Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

♥♥♥

Chapitre 5 : De nobles manières

Partie 1

Les nobles du Royaume d’Holfault avaient tous pour origine des aventuriers qui avaient réussi.

Pour cette raison, les aventuriers avaient toujours été vus comme des personnes exerçant une profession respectable, car ils travaillent pour une guilde gérée par le pays... et beaucoup de nobles devenaient temporairement des aventuriers pour suivre leurs ancêtres au cours d’une plus ou moins longue période de leur vie.

Qu’ils suivent les cours réguliers ou avancés, tout le monde s’inscrivait à la Guilde des Aventuriers pour ainsi devenir des aventuriers, et ils suivaient des leçons qui leur permettaient de comprendre pleinement les difficultés que leurs ancêtres avaient rencontrées en leur temps.

Cependant, il s’agissait de l’un des seuls domaines où il n’y avait pas de différence entre les hommes et les femmes, et tous les aventuriers s’inscrivaient sur un pied d’égalité — puis ils allaient tenter de parcourir et de finir les donjons pour que finalement cela devienne une habitude pour certains.

Eh bien ! Quelle qu’en soit la raison, il s’agissait d’une façon pour les jeunes nobles fauchés de gagner de l’argent supplémentaire en tant qu’aventurier afin de pouvoir soutenir leur famille. Il s’agissait donc d’un métier populaire, même à l’académie, et il y a beaucoup d’écoliers qui gagnaient de l’argent comme aventurier pendant les jours de congé et les vacances.

Il semble que mon père et mon frère aîné aient aussi gagné beaucoup d’argent en tant qu’aventuriers.

Cela m’avait fait verser une larme de douleur en pensant à la façon dont cet argent disparaîtrait pour payer les dépenses de divertissement pour les filles, comme les cérémonies du thé ou les cadeaux.

Je n’étais pas préoccupé par l’argent, mais j’étais quand même vraiment ravi d’entendre parler des donjons.

Il n’y avait pas grand-chose à apprécier dans ce jeu vidéo Otome, mais ce donjon faisait partie de la phase « aventure » de ce jeu.

Ce serait amusant, ou plutôt, c’était supposé l’être.

Cela s’était passé en mi-mai.

Il s’agissait du jour où les étudiants de première année devenaient tous des aventuriers et tentaient de s’attaquer à un donjon dans la capitale royale. J’avais jeté un coup d’œil à ce qui m’entourait et j’avais peur d’être visible comme le nez au centre du visage.

« Je m’inquiétais pour mes amis, Daniel et Raymond, et pourtant ils se sont enfuis. Si j’étais dans la même situation, je m’enfuirais aussi. Et même ainsi... ! » déclarai-je à la personne proche de moi.

À côté de moi, alors que je portais un équipement d’aventurier standard, se tenait Olivia, qui essayait encore de s’habituer à son propre équipement.

Je portais une armure de cuir sur des vêtements épais. Des plaques en acier recouvraient certaines zones comme les bras, la poitrine, et le bas des jambes. Il s’agissait de l’équipement qui nous amènerait à nous demander ce qui était exactement fantastique, ou alors, si tout cela n’était pas plutôt axé sur un concept d’élégance. Dans ce jeu vidéo Otome, l’équipement et tout le reste se concentraient quasi exclusivement sur les apparences au détriment du reste, comme de la protection accordée. Une grande partie de l’équipement jetait par la fenêtre l’utilisation pratique, et beaucoup d’étudiants les utilisaient, ce qui me faisait me demander si je pouvais vraiment porter de telle chose en toute sécurité.

Quant à moi ? Et bien, bien sûr que j’avais mis l’accent sur une sécurité sans faille. C’était quelque chose loin d’être élégant, et j’en avais fait de même pour ma camarade.

Olivia avait semblé vouloir s’excuser auprès de moi, puis elle avait finalement réussi à rassembler son courage pour me parler.

« Je-Je suis vraiment désolée. Anjelica a dit qu’elle voulait que tu participes à ça, quoiqu’il arrive. C’était une obligation, » déclara Olivia.

Je savais que même si je me plaignais vers cette Olivia inquiète, rien ne pouvait être fait et cela ne ferait que tourmenter une fille qui n’y était pour rien.

Cependant, aujourd’hui, il s’agissait du jour alloué pour tous les nouveaux étudiants pour aller défier le donjon.

Un groupe inattendu d’individus de ma classe m’entourait.

Un garçon intelligent, grand, sérieux, aux cheveux bleus et aux yeux bleus portait un équipement adapté à la mode, ce qui m’avait fait me demander comment cette chose était censée le protéger. Il s’agissait d’une personne à quatre yeux, euh, oups, qui portait des lunettes.

Seule une longue épée pendait à sa taille.

Il s’agissait d’une cible de conquête et un épéiste sérieux se positionnant à l’avant-garde — eh bien, il était censé être un expert épéiste d’après le jeu. C’est Chris Fier Arkwright, le fils d’un maître épéiste.

Il venait d’une famille bien établie de la cour royale. L’héritier d’une famille de comtes qui avait pris le pouvoir à l’aide de l’épée.

Il y avait aussi un délinquant musclé, aux cheveux roux frisés et aux manches retroussées, qui portait une lance.

Cet homme rude, qui déclarait que sa doctrine était d’acquérir une expérience réelle de l’art de l’épée plutôt que d’étudier, avait déjà défié des donjons avant son enrôlement, et avait vaincu de nombreux monstres.

Il s’agissait aussi d’un personnage cible de conquête. Un guerrier lourd venant d’une maison de comtes.

Il avait l’air d’un délinquant, mais il s’agissait d’un jeune homme riche.

Ses cheveux roux et sa peau bronzée brun clair le rendaient complètement différent d’un jeune homme riche typique.

Son nom était Greg Fou Seberg.

Il ne s’entendait pas très bien avec Chris selon le contexte du jeu, mais je crois qu’il y avait eu un événement amical en cours de route. Ce n’était pas un événement nécessaire pour finir à 100 % le jeu, mais comme l’événement de l’amitié avait permis de faciliter sa conquête, j’étais passé à plusieurs reprises par cet événement, qui avait fait fantasmer les filles sur les choses innommables qui se passaient entre ces deux gars.

Le prince héritier, Julian Rafua Holfault.

Le frère adoptif du prince et héritier d’une maison de vicomtes, Jilk Fier Memoria.

L’héritier d’une maison de comte de l’extérieur ainsi qu’une personne narcissique dont la fierté était la magie, Brad Fou Field.

Le fils d’un maître-épéiste et comte qu’il succédera en tant qu’épéiste, Chris Fier Arkwright.

L’héritier franc d’une famille de comtes dont la doctrine était d’apprendre par l’expérience, Greg Fou Seberg.

Ces cinq personnages étaient les personnages cibles de conquête — les cinq qui pourraient devenir les amoureux de la protagoniste.

Dans le jeu, je les avais mémorisés dans l’ordre suivant : noir, vert, violet, bleu et rouge.

À l’origine, il y avait aussi un beau garçon nommé Kyle qui allait se joindre à nous. Il pourrait être acheté par la protagoniste comme esclave — un serviteur exclusif.

Il était normalement un personnage pratique qui prenait soin de vous personnellement et vous indiquait l’état du compteur d’amour. Dans les batailles, il pourrait utiliser la magie de support, mais il n’était pas là.

Il semblerait qu’il occupait une position qui ressemblait à celle d’un joli petit frère, mais pour moi, c’était comme s’il n’était que le serviteur de la protagoniste.

Je devais mentionner qu’à Holfault, le deuxième prénom « Rafua » est pour les membres de la royauté, « Fier » est pour la noblesse de la cour royale, et « Fou » qui était pour les individus qui venaient de seigneurs féodaux.

Les cinq personnes en faisaient un ensemble complet, et parmi leurs partisans, ceux dont les compétences se démarquaient fortifiaient leur entourage.

Au sein de ce groupe, Olivia et moi étions mêlés.

Alors pourquoi suis-je ici ?

Il s’agissait de quelque chose pour le bien de l’une des cinq personnes.

Olivia était une étudiante d’honneur, et j’étais un aventurier qui avait réalisé un exploit... Je suppose que l’académie voulait que j’escorte Julian tout en le gardant en sécurité dans le donjon.

L’utilisation de chevaliers et de soldats liés à une maison était considérée comme inélégante, de même que l’utilisation de la puissance de sa maison ou de ses proches. Cependant, s’il y avait quelqu’un comme moi qui appartenais à la même génération et qui avait fait de grandes réalisations, il semblerait donc que cela soit une raison suffisante pour que nous agissions ensemble.

Je n’étais pas très versé dans ce domaine, mais je suppose que comme il était problématique d’emmener des soldats ou des chevaliers sans permission, ils avaient décidé de faire appel à d’autres étudiants pour résoudre ce problème.

Même dans l’académie, ce serait quand même un grave problème si Julian était blessé.

Diverses choses s’étaient accumulées, comme les intentions de l’académie et la recommandation d’Anjelica elle-même, ce qui avait donné lieu à ce genre de résultat.

Vous savez... nous entrons dans un donjon maintenant, mais ce que nous allions franchir, ce n’était que les premiers niveaux propices aux débutants.

C’était donc selon moi excessif d’avoir des personnes qui agissaient comme des baby-sitters dans un tel contexte.

Ayant peut-être la même pensée, Julian affichait un visage empli de mécontentement. Cela m’avait fait me remémorer le fait que dans le jeu, cela parlait du fait que la protagoniste déteste ce genre de choses qui lui arrivaient tout le temps.

La fiancée du prince, Anjelica, était aussi dans le groupe alors qu’elle surveillait les environs.

Fondamentalement, il avait été décidé que le sexe n’avait aucune incidence sur l’entrée dans un donjon.

Il s’agissait de l’un des rares cas où l’académie traitait les hommes et les femmes sur un pied d’égalité.

Le groupe comptait une trentaine de personnes.

C’est beaucoup, mais cette fois, notre entrée au donjon ressemblait plus à une visite touristique qu’à une véritable exploration. Il n’y aurait probablement aucun problème pour nous avec ce nombre de personnes.

« Dans tous les cas, il n’y a pas grand-chose que je puisse dire quand on m’appelle pour faire ça, » déclarai-je.

Alors que je regardais autour de moi, Olivia semblait mal à l’aise.

« Peut-être devrions-nous exprimer notre opinion ? » demanda Olivia.

« Je me le demande. Mais bon, je pense qu’il vaudrait peut-être mieux suivre leurs directives, car elles seraient autrement considérées comme un agissement intrusif vis-à-vis d’eux, » répondis-je.

Si je parlais ici de mes intentions réelles, je me demande à qui la protagoniste allait s’adresser, mais je ne voulais pas trop m’impliquer, alors j’avais décidé de garder mes distances.

Est-ce que quelqu’un ici ne va pas s’approcher d’Olivia et mettre en place une bonne ambiance... ? Je pensais à de telles choses, mais je ressentais un sentiment étrangement désagréable en le faisant. Je ne savais pas vraiment pourquoi.

Pourquoi dois-je regarder l’un de ces crétins se rapprocher d’une si bonne fille comme Olivia ?

... Dois-je vraiment le supporter pour l’avenir ?

J’aimerais que l’histoire progresse en demandant à l’un des cinq gars de rendre Olivia heureuse. Sinon, les choses deviendront sérieuses dans ce monde qui restait quelques choses basées sur une trame écrite à l’avance.

Le professeur devant nous avait commencé à expliquer à tout le monde.

« Maintenant, s’il vous plaît, formez des groupes. Si vous arrivez au troisième étage du donjon, revenez à la surface. Ne progressez pas plus loin que ça, » déclara-t-il.

Il avait été décidé que nous formerions cinq groupes de six personnes. Malgré tout, les trente personnes ici présentes avaient convenu de se déplacer tout en étant proches l’une de l’autre.

Julian, celui qui ne devrait en aucun cas être blessé, et sa clique étaient au centre pendant que j’étais à l’avant. Eh bien, c’était très bien ainsi.

Cependant, le problème était de se diviser en groupes.

« Comme je l’ai dit, connais ta place ! » La voix d’Anjelica, pleine de colère, résonnait dans le donjon.

Tout le monde tourna la tête et vit qu’elle se tenait devant Marie.

Le professeur avait paniqué devant la jeune fille d’un duc.

Si l’on examinait l’évolution de la situation, il semblerait qu’il y avait eu un différend au sujet de la composition d’un groupe.

Marie se cachait derrière le prince.

... Elle est très rusée.

« Anjelica, laisse tomber, » déclara le prince.

Anjelica avait répondu à Julian, qui défendait Marie. « Votre Altesse, allez-vous permettre l’égoïsme de cette personne ? »

Marie déplaça ses yeux vers le sol alors qu’elle se tenait derrière le prince. Elle s’accrochait à la manche du prince avec ses doigts. La voir faire ces gestes mignons, comme si c’était son intention, m’irritait étrangement.

« Votre Altesse, je... j’ai pensé que ce serait bien d’être avec vous. Ça ne me dérange pas que vous me refusiez si je vous dérange tant, » déclara Marie.

Anjelica s’était fâchée et elle avait commencé à crier de colère contre Marie.

« Ne t’emporte pas ainsi ! Le statut social de Son Altesse est différent du tien. Je t’ai tolérée jusqu’à présent, mais si tu te comportes comme ça, alors..., » cria Anjelica.

Anjelica affichait une apparence de fureur pure...

Il s’agissait de la même chose dans la réalité et dans le jeu. Elle était un personnage qu’on taquinait comme une bouilloire instantanée qui s’enflammait à la moindre provocation. Il s’agissait de la méchante et de la rivale de la protagoniste.

Je suppose qu’elle s’était fait une image d’elle-même comme une femme angoissée avec un petit coté tentateur, une belle apparence et qui brandissait la puissance de sa maison.

Cependant, dans cette scène... c’était censé être Olivia, celle qui se tient à côté de moi, qui était protégée. Pendant ce temps, Olivia était juste troublée en disant des choses comme « Q-Qu’est-ce qui va se passer !? »

... Elle est étrangement mignonne. C’est différent de Marie.

Je me demandais pourquoi les choses se sont passées ainsi, mais je ne vois qu’une seule cause.

« As-tu remarqué quelque chose de bizarre chez cette Marie ? » demandai-je à Olivia en un murmure.

Olivia avait réfléchi un peu en réponse à mes paroles. « À-À bien y penser. Récemment, elle a été intimidée plus durement que moi. Les individus autour d’elle racontent des choses comme le fait qu’elle est la fille d’un ménage pauvre de vicomtes. »

Un ménage de vicomtes est un rang au-dessus d’un baron.

Cependant, cela ne voulait pas dire qu’ils soient riches. Il y a de nombreux cas où, bien que le rang d’un ménage soit élevé, la fortune et les territoires de ce ménage ne correspondent pas à celui-ci. Dans le passé, les ménages de vicomte disposaient d’un territoire et d’un revenu appropriés, mais à l’heure actuelle, il y en avait beaucoup qui avaient perdu leur territoire ou qui n’avaient tout simplement pas un équilibre entre le rang et la grandeur des terres du ménage.

Pendant que les deux se disputaient, les personnes autour d’eux étaient d’accord avec Anjelica.

« C’est impensable d’être si près de lui devant sa fiancée. »

« Cette fille s’est aussi rapprochée d’autres garçons, non ? »

« C’est incroyable. »

À en juger par les réactions des personnes dans l’entourage, il semblerait que cette fille nommée Marie avait réussi à arracher la position de la protagoniste. Pendant que j’écoutais Olivia...

« Ça suffit ! » Julian fit entendre une voix forte, faisant taire les étudiants qui l’entouraient.

Anjelica avait fait une expression de surprise.

« V-Votre Altesse ? » demanda Anjelica.

Jilk, avec sa grâce habituelle, apparut devant le prince comme s’il allait le protéger. Il se tenait devant Anjelica, tenait sa main droite sur le côté et se plaçant comme s’il allait protéger le prince et Marie.

« Anjelica, je préfère que vous n’incommodiez pas trop Son Altesse, » déclara Jilk.

« L’incommoder ? Je vous dérange ? J’ai jugé que c’était pour son bien..., » déclara Anjelica.

Celui qui s’était attaqué avec ces mots était Greg, qui semblait investi.

Il avait porté sa lance par-dessus son épaule, avait plissé les yeux et avait l’air irrité.

« Il dit que ce genre d’attitude est agaçante. À l’académie, on ne tient pas compte des relations extérieures. Voir ça me fait perdre patience, » déclara Greg.

Personne dans les environs ne pouvait répondre aux paroles d’un héritier d’une famille noble influente. Le prince s’adressa ensuite à l’enseignant.

« Toutes mes excuses. On va faire équipe avec Marie. Il ne nous reste plus qu’à trouver une formation convenable. »

Le professeur avait paniqué et avait hoché la tête à plusieurs reprises.

« D-D’accord ! » déclara le professeur.

Anjelica était stupéfaite, mais je n’avais pas manqué de remarquer le sourire de bonheur de Marie pendant que personne ne la regardait.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    J'imagine que Angelica va rejoindre le groupe de Léon.
    ou pas...

  2. Curieuse de voir la composition des groupes ~ Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire