Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Mon cœur

Partie 1

Depuis que son grand frère était parti à l’ouest pour diriger son armée, Falanya avait consacré du temps, malgré son emploi du temps chargé, à se rendre sur sa terrasse et à regarder dans sa direction chaque jour.

Elle avait compris que c’était une chose stupide et inutile à faire. Ses lettres étaient la preuve qu’il n’était toujours pas revenu. Peu importe combien elle se frottait les yeux, elle savait qu’il n’apparaîtrait pas devant elle.

Elle comprenait en théorie, pas en pratique.

Maintenant qu’elle y pensait, elle avait fait la même chose pendant qu’il étudiait dans l’Empire. À l’époque, elle regardait vers l’est. S’il n’y avait personne pour l’interrompre, elle pouvait continuer à regarder dans cette direction fixement pour toujours. En vérité, avec le roi alité et le prince parti, très peu de gens pouvaient la gronder pour ses actions.

« Princesse, retournez dans votre chambre. Trop de vent n’est pas bon pour le corps. »

L’une de ces personnes, le chambellan Holly, avait appelé de l’intérieur, et Falanya s’était tournée vers une femme âgée et basanée, de taille imposante, aux cheveux courts et à la peau foncée.

Il était rare de voir ceux de sa race — même à Natra. Elle venait du sud du continent, mais Falanya ne connaissait pas les détails. Aussi loin qu’elle se souvienne, cette femme s’était occupée d’elle.

« Encore un peu de temps. Je dois prier pour sa sécurité, » déclara Falanya.

« Que vous priiez sur une terrasse froide ou dans une pièce chaude, je suis sûre qu’on les entendra quand même, » déclara Holly.

« Ce n’est pas vrai. Je pense que Dieu écoute les prières de ceux qui souffrent, » déclara Falanya.

 

 

« Alors je crois que Dieu dirait que vous devriez d’abord prendre soin de vous. En plus, Princesse, ces crêpes chaudes et fraîchement cuisinés peuvent finir dans mon estomac si vous ne faites pas attention, » déclara Holly.

« Oh, mon Dieu, m’attirer avec de la nourriture. Quel sale coup, Holly ! » s’exclama la princesse.

« Mon dieu dit que c’est un péché de gaspiller de la nourriture chaude, » Holly se mit à rire en mettant la table et l’odeur des crêpes jaillit subtilement.

Falanya avait finalement débarqué de la terrasse.

« Nanaki, » s’exclama-t-elle vers le mur.

Un garçon avait émergé de là.

C’était son garde du corps, Nanaki. D’après ses cheveux blancs translucides et ses yeux rouges, il était évident que c’était un Flahm — tout comme Ninym.

« Mangeons ensemble, » déclara Falanya.

« … » Nanaki fit un léger signe de tête et s’assit avec Falanya.

Holly divisa les crêpes en observant cette scène délicieuse.

« Wein dit qu’il va bien dans ses lettres, mais je me demande si c’est vraiment la vérité, » dit Falanya.

« Il n’est pas vraiment le genre de personne à se plaindre de petites choses, n’est-ce pas ? » demanda Holly.

Holly s’occupait aussi de Wein depuis longtemps. Sa personnalité avait traversé différentes phases, mais elle avait toujours pensé qu’il était le genre d’enfant qui gardait ses faiblesses pour lui.

« Ils n’ont aucun problème, » chuchota Nanaki, dévorant sa part des crêpes. « Ninym est avec lui. »

Oui, Ninym Ralei. Elle était son assistante de confiance et sa confidente, et elle était comme une sœur pour Falanya.

« … Oui, Wein et Ninym sont ensemble, » dit-elle.

Elle faisait presque autant confiance à Ninym qu’à Wein. Quand ils étaient ensemble, il semblait qu’il n’y avait rien qu’ils ne pouvaient pas faire.

« Oui, tu as tout à fait raison. C’est pourquoi, avec Wein et Ninym là-bas, je pourrais demander à me joindre à leurs efforts militaires, et —, » commença Falanya.

« Non, » chuchota Nanaki.

« Absolument pas, » réprimanda Holly.

Ses rêves s’étaient vite envolés, Falanya s’était vautrée sur sa chaise.

« C’est incroyablement dangereux, et vous n’avez pas de temps à perdre, Princesse. Vous avez dit que vous vouliez étudier la politique, n’est-ce pas ? » demanda Holly.

« Eh bien, oui, je suppose que oui, » répondit Falanya.

Bien que Falanya ait été élevée avec le plus grand amour et la plus grande attention, elle avait récemment commencé à se plonger dans ses études afin d’aider son frère. Mais au bout du compte, ses études étaient vite devenues un ennui et cela avait mis du temps à porter ces fruits. Elle gémissait inconsciemment à chaque cours.

« Ahhhh… Il doit faire face à des défis que je ne peux même pas imaginer, mais je suis sûre qu’il les relève très bien, » déclara Falanya.

Falanya poussa un petit soupir en pensant à son frère qui galopait vers l’ouest.

 

***

Quant à la situation actuelle de Wein…

« ÇA PUEEEEEEEEEEEEE ! »

Il était dans sa chambre à se tordre d’agonie, loin de l’image digne que sa sœur avait de lui.

« Je suis foutu, royalement foutu. Comment ai-je pu sérieusement penser que je pouvais m’en sortir de cette façon… ? Oui, c’est vrai… Ngaaaaaaaaaah ! » s’écria Wein.

« Je t’avais dit que ta cupidité se retournerait contre toi, » se moquait froidement Ninym, avec son expression sévère.

« En plus ! Les rumeurs se répandent comme une traînée de poudre ! Des rumeurs sur la réunion qu’on vient d’avoir ! » s’écria Wein.

« Nous n’avons jamais fait jurer aux gardes de garder cela secret…, » déclara Ninym.

Alors que Wein et Ninym étaient préoccupés par leur échec, les gardes avaient transmis tout ce qui s’était passé aux soldats et aux résidents de la mine.

L’essentiel de l’histoire avait été réduite à : Marden essaya de tout résoudre avec de l’argent, mais le prince régent refusa fermement pour le bien de son armée et du peuple.

Les gardes qui avaient déjà été emplis d’adoration pour Wein avaient dès lors considéré Marden comme une tribu perfide et sauvage et Wein comme un chef aimable et sage avec une aura de sainteté.

Voici quelques bribes venant des résidents et des soldats en apprenant la nouvelle :

« Salopard de Marden. Comment osent-ils insulter ceux qui ont donné leur vie pour leur pays ? Rien que des bêtes sans cervelle ! »

« Même s’ils pouvaient nous tromper avec de l’argent, ça ne cacherait jamais leurs cœurs vils. »

« Oui, mais on peut toujours compter sur Son Altesse. Même quand ils ont offert assez d’or pour couvrir le budget national, il les a quand même rejetés. »

« C’est notre trésor national. Nous ne pouvons jamais souiller une décision de Son Altesse ! »

Avec cela, la volonté et le moral de l’armée avaient atteint de nouveaux sommets. Les résidents de la mine avaient été émus jusqu’aux larmes et avaient exprimé à l’unanimité leur désir de servir Son Altesse jusqu’à la toute fin de leurs jours.

« Je suppose que ce n’est pas le moment de se retirer… Tout ce que je voulais, c’était vendre la mine et gagner beaucoup d’argent. Pourquoi ça a-t-il dû se passer comme ça… ? » Wein s’était effondré sur le bureau. « Gwaaah. »

Ninym avait essayé de le consoler. « … Je pense que c’est une bonne chose. Qu’il a refusé, je veux dire. »

« Quoiiiiiiii !? Mlle Ninym, qu’est-ce qu’il y a de bien là-dedans ? Mets ta tête droite ! En plus d’être endetté jusqu’aux genoux, j’ai eu l’occasion parfaite de m’en sortir. Et tu es d’accord avec ça !? » s’écria Wein.

« Mais cela aurait signifié accepter les termes de l’ennemi et blesser la fierté de nos soldats. Si tu y penses à long terme, cela aurait pu nuire à ton règne, » déclara Ninym.

« De toute façon, je n’ai pas l’intention de rester responsable de tout ça très longtemps ! En fait, je prévois de vendre le pays à l’Empire à la seconde où je monterai sur le trône, donc — Owwwwwww !?? Arrête d’essayer de me mettre une pomme de terre dans le nez… ! » Il avait réussi à empêcher Ninym de commettre un acte de barbarie et avait récupéré la pomme de terre dans sa main pendant qu’il parlait. « En tout cas, se débarrasser de cette mine n’est pas une question de “si”, le seul problème est de trouver le meilleur moment pour récupérer cette opportunité. »

« Toute l’armée se battra jusqu’au bout pour la garder, il sera donc impossible de la faire renoncer sans une incitation forte, » déclara Ninym.

« Marden va diriger une énorme armée ici. Une fois que nous les affronterons, la fatigue au combat ne manquera pas de frapper durement nos hommes, qu’ils le veuillent ou non, » déclara Wein.

« La force de leur armée est proportionnelle à notre ego. Nos troupes ne seront-elles pas excitées à la place ? » demanda Ninym.

« Je pense qu’il va falloir livrer au moins une bataille, » marmonna Wein, insatisfait. « S’il y a d’autres effusions de sang, leur moral en souffrira. D’ailleurs, même maintenant, Marden espère probablement régler les choses rapidement, même si nous n’avons pas réussi à négocier. S’il y a impasse, on peut se réconcilier avec eux et revendre la mine… ! »

« Tu n’abandonneras pas, n’est-ce pas ? » déclara Ninym.

« Abandonner ? Franchement ! Comment pourrais-je ? En l’état actuel des choses, le coût atteint des sommets. S’il y a de l’or à prendre, je le prendrai avec tout ce que j’ai ! » déclara Wein.

« D’accord, très bien. Alors, dois-je surveiller les mouvements de Marden et me préparer pour le prochain siège ? » demanda Ninym.

« On dirait un plan, » Wein hocha la tête et continua. « Encore une chose. Nous avons quelques informateurs dans leur palais royal, non ? »

« Oui, juste un petit nombre dans les factions Mahdia et Stella, » déclara Ninym.

« Qu’ils laissent entendre que la Stella pourrait faire un geste et qu’ils pourraient bientôt reprendre la mine. Fais en sorte que ce soit aussi naturel que possible, » déclara Wein.

« Je vais m’en occuper, » déclara Ninym.

« J’aimerais aussi parler à Raklum et Pelynt des positions de combat, » déclara Wein.

« Compris. Je les appellerai en chemin, » déclara Ninym.

Ninym tourna le talon et sortit de la pièce. Laissé seul, Wein s’était distrait et avait joué avec la pomme de terre pendant un certain temps.

Il leva les yeux vers le plafond. « On dirait que je ne peux pas laisser la prochaine étape entre les mains de Hagal… Je suppose que c’est mon tour maintenant. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire