Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 3 – Petite histoire 2

♥♥♥

Petite histoire – La Route de Marie 2

♥♥♥

Petite histoire – La Route de Marie 2

Partie 1

Il s’agissait du deuxième trimestre de l’académie.

Marie Fou Lafan qui devrait être encore une première année était, — dans un établissement religieux qui s’appelait Temple.

Cet endroit présentait un style qui lui rappelait l’Église dans sa vie antérieure. Marie portait une robe d’un blanc pur à cet endroit.

Quand elle avait regardé le vitrail à travers son voile, la lumière du soleil qui brillait à travers elle était très jolie.

C’était la robe de mariée qu’elle n’avait jamais portée jusqu’à la fin de sa vie antérieure, malgré son désir ardent pour ça.

De plus, les parents de son compagnon et de son compagnon étaient présents à l’intérieur du temple.

Elle était au milieu d’une cérémonie de mariage. C’était un de ses rêves qui ne s’était pas réalisé dans sa vie antérieure.

— Pourquoi ça s’est passé comme ça

Mais, le sentiment de Marie était — vraiment horrible.

Cela ne faisait même pas un an qu’elle s’était inscrite à l’académie.

Et pourtant, elle allait se marier comme ça.

Ce n’était pas seulement des fiançailles, c’était un mariage qui l’obligeait à se retirer de l’académie.

Quand elle avait jeté un coup d’œil à sa famille qui était assise sur le banc, ils avaient l’air vraiment ravis.

Sa famille dans cette vie ne pouvait pas être appelée une bonne famille que par flatterie, mais il y avait une raison pour laquelle ils étaient heureux avec le mariage de Marie.

Son père dans cette vie disait. « Notre fille cadette inutile a obtenu un très bon prix. »

Sa mère dans cette vie avait aussi l’air heureuse. « En effet. Avec cela, la dette de notre maison disparaîtra. »

— Marie avait été vendue par sa famille.

Ces gars sont absolument impardonnables !

Marie grinça des dents et trembla de fureur. Son époux marcha vers elle.

Marie l’avait maudit dans son cœur en voyant l’apparition de cet époux.

— Ce type, j’ai eu un mauvais pressentiment de sa part !

Il soupira en voyant l’apparence de Marie et s’approcha de son côté avec un air réticent.

L’âge de l’homme avait dépassé trente ans. Il avait l’air malsain avec un corps gras. L’homme retira son regard de Marie.

« Pourquoi dois-je me marier avec ce genre de grincheuse, alors même si je préfère une femme plus glamour, » murmura-t-il.

Son attitude était emplie de mécontentement et ses paroles étaient en outre comme ceci.

Marie était en colère.

C’est ta maison qui nous a approchés avec ce mariage !

Si l’on mettait de côté l’âge mental de Marie, si l’on ne regardait que son corps physique, elle avait encore 16 ans.

Elle était reconnue comme une adulte dans ce monde et pouvait aussi se marier.

Mais, du point de vue de Marie — à l’heure actuelle, sa vie académique agréable lui avait été retirée et elle était mariée de force à un homme qu’elle n’aimait même pas.

En plus, le fait qu’elle ait été vendue par sa famille comme ça n’était pas du tout drôle.

Elle n’était pas du tout d’accord avec ce mariage.

Ne te fous pas de moi ! Pourquoi dois-je vivre ce mariage sans même aucun rêve ou espoir dans le monde de « ce jeu vidéo otome ». Je veux me marier — correctement avec quelqu’un que j’aime —

Marie avait continué à vivre dans la misère depuis qu’elle s’était réincarnée dans le monde de jeu vidéo otome.

Son seul espoir était de s’inscrire un jour à l’académie et pour cela, elle avait perfectionné sa magie de guérison jusqu’à maintenant.

Elle s’était tellement entraînée qu’elle avait sacrifié la croissance de son corps à cause de cela.

Elle entraînait sa magie de guérison en secret parce que si sa famille l’apprenait, elle s’en servirait à sa guise.

Ils étaient vraiment horribles comparés à sa famille dans la vie précédente.

Après tout, leur dette avait trop gonflé — qu’ils avaient vendu Marie à une maison riche en échange de l’annulation de leurs dettes.

Combien de difficultés pensez-vous que j’ai traversées jusqu’à maintenant !? Même si j’ai finalement pu m’inscrire à l’académie et avoir une vie assez agréable même si elle différait de mon plan original !

Le prêtre — l’équivalent dans ce monde — avait commencé la cérémonie de mariage où les deux étaient debout.

« Alors, commençons la cérémonie du mariage, » déclara le prêtre.

Le marié avait l’air de vouloir que cette cérémonie se termine rapidement.

Depuis le début, il ne s’intéressait pas du tout à Marie.

Ce qui l’intéressait, c’était la lignée de Marie.

La maison du marié était pour ainsi dire une maison d’arriviste.

Et puis, la façon dont ils grimpaient jusqu’à leur position actuelle était également étrange. D’autres nobles avaient de l’antipathie pour eux.

Parce que c’était ce genre de maison, ils voulaient du sang noble quoiqu’il arrive.

Ce n’était pas comme si cela devait être Marie.

« Finissons-en rapidement. »

Que lui arriverait-il si elle épousait quelqu’un comme ça ?

Marie pouvait facilement l’imaginer.

Un mariage sans amour l’attendrait sûrement.

Dans le pire des cas, elle serait traitée froidement après avoir donné naissance à un enfant parce qu’ils n’avaient plus besoin d’elle.

J’ai décidé de faire de mon mieux cette fois — je veux être heureuse dans ma seconde vie, et pourtant !

Les larmes étaient sorties.

Et puis, Marie se souvient de son grand frère dans la vie précédente.

Rétrospectivement, c’était un grand frère très fiable.

— Sauve-moi, Onii-chan.

Marie marmonnait dans son cœur, et puis — elle se rappelait comment c’était devenu comme ça.

***

À l’époque où il ne restait que quelques jours de vacances d’été.

Moi, Léon Fou Baltfault, je passais mon temps à me détendre chez moi.

Mon partenaire Luxon flottait proche de mon épaule droite, sa lentille rouge et simple qui servait d’œil regardait Collin et — Marie qui couraient dans le jardin.

Marie courait après Collin avec colère. « ATTENDS, PETIT MORVEUX ! »

Collin courait en riant.

« Pas possible ~ ! »

Marie courait après mon petit frère, mais c’était à cause de Collin.

« Se disputent-ils encore ? » demandai-je.

Je regardai avec exaspération. Luxon m’avait expliqué la situation. « Oui. C’est à cause du petit frère du maître qui taquine Marie. »

Il semblerait que Collin pensait à Marie comme à une grande sœur qui n’était pas beaucoup plus âgée que lui.

Il se moquait de Marie qui se comportait comme une personne plus âgée et jouait avec elle.

Il vaudrait mieux que Marie l’ignore, mais Marie elle-même s’était aussi énervée, ce qui avait inutilement amusé Collin.

Puis mon père était sorti du manoir et avait frappé de son poing sur la tête de Collin.

« Aïe ! »

« Collin, ne te moque pas de Marie-chan ! » déclara mon père.

Marie, qui poursuivait Collin, fut bouleversée par l’acte de mon père.

« E, euh, monsieur, vous n’avez pas besoin d’y aller…, » déclara Marie.

Mon père avait l’air de s’excuser auprès de Marie. « Désolé, Marie-chan. Ce n’est pas que Collin ne t’aime pas. J’espère que tu ne le détesteras pas. »

« Ah, oui, oui, » répondit Marie.

Collin pressa la tête des deux mains et courut dans le manoir. En échange de Nicks, le deuxième fils était sorti.

Il s’était approché de moi et m’avait immédiatement parlé. « Collin se moquait-il encore de Marie-chan ? »

« C’est bien ça. Ils ne s’en lasseront pas tous les deux. Ils sont comme des frères et sœurs qui sont proches en âge, » j’avais dit ça en riant avec désinvolture. Grand frère haussa les épaules.

« C’est sa belle-sœur après tout, donc ce n’est pas si mal, » déclara mon grand frère.

« — Hein ? » m’exclamai-je.

J’avais été choqué d’entendre cette réponse. Grand frère avait aussi l’air choqué.

« Hein ? »

« Non, parce que… hein ? Pourquoi Marie est-elle belle-sœur ? »

« — T-Toi, es-tu sérieusement en train de dire ça ? » demanda-t-il.

J’avais aussi du mal à voir que mon grand frère est vraiment choqué.

« Non, parce que —, »

« Rien de tout ça ! Tu l’as ramenée à la maison et tu vis avec elle depuis plus d’un mois ! De l’extérieur, ça ne semble pas différent du fait que vous soyez déjà mariés ! » déclara mon grand frère.

Nous n’étions pas officiellement mariés, mais, du point de vue de notre entourage, pour une fille, passer toutes ses vacances d’été dans la maison d’un garçon, c’était comme si nous étions fiancés.

« Ce n’est pas le cas ! Marie ne peut pas rentrer chez elle, » répondis-je.

À propos de la maison de Marie, il s’agissait d’une famille terrible d’après ce que j’avais entendu dire.

C’est pourquoi Marie m’avait dit qu’elle ne voulait pas rentrer chez elle pendant les vacances d’été, alors je l’avais amenée chez moi.

Naturellement, je n’avais jamais posé la main sur elle.

Il y avait mon île flottante près de cette maison. Il y avait des sources chaudes et des champs — on y cultivait du riz et d’autres choses.

Tout ce que nous avions fait, c’était d’aller aux sources chaudes et de manger de la nourriture japonaise avec plaisir après si longtemps.

Marie était aussi une réincarnée comme moi.

Nous nous entendions bien parce que nous avions le même sens des valeurs, mais c’est tout.

Tout d’abord, Marie aimait les beaux hommes.

Si on me demandait si j’étais beau, ce n’était pas le cas. Je n’étais pas dans les préférences de cette fille.

Et puis j’aimais moi-même les gros seins.

Marie était plate comme une planche, donc elle était hors de question.

— Nos deux préférences ne correspondent pas l’une à l’autre à un degré lamentable.

Mon grand frère me regarda avec une expression contradictoire. « Il n’y a aucune garantie que tu pourras retrouver une autre fille bien comme ça. En plus, père et mère pensent que toi et Marie-chan allez vous marier. »

— Est-ce pour ça que mes parents sont étrangement gentils avec Marie ?

J’avais l’impression que ce serait un gros problème si ce malentendu n’était pas dissipé.

Mon grand frère soupira.

« Tu l’as vraiment fait. Tu as tout de suite pu trouver une partenaire à l’académie, après tout. Même si c’est dur parce que je ne trouve personne, » déclara mon grand frère.

On dirait que mon grand frère souffre aussi de la chasse au mariage.

Contrairement à moi, il s’était inscrit en classe normale, alors j’avais pensé que sa recherche de mariage serait plus facile, mais — il semblerait que ce ne soit pas le cas.

« J’ai pensé que si c’était ta classe, grand frère, alors tu pourrais trouver une fille tout de suite, » déclarai-je.

Mon grand frère s’était gratté la tête.

« Même les filles de la classe normale veulent vivre dans la capitale. Elles sont à la recherche d’une personne ayant des liens qui leur permettent de vivre dans la capitale ou du moins sur le continent. Quelqu’un comme moi n’est même pas leur deuxième ou troisième choix, » répondit mon grand frère.

On dirait que mon grand frère avait aussi la vie dure.

Je voulais l’aider d’une manière ou d’une autre, mais pour l’instant, j’avais les mains occupées par ma propre situation, donc c’était impossible.

« Plus important, Léon. Vous deux, vous retournerez aussi à l’académie demain, n’est-ce pas ? » demanda mon grand frère.

« C’est le plan, » répondis-je.

Mon humeur était lourde quand j’avais pensé à la chasse au mariage qui m’attendait à l’académie.

C’était la même chose pour mon grand frère.

Il soupira et fit un visage très troublé.

« Je ne trouve toujours pas de fille, même si j’aurai mon diplôme cette année. Si seulement je pouvais être aussi habile que toi, » déclara mon grand frère.

« — Grand frère, » murmurai-je.

« Oi, arrête ça. Ne me regarde pas avec pitié. Avoir la pitié de mon petit frère me donne envie de pleurer, » déclara mon grand frère.

Vraiment, je me demande pourquoi ce monde est si dur envers les hommes ?

Non, c’est plus comme si c’était dur envers les mobs ?

Contrairement à nous, la protagoniste de ce jeu, Olivia-san et les garçons qui étaient les cibles de la conquête, devaient profiter de leurs vacances d’été sans se soucier de rien.

— Je suis vraiment jaloux.

♥♥♥

Partie 2

À peu près à ce moment-là.

Dans le dortoir des femmes de l’académie, Olivia était assise sur son lit dans sa chambre saccagée.

Elle serrait ses genoux dans ses bras et tremblait.

La pièce était sombre, le rideau était complètement fermé.

« Je vais bien — Je vais toujours bien. »

Olivia murmura à elle-même. Il y avait des cernes sous ses yeux.

Sa main tenait une lettre qui lui avait été envoyée de sa ville natale.

C’était une lettre de sa famille.

Pour Olivia, cette lettre était un soutien à son cœur.

Olivia était étudiante boursière, mais même si elle n’était pas préoccupée par son coût de la vie à l’académie, cela ne signifiait pas qu’elle avait une marge de manœuvre financière.

C’est pourquoi elle ne pouvait pas rentrer chez elle, même si c’était les vacances d’été.

Elle passait ses vacances d’été dans le dortoir des étudiants et s’immergeait à son bureau tous les jours afin de pouvoir s’adapter autant que possible à son environnement — ou ce devrait être le cas.

Mais la réalité était impitoyable.

Sa chambre avait été profanée. Olivia avait tremblé face à un bruit et elle avait relevé son visage.

« Hih ! »

Elle avait failli crier, alors elle s’était couvert la bouche avec ses mains. Puis la voix d’un membre du personnel de l’académie s’était fait entendre.

« Olivia-san, Son Altesse vous attend devant le dortoir. Veuillez vous préparer immédiatement. »

Le membre du personnel avait seulement dit ça et il était parti.

Olivia avait enterré son visage dans ses genoux.

« — pourquoi ne me laisse-t-il pas tranquille ? » se demanda-t-elle à voix haute.

Pendant les vacances d’été, les jeunes nobles, y compris Julius, venaient souvent au dortoir de la jeune fille pour inviter Olivia.

Comme les cinq hommes l’invitaient l’un après l’autre, Olivia n’avait pas pu trouver de temps pour étudier.

Cette période où il y avait peu d’étudiantes à l’académie était un temps précieux pour Olivia.

Mais ces cinq-là lui enlevaient ce temps.

« Même si je veux étudier davantage, » continua Olivia.

Mais, avec son statut, Olivia ne pouvait pas refuser l’invitation de Julius.

Au début, elle ne savait pas que Julius était le prince héritier, mais maintenant elle le savait.

Elle ne pouvait pas le lui refuser, et si elle acceptait l’invitation de Julius, elle ne pouvait pas non plus refuser l’invitation des autres garçons — de jeunes nobles.

Et quand elle s’était rapprochée de ces cinq-là comme ça, les filles de l’académie lui en avaient voulu.

« Que dois-je faire ? Que dois-je faire ? » se demanda-t-elle à voix haute.

Ce serait bien si elle pouvait honnêtement leur dire qu’ils étaient un ennui, mais si elle disait une telle chose, Olivia perdrait sa place pour faire partie de la société.

L’autre partie était Son Altesse, le prince héritier — le prochain roi de ce pays.

Ça n’affecterait pas qu’elle. Elle ne savait pas quel mal ça ferait à son lieu de naissance.

Olivia se leva et se prépara à sortir avant de partir à la rencontre de Julius.

☆☆☆

Au début du second trimestre, même un Mob sera très occupé.

Même en ne parlant que des événements de l’académie, il y a le festival de l’académie et l’excursion sur le terrain dans le programme.

Je pensais faire quelque chose au festival de l’académie, mais il y avait un plus gros problème que ça — .

« Marie-sama, s’il vous plaît, présentez-nous aussi des filles ! »

— Il s’agissait des garçons du groupe des barons pauvres qui s’inclinèrent devant Marie.

Et puis Marie était…

« Oh ? Ne me dites-vous pas de le faire gratuitement, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

— Elle était assise sur une chaise alors qu’elle agissait de manière arrogante.

Elle croisa les bras et les jambes avec un sourire posé.

Je voulais lui apprendre le mot « humilité ».

Le garçon qui jouait le rôle de chef négociait avec Marie, mais derrière lui, les garçons attendaient avec une expression sanguinaire effrayante.

De la première à la troisième année — presque tout le monde se trouvait ici.

« Bien sûr ! Nous ferons tout ce que nous pourrons ! C’est pourquoi — s’il vous plaît, présentez nous des filles — des filles merveilleuses, à tout le monde ! »

« Que faire ~ ? » déclara Marie.

La dernière fois, Marie nous avait présenté des filles qui nous posaient un peu de problèmes.

Si nous nous trouvions dans mon monde précédent — le Japon, alors cela serait des filles qui seraient un peu problématiques.

Une fille enfermée, une fille paresseuse, une fille qui ne s’intéressait qu’à son hobby, ce genre de filles.

Mais, dans ce monde, un problème de ce degré était la même chose que n’avoir aucun problème.

On pouvait plutôt les appeler des filles merveilleuses.

Pour les héritiers de maisons de barons pauvres comme nous, les filles que Marie nous avait présentées étaient des déesses.

Non, est-ce trop exagéré ? Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’excellents articles.

Elles étaient si excellentes que c’était des filles que vous supplierez de sortir avec vous, même si vous devez vous battre en duel avec les autres pour cela.

Par exemple, c’était bien même si la jeune fille continuait de s’enfermer dans sa chambre et ne voulait pas aller en classe ou à l’école.

C’était aussi bien même si elles passaient leurs journées à ne rien faire parce que c’était fatigant.

Une fille qui ne s’intéressait à rien d’autre qu’à son hobby et qui ne se souvenait même pas du nom des gens était aussi parfaite.

C’était tout simplement parce que les filles normales étaient trop horribles par rapport à elles que l’on pouvait considérer comme faisant partie de leur charme unique.

Marie qui était proche d’être un tel problème — non, les filles uniques demandaient des frais d’intermédiation auprès des garçons.

« Alors, je demanderai peut-être le pudding de la cafétéria étudiante tous les jours. Je veux manger du pudding au déjeuner tous les jours, » déclara Marie.

« Eh !?? »

C’était juste un pudding de la cafétéria des étudiants, mais cette académie était quand même une école pour les nobles.

Naturellement, même le pudding qui était vendu à la cafétéria était vraiment extravagant.

Pour parler en termes modernes du Japon, c’était le fameux dessert de la cafétéria qui coûtait 1000 yens la pièce.

D’ailleurs, les étudiants pouvaient utiliser la cafétéria étudiante gratuitement, mais tout changement dans le menu ou la commande d’un plat supplémentaire serait facturé en supplément.

J’avais regardé Marie avec exaspération. « Comment peux-tu demander du pudding juste pour présenter quelqu’un ? De plus, tu le demandes tous les jours. »

Comme on pouvait s’y attendre, même Marie semblait penser qu’elle en demandait trop. Elle hésita un peu.

« Eh bien, c’est parce que je veux le manger. Je, j’ai compris. Alors, je me contenterai de trois puddings par semaine, » déclara Marie.

Les élèves de sexe masculin avaient ouvert en grand les yeux en entendant cela alors qu’ils étaient en état de choc.

« Trois, trois !? »

Marie était également surprise, alors elle avait fait un compromis.

« D’accord, alors — une fois par semaine, » proposa Marie.

Les garçons avaient formé un cercle et avaient commencé à discuter.

« Oi, est-ce qu’on n’a vraiment besoin que de préparer du pudding ? Pour une raison ou une autre, sa demande diminue progressivement !? »

« Imbécile ! C’est sûrement une sorte de code. Si ce n’est pas le cas, la compensation est trop bon marché. »

« C’est sûrement un piège, n’est-ce pas ? Se, se pourrait-il qu’il n’y ait plus de filles ? »

D’après ce que j’avais entendu lors de la discussion entre garçons, il semblerait que la compensation exigée par Marie était trop faible alors ils avaient des doutes.

Si je devais donner un exemple — même s’ils pensaient qu’on leur demanderait d’acheter un sac ou des vêtements chers d’une marque célèbre, on leur demandait plutôt de donner du pudding du mini marché. Est-ce ce qu’ils pensaient qu’il y avait un piège ?

Il semblerait qu’ils soient mal à l’aise parce que l’indemnisation était trop bon marché.

Je comprenais très bien ce qu’une fille attendait normalement d’eux.

— C’est vraiment triste d’être un homme.

Le leader se tourna vers Marie.

« Marie-sama — pardonnez mon ignorance, mais le pudding est-il une sorte de jargon secret ? »

Le sourire de Marie trembla.

« Les gars, pensez-vous que je vais faire des demandes bizarres ? Je vous dis à tous de me préparer du pudding à la cafétéria de l’école ! Quelle autre signification ça peut avoir !? » demanda Marie.

« Eh !! »

Les garçons avaient été sérieusement choqués.

☆☆☆

Dans la classe.

C’était maintenant le deuxième trimestre. Mes amis Daniel et Raymond que j’avais rencontrés après tant de rires.

« Ils ont mal compris en pensant que le pudding était un jargon secret ? Ces personnes plus âgées sont vraiment stupides. »

Daniel avait dit ça, mais Raymond l’avait réprimandé. « Ne te moque pas d’eux. »

« Voilà à quel point ils sont désespérés. Plus importants encore, les étudiants de première année cette année ont vraiment de la chance. Nous avons Marie-san, donc même nous avons la chance de rencontrer une fille. »

Des enfants à problème qui sortaient rarement du dortoir des filles.

Sans Marie, nous ne pourrions pas les rencontrer.

En pensant cela, l’existence de Marie était importante pour nous.

J’avais grommelé. « Je veux aussi qu’on me présente une fille. »

Mais, quand j’avais dit ça, la réaction de mon entourage était devenue très compliquée.

« Léon, j’y ai pensé il y a quelque temps, mais, es-tu un idiot ? »

« C’est mieux pour Léon de réfléchir sur lui-même pour de vrai. Si tu ne réfléchis pas, tu ferais mieux d’être prudent en rentrant la nuit. »

Tout le monde avait réagi comme ça.

« Croyez-vous que je vais sortir avec Marie ? » demandai-je.

Daniel avait fait une tête exaspérée.

« Ce sera plus étrange si tu ne sors pas avec elle. Tu as passé du temps avec Marie-san dans ta maison pendant les vacances d’été, n’est-ce pas ? C’est déjà comme si vous étiez fiancés, » déclara Daniel.

Raymond hocha la tête.

« Vous ne l’avez pas encore annoncé publiquement, alors peut-être êtes-vous encore à deux pas de l’engagement ? Je suis vraiment jaloux, » déclara Raymond.

Daniel avait regardé Raymond qui avait dit une telle chose.

« Hé, Raymond. J’ai entendu dire que tu sors avec une fille qui nous a déjà été présentée, non ? Je ne veux pas le croire, mais tu ne nous prends pas en traître là, n’est-ce pas ? »

« Daniel — Je suis désolé. »

Raymond s’était excusé avec joie. Daniel avait saisi son cou de ses mains et le souleva.

« TOIIIII ! »

Quelle bande bruyante !

Marie était venue en classe pendant que je les regardais avec exaspération.

Sa main tient un tract.

« Écoutez, écoutez, écoutez ! À propos du festival de l’académie, il y aura des concours le troisième jour ! J’ai entendu dire qu’on peut gagner de l’argent si on obtient un bon classement ! »

Ses yeux brillaient de mille feux. Marie avait l’air très heureuse.

Ses yeux étaient aveuglés par la valeur des prix.

Cette fille était vraiment fidèle à son propre désir.

« Vas-tu participer ? » Marie secoua la tête quand je lui demandai ça.

« Être une fille n’est pas une bonne chose. Les athlètes seront choisis en fonction de leur statut social ou de leur influence. En premier lieu, le nombre de concours auxquels les filles peuvent participer est faible, » répondit Marie.

Les participants au concours étaient donc principalement des garçons.

La raison ? C’est pour la chasse au mariage.

Les garçons devaient montrer leurs capacités ici quoiqu’il arrive.

La raison en était qu’il s’agissait d’une période d’appel pour les filles.

Dans ce jeu, il s’agissait d’un événement où les cibles de conquête pouvaient montrer ce qu’ils avaient dans le ventre.

Est-ce que le personnage principal, Olivia allait aussi montré ses capacités dans cet événement ?

« Et donc Léon, n’essaierais-tu pas d’y participer ? » demanda Marie.

Le dépliant que Marie m’avait montré contenait un texte sur la course de motos aériennes.

« Une course de motos aériennes ? C’est impossible pour moi, » déclarai-je.

« Pourquoi !? Le prix en argent pour cette course est incroyablement haut ! » déclara Marie.

« Les garçons se battront les uns contre les autres pour les places de participant d’un concours aussi populaire. Tout comme les filles qui ont beaucoup de restriction comme le statut social et ainsi de suite, nous avons aussi des difficultés, » répondis-je.

La caste scolaire dans ce monde était le vrai rang social, pas comme la caste d’école inventée dans le monde précédent.

En fait, une caste — un système de classes sociales — existait réellement dans cette académie.

La classe sociale n’existait pas seulement entre les nobles et les roturiers, elle existait aussi entre les nobles.

Le standing de sa maison allait également influencer la façon dont les athlètes participants seraient décidés.

C’est inutile de ne compter que sur ses compétences.

Marie chuchota à mon oreille. « Écoute, il te sera possible de participer et même de gagner si tu utilises Luxon n’est-ce pas ? »

« Toi, tu ne comprends pas ce type, » répondis-je.

Si c’est ce type, il dira sûrement quelque chose comme ça, je peux préparer quelque chose comme ça, peu importe combien tu veux, alors ?

Pendant que je réfléchissais à cela, Luxon avait répondu dans un volume qui ne pouvait être entendu que par nous deux.

« J’ai confirmé les exigences. La participation au concours et l’obtention de la victoire finale, est-ce exact ? Alors à partir de maintenant, je m’arrangerai pour que les concurrents forts tombent malades et que les athlètes participants le jour de la compétition rencontrent un accident malheureux — . »

Cela avait surpassé mon imagination.

Ou plutôt, que veux-tu dire par accident malheureux !

Il semblerait que Marie ait aussi pensé qu’il serait dangereux de compter sur Luxon, alors qu’elle avait regardé le dépliant avec découragement.

« Même si je pensais pouvoir gagner de l’argent ici, » murmura Marie.

« Pourquoi penses-tu que tu obtiendras aussi une part alors que c’est moi qui vais participer ? T’es stupide ou quoi ? » demandai-je.

« Je te soutiendrai au moins un peu si tu participes ! Oublie ça, je t’en supplie. Je suis dans le pétrin ce mois-ci ! Coopère avec moi, » supplia Marie.

« Ha ? Je t’ai déjà donné de l’argent de poche, » répondis-je.

Elle était trop pitoyable, alors je lui avais donné de l’argent de poche à la fin des vacances d’été.

De plus, le montant était considérable. Je ne pouvais pas l’imaginer à court d’argent immédiatement.

Marie essuya ses larmes. « Cela a disparu à cause de la dette de ma famille. Les agents de recouvrement sont arrivés chez moi alors qu’ils pensaient que j’avais un peu d’argent. Même si ce n’est pas ma dette, ne sont-ils pas horribles !? »

« Uwaa! »

Luxon avait analysé la situation. « Ils doivent penser que Marie qui s’est inscrite à l’académie gagnerait un peu d’argent en tant qu’aventurière, alors ils sont venus pour recouvrer la dette, même si ce n’est que légèrement. À part ça, peut-être que la famille de Marie a aussi mentionné son nom aux gens qui sont venus pour recouvrer les dettes, non ? »

C’est trop horrible, je n’arrive pas à trouver un mot à dire.

Marie s’était mise à pleurer, alors Daniel et Raymond qui étaient tournés vers moi me regardèrent fixement.

Ils devaient penser que je l’avais fait pleurer.

« Quoi qu’il en soit, arrête de pleurer. C’est ça, c’est ça ! Il y aura aussi des paris dans les concours, je gagnerai beaucoup d’argent dans ça, » déclarai-je.

Mes paroles sembleraient stupides pour ceux qui avaient écouté de l’extérieur, mais j’avais Luxon et je pourrai donc gagner facilement les paris.

Mais, Marie avait refusé cela avec une forte volonté.

« Ce n’est pas une bonne chose ! » s’écria Marie. 

« — Hein ? »

« Je déteste les jeux d’argent ! Toi aussi, s’il n’y a pas besoin de jouer, ne le fais absolument pas, » déclara Marie.

« D-D’accord, » déclarai-je.

— Je pense que la vie est la même chose que le jeu, mais, il n’y aura pas de sens même si je le dis, alors je suis resté silencieux.

Marie appuya ses mains sur son visage et gémit.

« Maintenant que c’est devenu comme ça, je vais gagner de l’argent grâce au festival de l’académie d’une manière honnête ! Je dois penser à quelque chose qui peut se vendre, » déclara Marie.

Cette fille est vraiment dans une situation très dure.

♥♥♥

Partie 3

Le jour de la fête de l’école.

« Bienvenue !! C’est bon marché. Jetez un coup d’œil ! »

Marie travaillait comme vendeuse d’un stand. Elle avait haussé la voix pour attirer la clientèle.

Nous faisions un stand de nourriture pour le festival de l’académie. 

Il s’agissait de la vente de beignets aux couleurs vives et aux garnitures colorées.

« Je ne pense pas avoir envie de manger quelque chose comme ça, » déclarai-je.

Je faisais frire des beignets. À côté de moi, Daniel et Raymond travaillaient dur.

« Léon, travaille correctement, » déclara Daniel.

« C’est vrai. C’est important pour le bien-être de Marie-san, » déclara Raymond.

Tous les deux avaient pitié de Marie et l’avaient aidée.

Et puis je continuais à faire des beignets.

Marie attirait les clients et vendait des beignets l’un après l’autre.

« Cette fille, elle est tout simplement incroyable, » murmurai-je.

Tantôt, elle était énergique, tantôt elle parlait doucement, tantôt elle racontait des histoires sanglotantes — elle avait utilisé toutes sortes de méthodes pour vendre beaucoup de beignets.

Luxon qui se cachait avait répondu à mon marmonnement. « Ne devrais-tu pas aussi apprendre d’elle ? »

« Je suis riche, donc je ne veux pas travailler, » répondis-je.

« Tu es le pire, » déclara Luxon.

« Je ne me déteste pas, même si je suis le pire, » répondis-je.

« Plutôt que dire ça, s’il te plaît, enlève les beignets de l’huile, » déclara Luxon.

« Oui, oui, oui, » répondis-je.

J’avais sorti les beignets comme Luxon me l’avait demandé. Certes, il semblerait que les beignets étaient déjà cuits.

« Maître, le deuxième beignet en partant de la droite ne répond pas à notre norme de produit. S’il te plaît, respecte correctement la recette, » déclara Luxon.

« Tu es trop bête. Je le mangerai à ma pause pour qu’il n’y ait pas de problème, d’accord ? » déclarai-je.

La voix de Marie résonna dans la zone pendant que je parlais avec Luxon. « Bienvenue !! »

***

C’était l’heure de la pause.

J’avais quitté le stand et je m’étais assis sur un banc avec les beignets défaillants à la main.

C’était un endroit où il n’y avait pas d’activités liées au festival académique, donc il y avait peu de gens ici et je pouvais me calmer.

J’étais venu ici seul pour finir les beignets ratés et j’avais ainsi déjeuné.

Marie ? Les beignets étaient populaires et elle n’arrêtait pas de rire. Elle continuait les ventes même maintenant.

J’étais vraiment impressionné par l’envie de cette fille de travailler à la main.

« Des beignets pour le déjeuner, hein ? J’en ai fait trop, je ne veux pas tous les manger, » déclarai-je.

« Il s’agit d’éliminer les produits défectueux. Ils viennent de la gaffe du maître, donc c’est tout à fait naturel, » répondit Luxon.

« Toi, tu me détestes, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Je n’aime pas le maître, mais je ne déteste pas non plus le maître, » répondit Luxon.

« C’est quoi cette réponse ? » demandai-je.

J’avais mangé lentement les beignets.

Les beignets avaient été fabriqués selon la recette que Luxon avait préparée. La qualité était excellente pour quelque chose fait par les étudiants.

« Ah, c’est vraiment délicieux, » déclarai-je.

« C’est bien, » répondit Luxon.

J’avais immédiatement fini de manger le premier beignet, et quand j’avais mordu à la seconde — une fille était passée devant moi.

Cette fille marchait avec le regard baissé. On aurait dit qu’elle était au plus profond de ses pensées.

Cette fille avait soudainement appuyé ses mains sur son ventre.

Peut-être parce qu’elle avait senti le doux parfum du beignet en passant devant moi, son estomac avait crié de manière mignonne avec un « Kuu ~ ».

Cette fille avait rougi et m’avait regardé. « Dites…, avez-vous entendu ? »

Normalement, un gentleman comme moi dira « Quoi ? » et fera semblant de ne pas avoir entendu, mais peut-être que je m’étais agité en voyant cette fille et j’avais hoché la tête.

« Ah, oui — n, non, je n’ai rien entendu ! » répondis-je.

Même si je m’étais corrigé en panique, c’était trop tard. Cette fille, Angelica Rafa Redgrave était devenue rouge et avait commencé à trouver des excuses.

« J’étais très occupée alors je n’ai pas eu le temps de déjeuner. Et d’ailleurs, aujourd’hui les gens qui sont avec moi ne sont pas là, donc…, » déclara Angelica.

Je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire.

Mais, le regard d’Angelica-san était dirigé vers mon beignet et ne voulait pas se déplacer.

« En voulez-vous un peu ? » demandai-je.

Lorsque je lui avais offert les beignets restants, Angelica-san avait accepté même si elle avait l’air gênée.

« Moi, est-ce d’accord ? » demanda Angelica-san.

« Eh bien, oui, » répondis-je.

« Désolée. Je vous paierai plus tard avec de l’argent, » déclara Angelica-san.

« Ah, ce sont des produits qui ont échoué, donc ce n’est pas nécessaire, » répondis-je.

Quand j’avais dit cela, Angelica-san avait été surprise après avoir pris une bouchée avec sa petite bouche.

« Mais, c’est délicieux. Qu’entendez-vous par échec ? » demanda Angelica-san.

« Comme le fait que la taille est trop grande, ou peut-être trop petite, ce genre d’échec, » répondis-je.

« V-Vraiment ? C’est déjà assez délicieux, » déclara Angelica-san.

Angelica-san s’était assise à côté de moi et avait mangé les beignets avec un regard ravi.

« Les gens qui m’accompagnent ne me laissent pas manger quelque chose comme ça. C’est vraiment agréable à manger, » déclara Angelica-san.

Angelica — la dame noble avec le rôle de méchante dans ce jeu vidéo otome.

Mais, cette fille n’avait pas l’air d’une mauvaise personne.

Marie l’avait dit.

Le personnage principal qui avait volé le fiancé d’une autre personne était bien plus une mauvaise personne.

— Mais, cette fille avait aussi essayé de faire la même chose, n’est-ce pas ? Bien qu’elle ait complètement échoué à la fin.

Quand j’avais regardé Angelica-san, elle avait l’air un peu triste.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Non, ce n’est rien. Les beignets sont délicieux. Je vais prendre congé, Baltfault-dono, » déclara Angelica-san.

Angelica-san s’était levée avec un sourire et était partie. Elle connaissait mon nom.

« Je suis une personne célèbre, hein ? » murmurai-je.

Luxon avait répondu à mon marmonnement. « Le maître n’était pas au courant ? »

***

La deuxième journée du festival s’était terminée.

Marie avait compté ses gains.

« Comme prévu de l’académie où les riches se sont inscrits. Les beignets s’envolent des étagères, même si le prix de chacun d’entre eux est ridiculement élevé, » déclara Marie.

S’il était compté en yens japonais, un beignet serait vendu entre 300 et 500 yens.

Malgré cela, les beignets avaient été vendus en grand nombre et elle avait pu en tirer un profit considérable.

Marie était de bonne humeur.

« Si j’ai cet argent, je ne m’inquiéterai pas pour mes frais de subsistance demain. Oups, les agents de recouvrement vont prendre cet argent si je ne le cache pas, » déclara Marie.

Marie avait mis l’argent dans sa poche pour qu’on ne lui enlève pas l’argent cette fois-ci.

Après ça, une étudiante était venue avec ses disciples derrière elle.

La jeune fille avait tressé ses cheveux et ils formaient des anneaux des deux côtés. Elle avait amené beaucoup d’esclaves demi-humains qu’on appelait des serviteurs exclusifs avec elle.

Son maquillage était épais et l’odeur de son parfum piquait le nez — cette étudiante dégageait une mauvaise vibration.

« Vous êtes Marie de la Maison Lafan, n’est-ce pas ? »

Marie était confuse parce que quelqu’un avec qui elle n’avait pas l’habitude de s’associer lui parlait.

« Qui, qui êtes-vous ? » demanda Marie.

« Votre attitude envers votre supérieur est inacceptable. Avez-vous l’intention de dire que vous ne connaissez pas la Maison du Comte d’Offley ? »

Marie se souvient de sa connaissance du jeu quand elle avait entendu ce nom.

Oui, le nom de cette fille est apparu dans ce jeu.

Pas question !? Pourquoi s’en prend-elle à moi !?

La Maison d’Offley, une maison qui avait acquis le statut de maison noble alors qu’ils avaient été avant ça une ancienne famille de marchands.

C’était une maison d’un noble maléfique qui était lié aux pirates de l’air dans ce jeu vidéo otome.

Ces pirates des airs seraient impliqués dans un événement important au milieu du jeu. Cette fille était un personnage qui s’impliquait avec le personnage principal, qu’elle le veuille ou non, mais elle parlait à Marie pour une raison quelconque.

« Avez-vous des affaires avec moi ? » Marie avait parlé modestement.

La fille de la Maison d’Offley lui répondit. « Vous n’avez rien entendu ? Votre maison et la mienne seront liées par le mariage. Mon grand frère et vous, vous allez vous marier. »

« — Haa ? » s’exclama Marie.

Marie était étonnée d’entendre cela.

« Je suis troublée même si vous me le dites si soudainement. Je n’ai jamais entendu parler de ça, » déclara Marie.

Mais la jeune fille avait montré une attitude indifférente. « Votre opinion n’a pas d’importance. Votre maison a dit qu’ils vous feraient vous marier. Aussi, il semble que vous vous associez avec les nobles démunis, mais arrêtez ça dès maintenant. Je ne veux pas que ma réputation tombe ainsi à cause de vous. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Marie.

« Ça veut dire exactement ce que c’est. On dirait que vous vous joignez au groupe des nobles démunis et que vous vous rapprochez aussi de cet arriviste de Baltfault, n’est-ce pas ? Je vous dis que c’est gênant, alors arrêtez, » déclara l’autre.

Qu’est-ce que cette fille a mal compris ?

Marie pensait cela, mais la jeune fille n’y pensa pas et continua à parler.

« Vous allez épouser mon grand frère. — Dommage que vous ne puissiez pas épouser Baltfault, » déclara-t-elle.

La jeune femme de la Maison d’Offley lui avait envoyé un sourire méchant. Marie avait prédit ce qu’elle pensait.

Cette fille, elle est heureuse de voir le malheur des autres.

D’après son attitude et la conversation, Marie avait jugé que la fille était un type qui aimait rabaisser inutilement les autres.

« Moi, moi et ce type, Léon, on n’est pas comme ça, » Marie avait dit cela et avait détourné le visage.

La jeune femme de la maison de comte s’était alors moquée. « Bien alors. Ce que je veux dire, c’est que d’autres personnes me mépriseront aussi si vous vous entendez bien avec les nobles pauvres de la campagne. Pensez-y bien si vous allez vous marier dans notre maison. — Je vous avais prévenu. »

Marie regarda la fille partir et réfléchit.

Ma seconde vie — est terminée.

♥♥♥

Partie 4

Le troisième jour du festival de l’académie.

J’avais écouté Marie parler de sa situation familiale au moment où les concours s’intensifiaient.

« Mariage avec la Maison d’Offley ? Toi ? » m’écriai-je.

J’avais cru entendre ce nom quelque part et je m’étais souvenu que c’est un nom de famille qui figurait dans ce jeu.

— Ce devrait être une maison liée aux pirates des cieux.

Marie avait fait un sourire impuissant.

Les applaudissements passionnés qui étaient venus de l’endroit où s’étaient déroulés les concours — même moi, j’étais un peu intéressé jusqu’à hier, mais ce n’était pas le moment pour l’instant.

« C’est une blague. Haha ~, comme prévu, je suis vraiment une femme pécheresse. Les hommes viennent à moi, même quand je ne fais rien, » déclara Marie.

« Ne peux-tu pas le refuser ? » demandai-je.

« Comprends-tu assez bien la situation ? Même comme ça, je suis toujours un noble, » déclara Marie.

Peu importe la pauvreté de son revenue, un noble restait un noble.

Moi aussi, j’avais failli me marier pour le bien de la maison.

« Cette Maison d’Offley, il n’y avait pas de fin décente pour eux dans cette situation, » déclara Marie.

Cependant, dans ce jeu, ce nom n’apparaissait que dans les textes. Cela avait été traité à l’arrière-plan sans apparaître directement.

C’est une maison dans laquelle on ne devrait pas s’impliquer.

Si vous considérez le scénario de ce jeu, il ne fallait pas s’impliquer dans cette maison.

« Même moi, je m’enfuirai si je le peux. Mais, ce n’est pas comme si je pouvais vivre toute seule, » déclara Marie.

Si elle refusait, cela deviendrait un problème entre les maisons.

Lafan et Offley allaient ensemble chercher Marie.

Marie devrait aussi se retirer de l’académie et vivre seule.

« Même si ma famille est en ruine, c’est toujours une maison noble active. Ça affectera aussi l’honneur de l’autre maison, donc je vais à tous les coups me faire découvrir, » déclara Marie.

Quelque part en elle, Marie avait abandonné.

« Aa ~ a, je voulais au moins aller à la sortie éducative, » déclara Marie.

« Ne pourras-tu pas te joindre à l’excursion ? » demandai-je.

Elle ne pourra pas participer à un événement du deuxième trimestre. Cela veut-il dire qu’elle va se retirer de l’académie tout de suite ?

Faut-il se dépêcher autant ?

« L’autre maison veut que le mariage ait lieu le plus vite possible. Et puis ma famille pense que faire les choses ainsi ne sera pas un problème, vu que je me retirerai de toute façon de l’académie. — L’avis vient d’arriver, » déclara Marie.

Pendant qu’on discutait, un grand bravo qui avait coupé notre discussion s’était levé du lieu du concours.

Quelqu’un venait sûrement de réaliser un exploit, mais je n’avais pas le temps d’y penser.

« — Marie, » déclarai-je.

« Oups, ne fais rien d’étrange, d’accord ? » demanda Marie.

Marie m’avait arrêté quand je pensais l’aider en utilisant Luxon.

« Même moi, je pensais demander de l’aide. J’y ai pensé, mais je veux éviter un affrontement avec la Maison d’Offley, quoi qu’il arrive. Après tout, cette maison sera négligée même quand ils font quelque chose de mal, en plus — ils seront impliqués dans l’événement, » déclara Marie.

La Maison d’Offley était une maison qui participera à un événement important à mi-parcours du jeu.

Si nous nous impliquions dans cette maison, nous serions incapables de prédire l’évolution des événements futurs.

Même en considérant la question dans la perspective de la vie réelle, cette maison était gênante avec le nombre de mauvaises rumeurs qui la suivait.

Même avec toutes les mauvaises actions qu’ils faisaient, les choses étaient couvertes. Cela signifiait que le royaume les ignorait sciemment.

Il devrait y avoir quelqu’un qui avait de l’influence pour les soutenir.

Cela allait devenir gênant si je m’en mêlais négligemment.

Si je voulais sauver Marie, j’aurais besoin d’une détermination considérable.

Marie avait alors parlé. « Je me suis bien amusée. »

« Hein ? » demandai-je.

« Je dis que je me suis plus amusée que prévu. Le prince et les autres garçons ne me regardaient même pas et je n’arrivais pas à avoir une vie confortable avec un harem inversé, mais je me suis amusée à vivre dans l’académie avec toi, » déclara Marie.

Marie baissa les yeux un moment, puis quand elle se leva le visage, elle avait le sourire aux lèvres.

« Au revoir. Je peux utiliser la magie de guérison, alors je survivrai avec ténacité quand l’événement sera terminé. Prête-moi de l’aide à ce moment-là. »

Elle pensait déjà à l’avenir.

Elle avait l’air d’avoir abandonné beaucoup de choses.

« Es-tu d’accord avec ça, hein ? Parce que — tu as dit que tu voulais refaire ta vie d’étudiante, » déclarai-je.

« C’est mieux que d’atteindre la fin du jeu. Parce que, si le personnage principal ne joue pas son rôle, nous serons vraiment dans le pétrin, » déclara Marie.

« M-Mais quand même, » déclarai-je.

Marie s’était tournée vers moi sans hésiter et s’était mise à marcher.

« Merci pour tout. Toi aussi, fais de ton mieux, » déclara Marie.

Son dos était vraiment petit et peu fiable.

Cette figure en retrait chevauchait celle de ma petite sœur de la vie précédente.

« — Ah, »

Ma main s’était tendue, mais je l’avais immédiatement abaissée.

☆☆☆

La nuit.

Dans ma chambre, j’étais allongé sur mon lit tout en portant l’uniforme.

Luxon planait à proximité, mais sa lentille rouge brillait parce que la pièce était sombre.

« Est-ce que c’est bon ? » demanda Luxon.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Le maître devrait déjà comprendre de quoi je parle. Est-ce bon de laisser Marie partir comme ça ? » demanda Luxon.

« Je te l’ai déjà dit avant. Il y a beaucoup de raisons, par exemple, l’événement dans le jeu, » répondis-je.

« Le maître n’est vraiment bon à rien, » déclara Luxon.

« — Ferme-la, » déclarai-je.

Puis Luxon avait fait une suggestion. « Si le maître me donne l’ordre, je pourrai effacer la Maison d’Offley tout de suite. Et ça, c’est y compris tous ceux qui se cachent derrière eux. »

Cette IA est vraiment dangereuse.

— C’est pathétique que j’aie inconsciemment pensé être d’accord avec cette suggestion.

« Cela ne servirait à rien s’il en résultait la disparition de ce monde de jeu vidéo otome. Le dernier boss est gênant, et nous allons donc avoir besoin que le personnage principal joue son rôle quoiqu’il arrive, » déclarai-je.

« Est-ce un ennemi que même moi, je ne peux pas vaincre ? — Ce ne sera pas bien si on coule même cette terre, non ? » demanda Luxon.

« — Rejeté. Ou plutôt, tu es toujours si extrême chaque fois, » déclarai-je.

« Alors, est-ce que ça va même si Marie se marie dans cette maison comme ça ? » demanda Luxon.

« Tais-toi un peu, » déclarai-je.

Luxon ne me déclara plus rien.

Mais son objectif rouge me regardait sans cesse.

Son regard avait l’impression de me condamner.

Pendant qu’il faisait ça, cela m’ennuyait de voir comment la silhouette de ma petite sœur avait chevauché le dos de Marie.

— J’y pense depuis quelque temps déjà.

Mais il n’y avait pas de preuve décisive.

Marie et moi, nous ne nous souvenions pas de notre nom dans notre vie précédente.

Même si nous avions la mémoire de ce jeu et de notre monde précédent, notre nom était la seule chose dont nous ne nous souvenions pas.

J’avais l’impression qu’il y avait quelque chose d’intentionnel là-dedans.

Mais plus j’y pense, plus Marie ressemblait à ma petite sœur de ma vie précédente.

Parfois, je ressens de la gêne, de la nostalgie — et du réconfort que j’avais retrouvé ma petite sœur de sa part.

— Qu’est-ce que Marie est pour moi ?

Alors, je…

J’avais levé le haut de mon corps et j’avais demandé à Luxon. « Luxon, peux-tu faire ce que je vais te dire ? Les conditions seront très dures, tu sais ? »

Luxon avait fait preuve de confiance. « Écoutons-les. »

☆☆☆

— Et puis l’heure était retournée à la salle de mariage.

Marie se souvenait de son grand frère de sa vie précédente.

Sauve-moi, Onii-chan !

Il n’y avait rien dans son grand frère de sa vie précédente qui pouvait obtenir un score parfait même comme flatterie. Malgré tout, il était une existence qui allait sauver Marie quand elle était dans le besoin.

Il avait aussi un côté qui irait un peu trop loin dans ses actes. Mais, s’il était vivant, elle avait l’impression qu’il la sauverait même de sa situation actuelle.

Oui, s’il était vivant.

Même dans ma deuxième vie, je compte toujours sur mon grand frère.

Derrière son voile, Marie versait des larmes en souriant.

Puis, la grande porte de la salle fut violemment ouverte.

« Arrêtez ce mariage ! »

Il y avait un jeune homme qui demandait d’arrêter le mariage comme dans une scène dramatique.

Les regards de tous ceux qui se trouvaient à l’intérieur de la salle s’étaient rassemblés sur le jeune homme.

Marie regarda aussi ce personnage de derrière son voile, mais l’apparence du jeune homme ressemblait à celle de son grand frère de sa vie précédente.

« Onii-chan ? »

Personne autour de Marie ne réagit à sa petite voix.

Elle se dépêcha d’enlever son voile et vérifia de nouveau avec ses yeux. C’est là qu’elle avait vu celui qui avait interrompu le mariage, c’était Léon.

« Hé, toi, qu’est-ce que tu es venu faire !? » s’écria Marie.

L’apparence de Léon ressemblait à celle de son grand frère de la vie précédente avec le voile sur le chemin.

Marie avait été secouée, même quand elle avait vu la silhouette de Léon, elle l’avait montré du doigt et avait crié en colère.

Tout à l’heure, cela ressemblait à une scène de drame, mais, en regardant attentivement l’apparence de Léon, c’était grossier.

Il portait un fusil et il y avait derrière lui des soldats de la Maison Baltfault.

Il semblait qu’il n’avait pas l’intention de se précipiter et de prendre la main de Marie pour s’échapper d’ici.

Léon souriait à peine.

« Je vous l’ai dit. Arrêtez ce mariage. Non, annulez-le, » déclara Léon.

Ceux qui avaient protesté contre ces paroles de Léon, c’était les membres de la Maison d’Offley et de la Maison Rafan dont l’événement avait été interrompu ainsi.

« Qui êtes-vous !? »

« Que font les gardes ? »

« Jetez cet homme dehors ! »

Les invités avaient commencé à faire du tapage pour jeter Léon tout de suite.

Mais Léon n’avait pas bougé.

Il leur avait montré plusieurs documents.

« Oh oh, ne bougez pas tous. J’ai la permission du palais ici. La justice est de mon côté, peu importe à quel point vous en faites tout un plat ! C’est comme ça que ça se passe, » déclara Léon.

Il semblerait que Léon ait fait irruption dans la salle en utilisant les documents du palais comme bouclier.

Les gens des deux familles étaient également surpris.

L’homme qui allait devenir le mari de Marie — le marié fronça les sourcils.

« Le palais que vous dites ? C’est un mensonge éhonté, » déclara le marié.

Léon avait réfuté ça avec sang-froid. « Ce n’est pas un mensonge. Vous pouvez vous-même vérifier. »

Les gens des deux familles étaient déconcertés — même Marie était surprise.

« Palais ? Eh, qu’est-ce que tu as fait !? » demanda Marie.

Léon s’était mis à parler calmement. « En fait, lorsque j’ai pris le temps d’exterminer un groupe de pirates des cieux, ces types ont mentionné le nom du noble avec lequel ils avaient un lien. Quand j’ai enquêté, le nom de la Maison d’Offley a été révélé. J’ai informé le palais en pensant que cela ne pouvait plus durer. »

Les membres de la Maison d’Offley avaient réagi quand les mots pirates des airs étaient sortis.

« Le palais ne bougerait pas juste avec ça. »

Léon plissa les yeux. « Il y avait ceux qui ont essayé d’écraser cette information quand j’ai prévenu le palais. C’est devenu un peu contesté, mais la discussion s’est réglée sans problème. — Je n’aurais jamais cru que votre commanditaire serait le marquis Frampton. »

Les membres de la Maison d’Offley étaient clairement agités en entendant cela.

Parce que non seulement il y avait la question des pirates des airs, mais même le nom du marquis Frampton, qui était leur commanditaire, était également venu ici.

Le visage du comte d’Offley pâli.

Léon leva son fusil et son expression devint sérieuse. Son air avait changé depuis tout à l’heure.

L’atmosphère n’en était pas une où l’on pouvait faire des blagues.

« Comte d’Offley, je vous demande de venir avec nous. Je demande que le vicomte Lafan vienne aussi, » ordonna Léon.

Vicomte Lafan — Le père de Marie avait été surpris.

« Moi, moi aussi !? » s’écria le père de Marie.

♥♥♥

Partie 5

Léon avait montré une preuve.

« Vous avez un accord secret avec le comte d’Offley, n’est-ce pas ? Il y a ici un document indiquant que vous coopérerez dans l’affaire des pirates des airs en échange de la prise en charge de vos dettes. Il semble que vous vouliez provoquer un malheur en travaillant avec des pirates des airs dès maintenant, » déclara Luxon.

Marie regarda son père.

Puis, son père était tombé impuissant sur son siège. Il semblait que l’accord secret était un fait avéré.

Les membres de la famille autres que Marie étaient agités. Peut-être qu’ils le savaient.

« Pas possible. Dire que vous êtes tous aussi pourris, » déclara Marie.

Le père de Marie avait levé le visage en entendant ces mots.

« Je vois. Vous êtes allé si loin pour reprendre ma fille, alors, je vous autorise à l’épouser. C’est pourquoi, négligez-nous dans cette affaire, » déclara le père de Marie.

Il semblait qu’il pensait que Léon avait fait irruption ici pour reprendre Marie.

Cela signifiait qu’il connaissait la relation entre Marie et Léon, mais qu’il avait décidé de les séparer dès lors.

Marie s’était sentie irritée au plus profond d’elle-même en pensant qu’il y avait là aussi un malentendu. Qu’est-ce qu’il a, ce type ? Il prévoit de s’en sortir tout seul en m’utilisant même après avoir ruiné mon bonheur…

En voyant son père pathétique, Marie avait fait un pas en avant pour le frapper. Mais le marié avait mis son bras autour du cou de Marie.

« Ne bougez pas, ne bougez pas d’un pouce ! Si vous bougez, je ne garantis pas ce qui va arriver à cette femme ! Un pas de plus et je lui brise le cou ! » cria le marié.

« Qu’est-ce que tu fous, enfoiré ? » s’écria Marie.

Même si Marie avait un certain entraînement, c’était un homme avec un physique plus grand qu’elle.

Elle ne pouvait même pas s’en sortir avec son combat.

Les soldats de la Maison de Baltfault levèrent leurs fusils, mais l’époux se servit de Marie comme bouclier et commença à négocier avec Léon.

« Tu as travaillé dur juste pour reprendre cette femme. Ce n’est pas comme si elle m’intéressait. Je te la donnerai si tu la veux. Mais… c’est seulement si tu me laisses partir, » proposa le marié.

Il semblait que l’époux n’avait aucun moyen de s’échapper et il avait donc traité Marie comme une matière à négocier.

Léon regarda le marié — et une Marie capturée. Il avait l’air légèrement irrité.

« Je suis profondément désolé, mais j’ai l’ordre de capturer tout le monde. Et aussi, ce que tu fais est impardonnable, menacer une fille comme ça. Je me demande ce que les garçons de l’académie diront s’ils apprennent ça ? » Léon répondait avec indifférence, mais il avait l’air en colère.

Marie se souvenait de son frère de sa vie précédente agissait de la même manière que Léon en colère.

Léon et son frère de la vie antérieure ressemblaient à la même personne.

Pas possible !? Ne me dis pas que Léon est vraiment — dès qu’elle avait pensé ça.

Une mince lumière avait percé l’épaule du marié depuis le plafond.

« Gah ! »

Le bras du marié avait lâché Marie. Il appuya sa main sur son autre épaule avec un regard douloureux. « Mais, ça fait mal. Alors, à l’aide, quelqu’un ! »

Marie s’était éloignée de l’époux qui s’accroupissait et pleurait de douleur. Elle avait couru vers Léon.

« Léon ! »

Léon abaissa le canon de son fusil.

Et puis Marie fit une expression d’exaspération qui était aussi mélangée à de la joie quelque part en elle.

« Tu as l’air heureuse que ton mariage soit détruit comme ça. Comme prévu, tu ne pouvais pas l’accepter, » déclara Léon.

« Eh bien, désolée. »

Luxon était descendu du plafond. « Maître, j’ai déplacé l’opération à l’étape suivante. »

Léon avait mis le fusil sur son épaule.

« Bon, alors on va faire vite. Après tout, nous devons prendre le contrôle du territoire de la Maison d’Offley d’ici aujourd’hui, » déclara Léon.

Marie ne comprenait pas ce que Léon disait. « Attends une seconde ? Pourquoi le territoire de la Maison d’Offley est-il mentionné ici ? »

Léon avait montré un sourire. « Eh bien, d’après mes négociations avec le palais, il a été décidé que la Maison d’Offley et la Maison Lafan seraient écrasées. Le domaine de ta maison se situe sur le continent principal, donc ce sera la part du palais. Mais, le territoire du comte est sur une île flottante, le palais a dit qu’ils n’en avaient pas besoin. »

Qu’est-ce qu’il raconte, ce type ? Marie inclina la tête dans la confusion. Luxon lui expliqua ensuite.

« La discussion sur cette affaire a été réglée en offrant d’emporter la fortune que la Maison d’Offley a amassée pour être présentée au royaume en échange de la réception de leur territoire. Actuellement, le père et le grand frère du maître attaquent le territoire de la Maison d’Offley. »

Léon lui expliqua plus en détail. « D’ailleurs, les membres des nobles pauvres m’ont aussi donné un coup de main après que je les ai contactés. Ils ont dit que c’est parce qu’ils ont une dette envers toi. N’es-tu pas contente ? »

« U, uh huh. Hein ? » Elle était heureuse qu’ils l’aident, mais Marie ne comprenait pas ce qu’ils faisaient et elle ne pouvait que pencher la tête.

Luxon expliqua en détail. « Les garçons du groupe auquel appartenait le maître ont demandé de l’aide à leur maison. Il y a aussi d’autres nobles qui donnent aussi leur aide après que nous leur ayons donné des informations. Eh bien, le résultat est qu’environ 200 dirigeables sont rassemblés. »

Une flotte de cette taille avait attaqué le territoire de la Maison d’Offley et de la Maison Lafan.

Le comte d’Offley et le vicomte Lafan s’étaient évanouis en laissant sortir de l’écume de leur bouche en entendant cela.

***

Le jour suivant.

Je parlais au bureau avec mon père, et mon grand frère et Collin, qui avait l’air endormi.

On parlait de la guerre d’hier.

Ou plutôt que la guerre, on ne faisait qu’envoyer des dirigeables vers la Maison d’Offley et la Maison Lafan.

Il y avait eu une escarmouche, mais tout s’était bien passé.

Après tout, nous avions un nombre écrasant de personnes dans notre camp.

En conséquence, le territoire de la Maison Lafan avait été effacé de la carte du royaume de Hohlfahrt.

Il était devenu un territoire sous le contrôle direct du palais, tandis que l’île flottante qui appartenait à la Maison d’Offley était devenue la propriété de la Maison Baltfault.

J’hésitais à laisser la Maison d’Offley rester ou non en considération pour l’avenir, mais j’avais eu l’impression qu’ils ne deviendraient des problèmes que plus tard, alors je leur avais fait quitter la scène ici.

C’était le résultat de la décision de ne s’impliquer qu’à mi-chemin, ce qui était la chose la plus dangereuse à faire.

Mais — ma maison, qui avait obtenu le territoire de la maison du comte, était devenue légèrement troublée.

« Pourquoi dois-je devenir indépendant et devenir comte ! C’est étrange ! »

Ce n’est pas moi qui faisais du grabuge.

C’était le deuxième fils Nix.

Mon père le persuadait désespérément. « Arrête de protester et accepte-le. Ce n’est plus à l’échelle d’avoir une succursale, mais papa aussi sera content si tu peux devenir indépendant. »

L’histoire du deuxième fils, Nix, qui héritait du territoire de l’ancienne Maison d’Offley et devenait comte, progressait.

Ne devrait-il pas être mon père qui est devenu comte ?

J’avais une telle question et j’en avais demandé la raison. Père répondit alors. « Il m’est impossible de gérer le territoire d’une maison de comte. Aussi, je veux le remettre à Nix et le rendre indépendant avant que Zola et Ludward n’arrivent. »

En tant que père, il devait vouloir faire de son cher second fils, un splendide noble indépendant.

Si c’était lui qui devenait comte, il ne pourrait pas laisser le grand frère devenir celui qui héritera du titre plus tard.

Si c’était mon père qui devenait comte, Zola verrait cela comme une bonne occasion et elle dira à mon père de donner le titre à Ludward — le premier fils.

Quand j’avais demandé si c’était grand frère qui hériterait de cette maison de baron, mon père m’avait répondu « — Dans ce cas, Zola et Ludward deviendraient la maison principale de la maison Baltfault. Ils vont tous vous faire travailler comme leurs esclaves. »

Ce serait un problème si la gênante Zola et ses enfants héritaient du statut de comte après que nous ayons traversé tous les problèmes pour détruire la gênante Maison d’Offley.

C’est pour ça que j’avais aussi accepté que mon Grand Frère soit celui qui devienne comte.

Ce n’est pas comme si c’était moi qui devenais le comte, ce qui signifiait qu’il y aurait moins de problèmes pour moi. J’étais tout à fait d’accord.

Même si le grand frère n’était pas d’accord.

« C’est étrange ! D’ailleurs, est-ce que la position de comte est quelque chose que tu peux recevoir juste comme ça ? Est-ce bien que ce soit moi qui en hérite ? Bien sûr que non !! » s’écria mon frère.

Mon père avait fait un visage souriant en disant qu’il n’y a pas de problème. « Si c’est à propos de ça, en fait, il y a quelqu’un qui s’intéresse à toi. »

« Hein ? »

« Une lettre du comte Roseblade m’est parvenue — elle disait : “Je suis ravi que tu aies le cran de démolir la maison d’Offley que je n’aime pas, alors je vais te donner ma fille”. »

— Mais c’était moi qui avais réglé la discussion en coulisse.

J’avais entendu dire que la Maison Roseblade, une célèbre maison de comte détestait la Maison d’Offley.

Il y avait plusieurs raisons à cela, comme leur faction différente.

Collin, qui écoutait notre exposé, avait regardé Grand Frère avec un regard idolâtre.

« Donc Nix-niichan va devenir comte. Incroyable ! » s’écria Collin.

Le grand frère avait mis ses deux mains sur les épaules de Collin et l’avait secoué.

« Je suis troublé si on me dit soudainement de devenir comte ! C-C’est vrai ! Léon. Tu peux faire de Léon le comte à la place ! C’est Léon qui a tout arrangé cette fois ! » s’écria mon grand frère.

Même si c’était sa chance de réussir dans la vie, il voulait la concéder à son petit frère. Quel grand frère modèle !

Je souhaite qu’un grand frère comme Nix puisse devenir heureux.

C’était pour ça que je lui avais dit avec le sourire. « Je pense qu’il vaudrait mieux que ce soit grand frère qui reçoit le titre avec tous les ennuis qui l’accompagnent. Aussi, j’ai prédit que grand frère se plaindrait alors j’ai amené la fille en question ici. Vous deux, je vous le laisse ! »

J’avais appelé deux femmes afin qu’elles entrent dans la pièce. Même Deirdre-senpai était aussi venue. Il semblerait qu’elle soit venue comme escorte pour sa grande sœur.

Deirdre-senpai était étudiante en troisième année à l’Académie.

« Oh, celui qui a vaincu ce méchant Offley est un homme timide, semble-t-il. »

Grand frère était dans une classe différente de celle de Deirdre-senpai, mais ils étaient dans la même année.

Il semble qu’ils se connaissaient.

« Deirdre-san ? Est-ce possible, l’autre partie est Roseblade… ! »

Cette Deirdre-senpai était une jeune femme aux cheveux blonds, coiffée en bouclettes.

Sa grande sœur Dorothea-san — avait les cheveux blonds, longs et raides. Elle portait une robe qui montrait clairement son corps glamour.

Elle avait une très belle forme qui contenait de la froideur à l’intérieur.

Elle avait une personnalité de reine qui surpassait même Deirdre-senpai !

Elle avait vingt ans.

C’était une beauté qui lui irait à merveille avec un fouet à la main.

J’étais jaloux de mon grand frère.

« C’est Dorothea-san. Le candidat au mariage de mon grand frère. »

Grand frère m’avait montré du doigt quand je l’avais présenté. « Pourquoi ris-tu ! »

♥♥♥

Partie 6

J’étais aussi envieux quand j’avais appris que cette femme aux gros seins allait devenir l’épouse de mon grand frère, mais j’étais devenu capable de sympathiser quand j’avais appris sa personnalité.

C’était quelqu’un de dur, comme son apparence le suggérait.

« Vous avez l’air de bien vous amuser tout en ignorant votre épouse ! »

Quand Dorothea-san avait dit cela sur un ton ferme, mon grand frère avait crié « Hii » et il avait reculé.

S’était-elle déjà appelée son épouse ?

Eh bien, l’introduction d’aujourd’hui est en fait un entretien de mariage formel. Le mariage était déjà décidé à 80 %.

J’avais arrangé ça jusque-là.

Leur père, le comte Roseblade, était aussi impatient.

« C’est quoi ce comportement, même si vous allez devenir le mari de ma fille ? Même si j’attendais ce moment avec impatience après avoir appris que vous aviez vaincu ce méchant Offley — c’est une déception, » déclara le comte Roseblade.

Deirdre-senpai semblait également déçue. « En effet. Père aussi, je ne comprends pas pourquoi il attend ce mariage avec impatience. »

— J’avais demandé à Luxon d’enquêter. Il semblerait que le père de deux filles, le comte Roseblade, s’inquiétait de savoir si Dorothea-san serait capable de se marier correctement.

Il semblait vouloir la marier s’il y avait un bon candidat.

Dorothea-san regarda mon grand frère.

« Même si votre petit frère Léon avait réalisé un exploit en tant qu’aventurier — il ne semblerait pas que vous, son grand frère ait fait quelque chose. Partagez-vous vraiment le même sang ? » demanda Dorothea-san.

Elle parlait comme bon lui semblait.

Collin se cachait derrière notre père.

Mon père aussi murmura quelque chose d’horrible comme « Léon est la mutation dans notre famille alors que Nix est le cas normal. »

Puis, mon grand frère, tremblant, leva le visage. « Ouais, c’est vrai ! Je suis un frère aîné inférieur à mon petit frère. Et alors ! »

Il semblerait qu’il ait quelque chose en tête et qu’il ait agi de manière belligérante envers Dorothea-san.

Ce type est-il sain d’esprit ?

Après avoir pensé ça, j’avais réalisé le plan de mon grand frère.

« Grand frère, ne dis plus rien ! » m’écriai-je.

« La ferme ! »

Il semble que mon grand frère se battait avec Dorothea-san pour annuler cette discussion sur le mariage.

Apparemment, il avait l’impression que les choses allaient s’arranger s’il parvenait à faire partir Dorothea-san alors qu’elle était en colère.

« Grand frère, tu ne sais vraiment pas quand abandonner ! Calme-toi aussi. Tu ne devrais pas mettre en colère l’autre partie ! » déclarai-je.

« Léon, je ne veux pas entendre ça de ta bouche ! Écoutez-moi bien, femme égoïste ! » s’écria mon grand-frère.

Mon grand frère avait pointé Dorothea-san du doigt.

Dorothea-san déclara. « Quoi !? Vous avez bien dit, femme égoïste ! » Dans l’indignation avec un visage surpris.

« Ne vous méprenez pas. Ce n’est pas vous qui me faites une faveur en m’épousant, c’est moi qui vous fais une faveur de vous épouser ! Si vous n’aimez pas ça, alors c’est dur, mais rentrez chez vous immédiatement ! » déclara mon grand-frère.

Les deux individus étaient tous les deux rouges face à l’indignation.

Mon père déclara « Nix, arrête ! Tu vas provoquer une guerre contre la maison Roseblade ! » avec un visage qui semblait indiqué qu’il voulait pleurer.

— Mais.

L’escorte Deirdre-senpai se mit à sourire.

« Onee-sama, je suis contente. »

— Hm ?

Dorothea-san, dont le visage était rouge sang, se mit à sourire et elle se lécha les lèvres de manière envoûtante.

Plutôt que de dire qu’elle était enragée, on dirait qu’elle était excitée.

« Bien. Tu es la meilleure. Tous les hommes d’avant, chacun d’entre eux devenait servile rien qu’en entendant le nom Roseblade. J’attendais un homme comme toi qui vaudra la peine d’être avec moi, » déclara Dorothea-san.

Mon grand frère était choqué par ça. « — Hein ? Qui, pourquoi ? »

Dorothea-san croisa les bras et ses yeux brillèrent.

« Non, c’est plutôt nous deux qui nous disciplinons l’un et l’autre — un gentleman qui s’opposera farouchement à moi est à la place ce que je préfère. Je déteste les hommes dociles. J’ai enfin trouvé l’homme idéal ! »

Mon grand frère avait eu des sueurs froides.

Dorothea-san avait serré le bras de mon grand frère dans ses seins — et l’avait tirée hors de la pièce.

« Tu es le meilleur, » déclara Dorothea-san.

Mon grand frère était traîné dehors. Sa main s’était tendue vers moi quand il passa la porte.

« Hé, à l’aide —, » gémit-il.

J’avais agité la main en souriant.

« Je suis content pour toi, grand frère ! » déclarai-je.

Notre père et Collin agitèrent également la main vers le grand frère qui était emmené.

« E-Est-ce bien comme ça, n’est-ce pas ? » demanda notre père.

« Nix-niichan est traîné loin, » déclara Collin.

J’avais réussi à pousser en toute sécurité la position gênante du comte jusqu’à mon grand frère.

J’avais même trouvé une partenaire de mariage pour mon grand frère pendant que j’y étais. Y a-t-il un petit frère aussi capable que moi dans ce monde ?

Quand la porte s’était fermée, on avait entendu la voix de mon grand frère. « Je ne l’oublierai pas, salaud ! »

Il semble qu’il pleure de bonheur.

Deirdre-senpai haussa les épaules. « Je suis jalouse de Onee-sama. Je souhaite aussi trouver un homme qui a du cran. »

— J’espère que vous trouverez un homme comme ça. C’est pourquoi s’il vous plaît, ne me regardez pas comme ça.

Maintenant, occupons-nous du reste.

***

Marie pleurait quand j’étais retourné à l’académie.

« Ma maison a disparu, je ne suis plus une noble maintenant ! » déclara Marie.

Si elle pleurait, c’était parce que sa maison avait été écrasée et que son statut de noble lui était retiré.

Maintenant, Marie avait perdu sa qualification pour fréquenter l’académie.

« Serait-ce mieux si tu épousais l’héritier de la Maison d’Offley ? » demandai-je.

« Je, je ne veux pas ça, » répondit Marie.

J’avais confirmé ce fait avec Marie.

Il y avait un moyen pour Marie de rester aussi une noble et de fréquenter l’académie.

Mais, pour ce faire, il y avait quelque chose que je devais d’abord confirmer avec elle, quoi qu’il arrive.

En fonction du résultat, je devrai trouver un partenaire pour Marie.

« Je t’ai déjà dit que j’avais une petite sœur dans ma vie antérieure, non ? » demandai-je.

Marie avait aussi l’air de vouloir dire quelque chose. Elle avait hoché la tête avant de détourner les yeux de moi et de regarder vers le sol.

« O-Oui, » Marie aussi a dû vaguement le soupçonner.

Peu à peu, j’avais parlé de ma petite sœur — la petite sœur de ma vie précédente.

« Je ne me souviens pas de son nom, mais j’avais deux parents et une petite sœur. C’était une famille de quatre personnes, » déclarai-je.

« — Moi aussi, » répondit Marie.

J’aurais dû le remarquer plus vite.

Je pensais que c’était impossible, mais — j’aurais dû remarquer que Marie était ma petite sœur de la vie précédente plus vite.

Si je l’avais fait, je n’aurais pas besoin d’avoir ce sentiment.

« C’était une petite sœur très égoïste. Elle avait l’air gentille, mais elle était douée pour faire l’innocente alors mes parents croyaient ma petite sœur plus que moi, » déclarai-je.

J’avais parlé à Marie de ma vie antérieure.

Mais Marie, qui hochait la tête et écoutait, pencha la tête au milieu.

« Attends une seconde ? Tes parents faisaient plus confiance à la petite sœur qu’au grand frère ? » demanda Marie.

« C’est bien ça. Cette fille était douée pour feindre l’innocence après tout, » déclarai-je.

« Attends, alors c’est étrange. Parce que mes parents faisaient plus confiance à mon grand frère, » déclara Marie.

« Hein ? » m’exclamai-je.

Il semblerait qu’il y ait une certaine divergence.

« Non, attends. Continuons ! Toi aussi, tu as poussé ce jeu à ton grand frère parce que tu n’arrivais pas à le finir correctement !? » demandai-je.

« Certes, j’ai poussé ce jeu sur mon grand frère, mais je lui ai demandé de le faire. J’ai aussi entendu dire que mes connaissances ont aussi demandé de l’aide à leur frère ou à leur sœur. Et d’abord, je n’étais pas si horrible que ta petite sœur, » déclara Marie. « Mon grand frère était vraiment effrayant quand il se mettait en colère. Il allait souvent trop loin, mais il était fondamentalement un type que je pouvais facilement tenir sur la paume de ma main. Comment le dire, c’était quelqu’un d’idiot. Aussi, quand je lui demandais de l’aide, il était heureux de faire beaucoup de choses pour moi. »

« Eh, tu avais ce genre de grand frère ? Ou plutôt, même s’il était effrayant lorsqu’il était en colère, c’est étonnant qu’on puisse penser qu’il est facile à contrôler, » déclarai-je.

« C’était mon grand frère, après tout. Il y avait une limite avant qu’il ne soit vraiment en colère. Je savais jusqu’à quel point je pourrais le pousser avant de franchir cette ligne. En y repensant, je me suis laissée trop gâter en tant que petite sœur, » déclara Marie.

— Ce grand frère est complètement différent de moi, n’est-ce pas ?

Tout d’abord, ma petite sœur de la vie précédente m’a forcé à jouer à ce jeu.

En plus, on ne me disait jamais que je suis quelqu’un d’effrayant quand je suis en colère.

Je ne vais jamais trop loin, non plus. Et c’est aussi impossible pour moi d’être facilement manipulée par ma petite sœur.

— Après tout, je me vengeais correctement de ma petite sœur quand elle se moquait de moi.

Et puis, je ne suis pas entêté !

C’est quoi ce grand frère qui est comme un personnage principal de Light Novel !

De plus, je n’avais pas l’intention de gâter ma petite sœur — donc il n’y a aucune chance que ce soit moi !

« La personnalité de ma petite sœur était vraiment horrible. Tu sais, comme quelqu’un dont le visage va complètement changer à l’extérieur par rapport à la maison. Elle savait lire le flux et faisait ce qu’elle voulait en se cachant derrière la confiance de mes parents, » déclarai-je.

« Alors ce n’était pas moi. Ou plutôt, de penser qu’il y a vraiment une femme comme ça, cela me dégoûte. Cette petite sœur n’était sûrement pas quelqu’un de bien, » déclara Marie.

« Ouais, » répondis-je.

Dois-je mentionner ici comment ma petite sœur avait un passe-temps pourri ou comment elle me l’a imposé ?

Pendant que je réfléchissais, Marie avait pris la pose d’une idole de l’héliogravure devant moi.

« Aussi, j’étais une beauté dans ma vie antérieure. Même si je ressemble à ça maintenant, mon style dans la vie précédente était vraiment incroyable, » déclara Marie.

— Ma petite sœur avait bonne mine, mais son style était-il agréable ? Certes, elle était mince, mais son style ne devrait pas être si bon qu’elle puisse s’en vanter à ce point.

Trop d’informations étaient mal assorties les unes aux autres et mon sentiment s’était compliqué d’une façon ou d’une autre.

J’avais dit à Marie. « Désolé, j’ai pensé que tu pourrais être ma petite sœur. »

« Arrête ça ! Ai-je l’air de quelqu’un d’aussi horrible ? N’est-ce pas horrible !? » s’écria Marie.

« N, non, c’est de ma faute. Mais, tu pensais aussi que j’étais ton grand frère de ta vie précédente, non ? Je ne suis pas effrayant comme ton grand frère, » déclarai-je.

Je suis un homme normal qu’on peut trouver n’importe où.

« Je, je suis en train de m’introspecter ! J’ai juste pensé que peut-être — mais ce n’est pas le cas comme je le pensais, » déclara Marie.

En premier lieu, le fait que le grand frère et la petite sœur qui se seraient réincarnés dans ce monde de jeu vidéo otome ensemble ne serait pas drôles du tout.

Marie et moi avions fait une expression compliquée, mais peu à peu, nous nous étions amusés et avions commencé à rire.

« Quoi ? Donc nous avons tous les deux été mal compris, » déclara Marie.

« On dirait que oui. C’est tout simplement impossible, » déclarai-je.

C’est pour ça que j’avais dit à Marie. « Ah, alors il n’y a pas de problème. Marie — viens chez moi. »

« — Hein ? » demanda Marie.

La bouche de Marie se referma et s’ouvrit en raison de la surprise. Je me grattais la joue pour cacher mon embarras.

« Même ruiné, tu es toujours d’une lignée noble. D’ailleurs, il y a une discussion en cours pour te confier à ma garde. Il semble qu’ils donneront la permission, donc s’il n’y a pas de problème — comme ceci, tu peux — tu sais, » déclarai-je.

Je m’étais gratté la tête et j’avais baissé les yeux. Des gouttes de larmes coulaient des yeux de Marie.

« Prépare davantage l’ambiance si tu veux te confesser. Idiooottt ! » s’écria Marie.

J’étais paniqué pour l’avoir fait pleurer. Mais Marie hocha la tête même en reniflant.

« J’accepterai les aveux, alors refais-le. C’est mon rêve de recevoir une confession dans un endroit où le ciel nocturne est visible, et de recevoir une bague, » déclara Marie.

Quelle femme éhontée !

Cependant, j’avais le sentiment que ces actes seraient suffisants.

Même une beauté n’était pas bonne si c’était quelqu’un comme Dorothea-san.

J’avais beaucoup appris du mariage de mon grand frère.

« J’ai compris. Je vais dire à Luxon d’en préparer un, » déclarai-je.

Luxon était sorti de sa cachette quand j’avais murmuré ça. « On dirait que le maître s’est enfin résolu. »

« Ah, tu écoutais !? » m’écriai-je.

J’étais choqué. D’un autre côté, le Luxon semblait être de bonne humeur. Apparemment, il était heureux.

« Oui. Je trouverai immédiatement un endroit avec la meilleure vue nocturne et je commencerai la création de l’anneau. Je finirai tous les préparatifs si vous pouvez attendre trois heures, » déclara Luxon.

Marie s’était plainte quand elle avait entendu ça. « Je ne veux pas d’un truc comme ça ! Planifiez-le plus sérieusement ! Faites aussi la bague correctement ! C’est bon même si c’est bon marché ! »

Le résultat ne changera pas même si j’y passe plus de temps.

« Mais même ainsi ! » Luxon l’avait accepté à contrecœur. « C’est gênant. Ne vous inquiétez pas pour la bague. Je vais y attacher une grosse gemme. Si vous voulez, que diriez-vous que je prépare une bague pour chacun de vos doigts avec des gemmes différentes pour chaque doigt ? »

Marie était consternée par le bon sens de Luxon.

« Ne t’a-t-on jamais dit que tu avais un mauvais sens des valeurs ? » demanda Marie.

« N’y a-t-il pas des données qui disent que les femmes aiment le métal précieux ? » demanda Luxon.

« Ça ne veut pas dire que tout va bien en agissant ainsi, » déclara Marie.

Il semblerait que Luxon ne puisse pas comprendre le bon sens dans ce genre de domaine.

« Donc même toi, tu as des choses pour lesquelles tu n’es pas doué, » déclarai-je.

Luxon avait tourné son objectif rouge vers moi quand je m’étais moqué de lui.

« Pourquoi le maître est-il si heureux ? » demanda Luxon.

« Ce n’est pas vraiment le cas ~, » répondis-je.

♥♥♥

Partie 7

Ils étaient retournés à leur vie quotidienne habituelle à l’académie.

Mais, en ce moment même, Marie — se tenait debout devant la cabine d’invités du dirigeable tout en frappant à la porte sans relâche.

« OUVREZ LA PORTTTTEEE ! »

Marie était occupée dès le matin, même si c’était l’excursion à bord d’un bateau de croisière de luxe.

Derrière Marie, une petite fille enlaçant un livre était nerveuse. « Ma-Marie-chan, elles ne se réveilleront pas toutes les deux. »

Les deux filles dont Marie s’occupait ne sortaient pas de leur chambre, même à l’heure du petit-déjeuner.

Ce ne serait pas un problème si elles étaient des filles normales, mais les filles dont Marie s’occupait avaient beaucoup de problèmes.

L’une était une fille paresseuse qui ne sortirait pas de sa chambre et elle passerait son temps à se détendre si on la laissait seule.

L’autre fille était une fille dont le passe-temps était la peinture. Quand elle se concentrait, elle oubliait de dormir et de manger et, une fois dans ça, elle s’évanouissait même sans que personne ne s’en aperçoive.

Ces deux-là ne s’étaient pas réveillées le matin parce qu’on les avait mis dans la même pièce.

Pourquoi est-ce que je m’occupe de ces filles ? Même si c’est enfin la sortie éducative tant attendue, je n’ai rien fait d’autre que de m’occuper des enfants à problèmes.

Alors qu’elle essayait d’ouvrir la porte, la fille qui tenait un livre s’était assise par terre et avait commencé à lire.

« Pourquoi commences-tu à lire le livre ? » demanda Marie.

« Hein ? Parce qu’elles ne sont toujours pas sorties, » répondit l’autre.

Marie avait envie de pleurer en entendant cette réponse.

« Ne t’assieds pas par terre avant de lire ! De plus, n’apporte pas de livre quand nous partons pour prendre le petit-déjeuner ! » déclara Marie.

« Eh !?? » La fille au livre avait fait une expression très choquée.

L’idiosyncrasie de cette fille ne perdait pas non plus contre les deux autres filles.

Elle ne savait pas si c’était dans le monde précédent, mais, dans ce monde, ces filles étaient très populaires parmi les garçons et cela même avec ce genre de personnalité.

Marie avait recommencé à frapper à la porte. « LEVEZ-VOUS ! LE PETIT-DÉJEUNER SERA FINI D’ICI PEU ! »

La porte à côté de la cabine si bruyante s’était ouverte. Un jeune elfe maussade était sorti de là.

Il semblait être un serviteur exclusif, mais c’était un enfant, peu importe comment elle le regardait.

Marie avait arrêté de frapper à la porte.

Ce gamin, pourrait-il être — ?

Ce jeune garçon, Kyle, avait fait une remarque sournoise envers Marie. « Je vous envie d’être si énergique dès le matin. Mon maître ne se sent pas bien, alors pouvez-vous vous taire ? »

Le regard de Marie erra.

Ce qui veut dire que le personnage principal Olivia est aussi ici ? C-C’est embarrassant. Je ne veux pas vraiment m’impliquer, et je veux aussi éviter d’être détesté par elle.

Le personnage principal deviendra à l’avenir une Sainte et aussi la reine du royaume de Hohlfahrt.

Marie ne voulait pas s’opposer à elle.

« Je, je suis désolée ! Mes amies ne veulent pas quitter leur chambre, » déclara Marie.

Kyle avait plissé ses yeux. « Et si on empruntait une clé pour la chambre ? »

« C’est ce que je vais faire. E-Euh, encore désolée » déclara Marie.

Marie avait pris la fille qui tenait un livre et avait quitté cet endroit.

***

Le bruit avait disparu.

Olivia était assise sur le lit. Elle regarda son serviteur exclusif Kyle qui revint.

« Les as-tu fait partir ? » demanda Olivia.

Kyle parlait fièrement. « Oui, je les ai convaincues. C’était facile. »

Son serviteur exclusif Kyle était un esclave que Julian lui avait acheté.

Olivia ne l’avait pas acheté avec son propre argent.

Mais le problème, c’était les frais de subsistance de Kyle.

En tant que propriétaire, Olivia avait le devoir de subvenir à ses besoins.

Parce qu’elle avait le devoir de lui fournir des vêtements, de la nourriture et un abri, le temps qu’elle utilisait pour affronter de façon proactive un donjon, afin de gagner de l’argent avait augmenté juste après les vacances d’été.

Olivia avait touché son front et avait vérifié que sa fièvre n’avait toujours pas complètement disparu.

« Tout le monde autour de nous est noble, alors sois prudent avec ta formulation, d’accord ? » demanda Olivia.

« Je comprends. Mais, Goshujin-sama peut le dire à Son Altesse Julian s’il fait quelque chose d’horrible, » déclara Kyle.

« Ce n’est pas bon ! » Olivia avait haussé la voix. Kyle en avait été surpris.

« Je, je suis désolée. Kyle-kun, peux-tu m’apporter de l’eau ? » demanda Olivia.

« — Oui. »

Kyle était un enfant intelligent et capable.

Mais, sa bouche vulgaire se démarquait.

Peut-être parce qu’il était encore enfant, il se comportait parfois de manière gâtée avec Olivia.

Olivia, qui n’avait pas de marge de manœuvre, avait parfois des pensées désagréables à l’égard d’un tel Kyle.

Mais, il était l’un de ses rares partisans à l’académie.

Ses sentiments avaient été grandement apaisés par le simple fait d’avoir quelqu’un à qui parler.

Cependant, Kyle pensait qu’Olivia devrait faire usage de sa position autant qu’elle le pouvait.

Olivia n’avait pas pu l’accepter.

Une Olivia fiévreuse se coucha de nouveau et ferma les yeux.

« Même si je veux étudier —, » murmura Olivia.

Il y avait des manuels, des notes et d’autres choses placées sur la table à l’intérieur de la salle.

Elle était devenue incapable d’étudier parce qu’elle avait de la fièvre. Olivia s’impatientait.

Puis, elle avait entendu la porte se faire frapper violemment.

Ce n’était pas Kyle.

Ils devaient viser un moment quand Kyle n’était pas là.

Olivia s’était levée. Elle se couvrit le visage des deux mains avant de se lever et de se diriger vers la porte de façon instable.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Olivia.

Là, les filles de l’académie se tenaient debout.

Elles avaient amené des serviteurs exclusifs avec elles.

« Oh, vous avez l’air très désagréable là même si nous sommes venues vous inviter à jouer, » déclara l’une d’elles.

« Je ne me sens pas bien aujourd’hui, alors permettez-moi de m’abstenir, » répondit Olivia.

Les filles avaient traîné Olivia hors de sa chambre.

« Venez avec nous ! C’est une occasion rare, alors nous vous enseignerons le jeu. Après tout, le casino ici possède plusieurs jeux. Nous pourrons beaucoup jouer, » déclara l’une d’elles.

Les filles et les demi-hommes qui étaient leurs serviteurs exclusifs faisaient un sourire désagréable.

Olivia n’arrivait pas à se concentrer avec sa tête fiévreuse.

Je me demande ce qu’elles vont me faire cette fois ?

***

À l’intérieur du bateau de croisière de luxe.

J’étais abasourdi face à la vue qui se présentait devant moi à l’intérieur du casino.

« Tu te fous de moi. »

Le personnage principal — Olivia — Olivia-san continuait de perdre dans une partie de cartes.

Même si elle n’avait plus d’argent pour parier, les filles qui l’entouraient la forçaient à continuer.

Ce n’était pas seulement avec de l’argent.

Elles commencèrent à jouer à diverses choses, avec par exemple des pénalités à leur retour à l’académie.

« Tu es vraiment faible. »

« — »

C’était peut-être juste mon imagination, mais le teint d’Olivia-san était aussi mauvais.

Sa respiration était également perturbée. Ses yeux n’étaient pas focalisés.

Et aussi — .

L’adversaire d’Olivia trichait.

— D’après le rapport de Luxon, j’avais cru comprendre qu’Olivia-san se faisait piéger.

Marie s’était approchée de moi.

« Hé, qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Marie.

Marie m’avait parlé d’une petite voix. Je ne pouvais pas lui répondre.

Au sujet de cette sortie éducative, des élèves des trois années y avaient participé ensemble — et ils avaient été envoyés à trois endroits.

En raison d’un manque de chance, Olivia-san monta à bord de ce luxueux paquebot de croisière où aucune des cibles de conquête n’était présente.

Pour être plus précis, Julian et Jilk devraient aussi monter à bord de ce vaisseau.

Mais, ces deux individus avaient soudainement des affaires à régler et ils avaient décidé de se retrouver à destination.

J’avais discuté avec Marie de ce qui s’était passé, mais nous n’avions trouvé aucune réponse.

Finalement, nous étions arrivés à la conclusion qu’il ne devrait pas y avoir de problème s’ils se retrouvaient à destination.

C’est pourquoi, actuellement, il n’y avait personne pour protéger Oliva-san.

« Hé, à ce rythme-là, cette fille sera en ruine, » déclarai-je.

La somme d’argent n’était pas quelque chose qu’elle serait en mesure de payer, en plus le contenu des jeux de punition était horrible.

Les filles souriantes ne laisseront pas Oliva-san s’échapper.

Leurs serviteurs exclusifs les entouraient afin qu’il n’y ait pas de chemin de fuite.

— C’est la pire situation.

J’avais réfléchi pendant un moment, puis j’avais entendu la conversation des filles.

« Ah, c’est vrai. Tu n’as plus rien sur quoi parier. Et si tu pariais sur le décrochage scolaire la prochaine fois ? » demanda une fille.

« Hein ? » Olivia-san avait soulevé son visage. Là-bas, les filles s’échauffèrent.

« Ça a l’air bien. Nous aussi, on ne s’énervera pas si tu abandonnes toute seule. »

« C’est sympa, ça. Ah, mais ne crois pas que tu peux fuir le jeu de la punition comme ça. Et bien sûr, tu devras aussi payer la totalité de tes dettes. »

« Paie-le même si tu dois emprunter de l’argent. — Sais-tu ce qui arrivera à ta famille et à ta ville natale si tu fuis ? »

Parmi les spectateurs qui les entouraient, certains rirent et d’autres sympathisèrent.

Mais, beaucoup de garçons ne regardaient pas parce qu’ils ne pouvaient même pas faire une réplique à une fille.

En outre — il semblerait qu’il y avait beaucoup d’étudiants qui pensaient que l’étudiante de la bourse d’études était une horreur à cause de sa proximité avec le prince héritier. Ils voulaient qu’elle disparaisse comme ça.

— Nous serons troublés si cela se produit !

« Je vais prendre sa place, » déclarai-je.

« Hein ? » Marie avait saisi mon bras quand j’avais décidé de sauver Olivia-san.

« Attends une seconde. Jouer, c’est mal, » déclara Marie.

« Je sais, mais il n’y a pas de problème. Dès le départ, je n’ai pas prévu de faire quelque chose comme parier, » déclarai-je.

« Ma-Mais, » balbutia Marie.

« C’est bien, regarde. Je suis un homme qui ne joue pas, mais qui combattrai lors d’un match que je peux gagner, » déclarai-je.

J’avais poussé les spectateurs à l’écart et je m’étais approché de la table. Là-bas, les serviteurs exclusifs des filles me regardèrent fixement.

Je m’étais tenu à côté d’Olivia-san et j’avais posé ma main sur la table.

« Tricher n’est pas juste du tout, » déclarai-je d’une voix forte.

C’est alors que l’une des filles avait eu l’air énervée.

Les deux autres essayèrent de cacher leur agitation.

« Ne t’en mêle pas. Es-tu l’alliée de cette fille ? » demanda l’une d’elles.

Olivia-san regarda vers le sol.

« C’est exact. Je ne peux pas rester silencieux après avoir vu un jeu aussi horrible, » déclarai-je.

L’une d’elles m’avait insulté. « Espèce d’arriviste. Ne sois pas arrogant. »

Certainement, je suis un arriviste.

C’est pour ça que j’ai le droit d’être arrogant.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Quoi !? Qu’est-ce que tu en dis ? » s’écria la fille.

Normalement, même moi, je n’agirai pas durement contre une fille, mais en ce moment, j’avais théoriquement réussi à me fiancer avec Marie.

C’est pourquoi j’étais libéré de la chasse au mariage.

En d’autres termes, en ce moment, je suis invincible !

« Et si vous faisiez un pari avec moi ? Quant au montant, qu’en est-il de cette somme ? » demandai-je.

J’avais sorti un sac rempli de pièces de monnaie de ma poche et j’avais renversé son contenu sur la table.

Les pièces qui étaient tombées sur la table étaient les pièces de fantaisie avec une valeur même supérieure aux pièces d’or, les pièces de platine.

La couleur des yeux des filles avait changé.

« Je vais aussi reprendre le montant qu’Olivia-san a perdu. Ce sera ainsi plus facile pour vous, les filles, de récupérer l’argent correctement, non ? » demandai-je.

Après que j’eus dit cela, Olivia-san m’avait regardé avec surprise.

« Pourquoi m’aidez-vous ? » demanda Olivia-san.

J’avais dit. « Ça va aller maintenant, » et j’avais tourné mon regard vers les filles.

L’une des filles avait souri.

C’était le visage de quelqu’un qui avait l’intention de battre un arriviste comme moi au jeu pour me faire perdre la face.

« Très bien, très bien. Mais n’essaie pas de t’excuser en disant que nous trichons quand tu perdras, » déclara la fille.

Elle avait parlé comme si elles avaient déjà gagné.

« — Bien sûr. Mais je n’aurai aucune pitié si je le découvre, » déclarai-je.

« Ha ! Assieds-toi là. »

J’avais échangé ma place avec Olivia-san et j’avais commencé le match.

Puis Luxon me l’avait annoncé. « Maître, les serviteurs exclusifs des filles leur donnent des informations sur tes cartes. Ils cachent aussi des cartes dans leur manche. »

J’avais regardé en arrière et pointé du doigt les serviteurs exclusifs.

« Pouvez-vous dire à ces types qui ont des cartes cachées dans leur manche de s’éloigner ? Je l’ai déjà découvert, » déclarai-je d’une voix très forte.

Les serviteurs exclusifs firent de leur mieux pour ne pas montrer d’agitation, mais Marie qui était derrière moi avait attrapé le bras de l’un d’eux.

Puis plusieurs cartes étaient tombées de sa manche.

« Ah, ce type cache des cartes ! » cria Marie.

J’avais regardé les trois filles qui avaient l’air de paniquer tout en souriant largement.

« Je n’ai pas l’intention de faire du grabuge en vous accusant toutes de tricherie, alors ne vous inquiétez pas. — Maintenant, commençons, » déclarai-je.

Bien que je ne puisse pas imaginer que les filles devant moi gagneraient quand de mon côté, j’utilisais Luxon pour tricher.

♥♥♥

Partie 8

Dans le casino du bateau de croisière de luxe.

Olivia ne pouvait que s’étonner de la vue devant elle.

Les trois filles qui la tourmentaient tout à l’heure regardaient leurs cartes en pleurant.

Elles s’excusèrent plusieurs fois auprès de Léon.

« Pardonnez-nous, s’il vous plaît. On n’a rien d’autre à parier. »

Léon irait jusqu’au bout si elles trichaient. Et quand il s’agissait d’un match, les filles perdraient.

Les filles ne pouvaient même pas s’enfuir. Devant Léon, le montant que les trois perdantes avaient accumulé montait encore plus haut que celui qu’Olivia avait perdu.

Léon riait.

« Vous le lui avez dit tout à l’heure, n’est-ce pas ? Payez-le même si vous devez emprunter de l’argent, n’est-ce pas ? Vous l’avez dit vous-même à Olivia-san. Vous ferez la même chose si vous perdez, n’est-ce pas ? Allez, montrez vos cartes, » déclara Léon.

Quand elles avaient montré leurs cartes, c’était encore une victoire pour Léon.

Léon n’avait jamais cessé de gagner depuis quelque temps.

Les personnes dans l’entourage examinaient attentivement s’il y avait des preuves de tricherie, mais aucune preuve n’avait pu être trouvée.

En revanche, les tentatives de tricherie des filles avaient toutes été vues à travers.

« C’est ma victoire ! — Alors, qu’est-ce que je vous fais parier ensuite, les filles ? » demanda Léon.

Les filles se levèrent de leur siège pour s’enfuir, mais Léon les menaça d’une voix grave.

« Je recouvrerai la dette auprès de vos maisons si vous fuyez. — Je vais effacer vos maisons de la carte du royaume tout comme Offley et Lafan, » déclara Léon.

La Maison Baltfault avait détruit la Maison d’Offley et la Maison Lafan il n’y a pas si longtemps.

La menace de Léon n’avait pas l’air d’un bluff selon les filles. Elles retournèrent à leur siège et pleurèrent avec une allure inesthétique.

« Nous sommes désolées. Nous ne ferons plus jamais ça. Nous nous excusons aussi pour la tricherie, alors pardonnez-nous. »

Les filles s’étaient excusées auprès de Léon en pleurant.

Léon était déjà impitoyable envers les filles.

« Ce n’est pas bon. Nous continuerons ce jeu jusqu’à ce que vous sachiez à qui vous devez vraiment vous excuser. Je me demande combien de fois de plus vous devrez perdre jusqu’à ce que vous le réalisiez, » déclara Léon.

Entendant cela, les trois filles regardèrent Olivia à côté de Léon et s’excusèrent en pleurant.

« Nous sommes désolées. Nous ne le ferons plus. »

« Pardonnez-nous, s’il vous plaît. Je vous en supplie. »

« S’il vous plaît, pardonnez-nous maintenant. Nous ne pouvons pas payer autant d’argent. »

Olivia était déconcertée de voir les filles s’incliner devant elle. « Eh — ah — ! »

Elle ne comprenait pas.

Des nobles s’inclinaient devant une roturière comme elle.

Elle ne comprenait pas non plus pourquoi Léon l’avait aidée.

Léon posa ses cartes et se leva.

« Je vais mettre vos pertes en attente pour l’instant. La prochaine fois que vous ferez quelque chose à l’étudiante boursière, je viendrai sérieusement pour recouvrer la dette. Ainsi vous pouvez mieux vous résoudre avant de faire quoi que ce soit comme ça, » déclara Léon.

Il semblerait que Léon n’avait pas l’intention d’arracher l’argent que possédaient ces trois-là.

Olivia avait appelé Léon qui partait. « Pourquoi m’avez-vous aidée ? »

C’était la première fois qu’elle voyait ce genre de noble.

Elle avait l’impression d’avoir trouvé un peu de lumière dans l’attitude de Léon qui était différente de celle de Julian et des autres.

Léon se tourna en direction d’Olivia et se gratta la tête avec un air maladroit. « J’en avais envie, c’est tout ? Si quelque chose se reproduit, ne soyez pas réservée et consultez-moi à ce propos. »

En voyant Léon partir, Olivia pensa. Il y a donc aussi une telle noblesse.

***

La destination de l’excursion était une île flottante de style japonais.

Dans ce jeu vidéo otome, c’était un endroit où le joueur pouvait obtenir un objet vraiment important.

Au festival qui se tenait dans cette île la nuit, il y aura un homme portant un masque de renard. Les objets qu’il vendait — ses charmes possédaient de très bonnes capacités. Je voulais les obtenir quoiqu’il arrive.

C’est pourquoi, Marie et moi étions en train de — .

« NE T’ENFUIS PAS, NE T’ENFUIS PAS ! »

« VENDEZ-NOUS LES CHARMES ! »

— Courir après le vendeur de charmes qui portait un masque de renard et un yukata.

« QUE QUELQU’UN M’AIDE ! »

Les charmes que ce type vendait avaient de bonnes capacités dans le jeu, en plus de cela, il était également important pour la croissance du statut du personnage alors nous voulions les obtenir quoiqu’il arrive.

Mais, nous ne pouvions pas jeter un coup d’œil à l’intérieur des charmes que ce type vendait, alors qu’ils étaient entourés de papier.

Parce qu’il existait de nombreux types de charmes, la possibilité de tomber sur le charme que nous visions était faible.

S’il s’agissait d’un jeu, nous pouvions simplement sauvegarder et charger à plusieurs reprises.

Cependant, il n’y avait pas de fonction de sauvegarde ou de chargement dans la vie réelle.

— Il n’y en a vraiment pas ? Cela cela serait génial s’ils existaient.

Maintenant, la règle était qu’une personne ne pouvait acheter qu’un seul charme. La chance d’obtenir le bon lors du tirage au sort se décidait avec une seule chance.

Pour résoudre ce problème, nous avions essayé d’acheter tous les charmes.

Mais, cet homme portant un masque de renard avait dit. « Mais les acheter tous n’est pas une chose permise. Il y a d’autres personnes qui attendent ça avec impatience ! » et il ne nous vendra rien.

— C’est impardonnable.

« On a de l’argent là ! Nous l’achèterons pour dix fois le prix original ! Même cent fois, c’est bien ! » déclarai-je.

Quand j’avais dit ça, l’homme au masque de renard avait refusé en s’enfuyant. « Non ! »

Marie le poursuivait également avec une démarche désespérée afin d’acheter l’article.

« Alors, vendez-nous au moins un exemplaire ! » cria Marie.

L’homme au masque de renard avait demandé confirmation. « Il n’y en aura qu’un par personne, d’accord ? Juste un seul ! »

J’avais crié sur l’homme portant un masque de renard obstiné.

« C’est compris, alors arrête de courir ! » déclarai-je.

L’homme au masque de renard avait arrêté de courir et nous avait regardés avec peur.

J’avais donné l’argent à l’homme.

Marie et moi respirons avec force alors que nos épaules se soulevaient tout en transpirant. Puis nous avions choisi un charme parmi les marchandises de l’homme.

Mais, les breloques étaient mises dans des sacs en papier blanc pour qu’on ne puisse pas voir l’intérieur.

« Allez — ah ! »

À l’intérieur du sachet que j’avais choisi se trouvait une boule blanche avec une ficelle rouge attachée.

Marie en avait aussi acheté un. Puis l’homme au masque de renard s’était enfui pour s’échapper loin de nous.

« Touchons le jackpot. Allez — viens — ! » déclara Marie.

Ce qui était sorti du sachet de Marie était une décoration avec une épée et un bouclier qui brillait en argent.

Nous avions tous les deux regardé l’article de l’autre.

Marie m’avait tendu la décoration avec l’épée et le bouclier.

« Je n’ai pas besoin de ça, alors, donne-moi celui-là, » déclara Marie.

« Ce sera mieux comme ça. Même si je suis fatigué, » déclarai-je.

« Je suis en sueur. Je veux me reposer. — Ah ! » déclara Marie.

Après que nous ayons échangé l’objet entre nous, un bruit fort avait retenti dans le ciel.

Nous avions levé les yeux. Les feux d’artifice s’élevèrent l’un après l’autre vers le ciel nocturne et brillèrent magnifiquement.

Nous avions déplacé notre corps fatigué pour nous asseoir sur un banc à proximité.

Marie fixait le feu d’artifice en regardant le charme qu’elle avait eu de moi.

La boule blanche était à peu près aussi grosse qu’une bille de marbre. Si ma mémoire était bonne, il devrait s’agir d’un objet qui augmentait le pouvoir magique du détenteur et augmentait son aptitude à la magie de guérison.

C’était parfait pour Marie.

« — Merci. »

Marie m’avait remercié. J’avais deviné qu’elle me remerciait pour le charme et j’avais répondu.

« J’ai aussi eu le charme que je voulais, donc tout va bien. »

Puis Marie m’avait regardé et m’avait montré du doigt.

Son doigt avait appuyé sur mon nez.

« Tu es vraiment têtu. Je ne parle pas du charme, » déclara Marie.

« Eh bien, comment puis-je le savoir ? Dis-le clairement avec des mots, » répondis-je.

Je m’étais plaint à elle. Marie avait l’air gênée d’entendre ça.

Elle était assise sur le banc, les jambes allant en avant et en arrière.

« C’est pour autre chose — je veux dire pour ma famille, ou pour la Maison d’Offley — merci pour beaucoup de choses ! » déclara Marie.

« Essaies-tu de balayer tout ça avec un seul merci ? » demandai-je.

« Je n’avais pas dit mes remerciements correctement, alors je l’ai exprimé avec des mots, c’est tout ! » déclara Marie.

« Oui, oui, je vois, » répondis-je.

Cette fille était vraiment semblable à ma petite sœur de ma vie précédente.

Marie elle-même murmura quelque chose comme. « Tu es comme mon grand frère de ma vie précédente pour ce genre de choses. »

Nous avions regardé le feu d’artifice tout en continuant notre conversation.

Marie s’inquiète du fait que la Maison d’Offley avait quitté la scène si tôt.

« Hey, qu’est-ce qu’on va faire pour l’événement des pirates des cieux ? » demanda Marie.

« Parles-tu du collier de la Sainte ? Ne t’inquiète pas. Je le garde en ce moment. Je le donnerai au personnage principal, le moment venu, » répondis-je.

« L’as-tu déjà récupéré !? » demanda Marie.

« Évidemment, » répondis-je.

« Hé, montre-moi ça, » déclara Marie.

« Je ne l’ai pas avec moi en ce moment, donc je ne peux pas. Je te le montrerai à notre retour à l’académie, » déclarai-je.

« C’est une promesse ! » déclara Marie.

En fait, les pirates des cieux qui avaient travaillé avec la Maison d’Offley possédaient un élément important de ce jeu vidéo otome.

C’était le collier de la Sainte.

Il s’agissait d’un objet qui affichera une puissance étonnante lorsqu’il sera en possession du personnage principal.

« Mais, est-ce que ça ira ? Un événement a disparu avec ça, » déclara Marie.

« Tout se passera bien. En plus, je m’impliquerai aussi si la guerre éclate, » déclarai-je.

« Hein ? » s’exclama Marie.

Marie avait fait une tête étonnée en même temps qu’un feu d’artifice d’une ampleur exceptionnelle s’étendait dans le ciel nocturne.

« Pourquoi es-tu choquée ? » lui demandai-je.

« Parce que tu as dit que tu allais participer à la guerre, » répondit Marie.

« Rappelle-toi comment cela s’est passé le jeu. Les étudiants ont également participé à la guerre, » répondis-je en réponse.

« C’est vrai, mais…, » commença Marie.

Elle avait l’air de ne pas pouvoir l’accepter.

« J’ai Luxon, alors tout ira bien, » déclarai-je.

« D-D’accord. Léon, tu ne perdras pas si tu l’as, » déclara Marie.

« C’est comme ça que ça se passe, » répondis-je.

Nous avions passé du temps ensemble comme ça jusqu’à la fin du feu d’artifice.

♥♥♥

Partie 9

Après l’excursion, nous étions retournés à nos journées ordinaires irremplaçables.

J’avais invité Marie à prendre le thé. Nous parlons avec Luxon.

Le sujet était — cela concernait le collier de la Sainte.

Luxon avait parlé à Marie qui regardait le collier de la Sainte.

« C’est le collier de la Sainte, bien qu’à mes yeux, cela ne ressemble qu’à un collier. Il est aussi considéré comme un symbole d’autorité, mais il contient un peu d’énergie à l’intérieur. Il n’y a aucun doute que cela aura un certain effet, » déclara Luxon.

Marie avait essayé de le mettre sur son cou. « C’est sympa, ça. — De quoi ai-je l’air ? »

Marie portait le collier de la Sainte et elle me l’avait montré.

« Ça ne te convient pas, » déclarai-je.

Marie s’était fâchée quand je m’étais moqué d’elle.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Ce ne devrait pas être un problème même si tu me félicites ! » déclara Marie.

J’avais regardé Marie en prenant une gorgée de thé. « Et ? Ressens-tu un effet étrange ? »

Marie regarda ses mains.

Et puis, elle avait fermé les yeux. Peut-être qu’elle essayait de sentir la puissance qui s’écoulait depuis le collier. Elle était restée silencieuse comme ça pendant un moment.

Quand elle avait ouvert les yeux — .

« — Pas bon. Peut-être qu’il y a qu’un faible effet, non ? Ou peut-être que c’est juste mon imagination. Comme je le pensais, peut-être que cela n’aura pas d’effet si les trois objets ne sont pas réunis ? »

— On dirait qu’il ne s’était rien passé.

« C’est malheureux. Mais, cela a-t-il eu un faible effet, non ? » demandai-je.

« Je pense que oui. C’est peut-être mieux que rien ? » répondit Marie.

En entendant ça, j’avais confié le collier de la Sainte à Marie.

« Alors, garde-le à ton cou. Je n’ai ressenti aucun effet même quand je l’ai utilisé, » répondis-je.

« Eh !? Est-ce que c’est bon ? Et s’il se fait voler ? » demanda Marie.

Luxon avait rassuré Marie. « Un émetteur a été installé dans le collier. De plus, j’ai déjà déployé des drones aux alentours de ta personne, Marie, pour détecter immédiatement tout mouvement autour de toi. »

« Donc je n’ai pas d’intimité ? » demanda Marie.

Marie avait l’air vraiment en conflit, sachant qu’elle était constamment en observation.

« Marie, ta vie privée n’est exposée à personne d’autre que moi. Je le garde confidentiel, même de la part du maître. D’un autre côté, je ne parlerai pas non plus des secrets du maître, » déclara Luxon.

« Attends ! Veux-tu dire par là que tu ne me le diras pas même si Léon me trompe ? » demanda Marie.

« Tout à fait. Je vais protéger les secrets du maître, » déclara Luxon.

Pourquoi cette fille pense-t-elle que je vais tricher ?

N’est-ce pas horrible ?

« Ne parle pas comme si j’étais une personne infidèle, » déclarai-je.

Marie s’était alors assise sur la chaise et balança ses jambes d’avant en arrière avec un regard timide.

« Je n’ai aucune foi en l’instinct le plus bas de l’homme, » déclara Marie.

« Vraiment ? Eh bien, mis à part ça, tout ira bien même si tu as ce collier avec toi, alors ne t’inquiète pas, » déclarai-je.

Marie avait toujours l’air mal à l’aise. « Est-ce que c’est vraiment bon ? »

Puis Luxon — déclara quelque chose d’inutile. « Le Maître s’inquiète pour Marie. Si cette chose a un quelconque effet, même, si ce n’est que faible, il veut que tu le portes. »

Marie avait l’air un peu surprise d’entendre ça. Elle m’avait regardé et avait commencé à sourire.

« Hee ~, hmm ~. Je vois ~, » déclara Marie.

Cette fille devient arrogante parce que ce satané Luxon parle inutilement.

J’avais détourné mon visage. Puis Marie avait mangé les confiseries présentes sur la table.

« En laissant cela de côté ~, je me demande ce qui va se passer après ça ? » demanda Marie.

J’avais immédiatement deviné ce qu’elle voulait dire.

Elle devait se référer à l’histoire de ce jeu.

Nous avions joué tous les deux à ce jeu il y a longtemps, donc il y avait beaucoup de parties dont nous ne nous souvenions pas.

« Il y a eu beaucoup d’événements au deuxième trimestre, mais il n’y a rien eu au troisième trimestre, n’est-ce pas ? Plus important encore, qu’allons-nous faire pendant les vacances d’hiver ? » demandai-je.

« Vacances d’hiver ? Ne rentre-t-on pas à la maison ? » demanda Marie en réponse.

« La femme et le frère aîné — ah, je veux dire l’épouse légale de mon père, Zola, et le fils aîné, Ludward. Ces types sont agaçants. Il semble qu’ils se soient précipités chez moi et crient afin de remettre le territoire de l’ancienne Maison d’Offley à Ludward, » expliquai-je.

« Ah ~, cette femme légale ? La famille de Léon a aussi la vie dure, hein ? Hein ? Pourrait-il y avoir une possibilité qu’ils s’emparent du territoire ? » demanda Marie.

Ludward pourrait-il voler le territoire de mon Grand Frère ?

C’est impossible.

« Pas de problème. Après tout, j’ai contacté la maison Roseblade pour qu’ils puissent agir en tant que commanditaire pour ce genre d’affaires. Le comte Roseblade a aussi pris goût à mon grand frère, il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter, » répondis-je,

Que pensez-vous que le comte a dit quand il avait entendu parler de la rencontre entre mon grand frère et Dorothea-san ?

Apparemment, mon grand frère avait dit. « Je ne pourrai pas répondre à vos attentes ! » Mais le comte avait souri et il avait dit « Vous avez assez répondu à mes attentes » — c’est comme ça que cela s’était passé.

Si je devais interpréter les vrais sentiments du comte, est-ce que c’est quelque chose comme « je ne te laisserai pas t’enfuir » serait approprié ?

Mon grand frère était la meilleure personne pour être le mari de sa fille obstinée.

Le comte protégera sûrement le territoire de mon grand frère en raison de ça.

J’avais l’impression d’avoir vendu mon grand frère, mais on dirait que mon arrangement ne s’était pas trompé.

Le regard de Marie vers moi était froid.

« Le grand frère de Léon — Nix-san a dit que tu es le seul à qui il ne pardonnera pas, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

« Nous sommes frères. Il était gêné de me montrer sa gratitude, » répondis-je.

« Ses yeux étaient sérieusement remplis de rancune, » déclara Marie.

« Un jour, il comprendra sûrement que c’est grâce à son petit frère, » déclarai-je.

Du point de vue des autres, mon grand frère avait encore plus de succès que moi.

Il avait soudainement obtenu le rang de comte et avait même obtenu une jeune femme d’une famille de noble influant comme épouse.

C’est un gagnant dans la vie.

A ~ a, je suis jaloux ! — Mais quand j’y pense, sa conjointe est Dorothea-san.

De plus, il s’est vu imposer le territoire d’un comte. Je pense que mon grand frère est peut-être un peu pitoyable ?

J’avais donc l’intention de demander à Luxon de lui donner un suivi.

« Le thé est délicieux aussi aujourd’hui, » murmurai-je.

Marie m’avait parlé après que j’ai murmuré ça. « Un jour, tu vas vivre une expérience douloureuse. »

***

La nuit de ce jour-là.

Marie dormait sur un lit, la couverture enlevée et le ventre exposé.

Elle dormait avec un air heureux.

« Onii — cha — kuuu ~ . »

Puis, une ombre suspecte s’était étendue vers Marie à partir du collier de la Sainte qui était sur la table de chevet.

Cela avait pris la forme d’une personne.

L’ombre tendit la main vers Marie et lui parla. « — Je l’ai trouvée. Ma parente de sang — ma descendante. »

Et puis quand l’ombre noire avait touché Marie, et elle avait été déconcertée.

« Quoi, quoi !? Je ne peux pas la posséder ? »

L’objectif de l’ombre noire était de posséder le corps de Marie.

« Alors, je vais profondément interférer avec son esprit ! »

L’ombre noire interféra avec la partie la plus profonde de l’esprit de Marie.

Marie dormait, de sorte que l’ombre pouvait entrer facilement à l’intérieur de son cœur.

Quand elle s’était infiltrée dans son cœur, Marie était dans un état sans défense.

Avec cela, l’ombre noire pouvait facilement posséder le corps, mais en faisant cela, sa force serait épuisée et elle voulait l’éviter.

Mais, ce n’était pas le moment où elle pouvait être difficile.

Elle s’était infiltrée dans le cœur de Marie et elle y avait trouvé une porte.

C’était fermé à clé.

L’ombre noire l’ouvrit avec force et entra dans la pièce « — Quoi ? Est-ce une chambre à l’étranger ? »

La chambre ressemblait à une chambre de fille — mais elle possédait une atmosphère quelque peu différente de ce monde.

Il y avait beaucoup de choses qu’elle ne connaissait pas. Il y avait aussi beaucoup d’outils dans la pièce qu’elle ne comprenait pas comment utiliser.

L’ombre noire regardait la fille qui dormait sur le lit à l’intérieur de la chambre.

Marie dormait.

« Cette fille, elle dort aussi dans son rêve !? En plus, son apparence est différente. Est-ce la forme de son moi idéal ? Hé, réveille-toi ! » cria l’ombre.

L’apparence de Marie n’était pas celle qu’elle était vraiment. C’était l’apparence de sa vie antérieure.

La pièce était sa chambre de sa maison dans sa vie antérieure.

« Quoi ? Ne soyez pas bruyant ~ ! » répondit Marie.

La Marie à l’intérieur de son cœur — son sentiment d’honnêteté s’était réveillé. Elle se frotta les yeux et regarda l’ombre noire.

« — Qui êtes-vous ? » demanda Marie.

Marie dormait encore à moitié. L’ombre noire avait commencé à agir pour s’emparer du corps.

D’abord, elle s’était présentée. « Moi ? Je suis — . »

Marie bâilla et s’assoupit immédiatement.

« Ne dors pas ! » cria l’ombre.

Marie leva le visage avec surprise. Elle s’essuya la bouche et parla à l’ombre noire. « Je, je ne dors pas. C’est un gros mensonge de m’accuser de dormir comme ça. »

Elle disait une chose incompréhensible.

« Cette fille est trop désespérante. Mettons cela de côté, j’ai une proposition à te faire. Veux-tu mon pouvoir ? Je suis le pouvoir qui réside dans le collier de la Sainte. Je te prêterai plus de force si tu m’acceptes. Veux-tu le pouvoir de la Sainte ? » demanda l’ombre.

Marie, avec ses cheveux en désordre, enlaça son oreiller tout en regardant l’ombre noire.

Ses yeux semblaient emplis de doutes. Il semblait qu’elle avait une grande appréhension.

« Ne veux-tu pas du pouvoir ? » demanda l’ombre.

Dans la plupart des cas, la majorité des gens souhaiteraient le pouvoir quand on leur demandait cela dans leur cœur.

Tout le monde souhaitait le pouvoir.

Elle l’avait déjà testé à de nombreuses reprises dans le passé.

Mais, parce que la personne devant elle n’était pas la descendante de l’ombre noire, son parent de sang, elle ne pouvait pas aller jusqu’à s’emparer de leur corps.

Et ainsi, le collier de la Sainte — s’était glissé hors de la gestion du temple. Il avait changé de mains et avait été volé par diverses personnes à la recherche d’un corps.

C’était la raison pour laquelle un objet important comme le collier de la Sainte avait échappé à la surveillance du temple.

Marie avait reniflé en réponse à l’ombre noire sérieuse.

C’est quoi cette réaction ?

« Vous êtes quelque peu suspicieux. C’est pourquoi je n’ai pas besoin du pouvoir de la Sainte, » déclara Marie.

« Qu’entends-tu par suspect ? Je dis que je vais te donner du pouvoir, tu vois ? » déclara l’ombre.

« C’est suspect, ça. Dire que vous me prêterez du pouvoir sans rien me demander en retour — c’est trop suspect et cela m’indique que vous planifiiez quelque chose, » déclara Marie.

« C-Ce n’est pas vrai ! » s’écria l’ombre.

« Vous mentez, oui, vous mentez. Si c’était moi, je ferais la même chose si je devais piéger quelqu’un, » déclara Marie.

« — Eh ? » L’ombre noire était pensive.

Cette fille, vient-elle d’annoncer qu’elle était une mauvaise personne ?

Mais, elle avait déjà vu des filles de ce niveau plusieurs fois auparavant.

« Fuh, on n’y peut rien si tu as vu à travers moi. En fait —, » déclara l’ombre.

Elle allait essayer de la cajoler ensuite, mais Marie s’allongea sur son lit avec son coude et sourit. L’ombre noire était irritée par son attitude impudente.

L’ombre noire était dégoûtée quand elle pensait que cette fille était sa descendante.

« Arrêtez de mentir. Vous avez la même odeur que moi, » déclara Marie.

« Ne me mets pas dans le même sac que toi ! » s’écria l’ombre.

« Je peux le sentir. La femme est sensible à la partie sale d’une femme. Mon instinct de femme me dit que vous êtes dangereux, » déclara Marie.

C-Cette fille !

L’ombre noire renonça à cajoler Marie et se jeta sur elle pour prendre possession de son corps avec force.

Mais une barrière que l’on pourrait appeler le mur du cœur de Marie avait bloqué l’ombre.

« Quoi !? » s’écria l’ombre.

L’ombre noire s’étendait désespérément vers Marie, mais elle ne pouvait l’atteindre parce qu’un mur invisible le bloquait.

Marie bâilla.

« Ça ne sert à rien. Au fond, je n’ai confiance en personne, » déclara Marie.

« Cette femme au cœur noir ! » s’écria l’ombre.

Le cri de l’ombre noire avait blessé l’humeur de Marie.

« Haaa ? C’est quoi cette attitude après ce que vous avez essayé de me faire ? Tout d’abord, cette pièce est mon espace personnel important. Pour ainsi dire, c’est un espace qui n’est que pour moi. Vous n’êtes manifestement pas une existence décente dès le moment où vous êtes entré ici comme vous le vouliez, » déclara Marie.

Malheureusement, l’ombre était incapable de posséder Marie.

D’abord, Marie ne faisait pas confiance aux gens.

Elle n’avait pas d’ouverture dans son cœur au mauvais sens du terme.

Parce que Marie était une femme désagréable, son cœur était fermé et l’ombre était incapable de la posséder.

« Alors au moins, je te ferai une blessure au cœur qui ne guérira pas —, » déclara l’ombre.

L’ombre noire allait déchirer ce cœur pour se venger. Les yeux de Marie s’ouvrirent en grand.

Ses longs cheveux se tortillaient comme des êtres vivants.

Ses yeux brillaient mystérieusement. On ne savait plus lequel d’entre eux était le monstre ici.

« Toi, tu veux tout saccager dans ma chambre. Je ne te pardonnerai jamais. Je vais te maudire. JE TE HANTERAI, JE MAUDIRAIS TES DESCENDANTS POUR TOUJOURS ! » cria Marie.

« T-Tu dis ça !? En premier lieu, je suis ton ancêtre, donc tu es ma descendante —, » s’écria l’ombre.

L’action de Marie était déjà celle d’un monstre.

« Cet endroit est dans mon cœur. J’invoquerai l’existence la plus forte pour te mettre à la porte. Onii-chan, aide-moi ! Ce type m’intimide ! » cria Marie.

Marie avait fait entendre la voix d’un enfant gâté. Puis la porte de la chambre s’était ouverte d’un simple clic.

Et arrivant là, il y avait un jeune homme avec une aura noire qui s’éloignait de lui et des yeux qui brillaient d’un rouge éclatant.

Sa main tenait une batte en métal.

« Je vais t’écraser. » Le jeune homme ne fit que murmurer cela avant de frapper avec la batte en métal vers l’ombre noire sans rien demander.

« Quoi !?? » s’écria l’ombre.

L’existence la plus forte que Marie avait été créée dans son cœur.

Il semblait que cette existence était son grand frère.

Le grand frère que Marie avait créé avait battu l’ombre noire pour l’expulser de son cœur.

« Onii-chan, vas-y ! Frappe à mort ce type ! » Marie acclamait son grand frère.

L’ombre noire était impuissante devant la force du cœur de Marie — cette force détestable.

« Toi, pour matérialiser un grand frère que tu as toi-même créé dans cette pièce — tu dois être un complexe de frère ! » déclara l'ombre.

Marie avait souri en regardant l’ombre noire courir partout. « C’est exact, et alors ? J’adore Onii-chan. »

La Marie à l’intérieur était honnête.

Elle n’avait montré aucune honte.

« Bon, sorts de cette pièce rapidement, » déclara Marie.

Marie se désintéressait déjà de l’ombre noire et bâilla. Elle s’était rendormie.

« Donc, quelqu’un comme ça est ma descendantttte ! » s’écria l’ombre.

L’ombre noire avait été frappée par les poings du grand frère. Il avait été jeté hors de la chambre de Marie.

« Merde !!!! » cria l’ombre.

— Et ainsi, l’ombre noire avait été chassée du cœur de Marie.

L’ombre noire murmura alors qu’elle était épuisée. « Quelle horrible personne ! »

Elle ne pouvait pas voler loin du corps de Marie qui dormait sans aucune grâce.

Même si c’était sa meilleure chance, le cœur de Marie montrait une défense qu’on pourrait appeler un mur de fer. Elle ne pouvait rien faire.

« Merde ! Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Même si ma descendante a finalement mis la main sur l’objet qui contient ma pensée ! La chance tant attendue est — il n’y a aucune chance que je me laisse écraser par une femme au cœur noir comme ça. »

Le collier de la Sainte contenait la pensée d’une certaine personne.

Elle avait essayé de posséder Marie, mais avait échoué. C’était vexant.

Au lieu de cela, la situation s’était retournée contre elle et elle avait été rouée de coups.

« Cette fille, cette fille, se pourrait-il que mon sang en elle soit faible ? Non, il n’y a aucune chance que ce soit le cas. Sa force, c’est la vraie force. Elle a aussi la qualification. Mais, sa personnalité — c’est le pire alors je ne peux pas prendre son corps ! » déclara l’ombre.

Tandis que l’ombre noire s’irritait contre Marie, elle remarqua une sphère flottant à l’angle de la pièce.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

L’ombre noire regarda la sphère.

Elle avait essayé de s’échapper, mais à la fenêtre il y avait plusieurs autres sphères — des sphères à œil unique flottaient en regardant l’ombre noire.

C’était comme s’ils enquêtaient sur quelque chose.

« M-Merde ! Alors je retournerai dans le collier — eh ? » murmura l’ombre.

Quand elle s’était retournée, le collier où elle résidait n’était plus là.

L’ombre noire était nerveuse.

Elle avait regardé autour de lui. Il y trouva une sphère un peu plus grande qui flottait.

Le collier de la Sainte flottait en dessous.

« Est-ce ce que vous cherchez ? » demanda Luxon.

« Il parle ? Il y a donc quelque chose comme ça aussi à notre époque, » déclara l’ombre.

Luxon parla à l’ombre noire surprise. « J’avais raison d’être prudent. Malgré tout, il s’agit d’un phénomène très intéressant. On va vous capturer comme échantillon. »

« I-Il n’y a aucune chance que je me permette d’être capturé ici ! » s’écria l’ombre.

L’ombre noire avait essayé de s’échapper. Mais la pièce était déjà encerclée.

Quand elle avait essayé de s’échapper par l’ouverture de la porte, elle avait été aspirée par quelque chose et capturée.

« Le, lâche-moi ! » s’écria l’ombre.

« Non. Il y a beaucoup de choses que je veux vous demander, » déclara Luxon.

L’ombre noire regarda l’œil rouge et se contracta sous la peur.

« Arr-Arrête. J’ai un objectif — quelque chose que je dois accomplir ! » cria l’ombre.

« Je l’écouterai plus tard, » déclara Luxon.

Luxon protégeait Marie.

Mais, la personne en question dormait avec bonheur tout en bavant et en exposant son estomac.

« Onii — Je ne peux plus manger, » déclara Marie.

Elle devait rêver qu’elle mangeait des plats délicieux.

L’ombre noire avait maudit Marie. « MAUDIT SOIS-TU, PETITE FILLE ! »

♥♥♥

Partie 10

Le jour suivant.

J’avais invité Marie à un goûter et j’avais vérifié son état.

D’après le rapport de Luxon, il ne semblerait pas y avoir de problème, mais apparemment quelque chose avait essayé de la posséder.

Mais — .

« Ces sucreries sont les meilleures ! » s’écria Marie.

— Marie mangeait du gâteau l’un après l’autre. Elle n’avait pas l’air différente de la normale.

C’était impensable que quelque chose ait essayé de la posséder.

La personne elle-même était vraiment insouciante parce qu’elle n’en savait rien.

« Je suis jaloux que tu aies l’air de ne pas t’en soucier, » murmurai-je.

J’avais dit ça en versant du thé dans sa tasse. Puis Marie protesta avec de la crème collée sur un coin de ses lèvres.

« Même moi, j’ai peur ! » déclara Marie.

« Hee ~, quel genre ? » demandai-je.

Je le lui avais demandé avec un rire désinvolte. Le regard de Marie errait tout en répondant.

« À-À propos du prochain test, ou les frais de subsistance —, » répondit Marie.

Luxon répondit à l’inquiétude de Marie tout en flottant dans les airs. « Il ne semble pas que cette académie accorde autant d’importance aux résultats des tests. Quant aux frais de subsistance, le maître s’en occupe, n’est-ce pas ? »

Marie avait mis sa fourchette dans sa bouche avec un regard embarrassé.

« — Ainsi que ma taille ou ma poitrine, » déclara Marie.

J’avais éclaté de rire en entendant ça. « Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Marie était agitée et parla avec force parce que je me moquais d’elle. « La ferme ! La ferme ! Même moi, je suis inquiète. Qu’est-ce que c’est que ça ? Ma croissance s’est arrêtée parce que j’ai travaillé trop dur, c’est horrible. Même si j’avais confiance en mon corps dans ma vie antérieure — . »

Cette fille commença à se vanter à nouveau de sa vie antérieure.

« On ne peut rien y faire, alors abandonne. Ou peut-être veux-tu demander à Luxon de faire quelque chose à ce sujet ? » demandai-je.

Si c’était Luxon, alors j’avais l’impression qu’il pouvait même faire quelque chose comme la chirurgie plastique facilement.

Marie leva le visage et regarda Luxon avec des yeux pétillants.

« Luxon, augmente-moi ma taille et ma poitrine ! » déclara Marie.

À l’égard d’une telle Marie, la réponse de Luxon fut — . « Je refuse. »

— Un refus.

« — Hein ? » s’exclama Marie.

Le sourire de Marie convulsa.

Luxon avait expliqué la raison de son refus de faire de la chirurgie plastique. « Pour commencer, il n’est pas nécessaire de modifier ton apparence. Certes, il y a un manque de croissance physique, mais Marie, tu es en assez bonne santé. »

Marie avait alors crié. « Ce n’est pas bon ! S’il te plaît, juste un peu ! »

« Non, » répondit Luxon.

« Méchant ! » s’écria Marie.

J’avais demandé à Marie pendant qu’ils faisaient cette conversation enfantine. « Pourquoi veux-tu des seins plus gros et être plus grande ? Avant, ne disais-tu pas que tu allais bien comme ça parce que tu es déjà une beauté ? »

Puis Marie avait détourné son regard de moi en répondant. « — Parce que tu as eu un regard pervers quand tu as regardé Olivia. »

« Ha ? Quand ai-je regardé Olivia-san avec un regard pervers !? » demandai-je.

J’avais répondu que je n’avais jamais rien fait de tel. Mais alors Luxon avait montré une projection.

Il s’agissait d’une scène de la sortie éducative.

Je regardais la poitrine d’Olivia-san.

« Le regard du maître s’est déplacé plusieurs fois vers la poitrine. Ça n’a pas l’air d’une coïncidence, » déclara Luxon.

« Ce n’est pas ce que tu crois. Tu sais, c’est pour commencer un instinct. Ce n’est pas quelque chose que l’homme peut contrôler. Le regard d’un homme se fixera sur la poitrine quoiqu’il arrive, » déclarai-je.

Tous les hommes avaient un système à haute performance en eux.

Marie m’avait jeté sa fourchette alors que je sortais une excuse.

« Alors tu as vraiment regardé ! Tu aimes tant que ça les seins, espèce d’idiot ! » s’écria Marie.

« J’aime ça, alors on ne peut rien y faire ! Et alors ? Dois-je vivre en mentant en disant que je déteste ça ? Je ne suis pas si malin que je puisse vivre en me mentant à moi-même ! » déclarai-je.

« Pourquoi as-tu l’air d’avoir dit quelque chose de sage ? T’es stupide ou quoi ? N’as-tu pas honte d’exposer ton fétichisme comme ça ? » demanda Marie.

Marie était plus en colère que d’habitude.

« Je ne dois pas me mentir à moi-même ? » murmurai-je.

J’avais senti un étrange malaise dans ma poitrine.

J’avais l’impression d’avoir le cœur serré. Ma main avait naturellement appuyé sur ma poitrine.

Le visage de Marie m’avait regardé en voyant que j’agis bizarrement.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu n’as pas l’air bien, » déclara Marie.

Luxon m’avait aussi regardé.

« Le rythme cardiaque du maître augmente. Il transpire aussi — maître, s’il te plaît, calme-toi un peu, » déclara Luxon.

J’avais posé ma main sur la table et secoué la tête. « Non, je vais bien. »

Marie s’inquiéta pour moi. « V-Vraiment ? Ah, je suis bonne avec la magie de guérison, alors je vais te faire un examen. »

Marie m’avait attrapé la main.

Sa main était chaude.

J’avais aussi attrapé la petite main de Marie.

« Léon, vraiment, qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » demanda Marie.

« Je ne sais pas, je ne sais pas du tout. Il ne devrait rien y avoir, » répondis-je.

Pendant un moment, j’avais eu une très mauvaise prémonition.

Qu’est-ce que c’était exactement ?

Marie regarda autour d’elle dans la pièce. Alors je le lui avais demandé avec curiosité.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« H ~ ~ m, il y a ce sentiment étrange. Ne me dis pas que cette pièce est hantée !? Je suis sensible à quelque chose comme ça ! » déclara Marie.

— Je n’aurais jamais imaginé que de telles paroles viendraient de la femme qui dormait si profondément hier soir quand quelque chose essayait de la posséder.

☆☆☆

Au même moment, Olivia était allée seule dans un donjon.

Les bagages sur son dos étaient remplis de choses comme des pierres magiques ou du métal.

C’était très lourd.

Mais elle ne pourrait pas vivre si elle ne gagnait pas d’argent, alors Olivia travaillait dur.

« Hisse, ho ! »

Elle avait défié le donjon jusque dans les profondeurs. Une pierre magique d’une grande pureté pouvait être obtenue à partir de là. Elles auraient un bon prix si elle pouvait les ramener.

Elle avait obtenu un montant qui ne l’aurait pas inquiétée pour son coût de la vie pendant un certain temps.

« J’en ai trop fait aujourd’hui, » déclara Olivia.

Elle marchait dans le donjon avec un sourire ironique. Puis les silhouettes s’étaient précipitées hors d’un sentier latéral.

— C’était des filles avec des serviteurs exclusives derrière elles.

Ils se tenaient sur le chemin d’Olivia.

« Hein, err ? »

Elle avait essayé de courir, mais le chemin derrière elle était aussi bloqué.

« Comme c’est négligent de ta part de venir seule dans ce genre d’endroit. »

L’étudiante avait dit ça. Puis elle fit porter Olivia sur l’épaule des domestiques.

« Lâchez-moi ! S’il vous plaît, lâchez-moi ! » cria Olivia.

Les étudiantes avaient ri.

« C’est de ta faute si tu t’emportes, » déclara l’une d’elles.

« On a attiré l’attention de Baltfault à cause de toi ! » déclara une autre.

Olivia avait été emmenée dans un endroit avec une pancarte disant qu’il était interdit d’entrer.

Il y avait un trou profond.

Le trou était vraiment grand. Il faisait sombre et le fond était invisible.

C’était un trou qui était clairement dangereux si on y tombait.

Les étudiantes avaient dit.

« — Parfois même les étudiants de l’académie meurent dans un donjon. Cela se produit peut-être une fois tous les deux ou trois ans. »

Olivia avait deviné ce que les filles voulaient dire. « A-Attendez ! »

« Bye bye ! »

Les étudiantes riaient.

« C’est de ta faute. Tu t’emportes même si tu n’es qu’une roturière. »

« Tu t’approches de Sa Majesté et des autres nobles sans connaître ta place, puis tu te comportes en pensant être grande et puissante. »

« C’est ta faute pour avoir baissé ta garde. — Les gars, jetez-la là. »

Les domestiques avaient jeté Olivia dans le trou.

Olivia avait tendu la main pendant qu’elle tombait.

Pourquoi cela lui est-il arrivé ?

Parce que Julian l’aimait bien ?

Parce qu’elle était à l’académie ?

Olivia avait versé des larmes.

« J-Je — ! »

Puis un énorme monstre s’était approché du fond du trou, la bouche grande ouverte.

Quand elle avait pensé qu’elle serait mangée comme ça, quelque chose avait lancé une lumière ronde vers ce monstre. La lumière avait percé le monstre et l’avait changé en fumée noire.

Olivia avait été surprise par la fumée noire qui se dispersait, puis quelque chose s’était enroulé autour de son bras gauche.

Un bracelet s’enroulait autour de son bras gauche.

Le bracelet brillait, puis sa vitesse de chute avait ralenti progressivement.

Quand elle avait atterri sur le sol, elle avait pu arriver sans se blesser.

« C’est quoi, ce truc ? » demanda Olivia.

Est-ce ce qui l’a protégée ?

Elle pensa que c’était un mystérieux bracelet et y jeta un coup d’œil, mais le bracelet brilla alors faiblement.

Les yeux d’Olivia avaient alors perdu leur lumière.

Puis une figure féminine était apparue sur le bracelet.

La femme n’avait pas de corps de chair. On aurait dit une apparition. Elle avait regardé le visage étourdi d’Olivia.

« — Je t’ai trouvée. »

Olivia n’avait pas pu résister. « E-Euh. »

« Tu descends de mon sang. Tu as la qualification pour hériter de mon pouvoir, de mes sentiments et de ma volonté ! » déclara la femme.

Cette femme était vraiment belle — et effrayante.

La femme avait touché le visage d’Olivia avec ses deux mains, mais comme elle n’avait pas de corps physique, Olivia n’avait pas l’impression qu’on la touchait. Mais elle avait ressenti une sensation de froid.

« C’est un enfant pitoyable. Tu as été jetée dans un trou aussi sombre. »

« — E, err. »

« Et tu es aussi une enfant très gentille. »

La femme qui regardait son visage était comme un spectre — une existence fantomatique.

Mais Olivia n’avait pas pu s’échapper.

Ce fantôme féminin avait alors dit. « Tu es très honnête et gentille, quelqu’un de très facile à posséder ! »

Les yeux d’Olivia s’étaient ouverts en grand. La femme serra son corps dans ses bras et disparut.

Mais Olivia avait brillé faiblement — et puis elle avait appuyé ses mains sur sa tête dans la douleur.

« Sto, stop — ! »

Elle ressentait un terrible mal de tête.

Pendant qu’Olivia souffrait, à l’intérieur de son corps, elle entendait la voix de son cœur.

Tu les détestes, n’est-ce pas ? Détestes-tu ces gens qui t’ont laissée tomber dans ce genre d’endroit ?

« Stop ! »

Tu les détestes, n’est-ce pas ? Ceux qui t’ont inscrit dans cette académie — les nobles qui t’ont laissé ici de façon irresponsable ?

« J’ai dit, arrêtez ! »

Déteste encore plus ! Encore plus de ressentiment ! Qui est responsable de ta situation ? — C’est vrai, c’est ces types. Ces hommes ! Je déteste les nobles ! Aimes-tu les « descendant » de ces gens ?

Les visages de Julian et d’autres étaient apparus dans son esprit.

Olivia avait mal à la tête, mais la voix ne montrait aucun signe d’arrêt.

Plus — déteste plus. Déteste les nobles — ce pays !

« Sortez d’ici. Dégagez de là ! Qui diable… êtes-vous ? » s’écria Olivia.

Elle avait crié à l’aide de quelqu’un.

Ce qui lui était venu à l’esprit, c’était le noble qui l’avait sauvée lors de la sortie éducative.

Puis, la voix avait parlé d’elle.

— Je suis une femme qu’on appelait autrefois la « sainte » dans ce pays.

« Hein ? »

Celle que vous adorez tous comme Sainte — c’est moi.

Olivia était déconcertée. Son mal de tête s’aggravait peu à peu et — elle avait perdu conscience.

Elle s’était évanouie pendant un moment avant de se lever lentement.

Olivia — non, la Sainte s’était levée et avait regardé son corps. Elle avait ri avec des yeux qui avaient perdu leur lumière.

« Enfin… »

La Sainte qui avait repris le corps d’Olivia avait étiré son corps et avait joui de la sensation du corps physique après si longtemps.

« Cela fait si longtemps. C’était vraiment long. Mais, j’obtiens enfin un corps physique. Avec ça, je peux me venger du royaume ! Je peux me venger de ces ordures qui m’ont tout pris et de “Liia” ! Aha, aha, ahaha !! »

Olivia — la Sainte rit au fond du trou noir. Le rire continua.

♥♥♥

Partie 11

Le jour suivant.

Olivia avait été découverte inconsciente dans le donjon et amenée à l’hôpital.

Les garçons avaient entendu la nouvelle et s’étaient précipités dans la chambre d’hôpital.

« Olivia, j’étais vraiment inquiet. »

« Merci, Julian. »

Olivia sourit en voyant le visage soulagé de Julian, mais Kyle était confus en voyant son visage.

« Goshujin-sama, on dirait que ton attitude a changé, » déclara Kyle.

Olivia caressa doucement la tête de Kyle.

« Il s’est passé beaucoup de choses. — Beaucoup de choses, » déclara Olivia.

Et puis Julian avait grondé Olivia pour être entrée seule dans le donjon.

« Plus important encore. Olivia, pourquoi as-tu fait quelque chose d’aussi imprudent ? Il n’est pas sain de défier le donjon seul, » déclara Julian.

Les autres garçons acquiescèrent aussi.

Tout le monde — ils étaient inquiets pour Olivia de tout leur cœur.

En les voyant, Olivia, la Sainte riait dans son cœur. Hohlfahrt, Marmoreal, Arclight, Field, et Seberg — les descendants de ces gars, tous sont ici. C’est très pratique. Je ferai en sorte que vous me soyez tous aussi utiles que possible.

Olivia baissa les yeux et se couvrit le visage des deux mains — et se mit à pleurer. « — Je suis désolée. »

« Qu’est-ce qu’il y a, Olivia !? J-J’ai peut-être dit trop de choses, mais ce n’est pas une raison pour pleurer, » déclara Julian.

Quand Julian paniqua, Olivia riait derrière ses mains.

« La vérité, c’est que je me suis fait avoir. Des étudiantes de ma classe et leurs servants exclusifs m’ont causé ça, » déclara Olivia.

« Qu’est-ce que tu as dit !? » s’écria Julian.

Olivia avait parlé des gens qui l’avaient jetée dans le trou. Elle l’avait expliqué d’une manière qui lui convenait.

« Même si je n’avais pas l’intention d’aller trop loin, je les ai rencontrées dans le donjon et elles m’ont traînée. Et puis, elles ont dit qu’elles n’aimaient pas me voir m’entendre avec vous tous, » déclara Olivia.

Julian et tous ceux qui avaient entendu ça avaient serré les mains. La colère s’échappait d’eux.

Olivia pensa. C’est ça, dansez. Oui, dansez sur la paume de ma main.

Julian posa sa main sur l’épaule d’Olivia.

« Je suis désolé. J’ai eu tort de m’énerver contre toi sans le savoir. Olivia, nous allons faire expier ces étudiantes pour ça, » déclara Julian.

Olivia leva le visage et essuya sa larme avec son doigt en souriant vers Julian.

« Merci Julian. Comme je le pensais, Julian est vraiment fiable, » déclara Olivia.

Quand elle avait souligné le nom de Julian, la personne s’était réjouie — tandis que les autres garçons faisaient un visage un peu anxieux.

Avec cela, ils feraient sûrement de leur mieux pour attirer les sentiments d’Olivia envers eux.

« Olivia, nous t’avons fait vivre une expérience amère. Mais, je vais m’en occuper immédiatement. » Julian lui serra la main en disant ça.

Olivia avait doucement enveloppé cette main de ses deux mains.

« Je crois en toi, Julian, » répondit Olivia.

Oui, je crois en toi, Julian. Tu vas te ruiner pour moi.

Le visage de Julian rougit légèrement. Olivia avait fait une tête timide en voyant ça.

Les autres garçons étaient jaloux en voyant l’expression des deux individus. Olivia n’avait pas raté ça.

C’est exact. Soyez encore plus jaloux. Concurrencez-vous plus afin de recevoir ma faveur. Travailler pour moi.

Tout comme Olivia l’avait prévu, Julian et d’autres avaient commencé à agir ce jour-là.

☆☆☆

— Angelica était déconcertée.

« Son Altesse a-t-elle fait expulser trois étudiantes de l’académie ? » demanda Angelica.

Le rapport d’un de ses subordonnés mentionnait que Julian avait expulsé de force trois étudiantes.

La fille qui s’était présentée à elle était anxieuse.

« Ce n’est pas seulement Son Altesse. Son frère adoptif Jilk et même d’autres héritiers de familles prestigieuses agissent. — Ils sont à la recherche d’étudiants qui intimident cette étudiante boursière, » déclara la fille.

Cinq personnes influentes de l’académie étaient à la recherche des coupables qui avaient intimidé Olivia.

Angelica avait rétréci ses yeux. Son Altesse est trop absorbée par cette femme.

L’intimidation n’était pas une bonne chose, mais Angelica était aussi capable de comprendre l’insatisfaction des autres élèves.

À l’origine, les autres nobles étudiants voulaient aussi se rapprocher de Julian et des autres.

Et pourtant, ils n’avaient d’yeux que pour l’étudiante boursière. Cela les avait irrités.

Du point de vue d’Angelica, elle souhaitait qu’ils interagissent avec un grand nombre d’élèves afin de se faire des alliés pour leur avenir.

Mais Julian était trop obsédé par Olivia alors il ne pouvait pas voir autour de lui.

Il ne serait pas étrange qu’il y ait un élève dont l’insatisfaction explose et provoque une scène.

Et puis — du point de vue d’Angélique, Olivia était une femme qui avait séduit Julian.

Elle devrait connaître sa place.

« Qu’avaient fait les élèves expulsés ? » demanda Angelica.

La fille avait répondu. « Je ne leur ai pas demandé directement, mais, apparemment, elles ont essayé de laisser l’étudiante boursière seule dans la zone interdite dans un donjon. »

« — Ces imbéciles, » déclara Angelica.

Le Royaume Hohlfahrt respectait les aventuriers. L’acte d’abandonner le camarade d’un groupe était hautement méprisé ici.

Ceux qui abandonnaient un membre de leur groupe pour le laisser mourir trouveraient leur vie non seulement en tant qu’aventuriers, mais aussi en tant que nobles détruits.

Même Angelica serait incapable de défendre ces filles.

La fille avait l’air mal à l’aise.

« Lady Angelica, Son Altesse et les autres fils de maison noble ont déclaré qu’ils recherchaient les coupables et cela quel que soit le degré d’intimidation et qu’ils les puniraient. — Tout le monde a peur. »

Cela démontrait tout simplement le nombre d’élèves qui avaient intimidé Olivia.

S’ils cherchaient sérieusement les coupables, beaucoup d’étudiants seraient punis.

Les étudiants qui en avaient eu peur — ils comptaient sur Angelica.

Angelica était la fiancée de Julian. C’est elle qui avait joué le rôle de leader au cours de la première année.

Angelica était aussi la seule à pouvoir avertir Julian.

Même le frère adoptif Jilk est à la recherche des coupables. Je pensais que c’était un homme plus capable que ça.

Normalement, c’était Jilk qui devrait être celui qui avertirait Julian dans ce cas.

Angelica avait baissé son évaluation de Jilk parce qu’il était incapable de le faire.

Si seulement Son Altesse est plus — non, je devrais être ferme ici.

Les autres élèves seraient mal à l’aise si elle continuait à ignorer l’action de Julian et des autres.

Ça n’apporterait rien de bon à Julian.

Angelica avait fait cette conclusion et avait décidé de parler avec Julian.

« Je parlerai à Son Altesse. Si l’on met de côté les trois personnes qui sont expulsées, c’est en faire trop quoiqu’il arrive, » déclara Angelica.

☆☆☆

Olivia avait quitté le dortoir des filles et avait utilisé une maison qui a été préparée à l’intérieur de l’académie.

Elle avait sincèrement demandé à Julian de lui dire qu’on ne pouvait pas faire confiance aux étudiants qui l’entouraient et qu’il avait préparé cette maison spécialement pour elle.

Olivia était assise avec Julian sur un canapé.

Leur épaule se touchait.

« Julian, tu as été occupé récemment ? » demanda Olivia.

« Hm ? Ah, c’était occupé avant la sortie éducative. Baltfault — tu sais, il y avait ce jeune homme qui a découvert un artefact perdu, non ? Ce type et sa maison sont allés en guerre contre d’autres nobles du royaume, » déclara Julian.

Julian ne pouvait participer à la sortie éducative qu’à partir du milieu, à cause de Léon.

« Comme c’est effrayant. Quelque chose comme la guerre, c’est mal, » déclara Olivia.

Même si elle avait dit que c’était effrayant, Olivia ne le pensait pas du tout dans son cœur.

Est-il un arriviste ? Il y a toujours une personne énergique comme ça, peu importe l’époque.

Elle s’était entretenue avec Julian tout en recueillant des informations sur la situation intérieure et étrangère.

Julian serait heureux de parler sans cesse si elle le flattait un peu.

« C’est un type extrême. Il sera dangereux de le laisser faire ce qu’il veut, mais le duc Redgrave l’a protégé, » déclara Julian.

« Pourquoi le duc a-t-il fait une telle chose ? » demanda Olivia.

« La Maison d’Offley qui se disputait avec la Maison Baltfault était également problématique, mais les querelles entre factions ont joué un rôle plus important. Le duc est en conflit avec le marquis Frampton, » répondit Julian.

Julian disait des choses comme « On m’a dit de me joindre à la réunion parce que ce sera utile pour mon avenir. Même si je voulais profiter de l’excursion avec toi plutôt que d’assister à la sale querelle dans le palais. »

Olivia riait dans son cœur.

Tu ne réalises pas la bonne volonté du duc envers toi. Tu es vraiment un imbécile.

D’après ce qu’elle avait entendu, le duc aurait fait disparaître des nobles corrompus qui étaient de connivence avec des pirates des cieux tout en soutenant des nobles par le pouvoir.

En d’autres termes, c’était pour augmenter le pouvoir de Julian et de sa faction à l’avenir.

Il n’était pas clair si c’était pour le bien de Julian ou pour le sien — mais en tout cas, il n’y avait aucun doute que c’était une action qui prenait également en considération le bien-être de Julian.

C’était plus facile pour Olivia d’agir si Julian ne le remarquait pas.

« Le duc est donc quelqu’un qui fera n’importe quoi de déraisonnable sans soin si c’est pour le bien de sa faction, » déclara Olivia.

Julian avait parlé à Olivia d’une voix gentille quand elle faisait semblant d’être triste.

« Ne t’inquiète pas. Je ne laisserai pas le duc faire ce qu’il veut. Même s’il est le père de ma fiancée, je ne le laisserai pas m’utiliser pour faire ce qu’il veut, » déclara Julian.

Olivia baissa les yeux et sourit en entendant les paroles de Julian.

Et puis elle avait levé le visage. « Tu es vraiment fiable, Julian. »

« Olivia. Tant que je t’ai toi, » déclara Julian.

Olivia souriait à Julian en pensant à quelque chose de différent dans son cœur.

Même ainsi, c’est le marquis Frampton — il peut être utile

Les émotions boueuses tourbillonnaient dans le cœur d’Olivia.

— Je détruirai ce pays sans faute.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire