Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 8

♥♥♥

Chapitre 8 : Principauté

♥♥♥

Chapitre 8 : Principauté

Partie 1

Il y avait un sanctuaire un peu éloigné du lieu du festival d’été.

Assis sur l’escalier menant là, j’avais baissé la tête et versé des larmes de frustration.

Était-ce étrange d’avoir des festivals d’été et d’autres éléments du Japon ici ? Ne vous plaignez pas à moi. Je pensais que c’était étrange, mais c’était le monde fou d’un jeu étrange. Ceux qui pensaient que ce serait logique auraient tort.

« Je voulais les charmes, » murmurai-je.

Même maintenant, j’avais toujours le désir de poursuivre le gars et de tout lui acheter. Cependant, Anjie et Olivia ne l’avaient pas autorisé.

Elles avaient veillé sur moi.

 

 

En me voyant très déprimé, les deux filles semblèrent repenser à leur position.

« E-Est-ce que tu les voulais autant ? » demanda Anjie.

Anjie avait soigneusement examiné mon expression faciale.

Il semblait qu’elle s’était échappée de ses partisans.

Ils essayaient frénétiquement de regagner la confiance d’Anjie. Cependant, ils agissaient de manière tout à fait égoïste, puisqu’ils l’avaient déjà abandonnée à un moment critique.

Cependant, mis à part cela, il y avait la question des charmes.

« J’attendais vraiment ce jour avec impatience. Je ne pouvais même pas dormir la nuit dernière, » déclarai-je.

J’avais essuyé mes larmes.

Était-ce un jeu d’acteur ? Eh bien non, je pleurais vraiment de frustration !

Oliva avait commencé à me parler, mais elle avait parlé d’une manière très maladroite.

« M-Mais, je ne pense pas que tu devrais faire ce que tu as essayé de faire. Je parle du fait de tout acheter avec de l’argent, » déclara Olivia.

Je comprenais ce qu’elle essayait de dire, mais j’avais trouvé cela étrange de nier la capacité d’acheter des biens avec de l’argent.

« Je paie avec de l’argent, alors pourquoi cela ne va pas ? J’aurais même pu les acheter au centuple, » déclarai-je.

Si les charmes avaient le même effet que dans le jeu, je voulais les acheter à un prix cent fois supérieur.

L’objet que je voulais collectionner sur cette île flottante était un charme de cet homme masqué.

Cependant, je ne saurais pas le contenu de ce que j’achèterais.

Dans le jeu, c’était complètement aléatoire, et même si on obtenait la paille la plus courte, ils recevraient quand même un « Charme de bonne chance ».

Le charme de la fortune de la guerre était meilleur que cela, améliorant les capacités liées au combat et augmentant le taux de croissance des statistiques physiques.

Le jackpot était un « élément de protection divine » lié à la magie. Cette chose avait l’effet de pouvoir augmenter le pouvoir magique.

Le taux de croissance des statistiques magiques augmenterait, et toutes les compétences augmenteraient également.

C’est pourquoi j’avais tiré quelques ficelles à mon arrivée pour pouvoir me rendre sur cette île flottante pendant l’excursion. Qu’est-ce que j’avais fait ? J’avais juste dû soudoyer des professeurs.

Comme les objets obtenus sur cette île flottante augmentaient les niveaux, j’avais contesté le donjon le moins possible à l’académie. Et pourtant ─.

Mes plans pour devenir le personnage le plus fort avaient été ruinés.

Anjie et Olivia affichaient toutes les deux une expression d’inquiétude.

Il semblait qu’elles ne pensaient pas que je pleurerais vraiment.

Alors que je reniflais et pleurais, le festival d’été approchait de sa dernière étape et l’homme masqué revint.

Il semblait que presque tous ses articles avaient été vendus.

« Ah, vous voilà. Monsieur le Noble, il en reste deux, alors voilà, » déclara-t-il.

Je m’étais levé et j’avais acheté les deux charmes.

« S’il vous plaît, soyez le bon ! » murmurai-je.

« Euh, en fait, il n’y a aucun facteur de gain ou de perte impliqué. C’est juste qu’il y en a de différentes sortes, » déclara l’homme.

Quel idiot ! Les résultats allaient varier précisément parce qu’il y avait une variété !

J’avais pris les deux pochettes et j’avais lentement retiré le papier blanc de l’un d’eux.

Mon visage était devenu rouge de tension.

Lorsque je l’ouvris, il y avait un orbe blanc de la taille d’une bille. C’était un charme avec des fils en métal et une chaîne rouge attachée.

Pas bon. Je n’avais aucun talent pour la magie blanche.

Il était inutile pour moi de le porter.

Quand j’avais ouvert le suivant un peu brutalement, cette fois, c’était un globe rouge qui était apparu. Les deux globes avaient de très belles couleurs, mais je ne savais pas vraiment si elles auraient un effet.

Je n’avais rien senti de particulier.

Avaient-ils vraiment une bénédiction divine en eux ?

« Rouge ? Je n’ai aucun talent pour le rouge, » murmurai-je.

Anjie pencha la tête. « Qu’est-ce que tu racontes ? N’est-ce pas bien ? »

L’homme masqué monta les marches et partit plus loin.

« Eh bien, je vais rentrer. Prenez soin de vous. Cependant, il semblerait que les charmes s’accordent mieux avec les femmes qu’avec vous, Monsieur le Noble, » déclara-t-il.

L’homme masqué avait ensuite disparu, comme s’il se fondait dans les ténèbres.

Laissons cela de côté, est-ce que cela correspondait mieux avec Anjie et Olivia qu’avec moi ? Je le pensais certainement.

Ce que je voulais, c’était quelque chose de jaune ou de bleu.

Je ne visais pas le rouge ou le blanc.

J’avais perdu, d’une mauvaise manière.

J’avais alors baissé mes épaules et avais donné un charme à chacune d’elles. L’orbe rouge était pour Anjie, et le blanc était pour Olivia.

« Nous les donnes-tu ? » demanda Anjie.

Anjie était légèrement hésitante. C’était peut-être parce que j’avais tout simplement remis les objets que je voulais au point de pleurer.

« Ce n’est pas ce que je voulais obtenir, » déclarai-je.

« Je vois, » déclara Anjie.

Olivia avait refusé à contrecœur. « Je, je ne peux pas accepter cela. »

« C’est bon, prends-le. Cela ne me sert à rien de l’avoir. Ce n’est pas non plus comme si c’était des articles chers, » déclarai-je.

Quand j’avais donné le globe, Olivia l’attrapa avec une expression troublée.

À bout de forces, je m’étais assis dans l’escalier et j’avais poussé un profond soupir.

« Léon, euh..., » murmura Olivia.

Olivia voulait dire quelque chose, mais à ce moment-là, les partisans d’Anjie étaient arrivés.

« M-Milady ! » cria un partisan.

En entendant cette voix, Anjie avait paniqué.

« D-Désolée. Je dois partir, » déclara Anjie.

Les filles qui suivaient Anjie la poursuivaient alors qu’elle s’échappait au loin.

Une fois qu’elles étaient parties et que le bruit qu’elles avaient fait s’était estompé, cette fois-ci, les garçons qui nous suivaient nous avaient aperçus et m’avaient entouré.

Ils étaient trois.

« Baltfault, encore toi ? »

« Ne sois pas si vaniteux simplement parce que tu as eu une légère promotion. »

« Tu es juste un humble noble qui essaie de séduire Milady. »

J’avais relevé la tête et regardai le visage de ces garçons incompétents. Je pouvais dire qu’ils ne valaient rien, rien que par ma propre perception. J’avais senti une certaine irresponsabilité en eux. Maintenant qu’ils avaient trahi quelqu’un dans un moment critique, peu importe ce qu’ils feraient, ce ne serait pas une tâche facile de regagner sa confiance en un niveau positif.

Puisqu’ils étaient indignes de confiance pour le moment, ils arriveraient peut-être à zéro s’ils faisaient de leur mieux.

Je n’étais pas d’humeur à les humilier à cette heure tardive.

« Oh ? Êtes-vous frustrés ? Envieux que votre dame m’apprécie ? Quel malheur ! Si vous ne l’aviez pas abandonnée lors du tumulte du duel, vous auriez été les favoris d’Anjie. Vous êtes peut-être doués pour lire l’ambiance dans l’académie, mais vous devriez être plus attentif à la façon de lire l’ambiance dans le monde des nobles, ou plutôt dans la société dans son ensemble. N’avez-vous pas honte d’essayer si fort de la rattraper maintenant ? » demandai-je.

En leur répliquant ainsi, je leur avais fait signe de la main.

Quand j’avais essayé de les inciter à accepter mon défi, Olivia s’était tenue devant moi et avait tendu les bras, comme pour me protéger.

« Ne-Ne vous battez pas ! »

L’un des garçons avait crié. « C’est lui qui essaie de se battre ! »

« Je suis désolée. M-Mais vous ne pouvez quand même pas vous battre, » déclara Olivia.

« Alors, allons-y. C’est juste un gars pathétique qui se cache derrière une fille, » déclara l’homme.

Je voulais vraiment exercer des représailles contre ce qu’il venait de dire. C’étaient les personnes qui voulaient Anjie comme bouclier, après tout.

Une fois que les garçons étaient partis, j’avais parlé à Olivia.

« Cela aurait été bien si tu laissais les choses ainsi. Ces gars-là ne voudraient pas s’emballer, alors je pense qu’ils auraient reculé à ce moment-là, » déclarai-je.

J’avais provoqué mes adversaires parce que je savais qu’ils ne me poseraient pas la main dessus.

Cependant, étant donné que les jeunes étaient pleins de passion, il était possible qu’ils recourent à la violence. Si cela se produisait, la société les aurait punis. Les combats entre adultes ne se limitaient pas à échanger des poings.

Quand Olivia se retourna vers moi, elle laissa échapper un sanglot.

« Je suis désolé. Léon, je suis vraiment désolée. Je voulais m’excuser depuis tout ce temps. Je suis désolée pour les ennuis que j’ai causés lorsque nous avons réprimé les pirates des cieux. Je suis désolée pour les mauvaises choses que j’ai dites, » déclara Olivia.

Je m’étais gratté la tête devant Olivia qui pleurait et qui présentait ses excuses.

« Cependant, il n’y a rien pour lequel tu as besoin de t’excuser. En premier lieu, tu ne devrais pas t’excuser auprès de moi, mais..., » commençai-je.

J’étais sur le point de dire quelque chose, mais ma vue s’était tournée vers une vieille femme qui était venue à proximité.

Depuis combien de temps est-elle ici ? C’était un peu effrayant.

« Euh, qui êtes-vous ? » demandai-je.

Attirant l’attention vers la vieille femme, Olivia sembla également surprise.

La vieille femme avait souri en portant une canne.

« Eh bien, je voulais juste vous parler après ce qui s’est passé entre mon fils et vous, » déclara la vieille.

J’avais détourné le regard de la vieille femme. Son fils était probablement l’homme masqué qui avait vendu les charmes.

« Peut-être que vous pensez que ce que j’ai fait est assez inexcusable ─, » déclarai-je.

Alors que je commençais à m’expliquer, la vieille femme avait sorti une pochette blanche de sa poche.

« C’était la première fois que quelqu’un voulait payer une grosse somme d’argent pour les charmes que je faisais. Cependant, ils étaient pour les nombreuses personnes qui les attendaient avec impatience au festival. Je me sentais mal pour le peu qu’il y avait à la fin, alors voilà, » déclara-t-elle.

L’objet à l’intérieur de la pochette blanche était-il un charme de la fortune de la guerre ? En effet, c’était ça.

« Un charme de la guerre, n’est-ce pas ? Bien que la forme soit différente, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Vous êtes un gentilhomme passionné. Je l’ai fait spécialement, est-ce à votre goût ? » Demanda la vieille femme.

Un nouveau modèle, un prototype ?

C’était un peu différent de ce que je voulais, mais j’étais heureux de l’avoir eu.

« Merci beaucoup. Oh, le coût..., » déclarai-je.

« Ce n’est pas nécessaire. Si vous voulez me rembourser, alors s’il vous plaît visitez le sanctuaire. Ceci est un sanctuaire pour le mariage, alors vous pouvez recevoir une bénédiction, » déclara la vieille.

Après avoir dit cela, la vieille femme monta les escaliers.

Était-elle la prêtresse du sanctuaire ?

Tandis qu’Olivia regardait l’escalier avec surprise, j’avais examiné le charme. Au lieu d’un charme orné d’une épée et d’un bouclier, trois épées se croisaient. J’avais porté le charme à mon visage, puis l’avais saisi fermement dans ma main.

« Pas mal, » murmurai-je.

Je ne savais pas quels étaient ses effets, mais le design m’avait beaucoup plu.

Après tout, ces accessoires de type porte-clés en forme d’épée me plaisaient.

Il s’était passé beaucoup de choses, mais j’avais réussi à un peu m’amuser.

En tout cas, elle avait dit que c’était un sanctuaire pour le mariage... et comme la nuit était un peu effrayante, alors je suppose que je pourrais rendre visite demain matin.

Si je me souviens bien, il y avait eu un événement dans le jeu où la protagoniste s’était dirigée vers le sanctuaire avec la cible de conquête avec laquelle elle était le plus proche ? Est-ce que ça pourrait être ça !?

En réfléchissant à diverses choses, j’avais entendu une voix.

Olivia semblait gênée.

« Léon, elle a dit mariage ─, » murmura Olivia.

« C’est comme ça. Une bénédiction pour le mariage. Je pense y venir demain matin. Je souhaite une partenaire appropriée, » déclarai-je.

Je devrais probablement préparer une grosse somme d’argent pour cela.

Quand j’avais quitté la zone, Olivia semblait triste, mais je l’avais laissée seule.

Je ne pouvais plus m’impliquer avec elle pour son propre bien.

♥♥♥

Partie 2

C’était le lendemain matin.

Le dirigeable partirait à midi, mais j’avais du temps libre jusque-là, alors j’étais allé faire du tourisme.

En tout état de cause, il était facile pour une culture distincte de prospérer sur une île flottante.

La raison en était que nous devions toujours utiliser des dirigeables pour aller et venir sur d’autres îles. Parfois, il y avait des îles flottantes qui n’avaient pas de dirigeables, alors les gens là-bas avaient construit leur propre société de leur côté.

Des aventures avaient également été organisées pour découvrir de telles îles flottantes.

Mais il était vrai que parfois des personnes mal intentionnées les attaquaient.

Peu importe combien de gens avaient tendance à le négliger, il y avait beaucoup d’aventuriers qui étaient sauvages.

En fait, je suppose que j’avais aussi détruit à l’époque des ruines historiques pour obtenir Luxon.

J’avais monté un escalier en pierre.

La porte et le sanctuaire que j’avais alors vus me rappelaient en effet le Japon.

Comme l’île flottante avait été conçue d’après le Japon, j’avais eu l’impression de pénétrer dans un monde complètement différent.

J’avais repéré une jeune fille du sanctuaire en train de nettoyer le terrain.

C’était une adorable jeune fille du sanctuaire qui avait l’air d’avoir environ dix ans.

« Bonjour. Est-ce le sanctuaire du mariage ? » demandai-je.

Une fois que j’avais demandé cela, la jolie jeune fille du sanctuaire avait souri et avait incliné la tête.

« Oui. Il y a un dieu du mariage. Il y a aussi des bénédictions pour la guerre et la magie, » déclara la jeune fille.

Ce dieu semblait apprécier le personnel militaire et les magiciens.

Alors que je me dirigeais vers le sanctuaire pour faire une prière, certaines personnes étaient venues pendant que je parlais avec la jeune fille du sanctuaire.

« ─ ah, »

« Alors tu es aussi ici ? »

« E-Euh, » murmurai-je.

Alors que je ne pouvais laisser que quelques syllabes sortir, Anjie avait regardé nos visages tout en semblant troublée. Il semblait qu’elle avait rencontré Olivia en bas de l’escalier, puis elles étaient venues ici.

La petite fille du sanctuaire nous avait accueillis avec un sourire.

« Ah, vous êtes des nobles de l’académie. Savez-vous quoi faire ? » demanda la fille.

La jolie jeune fille du sanctuaire avait poliment décidé de nous dire quoi faire.

Ah ~, c’était apaisant.

C’était comme si elle avait balayé toutes les choses scandaleuses de ce monde de jeu vidéo Otome.

J’étais venu ici pour visiter pour cette raison, mais maintenant nous trois étions debout devant une boîte à offrande.

C’était gênant.

« Nous sommes supposés faire une offrande, non ? Combien ? » demanda Anjie.

Anjie, embarrassée, avait sorti une pièce d’or de son sac à main.

Olivia l’avait regardé.

« Ç-Ça ? » demanda Olivia.

« N’est-ce pas correct ? Ceci est un acte normal dans les temples, » déclara Anjie.

C’était bien que les temples soient monothéistes, mais ne rejettent pas les autres religions. Je ne voulais vraiment pas une guerre de religion. C’était la première fois que je remerciais le contexte peu reluisant du monde de ce jeu vidéo Otome.

Debout à côté des deux filles, j’avais mis un rouleau de billets de banque et des pièces d’or afin de rembourser ce qui s’était passé hier. Étais-je fou ? Je crois que non. Dans le jeu, le fait de payer une certaine somme d’argent augmentait considérablement l’attrait de la protagoniste vis-à-vis de la cible de conquête. En faisant confiance à une telle bénédiction, j’avais investi beaucoup d’argent.

Je ne m’en étais souvenu que la nuit dernière et j’avais regretté de ne pas avoir apporté plus d’argent avec moi.

Alors que les deux filles étaient abasourdies, j’avais poliment fait mes prières.

« Mon Dieu, je ne demanderai rien de luxueux. Alors s’il vous plaît, s’il vous plaît, laissez-moi avoir une épouse ! S’il vous plaît, laissez-moi me marier à une femme gentille avec du bon sens ! Je ne veux pas d’une femme qui méprise son mari et élève son enfant comme s’il était un étranger. S’il vous plaît, donnez-moi une partenaire appropriée ! »

Mon puissant souhait s’était échappé hors de ma bouche.

Les deux filles étaient choquées, mais c’était une affaire très importante pour moi.

Malgré tout ce que j’avais pu faire, les résultats étaient décevants et je devais subir des épreuves ; accordez donc ce souhait à mon pitoyable être, mon Dieu !

 

 

Pendant que je priais frénétiquement, Anjie et Olivia avaient également commencé à prier à côté de moi.

Comme prévu, elles n’avaient pas exprimé leurs souhaits à voix haute.

Je me demandais ce que les deux filles souhaiteraient.

Je n’avais aucune idée de la prière d’Anjie, mais cela avait probablement un rapport avec le mariage puisque c’était à cela que servait le sanctuaire. Quant à Olivia ─, je me demandais si elle se rapprocherait de quelqu’un d’autre que de l’inutile Greg et Brad.

Non, attends. Il y avait peu d’espoir. Julian et Jilk étant également inutiles, il ne restait que Chris comme candidat.

Quoi qu’il en soit, tant qu’Olivia est heureuse, tout le monde allait bien.

Je voulais juste que le pays soit sauvé.

J’étais revenu à penser à mon souhait.

« Si possible, donnez-lui une grande poitrine. Une taille étroite serait également bien. Ce serait encore mieux si elle était légèrement fringante ! En toute honnêteté, je veux une adulte amoureuse qui puisse me dorloter et..., » continuai-je.

En écoutant ma prière de désir imparable, Anjie et Olivia me tirèrent par les oreilles et me sortirent de l’embarras.

« Attendez ! Je n’ai pas encore tout dit ! Il y a encore plus que je veux dire ! » déclarai-je.

Le visage d’Anjie était rouge vif.

« Q-Que dis-tu devant une enfant, imbécile !? » s’écria Anjie.

Le visage de la jeune fille du sanctuaire était également rouge.

Cependant, c’était assez mignon, n’est-ce pas ? Non, je ne voulais pas dire cela dans un sens tordu. Je venais de trouver précieux qu’une fille soit si pure.

Assez pur pour que je sois embarrassé de mes propres désirs.

Olivia avait présenté ses excuses à la jeune fille du sanctuaire.

« Je suis désolée. S’il vous plaît, oubliez ce que vous venez d’entendre, » déclara Olivia.

« U, euh, ça va. J’ai été très surprise, mais faite de votre mieux ! » déclara la jeune fille du sanctuaire.

C’est vrai ! Je ferais de mon mieux. Je ferais de mon mieux pour demander pour un mariage.

J’avais fait un signe à la souriante jeune fille du sanctuaire et nous descendîmes l’escalier.

◇◇◇

Après être revenu au paquebot de luxe, je nous avais regardés quitter l’île flottante du pont.

J’avais sorti mon charme et l’avais examiné.

Luxon, y ayant peut-être un intérêt, s’était exprimé. « On dirait que ça se passe autour du cou. »

« Dis-moi, penses-tu que cette chose est bénie ? » demandai-je.

« Ce n’est pas une mauvaise chose de compter sur quelque chose pour se rassurer spirituellement. Cependant, tu ne devrais pas trop compter dessus, » déclara Luxon.

Il n’avait pas nié l’existence de Dieu, mais il semblait qu’il ne croyait pas que le charme serait une bénédiction.

J’avais placé à mon cou et j’avais levé les yeux vers le soleil d’été, plissant les yeux.

« Il fait chaud, » déclarai-je.

« C’est vrai. En tout cas, je suis un peu curieux, » déclara Luxon.

« Sur quoi ? » demandai-je.

« Se pourrait-il que tu n’aies pas activement attaqué le donjon parce que tu n’avais pas encore ce charme ? T’attends-tu à obtenir un effet comme dans un jeu ? » demanda Luxon.

« Je, idiot, ce n’est pas ça, » déclarai-je.

« Vraiment ? J’ai des soupçons depuis que tu repousses constamment la récupération de ce “Bracelet sacré”, » déclara Luxon.

« T-Tu es vraiment une chose méfiante, » déclarai-je.

Pour être honnête, je n’avais pas plus défié le donjon que ce dont j’avais besoin, espérant un effet du charme. Je m’attendais à un effet de jeu, mais je ne savais pas vraiment si cela deviendrait une réalité.

C’était un peu gênant.

« Il est difficile d’arriver à l’endroit où se trouve le bracelet. C’est un endroit difficile, même pour les classes supérieures. Je dois faire des préparatifs pour le récupérer en toute sécurité, » déclarai-je.

« Vraiment ? Je suis inquiet, car tu ne le fais pas plus rapidement. Je suis curieux de savoir comment cela se fait que tu ne te précipites pas malgré la menace de Marie, » déclara Luxon.

Si Marie jouait au jeu, elle ne ferait rien de stupide.

À l’origine, la conquête du donjon était quelque chose qui se produirait au cours de la troisième session scolaire.

À ce stade, je gagnerais de l’argent par le donjon jusqu’au milieu de ma deuxième année scolaire.

« Tout bien considéré, je pensais pouvoir dévoiler “Schwert”, ce que j’ai pris beaucoup de peine à concevoir, » déclara Luxon.

« Tu ne dois pas donner un nom à cette moto aérienne de manière arbitraire, n’est-ce pas ? Tu sais, le propriétaire de cette chose est moi. En fait, tu l’appelles Schwert, non ? Je suppose que c’est acceptable comme j’aime le nom, mais quelle signification a-t-il ? » demandai-je.

« Maître, savais-tu comment les motos aériennes sont comparées à un poisson ? Ils sont comparés à eux parce qu’ils sont petits comparés à un dirigeable, » déclara Luxon.

« J’ai entendu parler de ça. Qu’en est-il ? » demandai-je.

« Non, ce n’est rien. Schwert signifie épée, » déclara Luxon.

« N’est-ce pas si mignon ? Je l’aime encore plus. Cette moto aérienne a un bout pointu, alors j’ai l’impression que cela s’agence bien, » déclarai-je.

« Euh ! J’avais fait ça en tant qu’analogie avec l’espadon — et pas pour être mignon, » répliqua Luxon.

J’avais admiré le sens de nommage de cette chose.

« En tout cas, tu devrais avoir fait beaucoup de remodelage. Peut-être que tu pourrais poser une couleur métallique, » déclarai-je.

« Ça m’a l’air bien. Veux-tu qu’il y ait du bleu mélangé ? Mieux encore, je peux prendre le gouvernail et tu n’aurais jamais besoin d’y réfléchir, » déclara Luxon.

« Je te confierai le coloriage, » déclarai-je.

« Je me charge de ça. En outre, Schwert est un cheval agité et maussade, ce qui le rend difficile à réguler. Maître, manipule-le avec soin, » déclara Luxon.

Quoi ?

Cette chose aime-t-elle cette moto aérienne après l’avoir nommée et modifiée ?

À bien y penser, il avait également beaucoup apprécié Partenaire.

Je ferais mieux de ne rien dire de mal à propos de Partenaire ou de Schwert.

♥♥♥

Partie 3

Alors que je parlais avec Luxon, Chris était sorti sur le pont.

Il affichait un visage vraiment épuisé.

« Bon sang, je n’ai pas le temps d’être seul, » déclara Chris.

À en juger par ce qu’il avait dit, il semble qu’il se soit échappé loin des filles.

Ce gars essayait-il de faire en sorte que les autres gars se disputent avec lui ?

Luxon s’était caché dans mon dos.

Avant que je le sache, il m’avait abordé avec un sourire intrépide. Ses cheveux bleus et bien coiffés flottaient un peu dans le vent, ce qui me rendait irrité par son apparence élégante.

Il ôta ses lunettes et me parla. « Baltfault, il semble que tu aies eu un match contre Brad. Pourquoi ne pas avoir un duel d’escrime avec moi ? »

Il semblait qu’il voulait me battre dans son propre domaine d’expertise.

J’avais ri avec mépris. « Brad m’a lancé un défi dans un domaine où il était faible, et pourtant tu me mets au défi d’en réussir dans un autre ? Tu as beaucoup de courage. »

Son expression faciale se déforma dès que je le comparai à Brad.

Il était enfantin.

Il n’aurait pas dû être dérangé par une si petite chose.

« Je vais te défier dans un domaine où je ne suis pas habile, alors viens à moi ! » déclara Chris.

Chris était un gars spécialisé dans l’épée. Pour cette raison, il était un personnage qui était inutile lorsqu’il s’agissait de faire autre chose.

Hehe. Il était pareil que Brad ! Ces gars-là étaient trop déséquilibrés.

« Moi, je ne me suis jamais considéré comme un habile avec le maniement de l’épée, » déclara Chris.

J’avais été choqué par Chris, qui avait baissé la tête et remis ses lunettes.

« C’est honteux. Un épéiste expert devrait être plus digne que ça, » déclarai-je.

« Je ne mens pas. Je pratique l’épée depuis très longtemps. Pourtant, mon père m’a dit que je n’avais aucun talent. Il y a peu de temps, on m’a dit qu’en cas d’échec, je serais viré de là, » déclara Chris.

Avait-il été grondé à son retour chez lui ?

Cela semblait l’inquiéter, mais vu ce que lui et les autres avaient fait, cela semblait inévitable.

Si je me souviens bien, Chris avait un complexe d’infériorité centré autour de son père, qui était un maître épéiste, ou une sorte de milieu gênant comme celui-là.

Tous avaient des paramètres incroyablement gênants. C’était des réglages qui rempliraient des dizaines de feuilles.

Quand j’avais murmuré à voix basse à quel point je trouvais ça contraignant, Luxon avait dit : « Alors tu es à l’autre bout du spectre, en vivant une vie superficielle, » tout en étant caché.

Comme c’est bruyant ! Je savais déjà qu’il n’y avait rien d’autre à mon sujet que le fait que je m’étais réincarné ici.

Malgré tout, j’étais meilleur que ces types gênants — du moins, je le pense.

« Alors tu essayes de dire que tu es devenu un épéiste expert après avoir travaillé dur, hein ? Alors quoi, dis-tu que nous, qui ne pouvons même pas devenir des épéistes experts, sommes plus bas qu’un pirate sans talent comme toi ? » demandai-je.

Chris m’avait regardé.

« Si tu veux toujours dire qu’après avoir tout consacré au maniement de l’épée, alors je pourrais faire tout ce que tu voudras, tu as tout faux. Qu’est-ce que tu sais de moi ? » demanda Chris.

Est-ce que je le connaissais ?

« Je ne sais rien. Je ne veux pas non plus te connaître. Alors, retournons la question, que sais-tu de moi ? Si tu es ici pour parler de ta situation piteuse et gagner la sympathie, alors va parler à Marie. Tu l’as probablement déjà dit avant, » déclarai-je.

« Je déteste les gars comme toi qui n’ont même pas à faire beaucoup d’efforts, » déclara Chris.

Efforts ? Je devais me mettre à faire des efforts selon lui ?

J’avais travaillé dans les champs pour survivre, étudier à la lueur d’une lanterne, entre autres choses.

Pendant ce temps, les deuxième et troisième filles du ménage avaient eu la possibilité d’étudier dans des pièces éclairées à l’électricité et n’avaient pas à travailler dans les champs.

Et qu’est-ce qu’ils avaient donné comme excuse de mauvaise qualité au sujet des filles, qu’elles avaient besoin d’être traitées avec gentillesse !? Tout cela était écœurant.

Ils avaient traité les gars trop cruellement.

« Quelle coïncidence ! Je déteste aussi ton type de gars. Je ne tolérerai surtout pas les gars comme Brad et Greg, qui ont trahi mes espoirs, » déclarai-je.

De toutes les choses, ils avaient fait exactement ce que je détestais le plus. Je voudrais certainement me venger.

Alors que nous étions plongés dans notre discussion, nous nous étions regardés, une alarme s’était rapidement déclenchée.

J’avais inspecté mes environs.

« Quoi ? » demandai-je.

« Rien ne s’était passé jusqu’à maintenant ! » s’exclama Chris.

Comme Chris l’avait dit, un grand nombre de monstres étaient apparus depuis des nuages blancs.

Ils étaient sortis des nuages par dizaines, non, par centaines et cela avait continué à augmenter.

« Hé, est-ce une plaisanterie ? » s’exclama Chris.

Les monstres imitaient l’apparence d’animaux aquatiques et volaient dans les airs comme s’ils nageaient dans la mer.

Bien que leur nombre ait atteint un point où nous ne pouvions plus les compter, d’autres se précipitaient encore depuis les nuages.

Nous étions loin de l’île flottante et il n’y avait pas d’autres dirigeables dans nos environs.

Les marins étaient sortis sur le pont en portant des armes, mais ils avaient bronché devant le nombre écrasant de monstres.

Il y avait même de jeunes marins tenant leurs armes en tremblant.

Chris se rapprocha d’un marin.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? C’est quoi tout cela ? » demanda Chris.

« Je-Je ne sais pas. Les monstres qui apparaissent soudainement comme ça... c’est une première, » répondit un marin.

Chris avait perdu son calme, mais il semblait que l’équipage était aussi dans le même cas.

J’avais observé l’état des monstres.

« Pourquoi ne font-ils que nous entourer, mais pas nous attaquer ? » demandai-je.

Habituellement, les monstres attaquaient à vue, mais ils entouraient étrangement le dirigeable tout en restant inactifs.

Luxon était apparu proche de mon épaule.

S’il avait retrouvé son calme malgré la présence d’autres personnes, c’est qu’il semblerait avoir jugé que c’était dangereux. Chris jeta un coup d’œil à Luxon, mais il l’ignora à la lumière de la scène impossible autour de lui.

« Ils sont commandés. Leur comportement actuel ne correspond pas à mes données, » déclara Luxon.

En supposant qu’ils opéraient en tant que groupe, je n’avais jamais entendu ou vu un groupe de monstres aussi importants que ceux contrôlés en ce moment.

Quelqu’un sembla émerger à l’avant des monstres et c’était blanc et légèrement rose.

Je ne pouvais pas le comprendre, mais Luxon avait projeté une image dans mon environnement.

« Un écusson ? J’ai l’impression de l’avoir vu quelque part, » déclarai-je.

« C’est le symbole de la Principauté de Fanoss, » déclara Luxon.

« Fanoss ? Cela doit être un mensonge ! » m’exclamai-je.

La Principauté de Fanoss. C’était un territoire initialement affilié à un duc du royaume Holfault, mais qui s’était déclaré depuis longtemps comme une principauté indépendante.

Ma familiarité avec eux était une nécessité.

Après tout, ils étaient ennemis de la dernière étape du jeu.

« Sais-tu quelque chose ? » demanda Luxon.

« Dans le jeu, la Principauté de Fanoss a déclenché une guerre. Malgré tout, c’est encore trop tôt. Je pensais que j’aurais trois ans pour me préparer, » répondis-je.

« Est-ce lié aux monstres ? » demanda Luxon.

« Il y a une Flûte enchantée dans la principauté. Selon le réglage du jeu, elle peut commander des monstres. Cependant, je ne savais pas qu’il pourrait en commander autant, » répondis-je.

Il y en avait des milliers, voire des dizaines de milliers.

Ces nombreux monstres entouraient le paquebot de luxe.

Les filles qui étaient sur le pont avaient commencé à causer un tumulte.

« Hé, que quelqu’un fasse quelque chose ! »

« N-N’avons-nous pas d’armes ? »

« Je n’en ai jamais vu autant. »

Nous serions peut-être en mesure de faire quelque chose s’il n’y en avait que des dizaines ou des centaines, mais c’était inutile pour autant d’individus autour d’un paquebot de luxe.

Les armes étaient chargées, mais malgré cela, il s’agissait d’un dirigeable qui privilégiait le confort.

Il serait imprudent de supposer que ce serait la bataille principale.

Les filles et leurs domestiques exclusifs s’étaient enfuies à l’intérieur. Le bruit avait progressivement augmenté, puis un marin avait tiré avec une arme, perdant peut-être son calme.

Luxon était calme.

« Je peux faire une sortie hors de mon corps principal avec Partenaire. Maître, je demande la permission, » déclara Luxon.

« Fais-le maintenant ! Combien de temps cela prendra-t-il pour arriver ? » demandai-je.

« Je peux me dépêcher, mais quand même, cela ne sera pas immédiat, » répondit Luxon.

Sur ce, un monstre particulièrement grand était apparu depuis les nuages. Sa silhouette ressemblait à celle d’une baleine et, sur le dos, une structure qui semblait avoir été préparée par des gens se trouvait là.

« Est-ce que la princesse fera son entrée sur ce monstre transformé en dirigeable ? » demandai-je.

Celle qui utilisait la Flûte enchantée était la princesse. Si on en arrivait là, alors les choses allaient vraiment mal. Je n’avais jamais pensé que j’aurais à faire face à la principauté pendant mes études de première année.

Je pensais que j’aurais été étudiant en troisième année au moment où cela se produirait !

Il y avait des dirigeables autour du grand monstre que la princesse montait — des cuirassés volants arborant le blason de la principauté.

Depuis les nuages derrière eux émergea une île flottante transformée en dirigeable. Avant que quiconque soit au courant, les grands nuages s’étaient dispersés.

Ils avaient été déchirés par la flotte de la principauté et les monstres, ce qui les avait fait disparaître.

Quand Chris ajusta ses lunettes avec ses doigts légèrement tremblants, il exprima une voix. « Une principauté, tu as dit ? À quoi pensent-ils en entrant dans l’espace aérien du territoire du royaume ? »

Sans aucun doute, ils prévoyaient d’envahir la zone.

Le nombre de dirigeables était petit, mais ils compensaient avec des monstres.

Alors que de nombreux étudiants du pont se réfugiaient à l’intérieur du navire, Anjie et Olivia sortirent. Elles s’étaient précipitées quand elles nous avaient vus.

« Léon, alors tu étais ici ! » déclara Anjie.

« Léon ! Léon, il y a quelque chose qui flotte à côté de toi ! » déclara Olivia.

Elles semblaient en alertes à propos de Luxon flottant à côté de moi. Avait-il jugé qu’il ne fallait pas se cacher puisqu’il s’agissait d’une question de vie ou de mort pour moi ?

Certes, il était dangereux d’avoir autant d’ennemis.

Les deux filles regardèrent Luxon. Elles avaient également regardé l’image projetée à côté de moi.

« Je..., est-ce sûr de le toucher ? » demanda Olivia.

En contraste avec une Anjie inquiète, Olivia toucha de ses doigts l’image projetée. Il semblait que sa curiosité l’avait emportée.

Ensuite, elle avait regardé Luxon.

« Léon, cette sphère…, » demanda Olivia.

J’étais dérangé de faire une vraie explication, alors j’étais parti avec...

« Oh, ça ? Ceci est mon familier, Luxon. Regardez, présente-toi, » déclarai-je.

Cependant, Luxon semblait ne pas aimer ça.

« Familier ? Non, je ne serai pas d’accord avec ça. Je suis le travail de la science, et je ne peux pas être associé à la magie. Je ne vais absolument pas céder là-dessus. Enchanté, mesdames. Je, Luxon, soutiens mon maître. Je ne suis pas un familier, mais une IA, » répondit Luxon.

Olivia écoutait les explications de Luxon alors qu’elle était impressionnée, mais Anjie l’ignora. Elle semblait juger que la situation actuelle était plus importante.

« Un familier étrange. Léon, as-tu aussi du talent en magie ? Bien que je suppose que la question principale en ce moment devrait être ces personnes. Ils semblent appartenir à la principauté, mais pourquoi y a-t-il des monstres avec eux ? » demanda Anjie.

Les monstres avaient toujours attaqué les individus.

Il semblait qu’elle ne pouvait pas croire à quel point les monstres n’attaquaient pas malgré leur proximité.

J’avais haussé les épaules.

Je connaissais la raison, mais cela me semblerait étrange de le savoir à présent.

Chris fixa le grand monstre puis parla. « Attendez, quelqu’un sort. »

Anjie plissa les yeux. La princesse de la principauté et la nation ennemie, Hertrude Sera Fanoss, étaient apparues.

« Princesse Hertrude ? » déclara Anjie.

Tout en prêtant attention à Luxon, Olivia avait posé des questions sur la princesse.

« E-Euh, tu la connais ? » demanda Olivia.

« Je ne l’ai rencontrée qu’une fois auparavant. Cependant, pourquoi est-elle dans un endroit pareil… ? » demanda Anjie.

Sur quoi, la silhouette de la princesse Hertrude avait été projetée au-dessus du grand monstre.

Tout le monde était étonné de l’image de la princesse magnifiée dans le ciel.

Alors que tout le monde était en alerte, elle nous avait parlé en utilisant un mégaphone.

« Je suis la première princesse de la Principauté de Fanoss, Hertrude Sera Fanoss. Nous déclarons la guerre au royaume Holfault, » déclara Hertrude.

La jeune femme avait déclaré la guerre avec un regard inexpressif.

Je savais que cela arriverait, mais je n’étais toujours pas suffisamment préparé.

« Hé hé, il y a une limite à la rapidité avec laquelle les choses peuvent avancer, » murmurai-je.

Où le calendrier avait-il été déréglé ?

Il était normalement censé avoir du temps avant que la guerre ne se produise.

« Enfants aristocratiques du royaume insensé. Il est temps de vous préparer. Rendez-vous ou mourrez-vous ? Vous avez une heure, » déclara Hertrude.

On nous avait donné un délai de grâce d’une heure.

Anjie avait frappé la rampe.

« Est-ce qu’elle a l’intention de nous garder en otage ? Lâche, » déclara Anjie.

Je suppose que nous allions être utilisés comme support de négociation au moment où ils déclareraient la guerre.

Ma vue avait jeté un coup d’œil autour.

Les marins étaient paniqués, mais certains des étudiants restés sur le pont avaient été soulagés. Être pris en otage signifiait qu’ils ne seraient pas tués.

Un petit bateau avec des messagers était apparu à côté de la principauté.

Luxon m’avait parlé. « Maître, cela est devenu dangereux. »

« Vraisemblablement, » déclarai-je.

J’avais regardé Anjie. Contrairement à des gens sans nom comme moi, elle était la fille d’un ménage de duc ayant des liens avec la famille royale.

Peut-être que du point de vue de la principauté, elle ferait un otage attrayant.

« Où est-ce que je me suis trompé ? » demandai-je.

Pourquoi un événement de troisième année avait-il lieu maintenant ?

J’étais à bout de souffle.

♥♥♥

Annexe : Le souhait d’Anjie

Cela avait eu lieu alors que les trois étudiants visitaient le sanctuaire.

C’était pendant la période de loisirs de la visite sur le terrain.

Ses jambes se dirigeaient vers le sanctuaire du mariage.

La raison pour laquelle ses jambes l’avaient amenée ici était vraiment simple.

Elle voulait améliorer sa relation délicate avec Léon.

Les trois personnes étaient debout côte à côte devant une boîte à offrandes.

Anjie avait pensé de son côté... C’est gênant. D’ailleurs, que devrais-je dire ?

Elle était devenue inquiète depuis que leur relation s’était détériorée.

Elle ne savait pas de ce qu’elle devrait dire à Léon et Livia.

Anjie était perplexe devant cette expérience sans précédent.

Les trois personnes étaient nées et avaient grandi dans des environnements différents.

Ainsi, Anjie s’était résignée à demander de l’aide à un dieu.

« Nous sommes supposés faire une offrande, non ? Combien ? » demanda Anjie.

Quand elle avait sorti une pièce d’or de son sac à main,

« C-ça ? » Livia avait été complètement surprise.

Anjie ne pouvait pas comprendre sa réaction.

« N’est-ce pas juste ? Ceci est normal dans les temples, » déclara Anjie.

J’ai entendu dire que je devais mettre une pièce, mais n’est-ce pas ? Se demanda Anjie. Je pensais qu’une seule pièce était trop petite, mais est-ce que je fais quelque chose de mal ?

Tandis qu’Anjie pensait qu’une pièce de monnaie était trop peu nombreuse, Livia pensait que c’était trop.

À côté des deux d’entre eux qui étaient comme ça.

« J’attendais ça ! » s’exclama Léon.

Il y avait Léon qui mettait des rouleaux de billets de banque, de pièces d’or, d’argent et même de pièces de platine dans la boîte à offrandes de son sac, les uns après les autres.

Comme prévu, même Anjie pensait que c’était bien trop.

Après tout, la boîte à offrandes débordait de l’argent.

« Hé-Éhe, tu en donnes autant ? » demanda Anjie.

Léon parla sans se tourner vers Anjie. « J’ai un souhait que je veux exaucer quoiqu’il arrive. »

Le visage d’Anjie avait un peu rougi en voyant le visage sérieux de Léon de côté.

Il est troublant de voir à quel point il a l’air vaillant à ce moment-là, alors même qu’il est normalement frivole, pensa Anjie.

Puis, elle s’était aussi souvenue de son objectif pour être venue ici.

C’est vrai, je suis ici pour réaliser mon souhait. Oh, dieu du mariage, écoute-le, s’il vous plaît, pensa Anjie.

Elle ne mit pas une seule pièce d’or dans la boîte à offrandes, mais toutes les pièces d’or se trouvant à l’intérieur de son sac à main.

Son souhait concernait la relation entre les trois étudiants.

Je veux être comme avant, avec nous trois nous entendons bien ─, souhaita Anjie.

Anjie voulait bien s’entendre avec Léon et Livia.

Ils étaient différents des partisans qui étaient venus de manière automatique en raison des relations avec sa famille.

C’étaient de vrais amis qu’elle avait obtenus à l’académie.

Normalement, elle essayait de faire quelque chose à ce sujet par ses propres efforts, mais elle ne comprenait pas quoi faire, alors elle avait couru demander l’aide d’un Dieu.

Je veux bien m’entendre avec Léon et Livia, souhaita Anjie.

À côté d’Anjie, qui faisait son souhait avec des intentions pures, un Léon excité laissa échapper son souhait.

« Mon Dieu, je ne demanderai rien de luxueux. Alors s’il vous plaît, s’il vous plaît, laissez-moi avoir une épouse ! S’il vous plaît, laissez-moi me marier à une femme gentille avec du bon sens ! Je ne veux pas d’une femme qui méprise son mari et élève son enfant comme s’il était un étranger. S’il vous plaît, donnez-moi une partenaire appropriée ! »

Anjie avait réfléchi après avoir écouté ce souhait. A-Alors les garçons ont aussi du mal.

Même du point de vue d’Anjie, qui était aussi une étudiante à l’académie, la situation des garçons en matière de mariage était une chose pour laquelle elle ne pouvait s’empêcher de ressentir de la sympathie.

Mais elle ne faisait rien à ce sujet.

Non, elle ne pouvait rien faire.

Pardonne-moi. Mais si tu le souhaites, je peux te présenter une femme convenable…, pensa Anjie.

Quand elle pensa tout cela, juste à ce moment-là... Anjie avait ressenti qu’il était désagréable pour elle d’imaginer Léon qui serait avec une autre femme.

Sa poitrine lui faisait mal.

Elle se sentait perplexe devant ses propres émotions en regardant le visage désespéré de Léon.

Ensuite,

« Si possible, donnez-lui une grande poitrine. Une taille étroite serait également bien, » continua Léon.

─ En écoutant les désirs qui s’échappaient de la bouche de Léon, le visage rougi d’Anjie devint raide.

Même ses joues légèrement rougies retrouvaient leur couleur normale.

« Ce serait encore mieux si elle était légèrement fringante ! En toute honnêteté, je veux une adulte amoureuse qui puisse me dorloter et..., » continua Léon.

Elle se sentait stupide face aux diverses choses dont elle s’inquiétait tout à l’heure.

Léon, tu pensais à de telles choses avec un visage sérieux comme ça ? Se demanda Anjie.

Il était un garçon à l’académie dans laquelle les conditions concernant le mariage étaient difficiles.

Elle ne dirait aucune critique même s’il souhaitait une bonne correspondance pour une partenaire. Elle ne pouvait pas le faire.

Cependant, son désir qui se répandait comme ça était inacceptable.

« Gros seins ! Taille serrée ! Et aussi une beauté... je vous en prie, mon Dieu ! »

Ses yeux rencontrèrent Livia, qui se tenait de l’autre côté de Léon.

Elle avait immédiatement compris ce que Livia voulait dire.

Ah, Livia ─ alors, tu y penses aussi, pensa Anjie.

Elle avait l’impression de pouvoir converser avec Livia, désorientée, en utilisant son regard.

Les deux filles avaient alors pensé. Ce gars n’est pas bon.

Le désir de Léon ne connut pas de fin.

« Pour parler franchement, je préfère quelqu’un comme la reine ! » déclara Léon.

En entendant ces mots, Anjie et Livia tendirent la main vers l’oreille de Léon simultanément et la pincèrent.

« Quoi — ! Pourquoi est-ce que vous vous mettez tous les deux à le faire ? » demanda Léon.

Elles avaient tiré et traîné sans un mot pour l’éloigner du lieu de culte.

« Attendez ! Je n’ai pas encore tout dit ! Il y a encore plus de choses que je veux dire ! » déclara Léon.

Anjie et Livia avaient toutes les deux ignoré cette plaidoirie désespérée.

J’ai l’impression que cet idiot deviendra un vaurien si on le laisse seul. Bon Sang…, pensa Anjie.

« Quelle poignée d’amis ? »

Quand elle avait pensé cela, elle s’était sentie heureuse et aussi un peu triste.

Peu importe jusqu’où ils allaient, elle et Léon étaient amis.

Même s’ils s’entendaient bien, cela n’irait pas plus loin que cela.

Parce que leurs statuts étaient différents, ils ne pouvaient pas devenir amoureux et bien sûr, ils ne pourraient pas se marier.

Quand elle avait pensé cela...

Si c’est Livia, Léon serait-il capable de s’entendre avec elle ? Même s’il lui est impossible de devenir la première femme, si c’est en tant que maîtresse, alors même Livia ─. Je devrais souhaiter pour l’amour entre eux deux, pensa Anjie.

Anjie songea à revenir plus tard pour l’amour de ces deux-là.

« Je vous en prie, laissez-moi prier ! Pour ma femme ! » cria Léon.

Anjie soupira en voyant un Léon indéfectible, mais son visage était un peu rouge.

« Abandonne maintenant ! Bon sang ! De parler comme ça d’une poitrine, d’une taille ou de quoi que ce soit…, » déclara Anjie.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. La Demande ! La Demande ! La Demande !
    Merci pour ce chapitre.

Laisser un commentaire