Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 11

♥♥♥

Chapitre 11 : Le Chevalier Noir

♥♥♥

Chapitre 11 : Le Chevalier Noir

Partie 1

Le ciel était devenu un champ de bataille.

J’avais utilisé un langage abusif dans le cockpit d’Arroganz. « Ces types ! »

Des chevaliers m’encerclèrent dans toutes les directions et commencèrent à attaquer avec des attaques à longue distance. Quand je leur montrais mon dos, ils m’attaquaient avec une lame.

Si j’essayais de réduire la distance, ils se dispersaient et s’enfuyaient.

« On dirait qu’ils se sont beaucoup entraînés, » déclara Luxon.

Mon armure avait repoussé toutes leurs balles, et ils ne pouvaient même pas m’égratigner en combat rapproché.

Il n’y avait pas eu de dégâts, mais le problème était qu’il me faudrait du temps pour les battre.

« Pourquoi ne battent-ils pas en retraite ? » demandai-je.

« Nous leur avons infligé en effet suffisamment de dégâts pour que cela ne soit pas étrange qu’ils s’enfuient. J’ai écouté leurs communications, et il semble qu’il y ait une raison pour qu’ils ne reculent pas, » déclara Luxon.

Selon Luxon, il semblait y avoir beaucoup de soldats qui avaient suggéré de battre en retraite.

Le commandant avait rejeté l’idée.

« Dépêchez-vous de battre en retraite ! » déclarai-je.

Je serais troublé s’ils ne battaient pas en retraite.

J’avais fait accélérer Arroganz et j’avais percé l’armure d’un adversaire en l’air avec ma lame. J’avais poignardé à un endroit où le chevalier à l’intérieur ne serait pas blessé.

En sortant la lame, j’avais donné un coup de pied à l’ennemi vers le pont d’un de leurs dirigeables.

« Toute résistance est futile ! » déclarai-je.

Tout en perdant mon sang-froid à l’idée de savoir pourquoi ils ne battaient pas en retraite, Luxon avait fait état de la situation.

« Partenaire commencera l’opération de sauvetage, » déclara Luxon.

Partenaire s’était mis en position pour protéger le paquebot de luxe en déclin et avait commencé à distribuer des canots de sauvetage pour aider les rescapés.

« Je suppose que le paquebot de luxe est une cause perdue, » déclarai-je.

De la fumée noire s’élevait de partout, et sa coque était déjà déformée.

« Retirons-nous une fois que tout le monde sera sur Partenaire. Combien de temps on peut continuer comme ça ? » demandai-je.

« — ! Maître, une nouvelle troupe d’Armures s’est rassemblée plus loin. Leur extérieur est de couleur noire. Je crois que ces opposants appartiennent à une unité d’élite, » déclara Luxon.

De mauvais souvenirs étaient réapparus dès que j’avais appris qu’ils étaient noirs.

Dans ma vie antérieure, l’ennemi le plus fort à apparaître dans ce jeu était le « Chevalier Noir ». Il était formidable, et j’avais eu beaucoup de parties perdues alors que j’avais dû me battre contre lui. Le Chevalier Noir était un personnage cheaté qui était plus fort que Chris en combat rapproché, et Jilk n’était pas à la hauteur de lui en combat de longue distance.

À quel point était-il solide ? Ce type était la cause principale de la montée en flèche de la courbe de difficulté.

« Serait-ce le Chevalier Noir ? » demandai-je.

Luxon avait mis l’accent sur la prudence. « Ils ont évité le bombardement de Partenaire. Ils ont aussi détruit les drones. À ce rythme, ils vont entraver notre tentative de sauvetage. »

« Il est de premier ordre. Je serai son adversaire ! » déclarai-je.

J’étais actuellement dans Arroganz.

Maintenant, j’avais Luxon, quelque chose de plus puissant qu’un personnage tricheur, donc je n’avais rien à craindre !

Je vais jeter le Chevalier Noir à terre !

J’avais vu une image du Chevalier Noir et de ses collègues se diriger vers moi.

Il était vrai que leurs coques extérieures étaient noires — A-Attendez. Ils étaient cinq ?

N’était-ce pas un peu trop ?

 

♥♥♥

 

Anjie avait rejoint Livia et Hertrude dans l’une des chambres de Partenaire, ce qui signifiait qu’il y avait trois personnes à l’intérieur.

Au milieu du chaos à l’intérieur du dirigeable, Anjie ne pouvait pas dire avec certitude que personne n’essaierait d’attaquer Hertrude, alors elle se tenait à côté d’elle tout en veillant sur elle.

Le paysage du champ de bataille à l’extérieur de la fenêtre s’était un peu calmé, mais cela ne s’était pas terminé.

Anjie était irritée par la principauté.

« Pourquoi ne battent-ils pas en retraite ? Ils ont déjà perdu, » déclara Anjie.

L’Hertrude avait répliqué en semblant assez calme. « Je suis sûre de l’avoir déjà dit. La principauté ne cessera jamais. Ils ne vont pas se contenter d’un tel montant. »

Livia avait prié pour la sécurité de Léon. « Léon sera en sécurité, n’est-ce pas ? »

Anjie répondit en regardant dehors. « Je ne pense pas que ce sera facile pour lui de perdre. Cependant, on ne sait jamais ce qui se passera sur le champ de bataille. »

En regardant de l’autre côté de la fenêtre, elle pouvait voir Léon charger vers l’avant avec Arroganz — et des unités d’armures noires le pourchassant.

Voyant cela, Hertrude fut soudain surprise.

« Bandel ! Pourquoi — ? » s’écria Hertrude.

Anjie avait été choquée d’entendre le nom de Bandel.

« Le Chevalier Noir ? Se pourrait-il qu’il soit vraiment apparu ? » demanda Anjie.

Livia était confuse sur la façon dont les deux femmes avaient réagi. « Qui est ce Chevalier Noir ? »

Anjie avait donné une explication à Livia. « Avant notre naissance, il y avait eu un chevalier actif dans la principauté. À lui seul, il a coulé plusieurs dizaines de dirigeables du royaume. Peut-être même une centaine. Son armure lui a permis de massacrer un bon nombre d’adversaires. »

Anjie jeta un bref coup d’œil à Hertrude, mais sa bouche était fermée et elle déplaçait ses yeux vers le bas.

Elle avait l’air triste. C’était très différent de la manière dont elle agissait avant.

« Son nom n’avait pas été mentionné récemment. Le royaume pensait qu’il n’était plus apparu sur le champ de bataille à cause de son âge avancé, » déclara Anjie.

Livia commença à s’inquiéter après avoir entendu dire qu’un chevalier aussi fort visait maintenant Léon.

« Léon peut-il gagner contre un chevalier aussi puissant ? » demanda Livia.

« Je prévois —, » commença Anjie.

Anjie avait été interrompue par Hertrude.

« Bandel ne perdra pas ! Le chevalier le plus fort de la principauté ne perdrait jamais face à un chevalier méprisable du royaume ! » cria Hertrude.

Livia s’était vexée quand elle l’avait traité de méprisable.

« Léon n’est pas méprisable ! » répliqua Livia.

« Vous me faites rire, » déclara Hertrude. « Avez-vous oublié ce que vous avez fait à la principauté il y a vingt ans ? Ou peut-être vous a-t-on appris que vous n’aviez pas tort ? »

Livia regarda Anjie après que Hertrude ait dit ça.

Son visage semblait dire qu’elle avait tort, mais Anjie répondit en regardant vers le bas. « C’est arrivé avant notre naissance. Le royaume a tenté d’envahir la principauté et ce n’était pas juste une ou deux fois. Ils ont envahi la principauté à maintes reprises et ils l’ont acculée dans un coin. Chaque fois, la principauté a fait reculer le royaume. »

Livia était étonnée. « C-C’est que... je n’ai jamais entendu parler de l’invasion du royaume — . »

Hertrude fixa Livia d’un regard froid.

« On dirait que vous ne savez rien, à propos de combien nous avions été tourmentés par le royaume. Anjelica, pourquoi ne lui expliquiez-vous pas ? »

Anjie ne répondit pas.

Livia avait présumé beaucoup de choses basées sur l’attitude d’Anjie, et se sentait déprimée.

Anjie était profondément dans ses pensées. Inutile de dire quoi que ce soit à Hertrude pour l’instant.

 

♥♥♥

 

J’avais préparé mon fusil et j’avais appuyé sur la détente devant le Chevalier Noir qui approchait — euh, des chevaliers noirs devant moi.

Cependant, peut-être étant habiles, ils avaient tous évité les tirs quand ils avaient vu la bouche du canon.

« Ces types sont tous des personnages cheatés ! » déclarai-je.

En volant à reculons dans le ciel, j’avais été submergé par la vigueur des chevaliers noirs qui s’approchaient.

« — Leur armure est plus performante que toutes les autres que j’ai vues jusqu’ici, » expliqua Luxon. « Il semble que la principauté ait un niveau de technologie plus élevé que le royaume. Leurs dirigeables, leur armure et leur structure organisationnelle surpassent tous ceux du royaume. »

« Une superpuissance technologique ? Ce n’est pas de bon augure, » déclarai-je.

« Je crois qu’ils ressentent beaucoup d’hostilité, » déclara Luxon.

Luxon n’avait pas besoin de le dire tout haut pour que je m’en rende compte. Ils semblaient obligés de me tuer.

Même quand je réduisais la distance avec l’un d’eux et essayais d’attaquer avec une lame, ils bloquaient le coup.

« Un démon du royaume ! J’aurai ta tête ! »

Après que la puissance d’Arroganz ait été repoussée, j’avais préparé le fusil une fois de plus — mais ils s’étaient immédiatement déployés.

Luxon avait parlé. « Il semblerait qu’ils t’en veuillent. »

« Même s’ils déterrent les rancunes du passé, ça n’a rien à voir avec moi ! » répliquai-je.

Ils leur en voulaient parce que le royaume les avait envahis dans le passé.

Je voulais me demander pourquoi ce jeu utilisait un contexte aussi sérieux. Cependant, comme je connaissais les circonstances, de mon point de vue, c’était ennuyeux de voir comment ils jouaient la victime.

Quoi qu’il en soit, si c’était un jeu vidéo Otome, alors il aurait dû avoir un réglage plus facile !

« Luxon, range le fusil et la lame, » ordonnai-je.

« Que vas-tu utiliser ensuite ? » demanda Luxon.

« Je vais me battre les mains nues, » déclarai-je.

Quand j’avais vidé mes deux mains, j’avais vu que les chevaliers noirs étaient furieux.

Cependant, ce qui m’avait dérangé, c’était qu’une unité d’armure, qui semblait être le commandant, n’avait fait aucun geste contre moi. Il était manifestement plus fort que les autres, mais il ne s’était pas battu avec moi.

J’avais attrapé la main d’un adversaire avec lequel Arroganz avait réduit la distance.

J’allais utiliser l’attaque que j’avais faite à Julian — la pulvérisation en donnant à l’ennemi un grand impact. Arroganz avait ce genre de fonction dans son bras.

Alors que je resserrais les coudes avec ma force — .

« Quelle négligence ! Allonge-toi ! » ordonnai-je.

L’adversaire avait été assommé par l’impact, et le pilote à l’intérieur de l’armure s’était évanoui.

Une fois qu’Arroganz l’avait lâchée, l’armure de l’adversaire avait plongé vers la mer.

« Dépêchez-vous de suivre votre compagnon..., » déclarai-je.

L’un des ennemis s’était détaché pour aider son coéquipier qui tombait, réduisant ainsi leur nombre. J’avais cependant espéré qu’ils se sentiraient désavantagés et qu’ils battraient en retraite.

« Maître, derrière toi ! » cria Luxon.

En me retournant, j’avais vu une unité d’armure balancer une épée vers moi. Ignorant les attaques des drones déployés, il avait foncé sur moi en se faisant attaquer par eux.

« — Tsk ! »

Une fois que j’avais bloqué avec mon bras gauche, l’épée de l’adversaire s’était brisée.

J’avais entendu une voix quand on s’était heurtés. « Disparais, monstre du royaume. »

Immédiatement après, Luxon m’avait alerté. « — ! Maître ! »

Quand Arroganz avait fait demi-tour, j’avais vu les trois autres unités de blindés qui chargeaient sur moi. Juste devant, j’avais vu l’armure du commandement, le Chevalier Noir, se précipitant vers moi avec une longue épée — et alors que mes moniteurs devenaient noirs, la pointe de cette longue épée avait percé et s’était approchée de moi.

 

♥♥♥

 

Chris avait abattu un chevalier de la principauté et avait cherché Léon du regard.

« Leur nombre a considérablement diminué. Où est Baltfault ? » demanda Chris.

Devant les yeux de Chris, le Chevalier Noir planta une longue épée dans Arroganz.

« Le Chevalier Noir est apparu ! » déclara Chris.

La famille de Chris mettait l’accent sur l’art de l’épée, et son père possédait le titre de maître épéiste. Cependant, même son père ne serait pas à la hauteur du Chevalier Noir.

Voyant le chevalier le plus fort de la principauté percer Arroganz, Chris avait serré les dents et baissé la tête, mais l’avait immédiatement relevée.

L’évacuation vers Partenaire était déjà terminée.

Si le pire devait arriver, il pourrait gagner du temps pour que tout le monde puisse survivre et rentrer chez lui.

Si le Chevalier Noir était laissé tranquille, il traquerait Partenaire.

Chris s’était résolu de lui-même.

« Marie, désolé. Il semble que ce sera mon dernier acte, » déclara Chris.

Lorsqu’il prépara son épée et s’apprêtait à se diriger vers Léon, les chevaliers noirs s’étaient soudainement comportés bizarrement.

Arroganz avait saisi l’armure d’un adversaire avec les deux mains bien qu’une épée y soit coincée.

Immédiatement après, ses mains brillèrent, et avec l’explosion d’un impact, l’unité d’armure noire s’arrêta de bouger et tomba vers la mer.

Arroganz tenta de tendre la main vers le Chevalier Noir, mais le Chevalier Noir avait sorti la grande épée et avait pris de la distance.

Lorsqu’une armure noire en lambeaux était intervenue pour aider le Chevalier Noir, Arroganz l’avait attrapé, puis il avait envoyé une autre onde de choc. Cela l’avait projetée après avoir été laissé sans pouvoir combattre.

« Il est vivant !? » s’écria Chris.

Chris était ravi de voir que Léon était vivant.

« Allez, Baltfault ! Si c’est toi — si c’est toi, tu peux t’opposer au Chevalier Noir ! »

♥♥♥

Partie 2

J’avais utilisé ma main pour repousser un monstre qui avait été transpercé.

La poitrine d’Arroganz était fendue. Le vent extérieur était entré dans le poste de pilotage, créant une vaste sensation d’espace. En même temps, j’étais très mal à l’aise depuis que mon corps mortel avait été exposé à l’extérieur.

J’avais incliné la tête vers la droite, esquivant d’un cheveu la longue épée du Chevalier Noir.

Cette épée avait pour but de me percer la tête.

J’aurais été mort s’il avait visé mon abdomen.

« *huff* — *puff* — »

Avec mes yeux nus, j’avais vu le Chevalier Noir préparer son épée.,

Luxon m’avait expliqué les conditions de l’extérieur de mon armure « Les performances ont été réduites de trente pour cent. La charge de travail du pilote a augmenté. Je te conseille de te retirer. »

« Je n’ai jamais entendu dire que l’armure d’Arroganz était pénétrable, » déclarai-je.

« Il semble que l’épée que porte ton ennemi soit faite d’un métal propre à ce monde, “Admatius”. Un métal fantastique, » déclara Luxon.

« Dis le morceau de métal fantastique, » déclarai-je.

C’était une grande épée spécialement fabriquée.

Le Chevalier Noir était un personnage cheaté portant une telle arme.

« Ce que j’aimerais bien faire, c’est de me dépêcher de partir d’ici. Qu’est-ce qu’il a, ce type ? Il a l’air trop fort, » déclarai-je.

La réfutation de Luxon face à mes plaintes avait frappé un peu trop près de chez moi. « C’est le résultat de ne pas avoir pris la vie de tes adversaires, Maître. En raison de cela, cela les a conduits à une situation où ils ne veulent pas battre en retraite. »

Comme c’était douloureusement vrai.

Sur quoi, le Chevalier Noir m’avait parlé. « Tu es jeune, bien trop jeune. Es-tu vraiment un chevalier du royaume ? »

Je n’étais pas vraiment sûr des détails concernant l’histoire du Chevalier Noir, mais sa voix rugueuse donnait l’impression qu’il était soit dans la fleur de l’âge, soit dans la cinquantaine.

« Ton invasion ne me laisse pas d’autre choix que de me battre. Ne trouves-tu pas ça normal ? » demandai-je.

« Vraiment ? — C’était pareil de mon temps. J’étais un jeune homme rancunier du royaume dans lequel j’étais né, » déclara le Chevalier Noir.

Je ne pouvais pas détourner mon regard du Chevalier Noir.

J’avais serré les manettes, serrant le poing d’Arroganz tout en inspirant profondément en raison du désarroi lié à la tension.

Pourquoi ai-je dû livrer une bataille aussi dure ?

Normalement, j’aurais dû m’enfuir.

Pourquoi n’ai-je pas fui ? Cela aurait été embarrassant si j’avais fui après avoir critiqué avec suffisance les autres enfants, et aussi parce que ce type ne semblait pas prêt à me laisser partir.

Si je tournais le dos, il me tuerait.

De plus, la longue épée que maniait mon adversaire avait pénétré Arroganz. Il serait aussi capable de percer le blindage de Partenaire.

Les visages de Livia et d’Anjie étaient apparus dans ma tête. Et pour les autres ? Comme si je les connaissais !

Si je n’arrêtais pas ce type, ces deux-là auraient des ennuis.

Luxon m’avait parlé. « Je demande la permission d’utiliser mon corps principal. »

« Si tu l’utilises, tu vas probablement tuer le Chevalier Noir. Je ne peux pas te laisser faire ça, » répliquai-je.

« Je ne peux pas te comprendre. Ton adversaire arrive ! » répliqua Luxon.

Le Chevalier Noir avait fait le premier pas.

Le charme autour de mon cou avait tremblé.

Tandis que le Chevalier Noir balançait sa grande épée, ses mouvements semblaient manquer d’un soupçon d’indécision. Il n’hésitait pas à me tuer. Quand j’avais arrêté le coup avec mon bras droit, l’épée avait creusé profondément dedans.

Le son d’une alerte continuait à retentir, et quand j’avais pointé ma main gauche vers le Chevalier Noir, il semblait sentir le danger, avait dégagé l’épée, avait volé au-dessus de moi et s’était tourné vers mon dos.

En me retournant, j’avais vu le Chevalier Noir balancer sa grosse épée avec une frappe horizontale.

Après avoir réduit la distance, je m’étais heurté au Chevalier Noir, ce qui avait fait que la grosse épée s’était coincée profondément dans mon épaule droite.

« Quelle est la différence entre ce foutu bâtard et moi en ce qui concerne l’armure ? » demandai-je.

Luxon avait calmement répondu à ma plainte. « Il y a une énorme différence au niveau dans les compétences du pilote. »

Alors que j’avais enfoncé mon bras gauche dans le Chevalier Noir et que j’étais sur le point de libérer une onde de choc, il m’avait violemment frappé le bras et s’était séparé de moi.

Et ainsi, nous avions continué à lutter, à nous affronter encore et encore, et bientôt — le Chevalier Noir, dos au soleil du soir, m’avait fait face.

Le Chevalier Noir avait perdu son bras gauche et n’avait plus de jambes.

J’avais aussi été frappé.

Le Chevalier Noir semblait également affaibli.

« De penser que je perdrais contre un chevalier du royaume, » il avait fait entendre une voix d’agonie.

J’avais aussi mal.

Tandis que le Chevalier Noir chargeait vers moi, j’avais plissé les yeux devant l’éclat du soleil du soir. Je sentais que son épée géante avait scintillé momentanément. Quel culot qu’il ait eu d’utiliser un si vieux truc ! Quelle lâcheté !

Se rapprochant, le Chevalier Noir enfonça son épée dans Arroganz.

J’avais immédiatement glissé hors d’Arroganz et sauté, utilisant une prise pour accrocher l’armure du Chevalier Noir. Bien que le Chevalier Noir ait été surpris par mon action, il avait souri.

« Tu as abandonné !? » demanda le Chevalier Noir.

« Non, j’ai gagné, » déclarai-je.

Le Chevalier Noir, avec son attention concentrée uniquement sur moi, n’avait pas remarqué qu’Arroganz passait à l’action.

Arroganz tenait fermement l’armure du Chevalier Noir, ce qui le serrait contre lui.

« Quoi !? Comment as-tu pu l’utiliser ? » s’écria le Chevalier Noir.

En lui arrachant la tête de son armure, j’avais fait face au Chevalier Noir alors qu’il était incapable de bouger. Face au vieillard qui avait une grosse cicatrice sur le front, j’avais sorti une arme de poing de mon étui et je l’avais pointée sur lui.

« C’est la fin. Rends-toi, » déclarai-je.

Le Chevalier Noir m’avait regardé fixement. Son esprit combatif pouvait faire frissonner n’importe qui.

« Je décline l’offre. Tue-moi vite ! Tue-moi, lâche, » déclara le Chevalier Noir.

J’avais refusé.

Luxon était sorti d’Arroganz et était venu à mes côtés. « Maître, nous avons terminé de prendre le contrôle total. »

Je regardais autour de moi, n’entendant plus les bruits de la bataille.

La flotte adverse ne pouvait plus bouger. Toutes leurs unités d’armure flottaient également au-dessus de la mer.

« Bravo ! » déclarai-je.

Nous avions aidé à arrêter la principauté sans avoir besoin d’utiliser le corps principal de Luxon.

« C’était vraiment gênant, » déclara Luxon.

Le Chevalier Noir était amer. « Princesse, je suis désolé. »

En regardant le Chevalier Noir dans cet état, j’avais remarqué un rayon de lumière tiré par l’un des navires de guerre de la principauté. Ça ressemblait à une fusée éclairante, ce qui m’avait fait froncer les sourcils.

« Ils ne savent vraiment pas quand abandonner, » déclarai-je.

 

♥♥♥

 

Garrett riait comme un fou en voyant le Chevalier Noir perdre.

« C’est la fin. Je suis foutu après ça, » déclara-t-il.

Avec la défaite du Chevalier Noir, une légende vivante, le moral des troupes de la principauté avait chuté.

Ils n’avaient plus aucune force combative.

Les troupes de la principauté avaient perdu face à un dirigeable civil contenant des élèves.

Garrett, qui allait plus que probablement être tenu responsable, avait sorti un objet semblable à une arme à feu de sa poche et s’était approché d’une fenêtre.

L’objet, qui ne pouvait tirer qu’un seul tir, avait été créé à la suite de recherches menées sur la flûte magique.

Il pourrait rassembler des monstres.

À l’origine, c’était un objet utilisé pour rassembler les monstres qui étaient contrôlés par la Flûte enchantée, mais son utilisation était limitée, car il avait un effet particulièrement puissant.

« À ce stade, je dois au moins tout effacer. Je ne serai pas étiqueté comme incompétent par l’histoire — alors je vais tout faire disparaître ! » déclara Garrett.

Une fois qu’il l’avait dirigée vers l’air et qu’il avait appuyé sur la gâchette, cela avait tiré une lueur semblable à une fusée éclairante.

La lueur, qui éclairait le ciel obscurci, faisait un bruit étrange.

Des monstres apparurent alors, comme attirés par elle.

Du ciel, de la mer — un par un, ils s’étaient rassemblés.

« Maintenant, les monstres, faites tous disparaître ! » cria Garrett.

L’armure ridiculement forte du Chevalier Noir avait été détruite et rendue inutilisable. Il ne restait qu’un seul grand dirigeable fort étrange.

C’était un dirigeable adverse avec peu de canons. Garrett pensait qu’il serait faible contre les attaques en grand nombre.

Des soldats paniqués étaient venus et avaient bloqué Garrett, qui riait comme un dément.

Cependant, le nombre de monstres avait continué d’augmenter.

 

♥♥♥

 

J’avais observé la situation depuis le sommet d’Arroganz, qui bloquait encore le Chevalier Noir.

J’avais poussé un petit soupir devant la vue des monstres qui jaillissaient sans fin.

Luxon, flottant à côté de moi, parlait nonchalamment. « C’est un spectacle de voir tant de créatures se rassembler. »

Le Chevalier Noir immobile fixa du regard le navire de guerre qui avait tiré la fusée éclairante.

« Quel imbécile ! A-t-il l’intention de se débarrasser de tout ici ? Hé, morveux ! Informe la princesse. Dis-lui de jouer de la flûte magique. Cette situation est défavorable pour toi aussi, » déclara le Chevalier Noir.

Avait-il l’intention de la laisser contrôler les monstres nouvellement rassemblés avec la flûte magique ?

C’était effectivement une option, mais si cela se produisait, le nombre d’ennemis que nous avions augmenterait à nouveau.

Remarquant peut-être mes doutes, le Chevalier Noir avait tenté de me convaincre. « Je n’ai pas l’intention de m’opposer à toi pour l’instant. Veux-tu que les deux parties soient annihilées !? »

Comme si je pouvais croire ce qu’il disait !

Je m’étais tourné vers Luxon.

« Je ne cherche pas l’anéantissement total. Luxon, si tu commençais à travailler ? » Demandai-je.

« Est-ce enfin mon tour ? » demanda Luxon.

L’œil rouge de Luxon s’était illuminé.

Après cela, un nuage présent dans le ciel avait déclenché de minces rayons de lumière successifs, transperçant les monstres qui se rassemblaient et les transformant en fumée noire.

Le Chevalier Noir tourna la tête et regarda cette scène.

« Qu’est-ce qui se passe !? » demanda le Chevalier Noir.

On aurait dit une pluie de météorites.

Cependant, la fumée noire de la défaite des monstres obscurcissait peu à peu la beauté du paysage.

Je m’étais tourné vers le Chevalier Noir.

« Vous n’êtes pas les seuls à avoir des tours dans leurs manches. N’oublie pas de le dire à ton pays une fois rentré chez toi, » déclarai-je.

Après ça, le Chevalier Noir m’avait crié dessus. « Comptes-tu m’épargner la tête ? Toi — tu as été gentil avec nous depuis le début !? À quel point comptes-tu nous faire passer pour des idiots !? »

Qu’est-ce que je ferais de la tête d’un vieux schnock ?

« Comme si je voulais ta tête, révoltant. Mais j’accepterai ton épée géante. Après tout, je ne sais pas ce que tu ferais si tu l’avais, » déclarai-je.

La grande épée du Chevalier Noir m’avait vraiment causé beaucoup de soucis.

« Espèce de sale gosse ! N’oublie pas que ta naïveté te fera perdre un jour la vie ! La prochaine fois, c’est sûr —, » cria le Chevalier Noir.

J’avais souri en regardant l’indignation du Chevalier Noir.

« Je t’ai sauvé par bonté de cœur, et pourtant tu hurles avec arrogance, n’est-ce pas ? Vieil homme, il semble que tu ne le saches pas. C’est déjà fini pour vous, les gars, » déclarai-je.

Alors que le Chevalier Noir avait fait une expression faciale indiquant qu’il ne comprenait pas, je lui avais gentiment et poliment expliqué.

« Tu ne comprends vraiment pas ? Bien sûr, votre adversaire était armé, mais c’est quand même un dirigeable civil. Et pour couronner le tout, ce sont les étudiants qui l’ont défendu. Quand vous avez essayé de prendre une étudiante en otage, les tables s’étaient retournées contre vous. Tu sais ce que ça veut dire ? » demandai-je.

Le Chevalier Noir avait fait une grimace de surprise. « — Comme c’est méprisable ! »

J’avais souri en l’informant de l’affaire.

« Les adultes en pleine possession de leur force ont pris une position sérieuse contre certains enfants et ont perdu contre eux ! Même si je suis un type fort et formidable, ça n’a pas d’importance. Vous avez tous perdu contre l’enfant d’un noble du royaume. Pensez-vous vraiment qu’il y aura quelque chose pour vous à l’avenir ? Vieil homme, tu devrais prendre ta retraite. En fait, tu n’auras pas d’autre choix que de prendre ta retraite ! Ton temps est déjà écoulé. Tu t’en es bien sorti jusqu’à maintenant. Comment se fait-il que tu perdes ta place de chevalier ? Raconte-moi tout, » déclarai-je.

Le visage du Chevalier Noir s’était transformé en une expression de frustration.

« Toi, tu veux dire qu’on va vivre dans la honte !? Tu n’as même pas la gentillesse de nous laisser mourir en chevaliers sur un champ de bataille, espèce de démon ! » cria le Chevalier Noir.

J’avais rapproché mon visage du Chevalier Noir en lui frappant la tête, ce qui avait fini par me faire mal. C’était un dur à cuire.

Une gentillesse de le tuer ? Je ne comprenais pas son sens des valeurs. Cet adversaire était assez difficile à manier.

« Les perdants doivent obéir aux gagnants, non ? Vis donc ta vie en étant plongé dans la honte. Je suis peut-être aussi gentil qu’une personne, mais je crois que tu me trouveras aussi diabolique et ignoble qu’un chevalier, » déclarai-je.

Le Chevalier Noir serra les dents. Sa haine pour moi l’avait poussé à faire une immense expression faciale.

« Je me demande combien de temps tu peux continuer à te battre comme ça, » déclara le Chevalier Noir.

Alors que nous étions en pleine discussion, Luxon avait fini de tuer les monstres, et maintenant nous étions entourés par le silence. J’avais bloqué le Chevalier Noir, je m’étais orienté vers Partenaire, puis j’avais commencé à me déplacer.

♥♥♥

Partie 3

Je m’étais assis en ce moment. J’étais allé au hangar de Partenaire. Il se faisait tard.

J’admirais l’épée géante qui avait transpercé l’Arroganz sans aucun problème. Cette longue épée noire avait probablement absorbé beaucoup de sang jusqu’à présent.

Elle semblait maudite. Je croyais qu’il imposait sa volonté aux autres.

« Maître, pourquoi t’es-tu donné la peine de te battre ? » demanda Luxon. « Si j’avais utilisé mon corps principal, battre le Chevalier Noir aurait été un acte simple. J’aimerais savoir pourquoi tu prends un tel risque. »

Je suppose que j’avais volontairement mis ma vie en danger. Luxon m’avait critiqué, mais je m’étais demandé la raison en regardant la grande épée devant moi.

J’avais en effet pu vaincre tous mes ennemis avec une puissance écrasante. Cependant, si cela s’était produit, j’aurais été un meurtrier de masse.

Pourrais-je vivre avec ça sans problème ? C’est impossible. Je le regretterais certainement, et cela viendrait sûrement me hanter.

De plus, cela augmenterait aussi mes ennuis.

« Je suppose qu’il te serait facile d’anéantir l’armée de la principauté en un instant. Alors, que se passerait-il après ça ? » demandai-je.

« On te considérerait comme une menace, Maître, » répondit Luxon. « Non seulement la principauté, mais le royaume agirait aussi. Dans le pire des cas, ils essaieraient de te tuer. Mais je ne laisserais jamais une telle chose arriver. »

En tout cas, il deviendrait impossible de continuer à vivre comme je l’avais fait jusqu’à présent.

Je devrais continuer à me battre, peut-être n’ayant pas d’autre choix que de prendre le contrôle total de tout — tout comme le Royaume de Holfault l’avait fait.

L’autre option serait de s’enfuir.

« Je ne voulais pas parce que ça causerait des ennuis, » déclarai-je. « Il a fallu beaucoup d’efforts pour avoir un objet de triche comme toi. Mais j’aimerais faire des choix qui ne nuisent pas à ma santé mentale. C’est une question de sentiments, de sensibilité. »

Et je ne voulais pas que Luxon commette un massacre.

♥♥♥

C’était le lendemain.

J’étais sur une île flottante appartenant à la principauté, où de nombreux dirigeables brisés s’étaient empilés.

Comme les robots avaient fait le travail de démontage, j’avais à la main un grand nombre de pierres flottantes.

— Elles étaient toutes à moi.

« Transporte aussi les armures. Je ramènerai les dirigeables en bon état à la maison, » déclarai-je.

Luxon flottait à côté de moi, il semblait que sa position favorite était près de mon épaule.

« Le culot que tu as de tout voler..., franchement tu n’as aucune empathie, Maître. Comme prévu, » déclara Luxon.

« Je sais, n’est-ce pas ? Je n’aime pas non plus trop cette partie de moi-même, » répliquai-je.

Tout près, il y avait un homme attaché, sans moustache, Garrett.

Il avait été tabassé, mais ce n’était pas moi qui l’avais fait.

Quand nous l’avions saisi, il avait déjà perdu connaissance et se trouvait dans cet état.

« Baron Baltfault, si vous le pouvez, pourquoi ne pas rendre les pierres flottantes ? » demanda Garrett.

J’avais souri en répondant. « Hmm ~, je me demande ce que je devrais faire ? Comme notre luxueux paquebot a été attaqué et détruit, j’aimerais au moins en collectionner quelques-uns. Ah ~, si un certain groupe de personnes ne nous avait pas attaqués, cela ne serait jamais arrivé. »

« D-Dans ce cas, les négociations formelles entre la principauté et le royaume — gah ! » déclara-t-il.

Il avait fait un bruit quand j’avais violemment tapé du pied le sol.

« Et pourquoi moi, le vainqueur, devrais-je faire un compromis ? » demandai-je.

« Eh bien, mais..., » déclara Garrett.

« C’est bon, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Non, vous voyez..., » commença Garrett.

« C’est bon, n’est-ce pas ? » demandai-je à nouveau.

« — O-Oui, » répondit Garrett.

Garrett, dont la vie ou la mort était entre mes mains, avait sombré dans la frustration.

« Oh, mon dieu ~, regardez comme je suis gentil. Après tout, je vous laisse tous partir après ça. La générosité est mon péché ~, » déclarai-je.

Luxon était étonné. « C’est incroyable de voir à quel point tu es impitoyable, Maître. »

« N’est-ce pas mieux que de prendre les soldats et de les asservir ? » demandai-je.

« Mais tu as vendu les pirates des cieux à une famille de vicomte, » déclara Luxon.

« Je suppose que c’est vrai. Le ménage de vicomtes avait découvert une mine et l’achat d’esclaves les a aidés. C’était des criminels en premier lieu. Ils savaient ce qui se passerait s’ils se faisaient prendre, alors ils ne devraient pas regretter les choix qu’ils ont faits, » déclarai-je.

« N’as-tu pas dit que tu voulais aider cette famille ? » demanda Luxon.

« Je suppose que j’ai dit quelque chose comme ça, » déclarai-je.

Nous les avions vendues à la maison de vicomtes pour qui ma sœur avait causé des ennuis.

Désormais, les pirates des cieux devraient travailler dur pour le bien du peuple, mettant leur vie en jeu !

Le travail manuel et le dur labeur des mines étaient dangereux. Ils travaillaient dans un endroit qui pouvait même faire s’effondrer un adulte.

Je me croyais débordant de gentillesse, considérant que je n’avais pas envoyé les soldats de la principauté dans un tel endroit.

Cependant, j’étais légèrement en conflit à l’intérieur.

Même si j’avais réduit une grande partie du potentiel de guerre de la principauté, auraient-ils arrêté leurs combats ?

— Je voulais vraiment qu’ils abandonnent la guerre.

Même si j’avais maintenant plus de soucis pour l’avenir, je voulais faire quelque chose dans le royaume plus tard, après avoir persévéré pendant si longtemps.

Il y avait une énorme pile d’armures cassées devant moi.

« Il va falloir réparer ça aussi, » déclarai-je.

« Ça ne me dérange pas de les réparer, mais si je les répare tous, les gens vont commencer à se douter de quelque chose. Tu devrais confier ceci à un atelier de réparation d’armure. La meilleure option serait que tu possèdes un tel atelier, Maître, » déclara Luxon.

« Ce sera impossible à faire tout de suite, mais ça sonne bien. Je me demande à qui je devrais confier ça, » déclarai-je.

« Récemment, il semble y avoir beaucoup d’escrocs qui prétendent se spécialiser dans la production d’armures. Tu ferais mieux d’être prudent quand tu commandes chez quelqu’un, » déclara Luxon.

« Il y avait en effet de tels escrocs dans le jeu. Quelle société cruelle ! » déclarai-je.

Luxon m’avait parlé. « Maître, nous avons terminé notre travail. Nous pouvons nous retirer à tout moment. »

« C’est vrai. Maintenant qu’on a volé ce qu’on voulait voler, et si on rentrait chez nous ? » demandai-je.

« Tu ressembles presque à un pirate des cieux, » répliqua Luxon.

Quittant l’île flottante, j’avais volé les dirigeables de la principauté et la plupart de leurs armures.

♥♥♥

J’étais à l’intérieur de Partenaire.

Après avoir parlé avec le capitaine du paquebot de luxe et les professeurs, j’étais vraiment fatigué et j’étais retourné dans ma chambre.

Devant la porte se trouvait un robot agissant comme un garde de sécurité, protégeant la pièce. Quand j’avais dit, « j’apprécie tes efforts », tout en essayant d’ouvrir la porte — c’était resté sur mon chemin.

« Pourquoi ne me laisses-tu pas entrer dans ma chambre ? » demandai-je.

Le robot m’avait empêché d’entrer dans la pièce.

« Laisse-moi passer ! Je suis fatigué ! » déclarai-je.

Pour une raison inconnue, les yeux sur sa tête vacillaient et essayaient de transmettre quelque chose, mais j’avais essayé d’entrer de force dans ma chambre.

Luxon m’avait alors dit ce que le robot essayait de dire. « Maître, il y a apparemment deux personnes dans la — . »

Quand j’avais ouvert la porte, j’avais vu qu’Anjie et Livia étaient allongées sur mon lit à l’intérieur de la chambre, l’une face à l’autre. J’entendais leurs douces respirations de personnes endormies.

Elles dormaient en se tenant la main.

Les draps étaient disposés, et il semblait qu’elles avaient enlevé leurs uniformes.

Un robot gardien flottait un peu plus loin, repassant leurs uniformes.

Si c’était le cas, étaient-elles en sous-vêtements sous les draps ?

Les deux filles avaient des visages mignons quand elles dormaient.

Quel spectacle précieux !

 

 

— J’avais lentement fermé la porte.

J’avais ensuite tourné le dos à la porte et je m’étais effondré là.

« Tu aurais dû me le dire ! Cela ne veut-il pas dire que je n’ai fait que les reluquer !? Le père d’Anjie me tuerait ! » déclarai-je.

Alors que je tenais mes genoux sous les bras, Luxon m’expliqua pourquoi les deux filles étaient dans ma chambre.

« Il semble qu’elles se soient endormies en t’attendant à l’intérieur de la pièce. Elles devaient être épuisées, » déclara Luxon.

Elles étaient toutes les deux charmantes.

Si je n’avais pas eu l’âme d’un adulte, je les aurais peut-être regardés.

C’était une bonne chose que je sois adulte. Cependant, elles devraient être plus prudentes, car les hommes peuvent se comporter comme des loups.

« Où devrais-je dormir ? » demandai-je.

Comme les étudiants et les marins avaient été évacués sur Partenaire, j’avais réfléchi aux chambres qui pouvaient encore être vacantes.

À ce moment-là, j’avais entendu le bruit des pas. Quelqu’un s’était approché de moi et s’était arrêté, et quand j’avais regardé, Chris était là.

« Besoin de quelque chose ? » demandai-je.

« Baltfault, je veux des réponses. Refuses-tu de te battre contre moi à l’épée parce que je ne peux pas gagner contre toi ? » demanda Chris.

Qu’est-ce qu’il disait ?

Pensait-il que je pouvais gagner contre lui, comme s’il ignorait ses talents avec l’épée ? plaisantait-il ?

« Quoi ? C’est une blague ? Désolé, mais ce n’était pas drôle, » déclarai-je.

Chris secoua la tête. Il semblait qu’il n’était pas convaincu de ma réponse et l’interprétait comme il l’entendait.

« Tu as battu le Chevalier Noir. Je suppose que nous sommes dans des domaines complètement différents. Je ne peux pas être à la hauteur de tes compétences. Comme c’est humiliant, » déclara Chris.

Il aurait mieux valu qu’il ait honte de l’incompréhension qu’il avait eue.

Ma victoire était due au talent d’Arroganz.

« Tu as mal compris —, » commençai-je.

Cependant, Chris parlait avec un visage qui semblait avoir renouvelé sa détermination.

« Je te rattraperai certainement ! Je deviendrai assez fort pour que tu me reconnaisses. C’est ce que je suis venu te dire : tu es mon but, » déclara Chris.

J’avais pensé à résoudre le malentendu lorsque Chris était parti après avoir dit cela, mais j’avais décidé de ne pas le faire, car ce serait un problème.

Il était trop tard pour chacun d’entre eux pour s’amender.

C’était ce que j’avais pensé en voyant Chris partir.

« D’accord, dois-je lui faire crédit cette fois ? » demandai-je.

« Un autre stratagème ? » demanda Luxon.

Comme c’était impoli d’appeler ça un stratagème.

Tout le monde serait plus heureux si ce n’était pas moi qui avais une promotion.

En y réfléchissant, je m’étais assis devant la porte et j’avais dormi là.

♥♥♥

« Eh bien ~, la principauté était un ennemi puissant, » déclarai-je.

J’étais dans ma propre chambre à l’académie.

Après le retour du voyage scolaire, je m’étais allongé sur le lit en parlant avec Luxon.

« C’est bien dit, » déclara Luxon.

Après ce qui s’était passé, j’avais été interrogé sur beaucoup de choses.

Cependant, quand je leur avais montré la grande épée du Chevalier Noir, je m’étais assuré de dire « Chris a fait de son mieux ! » au représentant du gouvernement à plusieurs reprises.

Tous les autres avaient aussi travaillé dur. J’avais agi comme si j’avais été profondément ému en insistant sur le fait que je ne faisais que coopérer.

Je n’étais pas sûr que c’était à cause de cela, mais cette fois le pays avait donné une récompense aux étudiants persévérants.

J’avais entendu dire que tout le monde recevrait des médailles.

« Était-ce bien de leur offrir la grande épée du Chevalier Noir ? » demanda Luxon.

« Je n’en veux pas puisqu’elle est maudite après avoir absorbé le sang de quelqu’un. Tu serais aussi capable de fabriquer quelque chose de similaire, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Après avoir fait l’analyse, c’est en effet possible. Mais fallait-il aller jusqu’à offrir des dirigeables et des armures ? » demanda Luxon.

C’était pour flatter le palais royal.

Je les avais aussi remis au père d’Anjie puisque je me sentais coupable après avoir vu le visage endormi d’Anjie.

« C’est très bien. Il en reste encore un peu. J’ai de précieuses pierres flottantes à portée de main, » déclarai-je.

Il n’y avait pas eu de promotion cette fois-ci.

Tout le monde avait reçu une médaille.

« Si ça ne te dérange pas, ça ne me dérange pas, » déclara Luxon.

Beaucoup de choses s’étaient passées au cours de cet incident.

Il y avait aussi une chose que j’avais contemplée.

D’ici peu, je devrais probablement faire tout mon possible et faire de mon mieux. Il vaudrait mieux récupérer le bracelet de Livia et finir plus tard le conflit avec la principauté.

Je m’étais enfin résolu.

C’était bien si je pouvais rester un Mob. Cependant, je voulais me tenir aux côtés de ces deux personnes.

Pour cette raison, il y avait beaucoup de choses que je devrais préparer.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire