Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Épilogue – Partie 1

♥♥♥

Épilogue

Partie 1

Les vacances d’été touchaient déjà à leur fin.

Cependant, j’étais inquiet parce que Vince n’était pas venu me contacter.

Je suppose que le travail de la cour royale a pris du temps ?

« Je commence à être fatigué. J’aimerais que ce soit fait rapidement, » déclarai-je.

Quand je m’étais rendu sur le terrain pour travailler, mon frère aîné Nicks s’était plaint à moi.

« Tu es vraiment insouciant. Si tu deviens imprudent, tu vas te faire exécuter. Si ça se terminait comme ça, tout irait bien, même si je ne peux m’empêcher de m’inquiéter que moi et tous les autres, on se retrouve mêlés à ça, » déclara Nicks.

Colin, le quatrième fils, ne comprenait pas. « Frère, il a battu cinq adversaires en duel, non ? N’est-ce pas incroyable ? »

Mon frère aîné avait crié. « Il a gagné contre des adversaires qu’il n’aurait pas dû combattre ! Colin, cette affaire n’est pas non plus sans rapport avec toi ! »

J’étais fatigué de travailler depuis le matin, alors je m’étais étiré.

Dans un endroit un peu éloigné, Anjie apprenait le travail sur le terrain avec Livia.

Les femmes de chambre regardaient ça tout en étant mal à l’aise.

Quand elles avaient essayé de l’aider, Anjie les avait arrêtées, ne les laissant même pas lui donner un coup de main.

« Alors tu fais ça, ici, et — argh ! Qu’est-ce que c’est que cette créature sinueuse ? » demanda Anjie.

« Anjie, c’est un ver de terre, » déclara Livia.

« Un ver de terre ? J’en ai déjà entendu parler. Mais... eek ! Livia, est-ce correct si ça touche ta main !? » s’écria Anjie.

« Cette petite chose ne fait pas grand-chose. Allez, continuons maintenant, » déclara Livia.

Colin m’avait tiré par le bras.

« Frère, laquelle épouses-tu ? » demanda-t-il.

« Hein ? » m’exclamai-je.

J’avais secoué la tête en réponse à la question de Colin.

Faire un mouvement vis-à-vis de Livia ou Anjie ? Voyons ! pensai-je.

Livia était l’étudiante d’honneur et une roturière en ce moment, mais elle serait une Sainte à l’avenir.

Anjie était la fille d’un duc.

Je ne pouvais pas faire de bêtises comme essayer de draguer des filles hors de ma portée.

« Écoute, Colin. C’est une étudiante d’honneur et la fille d’une famille de ducs. Elles sont trop loin de ma zone de frappe, le mariage est donc impossible, » lui expliquai-je.

« Que signifie zone de frappe ? » me demanda Colin.

Mon frère aîné m’avait dit : « Nous y revoilà ! » et il avait repris son travail.

« L’étudiante d’honneur est une roturière et cela causerait beaucoup de problèmes si je l’épousais. La fille de la famille ducale a une position sociale trop élevée, donc je ne suis pas quelqu’un qui lui plairait. Comprends-tu ça ? » lui demandai-je.

« Hmm, je ne comprends pas ! » répondit Colin.

« Hahahahaha, comme c’est honnête de ta part, Colin. Très bien, retourne travailler, » déclarai-je.

« Oka ~ y. »

Je les aimais bien, mais pour ce qui est de ma zone de frappe — les deux filles étaient bien trop loin pour moi. Elles n’étaient même pas près de cette zone de frappe tellement j’étais inapproprié pour elles.

Je pouvais déjà imaginer comme une balle.

Livia serait comme la balle qui rebondit avant d’atteindre le gant, et Anjie serait comme une balle sauvage qui était bien trop haute pour moi.

Même si je voulais frapper avec la batte, je ne pourrais pas le faire.

Mince... car j’aime vraiment leur allure, pensai-je.

Si on laisse cela de côté, le moment était venu d’agir pour mon avenir.

Eh bien, il n’y avait eu aucun changement concernant la situation chez le duc, donc tout ce que je pouvais faire, c’était attendre.

Je ne pensais pas que quelque chose de mal arriverait, mais... J’avais préparé une montagne d’or blanc. Alors ça devrait aller, c’est sûr.

... Sinon, j’aurais des ennuis.

De plus, il y avait une autre personne qui travaillait dans les champs.

« Mes ongles sont sales. J’ai mal aux mains, » c’était Jenna, la deuxième fille, qui s’était plainte.

J’avais dit à mes parents qu’elle avait placé la bombe sur mon armure, et il y avait d’autres circonstances aussi, alors elle avait passé les vacances d’été à travailler comme ça. Je pensais que quelque chose de plus que du travail de terrain aurait dû être fait pour qu’elle prête main-forte à la tentative d’assassinat de son frère. Eh bien, je suppose que je devrais aussi tenir compte du fait qu’elle était à moitié menacée par le groupe du frère adoptif du prince qui lui avait ordonné ça, mais — j’avais pensé que les normes de ce monde étaient étranges pour laisser sa punition être quelque chose que les garçons comme nous feront normalement.

« Tu as pu être pardonnée avec cette légère punition. Tu devrais être reconnaissante, » déclarai-je.

« Si tu n’avais pas causé de problème, je n’aurais pas eu à poser une bombe, » répliqua-t-elle.

Je suppose qu’elle avait raison. Alors je lui avais aussi pardonné. À vrai dire, ça n’avait pas fait beaucoup de dégâts.

« Je ne veux pas travailler sur le terrain ~, » cria ma sœur.

J’avais eu une idée en voyant ma sœur se plaindre.

Ce monde de jeu vidéo Otome est vraiment cruel.

 

♥♥♥

 

C’était arrivé le lendemain.

Un dirigeable de la famille du duc arriva à la maison.

Il semblerait qu’ils soient venus chercher Anjie, mais un fonctionnaire du gouvernement de la capitale royale avait profité de l’occasion pour aussi venir avec.

Il semblait que l’affaire me concernant avait été tranchée.

J’avais été surpris qu’une personne de très haut rang parmi les fonctionnaires du gouvernement soit venue.

Les nobles seigneurs féodaux étaient regroupés par une hiérarchie, mais les nobles de la cour royale, qui ne possédaient aucun territoire et suivaient le roi, étaient triés par rangs.

Les seigneurs féodaux pouvaient aussi en faire partie, mais ils n’acceptaient que les barons ou plus grands, ceux qui pouvaient rencontrer le roi.

Le roi était placé à la position la plus haute, de sorte que le prince-héritier était placé au second rang. Les membres de la famille royale étaient inférieures au deuxième rang, et les hauts fonctionnaires du gouvernement qui avaient obtenu les trois rangs supérieurs suivants étaient les ministres de Cabinet.

Ceux qui avaient eu le privilège de rencontrer le roi descendaient jusqu’en dessous du sixième rang. De nombreux seigneurs féodaux furent nommés à ces rangs.

Les seigneurs féodaux qui étaient barons et plus haut se voyaient automatiquement accorder ce rang, et je suppose que les classes au sein de la cour royale étaient des choses comme le greffier en chef, le chef de section, ou d’autres choses comme ça.

Eh bien, de tels rangs existaient. Il y avait aussi des nobles de la cour royale qui détenaient un grade, mais expliquer de telles circonstances était pénible. Ou plutôt, je ne le connaissais pas très bien, car cela ne me concernait pas.

Cependant, le fonctionnaire du gouvernement qui était venu était du cinquième rang — quelqu’un qui était un rang plus élevé que même mon père.

À cause de ça, mon père était devenu nerveux.

Cela s’était transformé en une conversation entre eux sur notre résidence, mais le fonctionnaire souriait.

« Oh, mon Dieu, c’était une sacrée clameur. Le duel et la rupture des fiançailles ont provoqué un tollé. Je n’ai pas omis de parler du déshéritement du prince héritier, » déclara le fonctionnaire.

« C-C’est vrai, » déclara mon père.

Mon père l’écoutait pendant qu’il était nerveux, mais le fonctionnaire continuait à parler comme s’il n’avait rien remarqué. Que faire... ces discussions sur le déshéritement m’avaient rendu assez mal à l’aise, mais ce n’était pas le moment de couper dans la conversation.

Hein ? Attends un peu... Julian a été déshérité ? C’était un peu troublant.

« Des voix se sont élevées au sein de la cour royale pour demander à la famille Baltfault de prendre ses responsabilités, mais elles ont pris fin grâce aux mouvements de la famille ducale, » déclara l’homme.

Il semblait que Vince avait travaillé dur.

Merci, papa d’Anjie.

« Euh, quant au traitement de la famille Baltfault ? » demanda mon père.

Mon père ne pouvait pas s’empêcher de demander.

Le fonctionnaire du gouvernement avait répondu en souriant.

« Rassurez-vous. On ne vous demandera pas d’en assumer la responsabilité. Au contraire, Léon a maintenant été officiellement reconnu comme chevalier indépendant. Il est encore à l’école, mais la cour royale s’occupera des formalités pour lui accorder ce poste. En tout cas, un chevalier a donné des conseils à Son Altesse concernant sa conduite insensée. Ils veulent qu’il serve d’exemple pour les autres élèves. »

... Mon père était soulagé, mais la situation devenait de plus en plus inquiétante.

Passer par les rites pour devenir chevalier avant même d’obtenir son diplôme ? Je ne voulais pas entendre parler de telles choses.

Cette fois, j’avais posé une question.

« A-Attendez un instant. Serai-je tenu responsable ? Devrai-je faire quelque chose comme être dépouillé de mon rang de baron ? » demandai-je.

« Je n’ai pas dit de telles choses. Bien qu’il y ait eu des discussions animées, vous avez officiellement reçu le rang de baron, Léon. Félicitations, » répondit-il.

Être déclaré chevalier, puis devenir baron.

... Ça n’allait-il pas me faire rater mes plans ?

Je ne voulais pas aller à l’académie maintenant. J’avais fait ce qui me plaisait parce que je ne pensais pas y retourner !

« Tout de même, ça..., » murmurai-je.

« C’est vrai. Quoi qu’il en soit, nous ne sommes pas ici pour parler de ça, » déclara l’homme.

Est-ce qu’il changeait de sujet maintenant ? Cette personne était astucieuse.

Comme j’avais les yeux pleins d’espoir pour que ce soit quelque chose de bien pour une fois, une feuille de papier avait été tendue devant moi.

Alors que je le lisais en me demandant ce qu’il contenait, mon père criait « Aaaaaack ! ». Je voulais aussi crier comme lui.

Le fonctionnaire nous avait raconté la situation avec un sourire, me laissant désespéré.

« Léon a été autorisé à “dépasser” le sixième rang à la cour royale. Félicitations. Vous avez été promu, » déclara le fonctionnaire.

... Je n’ai rien entendu à propos d’une promotion !

 

♥♥♥

 

Elles étaient sur le dirigeable de la maison du duc.

Livia et Anjie étaient sur le pont en train de discuter.

« Il est promu en grade par le palais royal, non ? Bien que j’ai l’impression que ce genre de choses n’est pas pertinent pour les seigneurs féodaux, » déclara Livia.

Livia, ne connaissant pas les circonstances, avait reçu une explication détaillée d’Anjie.

« Bien qu’il n’y ait certainement pas beaucoup de sens pour les seigneurs féodaux, cela signifie qu’ils ont reçu plus de reconnaissance que les nombreuses autres personnes au-dessous du sixième rang. En termes simples, il s’agit de traiter ceux qui se distinguent des autres, » déclara Anjie.

« Et c’est une récompense ? Léon n’en est pas satisfait, » déclara Livia.

« Tout dépend de la façon dont on le voit. C’est peut-être hors sujet, mais les huitième et neuvième rangs sont pour ceux qui ont été chevaliers toute leur vie. On peut entrer dans le septième rang à partir de l’héritage, mais l’ascension d’un rang au-dessus exigerait de nombreuses années de loyauté et quelques grandes réalisations, » répondit Anjie.

Livia ne comprenait pas très bien. « Par beaucoup d’années de loyauté, tu veux dire quelque chose comme dix ans ? »

« Ce serait bien pour le huitième rang, mais pour le septième rang et au-dessus, il faudrait penser aux relations non seulement au niveau individuel, mais aussi au niveau du ménage. C’est le moment où les parents et leurs enfants devraient travailler sérieusement sous leurs ordres pendant trois générations. Il faudrait un siècle pour passer d’un échelon inférieur au sixième rang à un échelon supérieur sans accomplir de grands exploits, » expliqua Anjie.

Livia avait été surprise en entendant ça. « Si c’est le cas, ça veut dire qu’il a gagné autant de reconnaissance, non ? »

Depuis qu’il avait été promu, Livia était ravie après avoir réalisé que Léon ne serait plus puni.

« C’est comme ça que ça se passe. Du point de vue du palais royal, il n’y a pas de mal à lui donner une promotion. Léon n’est pas un noble de la cour royale, donc ils n’ont pas besoin de lui payer de rente. Mais je ne pensais pas qu’il serait promu, » déclara Anjie.

Le traitement favorable qu’il avait reçu était au niveau où Anjie avait commencé à avoir des soupçons.

Il y avait eu une situation bizarre en ce qui concerne la cour royale. Dans de nombreux cas, les personnes s’étaient demandé pourquoi ils avaient choisi cette ligne de conduite. Elle n’avait pas d’autre choix que de croire que ce n’était qu’un autre de ces cas.

Anjie avait conclu qu’il devait y avoir des individus et des groupes qui avaient quelque chose à gagner dans la chute de Julian et dans la promotion de Léon.

Livia n’était pas familière avec ce genre de choses, et ne comprenait pas très bien. « ... Je pensais vraiment qu’il serait rétrogradé de son rang de baron. »

Livia s’était alors souvenue de quelque chose. « En y repensant, Léon a dit qu’il avait dépensé tout l’argent qu’il avait gagné grâce au pari ! »

« Quoi ? Dans ce cas..., ça aurait pu être le pouvoir de l’argent ? Non, mais faire une telle chose serait... Hmm, » murmura Anjie.

Les deux filles ne pouvaient pas répondre, alors elles avaient changé de sujet.

« C’est peut-être un changement de sujet, mais il semble que Léon va passer par les rites pour être déclaré chevalier avant le nouveau trimestre scolaire. Pourrais-tu venir ? » demanda Anjie.

Olivia était un peu gênée d’être invitée. « M-Mais je n’ai jamais participé à de telles choses... Je n’ai pas non plus de tenue appropriée. »

« Ne t’inquiète pas pour la tenue, » déclara Anjie.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Au faite "Angie" ça marche très bien alors je trouve toujours ce "J" disgracieux

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire