Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

♥♥♥

Chapitre 4 : La Protagoniste et la Malveillante

Partie 1

Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis la cérémonie de rentrée.

Il n’y avait pas eu d’événements notables pour un Mob comme moi, et je m’habituais enfin à cette vie peu familière à l’académie.

Pour ce qui était du jeu, c’était à peu près à l’époque où la protagoniste finissait de rencontrer les cibles masculines de conquête. Maintenant qu’elle avait terminé de lever les drapeaux en une succession rapide, je suppose que c’était la période où elle se familiarisait avec ses cibles de conquête.

Peut-être que puisque la vraie protagoniste était rusée, c’était le moment où elle pensait à réduire le nombre de personnes à poursuivre ?

Alors, je suppose que c’était à peu près au moment où la méchante se montrait et disait « Apprends à connaître ta position ». Je ne me souvenais pas très bien des détails, car j’avais joué plusieurs fois au jeu et j’avais fini par utiliser la fonction de saut pour ne pas devoir lire le texte.

Eh bien, je vais laisser l’histoire de la protagoniste et de sa rivale en paix sans m’en mêler.

Maintenant que j’avais commencé à m’habituer à la vie dans les résidences étudiantes, j’étais en train de décider avec quels amis m’associer.

Je parle de Daniel et Raymond.

C’était aussi dû au fait que les deux étaient placés près de moi, mais l’environnement dans lequel nous avions été élevés était pratiquement le même. Grâce à cela, les conversations entre nous se déroulaient bien.

Nous étions à un banc dans la cour de l’académie.

Nous trois, nous étions assis alors que nous étions en train de parler des plans pour une cérémonie du thé au début du mois de mai.

« Alors, que faire pour une cérémonie du thé ? Nous devrions probablement choisir qui nous devrions inviter, non ? » demanda Daniel.

Pendant la pause de mai, les filles avaient du temps libre, mais c’était différent pour les garçons. C’était le moment où ils pouvaient inviter les filles aux cérémonies du thé pour réduire la distance qui les séparait.

Ce n’était pas un événement où n’importe qui pouvait envoyer une invitation à n’importe qui comme le ferait un play-boy. Il fallait choisir une partenaire appropriée dans un ménage du même rang pour que cela soit acceptable de l’inviter.

Ensuite, ils devaient effectuer correctement une cérémonie du thé et ne pas être impolis envers leur partenaire.

Les cérémonies du thé étaient devenues un événement non officiel dans l’académie... Eh bien, ils préparaient des leçons pour les garçons sur la façon d’accueillir les femmes comme un gentleman, et c’était ainsi pour qu’ils puissent le mettre en œuvre pendant la pause de mai.

Raymond baissa les yeux vers le sol, alors qu’il comprenait les inquiétudes de Daniel.

« Nous avons nos allocations venant de chez nous, mais nous ne pouvons pas faire une cérémonie du thé luxueuse. N’importe quelle fille serait appropriée tant qu’elle accepte de participer à ma cérémonie du thé, » déclara Raymond.

L’académie coûtait beaucoup de l’argent. Même si nous n’avions pas à payer les frais de subsistance comme les frais de scolarité ou les repas. Les garçons, en particulier, devaient débourser beaucoup d’argent, et c’était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas contourner.

Même si j’avais de l’argent en réserve, ce n’était pas une raison pour le dépenser, et je ne voulais pas m’en servir.

Comment se fait-il qu’on doive dépenser beaucoup d’argent pour faire plaisir à une fille ?

Le problème avec cette cérémonie du thé... c’était que si quelqu’un évitait de le faire ou n’en organisait pas, les filles allaient commencer à répandre des rumeurs à leur sujet dans leur réseau. Elles allaient répandre des discussions sur le fait que cette personne n’avait pas effectué une cérémonie du thé, ce qui la désavantagerait lorsqu’il s’agirait du mariage.

Même s’ils n’étaient pas intéressés par une partenaire, ils avaient quand même besoin de faire une cérémonie du thé de bonne qualité.

De la même façon dont nous, les garçons, partageons nos informations, les filles partageaient aussi leurs informations. Le fait de devenir l’ennemi des filles, c’était les faire répandre de mauvaises rumeurs, ce qui rendait la situation problématique.

C’était encore un autre aspect où les garçons étaient clairement désavantagés. Tout d’abord, comme les filles occupaient une position forte dans les mariages, les garçons se retrouvaient finalement avec une position faible.

Alors, il y avait un problème.

Mes mérites m’avaient permis d’exercer mon indépendance après l’obtention de mon diplôme, et j’étais considéré comme une personne riche par mon entourage. Ils savaient que j’avais mis la main sur des montagnes d’or et d’argent.

« Est-ce que ça veut dire que je dois faire une cérémonie officielle du thé ? Il semble que oui. Pour le dire franchement, ça me déprime, » déclarai-je.

Alors que nous nous sentions déprimés avant la cérémonie du thé de mai, nous avions vu Julian, que l’on pourrait qualifier de gagnant, marcher avec ses sympathisants et les femmes qui l’accompagnaient.

Près de lui se trouvait l’un de ses amis proches et gardes du corps qui était l’héritier d’une famille vicomte — frère adoptif, Jilk Fier Memoria.

Il avait les cheveux longs et vert foncé, ce qui soulevait une question, à savoir si c’était vraiment ses cheveux naturels. Il avait des yeux verts et tombants qui contrastent avec l’éclat vif du prince.

Bien qu’il soit issu d’une famille vicomte de la cour royale, il était aussi un ami proche du prince au point d’être un frère adoptif. Il était évident qu’il se verrait attribuer un poste important à l’avenir.

Les filles qui lui parlaient avaient des cœurs dans leurs yeux, et il y avait des garçons de familles de comtes toujours près de lui qui le suivaient et le servaient avec fierté.

« Allez-vous effectuer une cérémonie du thé en mai, Votre Altesse ? »

« Je veux aussi participer. »

« M-Moi aussi ! »

En regardant les filles qui voulaient être invitées à la cérémonie du thé du prince comme des chiens remuant la queue, nous avions dû faire face à la réalité.

Raymond s’était couvert le visage des deux mains.

« ... Puisque Son Altesse et d’autres familles nobles sont ici, ça va être un gros obstacle, » déclara Raymond.

Daniel avait affaissé ses épaules.

« Quelle comparaison à faire entre lui et nous ! Pardonnez-moi pour ma franchise, » déclara Daniel.

En regardant la scène envieuse du prince et des autres, une fille était arrivée. Elle était entourée de ses partisans. Il était vite devenu évident qu’elle était d’un statut social élevé...

Cette personne était la fille d’une famille ducale — Anjelica Rafua Redgrave. C’était une fille aux cheveux blonds qui semblait briller alors qu’elle maintenant une coiffure montante.

Sa peau blanche était belle et ses yeux rouges étaient féroces.

Ses yeux laissaient une forte impression et allaient vite faire comprendre aux autres qu’elle avait quelque chose de différent de vous.

Il semblait qu’elle et le prince étaient tous les deux des personnes qui avaient naturellement des caractéristiques qui leur étaient propres.

Je crois qu’à l’intérieur, la protagoniste avait certainement quelque chose de grand en son sein. Sans aucun doute, il y avait quelque chose en elle qui faisait reconnaître d’un coup d’œil qu’elle avait une aura différente de celui des individus normaux.

Sinon, j’étais presque sûr que le prince-héritier et les autres cibles de conquête ne se seraient jamais dirigés vers elle.

Bien qu’elle puisse paraître normale, elle, la protagoniste, avait certainement une aura unique qui l’entourait.

« Est-ce la fiancée de Son Altesse, le prince héritier ? »

Les filles entourant le prince et Jilk avaient pris de la distance plus vite que je ne pouvais le dire. Il semblait qu’elles n’étaient pas idiotes pour essayer d’être invitées juste devant la fiancée du prince.

Aucune d’elles n’avait même voulu dire un mot.

Les yeux d’Anjelica étaient un peu acérés.

« Prince héritier, Votre Altesse, j’ai quelque chose à vous dire au sujet de la cérémonie du thé en mai. Est-ce d’accord qu’on y aille ensemble ? » demanda Anjelica.

Au sein de l’académie, on disait qu’il ne fallait pas abuser de l’autorité de leur position ni du pouvoir de leurs parents, mais une telle chose n’était pas possible à arrêter dans le monde réel.

Julian poussa un petit soupir.

« Anjelica, tu agis avec force avec les personnes qui t’entourent. Ici, c’est l’académie., » déclara Julian.

« C’est vrai, je le sais. Cependant... les individus autour de vous sont assez bruyants, Votre Altesse, » déclara Anjelica.

Il n’y avait pas d’imbécile dans l’académie qui irait à l’encontre de la fille d’une famille ducale.

Les filles détournèrent maladroitement leur regard d’Anjelica.

« Je suppose que c’est la rivale de la protagoniste. J’ai l’impression que c’est une ennemie redoutable, » comme je marmonnais ça à moi-même, il restait une fille à l’endroit où la foule s’était dispersée.

J’avais plissé mes yeux en la voyant.

Si Anjelica était décrite comme une femme magnifique, alors cette fille donnait l’impression d’être une petite et mignonne personne.

C’était une fille aux cheveux blonds, aux yeux bleus, une fille d’une famille de vicomte.

Elle s’appelait Marie Fou Lafuan.

C’est quelqu’un que je n’aime pas du tout.

Je m’énervais simplement en la regardant. Pourtant, ce n’était pas un sentiment de haine, c’était quelque chose de plus complexe... Je ne pouvais pas l’exprimer en mots.

Jilk remarqua qu’elle regardait dans sa direction avec ses yeux bleus et il avertit le prince.

« Votre Altesse, » déclara-t-il.

« Hmm ? Aah, c’est Marie. Parfait, je te cherchais. Peux-tu venir par ici ? » demanda Julian.

Le prince avait souri en regardant Marie.

Les sourcils d’Anjelica bougèrent comme si elle avait eu un tic.

Quand l’un de ses partisans lui chuchota quelque chose à l’oreille, elle plissa ses sourcils avec envie.

Marie s’approcha de lui comme elle avait été appelée, et un sentiment de tension s’éleva dans l’endroit.

Il semblait que Daniel, les mains sur le ventre, voulait s’enfuir sur le champ.

« Ne puis-je pas rentrer chez moi ? » murmura Daniel.

Une querelle surgissait près du banc, mais nous nous démarquerions si nous nous levions et nous échappions. Raymond secoua la tête.

« Non. Il vaut mieux ne pas bouger tant que ce n’est pas fini. Tout bien considéré, c’est peut-être celle dont parlent les rumeurs, » déclara Raymond.

Des rumeurs ?

« Raymond, sais-tu qui c’est ? » demandai-je.

Comme j’étais toujours mal à l’aise avec Marie, j’avais posé des questions sur elle, et il s’était avéré qu’elle était relativement célèbre.

« Tu ne sais pas, Léon ? On a parlé d’elle. Elle, Marie avait giflé Son Altesse Julian, » déclara Raymond.

Daniel avait été surpris de l’entendre dire cela.

« ... Ça doit être un mensonge, non ? J’ai entendu dire que lorsqu’elle dînait avec un noble prestigieux, elle a commandé un steak et elle l’a mangé avec vigueur. C’est la rumeur que j’ai entendue, » déclara Daniel.

Cette fois, c’était Raymond qui avait été surpris.

« Hein ? Vraiment ? Je n’ai pas entendu parler d’une rumeur comme ça. Mais, il semblait que Julian lui avait pardonné la gifle en souriant, » déclara Raymond.

Cela s’était transformé en une conversation sur la clémence de Julian, mais cette fille Marie ne connaît-elle pas son entourage ? Et elle mange un steak comme un homme le ferait... Hmm ?

« Gifler... un steak ? » murmurai-je.

Il y avait quelque chose à ce sujet dans mes souvenirs, mais je ne m’en souvenais pas clairement.

Après ça, Marie s’adressa à Julian d’une belle voix.

« Pourriez-vous m’inviter, Votre Altesse ? » demanda Marie.

« En vérité, les garçons ont prévu d’organiser des cérémonies de thé en mai. Comme je n’ai pas vraiment envie d’en tenir une, tape-à-l’œil, j’ai prévu de n’inviter que des gens que je connaissais. Alors, je voulais aussi t’inviter, » déclara Julian.

En entendant cela, Anjelica s’y était opposée.

« Prince héritier, Votre Altesse, il y a aussi des règles pour les cérémonies du thé. Je ne dirai pas qu’il faut qu’il soit voyant, mais qu’elle ait une échelle appropriée —, » déclara Anjelica.

Cependant, Julian n’avait pas cessé.

Puis je m’étais souvenu de cette scène.

— N’était-ce pas l’événement de coercition du jeu ?

Cependant, il ne semblerait pas que la protagoniste soit ici. Quand j’essayais de trouver son visage alors que j’étais mal à l’aise, Raymond semblait s’en être rendu compte.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Raymond.

« Eh bien, il y a quelqu’un que je cherche... Est-ce que l’étudiante d’honneur est ici ? » demandai-je.

Raymond regarda de la même façon les environs, mais secoua la tête.

« Elle n’est pas là. Pour commencer, l’étudiante d’honneur ne se mélangerait pas ici. Écoute, reste calme. Tu dois réfréner à ce que tu ressens jusqu’à ce que la tempête passe, » déclara Raymond.

On ne peut pas s’échapper.

Il y avait parfois des étudiants qui essayaient d’entrer dans la cour, mais qui s’enfuyaient après avoir remarqué l’ambiance étrange. J’étais envieux envers ceux qui avaient pu s’échapper.

Le prince semblait un peu agacé en se disputant avec Anjelica.

« Ça suffit, Anjelica. Ici, c’est l’académie. Je ne suis qu’un étudiant. Tu es ma fiancée, mais ce n’est pas une raison pour que tu t’en mêles autant, » déclara Julian.

Anjelica avait reculé après avoir entendu ça.

« ... Excusez-moi pour mon manque de courtoisie, » déclara Anjelica.

En disant cela et en s’éloignant, Anjelica avait fini par regarder Marie en face avant de partir.

Les personnes qui l’entouraient se tournèrent aussi vers Marie avec un regard dur.

« Toutes mes excuses, Marie. Je t’ai fait te sentir mal, » déclara Julian.

« N-Non, je vais bien. Cependant, est-ce que je peux vraiment y participer ? » demanda Marie.

Jilk haussa les épaules en souriant.

« Son Altesse n’aime pas les formalités. Il espère une cérémonie du thé dans une ambiance légère. Il veut que tu y participes, Marie. De plus, Son Altesse n’a jamais été aussi impatiente d’inviter une femme jusqu’à maintenant, » déclara Jilk.

Jilk gloussa pendant que le prince détournait son regard dans l’embarras.

« D-De toute façon, je veux que tu participes. Bon, allons-y, Jilk, » déclara Julian.

Quand le prince et Jilk avaient commencé à bouger, leurs suiveurs étaient aussi partis. Mais eux aussi regardaient Marie avec un regard compliqué.

Daniel et Raymond avaient semblé revivre après avoir finalement été libérés de la tension, mais j’avais regardé le visage de Marie.

Ne pensant peut-être pas que quelqu’un la regardait, Marie avait négligemment laissé échapper quelque chose pendant un instant. C’était juste un moment, mais elle avait fait un petit sourire.

Après m’être détourné de Marie après avoir vu ça, je m’étais joint aux deux hommes pour quitter les lieux le plus vite possible.

 

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! J'ai une théorie farfelue: et si la protagoniste était en fait le personnage principal lorsqu'il jouait au jeu avant sa mort ?

    • Le personnage de la protagoniste, donc l'étudiante d'honneur était bien le personnage qu'il jouait oui. C'est clairement indiqué déjà avant.

      Mais là, celle qu'on voit là, Marie, n'est pas la protagoniste, car ce n'est pas l’étudiante d’honneur.

  2. Oh j'étais convaincue qu'il s'agissait de la protagoniste... Hmm... Mais il est toujours possible que ce soit une personne réincarnée. Merci pour le chap ^^

    • Ah, ça, je dis rien.

      Celle sur l'image de cette sortie, c'est Marie, la fille d'un noble et elle a les cheveux longs et elle est plutôt planche à repassé.

      La protagoniste, c'est celle sur la bannière ou sur la couverture du tome 1, avec son uniforme et ses cheveux mi-long. On en verra un peu plus prochainement, soit demain, soit après demain, je sais plus trop.

Laisser un commentaire