Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 3 – Petite histoire 2 – Partie 2

♥♥♥

Petite histoire – La Route de Marie 2

Partie 2

À peu près à ce moment-là.

Dans le dortoir des femmes de l’académie, Olivia était assise sur son lit dans sa chambre saccagée.

Elle serrait ses genoux dans ses bras et tremblait.

La pièce était sombre, le rideau était complètement fermé.

« Je vais bien — Je vais toujours bien. »

Olivia murmura à elle-même. Il y avait des cernes sous ses yeux.

Sa main tenait une lettre qui lui avait été envoyée de sa ville natale.

C’était une lettre de sa famille.

Pour Olivia, cette lettre était un soutien à son cœur.

Olivia était étudiante boursière, mais même si elle n’était pas préoccupée par son coût de la vie à l’académie, cela ne signifiait pas qu’elle avait une marge de manœuvre financière.

C’est pourquoi elle ne pouvait pas rentrer chez elle, même si c’était les vacances d’été.

Elle passait ses vacances d’été dans le dortoir des étudiants et s’immergeait à son bureau tous les jours afin de pouvoir s’adapter autant que possible à son environnement — ou ce devrait être le cas.

Mais la réalité était impitoyable.

Sa chambre avait été profanée. Olivia avait tremblé face à un bruit et elle avait relevé son visage.

« Hih ! »

Elle avait failli crier, alors elle s’était couvert la bouche avec ses mains. Puis la voix d’un membre du personnel de l’académie s’était fait entendre.

« Olivia-san, Son Altesse vous attend devant le dortoir. Veuillez vous préparer immédiatement. »

Le membre du personnel avait seulement dit ça et il était parti.

Olivia avait enterré son visage dans ses genoux.

« — pourquoi ne me laisse-t-il pas tranquille ? » se demanda-t-elle à voix haute.

Pendant les vacances d’été, les jeunes nobles, y compris Julius, venaient souvent au dortoir de la jeune fille pour inviter Olivia.

Comme les cinq hommes l’invitaient l’un après l’autre, Olivia n’avait pas pu trouver de temps pour étudier.

Cette période où il y avait peu d’étudiantes à l’académie était un temps précieux pour Olivia.

Mais ces cinq-là lui enlevaient ce temps.

« Même si je veux étudier davantage, » continua Olivia.

Mais, avec son statut, Olivia ne pouvait pas refuser l’invitation de Julius.

Au début, elle ne savait pas que Julius était le prince héritier, mais maintenant elle le savait.

Elle ne pouvait pas le lui refuser, et si elle acceptait l’invitation de Julius, elle ne pouvait pas non plus refuser l’invitation des autres garçons — de jeunes nobles.

Et quand elle s’était rapprochée de ces cinq-là comme ça, les filles de l’académie lui en avaient voulu.

« Que dois-je faire ? Que dois-je faire ? » se demanda-t-elle à voix haute.

Ce serait bien si elle pouvait honnêtement leur dire qu’ils étaient un ennui, mais si elle disait une telle chose, Olivia perdrait sa place pour faire partie de la société.

L’autre partie était Son Altesse, le prince héritier — le prochain roi de ce pays.

Ça n’affecterait pas qu’elle. Elle ne savait pas quel mal ça ferait à son lieu de naissance.

Olivia se leva et se prépara à sortir avant de partir à la rencontre de Julius.

☆☆☆

Au début du second trimestre, même un Mob sera très occupé.

Même en ne parlant que des événements de l’académie, il y a le festival de l’académie et l’excursion sur le terrain dans le programme.

Je pensais faire quelque chose au festival de l’académie, mais il y avait un plus gros problème que ça — .

« Marie-sama, s’il vous plaît, présentez-nous aussi des filles ! »

— Il s’agissait des garçons du groupe des barons pauvres qui s’inclinèrent devant Marie.

Et puis Marie était…

« Oh ? Ne me dites-vous pas de le faire gratuitement, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

— Elle était assise sur une chaise alors qu’elle agissait de manière arrogante.

Elle croisa les bras et les jambes avec un sourire posé.

Je voulais lui apprendre le mot « humilité ».

Le garçon qui jouait le rôle de chef négociait avec Marie, mais derrière lui, les garçons attendaient avec une expression sanguinaire effrayante.

De la première à la troisième année — presque tout le monde se trouvait ici.

« Bien sûr ! Nous ferons tout ce que nous pourrons ! C’est pourquoi — s’il vous plaît, présentez nous des filles — des filles merveilleuses, à tout le monde ! »

« Que faire ~ ? » déclara Marie.

La dernière fois, Marie nous avait présenté des filles qui nous posaient un peu de problèmes.

Si nous nous trouvions dans mon monde précédent — le Japon, alors cela serait des filles qui seraient un peu problématiques.

Une fille enfermée, une fille paresseuse, une fille qui ne s’intéressait qu’à son hobby, ce genre de filles.

Mais, dans ce monde, un problème de ce degré était la même chose que n’avoir aucun problème.

On pouvait plutôt les appeler des filles merveilleuses.

Pour les héritiers de maisons de barons pauvres comme nous, les filles que Marie nous avait présentées étaient des déesses.

Non, est-ce trop exagéré ? Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’excellents articles.

Elles étaient si excellentes que c’était des filles que vous supplierez de sortir avec vous, même si vous devez vous battre en duel avec les autres pour cela.

Par exemple, c’était bien même si la jeune fille continuait de s’enfermer dans sa chambre et ne voulait pas aller en classe ou à l’école.

C’était aussi bien même si elles passaient leurs journées à ne rien faire parce que c’était fatigant.

Une fille qui ne s’intéressait à rien d’autre qu’à son hobby et qui ne se souvenait même pas du nom des gens était aussi parfaite.

C’était tout simplement parce que les filles normales étaient trop horribles par rapport à elles que l’on pouvait considérer comme faisant partie de leur charme unique.

Marie qui était proche d’être un tel problème — non, les filles uniques demandaient des frais d’intermédiation auprès des garçons.

« Alors, je demanderai peut-être le pudding de la cafétéria étudiante tous les jours. Je veux manger du pudding au déjeuner tous les jours, » déclara Marie.

« Eh !?? »

C’était juste un pudding de la cafétéria des étudiants, mais cette académie était quand même une école pour les nobles.

Naturellement, même le pudding qui était vendu à la cafétéria était vraiment extravagant.

Pour parler en termes modernes du Japon, c’était le fameux dessert de la cafétéria qui coûtait 1000 yens la pièce.

D’ailleurs, les étudiants pouvaient utiliser la cafétéria étudiante gratuitement, mais tout changement dans le menu ou la commande d’un plat supplémentaire serait facturé en supplément.

J’avais regardé Marie avec exaspération. « Comment peux-tu demander du pudding juste pour présenter quelqu’un ? De plus, tu le demandes tous les jours. »

Comme on pouvait s’y attendre, même Marie semblait penser qu’elle en demandait trop. Elle hésita un peu.

« Eh bien, c’est parce que je veux le manger. Je, j’ai compris. Alors, je me contenterai de trois puddings par semaine, » déclara Marie.

Les élèves de sexe masculin avaient ouvert en grand les yeux en entendant cela alors qu’ils étaient en état de choc.

« Trois, trois !? »

Marie était également surprise, alors elle avait fait un compromis.

« D’accord, alors — une fois par semaine, » proposa Marie.

Les garçons avaient formé un cercle et avaient commencé à discuter.

« Oi, est-ce qu’on n’a vraiment besoin que de préparer du pudding ? Pour une raison ou une autre, sa demande diminue progressivement !? »

« Imbécile ! C’est sûrement une sorte de code. Si ce n’est pas le cas, la compensation est trop bon marché. »

« C’est sûrement un piège, n’est-ce pas ? Se, se pourrait-il qu’il n’y ait plus de filles ? »

D’après ce que j’avais entendu lors de la discussion entre garçons, il semblerait que la compensation exigée par Marie était trop faible alors ils avaient des doutes.

Si je devais donner un exemple — même s’ils pensaient qu’on leur demanderait d’acheter un sac ou des vêtements chers d’une marque célèbre, on leur demandait plutôt de donner du pudding du mini marché. Est-ce ce qu’ils pensaient qu’il y avait un piège ?

Il semblerait qu’ils soient mal à l’aise parce que l’indemnisation était trop bon marché.

Je comprenais très bien ce qu’une fille attendait normalement d’eux.

— C’est vraiment triste d’être un homme.

Le leader se tourna vers Marie.

« Marie-sama — pardonnez mon ignorance, mais le pudding est-il une sorte de jargon secret ? »

Le sourire de Marie trembla.

« Les gars, pensez-vous que je vais faire des demandes bizarres ? Je vous dis à tous de me préparer du pudding à la cafétéria de l’école ! Quelle autre signification ça peut avoir !? » demanda Marie.

« Eh !! »

Les garçons avaient été sérieusement choqués.

☆☆☆

Dans la classe.

C’était maintenant le deuxième trimestre. Mes amis Daniel et Raymond que j’avais rencontrés après tant de rires.

« Ils ont mal compris en pensant que le pudding était un jargon secret ? Ces personnes plus âgées sont vraiment stupides. »

Daniel avait dit ça, mais Raymond l’avait réprimandé. « Ne te moque pas d’eux. »

« Voilà à quel point ils sont désespérés. Plus importants encore, les étudiants de première année cette année ont vraiment de la chance. Nous avons Marie-san, donc même nous avons la chance de rencontrer une fille. »

Des enfants à problème qui sortaient rarement du dortoir des filles.

Sans Marie, nous ne pourrions pas les rencontrer.

En pensant cela, l’existence de Marie était importante pour nous.

J’avais grommelé. « Je veux aussi qu’on me présente une fille. »

Mais, quand j’avais dit ça, la réaction de mon entourage était devenue très compliquée.

« Léon, j’y ai pensé il y a quelque temps, mais, es-tu un idiot ? »

« C’est mieux pour Léon de réfléchir sur lui-même pour de vrai. Si tu ne réfléchis pas, tu ferais mieux d’être prudent en rentrant la nuit. »

Tout le monde avait réagi comme ça.

« Croyez-vous que je vais sortir avec Marie ? » demandai-je.

Daniel avait fait une tête exaspérée.

« Ce sera plus étrange si tu ne sors pas avec elle. Tu as passé du temps avec Marie-san dans ta maison pendant les vacances d’été, n’est-ce pas ? C’est déjà comme si vous étiez fiancés, » déclara Daniel.

Raymond hocha la tête.

« Vous ne l’avez pas encore annoncé publiquement, alors peut-être êtes-vous encore à deux pas de l’engagement ? Je suis vraiment jaloux, » déclara Raymond.

Daniel avait regardé Raymond qui avait dit une telle chose.

« Hé, Raymond. J’ai entendu dire que tu sors avec une fille qui nous a déjà été présentée, non ? Je ne veux pas le croire, mais tu ne nous prends pas en traître là, n’est-ce pas ? »

« Daniel — Je suis désolé. »

Raymond s’était excusé avec joie. Daniel avait saisi son cou de ses mains et le souleva.

« TOIIIII ! »

Quelle bande bruyante !

Marie était venue en classe pendant que je les regardais avec exaspération.

Sa main tient un tract.

« Écoutez, écoutez, écoutez ! À propos du festival de l’académie, il y aura des concours le troisième jour ! J’ai entendu dire qu’on peut gagner de l’argent si on obtient un bon classement ! »

Ses yeux brillaient de mille feux. Marie avait l’air très heureuse.

Ses yeux étaient aveuglés par la valeur des prix.

Cette fille était vraiment fidèle à son propre désir.

« Vas-tu participer ? » Marie secoua la tête quand je lui demandai ça.

« Être une fille n’est pas une bonne chose. Les athlètes seront choisis en fonction de leur statut social ou de leur influence. En premier lieu, le nombre de concours auxquels les filles peuvent participer est faible, » répondit Marie.

Les participants au concours étaient donc principalement des garçons.

La raison ? C’est pour la chasse au mariage.

Les garçons devaient montrer leurs capacités ici quoiqu’il arrive.

La raison en était qu’il s’agissait d’une période d’appel pour les filles.

Dans ce jeu, il s’agissait d’un événement où les cibles de conquête pouvaient montrer ce qu’ils avaient dans le ventre.

Est-ce que le personnage principal, Olivia allait aussi montré ses capacités dans cet événement ?

« Et donc Léon, n’essaierais-tu pas d’y participer ? » demanda Marie.

Le dépliant que Marie m’avait montré contenait un texte sur la course de motos aériennes.

« Une course de motos aériennes ? C’est impossible pour moi, » déclarai-je.

« Pourquoi !? Le prix en argent pour cette course est incroyablement haut ! » déclara Marie.

« Les garçons se battront les uns contre les autres pour les places de participant d’un concours aussi populaire. Tout comme les filles qui ont beaucoup de restriction comme le statut social et ainsi de suite, nous avons aussi des difficultés, » répondis-je.

La caste scolaire dans ce monde était le vrai rang social, pas comme la caste d’école inventée dans le monde précédent.

En fait, une caste — un système de classes sociales — existait réellement dans cette académie.

La classe sociale n’existait pas seulement entre les nobles et les roturiers, elle existait aussi entre les nobles.

Le standing de sa maison allait également influencer la façon dont les athlètes participants seraient décidés.

C’est inutile de ne compter que sur ses compétences.

Marie chuchota à mon oreille. « Écoute, il te sera possible de participer et même de gagner si tu utilises Luxon n’est-ce pas ? »

« Toi, tu ne comprends pas ce type, » répondis-je.

Si c’est ce type, il dira sûrement quelque chose comme ça, je peux préparer quelque chose comme ça, peu importe combien tu veux, alors ?

Pendant que je réfléchissais à cela, Luxon avait répondu dans un volume qui ne pouvait être entendu que par nous deux.

« J’ai confirmé les exigences. La participation au concours et l’obtention de la victoire finale, est-ce exact ? Alors à partir de maintenant, je m’arrangerai pour que les concurrents forts tombent malades et que les athlètes participants le jour de la compétition rencontrent un accident malheureux — . »

Cela avait surpassé mon imagination.

Ou plutôt, que veux-tu dire par accident malheureux !

Il semblerait que Marie ait aussi pensé qu’il serait dangereux de compter sur Luxon, alors qu’elle avait regardé le dépliant avec découragement.

« Même si je pensais pouvoir gagner de l’argent ici, » murmura Marie.

« Pourquoi penses-tu que tu obtiendras aussi une part alors que c’est moi qui vais participer ? T’es stupide ou quoi ? » demandai-je.

« Je te soutiendrai au moins un peu si tu participes ! Oublie ça, je t’en supplie. Je suis dans le pétrin ce mois-ci ! Coopère avec moi, » supplia Marie.

« Ha ? Je t’ai déjà donné de l’argent de poche, » répondis-je.

Elle était trop pitoyable, alors je lui avais donné de l’argent de poche à la fin des vacances d’été.

De plus, le montant était considérable. Je ne pouvais pas l’imaginer à court d’argent immédiatement.

Marie essuya ses larmes. « Cela a disparu à cause de la dette de ma famille. Les agents de recouvrement sont arrivés chez moi alors qu’ils pensaient que j’avais un peu d’argent. Même si ce n’est pas ma dette, ne sont-ils pas horribles !? »

« Uwaa! »

Luxon avait analysé la situation. « Ils doivent penser que Marie qui s’est inscrite à l’académie gagnerait un peu d’argent en tant qu’aventurière, alors ils sont venus pour recouvrer la dette, même si ce n’est que légèrement. À part ça, peut-être que la famille de Marie a aussi mentionné son nom aux gens qui sont venus pour recouvrer les dettes, non ? »

C’est trop horrible, je n’arrive pas à trouver un mot à dire.

Marie s’était mise à pleurer, alors Daniel et Raymond qui étaient tournés vers moi me regardèrent fixement.

Ils devaient penser que je l’avais fait pleurer.

« Quoi qu’il en soit, arrête de pleurer. C’est ça, c’est ça ! Il y aura aussi des paris dans les concours, je gagnerai beaucoup d’argent dans ça, » déclarai-je.

Mes paroles sembleraient stupides pour ceux qui avaient écouté de l’extérieur, mais j’avais Luxon et je pourrai donc gagner facilement les paris.

Mais, Marie avait refusé cela avec une forte volonté.

« Ce n’est pas une bonne chose ! » s’écria Marie. 

« — Hein ? »

« Je déteste les jeux d’argent ! Toi aussi, s’il n’y a pas besoin de jouer, ne le fais absolument pas, » déclara Marie.

« D-D’accord, » déclarai-je.

— Je pense que la vie est la même chose que le jeu, mais, il n’y aura pas de sens même si je le dis, alors je suis resté silencieux.

Marie appuya ses mains sur son visage et gémit.

« Maintenant que c’est devenu comme ça, je vais gagner de l’argent grâce au festival de l’académie d’une manière honnête ! Je dois penser à quelque chose qui peut se vendre, » déclara Marie.

Cette fille est vraiment dans une situation très dure.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Alors même dans cette vois Olivia trouve le Prince, Lourd !

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire