Oui. À l’origine, nous devions préparer un manoir, mais ce séjour à l’étranger a été décidé si soudainement que nous n’avons pas eu assez de temps pour nous préparer, » répondit le diplomate.

De loin, j’entendis la cloche du tramway et le bruit du tramway qui roulait sur des rails.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire