Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 7 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 7 : Des Gants Blancs

Partie 2

De retour sur le lieu de la fête, l’endroit avait été enveloppé par une ambiance inhabituelle.

Les élèves attendaient attentivement en se blottissant contre les murs, mais il y avait un groupe au centre qui faisait du bruit.

J’avais donc interrogé Olivia quant à la situation.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? » lui demandai-je.

« Au début, c’était une petite querelle. Cependant..., » répondit Olivia.

Au centre se trouvaient cinq personnes entourant Marie. En plus d’eux, j’avais aussi pu voir la silhouette d’un bel elfe aux cheveux blonds et aux yeux bleus, Kyle.

Anjelica avait fait entendre sa voix devant les sept personnes.

Il s’agissait clairement d’un cri rempli de chagrin. « Pourquoi ne m’écoutez-vous pas !? Je — je fais ça pour votre bien, Votre Altesse ! »

Le prince était absolument indifférent face à sa voix tremblante.

« Tes paroles ne sont pas dignes d’être entendues. Fin de la discussion, » déclara Julian.

« S’il vous plaît, attendez. Si vous connaissez le caractère de cette personne, alors pourquoi l’acceptez-vous toujours à vos côtés ? » demanda Anjelica.

Je n’étais pas sûr de ce qui s’était passé, mais j’avais parfaitement compris qu’Anjelica était désespérée et qu’elle essayait de faire recours auprès son prince.

Quand j’avais tourné mon regard vers Olivia, elle s’était remise à me parler.

« Euh ! Lorsqu’Anjelica a vu Marie tenir la main d’un garçon autre que Son Altesse, le prince héritier, elle s’est mise en colère. Puis Son Altesse, le prince héritier, a dit qu’elle ne devrait pas être bruyante à ce point. »

Le prince avait donc pardonné à la fille même quand elle poursuivait d’autres hommes que lui.

Voilà donc le genre d’homme que Julian était.

Je détesterais vraiment que quelque chose comme ça arrive avec la personne que j’aime, mais le prince semblait penser que c’était quelque chose de tout à fait correct.

Marie, en uniforme, se cachait en ce moment derrière le prince.

Elle avait présenté une attitude et une apparence qui feraient que n’importe qui voudrait la protéger, tandis qu’Anjelica portait une robe rouge, du maquillage, et semblait briller.

C’est assez contrasté, non ? pensai-je.

En ce moment, Anjelica et Marie ressemblaient exactement aux opposées.

Marie était entourée d’homme et de beaux garçons, mais Anjelica n’avait personne près d’elle.

Brad s’était avancé.

« Donc la fille de la famille Redgrave est devenue cette infâme créature. Écoute, il n’y a personne à tes côtés, » déclara Brad.

Quand Anjelica regarda autour d’elle, les étudiants riches et ses prétendus disciples se détournèrent tous d’elle.

Les élèves qui avaient de l’animosité envers elle n’avaient pas l’air hostiles, mais ils avaient simplement souri avec dédain en la regardant.

« Vous savez ce que cette femme a fait ? Vous avez tous été — . »

Tout le monde avait levé la main.

Cependant, les garçons n’étaient pas paniqués.

« Nous le savons, » Anjelica avait été surprise quand Chris aux cheveux bleus avait dit ça.

« Quoi !? » s’exclama Anjelica.

J’avais senti que Chris avait souri un instant en regardant Marie. C’était un gars qui gardait une expression vide tout en frappant avec son épée, mais quand il avait fait cette expression, les filles autour de lui avaient rougi.

Est-ce vraiment à cause de son apparence ? Est-ce son apparence ? C’est son apparence, n’est-ce pas ?

« Elle m’a sauvé. Elle a écouté mes problèmes. Alors —, je veux la protéger, » déclara Chris.

J’avais trouvé louable qu’il ait pu faire une telle confession pendant que tous les élèves regardaient.

Le prochain à faire un pas en avant avait été Greg.

« Ton raisonnement est bien trop bâclé. Dire directement qu’il l’aime bien devrait te donner assez d’indices sur ce qui se passe, » déclara Greg.

Jilk avait tenu sa main sur sa bouche en souriant.

« C’est vrai. C’est une femme charmante. Mais je suis sûr que celui que Marie aime le plus, c’est moi, » déclara Jilk.

Anjelica, qui était à court de mots, se tourna vers le prince.

Julian avait fait une expression un peu grognon.

« Jilk, je pense que tu as tort. C’est moi que Marie aime le plus, » déclara Julian.

Quand il avait dit cela, les filles, qui s’étaient tues jusqu’à maintenant, avaient alors poussé des cris de joie.

« Vous avez entendu ce qu’il a dit à l’instant !? »

« Je veux aussi qu’il me le dise ! »

« Je suis jalouse. D’un autre côté, cette femme ducale est assez disgracieuse. »

Anjelica grogna.

Elle déplaça ses yeux vers le bas tout en serrant les poings.

« ... N’avez-vous pas l’intention d’arrêter de jouer tout en fréquentant l’académie, Votre Altesse ? » demanda Anjelica.

Julian avait baissé le regard quand Anjelica avait dit ça.

« C’est la seule femme irremplaçable pour moi. Anjelica, je ne te détestais pas avant d’être entrée à l’académie. Cependant, je ne peux pas pardonner ton attitude envers Marie, » déclara Julian.

Les filles autour d’Anjelica se moquaient d’elle.

« Vous avez entendu ça ? La femme ducale est foutue. »

« C’est à peu près la même chose que de rompre les fiançailles, n’est-ce pas ? »

« J’ai toujours détesté cette fille. »

Elles la calomniaient à cœur joie maintenant que sa position s’était affaiblie.

« Je me demande si c’est ce que ressentent les filles quand elles voient un harem. C’est assez troublant, et c’est douloureux rien qu’à regarder cette scène, » murmurai-je.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Léon ? » demanda Olivia.

Olivia, qui était à côté de moi, avait incliné la tête, car elle avait dû entendre ce que j’avais dit.

Daniel et Raymond avaient été surpris de voir l’expression d’Anjelica.

« H-Hé, ce n’est pas vraiment sérieux, non ? » demanda Daniel.

« À en juger par son visage, on dirait qu’elle va recourir à la violence à tout moment, » déclara Raymond.

Comme si elle décidait de quelque chose, elle avait alors fait une expression sans émotion comme si elle avait abandonné. La lumière dans ses yeux avait disparu, et je sentais que je pouvais voir quelque chose de sombre à l’intérieur.

Anjelica avait alors jeté quelque chose sur Marie.

« — Hein ? » s’exclama Marie.

Tandis que Marie était déconcertée, la chose qu’Anjelica avait lancée était tombée par terre. Il s’agissait d’un gant blanc.

« Ramassez-le, traîtresse des femmes. Espèce de sorcière qui trompe Son Altesse. »

C’était une demande pour un duel.

Dans de tels moments, prendre le gant était un signe d’acceptation du duel.

« Maintenant que j’y pense, il y avait aussi un contexte comme celui-ci. La scène du duel, c’est ça ? » murmurai-je.

Pendant que je murmurais de telles choses, Raymond avait paniqué.

« Vous devez savoir ce que cela signifie !? Comprenez-vous la signification de ce duel !? » s’écria Raymond.

Une femme d’une famille de duc avait défié une fille de la famille d’une famille de vicomtes en duel.

C’était exactement ce à quoi ça ressemble à première vue, cependant...

« Son Altesse Julian sera son représentant — ce sera donc un duel entre la femme ducale et lui, non ? » demanda Raymond.

Une fois qu’un duel se déroule, c’était honteux qu’un garçon utilise un représentant. Cependant, il n’y avait pas de récriminations lorsqu’une fille utilisait un représentant qui la remplaçait.

Dans le jeu, un garçon avec lequel la protagoniste avait pu augmenter jusqu’à un certain point le compteur d’amour se chargerait du duel que lui avait proposé la femme ducale. Il était fort possible que la situation se dirige vers cette voie.

La dispute d’il y a quelques instants m’avait donné une mauvaise prémonition.

« ... Anjelica, je suis déçu, » déclara Julian.

Le prince, regardant sa fiancée avec un regard de mépris tout en fronçant les sourcils, semblait atteindre le sommet de sa colère.

« Marie, ressaisis-toi ! Tout se passera bien. Je prendrai ton parti et je serais ton représentant, » déclara Julian.

Jilk avait emboîté le pas à la conversation.

« Je ne peux pas laisser Son Altesse, être la seule à avoir bonne mine. Selon les règles de l’académie, les filles ne sont pas limitées à un seul garçon pour les représenter. Je déclare que je participerai également, » déclara Jilk.

Greg avait frappé sa paume avec son poing.

« Ça a l’air amusant, alors je vais aussi m’y mettre. Qui que ce soit, approchez ! » déclara Greg.

« C’est pour ça que tu es un crétin... mais la traiter de sorcière est inexcusable, » déclara Brad. « Et si je corrigeais tes erreurs ? Tant qu’on y est, on te demandera aussi de t’excuser après le duel. Naturellement, je participe aussi. »

Brad avait l’air contrarié, mais il avait aussi l’air d’être de bonne humeur.

Chris avait croisé les bras. « J’ai confiance en mes compétences à l’épée. Voyons si je peux me battre en tant qu’épée de Marie. »

Marie essuya ses larmes avec ses doigts.

« Vous tous... J’ai peur, mais je me sens en sécurité quand vous êtes tous là. J’accepte ce duel. Anjelica, je me battrai avec tout ce que j’ai, » déclara Marie.

Kyle avait été étonné par l’image héroïque de sa maîtresse. Ce garçon, qui avait une langue un peu vive, était beau et avait des mouvements gracieux.

« Vous êtes vraiment une maîtresse insensée. Pourquoi m’avez-vous oublié ainsi ? Je peux vous aider, vous savez, » déclara Kyle.

Marie avait souri.

« Merci, Kyle, » déclara Marie.

... C’est bien ce que je pensais.

« C’est le chemin du harem inversé, » murmurai-je.

« Tu dis encore des bêtises, Léon. Bref ! Maintenant qu’on en est là, que va-t-il arriver à cette femme ducale ? Y a-t-il quelqu’un qui pourrait s’opposer à ces cinq personnes ? » demanda Daniel.

Raymond était d’accord avec les doutes de Daniel.

« Son Altesse a obtenu des notes de premier ordre, et les autres ont aussi d’excellentes notes, ce qui est terrifiant, » déclara Raymond. « Il n’y a pas un seul gars ici qui se battrait contre ces cinq-là. Le plus effrayant est Chris, le candidat pour être le prochain maître épéiste. Ce n’est pas quelqu’un avec qui on peut se permettre de devenir ennemi. »

La plupart des garçons n’aimaient pas se battre. N’importe quel garçon normal rejetterait catégoriquement de se battre contre le prince.

Ce n’était pas un match d’entraînement, mais un duel.

Les garçons qui suivaient Anjelica jusqu’à présent ne voulaient pas non plus s’impliquer.

Quand Anjelica regarda autour d’elle, les garçons détournèrent tous simultanément leur regard.

Greg avait versé de l’huile sur le feu. « Hé, n’y a-t-il pas de type respectable qui puisse aider cette fille ? Je vais commencer à avoir pitié d’elle si aucun de ses partisans n’a les tripes de se lever... C’est elle qui a proposé le duel. Elle ne peut pas reculer, même si elle n’a pas de représentant. »

Une voix de moquerie à l’égard d’Anjelica remplissait le lieu de la fête.

Tout le monde riait de voir que personne ne l’aiderait, ou la regardait avec sympathie.

Selon les règles de l’académie, il est interdit d’amener quelqu’un de l’extérieur pour agir comme représentant. C’était une sorte de règle implicite étant donné qu’il ne serait pas bon qu’un adulte participe à un duel entre enfants.

Dans le jeu, Anjelica avait enfreint la règle et avait quand même perdu, empilant honte après honte.

Cependant — .

« Hey ! Quelqu’un veut parier quel genre de côté inesthétique d’elle sera exposé ? »

« Elle ne pourra plus se cramponner à sa famille. Elle n’aurait pas dû proposer le duel. Après tout, elle ne trouvera certainement pas de représentant pour elle. »

« Peut-être qu’elle se représentera elle-même. Si c’est le cas, j’espère qu’elle sera battue à plate couture. »

— Les réactions des filles étaient froides. Beaucoup trop froid.

Bien qu’elles aient été plutôt complaisantes devant Anjelica au moment de l’inscription à l’école, elles étaient peut-être devenues plus arrogantes maintenant que la situation avait changé ?

Elles se comportaient comme si elle n’était plus une femme ducale... alors peut-être pensaient-elles que depuis qu’elle avait causé la honte de briser plus ou moins ses fiançailles, sa vie était terminée.

Je crois que dans le jeu, les choses se sont conclues par la contrainte de se marier avec un homme laid et bien plus âgé de la campagne qui lui avait été imposée.

L’Anjelica, normalement robuste, regarda autour d’elle tout en semblant anxieuse.

Ses yeux avaient rencontré les miens.

Anjelica, une fille violente d’un ménage ducale qui ne pensait jamais aux conséquences, était manifestement en pleins désarrois. Je sentais qu’elle devenait désespérée et ses yeux m’avaient dit qu’elle avait besoin d’aide.

Cependant, j’avais serré les dents en regardant vers le bas.

« Je-Je le ferai même si je n’ai pas de représentant..., » déclara Anjelica.

Greg avait ri avec mépris.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-il arrivé à toute cette volonté d’il y a quelque temps ? » demanda Greg.

Les personnes autour d’Anjelica la regardaient très froidement.

Le plus froid d’entre eux était le prince et cela même s’il était plus ou moins supposé être son fiancé.

« Anjelica, je suppose que tu es prête, non ? Tu ne peux pas reculer cette fois. Tu as déjà jeté ton gant blanc sur Marie, » déclara Julian.

Sérieusement... pourquoi est-ce que ça arrive ?

Je ne peux pas ignorer Anjelica.

Olivia m’avait attrapé le bras quand j’avais fait un pas en avant.

« Euh... euh... qu’est-ce que tu comptes faire ? » me demanda Olivia.

En regardant son visage empli de malaise, je m’étais demandé pourquoi cette fille était là. Une femme nommée Marie prenait la place où Olivia aurait dû être — en fait, c’était plutôt comme si elle avait enlevé la position à laquelle Olivia était censée être.

... Que dois-je faire ?

Daniel avait agi afin de m’arrêter. « Espèce d’idiot. Pourquoi essaies-tu de t’impliquer ? Cela n’en vaut pas la peine ! »

Raymond était d’accord avec lui. « C’est le genre de duel où le résultat a été décidé avant même que le combat ait commencé. Et puis, que tu gagnes ou que tu perdes, tu ne peux pas ignorer les représentants là-bas. Tes adversaires sont Son Altesse et les autres, tu sais ? »

Les trois m’arrêtaient, mais j’avais souri.

« Eh bien... c’est juste que je déteste ces gars, » déclarai-je.

Ce n’est pas comme si j’étais proche d’Anjelica, qu’on méprisait. Mais je ne peux pas non plus dire que je ne ressentais aucune sympathie pour elle. Mais dans tous les cas, la raison principale pour laquelle je faisais ça, c’était à cause de mes sentiments.

Je m’étais frayé un passage à travers les personnes dans la pièce et j’avais fait un pas en avant en dehors de la foule, amenant tout le monde à attirer leur attention sur moi.

« Ici ! Ic ~ i ! Je serai son représentant pour le duel ~ ! » déclarai-je.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !
    hâte de voir qui va gagner ce duel ^^
    ça promet d'être intéressant.

  2. Merci pour le chapitre !
    Heureusement que notre héro ne voulais pas du tout s’impliquer avec les autre.^^

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Merci pour le chapitre et bonne continuation !

  5. Oooh ! Merci pour le chap ^^ Je me demande, peut-être qu'il pourrait faire un duel pour voir qui rapporterait le plus de matériaux d'un donjon ou affronterait le plus de monstres... Même si ça va sûrement être un duel à l'épée ~

Laisser un commentaire