Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4 : Mon cœur

Partie 4

« Comment une telle idiotie est-elle possible ? » La voix en colère de Draghwood résonnait à l’intérieur de la tente. Les autres commandants avaient baissé la tête et s’étaient tus. Comme s’ils essayaient d’échapper au poids de sa rage, ils avaient tous revêtu un visage aussi stoïque qu’ils pouvaient le faire.

« C’est trente mille contre cinq mille… ! Comment pouvez-vous ne pas prendre le contrôle d’une montagne ? » s’écria Draghwood.

Trois jours s’étaient écoulés depuis le début de la bataille. Et Marden n’avait absolument rien obtenu pendant ce temps.

Leurs investigations avaient montré que l’armée du royaume de Natra avait placé sa garde principale à la première, deuxième et troisième station : les points critiques. De plus, ils avaient une grande réserve de fournitures cachées à l’intérieur de la mine et un système qui leur permettait de réapprovisionner la ligne de front grâce à une série de points de contrôle pour pouvoir continuer à combattre.

Ce fut aussi un champ de bataille difficile : des tranchées avaient été construites devant chaque jonction, et la terre supplémentaire avait été utilisée pour former un mur raide. Sans compter que les soldats en patrouille étaient les manifestations physiques du pouvoir et de la puissance. Ils avaient intelligemment travaillé ensemble pour repousser les soldats de Marden qui tentaient de grimper et avaient rapidement remplacé les soldats fatigués et blessés par des renforts frais.

Le manque de préparation de Marden s’était manifesté. En un sens, l’armée de Natra avait transformé toute la montagne en une forteresse, tandis que ses hommes avaient erré sur le champ de bataille avec du matériel adapté aux combats sur terrain plat — et non aux assauts des châteaux.

Ils avaient, bien sûr, vérifié les nouvelles voies et les lacunes dans la stratégie de défense de leur adversaire, mais aucun des résultats n’avait mené à quoi que ce soit. Ils étaient coincés dans cette situation difficile. Même leurs ressources considérables continuaient de diminuer, et l’assaut prolongé et infructueux nuisait au moral des soldats.

« Ces fichus barbares sauvages… ! » Le ressentiment de Draghwood refusait de se calmer. Des formes de vie moins nombreuses et inférieures avaient sauté sur lui et l’avaient mené par le nez. Il couvrit son orgueil meurtri par une rage à l’extérieur.

Un messager était arrivé en bondissant dans la tente.

« Toutes mes excuses ! » s’écria le messager.

« Qu’est-ce qu’il y a !? » aboya Draghwood. « Ne voyez-vous pas qu’on est au milieu d’un conseil de guerre ? »

Face à ce regard mortel, le messager trembla pendant qu’il parlait. « Toutes mes excuses. J’ai un rapport important des soldats qui ont été envoyés en éclaireur dans la zone… »

« Eh bien ? » demanda Draghwood.

« Monsieur… La vérité, c’est qu’ils ont découvert de vieux tunnels menant peut-être à l’intérieur de la mine, » déclara le messager.

« Quoi !? » s’écria Draghwood.

Une petite agitation s’était déchaînée parmi les commandants.

« J’ai besoin de détails. Où est-ce que c’est !? » demanda Draghwood.

« Apportez une carte de la région autour de la mine ! » demanda un commandant.

Ils se dépêchèrent d’étaler la carte à l’intérieur de la tente. La mine d’or était au centre et la crête de la montagne encerclait autour d’elle. Le messager avait montré du doigt la zone.

« Ils ont découvert des tunnels près de cette partie de la crête, et quand ils ont enquêté sur l’intérieur, cela semblait clairement artificiel, » déclara le messager.

« Vous voulez dire que la grotte elle-même est naturelle ? » demanda Draghwood.

« Oui, mais prenez-le avec précaution : C’est un rapport de quelques soldats. Mais en se basant sur leurs découvertes, ils se demandent si ceux qui l’ont creusé ont abandonné en arrivant à la grotte, » déclara le messager.

« Ont-ils confirmé où cela mène ? » demanda Draghwood.

« Ça semble long, mais il n’y a pas encore eu de confirmation. Ils voulaient d’abord vous en parler, » répondit le messager.

Le messager avait terminé son rapport et les commandants s’étaient regardés. Au milieu de leur situation difficile, ils avaient trouvé un nouveau chemin qui les menait droit au cœur de leur ennemi. Chacun d’entre eux savait qu’il se trouvait à un carrefour vital et qu’il devait aborder son prochain coup avec prudence.

« Général Draghwood, enquêtons dès que possible. Si les tunnels mènent à l’intérieur de la mine, nous pouvons instantanément changer le cours de cette guerre. »

« Je détesterais perdre mon temps à travailler sur quelque chose d’aussi fastidieux qu’une enquête. Envoyons deux mille hommes ? Heureusement — eh, ce n’est peut-être pas le bon mot — nous avons beaucoup de soldats qui ne font rien. Si c’est un passage qui ne mène nulle part, nous pouvons facilement les rappeler. »

« Ça ne va-t-il pas les alerter ? Je veux dire, nous pourrions enfin avoir la chance de lancer une attaque-surprise, » suggéra un autre officier.

Les commandants avaient continué à échanger des opinions et des stratégies pendant que Draghwood écoutait en silence.

« D’accord, » marmonna-t-il enfin. « Je sais ce qu’il faut faire. »

 

***

Cela faisait une semaine qu’ils avaient commencé à se battre.

Une fatigue générale régnait sur le champ de bataille. Les hommes de Marden n’avaient pas réussi à percer les défenses et les soldats de Natra n’avaient pas pu quitter leur mine fortifiée. Les combats au corps à corps ayant atteint leur point culminant le troisième jour, l’immobilisme devenait rapidement une lutte acharnée.

Cette journée s’était terminée par des affrontements sporadiques près des sentiers. Les deux armées avaient commencé à monter le camp et s’étaient endormies pendant que quelques-uns veillaient.

Tard dans la nuit, il y avait eu du mouvement dans la grotte, entourée d’arbres et à l’abri des regards. Couplée à d’épais nuages qui voilaient la lune, la nuit était sombre et menaçante. L’intérieur de la grotte était aussi noir que si l’obscurité avait été brassée et bouillie, et cela crachait une noirceur d’encre. Une silhouette d’ébène suintait de son entrée.

Pas qu’un seul. Deux, trois, et plus suivirent sans bruit. Puis, en un clin d’œil, le nombre était passé à des douzaines d’autres.

« — Allumez les torches ! »

La grotte avait été inondée de lumière, éclairant un large groupe de quelques dizaines de Natra qui veillaient, et plus d’une centaine de soldats Marden portant leurs lumières brûlantes en formation.

« C’est un piège ! Retraite ! » cria une personne du petit groupe.

« Poursuivez-les ! N’en laissez pas un seul s’échapper ! » cria le groupe impénétrable. Les deux groupes commencèrent à se déplacer simultanément dans un théâtre de chasse et de proie élaboré.

C’est exactement ce que le général Draghwood avait prédit !

Le commandant responsable de ça, Anglyru, s’était joint à cette poursuite dramatique en souriant de satisfaction.

Le troisième jour de la bataille, Draghwood, en découvrant les tunnels, avait dit : « Tout d’abord, nous ne savons pas si les tunnels mènent vraiment à un endroit utile à l’intérieur de la mine. Mais si c’est le cas, il n’y a aucune chance que Natra ne le sache pas, n’est-ce pas ? »

« … Vous avez tout à fait raison. »

Bien sûr, Natra aurait enquêté à l’intérieur de la mine d’or dès qu’ils l’avaient trouvée, puisqu’ils avaient aussi accès aux mineurs et à leurs connaissances. En fait, il aurait été étrange qu’ils ne le remarquent pas.

« Dans ce cas, Natra a deux solutions : soit le détruire pour empêcher les forces extérieures de s’infiltrer dans leur base principale, soit l’utiliser. À mon avis, c’est ce dernier cas, » déclara Draghwood.

« Pourquoi ? »

« Eh bien, voyez-vous, les tunnels peuvent être utilisés comme voie d’évacuation d’urgence et pour envoyer des soldats pour lancer une attaque surprise. Une fois qu’ils réaliseront que nous avons trouvé leurs tunnels, ils peuvent essayer de les enterrer, mais s’ils sont inconscients, cela nous donnera un atout dans notre manche, » déclara Draghwood.

« Comment devrions-nous nous y prendre ? Devrions-nous envoyer des soldats et nous précipiter à l’intérieur ? »

« Non. Il vaudrait mieux piéger ces bêtes, » répliqua Draghwood, faisant un sourire tordu.

En vérité, il avait été profondément humilié par ces barbares et leur contre-attaque efficace. En piégeant les soldats de Natra, il savait qu’il guérirait sa fierté blessée.

En fait, les autres commandants voulaient plus ou moins aller de l’avant avec ce plan, alors personne n’avait fait remarquer qu’il n’avait pas vraiment les idées claires.

« Pour l’instant, nous allons continuer la bataille et les forcer à une impasse, » déclara Draghwood.

« Êtes-vous sûr, monsieur ? »

« C’est très bien ainsi. Si nous entrons dans une impasse, ces voyous verront leur chance et provoqueront des ennuis. Et si les tunnels se connectent vraiment à l’intérieur, il y a de bonnes chances qu’ils utilisent la grotte pour le faire… Anglyru ! » déclara Draghwood.

« Oui, monsieur ! » Anglyru s’inclina rapidement.

« Vous devez conduire 500 hommes au périmètre de la grotte et guetter. À partir de maintenant ! Quand ces types sortent de la grotte en rampant, vous les tuez et vous entrez en trombe pour finir le travail, » avait-il ordonné. « Ils ont peut-être l’avantage maintenant puisqu’ils utilisent les sentiers de montagne pour nous repousser. Mais ils ne représentent aucune menace sur un terrain plat. En plus, c’est une si petite armée que perdre même quelques dizaines d’hommes est un coup fatal. »

« S’il vous plaît, laissez-moi m’en occuper ! Je vais écraser ces chiens pathétiques et les jeter dans la boue ! » déclara Anglyru.

Ces ordres étaient la raison pour laquelle Anglyru s’était caché à l’extérieur de la grotte. Quatre nuits s’étaient écoulées, et maintenant il courait après le lot de fuyards, tout comme prévu.

« Allez ! Allez ! Ne les laissez pas s’échapper ! » il avait aboyé alors qu’il courait dans la grotte, torche dans une main.

Au moins, il savait que les tunnels étaient reliés à la mine d’or. Ça, c’était certain. Quand ils atteindront le centre, lui et ses hommes se précipiteront et se déchaîneront contre l’armée ennemie, et la première victoire de cette guerre serait la sienne.

Ils sont rapides quand il faut courir, pensa-t-il avec mépris et admiration.

Dès qu’ils étaient sortis de la grotte du côté d’Anglyru, il pensait qu’il les avait pris au dépourvu. Mais ils s’étaient retournés presque immédiatement et s’étaient précipités dans la grotte sans une seule victime.

Des bêtes. La bonne chose à faire est de désigner quelques soldats pour gagner suffisamment de temps pour que quelqu’un avertisse les autres du danger qui les attend. Mais je suppose que fuir pour sa propre vie est l’instinct de la nature quand il s’agit de ces animaux.

La vitesse de l’ennemi était tout aussi animale. Même s’il n’y avait guère assez de lumière pour voir quoi que ce soit, ils s’enfonçaient de plus en plus profondément dans la grotte sans trébucher une seule fois.

— Hmph. C’est…

Devant les yeux d’Anglyru se trouvait un tunnel à l’arrière de la grotte noire de jais, dont la périphérie était éclairée par des feux de joie. Il avait surpris les soldats de Natra se précipitant à l’intérieur du chemin rocailleux.

« Ils sont descendus par là ! Poursuivez-les ! » Anglyru s’exclama, légèrement essoufflé.

Non pas que sa condition physique valait la peine d’être notée. Après tout, il courait à toute vitesse en armure et il portait une épée, et autour de lui, les soldats avaient commencé à avoir les mêmes problèmes.

… Hein ? pensa-t-il en commençant, en arrivant à l’entrée du tunnel. Et l’ennemi ?

Bien sûr, Anglyru et ses soldats étaient entièrement équipés. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? Ils venaient se battre. Mais qu’en est-il de Natra ?

… Rien. Rien. Ils n’ont rien sur eux.

Les Marden les avaient poursuivis dans le tunnel. Après tout, c’était les ordres. C’est pour ça qu’ils étaient venus. Attends un peu. Attends. Il y a quelque chose qui cloche. Alors qu’ils s’empressaient de les suivre, une alarme s’était déclenchée dans sa tête.

Leur ennemi n’avait ni armes ni armure, et bien qu’ils auraient dû être pris au dépourvu, ils avaient réussi à s’échapper. De plus, cela avait été visible pendant toute la poursuite, même s’ils auraient dû être en mesure de s’éloigner rapidement les forces de Marden parce qu’ils étaient plus légers de plusieurs dizaines de kilos.

Non, c’est impossible.

Ils avaient continué la fuite, et ils avaient regardé en arrière. Une dizaine de soldats les avaient suivis. C’était un tunnel extrêmement étroit. Il était trop tard pour s’arrêter ou faire demi-tour.

Est-ce que je viens d’être attiré dans un — ?

Dans l’instant qui suivit, un coup de tonnerre retentit dans sa tête, et la conscience d’Anglyru tomba dans les ténèbres.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. La guerre des rats de tunnels. Good Morning Vietnam 😈

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire