Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 7

***

Chapitre 4 : Mon cœur

Partie 7

Pour faire court, Wein avait dû le tromper.

« Général, un autre messager du palais royal, » annonça un commandant.

Draghwood fit claquer sa langue et se tourna vers un de ses officiers au visage sombre. « Occupez-vous de ça et sortez-le d’ici. Je n’ai pas le temps de m’en occuper maintenant. »

« Mais, Général, avec tout le respect que je vous dois, si nous rejetons un autre messager, ils pourraient commencer à se demander si quelque chose ne se passe pas… »

« Ils pourraient même ramener les armes de siège que nous avons collectées. »

« Tch… » Draghwood grinça des dents, ne faisant aucun effort pour cacher son impatience.

C’était la différence entre lui et Wein. Le prince héritier était le nouveau chef du royaume. Même s’il n’avait pas tenu sa promesse, il n’avait qu’à se tordre un peu le bras — et il avait le pouvoir d’y arriver.

D’un autre côté, Draghwood n’était qu’un commandant militaire. Il ne pouvait jamais se comparer à l’autorité d’un roi, qui pouvait couper sa tête professionnellement et physiquement chaque fois qu’il le désirait. Draghwood devait continuer à offrir des résultats — des résultats évidents — au roi et à ses vassaux en chef pour les empêcher de lui couper la tête.

Mais il n’avait pas pu le faire. La mine aurait dû être récupérée en une semaine, mais le double du temps s’était déjà écoulé. Les progrès avaient été si lents qu’ils avaient fini par devoir demander des armes de siège, un nouveau plan. Bien sûr, le palais envoyait des messagers pour demander ce qui se passait. Le quartier général avait été en mesure d’esquiver la question et de chasser les messagers jusqu’à présent, mais le temps s’écoulait. C’était comme s’il pouvait entendre la voix du ministre Holonyeh prendre la responsabilité à sa place. Le ministre avait tenu un bouclier dans le dos de Draghwood, mais même cela avait continué à s’effriter.

« … Quel était le message ? » demanda-t-il doucement, faisant une longue respiration.

« Monsieur. Nous devons saisir la mine immédiatement. Pour ce faire… nous devons parvenir à un accord avec Natra. »

C’était au tour des autres commandants de perdre leur sang-froid.

« Absolument débile ! Un compromis — maintenant !? »

« Impossible ! On a versé tellement de sang en se battant pour eux ! Et pour quoi faire ? »

« Général Draghwood, oublions les commérages de la cour royale et allons de l’avant avec l’assaut ! »

Un à un, les commandants avaient rejeté cette décision à l’unanimité. Mais ce n’était pas seulement l’orgueil qui empêchait de mettre fin à la guerre : c’était aussi leur impatience. Ils n’avaient même pas encore reçu d’honneurs de guerre.

À ce stade, ils ne pouvaient espérer que ce nouveau plan leur permette d’obtenir des prix.

« … » Draghwood partageait leurs sentiments, bien sûr, mais avait dû réagir de façon appropriée. « Bien, envoyez un messager à Natra. »

« Général !? »

« Mais c’est… ! »

« Détendez-vous. C’est superficiel. On peut envoyer un messager et sauver la face quand Natra refusera notre offre. En attendant, nous irons de l’avant et reprendrons la mine par la force. Vous voyez ? Tout s’arrange. »

Le plan semblait satisfaire ses officiers, et ils acquiescèrent d’un signe de tête.

« Logan, vous y allez en tant que messager. »

L’homme à qui Draghwood avait parlé était son adjudant. Seul l’un des membres de son personnel de confiance pouvait s’assurer que tous les espoirs de réconciliation soient anéantis.

« Ne leur lèche pas trop le cul, » avait-il prévenu. « Il faut leur donner envie de se battre jusqu’à leur dernier souffle. »

« En fin de compte, les barbares n’ont besoin que de très peu de provocation, n’est-ce pas ? » Logan avait ricané.

« C’est vrai. Mais ne les énerve pas suffisamment pour qu'ils te tuent. »

« Compris. »

Après avoir examiné les conditions de cette proposition pendant quelques heures, leur messager avait été envoyé à la mine.

*

Quand Ninym vit le messager arriver à la réunion, sa toute première pensée fut que ce type n’a pas l’intention de négocier quoi que ce soit.

Logan parlait avec arrogance, même si l’homme assis de l’autre côté de la table était un prince héritier.

« Pour ces discussions, considérez mes paroles comme celles du commandant suprême Draghwood. Cela dit, Prince Wein, vos chiens sont bien dressés. Le général Draghwood a beaucoup d’estime pour eux. »

À ce moment-là, une secousse avait traversé les gardes, faisant irruption dans leur corps. Si Wein ne les avait pas retenus, Logan aurait été embroché sur place.

« Sire Logan, qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui ? Vous n’escaladeriez pas une montagne simplement pour nous provoquer ? » demanda Wein.

« Bien sûr, » grogna-t-il. « Nous ne perdons pas de temps dans de telles activités inutiles. Je suis venu ici dans un seul but : chercher la réconciliation, » avait-il dit, mais les conditions qu’il avait annoncées était absolument absurde.

Les demandes comprenaient le retrait immédiat de la mine, la confiscation de toutes les armes, le retour des résidents de la mine et l’indemnisation pour avoir soudainement saisi le territoire de Marden. Wein ne voudrait pas aller de l’avant avec cette négociation.

« Qu’en pensez-vous, prince Wein ? » demanda Logan.

« Malheureusement, nous ne pouvons pas accepter dans ces conditions, » déclara Wein.

C’était une conclusion évidente.

« Notre objectif est de parvenir à un compromis aussi équitable que possible, » affirma Logan. « Cependant, si vous prolongez cette guerre, j’ai peur que votre tête ne retourne dans votre patrie, séparée de votre corps. »

« Une pensée effrayante, en effet. Cependant, Sire Logan, je m’attends à rentrer triomphalement, » déclara Wein.

« Je vois. On dirait que vous n’êtes entouré que de chiens. Je vous préviens seulement par souci de votre bien-être, mais vous feriez bien de tenir compagnie à ceux qui remettent en question votre propre folie. » Logan se tenait debout. Il semblait que la réunion se terminerait de la même façon qu’elle avait commencé.

Honnêtement. Quelle perte de temps ! En soupirant à l’intérieur, Ninym avait déjà commencé à planifier le nettoyage post-réunion dans son esprit.

Mais quelque chose d’inattendu l’avait arrêtée.

Logan s’était arrêté et avait pivoté quand Ninym avait attiré son attention.

« Vous devriez jeter l’esclave cendrée. Garder une chose aussi sale à proximité n’est pas digne d’un homme de sang noble, » cracha l’émissaire de Draghwood.

« … »

Logan n’était pas conscient du fait que l’air dans la pièce s’était gelé.

Ninym essaya de parler à Wein, mais tous les mots qu’elle voulait dire lui restaient dans la gorge. Par-derrière, elle sentait une énergie inconnue et sanguinaire s’échapper du corps de Wein.

« Sire Logan. » La voix plate de Wein résonna dans la pièce. « Vous avez dit que vos paroles étaient celles du général Draghwood… En êtes-vous sûr ? »

« Elles le sont certainement. Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Logan.

« Oh, ce n’est rien. Dites au général que j’espère qu’il s’occupera de sa santé, » déclara Wein.

D’un regard interrogateur, Logan s’en alla sans un mot de plus.

Même après qu’il soit parti depuis longtemps, Wein était resté assis, immobile. Alors que la tension remplissait et figeait la pièce, Ninym avait pris son courage à deux mains.

« V-Votre Altesse, » s’exclama-t-elle.

« Je t’ai laissée tomber, Ninym, » il l’avait interrompu. « Jiva était différent, alors j’ai été négligent. Les préjugés contre les Flahms sont bien ancrés en Occident. Je n’y pensais pas assez clairement quand je t’ai amenée ici : je t’ai fait beaucoup souffrir. »

« Pas du tout ! Vous n’avez rien fait de tel…, » déclara Ninym.

« Je serai plus conscient à partir de maintenant. Eh bien, je te laisse le reste. Je retourne au quartier général, » déclara Wein.

« … Oui, compris, » répondit Ninym.

Wein se tint debout et se dirigea vers le sommet. Alors qu’elle avait reçu l’ordre de ranger, Ninym ne pouvait que voir son dos disparaître au loin.

Quand il n’avait finalement plus été entendu, Wein avait grogné à ses gardes. « Appelez Raklum. »

Quelques jours après cette rencontre, Marden était enfin prêt à lancer leur attaque. Avec la mine d’or comme scène, la guerre entre Marden et Natra avait atteint son acte final.

***

« Général, toutes les troupes sont en position ! »

« Les échelles ont été placées dans toutes les directions. »

« Nous attendons vos ordres, général. »

Les commandants alignés devant Draghwood bavardaient, parlant les uns après les autres. Il avait poussé un profond soupir et leur avait fait un regard perçant.

« Ça fait trois semaines que la bataille a commencé. On a perdu assez de temps, » déclara Draghwood.

Ce qui était censé être une guerre rapide s’était transformé en un désordre sans nom. Draghwood avait perdu ses hommes à cause de plans sales et méchants, et ses provisions, autrefois abondantes, continuaient de frôler dangereusement le fond.

« Tout ça à cause de mon immoralité. Je vous ai causé, à vous et à tous les autres, de grandes difficultés. »

Une victoire facile avait été traînée en longueur. Il était peu probable qu’il reçoive une reconnaissance ou un prix pour ses efforts. En fait, il y avait plus qu’assez de possibilités qu’il soit jugé comme criminel de guerre, ou quelque chose s’en rapproche.

Mais plus rien de tout ça n’avait d’importance. S’il pouvait vaincre les barbares, il serait satisfait.

« Notre humiliation prend fin aujourd’hui. Le soir venu, nous teindrons cette montagne de rouge avec le sang du fléau étranger. Allons-y ! » déclara Draghwood.

« « Oui, monsieur ! » »

Alors que le soleil brillait à son zénith et qu’ils visaient la mine, Marden était prêt à lancer son attaque à grande échelle.

*

Bientôt, Wein avait eu vent de la nouvelle au sommet.

« Alors, ils sont enfin prêts, hein ? » marmonna-t-il à lui-même. Il avait rapidement donné des ordres au messager. « Nous abandonnons les postes défensifs dans la moitié inférieure de la mine. Rassemblez des soldats pour renforcer la sécurité en haut lieu. »

« Compris ! »

« De plus, dites aux mineurs de faire s’effondrer tous les tunnels à mi-chemin de la montagne et plus bas. Nous ne voulons pas que l’ennemi passe par là, » ordonna-t-il.

« Je m’en occupe tout de suite ! »

Le messager s’était précipité hors de la tente. La seule qui restait, Ninym s’était tournée vers Wein.

« Pouvons-nous tenir le coup ? » demanda Ninym.

« J’en doute. » Sa réponse était concise. « Nous avons gardé le contrôle de la situation en limitant leurs routes d’attaque aux sentiers de montagne. S’ils trouvent leur propre façon de grimper, ce sera une bataille d’attrition. Une fois que ça sera fait, nous n’aurons plus aucune chance. »

« Tu veux dire qu’on n’aurait aucune chance si rien ne changeait. N’est-ce pas ? » demanda Ninym.

« Exactement. » Il avait souri. « Je laisse Hagal commander ici. Recule et soutiens-le, Ninym. »

« D’accord, mais ne meurs pas, Wein, » déclara Ninym.

« Comment pourrais-je ? Je laisse mon cœur ici. Je ne vois pas pourquoi j’accepterais de mourir, » s’exclama-t-il en lui caressant légèrement les cheveux. Et avec ça, il avait quitté la tente.

Raklum l’attendait dehors.

« Votre Altesse. »

« Raklum, quelle est la situation ? » demanda Wein.

« Tout est prêt. Nous pouvons partir à tout moment. »

Wein acquiesça de satisfaction. « Il est temps de rendre visite à cet abruti. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

  2. Ca va saigner ! Notre prince indolent va jouer pour venger l'honneur de Ninym.

  3. Wilfried Le Baron

    Merci pour ce chap!

Laisser un commentaire