Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Mon cœur

Partie 3

« — Juste à l’heure. » Après que Wein se soit assis sur sa chaise au conseil de guerre, ce furent les premiers mots qu’il prononça. À l’intérieur de la tente se trouvaient les commandants. Raklum et Hagal étaient présents. Il n’y avait pas de troubles parmi eux, et tout le monde savait qu’il ne bluffait pas.

« Cela valait la peine d’organiser tout cela à l’intérieur de leur palais royal. Il ne fait aucun doute que l’ennemi cherche un combat rapide, » déclara Wein.

« Ils espèrent nous dominer avec une grande force pour que nous n’ayons d’autre choix que de nous échapper. Si nous ne le faisons pas, ils prendront la mine en une fois. Est-ce que c’est ça ? »

« Ouais. Comme ça, nous avons au moins une chance, » déclara Wein.

Le pire scénario serait de se faire prendre dans une bataille d’attrition où l’armée Natra serait forcée d’épuiser son endurance limitée. Si c’était ce que les Marden voulaient faire, ils auraient préparé quelques milliers de soldats pour surveiller la mine et couper le commerce et l’approvisionnement de Natra — au lieu d’envoyer une armée massive.

Cela aurait été efficace, vu que les régions environnantes étaient toujours sous le contrôle de Marden, et que Wein était dans un endroit semi-isolé. Il ne serait pas facile de maintenir la force de ses troupes et de continuer à protéger la mine si elle ne pouvait pas se réapprovisionner. Si les choses s’éternisaient, on les pousserait dans un coin, et le royaume de Natra serait le premier à lever un drapeau blanc.

Mais Marden n’avait pas fait ça. Ils étaient trop préoccupés par la mine d’or, la bouée de sauvetage de leur nation. Ils ne supportaient pas qu’on leur enlève ça une seconde de plus.

« Il n’y a aucun doute qu’ils ont vraiment lutté pour rassembler 30 000 soldats. Leur armée utilisera une tonne de ressources et de fournitures dès le premier jour, et ils seront certainement à court de gardes le long des frontières du pays. Dans ce cas, ils ne pourront pas continuer très longtemps. Je dirais qu’ils dureront probablement environ un mois, » déclara Wein.

Il en était arrivé à cette conclusion après avoir compilé les informations que ses espions avaient recueillies. C’était très précis.

S’ils résistaient contre Marden pendant un mois et les forçaient à se retirer, Natra serait récompensée par une confiance renouvelée, et Marden pourrait se rendre compte qu’ils n’allaient pas tomber si facilement.

J’aurai peut-être une deuxième chance de me réconcilier… !

Il n’échouerait pas cette fois. Alors qu’il portait cette erreur avec lui, Wein avait annoncé. « Allons-y, tout le monde, ce sera un mois difficile. »

***

Marden avait fait le premier pas. Cela allait sans dire.

Il y avait trois chemins dans les montagnes menant à la mine, et les soldats de Marden se précipitèrent sur chacun d’eux simultanément. Bien sûr, les forces de Natra les attendaient à chaque chemin, et le bruit aigu des combats résonnait dans toute la région.

« En avant ! Rampez sur vos camarades morts s’il le faut ! Continuez d’avancer ! »

« Arrêtez-les ! Faites-les sortir du chemin ! »

De part et d’autre, les cris de colère des soldats et les aboiements des commandements volaient dans toutes les directions. Le champ de bataille était submergé de chaleur et de passion. Mais ce n’était que le début. La détermination à gagner avait refait surface des deux côtés.

« Oh, on dirait qu’après tout, Natra a de la volonté, » déclara le général ennemi.

« Ha-ha-ha-ha, un contact avec la mort peut rendre n’importe qui frénétique. »

« Voir combien de temps ils peuvent tenir le rythme devrait être amusant, » déclara Draghwood.

Dans une tournure inattendue des événements, les commandants de Marden avaient découvert que leur ennemi ne se laisserait pas abattre facilement dès le début de la bataille. En observant leurs adversaires, ils étaient restés parfaitement calmes. La force de l’ennemi n’était que temporaire. En outre, leur propre force militaire avait rendu évident qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter.

En moins de quelques heures, nous devrions pouvoir prendre la troisième station de la montagne…

Dans le palais royal, Draghwood avait fait la ferme promesse que Natra tomberait dans la semaine. À ce rythme, ce serait probablement moins de la moitié de ce temps. Alors qu’il songeait à leur retour triomphal dans un avenir proche, il avait fait apparaître un petit sourire. Puis, comme prévu, ses soldats avaient commencé à s’adapter à la bataille. Un changement de flux se produisit.

Cependant, les choses avaient mal tourné.

« … Qu’est-ce que c’est ? » demanda Draghwood.

Les forces de Marden étaient repoussées.

*

« Qu’est-ce qui se passe… ? » demanda Pelynt.

En jetant un coup d’œil en bas du sommet de la montagne, Pelynt était déconcerté lorsqu’il avait vu la scène ci-dessous.

Comme c’était la guerre et que les habitants de la mine étaient des civils, beaucoup d’entre eux s’étaient réfugiés à Natra. Ceux qui avaient choisi de rester avaient été enrôlés comme soldats. Malgré cela, ils n’avaient pratiquement aucune formation et travaillaient principalement comme ingénieurs militaires.

Pelynt était resté pour continuer à agir en tant que médiateur et se tenait maintenant au milieu d’une zone de guerre. Son cœur tourbillonnait avec des sentiments d’anxiété et de doute en lui. L’ennemi avait trente mille soldats. Trente mille. Après avoir entendu ces chiffres, Pelynt s’était préparé à la mort. Le retour de Jilaat sous la domination de Marden ne lui laisserait plus que quelques années de vie de toute façon. Tomber sur le champ de bataille pour rembourser Son Altesse ne serait pas si mal : c’était sa façon de penser quand il avait choisi de rester.

« Pourquoi avons-nous l’avantage… ? » se demanda-t-il à haute voix.

L’état de la bataille dépassait ses attentes. L’un après l’autre, les soldats de Natra s’avançaient en repoussant les hommes de Marden sur le chemin de la montagne et en bloquant leur chemin.

Tandis qu’il regardait en bas dans la confusion, il entendit une voix derrière lui. « Il y a un certain nombre de raisons. »

Surpris, Pelynt se retourna rapidement avec surprise. « Votre Altesse !? »

« Détendez-vous. Ce n’est pas nécessaire. » Wein tendit la main pour empêcher Pelynt de s’agenouiller alors qu’il s’approchait pour se tenir à ses côtés.

« Tout d’abord, leurs hommes doivent s’être entraînés séparément. Regardez l’arrière de l’armée de Marden. Il y a un groupe blanchâtre là-bas, non ? » demanda Wein.

« O-Oui. Et c’est quoi… ? » demanda Pelynt.

« Ce sont les forces d’élite de leur commandant Draghwood. Ils ont l’air blancs à cause de la lumière qui se reflète sur leur armure. Et qu’en est-il des soldats de Marden au pied de la montagne ? » demanda Wein.

« … Ils ne sont pas très bien équipés, » répondit Pelynt.

« Exactement. » Il hocha la tête. « Le plus gros de leur armée est composé de fermiers, payés pour combattre. Draghwood est trop avare pour utiliser ses élites et il a envoyé les soldats non entraînés en premier au combat. Mais nos troupes ont été entraînées selon les normes de l’Empire, et nous sommes fiers et confiants après les avoir battues la dernière fois. On n’est pas des nuls, » il s’était moqué de la situation. « De plus, à cette période de l’année, il y a un fort courant d’air qui souffle du sommet au pied de la montagne. Grâce à cela, nos flèches peuvent capter le vent et atteindre profondément le cœur de l’ennemi. De l’autre côté, leurs flèches s’écrasent à mi-chemin. Nous avons également placé des gardes dans les angles morts et installé un certain nombre de tranchées pour affaiblir l’attaque ennemie — mais le plus important est ce terrain sur lequel nous combattons. »

« Le terrain ? » demanda Pelynt.

« Cinq mille contre trente mille. Les chiffres sont effrayants d’un coup d’œil, mais jetez un coup d’œil. Combien pensez-vous qu’il y en a qui se battent en ce moment ? » demanda Wein.

En entendant cela, une prise de conscience avait frappé Pelynt. Il y avait trente mille soldats ennemis, mais en réalité, la grande majorité d’entre eux tournoyaient autour d’eux sans rien faire de particulier. Il n’y avait que quelques centaines de personnes qui se battaient.

« Les sentiers de montagne ne sont pas très larges. Il n’y a aucun moyen pour eux de déployer des milliers de soldats. En conséquence, tout cela est passé de cinq mille contre trente mille à quelques centaines de chaque côté, chacun d’entre eux éliminant l’autre. Ça ne vous vient pas à l’esprit, Pelynt ? Les autres ne sont qu’une bande de pique-assiette, alors qu’ils reçoivent des repas sans travail en retour., » déclara Wein.

« Je vois… C’est pour ça que les mineurs se sont soudainement enfoncés dans la montagne. Je suppose que c’était pour créer une plus grande inclinaison pour empêcher les Marden d’avancer en grand nombre, non ? » demanda Pelynt.

« Exactement. Ce n’est pas si mal si vous êtes agile et non chargé par une arme, mais essayer de monter une pente avec des épées et des lances est un enfer. Même si vous arrivez après vous être fatigué, nos soldats vous attendent au sommet. Ils n’ont pas d’autre choix que d’utiliser les routes désignées, » expliqua Wein.

« Cependant, avec tout le respect que je vous dois, et si les Marden fabriquaient leur propre chemin… ? » demanda Pelynt.

« Nous n’aurons pas à nous soucier de cela pendant un moment, » déclara Wein en secouant la tête. « Ils auraient probablement envisagé de faire de nouveaux chemins s’il n’y avait pas de routes du tout, ou si elles étaient plus étroites et moins nombreuses. Mais il y en a trois au choix, et il n’est pas impossible de se battre sur elles. Fabriquer leur propre voie prendrait du temps et nécessiterait les bons outils. » Wein parlait en souriant. « Ils ne sont pas prêts à effectuer du travail supplémentaire. Il est plus facile d’utiliser les chemins tels qu’ils sont — et ils aiment les choses qui sont faciles. À ce stade, ils pensent qu’ils peuvent compter sur la force brute. Mon plan est de leur faire croire ça. »

« … » Enfin, Pelynt avait compris la vérité.

À moins que ce garçon ne soit tout simplement trop gentil, il ne s’était pas battu pour mourir d’une mort honorable pour son peuple. Au fond de l’esprit de Wein, il y avait un monde que lui seul pouvait voir, et il savait avec certitude qu’il y avait un chemin vers la victoire.

« On en reparlera plus tard. Comment avance l’autre affaire, Pelynt ? » demanda Wein.

« Ah… Oui, monsieur ! La construction est terminée et prête à démarrer à tout moment, » déclara Pelynt.

« Bon travail, » déclara Wein.

Les yeux de Wein se fixaient sur un seul point. Le quartier général de Marden. Leur commandant, Draghwood, était probablement là.

« Ces petites surprises devraient leur arracher les cheveux en ce moment, mais… Je vais le garder dans la paume de ma main un peu plus longtemps, » déclara Wein.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre. Une surprise ? Quel genre de surprise ? Je n'aime pas les surprises.

Laisser un commentaire