Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 3 – Chapitre 7 – Partie 4

♥♥♥

Chapitre 7 : Destinée

Partie 4

J’étais entré dans le hangar qui avait été construit profondément sous terre dans le palais.

Le dirigeable qui dormait à cet endroit avait une belle coque blanche.

La forme du dirigeable avait été profilée de la même façon que Luxon.

Mais celui-ci avait un design plus élaboré.

En ce moment, nous étions — devant le dirigeable qui allait devenir le vaisseau mère du personnage principal.

« C’est énorme, » déclara le roi.

« Il fait environ 400 mètres. C’est plus petit que Partenaire, » répondit Luxon.

« Il a l’air puissant. »

« Il n’est pas du tout comparable à Partenaire, » déclara Luxon.

« — Le design est joli. »

« C’est un paquebot de croisière de luxe qui ignore la productivité et la facilité d’entretien. Il ne peut pas espérer égaler la beauté fonctionnelle de Partenaire, » déclara Luxon.

Luxon semblait ressentir une rivalité. Il s’était vanté à plusieurs reprises que Partenaire était meilleur.

Je m’étais retourné et j’avais regardé les gens présents ici.

À part les mécaniciens qui entretenaient le navire de la famille royale…

Il y avait le roi qui avait l’air mécontent et Milaine qui était exaspérée par son acte.

Les cinq idiots étaient silencieux. Marie avait l’air mal à l’aise près d’eux.

À part eux, Livia et Anjie étaient aussi ici.

C’était moi qui avais amené Livia ici, tandis qu’Anjie était présente en tant que personne apparentée à la famille royale.

« Ce familier est très fier de son propre vaisseau. »

Je ne pouvais m’empêcher de transpirer en entendant froidement les paroles mordantes du roi.

« Ce type déteste perdre. E, err, de toute façon ! Rentrons à l’intérieur. Peut-être que cette chose pourra bouger si elle est réparée, » déclarai-je.

« C’est impossible, » déclara le roi.

« Hein ? » demandai-je.

Le roi avait pointé un appareil se trouvant devant le dirigeable.

L’objet qui était recouvert d’un drap avait été révélé sur ordre du roi et était apparu.

Un piédestal en forme de cœur — et une toile de fond en forme de cœur — était apparu. C’était vraiment mal assorti avec cet endroit.

« Quand deux personnes qui s’aiment vraiment se tiennent là, le navire de la famille royale les reconnaîtra comme leurs propriétaires et montrera son pouvoir. La porte ne s’ouvre même pas et il est impossible d’entrer s’il n’y a pas de propriétaire, » expliqua le roi.

— Je ne pense pas qu’il y avait ce genre de contexte dans le jeu.

Le navire devrait réagir lorsque le personnage principal et son partenaire étaient venus chercher le navire de la famille royale.

Le roi avait l’air profondément ému pour une raison quelconque.

« La famille royale Hohlfahrt, puis la Maison Marmoreal. En outre, il y a la Maison Field, la Maison Arclight et la Maison Seberg — ils sont des héros qui ont formé un groupe dans le passé. Ce doit être le destin pour leurs descendants d’être tous présents ici comme ça. »

— J’ai l’impression d’avoir entendu ça dans le jeu.

Il y avait un groupe de cinq hommes, dont l’ancêtre de la famille royale de Hohlfahrt, qui formèrent un groupe avant la fondation du royaume. Ils étaient des héros. C’est pourquoi, ces cinq-là — la lignée des cinq avait la qualification pour déplacer le navire de la famille royale, du moins, c’est ce qu’ils disaient.

Il y avait une autre personne dans ce groupe, une aventurière dont le nom n’était pas connu.

Il y avait l’histoire que l’aventurière était l’ancêtre de Livia ou quelque chose comme ça.

Si ma mémoire était bonne, l’ancêtre de Livia était la Sainte de la première génération.

Je n’étais pas intéressé alors j’avais pensé. Oui, oui. La destinée, n’est-ce pas sympa ? Et j’avais sauté toutes les explications du jeu.

J’aurais dû le lire plus attentivement, mais maintenant je le regrettais.

Mais, à l’époque, je n’avais pas pensé qu’un jour, je me réincarnerai dans ce jeu fantastique, alors je m’étais souvenu de tout ça, donc on ne peut rien y faire.

S’il y a un gars qui pensait comme ça, je le regarderai comme s’il était fou.

« Seules la famille royale et les quatre maisons restantes peuvent être reconnues par le navire de la famille royale. En dehors d’eux, le seul qui a des qualifications, c’est la famille du dernier membre du groupe qui a été perdu dans l’histoire — c’est ce que la légende raconte. »

Le roi s’était vanté devant moi plein de confiance.

Est-ce qu’il m’en veut ? La seule chose que j’ai faite, c’est battre votre fils et courtiser votre femme, non ?

Ah, pas bon. C’est plus fort que moi qu’il me déteste. Aux yeux des autres, je ne pouvais être vu que comme la pire des racailles.

Luxon m’avait chuchoté. « Nous pourrons entrer dans le vaisseau si la porte est détruite, mais — il vaudrait peut-être mieux tenir compte de l’humeur ici ? »

Ce qui était nécessaire à la fin, c’était l’amour.

S’il y avait un moyen de vérifier cet amour, je voulais le faire maintenant que nous en avions l’occasion.

J’avais demandé à Luxon de tenir compte de l’humeur ambiante et nous avions marché jusqu’au piédestal.

En voyant le piédestal de près, il avait l’air excessivement horrible.

Ce piédestal en forme de cœur n’avait rien de mystique.

Milaine s’était tournée vers nous et avait parlé avec une expression sérieuse. « Vous êtes-vous résolus ? Ce n’est pas un appareil facile du tout, juste pour votre information. »

Milaine était étrangement nerveuse, tandis que le roi avait cessé de parler soudainement.

« Tout d’abord, nous allons montrer à tout le monde comment utiliser cet appareil. Ça ne vous dérange pas, Votre Majesté ? » demanda Milaine.

« E-Euh. Cela devrait fonctionner sans faille cette fois-ci ! » déclara le roi.

Le roi se dérobait au regard dubitatif de Milaine.

Quand les deux individus s’étaient placés sur la scène en forme de cœur, avec une ligne entre eux, la scène en forme de cœur avait commencé à briller.

L’endroit où l’homme se tenait debout était de couleur bleue.

L’endroit où se tenait la femme était rouge — rose ? Elle brillait avec ce genre de couleur.

Puis une voix était venue de la scène. « Homme — 25 points ! Femme — 58 points ! C’est malheureux ! »

— Eh?

Tout le monde se regarda dans la confusion, et Milaine avait commencé à frapper le roi. Oh, c’est un peu mignon.

« Menteur ! 25 points, c’est quoi ça ? Ce score est déjà au niveau de l’étranger ou de la connaissance ! » s’écria Milaine.

Le roi chercha des excuses, mais il avait l’air extrêmement pathétique. « L-La ferme ! Même ton score n’est que de 58 points ! Même toi, tu ne m’aimes plus ! Ouais, c’est vrai. Je ne te vois plus comme une femme ! Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça !? »

J’avais deviné la fonction de ce mécanisme en les voyant se disputer.

« Cet appareil donne l’affection de quelqu’un avec un numéro ? » demandai-je.

Luxon hocha la tête. « Cet appareil est quelque chose comme une blague. Tout à l’heure, j’ai essayé d’accéder à ce vaisseau et j’ai enquêté, mais il me semblait que c’était un dirigeable qu’une personne riche avait fait pour s’amuser. Il a été produit bien avant même la production de mon corps principal. Il semble qu’il ait été utilisé une fois pour la lune de miel avant d’être placé dans un entrepôt inutilisé. »

La raison de la création du navire de la famille royale était trop discutable pour que je me demande comment réagir. Hein ? La raison est-elle vraiment quelque chose comme ça ?

Même si je disais que ce vaisseau était un vaisseau civil des temps anciens, personne ne me croirait.

« Au fait, il semble que le couple marié ait divorcé deux ans plus tard, » déclara Luxon.

« Je ne veux pas savoir ce genre d’information. Finissons-en tout de suite. Maintenant, nous comprenons comment l’utiliser. Il semble donc que ce vaisseau pourrait se déplacer si quelqu’un du groupe ici présent est dans un tel cas de figure, » déclarai-je.

La relation entre Marie et les cinq idiots étaient impossibles à régler, peu importe la façon dont vous la considérez.

À ce rythme, le vaisseau de la famille royale serait inutilisable.

« Il deviendra sans aucun doute un atout précieux s’il peut se déplacer. Après tout, il est armé et possède des caractéristiques bien plus élevées que les dirigeables de ce monde. Ah, il faut d’abord le réparer, » déclara Luxon.

Jusqu’à présent, il était entreposé dans un hangar et traité avec soin, mais personne ne pouvait effectuer l’entretien de l’intérieur du navire.

Pour faire un exemple, c’était peut-être comme une voiture qui n’avait pas été entretenue ? Même si l’intérieur était tout usé, seule l’extérieure était jolie.

Mais, l’appareil pour décider de son propriétaire était — un objet de plaisanterie, c’était vraiment pathétique, peu importe comment vous le voyez.

« Si ce n’est pas bon quoiqu’on fasse, alors je suppose qu’on va détruire la porte pour y entrer, » déclarai-je.

« Alors, j’appellerai les robots de fabrication. Attends, dix minutes, s’il te plaît, » déclara Luxon.

La chance serait de notre côté si quelqu’un avait été reconnu par l’appareil pendant ce temps.

Le problème était que, même si le navire pouvait bouger, comme prévu, l’amour serait toujours un facteur indispensable pour que le navire puisse démontrer sa capacité.

Tandis que je me demandais avec anxiété si ça allait vraiment aller — .

« — Marie, vient ! »

« Eh? Eh!? »

Son Altesse Julian avait saisi la main de Marie et la conduisit brusquement sur l’appareil.

Il avait forcé ses parents qui se disputaient à descendre.

Si c’était moi, je serais choqué d’apprendre que mes parents ne s’aimaient pas, mais que Son Altesse Julian semblait privilégier Marie plutôt que la querelle amoureuse de ses parents.

L’appareil avait démarré et avait mesuré l’amour des deux individus en nombre.

« Homme — 90 points ! Femme — 17 points ! Cela a abouti à un résultat extrêmement malheureux, » déclara la machine.

Le son électronique n’avait pas lu l’humeur.

Il semblait qu’il n’avait pas d’IA haute performance comme Luxon.

Il n’avait fait que jouer les lignes qui avaient été préparées et qui correspondent au résultat affiché.

Marie baissa les yeux.

Mais Son Altesse Julian avait souri. Pourquoi ? Avait-il craqué après avoir connu la réalité ?

« Si c’est le résultat, je peux l’accepter. Marie, je vais proclamer ici. Je jure qu’un jour, je te ferai te tourner vers moi, » déclara Julian.

Une proclamation pour qu’une femme qui l’avait trompé et qui ne l’aimait pas se tourne vers lui.

Il avait agi comme ça même si Anjie était ici.

Quand j’avais jeté un coup d’œil à Anjie pour vérifier son état, elle avait fait une tête exaspérée.

— Bon sang ! C’est correct si elle n’est pas en colère.

Marie resta à cet endroit, puis Jilk remplaça ensuite Son Altesse Julian pour se tenir debout sur l’appareil.

« Homme 89 points. Femme 12 points. Ça a fini par un triste résultat, » déclara la machine.

Cette dernière ligne est-elle nécessaire ?

Jilk avait eu la gentillesse de parler à Marie, qui ne comprenait pas la situation.

« C’est vexant que j’aie perdu contre Son Altesse, mais je ne peux pas perdre non plus. Marie, je te jure que moi aussi, je te ferai absolument tomber amoureuse de moi. »

« — Jilk. »

« Écarte-toi. Ensuite, c’est mon tour. Marie, voici mes sentiments ! »

Cette fois, Greg s’était placé sur l’appareil.

« Homme 91 points. Femme — 22 points. C’est un amour non partagé, abandonnez, » déclara la machine.

Arrête avec ton dernier commentaire !

Greg sourit impuissant en entendant le score.

« C’est douloureux. Mais tu sais, je me sens rafraîchie par ça. Marie, tu comprends ce que je ressens maintenant ? — Je ne vais pas te laisser tomber, » déclara Greg.

« Greg. Euh, écoute-moi ! » déclara Marie.

« Le suivant, c’est moi. »

Greg avait sauté de l’appareil et Brad était monté sur scène avec confiance.

« Homme — 98 points ! Femme — 9 points. Quelle différence incroyable ! » déclara la machine.

Arrête. Je ne peux plus regarder ça.

— J’avais mal à l’estomac parce que j’avais retenu mon rire.

« Mon score est donc le plus bas, » déclara Brad.

« Je, je suis désolée. Mais, je… ! » commença Marie.

« Mais, c’est ici que ça commence. J’ai l’intention de devenir le numéro un de Marie à partir d’ici. Marie, on s’en est rendu compte. Cette fois-là, Marie a peut-être agi froidement pour nous repousser, » déclara Brad.

Qu’est-ce qu’ils ont mal compris ?

Chris avait pris la place de Brad.

« Nous ne sommes certainement pas fiables. Mais, nous — nous — n’avons rien d’autre que Marie, » déclara Chris.

Non, il y a beaucoup d’autres belles femmes. — Réveillez-vous maintenant.

« Homme 87 points. Femme — 30 points ! Cette femme n’est-elle pas trop froide ? » demanda la machine.

Marie se mit à crier. « Tout le monde, vous avez tort. Écoutez ce que j’ai à dire ! »

Son Altesse Julian prit la main de Marie et la conduisit hors de l’appareil.

« Nous comprenons. C’est pathétique, mais on n’a pas pu te protéger. C’est normal que Marie soit dégoûtée de nous. Nous n’avons pas pu être à tes côtés quand c’était important, » déclara Julian.

Ces cinq personnes semblaient penser qu’il était naturel pour Marie d’en être dégoûtée parce qu’ils l’avaient laissée partir à la guerre.

Quel malentendu ! J’aimerais qu’ils fassent preuve d’un tel caractère avant de rencontrer Marie.

« Ne t’inquiète pas Marie —, on ne te lâchera plus. »

« Vous vous trompez ! Voilà pourquoi, écoutez-moi ! » cria Marie.

Tout le monde se comportait comme « Nous comprenons donc c’est bon », et pourtant Marie essayait désespérément de transmettre quelque chose.

Peu importe, je m’en fichais, mais j’avais tort d’attendre l’amour dans cette bande.

Maintenant, que faire ?

Quand j’avais regardé autour de moi, Milaine critiquait le roi.

« Même si Julian et d’autres montrent des scores aussi élevés. Quand il s’agit de toi, ton score n’était même pas de 40 points au moment de notre première rencontre, » déclara Milaine.

« Et tu cherches l’amour dans un mariage politique ? Dans ce cas, je voulais aussi me marier avec quelqu’un que j’aimais, » déclara le roi.

« Tu avais promis d’augmenter ton score sans faute ! Tu as dit que nous voyagerions dans le ciel avec le navire de la famille royale ! » déclara Milaine.

« Manifestement, je mentais ! » déclara le roi.

« Tu ne fais que brasser de l’air. Tu es toujours comme ça. Tu agis comme un acteur qui ne se soucie que de sa propre joie et qui se satisfait de lui-même — tu ne fais que parler ! » s’écria Milaine.

La relation de ce côté était impossible à réparer. — Ou plutôt, comme l’avait dit Milaine, ce n’était certainement pas un dispositif facile. Selon le résultat, la situation deviendrait catastrophique.

De plus, le fait que le roi ne faisait que donner un spectacle pour bien paraître à l’extérieur était triste.

Je m’en étais rendu compte. Depuis la première fois qu’on s’était rencontrés, j’avais pensé que ce type semblait superficiel pour une raison ou une autre. — Je n’avais pas été dupe du tout. J’étais au courant de la vérité !

J’avais l’intention de faire quelque chose au sujet du danger pour notre pays, mais même moi, je ne pouvais pas réparer un danger quant à leur vie conjugale.

Après avoir veillé sur la relation des deux souverains, je m’étais tourné vers Livia et Anjie qui se taisaient.

J’avais déjà eu assez de bons rires, alors j’avais prévu de revenir avec les deux filles.

« Aa ~, ça doit être ça. L’amour est vraiment difficile. Maintenant, revenons en arrière. C’est correct de laisser le reste à Luxon. — Hé vous deux, pourquoi me prenez-vous les bras ? » demandai-je.

Les deux filles m’agrippèrent les bras. J’avais l’impression de tenir des fleurs dans mes deux mains.

Elles m’avaient tiré silencieusement vers l’appareil.

De plus, elles tiraient très fort.

« Attendez. Je vous en supplie, attendez ! Non ! Je ne veux pas être pris dans cette blague ! » déclarai-je.

Livia et Anjie avaient essayé avec force de m’y faire monter, même si je résistais à la poussée.

« Léon, monte, s’il te plaît ! » demanda Livia.

« Tout deviendra clair grâce à cela. Même toi qui esquives toujours la question, tu ne pourras pas mentir avec ça ! » déclara Anjie.

« Ce n’est pas possible ! On peut rire de quelque chose comme ça quand on n’est qu’un observateur. Je ne vais absolument pas me joindre à vous ! Mon mental n’est pas aussi fort que ces types. Je suis quelqu’un de délicat. Je ne pourrai pas le supporter si un mauvais résultat sort ! » déclarai-je.

Je pouvais rire parce qu’il n’y avait aucune chance que je me joigne à eux.

Et pourtant, les deux filles essayaient de me mettre sur le coup.

Elles avaient parlé d’être clairs, de sorte que les deux filles se tiendraient sûrement de l’autre côté pour s’assurer de l’amour.

Ce serait embarrassant même si le score était élevé, et si le score était bas, je tomberais sûrement dans le dégoût de soi en me demandant ce qu’est l’amour — j’apprendrai aussi les scores de Livia et d’Anjie envers lui.

Si nous étions malchanceux, un résultat qui était mauvais pour les deux camps pourrait se révéler.

Je ne voulais pas de ça. Je ne saurais pas quel genre de visage faire en parlant avec elles deux après ça.

« Toutes les deux, c’est étrange de mesurer l’amour à l’aide d’un nombre ! Quelque chose comme ça ne va pas ! » déclarai-je.

Luxon m’avait regardé — il avait l’air amusé.

« C’est bien pour les autres, mais pas pour toi-même. Je pense que c’est une mauvaise chose d’être humain, » déclara Luxon.

Cette foutue IA, il m’a trahi, moi, son maître !

« Arrêtez ! Je ne pourrai pas l’accepter si un mauvais résultat sort ! Je ne rirai pas comme le problème de quelqu’un d’autre ! Même si je voulais finir en riant comme ça ! Même si je voudrais que ça finisse en me moquant de tout le monde ! »

Après que j’eus crié cela, Son Altesse Julian et les autres s’étaient rassemblés autour de moi avec une démarche instable.

Le roi posa sa main sur mon épaule et sourit largement.

« Ce serait ennuyeux si vous deveniez le seul à ne rien faire de bien ? Votre visage souriant était vraiment irritant. Montez là-dedans tout de suite ! » déclara le roi.

J’avais été amené juste devant l’appareil avec les hommes qui me poussaient, mais je m’étais accroupi afin d’y résister.

Livia et Anjie étaient sur l’appareil. Chacune d’elles avait tiré sur mes mains pour me traîner sur scène.

« Léon. Ce sera fini avant que tu t’en rendes compte, » déclara Livia.

« Monte vite et soyons clairs ! » déclara Anjie.

Son Altesse Julian et Marie m’avaient aussi repoussé.

« Baltfault, tu ferais mieux de te résoudre aussi ! » déclara Julian.

« Tu y vas aussi ! » déclara Marie.

« Les gars, vous feriez mieux de vous souvenir de ça. Je ne pardonnerai jamais ce jour ! Ah, attendez ! »

Alors que je résistais désespérément, la scène brilla de rose et une fanfare résonna dans les environs.

Le bruit du moteur du dirigeable gronda dans toute la pièce.

« 120 points pour les deux parties ! Félicitations. Vous êtes toutes les deux liées par le grand amour ! »

Que tout le monde me lâche ! J’avais reculé pour ne pas être soudainement repoussé.

Livia et Anjie étaient sur le podium.

 

 

« — Anjie, » murmura Livia.

« Livia — tu…, » commença Anjie.

Les deux filles sur scène rougissaient et se regardaient timidement.

Tout de suite après, les deux filles se serrèrent dans les bras l’une contre l’autre, les mains se trouvant autour de la taille de l’autre.

La distance entre elles était — très proche.

« Oui, je suis contente, » déclara Livia.

« Je ressens la même chose, » répondit Anjie.

Et c’est alors que tous ceux autour d’elles avaient été également abasourdis,

« Il n’est pas mentionné que le même sexe n’est pas bon, donc cela aussi doit être une des bonnes réponses, » déclara Luxon.

Je m’étais accroupi en entendant les paroles de Luxon. — Pour être honnête, j’avais eu un petit espoir, qui venait d’être brisé.

Je pensais que mon score serait plus élevé que celui de Marie et de ces cinq-là.

Comme je m’y attendais, il n’y a aucune chance que le résultat soit une tragédie comme ces gars, pensai-je.

Et pourtant, en les voyant toutes les deux remarquer les sentiments de l’autre et se regarder dans les yeux, j’avais finalement compris et accepté la vérité.

« — En fin de compte, je ne suis, de toute façon, qu’un Mob, qu’une personne insignifiante présente afin de créer des scènes de comédies burlesques ! Ce genre de traitement est donc le mieux que je puisse espérer ! » déclarai-je.

C’était un sentiment compliqué que je ressentais en ce moment.

Je ne savais pas que mes très belles amies se lançaient dans une situation appropriée pour un Yuri.

Il s’agissait là d’un sentiment de tristesse, mais il y avait aussi un sentiment heureux quant au fait que leur partenaire ne soit pas un autre homme.

Mais, comme je m’y attendais, c’était si triste que je m’étais mis à pleurer sur le champ.

Milaine avait alors posé sa main sur mon épaule.

« Lé… Léon. Je ne sais pas quoi dire ici, mais ne sois pas découragé, » déclara Milaine.

— Je m’étais enfui de cet endroit en pleurant.

« C’est cruel ! »

« Léon ! »

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Notre héro viens de s'enfuir en pleurant, si héroïque !

  2. Ptdr la romance Yuri alors qu'on s'attend à un harem 😀
    Merci pour le chapitre et j'espère que Léon aura au moins une waifu à la fin.

  3. Merci pour le chapitre (je suis le seul a être ultra frustrer pour leon mdr?

  4. Ca joue bien sur les mots, la machine n'a pas précisé qu'il devait forcément s'agir d'amour romantique ^^ Et l'amour peut prendre bien des formes (filiale, amitié profonde, loyauté à une cause), donc leur relation BFF passe bien (relation d'ailleurs bien mise en avant dans le chapitre 13 de l'adaptation manga). Ce petit quiproquo (en plus d'illustrer un aspect de la culture typiquement jap sur l'amitié féminine) est surtout amusant pour sa douce valeur ironique, les deux sont maintenant les meilleures amies du monde alors que dans l'histoire originelle, rien ne pourrait les rapprocher.
    Quant à Léon, ma foi, c'est l'arroseur arrosé pour la peine.
    J'adore ce LN, et lui j'en voudrais vraiment une adaptation en anime^^

Laisser un commentaire