Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 3

♥♥♥

Chapitre 3 : Course de moto des airs

Partie 3

« Rien ne découlera de la vengeance. Ce qui est important, c’est de —, » commença Marie.

« Comme si tu savais de quoi tu parlais ! Rien n’en découlera ? Et alors ? Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça !? » s’écria Clarisse.

« Aaaaah ! Je suis désolée ! » déclara Marie.

En entendant les paroles forcées de Marie, Clarisse avait perdu son sang-froid. C’était naturel. N’importe qui perdrait la tête en entendant celle qui avait volé son fiancé dire ça.

Anjie avait aussi regardé Marie avec haine.

Cependant, Julian s’était mis entre elle et Marie.

« Ça suffit, maintenant. Ne regarde pas Marie comme ça, Anjelica, » déclara Julian.

« — Toutes mes excuses, Votre Altesse, » déclara Anjie.

Une fois qu’Anjie s’était excusée, Julian s’était tourné vers Clarisse.

Ce type émettait une aura royale, au point que je l’enviais.

« Clarisse. Je comprends si vous ne pardonniez pas à Jilk. Cependant, je vous demande d’arrêter ce genre de comportement, » déclara Julian.

Clarisse, déplaçant ses yeux vers le bas tout en faisant un sourire étrange, avait l’air un peu bizarre.

« — C’est donc tout ce que vous allez dire, Votre Altesse ? Savez-vous combien de personnes vous rendez malheureuses pour le bien d’une seule femme ? Ce n’est pas seulement Anjelica. Savez-vous ce que les gens disent dans le dos des autres fiancées et de moi ? Vous ne pouvez pas le savoir. Il n’y a aucun moyen qu’aucun d’entre vous ne le sache, » déclara Clarisse.

Il y avait en effet des gens mécontents de l’objectif de Marie d’avoir un harem inversé.

Il semblait que le monde d’un jeu vidéo Otome était vraiment cruel.

Pendant que j’y réfléchissais, Julian semblait avoir un visage triste.

« Je sais que nous n’avons pas le droit de dire quoi que ce soit. Cependant, cela ne signifie pas que vous pouvez continuer à le faire. Vous ne vous amélioreriez pas de cette façon, » déclara Julian.

J’avais ensuite exprimé mes pensées.

« C’est à peu près tout ce que j’attendrais d’un Ikemen. C’est franchement quelque chose d’entendre la persuasion d’un garçon qui a été séduit par Marie afin de se débarrasser de sa fiancée. Après tout, votre dignité est ce qui compte le plus pour vous, » déclarai-je.

« Léon, non ! Tu ne peux pas dire des choses comme ça ! Non ! » déclara Livia.

Livia était mignonne quand elle avait dit « Non » tout en faisant un geste du doigt. Normalement, c’était réservé aux déviants comme Marie, mais cela ne me dérangeait pas d’être celui subissant ça, car il y avait un certain charme à cela.

 

 

Le charme de la protagoniste était énorme.

Et ainsi, Julian m’avait regardé quand il avait entendu ce que j’avais dit.

J’avais décidé de fermer la bouche et de plisser mes yeux.

Clarisse s’était retournée.

« Si vous apparaissez dans le prochain match, nous vous écraserons. Même si vous ne vous présentez pas, nous écraserons votre remplaçant. Je vais tous vous donner une leçon. — Je ne vous le pardonnerai jamais, » déclara Clarisse.

Clarisse était partie en riant.

— L’ambiance dans le cabinet médical était à son comble.

J’avais soupiré.

« Maintenant, il semble qu’il n’y aura pas de remplaçant pour la prochaine course. Personne ne voudrait jouer ce rôle, » déclarai-je.

Une fois que j’avais dit ça, Jilk avait essayé de se lever avec son corps blessé.

« — Gah ! »

« Jilk, arrête ! » déclara Julian.

Julian l’avait plaqué sur le lit, mais il semblait que Jilk avait l’intention de participer.

« Relâche-moi, Votre Altesse. Personne ne sera blessé si j’y vais. C’est le choix évident à prendre, » déclara Jilk.

Le choix le plus évident aurait été qu’ils n’aient pas rompu leurs engagements. Inutile de pleurer sur le lait renversé, mais je voulais me plaindre.

À l’origine, il devait y avoir une sorte de fin heureuse où Livia décidait laquelle des cinq cibles de conquête devait être acceptée.

Maintenant que les cinq avaient été déshérités, ils avaient peu de partisans. Je ne pouvais pas prédire ce qui se passerait dans le futur.

Je ne pouvais que m’inquiéter de l’avenir de ce jeu.

En un rien de temps, les membres du comité exécutif de la première année me fixaient du regard.

« H-Hey, et pour Baltfault ? »

« Sa capacité est à peine éligible pour être un participant, n’est-ce pas ? »

« Si quelqu’un se fait tabasser, ne vaudrait-il pas mieux que ça arrive à ce type qu’à Jilk ? »

Quand une pléthore de visages m’avait regardé fixement dans le cabinet médical, Anjie s’était avancée comme pour me protéger.

« N’essayez pas de faire participer Léon. Vous attendez-vous vraiment à ce qu’il participe après avoir entendu parler de ce qui va se passer ? Je suis désolée, mais les étudiants de première année devront se retirer, » déclara Anjie.

En entendant cela, Marie avait fait entendre sa voix. Elle était paniquée.

« Attendez ! Et l’argent du prix ? » demanda Marie.

Anjie avait regardé Marie avec un regard qui pourrait tuer quelqu’un.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Voulez-vous vraiment blesser plus de gens juste pour ça ? » demanda Anjie.

J’avais commencé à me sentir soulagé après qu’Anjie ait donné un bon argument.

Je n’avais pas l’intention de participer, mais si j’étais forcé d’y aller, la salle serait certainement excitée à l’idée de me voir me faire tabasser.

Je n’y participais certainement pas.

— Cependant...

« M-Mais il y a la question de votre réputation, Anjelica, » déclara Marie.

« C’est vrai. Ce serait un problème si la représentante de la classe ne préparait pas un remplaçant. »

« Si tout le monde est d’accord, envoyez cette personne là-bas. »

Pendant que je penchais la tête, Marie avait essayé de me faire participer. Cette personne n’avait pas honte.

Cela m’irritait de me souvenir de mes sœurs de cette vie et de ma sœur cadette de la précédente.

« C-C’est vrai ! Si vous ne participez pas, cette femme là-bas aura des ennuis ! Pas vrai, Julian !? » déclara Marie vers moi.

« O-Oh, c’est vrai. Anjelica est la représentante de classe pour les étudiants de première année, après tout. Si elle ne peut pas préparer un remplaçant, sa capacité sera remise en question et cela affectera sa réputation, » déclara Julian.

Quand j’avais regardé Anjie, elle avait fait un sourire inquiet.

« Ne t’inquiète pas pour moi. Tu n’as pas besoin d’être blessé. Je ne peux pas te déranger plus que je ne l’ai déjà fait, » déclara Anjie en me regardant.

— Cependant, c’était un peu un problème pour moi !

D’abord, pourquoi était-ce la responsabilité d’Anjie de trouver un remplaçant ? En plus, si c’était quelqu’un qui était censé représenter la classe, Julian ne serait-il pas plus approprié ?

Si sa réputation était en jeu, peu importe combien de fois je serais frappé, ça ne m’aurait pas dérangé.

En tout cas, c’était un problème si la réputation d’Anjie chutait.

Anjie finirait par avoir des ennuis en me protégeant ! Je ne pouvais pas permettre ça !

Après tout, je devais une faveur au père d’Anjie !

Même si je m’étais battu avec Julian, qui était le prince héritier à l’époque, j’allais bien puisque le père d’Anjie me protégeait.

Grâce à cela, il y avait eu le résultat bizarre d’une promotion. Laissant cela de côté, du point de vue du père d’Anjie, la réputation de sa fille avait été touchée à cause de ce que j’avais fait.

Et si je faisais ce qu’Anjie avait dit ? Il serait certainement furieux. Il m’en voudrait probablement.

« Je vais participer, » déclarai-je.

« Hein ? » Livia avait été surprise.

Anjie avait les yeux écarquillés.

« Léon, si tu es compatissant..., » commença Anjie.

« Ce n’est pas de la sympathie ! Suivons la procédure tout de suite. Ensuite, préparez-moi une moto, » déclarai-je.

Une fois que j’avais dit cela, quelqu’un du comité exécutif avait dit : « D’accord. Je le dirai à tout le monde... » en quittant le cabinet médical.

Je me demandais s’ils allaient dire à tout le monde que j’allais me faire tabasser.

« Léon, n’es-tu pas téméraire ? » demanda Livia.

Le visage d’inquiétude de Livia était radieux. Cependant, ça aurait été mal si je n’avais pas participé.

« Téméraire ? C’est absurde. C’est une question de fierté ! » déclarai-je.

Anjie avait une expression troublée et semblait vouloir m’empêcher de participer.

« T-Tu ne peux pas. Beaucoup de partisans de Clarisse excellent dans le maniement des motos des airs. L’an dernier, le gagnant du prix était un garçon qui se trouvait être l’un de ses partisans. Ce sont des gens qui jouent à la dure et font tout ce qu’ils peuvent s’ils en ont envie. »

« Malgré tout, il y a des moments où il faut agir ! » déclarai-je.

Anjie et Livia semblaient avoir renoncé à m’arrêter après avoir vu ma volonté.

« Léon, si tu vas si loin, on ne peut plus en dire beaucoup. Je prierai pour ta victoire, » déclara Anjie.

« Moi aussi, je t’encouragerai ! Je t’encouragerai, Léon ! » déclara Livia.

Je vous remercie. Merci beaucoup à vous toutes !

Après tout, avec ça, le père d’Anjie ne se fâcherait pas.

S’il se fâchait, je serais mort.

Marie était ravie.

« Si tu es prêt à le faire, il n’y a pas de problème. Je serais contente même si tu perdais. Et si tu gagnes, l’argent du prix est à moi. Ouais, c’est bon ! » déclara Marie.

— J’aurais pu la pardonner si j’avais pu enfoncer mon poing dans son visage à ce moment-là. C’est certainement à cause de Jilk que j’avais été propulsé jusqu’à la course finale. Cependant, je ne leur pardonnerais pas s’ils prévoyaient de prendre tout l’argent du prix.

Quand Jilk m’avait regardé, il avait ensuite déplacé ses yeux vers le bas tout en semblant agacé.

Est-ce qu’il me détestait ? Je le détestais aussi ! Oui, je le détestais !

« — Il semble que c’est à toi de décider maintenant, » déclarai-je.

« Vas-y et pleure de joie, espèce de petit malin sournois. Considère ça comme une dette, » déclara-t-il.

J’avais fait un léger sourire en le disant.

« Il s’agira probablement d’une dette énorme, » répondis-je.

« Je suis d’accord, mais je le rembourserai bien assez tôt, » répondit-il.

J’avais quitté le cabinet médical afin de préparer une moto des airs pour ma participation.

« Luxon — nous avons du travail, » déclarai-je.

« D’accord, Maître, » répondit Luxon.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

4 commentaires

  1. Mais quoi ? Il va réellement laisser le prix à Marie ???
    Mrc du chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire