Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 6

***

Chapitre 6 : Acte 6

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 1

Dix jours s’étaient écoulés depuis le départ de l’armée du clan de l’acier de Gimlé.

Ils avaient fini de se joindre à la force de trois mille hommes à Myrkviðr, et campaient maintenant sur les terres du plateau dégagé un peu plus à l’ouest.

Devant eux se trouvaient de hautes falaises abruptes, au milieu desquelles passait un étroit col.

Jusqu’à présent, ce passage à travers les falaises avait été la zone tampon entre le Clan du Loup et le Clan de la Panthère.

La guerre était fondamentalement menée avec la force du nombre.

Il était difficile de faire passer une grande armée par un passage aussi étroit, et si l’ennemi était prêt et attendait à l’entrée de l’autre côté, on serait effectivement dépassé en nombre, quoi qu’il arrive.

Aucun des deux camps n’aurait ainsi la possibilité de conclure, et ils seraient donc dans une impasse.

« Eh bien, maintenant que nous avons ces pétards, ça va être un jeu d’enfant ! » déclara Haugspori, avec une attitude insouciante.

L’heure de la rencontre avec l’ennemi approchant, les commandants avaient convoqué un conseil de guerre pour décider de la voie stratégique à suivre.

« Uhh…, » Yuuto s’exclama maladroitement.

Il comprenait pourquoi Haugspori se sentait ainsi. Après tout, les pétards avaient semé la panique dans sept mille troupes ennemies en un instant, menant ses forces à une grande victoire comme il n’y en avait jamais eu auparavant.

Après cela, on pourrait penser que les utiliser revient à garantir une victoire.

Yuuto n’aimait pas l’idée de jeter de l’eau froide sur son optimisme, mais c’était quelque chose dont il devait parler.

« En fait, il n’en reste presque plus. »

« Hein ? » La mâchoire de Haugspori s’était ouverte en grande.

Il semblait qu’il avait tellement compté sur eux que, pendant un moment, il n’avait pas pu comprendre ce que Yuuto venait de dire.

Au bout d’un moment, le déclic s’était produit, et il avait crié : « Qu-Qu-Quoi ? Qu’est-ce qui se passe !? »

« Nous n’avons pas fabriqué ces choses ici, » répondit Yuuto. « Je les ai apportés avec moi de mon pays natal, le Japon. Il n’y en avait donc qu’un nombre limité, vous voyez, et nous en avons utilisé la plupart à la rivière Körmt. »

Pour faire paniquer sept mille soldats, il fallait une quantité suffisamment importante de pétards pour faire le travail.

Il avait superposé trois grands sacs en plastique, puis les avait remplis du plus grand nombre possible avant de rentrer, il y en avait donc eu une bonne quantité. Mais, s’il ne les avait utilisés qu’avec parcimonie, cela aurait causé le risque de permettre à l’ennemi de retrouver un peu de son sang-froid. Il avait donc décidé qu’il valait mieux pécher par excès en les utilisant.

« Leur conception est assez simple, mais sans matériaux modernes, nous aurions besoin de bambou, et ce n’est pas quelque chose que nous pouvons obtenir dans les terres du clan de l’acier. »

« Attendez, alors qu’est-ce qu’on va faire !? » glapit Haugspori.

« Ne vous inquiétez pas, j’ai préparé autre chose que nous pouvons utiliser à la place. Félicia. »

« Bien ! » La belle adjointe de Yuuto répondit comme si elle était prête et attendait son signal, et posa doucement un objet en terre cuite sur la table.

Il était rond, et un peu plus gros que le poing d’un homme.

Il y avait un endroit sur l’objet rond où il semblait y avoir un trou scellé avec du papier mélangé à de l’argile, avec une ficelle qui en sortait.

« Nous utilisons des récipients en céramique au lieu de bambou. Cependant, le processus de base pour fabriquer ces choses est à peu près le même que pour les pétards, et nous pouvons les utiliser de la même manière, » dit Yuuto. « Mon peuple a appelé cette arme le tetsuhau lorsqu’il l’a rencontrée pour la première fois. C’est un type d’arme appelé bombe. »

C’était un tetsuhau — le nom japonais d’une arme explosive vieille de plusieurs siècles, écrit avec les caractères chinois pour « brûler » et « fer ».

La prononciation de ce nom et les caractères chinois utilisés ressemblent fortement au nom japonais des premières armes à feu à mèche, mais leur utilisation et leur conception sont différentes.

Le Japon avait appris à connaître cette arme explosive à l’époque des invasions mongoles au XIIIe siècle.

Les Mongols et les Chinois les avaient appelés zhèntiānléi, un nom souvent traduit en anglais par « thunder crash bomb ».

Il s’agissait d’une sorte de grenade prémoderne, créée en prenant un obus rond en céramique d’environ vingt centimètres de diamètre et en le remplissant de poudre à canon, avec des morceaux de fer et de verre tranchants. Il suffisait ensuite d’allumer la mèche et de la lancer sur l’ennemi.

Leur fonction de base était d’utiliser le bruit fort de l’explosion pour créer la peur et le choc chez les soldats ennemis et leurs chevaux, et ils ne possédaient pas une énorme force létale. Cependant, elle en avait suffisamment pour être également considérée comme une arme dangereuse dans ce sens.

L’incident avec les bruits d’explosions qui avait créé une telle agitation à Iárnviðr un mois auparavant avait été causé par une série d’expériences avec ces bombes.

« Il n’y avait pas de pénurie de matières premières, donc nous avons réussi à préparer une assez bonne quantité de ces choses, » expliqua Yuuto.

La poudre à canon nécessitait trois ingrédients : du charbon de bois, du soufre et du salpêtre.

Le charbon de bois et le soufre étaient relativement faciles à obtenir dans le territoire montagneux du Clan du Loup.

Le principal obstacle était le salpêtre, mais il se trouve que la méthode japonaise de production artificielle de ce produit (inventée vers la fin de la période Sengoku) était déjà connue des habitants d’Yggdrasil.

Le salpêtre était déjà largement utilisé ici — comme pommade médicinale.

Traditionnellement, l’onguent était fabriqué en mélangeant du salpêtre avec d’autres ingrédients reconnus médicalement, tels que du lait, de la poudre de peau de serpent ou de carapace de tortue, de la cannelle, du myrte, du thym, de l’écorce de saule, des figues, des poires, des dattes ou du vin.

Apparemment, il était aussi parfois mélangé à de la bière et pris comme médicament oral.

Normalement, la production d’un lot de salpêtre artificiel est un processus qui prend environ deux ans, mais grâce à sa grande disponibilité ici, ils avaient pu en rassembler suffisamment pour répondre à leurs besoins pour cette campagne.

Sérieusement, cette pommade était vraiment incroyable.

Haugspori avait lentement, timidement, ramassé la bombe, semblant toujours avoir peur qu’elle explose inopinément. « Hmm… Mais quand même, ça ne va-t-il pas être un peu trop lourd ? »

Il l’avait pris dans une main et avait testé son poids.

« Si vous essayez de vous approcher suffisamment de l’ennemi pour le lancer et le toucher, vous recevrez des flèches qui vous tomberont dessus tout le temps. »

Les pétards étaient beaucoup plus petits et plus légers, et leur forme les rendait faciles à attacher aux flèches.

Les hommes de Haugspori étaient tous des maîtres de l’arc et donc, même avec le poids supplémentaire sur les flèches, ils avaient été capables de les tirer sur l’ennemi à bonne distance.

Cependant, quelque chose comme ça ne pouvait pas être attaché à une flèche, naturellement, et même si c’était possible, son poids ferait que les flèches voleraient à une distance bien plus courte que celles de l’ennemi.

« J’ai déjà aussi un plan pour ça, » dit Yuuto. « C’est pour ça que j’ai fait ces bombes aussi petites qu’elles le sont. Si je ne l’avais pas fait, elles n’auraient pas tenu. »

Haugspori regarda Yuuto d’un air perplexe. « Tenir, monsieur ? Tenir sur quoi ? »

Les lèvres de Yuuto s’étaient retroussées en un sourire malicieux.

« Sur notre autre nouvelle arme. »

 

+

Une fois la réunion stratégique terminée, les forces du clan de l’acier avaient repris leur marche vers l’ouest.

Alors que l’armée commençait à avancer dans le passage étroit entre les falaises, l’unité des forces spéciales montée par Sigrun ouvrait la voie, en tête de la formation.

Yuuto avait prédit que les forces restantes du Clan de la Panthère n’auraient que la moitié des forces du clan de l’acier, et les informations provenant des rapports de Kristina semblaient le confirmer.

Cependant, le fait de combattre dans un environnement étroit limitait le nombre de soldats qui pouvaient engager l’ennemi en même temps.

De plus, les cavaliers du Clan de la Panthère étaient tous des guerriers compétents et puissants.

Cela ferait de ce col étroit la topographie parfaite pour que leur petite force puisse combattre l’armée plus massive du Clan de l’Acier.

« Crois-tu qu’ils vont venir ? » demanda Bömburr.

« Ils viendront, » répondit sèchement Sigrun à son vice-capitaine.

Le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, était en fait le grand frère biologique de Félicia, Loptr. Comme Sigrun et Félicia s’entendaient comme larrons en foire depuis leur enfance, Sigrun avait appris à connaître l’homme.

Il était souvent perçu comme insouciant et même un peu stupide par moments, mais il était exceptionnellement doué pour discerner les faiblesses de ses adversaires, et il les frappait sans faute.

Il n’était pas du genre à laisser le clan de l’acier passer sans encombre par ce passage étroit.

« Et cela signifie que nous serons ceux qui gagneront le titre de “Première Lance” pour avoir été les premiers du Clan de l’Acier à rencontrer l’ennemi dans cette guerre, » poursuivit-elle. « On ne peut demander un plus grand honneur. »

Les joues de Sigrun rougissaient légèrement en disant cela, ce qui était plutôt rare pour quelqu’un qui avait habituellement un visage de pierre.

« Oh… je vois. » Bömburr soupira, avec un air troublé sur le visage.

Bömburr avait encore une trentaine d’années, mais ses cheveux avaient déjà reculé jusqu’au sommet de son crâne, et son corps n’était pas aussi mince et musclé que celui de certains de ses pairs, si bien qu’il ressemblait à n’importe quel homme d’âge moyen, terne et sans particularité. Cette apparence physique semblait seulement amplifier l’air de mélancolie qui se dégageait de lui maintenant.

« Quoi ? As-tu peur d’eux ? » demanda Sigrun.

« Oui, je dirais que c’est le cas. » Bömburr rapprocha son cheval de celui de Sigrun et baissa la voix pour qu’elle seule puisse l’entendre. « Je veux dire, ils sont tous meilleurs que nous avec l’arc et les chevaux, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, » reconnut Sigrun sans hésiter.

Elle et son unité étaient passées du Clan du Loup au Clan de l’Acier, mais elles se savaient également les plus fortes combattantes de ce nouveau clan, et en étaient fières.

Selon toute vraisemblance, ils étaient les seuls du Clan de l’Acier à pouvoir affronter les soldats de haut niveau du Clan de la Panthère et à avoir une réelle chance de gagner.

Cependant, une chance réelle était encore le maximum qu’ils pouvaient avoir.

Si, par exemple, un des soldats moyens du Clan de la Panthère et un membre des forces spéciales de Múspell devaient se battre en un contre un, les chances que le soldat des forces spéciales gagne étaient d’environ une sur cinq. C’est dire à quel point la différence d’expertise de combat était grande entre eux.

« Mais ce ne sera pas un problème, » poursuit Sigrun. « Nous avons ceci. »

Elle avait alors brandi une arbalète, l’une des armes qui avaient bien servi le Clan du Loup lors de nombreuses batailles.

Il y avait quelques différences clés entre cette arbalète et celles qu’ils avaient utilisées auparavant.

D’abord, elle était un peu plus grande.

Deuxièmement — et c’est la plus grande différence —, la munition fixée à la crosse de l’arbalète n’était pas un carreau standard, mais une version miniaturisée de la nouvelle bombe à poudre.

« Je suppose que tout le monde a pris l’habitude de les utiliser ? » demanda Sigrun.

« Eh bien, oui, ils l’ont fait, » répondit Bömburr. « Ce n’était pas très difficile, après tout. »

Il avait fait cette déclaration avec nonchalance, malgré le fait que, normalement, un arc de cette taille devrait demander tellement de force pour tirer la corde que même Sigrun aurait du mal à le faire.

***

Partie 2

« Apparemment, ces choses étaient très difficiles à fabriquer, » dit Sigrun. « En fait, ce sont eux, plutôt que la poudre à canon, qui ont demandé le plus de temps. »

Soudain, Sigrun s’interrompit, prépara son arbalète et cria : « Tout le monde, préparez-vous au combat ! Le Clan de la Panthère est là ! »

Elle avait repéré les silhouettes de quelques dizaines de cavaliers au loin devant elle, alignée en cinq colonnes et chargeant dans cette direction.

Avec seulement ce nombre limité, ils n’attaquaient certainement pas dans le but de vaincre les forces de Sigrun.

Ils utilisaient leurs chevaux exceptionnellement rapides pour mener un assaut préventif, puis se repliaient avec agilité avant que leurs adversaires ne puissent récupérer et contrer. Ils se retourneraient alors et tireraient des flèches en arrière sur les ennemis qui les poursuivraient.

C’était sûrement leur intention. En tant que clan de cavaliers nomades, la tactique du « hit-and-run » était leur spécialité.

Sigrun elle-même avait pratiqué la même stratégie contre l’armée du Clan du Sabot, sous le nom de code « Schema B : Mongole. »

« Hmph, ils pensaient donc vraiment qu’une tactique aussi usée continuerait à fonctionner, non seulement contre nous, mais aussi contre Père ? » demanda-t-elle avec dérision. « Escouade de Cranequin ! Allumez les fusées ! »

Alors que Sigrun criait l’ordre, elle alluma la mèche de sa propre bombe… en utilisant un briquet moderne.

La mèche avait rapidement brûlé, et avec un sifflement, le feu s’était transféré sur le papier inflammable de la bombe.

« Feu !!! » cria-t-elle en tirant sur le levier de détente de son arbalète. Le loquet s’abaissa, et la corde claqua, lançant la bombe avec une force incroyable.

Elle était encore loin de la portée des flèches de ses ennemis, ces maîtres avérés de l’arc, le Clan de la Panthère. Et pourtant, sa bombe avait facilement franchi la distance avant d’atteindre sa cible.

Bang !

Elle avait éclaté en fragments avec un bruit de concussion déchirant les oreilles.

Les chevaux des ennemis poussèrent des cris stridents et plusieurs d’entre eux se cabrèrent sur leurs pattes arrière ou se mirent à sauter dans tous les sens, terrorisés.

Une courte seconde plus tard, la volée de bombes lâchée par les hommes de Sigrun avait également frappé, et le chaos s’était rapidement répandu.

En plus du bruit terrible, les fragments de métal et de verre contenus dans les bombes avaient été enfoncés dans la chair des chevaux. Ce n’était pas suffisant pour créer des blessures mortelles, mais cela provoquait une douleur incroyable, ce qui les rendait naturellement encore plus incontrôlables.

Le Clan de la Panthère était le meilleur d’Yggdrasil en matière de maniement des chevaux, mais même eux ne pouvaient rien faire pour calmer les animaux dans cet état.

« Chaaarge ! » cria Sigrun.

Et c’est alors que ses forces spéciales, toujours en formation et en parfaite coordination, avaient donné l’assaut.

Ce n’était même plus un vrai affrontement.

En un clin d’œil, ses combattants avaient abattu la plupart des ennemis, à l’exception de quelques-uns qui avaient réussi à fuir pour sauver leur vie. C’était incontestablement une victoire totale.

Cependant, Sigrun n’avait même pas esquissé un sourire et elle s’était retournée pour s’adresser à ses soldats avec sévérité.

« Ne baissez pas votre garde. Cela pourrait être suivi d’une deuxième et d’une troisième vague d’attaques. Rechargez vos armes ! »

En criant cela, elle avait placé un autre explosif sur la crosse de son arbalète.

Elle avait ensuite fouillé dans le sac à outils fixé à l’arrière de son cheval et en avait sorti un objet plat et circulaire en fer, avec des encoches dentelées tout autour de son bord.

Elle le fixa à un endroit de la crosse, puis sortit un deuxième objet en fer plat, fin et long, mais avec le même genre d’encoches dentelées sur son bord. Elle avait accroché une de ses extrémités à la corde de l’arbalète, et avait ajusté les encoches de son autre extrémité dans les encoches du disque métallique sur la crosse.

Avec cela, l’installation était complète.

Sigrun, saisissant la poignée attachée au disque, elle la tourna en rond, faisant tourner le disque comme on le ferait avec une petite meule.

Dès que le disque avait commencé à tourner, la longue plaque de métal qui y était attachée avait commencé à tirer la corde de l’arbalète avec facilité.

Et ce, malgré le fait que la corde semblait si lourde que même un homme adulte ne parviendrait pas à la tirer.

Il s’agissait de l’arbalète cranequin, qui avait été largement utilisée en Europe au cours du treizième siècle.

Le disque cranté était un engrenage, et il formait un ensemble avec la plaque métallique plus longue, appelé « crémaillère et pignon ». En les utilisant en tandem, on pouvait tirer parti du principe de l’effet de levier mécanique et tirer une corde d’arc avec un poids de traction très élevé en utilisant seulement une petite force.

Dans le monde d’Yggdrasil, où les arcs simples étaient encore la norme, cette technologie offrait un avantage considérable en termes de force et de portée des projectiles.

Il permettait même l’utilisation de munitions comme ces mini-bombes basées sur le tetsuhau, beaucoup plus lourdes que les flèches ou les carreaux standard, et elles pouvaient toujours être tirées hors de portée de l’ennemi.

Ces arbalètes n’avaient qu’un seul inconvénient, un inconvénient rédhibitoire, qui était qu’il fallait environ cinquante secondes pour préparer et tirer un coup. Dans ce laps de temps, un des archers du Clan de la Panthère pouvait tirer dix flèches avec son arc standard.

Cependant, on pouvait aussi avoir son premier tir d’arbalète préchargé et prêt avant le début de la bataille. Associées aux munitions explosives qui servaient à faire paniquer et à désorienter l’ennemi, les deux armes comblaient les lacunes de l’autre, tout en renforçant ses forces. C’était la combinaison parfaite.

C’était la véritable forme de l’arme secrète contre le Clan de la Panthère que Yuuto avait chargé Ingrid de préparer.

+

« Je vois, c’est donc ça… » Hveðrungr murmura amèrement en regardant cette scène du haut d’une des hautes falaises, où il avait observé la bataille du début à la fin.

Lorsqu’il avait reçu un rapport sur les « serpents de feu » écrasant une force de sept mille combattants du Clan de la Panthère, il n’avait pas été capable de se représenter ce qu’ils étaient. Il avait donc décidé de voir par lui-même en utilisant quelques pions jetables : il avait choisi quelques soldats connus pour avoir des problèmes d’insubordination, et les avait jetés sur l’ennemi pour voir ce qui se passait.

Debout aux côtés de Hveðrungr, Narfi déglutit. « Une arme redoutable… plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer, » dit-il, la voix tremblante.

Il était le type de personne qui mettait toujours un point d’honneur à se présenter comme calme et imperturbable, mais son beau visage était tendu par une peur visible.

« C’est vrai. » Hveðrungr avait été obligé d’accepter, même s’il détestait cela.

Sur la base de ce qu’il avait entendu en seconde main, les rapports avaient semblé si absurdes qu’il n’avait pas pu écarter le soupçon que les choses avaient été grandement exagérées par peur.

Cependant, maintenant qu’il l’avait vu de ses propres yeux, c’était vraiment une arme tout aussi terrifiante que ce qu’on lui avait dit.

La description d’un serpent de feu se tordant sur le sol n’avait toujours pas de sens, mais c’était probablement parce que l’arme avait été modifiée et améliorée encore plus au cours du dernier mois.

« Que devons-nous faire, monsieur ? » balbutia Narfi. « Nous ne pouvons même pas nous battre avec une telle arme utilisée contre nous. »

« Grrrhh… » Un grognement douloureux fut tout ce qui s’échappa des lèvres de Hveðrungr.

Hveðrungr était un homme doté d’un grand sens de l’observation, qui pouvait constater sur place les faiblesses de son adversaire, et pourtant, même lui ne parvenait pas à trouver une contre-stratégie appropriée dans cette situation.

Les soldats humains pourraient être informés des propriétés de l’arme, et il devrait donc être possible de supprimer sa capacité à provoquer la panique chez les gens.

Mais de telles explications seraient perdues pour les chevaux.

On pourrait peut-être les entraîner à s’y habituer progressivement, mais pour cela, il faudrait qu’il ait sa propre réserve d’armes, ce qu’il n’avait pas.

Pire encore, il pouvait tirer des munitions bien au-delà de la portée des flèches de son propre clan.

Pour dire les choses franchement, c’était bien au-delà de ses capacités à gérer.

S’il y avait quelqu’un qui pouvait renverser cette situation désespérée, c’était le frère juré de Hveðrungr, Steinþórr, le monstre connu sous le nom de Tigre Assoiffé de Combats, qui avait toujours réussi à défier le bon sens.

Mais Steinþórr était actuellement occupé à traiter avec le Clan de la Flamme, qui avait déplacé ses soldats à la frontière du Clan de la Foudre.

« Cet imbécile a dit qu’il m’enverrait des renforts, et pourtant, le moment venu, il s’avère qu’il est complètement inutile, » cracha Hveðrungr avec mépris.

Il avait fourni au Clan de la Foudre des fonds de guerre ainsi que du fer transformé, coopérant avec eux et les aidant à renforcer considérablement leur armée, et pourtant leur patriarche se révélait être un homme aussi ingrat et infidèle.

Pourquoi devrait-il se soucier de l’ennemi au sud ? Steinþórr aurait dû ignorer quelque chose de si peu important, et venir au secours de son frère de sang. N’était-ce pas là tout le but du Serment du Calice !?

Mais toutes les malédictions égocentriques de Hveðrungr sur les autres ne changeraient rien à la situation sur le terrain ici.

À ce rythme, il ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre que son ennemi se rapproche de lui.

Il ne pouvait pas supporter l’idée de ça.

Perdre contre Yuuto sans même pouvoir se défendre était la seule chose que sa fierté ne pouvait pas permettre. Il devait y avoir quelque chose ! Quelque chose qui marcherait !

Hveðrungr se creusait désespérément les méninges pour trouver une réponse…

« Ah… ! »

Et comme si un éclair d’inspiration avait frappé son cerveau, ça lui était venu.

C’était une idée qui ressemblait vraiment au murmure du diable.

Une stratégie impardonnable, bestiale et répugnante.

Cependant, Hveðrungr n’avait pas reculé devant elle.

Les yeux derrière son masque s’étaient remplis d’une sombre folie, et ça lui avait donné une voix.

« Brûlez-les. »

« Quoi ? Brûler quoi, monsieur ? » demanda Narfi, la voix tremblante.

Il ne savait pas ce que son patriarche voulait dire par là, mais il sentait un étrange sentiment de danger dans la voix de Hveðrungr.

Les lèvres de Hveðrungr s’étaient retroussées en un rictus cruel et narquois. « Brûlez les villages, les villes et les forts sur notre territoire, tous. Brûlez tout, sauf les gens ! »

***

Partie 3

« On a finalement réussi à passer, hein ? » En sortant du col, Yuuto avait poussé un soupir de soulagement, mais il avait froncé les sourcils. « J’aimerais dire que cela signifie que nous pouvons nous détendre pour le moment, mais le fait qu’il n’y ait eu qu’une seule attaque est en fait assez troublant. »

Ce col étroit avait été le terrain parfait pour que le Clan de la Panthère puisse combattre sans se soucier de leur désavantage numérique. Le fait d’être autorisé à le franchir si facilement avait fait soupçonner à Yuuto que quelque chose se tramait.

« Peut-être cela montre-t-il simplement que les bombes étaient efficaces ? » suggéra Félicia.

« Hmm… » Yuuto avait continué à avoir l’air troublé.

Il y avait la stratégie de la forteresse vide à Gimlé, l’utilisation de pétards à la rivière Körmt, l’accord secret avec le puissant Clan de la Flamme au sud, la formation réussie du Clan de l’Acier, la coordination de cette campagne contre le Clan de la Panthère, et maintenant ce passage relativement sûr à travers les falaises à la frontière. Tout semblait aller beaucoup trop bien.

Un malheur arrive rarement seul, et de même, lorsque les choses vont dans votre sens, les bonnes choses ont tendance à s’empiler les unes sur les autres. Ce genre d’élan fait partie de la vie.

Alors, peut-être qu’après toutes les douleurs et les luttes qui ont précédé, c’était le retour du balancier dans l’autre sens.

Cependant, Yuuto ne pouvait pas se débarrasser du mauvais sentiment qu’il avait.

D’après ses expériences passées, lorsque les choses allaient clairement dans son sens, cela signifiait qu’un piège inattendu l’attendait quelque part devant lui.

C’était le cas autrefois, lorsqu’il était tellement absorbé par son propre succès, sans se soucier des émotions de ceux qui l’entouraient, et qu’il avait poussé Loptr à la jalousie, à la folie et au meurtre.

*bsssh !*

Il y avait eu un fort bruit statique provenant de son émetteur-récepteur portatif, suivit d’une voix familière.

« Père… voici Kristina. »

Sa voix tremblait légèrement.

« Qu’est-ce qui ne va pas !? » demanda Yuuto, son visage changeant déjà de couleur.

Kristina était une fille qui agissait toujours de manière stoïque, et qui ne laissait jamais les autres lire ses vrais sentiments. En d’autres termes, quelque chose devait être arrivé pour la secouer assez pour être ouvertement émotionnel.

« Le village… où nous avions prévu d’installer notre camp aujourd’hui… est en feu ! »

 

+

« C’est… ! » Face à la scène qui se déroulait devant lui, Yuuto ne trouvait plus de mots. Il était simplement resté debout, le regard fixe.

Félicia se couvrait la bouche de ses deux mains et tremblait, de grosses larmes perlant dans ses yeux. « Une telle cruauté… qu’as-tu fait, mon frère... »

Les énormes flammes du brasier se balançaient, dégageant des vagues de chaleur qui brûlaient la peau.

Ce n’était pas seulement un ou deux bâtiments, le village entier brûlait.

Et ce n’était pas tout. Des feux avaient également été allumés dans tous les champs et forêts entourant le village.

Les feux qui se déchaînaient semblaient presque vivants, comme un serpent de flammes qui se tordait.

« Il n’y a pas qu’ici, » rapporte Kristina, la mine renfrognée. « Tous les villages de cette région ont été incendiés de la même manière. »

Yuuto avait pu voir que même elle était devenue pâle.

Elle était humaine, après tout. Il était impossible que le fait d’être témoin d’une scène aussi horrible ne soit pas choquant pour elle.

« J’ai moi-même brûlé un village, alors je sais que je n’ai pas de quoi parler, » dit Yuuto. « Mais quand même, c’est horrible. »

« Ce n’est pas vrai, Grand Frère ! » s’exclama Félicia. « C’est complètement différent de Vánagandr. Tu as donné aux gens de ce village ta protection et des soins, n’est-ce pas ? »

Félicia avait jeté un regard douloureux sur certaines des personnes qui avaient échappé au village en feu.

L’un d’eux était complètement couvert de suie, tandis qu’un autre avait des brûlures sur tout le corps. Une mère tenait dans ses bras son bébé, tous deux pleurant.

Yuuto pouvait entendre les sons des gémissements et des pleurs venant de partout, et il avait l’impression que ça lui transperçait la poitrine.

Il ne pensait pas être capable d’oublier ces cris d’agonie de sitôt.

C’était vraiment comme une scène proverbiale de l’enfer.

« Le pillage et la destruction en territoire ennemi est quelque chose que je pourrais au moins comprendre. » La voix de Skáviðr tremblait de fureur. « Mais comment a-t-il pu faire cela aux gens de sa propre nation, ceux qu’il avait le devoir de protéger ? »

Skáviðr était toujours si froid et détaché dans tout ce qu’il traitait, c’était la première fois que Yuuto le voyait si ouvertement en colère.

C’était l’homme qui était devenu l’exécuteur de la peine capitale, assumant un rôle qui allait le faire détester, tout cela pour protéger la paix et l’ordre dans sa nation.

Et lorsque Hveðrungr était encore connu sous le nom de Loptr, Skáviðr avait été son professeur d’arts martiaux.

Mais peut-être que ces choses l’avaient rendu encore plus impossible à pardonner.

« A-t-il finalement perdu la tête !? » s’écria Skáviðr en frappant du poing sur le sol, comme s’il ne pouvait exprimer son indignation autrement.

Yuuto s’était senti aussi profondément affecté que les autres. Mais plus que de la colère, il était traversé par un sentiment de dégoût froid.

« Non, il n’est pas fou, » dit Yuuto. « En fait, il m’impressionne… même si ça me rend malade. Cet enfoiré a vu clair dans ma faiblesse, et m’a frappé là parfaitement où cela fait mal. »

« Que… veux-tu dire ? » demanda Skáviðr.

Yuuto avait fait une grimace de dégoût, et avait répondu : « Maintenant, ces gens n’ont nulle part où vivre. Rien à manger. Leurs champs, et même les forêts, ont tous été brûlés, il n’y a rien qu’ils puissent faire. Les autres villages voisins sont tous pareils. Cela signifie que nous sommes les seuls à pouvoir les sauver. »

« Ah… ! Était-ce son objectif… ? » Le visage de Skáviðr avait été rougi par la colère, mais il s’était rapidement vidé de sa couleur.

« Oui, très probablement, » répondit Yuuto.

Lorsqu’une armée part en guerre, un défi extrêmement important consiste à savoir si et comment elle peut se procurer suffisamment de nourriture.

Transporter des provisions de chez soi jusqu’en territoire ennemi coûtait beaucoup de temps et d’efforts. Comme Yuuto ne voulait pas faire de mal aux habitants locaux, même en territoire ennemi, il stockait toujours une quantité suffisante de nourriture avant de partir en guerre. Mais pour la majeure partie d’Yggdrasil, la pratique courante lors d’une guerre d’invasion était de se procurer de la nourriture localement, à partir de la terre et des habitants.

Si Yuuto voulait sauver ces gens, il devait faire exactement le contraire : distribuer les vivres qu’il avait apportés.

Yuuto grogna et se mordit la lèvre inférieure en signe de frustration. « Si nous aidons tous les réfugiés, il n’y aura jamais assez de nourriture pour nous. »

Lorsqu’il avait entendu la vérité de Saya Takao, Yuuto s’était résolu à devenir un démon sans cœur si nécessaire, sans pitié pour ses ennemis.

Mais face à ces innocents qui avaient perdu leur maison et n’avaient rien à manger, il ne pouvait se résoudre à les abandonner à leur sort, même s’il ne s’agissait pas de ses propres compatriotes.

Hveðrungr avait compris cela à propos de Yuuto, et avait donc choisi ce mode d’action violent.

« Il est allé trop loin, » dit Skáviðr. « Ne se soucie-t-il pas du tout de la façon dont les gens vont percevoir des actes aussi méprisables ? »

« Mais c’est aussi efficace, » répondit platement Yuuto.

C’était la stratégie dite de la « terre brûlée ».

Une nation qui se défend contre une invasion peut choisir de brûler et de détruire ses propres villages et villes, ses pâturages, ses forêts, ses puits et ses réserves de nourriture — tout ce qui pourrait être utilisé par l’ennemi. Ce faisant, elle laissait les envahisseurs sans possibilité de se procurer de la nourriture, du carburant ou un logement.

L’armée du clan de l’acier avait apporté ses propres réserves de nourriture dans la marche, mais pour les autres fournitures, comme le bois de chauffage, ils avaient prévu de se les procurer dans la région.

Sans feu de camp, ils ne pourraient pas faire cuire la nourriture qu’ils avaient apportée.

L’eau était une autre chose qu’ils s’attendaient à pouvoir réapprovisionner localement pendant leur voyage, mais vu la situation, Yuuto ne pouvait pas écarter la possibilité que les puits aient tous été empoisonnés.

Sans bâtiments, ils devraient tous camper dehors, et ils devraient le faire sans arbres.

Les arbres leur auraient donné un minimum de protection contre les éléments, mais sans eux, les soldats auraient vu leur fatigue augmenter fortement.

Et puis il y avait les réfugiés. Selon toute vraisemblance, plus le clan de l’acier progressait, plus ses ennemis détruisaient leur propre territoire, déplaçant encore plus de personnes.

Cela ferait peser un fardeau de plus en plus lourd sur les ressources du clan de l’acier.

Il n’y avait aucun doute que cela ralentirait aussi leur avance.

Expire… inspire… expire… Yuuto avait pris plusieurs longues et profondes respirations.

Le Yuuto de plusieurs mois auparavant aurait décidé de prendre ces réfugiés et de se retirer, empêchant ainsi plus de destruction.

Mais le Yuuto ici présent avait une raison pour laquelle il ne pouvait pas se permettre de reculer.

« D’accord, Grand Frère, » dit Yuuto. « Amène-toi. Je vais jouer à ton jeu. Félicia, donne à manger à ces villageois, et dis-leur de se diriger vers Myrkviðr. Et puis envoie un message par pigeon voyageur à Linéa ! Dis-lui de continuer à envoyer de la nourriture par ici, par charrettes ! »

 

+

« Keh heh heh, petit enfant naïf. » Hveðrungr gloussa de satisfaction à l’annonce que le clan de l’acier distribuait de la nourriture aux déplacés.

C’est exactement ce à quoi il s’attendait.

Celui qui se tenait au-dessus des autres en tant que leur seigneur devait, parfois, prendre des décisions impitoyables.

Se laisser influencer par la compassion pouvait conduire à une décision qui tue cinq ou dix fois plus de personnes qu’elle n’en sauve.

De même, il y avait eu des actions qui avaient semblé barbares et cruelles à la grande majorité des gens, mais qui avaient abouti à un résultat où le plus grand nombre de vies avaient été protégées.

La stratégie de la terre brûlée de Hveðrungr avait été mise en place parce que, après mûre réflexion, c’était la stratégie qui entraînerait le moins de pertes parmi ses propres soldats, et la seule qui lui donnait une chance de victoire.

C’était aussi une ligne de conduite que Yuuto n’aurait sûrement jamais pu imiter s’il avait été à la place de Hveðrungr. Il serait resté bloqué, incapable de franchir une telle ligne.

Même avec toutes ses connaissances tirées de la terre au-delà des cieux, c’était la limite de Yuuto en tant qu’homme.

« Pourtant, tu continues à avancer, » murmura Hveðrungr. « Cela, au moins, est un peu inattendu. »

Le Yuuto que Hveðrungr connaissait aurait probablement reculé après avoir réalisé qu’en avançant davantage, il ferait plus de victimes parmi la population.

Montrer de l’intérêt même pour les sujets de l’ennemi était un niveau ridicule de gentillesse, mais c’était juste le genre d’homme qu’il était.

Le fait qu’il continuait à avancer signifiait que peut-être deux ans de service en tant que patriarche avaient finalement commencé à déteindre sur lui.

« Eh bien, heureusement pour moi, cela joue exactement en ma faveur. » Hveðrungr avait gloussé.

Si Yuuto s’était retiré, la menace immédiate pour Hveðrungr serait passée, mais il n’aurait eu que de lourdes pertes dans son camp.

Il devait au moins faire quelques dégâts en retour, ou rien de tout cela ne vaudrait la peine.

***

Partie 4

Le clan de l’acier avait continué son avancée.

Et sans aucun état d’âme, Hveðrungr avait poursuivi sa stratégie impartiale consistant à brûler tous les villages en amont de la route d’invasion du clan de l’acier.

Le clan de l’acier, lui aussi, avait continué à accueillir les réfugiés.

Même après avoir distribué de la nourriture à tout le monde, l’armée d’invasion avait réussi à se maintenir en vie, ce qui montrait à quel point ils avaient préparé leurs provisions avant de lancer leur campagne.

D’après les renseignements fournis par les espions de Hveðrungr, la personne réponsable de la logistique était le patriarche du Clan de la Corne, Linéa, qui était également devenu le commandant en second du Clan de l’Acier.

Parmi le Clan du Loup, Jörgen était le plus doué dans ce domaine, mais même lui aurait dû avoir du mal à tout préparer lui-même en un mois seulement. Cette fille Linéa était assez impressionnante pour quelqu’un de si jeune.

Enfin, le Clan de l’Acier s’était rapproché à deux jours de marche de la forteresse de Hveðrungr dans la ville de Nóatún, l’ancienne capitale du Clan du Sabot.

C’est alors qu’un rapport de très bon augure était arrivé sur le bureau de Hveðrungr, via son général, Narfi.

« Nous avons de nouvelles informations d’un de nos espions sous couverture, monsieur, » dit Narfi. « Aujourd’hui, une très grande cargaison de fournitures a été expédiée de Myrkviðr par une caravane de chariots. »

« Héhé, et voilà. Je savais que s’ils continuaient à distribuer leur propre nourriture comme des cadeaux, ils allaient atteindre la limite de leur stock. »

Hveðrungr avait serré son poing triomphalement.

En mêlant plusieurs de ses espions parmi les réfugiés, il avait réussi à les intégrer dans le campement du clan de l’acier.

« Vous semblez très heureux, monsieur, » commenta Narfi.

« Oh, je le suis. Avec ça, je peux porter un coup décisif au clan de l’acier. »

« Euh… Monsieur ? S’ils reçoivent plus de provisions, ne vont-ils pas encore plus empiéter sur notre territoire ? Avez-vous peut-être l’intention de brûler aussi Nóatún ? »

L’expression de Narfi était raide quand il avait demandé cela. Il n’avait probablement pas été capable d’accepter ses doutes quant à l’idée de mettre le feu au territoire de son propre clan.

Narfi était connu comme l’un des esprits les plus vifs du Clan de la Panthère, et Hveðrungr en était venu à compter sur lui pour beaucoup de choses, mais apparemment c’était la limite de sa pensée. Apparemment, il n’avait aucune réelle compréhension de la stratégie.

Cependant, si même cet homme était prêt à exprimer ses doutes, cela signifiait qu’il devait déjà y avoir un certain nombre de personnes dans le Clan de la Panthère qui avaient des doutes sur Hveðrungr. Il devait régler ce conflit le plus tôt possible.

« Ton rapport signifie que les choses se sont mises en place avant que je finisse par avoir besoin de brûler la ville. C’est pourquoi je suis soulagé. »

« Je ne comprends pas, monsieur, » dit Narfi. « Pourquoi le réapprovisionnement du clan de l’acier signifie-t-il que nous pouvons leur porter un coup décisif ? »

« Hmph. Pourquoi penses-tu que j’ai attendu si longtemps avant de les combattre, nous faisant reculer et les attirant si loin sur nos terres ? C’était pour étirer leurs lignes d’approvisionnement. »

En effet, tout avait été mis en place pour créer cette situation.

Cette opération allait probablement diminuer le soutien de Hveðrungr au sein du Clan de la Panthère. Cependant, il ne s’en souciait pas.

Avec ça, il pourrait marquer un coup contre Yuuto.

C’était la seule pensée de Hveðrungr en ce moment.

Il avait désigné un point sur la carte étalée sur son bureau, puis avait tracé une ligne vers l’ouest à partir de ce point.

« Leur ligne de ravitaillement s’étend à travers les terres du Clan de la Panthère, sans villes ou forts pour servir de points de contrôle sûrs. Nous avons aussi l’avantage du territoire. Frapper leur point faible ne sera pas une mince affaire. »

« Oh ! Je comprends maintenant ! » Enfin, la compréhension était apparue dans les yeux de Narfi.

Idiot, pensa Hveðrungr avec amertume.

Mais en vérité, il aurait été injuste de reprocher à Narfi son ignorance.

Hveðrungr n’avait aucun moyen de le savoir, mais dans l’histoire écrite, la première utilisation de la stratégie de la terre brûlée avait été faite par les Scythes au sixième siècle avant J.-C., contre les armées envahissantes de Darius Ier, le quatrième roi perse de l’empire achéménide.

Plutôt que Narfi soit dense, la vision stratégique de Hveðrungr était si grande qu’il avait employé une stratégie militaire de près de mille ans en avance sur son temps.

« Si nous saisissons leurs approvisionnements maintenant, ils seront isolés en territoire ennemi et n’auront plus rien pour leurs soldats, » ricana Hveðrungr. « Leur armée de dix mille hommes est bien plus nombreuse que la nôtre, mais maintenant ce grand nombre va devenir un nœud coulant autour de leur propre cou ! »

Les gens avaient besoin de manger pour survivre. Plus il y avait de gens, plus il fallait de nourriture pour les nourrir.

Alors, que se passerait-il si les réserves de nourriture de l’ennemi touchaient le fond ? Tout d’abord, il y aurait indubitablement de petits combats pour le peu qui reste.

Ceux-ci finiront par devenir plus violents et émeutiers, et la chaîne de commandement se brisera, les privant de leur pouvoir en tant qu’armée unifiée.

Si le Clan de la Panthère attaquait à ce moment, les écraser serait aussi facile que de prendre un bonbon à un bébé.

Il est certain qu’ils n’auraient aucune chance de gagner une bataille frontale en ce moment, grâce à la défense du mur de wagons du clan de l’acier et à leurs armes de serpents de feu.

Cependant, d’autres stratégies étaient disponibles.

Hveðrungr pouvait affaiblir l’armée de son adversaire sans jamais le combattre directement.

« Maintenant, allons-y, Narfi, » dit-il avec satisfaction. « Nous sommes sur le point de donner à ces imbéciles un goût d’enfer ! »

 

+

« Ils sont là, » se murmurait Hveðrungr. Il était accroupi dans un fourré, se tenant parfaitement immobile.

Le Clan de l’Acier était déjà passé par cette zone, et elle était donc sous leur contrôle. D’un autre côté, comme tous les forts et autres structures avaient été brûlés au préalable, il n’y avait pas de postes de surveillance gardés. Il n’avait pas été très difficile d’infiltrer la zone avec une petite force.

C’était un autre mouvement rendu possible par la grande mobilité des cavaliers du Clan de la Panthère.

Pour l’instant, cependant, Hveðrungr était à pied, les chevaux de son unité étant gardés hors de vue à une courte distance.

Il regarda à l’extérieur de sa cachette. Loin devant lui, un groupe de soldats armés marchait en formation ordonnée.

Un autre homme caché dans le fourré à côté de Hveðrungr prit la parole.

« Monsieur, je reconnais l’homme au premier rang, » dit-il en louchant sur les soldats éloignés. « Il dirigeait les forces du Clan de la Corne à la rivière Körmt. Je crois que son nom est Haugspori. »

À cette distance, Hveðrungr ne pouvait pas du tout distinguer ces hommes.

Le soldat du Clan de la Panthère à côté de lui en ce moment n’était qu’un combattant ordinaire issu des rangs, sans accomplissement particulièrement remarquable. Mais même ainsi, comme le reste de ses frères nomades, il avait passé sa vie à vivre dans les vastes steppes herbeuses, des milliers de matins et de soirs passés à regarder le soleil se lever et se coucher sur un horizon lointain et dégagé.

Sa vision à longue portée était quelque chose que Hveðrungr, né et élevé dans une ville, ne pouvait espérer égaler.

Si cet homme avait dit que le soldat ennemi à l’avant de la ligne était Haugspori, alors ce devait être le cas.

« Oho, alors il semble que nous ayons la bonne cible, » Hveðrungr sourit.

Il savait, grâce à des informations antérieures, que le patriarche du Clan de la Corne était la personne chargée de diriger la logistique du clan de l’Acier.

Il y avait de fortes chances que Haugspori, l’assistant du commandant en second du Clan de la Corne, ait été chargé des soldats qui gardaient le train d’approvisionnement en chariots.

En fait, il pouvait voir d’ici que ces soldats du Clan de la Corne agissaient très prudemment, scrutant la zone autour d’eux en marchant.

« Le voilà, monsieur, le train d’approvisionnement en chevaux de bât. Il y en a un bon paquet ! »

« Je vois ! Alors c’est exactement comme l’ont dit nos renseignements. Très bien, allez envoyer un message à Narfi tout de suite ! » ordonna Hveðrungr.

« Oui, Monsieur ! » Toujours accroupi, le soldat du Clan de la Panthère s’éloigna rapidement, mais silencieusement à travers les broussailles.

Hveðrungr était resté accroupi, immobile et attendant. Après un court moment, les choses s’étaient mises en marche.

« Attaque ennemie ! Attaque ennemie ! » Des cris retentirent dans les rangs du Clan de la Corne, et la tension les traversa comme un souffle de vent.

Les soldats avaient préparé leurs arbalètes. Hveðrungr se tourna pour regarder dans la direction qu’ils visaient, et vit une escouade de plusieurs centaines de cavaliers se diriger vers eux, soulevant la poussière tandis que leurs chevaux chargeaient.

Naturellement, cette escouade était dirigée par Narfi, qui avait reçu le message que Hveðrungr avait envoyé juste avant.

« Ne paniquez pas, messieurs ! » Haugspori cria. « Le Clan de la Panthère n’est plus une menace pour nous. Unités Cranequin, en position ! Allumez les fusées ! »

À la suite des ordres de Haugspori, ses soldats avaient sorti de petits objets portatifs, qu’ils semblaient presser avec leurs pouces — produisant une flamme instantanément.

Hveðrungr n’avait aucune idée de ce qui venait de se passer.

Au cours de la bataille précédente, il avait été tellement concentré sur l’observation de ce qui arrivait à ses propres soldats qu’il n’avait pas remarqué ce qui se passait alors.

Il était de notoriété publique que pour allumer un feu, il fallait d’abord créer une braise, ce qui nécessitait les bons outils et un peu de temps. Être capable de créer du feu à partir de rien, d’une simple pression du pouce, semblait relever de la sorcellerie.

Sans aucun doute, ça devait être quelque chose de Yuuto.

Si seulement j’avais un outil comme le sien, qui me permettrait d’accéder à un stock de connaissances aussi illimité que le sien…

Hveðrungr avait l’impression de devenir fou de jalousie.

« Feuuuuuuuuu ! »

L’une après l’autre, les arbalètes des soldats avaient tiré leurs munitions rondes en céramique.

Les projectiles avaient volé sur une distance terrifiante, atteignant les cavaliers de Narfi alors qu’ils étaient encore très loin.

Bang ! Ban-ban-ba-ba-ba-ba-ba-bang !

Ils avaient explosé en une succession rapide, produisant une cacophonie qui semblait déchirer l’air.

Le bruit était insupportable aux oreilles de Hveðrungr, même à grande distance, alors il savait que cela devait être bien pire pour les personnes qui y étaient confrontées de près.

En effet, c’était suffisant pour que la charge de Narfi s’arrête complètement.

Les chevaux se débarrassaient en ce moment de leurs cavaliers, ou essayaient de se détacher et de courir dans des directions aléatoires. C’était un spectacle honteux à voir.

« L’ennemi est confus ! » déclara Haugspori. « Combattant de mêlée, charrrrrrge ! »

« Yaaaaahhh !! » Les fantassins du Clan de la Corne poussèrent un cri de guerre, préparèrent leurs lances et coururent en avant.

À la rivière Körmt et dans le col frontalier, cette tactique avait laissé les cavaliers du Clan de la Panthère impuissants à se défendre, mais maintenant ils savaient d’avance que les serpents de feu rendraient leurs chevaux inutilisables. Ils savaient aussi que les serpents de feu n’étaient pas assez puissants pour causer des blessures mortelles.

En partageant ces connaissances, ils avaient fait en sorte que les cavaliers eux-mêmes ne soient plus pris de panique.

La bande de cavaliers de Narfi descendit rapidement, prépara ses arcs et tira. Les flèches s’étaient envolées dans l’air.

***

Partie 5

« Gwah ! »

« Gyaahh ! »

Plusieurs soldats du Clan de la Corne avaient crié lorsque les flèches avaient frappé leur cible.

Cependant, il s’agissait toujours d’une bataille avec des nombres très inégaux.

L’escorte de ravitaillement du Clan de la Corne comptait au moins un millier d’hommes. L’escouade du Clan de la Panthère, en revanche, n’en comptait qu’environ deux cents, car ils avaient besoin de rester peu nombreux pour ne pas être repérés avant leur attaque-surprise.

Les combattants du Clan de la Corne pressèrent le pas, ignorant les flèches qui pleuvaient sur eux, et les combattants du Clan de la Panthère se retournèrent précipitamment et commencèrent à fuir.

« Chassez-les ! Poursuivez-les ! »

« Faites-le ! Descendez-les ! »

« Tuez-les ! »

Les soldats du Clan de la Corne avaient commencé à crier vigoureusement, s’encourageant les uns les autres, et ils avaient commencé à les poursuivre.

Lorsque la promesse de la victoire obscurcit la vision d’une personne, le premier instinct est de poursuivre un ennemi en fuite. C’était un phénomène extrêmement courant sur le champ de bataille.

Tout se passait comme prévu.

Hveðrungr était impressionné par les soldats du Clan de la Panthère. Même sans leurs chevaux, ils avaient toujours un excellent sens de la tactique du « hit-and-run ».

Selon toute apparence, ils semblaient simplement fuir parce qu’ils étaient dépassés par la force de leur ennemi. C’était une belle performance.

« Très bien, le moment est venu ! Tout le monde, suivez-moi ! » cria Hveðrungr en se levant de sa cachette dans le fourré et en courant vers l’avant.

Trois cents de ses meilleurs soldats, triés sur le volet, couraient juste derrière lui à pied.

S’ils ne pouvaient pas utiliser leurs chevaux, ils pouvaient simplement se battre sans eux. Comme cela avait été démontré il y a un instant, le Clan de la Panthère était des combattants d’une habileté magistrale, et être à pied ne changeait rien à cela.

Le son des cris frénétiques de Haugspori résonna au loin. « Gah ! Une embuscade !? Tout le monde, revenez ! Revenez ici ! »

Il était déjà trop tard.

Une fois qu’une formation serrée de soldats s’était mise en mouvement à plein régime, il n’était pas facile de les arrêter. Pire, ils avaient encore des ennemis qui fuyaient juste devant eux. Ils étaient toujours poussés par l’envie de continuer la poursuite.

L’air paniqué, les soldats qui avaient été laissés derrière s’étaient empressés de préparer leurs épées pour protéger les chevaux.

Cependant, presque tout le monde était parti à la poursuite du groupe de Narfi, et ils étaient clairement en sous-effectif maintenant.

« W-waaugh ! »

« Grh ! Protégez les chevaux et les charrettes ! »

« Ha ha ha ha ! Hors de mon chemin ! » s’esclaffa Hveðrungr.

En prononçant ces mots, il avait abattu les défenseurs d’un coup de lame chacun, et lui et son escouade d’attaque avaient pris contact avec le train de ravitaillement.

Il s’était rapidement attaqué aux arbalétriers d’avant, les tuant et prenant leurs serpents de feu. S’il pouvait les ramener et les étudier, il pourrait reproduire la technologie et la faire sienne.

« Très bien, allumez le feu ! » avait-il crié, donnant l’ordre à son assistant.

Avec une telle quantité de cargaison, tout voler serait naturellement trop difficile à gérer. En particulier, Haugspori reviendrait et les rattraperait pendant qu’ils tenteraient de la transporter.

Donc, dans ce cas, la seule option était de le brûler.

La nourriture était une ressource précieuse dans le monde d’Yggdrasil, et la détruire était donc un acte sacrilège, mais Hveðrungr était résolu.

Il avait ricané bruyamment. « Ha ha ha ha ha ! Je t’ai eu cette fois, Yuuto. C’est ma victoire ! »

Il ne restait plus qu’à allumer plusieurs feux dans la cargaison. Une fois leurs provisions détruites, l’armée du clan de l’acier serait bloquée en plein territoire ennemi. Hveðrungr n’aurait plus qu’à regarder et attendre qu’ils se détruisent eux-mêmes.

L’assistant de Hveðrungr avait sorti la tige de bois et l’arc utilisé pour allumer une braise, avait enroulé la corde autour de la tige et s’était mis au travail.

Hveðrungr se tenait au-dessus de l’homme pendant qu’il travaillait, gardant un œil attentif sur ce qui l’entourait… et soudain, il ressentit un étrange frisson.

Ça venait du sixième sens qu’il avait aiguisé en survivant à tant de contacts avec la mort.

Il avait senti l’intention meurtrière de quelqu’un, et il s’était précipité pour faire face à la direction d’où il l’avait sentie.

Il y avait eu un bruit de tissu fouettant l’air, alors que le grand drap couvrant le cheval et le chariot s’était envolé dans les airs.

Les deux choses que Hveðrungr vit ensuite furent des cheveux argentés brillants qui captaient la lumière du soleil, et le flash argenté de la lumière qui se reflétait sur une lame alors qu’elle s’abattait sur lui.

« Nrrgh ! » Avec un grognement, Hveðrungr bougea par réflexe dans cette fraction de seconde, bloquant l’attaque avec sa propre lame nihontou.

« Gwaah ! »

« Gyaah ! »

Des cris de mort avaient retenti juste à côté de lui.

Certains de ses hommes avaient été abattus, incapables de réagir à temps aux autres membres de l’unité des forces spéciales de Sigrun qui étaient sortis de leur cachette en même temps qu’elle.

« Aviez-vous prévu que je ferais ça !? » cria Hveðrungr.

Son épée contre l’épée de Sigrun, son visage près du sien, Hveðrungr lui cria dessus, sa bouche se tordant de rage.

« Bien sûr que oui, » dit froidement Sigrun. « Laisse-moi te dire ce que Père a dit de toi : “Hveðrungr trouve immédiatement la faiblesse de son adversaire, et il ne manque jamais de la frapper.” »

« Grrrghh !! »

« Et maintenant ! Il est temps que je te rembourse pour la honte que j’ai subie lors de notre dernière bataille ! »

+

« Le Clan de la Panthère a attaqué comme tu l’avais prévu, Père, » avait rapporté Kristina par le biais de l’émetteur-récepteur. « Actuellement, les forces spéciales de Múspell sont engagées dans un combat contre eux. J’ai également confirmé la présence d’un homme masqué. Je crois que c’est le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr ! »

Yuuto avait serré les poings. « Je vois ! Alors, très bien ! On va se dépêcher par là aussi ! »

Il semblerait que Rungr soit tombé dans son piège.

« Avec le gain maintenu, déplacez-les, avec des hommes prêts, attendez-les. »

C’était la phrase de Sun Tzu que Yuuto avait appliquée lors de sa bataille à la rivière Körmt, et elle décrivait le type de stratégie qu’il maîtrisait le mieux.

Ce jour-là, il y a deux ans, lorsque Loptr avait commis son horrible crime, Yuuto avait appris de la manière la plus douloureuse qui soit combien il était important de prendre en compte les sentiments des autres, et les conséquences de ne pas le faire.

L’expérience du regret amer au début de sa croissance en tant que jeune homme restera à jamais dans son cœur comme une force d’autodiscipline.

Depuis lors, il avait pris l’habitude de toujours essayer de s’imaginer à la place des autres et de considérer les choses de leur point de vue.

Comme il avait continué à pratiquer cela avec assiduité au cours des deux années suivantes, cela n’avait pas seulement contribué à former son sens de l’équilibre entre les besoins et les désirs des gens en tant qu’administrateur et homme d’État. Elle lui avait également permis d’améliorer ses compétences en tant que commandant militaire, en cultivant en lui le pouvoir de prédire les pensées et les motivations de ses adversaires à un niveau stupéfiant.

Si l’on utilise la stratégie de la terre brûlée contre un ennemi envahisseur et que celui-ci poursuit son avancée, la prochaine action appropriée contre cet ennemi serait de couper ses lignes de ravitaillement étirées et de l’affamer. C’est la théorie militaire standard, glanée à partir d’exemples historiques.

Dans l’exemple de Darius Ier envahissant les Scythes en Europe, cette stratégie avait conduit à ce que Darius Ier soit contraint d’interrompre son invasion et de se retirer, alors qu’il disposait d’une armée des dizaines de fois plus nombreuse que celle des Scythes.

Yuuto avait rapidement tiré la conclusion que Hveðrungr visait le même résultat.

S’il comprenait ce que son adversaire voulait faire, et ce qu’il souhaitait gagner, alors le reste était simple. Comme dans les enseignements de Sun Tzu, tout ce qu’il avait à faire était de tendre un piège, et d’attendre.

En l’occurrence, son ennemi s’en prendrait au train de ravitaillement, aussi Yuuto avait-il ordonné à Sigrun et à ses forces spéciales de se cacher parmi les chevaux et les marchandises.

Bien sûr, si vous voulez tromper vos ennemis, vous devez commencer par tromper vos alliés.

Yuuto avait divulgué de fausses informations (pas trop largement, pour que ça ne soit pas trop évident) qui désignaient ce train de chevaux comme étant celui avec la nourriture. Il avait fait cela pour que la fausse information tombe dans les mains des espions qu’il pensait être mêlé aux réfugiés.

Il était juste reconnaissant qu’ils semblent avoir mordu à l’hameçon.

« Quand même, penser que le commandant en chef participerait personnellement à une mission aussi dangereuse… Je suis stupéfait qu’il ait pu faire ça. » La voix de Kristina dans l’émetteur-récepteur était stupéfaite, mais pas impressionnée.

Son père biologique et son père juré étaient tous deux des patriarches de clan, et tous deux étaient des hommes qui donnaient calmement des ordres depuis l’arrière.

Quant à elle, si Kristina s’est aventurée en territoire ennemi lors de ses missions, si elle se sentait en danger, elle se retirait immédiatement, et elle ne tentait pas d’infiltrations qu’elle jugeait impossibles.

Ainsi, pour elle, le choix d’action de Hveðrungr dans ce cas avait dû sembler assez imprudent. Après tout, il aurait pu confier l’attaque entièrement à ses subordonnés.

« Être capable de diriger soi-même depuis les premières lignes est aussi une qualité importante chez un commandant, » dit Yuuto. « Mais dans son cas, c’est plutôt parce qu’au bout du compte, il ne peut pas faire confiance à d’autres personnes. »

C’était un autre domaine où Yuuto et lui étaient complètement opposés.

Lors de son arrivée à Yggdrasil, Yuuto n’avait rien pu faire. Il avait donc appris à ne pas avoir de problème à respecter les autres qui pouvaient faire ce qu’il ne pouvait pas faire, ou à compter sur eux pour l’aider.

D’un autre côté, Hveðrungr était un homme qui pouvait faire à peu près tout. Peu importe ce que c’était, il pouvait trouver comment le faire mieux que la plupart des autres personnes.

À cause de cela, il s’était habitué à l’idée que le résultat serait toujours plus fiable s’il faisait quelque chose lui-même plutôt que de le laisser aux autres. Cette façon de penser était désormais ancrée en lui et, par conséquent, plus la tâche était importante pour lui, plus il se sentait obligé de la faire lui-même.

C’est pourquoi, quand Yuuto avait été nommé patriarche, Loptr était entré dans une telle rage.

C’est pourquoi, lors de la bataille de Náströnd, il avait personnellement mené le petit groupe de quelques dizaines de cavaliers pour percer les défenses de Yuuto.

C’est pourquoi, lors de la récente bataille de la rivière Körmt, il avait pris la tête de la petite force qui avait traversé la rivière pour attaquer le flanc du Clan de la Corne.

C’est pourquoi, lorsqu’il avait encerclé la ville de Fólkvangr, il avait personnellement dirigé la force qui l’avait fait.

Et donc, cette fois…

« Cette bataille déterminera le cours de la guerre, donc je savais qu’il se joindrait certainement à l’attaque lui-même, » dit Yuuto. « Maintenant, Grand Frère, c’est échec et mat ! »

***

Partie 6

« Ah ! » cria Sigrun.

« Khh ! » Hveðrungr avait réussi à bloquer son coup d’épée diagonal avec sa propre lame. L’impact avait envoyé une sensation de picotement dans ses mains.

« Haaaaah ! »

Sigrun enchaîna avec une attaque si rapide qu’à ses yeux, elle semblait laisser dans son sillage des images de lumière argentée.

« Graaagh ! »

Hveðrungr avait réussi à s’en défendre, mais il n’avait pu dissimuler la détresse qu’il ressentait.

Elle était si rapide. Rapide, et pourtant chacune de ses attaques était lourde et puissante.

Mais surtout, son maniement de l’épée ne souffrait d’aucune hésitation. Chaque coup était véritable et sans hésitation.

Elle semblait être une personne complètement différente de la dernière fois qu’il l’avait affrontée.

Hveðrungr avait assisté Sigrun dans son entraînement à l’épée de nombreuses fois lorsqu’elle était plus jeune. Il avait une connaissance approfondie de son style de maniement de l’épée, sans parler des particularités de sa forme qui lui étaient propres.

Pourtant, même en dépit de cela, c’est lui qui avait été dominé en ce moment.

En y repensant maintenant, à Gashina, ils s’étaient affrontés juste après que Yuuto ait été banni de force dans son monde d’origine. Sigrun avait dû être terriblement secouée.

Peut-être qu’il ne l’avait pas affrontée dans toute sa force.

Il n’avait jamais imaginé que la fille deviendrait une combattante aussi puissante !

« Ha ! » Hveðrungr déplaça le centre de force derrière son swing, essayant de faire dévier l’attaque de Sigrun.

« Hmph ! » Sigrun sentit le changement, et ajusta de façon magistrale l’angle de la force derrière son swing, essayant plutôt de déséquilibrer Hveðrungr.

Même quand il avait essayé d’utiliser la technique du saule sur elle, elle l’avait contré.

« Rrrgh, sois maudite, petite fille stupide ! Ne sois pas insolente ! » cria Hveðrungr.

S’il restait sur la défensive, alors elle le coincerait. Il prit donc tous les risques en se jetant en pleine offensive.

Il déclencha une furieuse série de quatre attaques.

La première frappe avait été celle de Skáviðr.

La deuxième frappe venait de Váli, l’ancien général du Clan de la Panthère.

Le troisième était celui de Jörgen.

Le quatrième était de Narfi, son général compétent et son aide.

C’était la technique ultime de Hveðrungr, l’épée des mille illusions. À chaque coup, il transformait sa technique d’épée en celle d’une personne différente, reproduisant leurs styles et leurs particularités personnels. Cela pouvait rendre l’adversaire perplexe et créer une ouverture dans sa garde.

C’était un exploit spectaculaire, rendu possible uniquement grâce à sa capacité à voler sans vergogne les techniques des autres, à condition de les avoir vues au moins une fois.

Il l’avait utilisé sur Sigrun lors de leur précédente bataille, et cela lui avait permis de lui infliger une blessure à la main.

Ça marchait aussi cette fois. Même si Sigrun était devenue très impressionnante, elle avait du mal à suivre le rythme d’une épée qui se transformait à chaque attaque. Elle avait besoin de tout ce qu’elle pouvait rassembler pour se défendre contre ses attaques, et la dynamique de leur combat s’inversa.

Cependant, Hveðrungr savait qu’il ne pouvait pas prendre son temps. S’il était dans un piège tendu par ses ennemis, alors il devait sortir d’ici tout de suite. Il n’avait pas le luxe de pouvoir se battre à loisir, il devait en finir maintenant.

« Ça arrive ! ᛈᚻᚨᚾᛏᛟᛞ ! » Hveðrungr avait lancé le sort Galdr « Mirage » en se jetant sur elle avec une attaque de poussée à pleine puissance.

Ce sort affecterait les sens de Sigrun, faisant apparaître la pointe de son épée comme floue et divisée en deux.

À cet instant, l’attention de Hveðrungr fut soudainement attirée par les yeux de Sigrun, qui se rétrécirent légèrement.

Instantanément, il sentit tous les poils de son corps se hérisser.

D’un simple mouvement de tête, Sigrun esquiva facilement l’attaque mortelle, ignorant complètement l’illusion créée par le Mirage, et s’élança en avant.

« Khh ! » Sans réfléchir, Hveðrungr avait fait un bond en arrière.

Il ne l’avait pas fait parce qu’il savait ce qui allait arriver. Il n’avait fait qu’obéir au sixième sens en lui, car il sonnait l’alarme plus fort que jamais.

« Haaah !! » La lumière argentée de la lame de Sigrun avait été projetée en avant.

C’était à une vitesse incomparable à tout ce qui existait auparavant.

Aussi habile qu’il soit, Hveðrungr n’avait pas pu réagir à temps.

« Agh… !? » Hveðrungr avait senti une douleur se propager dans sa poitrine.

Mais ce n’était que faible douleur. D’une manière ou d’une autre, il s’en était sorti avec une simple éraflure. S’il avait été un tant soit peu plus lent à sauter en arrière, il serait sûrement en deux morceaux maintenant.

Il vit que Sigrun avait déjà terminé son coup d’épée, et qu’elle ramenait sa main pour en déclencher un second.

« Merde !!! » Sans se soucier de l’honneur ou de la honte, Hveðrungr se retourna sur ses talons et se mit à courir.

En ce moment, il y avait quelque chose d’anormal chez Sigrun. L’air qui l’entourait était aussi tranchant qu’un croc de bête — non, aussi tranchant que le bord d’un nihontou, un bord qui pouvait couper le fer. S’il continuait à la combattre, il allait perdre.

Il en était certain.

« Ah ! Arrête ! » cria Sigrun, et le poursuivit.

Cependant, Hveðrungr n’était pas prêt à s’arrêter pour elle juste parce qu’elle l’exigeait. En fait, pour l’instant, le plus important pour lui n’était pas de tuer Sigrun, mais de s’échapper de cet endroit.

« C’est un piège ! Retirez-vous ! Retirez-vous !! » Rungr avait crié à ses hommes en courant.

Les soldats du Clan de la Corne qui semblaient lui barrer la route tombèrent rapidement sur sa lame, et il ne s’arrêta pas de courir.

« Je ne te laisserai pas t’échapper ! » cria Sigrun, courant après Hveðrungr à une vitesse incroyable.

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un Einherjar aux capacités toutes spécialisées dans le combat, elle était à tous les coups plus capable physiquement que lui. À ce rythme, elle allait le rattraper en un rien de temps.

Hveðrungr avait rapidement fouillé dans son sac à la hanche et en avait sorti l’arme du serpent de feu qu’il avait collecté plus tôt pour ses recherches.

Il s’était retourné et l’avait jeté sur Sigrun.

S’il avait eu une pensée rationnelle, il se serait souvenu qu’il fallait d’abord y mettre le feu, mais peut-être que l’image des choses qui explosaient lui avait fait une trop forte impression.

Et pourtant, il s’est avéré que la chance était de son côté.

Sigrun savait ce qu’on lui lançait, et elle avait réagi en faisant un bond en arrière pour s’en éloigner. Il semblait qu’elle aussi avait été imprégnée d’une forte impression en voyant les explosions.

L’autre chance pour Hveðrungr était qu’il ne l’avait pas jeté directement sur elle, mais sur le sol à ses pieds. Il l’avait fait uniquement parce qu’il était si pressé qu’il n’avait pas eu le temps de la viser soigneusement.

Bang ! En heurtant le sol, la force de l’impact et la chaleur de la friction avaient fait exploser le serpent de feu.

Sigrun avait fait un bond en dehors de la trajectoire, elle n’avait donc pas été blessée, mais cela l’avait arrêtée temporairement.

Dans le peu de temps qui lui avait été accordé, Hveðrungr avait réussi à se rendre à l’endroit où il avait mis son cheval, et il avait ainsi échappé au champ de bataille avec sa vie ce jour-là.

+

« Je vois…, » dit Yuuto. « Alors Hveðrungr s’est enfui. »

« P-Père, s’il te plaît pardonne-moi ! C’est parce que je n’étais pas assez forte…, » la voix consternée de Sigrun était transmise par l’émetteur-récepteur.

Apparemment, elle était sur le point de vaincre Hveðrungr, mais il lui avait échappé.

C’était extrêmement décevant, mais c’était aussi un résultat qui entrait dans le cadre des prédictions de Yuuto.

« Non, c’est bon. Ce n’est pas un gars facile à battre, après tout, même pour toi. Ne te sens pas mal à l’aise. »

« M-Mais… »

« Ne t’inquiète pas. Nous allons l’attraper. Si nous le laissons retourner à la base, il pourrait après tout commencer à brûler d’autres villes et villages. »La voix de Yuuto était devenue basse et froide, et la lumière de la détermination brûlait dans ses yeux.

La pression qui se dégageait de lui était si forte que Sigrun pouvait même la sentir à travers l’émetteur-récepteur, et elle déglutit.

« Run, prends les forces spéciales et continue la chasse à Hveðrungr, » ordonna Yuuto.

« Oui, Père ! Ce sera fait ! » Avec cette vive réponse, Sigrun avait mis fin à la communication.

Yuuto se tourna rapidement vers son adjuvante. « Félicia ! Tu as entendu la situation. Boucle toutes les routes menant à Nóatún. Je suppose que les équipes de recherches sont déjà réunies ? Nous allons parcourir toute cette zone, fouiller chaque recoin. Nous allons mettre un terme à tout ça ici même ! »

+

Hveðrungr pouvait entendre les cris de colère des soldats qui le poursuivaient, venant de derrière lui.

« C’est Hveðrungr ! Après lui ! Après lui ! »

« Si on l’attrape, on peut avoir tout ce qu’on veut comme récompense ! »

« Arrêtez-vous là — ! »

Il essayait de retourner à Nóatún avec sa petite équipe de cavaliers lorsqu’ils avaient rencontré une patrouille du Clan de l’Acier, et avaient été obligés de faire demi-tour et de revenir par le chemin d’origine.

C’était déjà la cinquième fois qu’ils rencontraient une patrouille ennemie.

Les cavaliers du Clan de la Panthère étaient plus mobiles, et ils avaient pu distancer leurs ennemis. Mais maintenant, ils n’avaient plus de flèches, et en continuant à courir, leurs trois cents cavaliers initiaux s’étaient séparés et dispersés, le groupe de Hveðrungr n’était plus qu’un dixième de cette taille.

« Ce misérable, m’a-t-il fait danser à sa guise pendant tout ce temps… !? » Hveðrungr avait craché les mots, tremblant d’une fureur indignée.

Le réseau de patrouilles de recherche à sa recherche s’était manifesté beaucoup trop rapidement. Il était évident qu’ils avaient été préparés.

Cela ne pouvait que signifier que les plans de Hveðrungr avaient été complètement prédits.

Yuuto avait toujours vaincu Hveðrungr que grâce aux connaissances de son monde au-delà des cieux — c’est ce que Hveðrungr avait toujours pensé.

Et pourtant, Hveðrungr, qui devrait être supérieur en matière de stratégie militaire, avait été complètement surclassé. Il avait joué le jeu de Yuuto pendant tout ce temps.

Et maintenant, il courait et se cachait pathétiquement.

Il ne pouvait y avoir de plus grande humiliation.

« Ah… ! Je t’ai trouvé, Hveðrungr ! » Une jeune guerrière aux cheveux argentés était apparue à cheval devant lui.

« Tch, bon sang ! C’est Sigrun ! » Hveðrungr tira ses rênes et fit tourner son cheval brusquement vers la droite.

Il éperonna le cheval à toute vitesse, mais elle resta juste derrière lui, refusant de se laisser distancer.

Tous les soldats qu’il avait croisés jusqu’à présent étaient à pied, il n’avait donc pas été trop difficile de leur échapper, mais son cheval la mettait sur un pied d’égalité avec lui.

Elle était la personne la plus gênante qui aurait pu le repérer.

« Grrgh, pas encore ! Je n’ai pas encore perdu ! Je vais trouver un moyen de passer à travers ce filet, et retourner la situation ! »

Tout en criant ces mots pour s’encourager, Hveðrungr continuait à éperonner son cheval, concentré sur la seule pensée de s’échapper.

***

Partie 7

« Glug, glug, glug ! Ouf ! » Hveðrungr plongea son visage dans l’eau du ruisseau, buvant à satiété, puis se rassit sur le sol et s’essuya la bouche avec un bras.

La stratégie de la terre brûlée de Hveðrungr s’était retournée contre lui. Il avait eu beaucoup de mal à atteindre une source d’eau potable.

Cet endroit était très éloigné de la route d’invasion initiale du Clan de l’Acier, et Hveðrungr avait été obligé de faire presque tout le chemin jusqu’ici sans rien manger ni boire.

Sa soif étanchée, il avait sorti les deux dernières tranches de viande séchée qu’il avait gardées et les avait englouties.

« Je devrais enfin avoir un moment de paix maintenant. » Hveðrungr tapota son estomac, qui n’était plus vide, et se leva.

Il n’y avait personne d’autre autour.

Aucun poursuivant ennemi, et aucun membre du Clan de la Panthère. Il était seul.

Un groupe qui voyageait ensemble se distinguait, et en particulier, les gens du Clan nomade de la Panthère s’habillaient d’une manière unique qui les rendait encore plus reconnaissables. Ayant déterminé que ses alliés entraveraient sa fuite, Hveðrungr les avait abandonnés.

Quant à son cheval, il l’aurait également fait remarquer, et il s’en était donc aussi débarrassé.

Dans la région d’Álfheimr, les gens qui pouvaient monter à cheval étaient rares. Être vu à cheval serait laisser derrière soi des preuves qui faciliteraient sa traque.

Il avait enlevé son masque de fer, donné un masque de rechange à l’un de ses subordonnés, et envoyé cet homme dans une autre direction pour servir de leurre.

Il s’était enfin libéré de ses poursuivants, et il l’avait fait en abandonnant tout ce qui faisait de lui le patriarche du Clan de la Panthère. C’était assez ironique.

« Maintenant, il est temps de partir. » Hveðrungr commença à marcher vers le nord-est.

Les routes vers l’ouest, vers la forteresse du Clan de la Panthère à Nóatún, étaient toutes fermées. S’il devait rester dans la zone voisine, à l’affût d’une ouverture pour passer à travers le filet des patrouilles, elles se refermeraient sur lui au fil du temps, et il finirait tout simplement par être capturé.

Mais ils ne devaient pas encore être capables d’encercler complètement la zone qui se trouvait dans la direction opposée. C’est ce qui avait motivé la décision de Hveðrungr de se diriger vers l’est.

Il se trouve qu’il n’avait pas vu de poursuivants depuis hier.

Ce serait une route très longue et indirecte, mais il devrait pouvoir continuer jusqu’à ce qu’il puisse atteindre les montagnes Himinbjörg, puis traverser les montagnes vers le nord, dans la patrie du Clan de la Panthère.

Essayer de traverser les montagnes dans un pays rude, loin de toute route, était une tâche difficile et ardue, mais il était déjà passé par là une fois auparavant, lorsqu’il avait fui le Clan du Loup après avoir tué son précédent patriarche, Fárbauti. Il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.

« Heh ! Heh heh heh ! On dirait que tu n’étais pas capable de le prévoir ! C’est vrai, oui, finalement, ce qui s’est passé avant n’était qu’un… »

Avant que Hveðrungr ne puisse en dire plus, il aperçut une silhouette devant lui et s’éloigna.

C’était un homme qui, si vous deviez décrire son apparence en un mot, serait le mieux adapté par le mot « sinistre ».

Il était grand, mais osseux et mince, avec des joues creuses et un visage qui semblait pâle et malade. Et pourtant, les yeux de l’homme dégageaient une lumière vive, son regard perçant comme celui d’un faucon.

Il dégageait un air dangereux et sinistre, comme si la faucheuse avait revêtu des habits pour se promener dans le monde des vivants.

Hveðrungr connaissait cet homme.

En effet, il ne le connaissait que trop bien.

C’est l’homme même qui avait autrefois enseigné à Hveðrungr les principes fondamentaux du combat.

C’était quelqu’un dont Hveðrungr avait autrefois admiré la force et il s’était efforcé d’en acquérir la force.

« Skáviðr…, » avait-il chuchoté.

Il s’agissait de l’homme autrefois salué comme le plus fort guerrier de tout le Clan du Loup, l’ancien détenteur du titre de Mánagarmr.

 

 

« Comment… as-tu su que j’étais ici ? » Hveðrungr se plaignit.

En demandant cela, il avait sorti son masque de fer et l’avait replacé sur son visage.

Il ne faisait pas ça pour cacher son identité, bien sûr. En effet, faire cela revenait à la révéler.

Cependant, ce masque était important pour Hveðrungr, comme un symbole de qui il était maintenant. C’était la preuve qu’il n’était pas le même homme que l’idiot crédule qui avait fait confiance à Yuuto, et qui avait été complètement trompé.

En tant que Hveðrungr, il avait jeté le nom de Loptr, et le visage qui allait avec. Il n’avait pas l’intention de porter le visage de Loptr devant quelqu’un du Clan du Loup, entre tous.

« Je savais que c’était le chemin le plus probable que tu emprunterais pour essayer de retourner au Clan de la Panthère, » dit Skáviðr.

Hveðrungr avait fait claquer sa langue avec amertume. « Tch. Je vois. Je suppose que je n’en attendais pas moins de mon vieux professeur. »

En tant que jeune frère assermenté de Skáviðr, et en tant qu’élève, Hveðrungr avait partagé un toit et des repas avec lui pendant trois années entières. Après cela, quand il avait commencé à se distinguer et à gravir les échelons, ils avaient combattu ensemble comme des amis et des camarades, se confiant l’un à l’autre au combat pour le bien du Clan du Loup.

Ils se connaissaient suffisamment pour comprendre comment l’autre pouvait penser et agir.

« Héhé, comme toujours, ton sens de la justice ne correspond pas à ton apparence, » dit Hveðrungr. « Je suppose que la raison pour laquelle tu n’as pas amené d’hommes et es venu ici seul est que tu veux être celui qui “s’occupe” de ton étudiant décevant, de tes propres mains ? »

« C’est ça. » Skáviðr fit glisser son épée hors du fourreau à sa taille. « C’est ma responsabilité en tant qu’ancien professeur. Je suis ici pour te donner une bonne leçon. »

Hveðrungr s’était moqué de l’autre. « Hmph. Mais peux-tu le faire ? Je pense que je vais te battre comme je l’ai fait à Náströnd. »

En souriant, il avait dégainé et positionné sa propre lame.

Immédiatement, leur environnement avait été rempli de la tension de leur esprit combatif, l’air étant devenu épais et lourd.

Peut-être parce qu’ils avaient senti cette tension, les oiseaux dans les arbres environnants avaient tous soudainement pris leur envol en même temps.

Et, comme si c’était le signal pour commencer…

Kiiiin ! Deux éclairs de lumière argentée scintillèrent alors que les deux lames de métal se rejoignaient.

Dans l’espace entre les deux hommes, leurs épées volaient dans tous les sens, s’entrechoquant et dansant plusieurs fois en un clin d’œil.

Mais après dix échanges, la balance de la bataille avait clairement penché en faveur d’un camp.

C’était Skáviðr qui gagnait.

« Ngh ! Rrgh !? Quel est ce sentiment étrange ? » Poussé vers l’arrière, Hveðrungr grogna de frustration.

Il ne pouvait pas du tout le comprendre.

Sa garde était parfaite, et il était complètement concentré sur son adversaire, mais il n’arrivait pas à lire les mouvements initiaux des attaques de son adversaire. Il ne les voyait pas, en quelque sorte.

Pour cette raison, ses réactions à ces attaques étaient toutes légèrement retardées, et il était constamment en retard sur l’initiative.

Cependant… après dix autres échanges, Hveðrungr avait réussi à trouver la réponse.

« Alors c’est ça ! » s’était-il écrié.

Il fallait s’y attendre de la part de Hveðrungr, dont le sens de l’observation était plus développé que la plupart des gens.

Un combattant novice avait tendance à regarder et à se concentrer sur l’arme de son adversaire. Mais face à des adversaires dépassant un certain niveau de compétence, il devenait impossible de continuer à se battre de cette façon.

Si l’on ne réagit qu’après avoir vu le mouvement de l’épée de l’ennemi, les réflexes d’un humain ne sont tout simplement pas assez rapides pour réagir à temps.

Ainsi, on apprend à lire l’intention de tuer de l’ennemi, ses yeux, sa respiration, le mouvement de ses épaules et de ses pieds, et bien d’autres indices subtils. Tous ces éléments se produisent avant le mouvement de l’arme.

Lire ces mouvements initiaux ou préparatoires, et y répondre était ce qui définissait un combat entre combattants expérimentés.

Et donc, ce qui était surprenant chez Skáviðr, c’est que ses mouvements ne contenaient pas ces indications initiales.

Pour être plus précis, ils n’avaient pas tous été éliminés complètement. Mais ils étaient extrêmement subtils, et peu nombreux. C’est pourquoi Hveðrungr n’avait pas pu lire les départs de ses attaques.

Mais même si Hveðrungr en connaissait maintenant le secret, il ne pouvait toujours pas la contrer. C’était une technique tellement exaspérante à affronter.

Si exaspérant, en fait, qu’il valait la peine de le prendre et de l’utiliser pour lui-même.

« Maintenant que je l’ai compris, il m’appartient ! » En criant cela, Hveðrungr avait commencé à imiter parfaitement le style d’épée de Skáviðr.

La rune Alþiófr de Hveðrungr, Bouffon des Mille Illusions, avait la capacité de voler les techniques des autres.

Maintenant, nous sommes sur un pied d’égalité, pensa Hveðrungr avec un sourire tordu, mais ce n’est qu’un instant plus tard que son visage souriant se figea sous le choc.

« Hoh ! » Avec une forte expiration, Skáviðr utilisa la Technique du Saule pour faire dévier l’attaque de Hveðrungr.

Hveðrungr avait réussi à s’en rendre compte et à réagir à la dernière seconde, relâchant la force derrière son attaque pour éviter que le haut de son corps ne soit déséquilibré. Mais l’estafilade qui suivit faillit le surprendre et lui glaça le sang.

Il s’était rapidement baissé et avait évité l’attaque, mais celle-ci lui avait arraché quelques mèches de cheveux.

« Alors que dis-tu de ça ! » Hveðrungr copia une nouvelle fois le style d’épée de Skáviðr, utilisant une copie exacte de la frappe balayée qui venait d’être utilisée contre lui.

Skáviðr l’avait facilement esquivée.

L’attaque balayée avait également créé une minuscule ouverture, et il avait été contré. Hveðrungr avait senti un éclair de douleur chaude dans son épaule gauche.

Ce n’était qu’une coupure superficielle, et ce n’était pas assez pour affecter sa capacité à se battre, mais son esprit était assez agité et confus.

Comme s’il était capable de lire cet état d’esprit, Skáviðr s’était moqué de lui. « Même avec tes capacités, tu ne peux pas me voler ça. »

« Quoi !? » Hveðrungr était déconcerté par cette affirmation. Mais, en fait, Skáviðr avait réussi à voir à travers chacune des attaques de Hveðrungr.

Si Hveðrungr avait copié la technique à la perfection, alors même un maître de l’épée comme Skáviðr aurait dû montrer une baisse de sa vitesse de réaction. Mais il ne l’avait pas fait, pas du tout.

« Je suis sûr que tu as déjà compris, mais cette technique n’est rien d’autre que l’effacement des mouvements initiaux d’une personne avant une attaque, » dit Skáviðr. « Après ma défaite contre toi, il y a six mois, j’ai passé mon temps devant un miroir, à me regarder balancer l’épée, à trouver les bizarreries et à travailler pour les éliminer, encore et encore. »

Skáviðr avait dit tout cela comme si c’était simple, mais en réalité, cela avait dû être un travail qui avait exigé un niveau de persévérance impressionnant.

Les « bizarreries » de son style de combat persistaient précisément parce qu’il était difficile de s’en débarrasser.

Si l’on se concentre uniquement sur l’élimination d’une bizarrerie, sans conviction, cela ne fera qu’en créer une nouvelle, différente. Cela deviendrait un jeu sans fin de chat et de souris.

Bien sûr, si l’on consacrait du temps et des efforts à les éliminer progressivement au fil du temps, elles diminueraient certainement. Mais c’est un effort qui prendrait des années.

Combien de fois Skáviðr aurait-il dû brandir l’épée devant le miroir pour atteindre cet état ? C’était impossible à imaginer.

***

Partie 8

« Mon style de combat est quelque chose que j’ai développé, et il est en accord avec mon propre corps, » dit Skáviðr. « Toi et moi avons des tailles différentes, des corpulences différentes. Même si tu imites les mêmes mouvements que moi, cela ne suffira pas à effacer tes propres mouvements initiaux. Pas tant que tu n’auras pas harmonisé les mouvements dans une forme idéale qui correspond à ton propre corps, bien sûr. »

Sa conférence terminée, Skáviðr avait positionné son épée devant lui.

Les deux hommes n’avaient aucun moyen de le savoir, mais dans les anciennes écoles traditionnelles japonaises d’arts martiaux, ce que Skáviðr avait décrit était connu sous des termes tels que mubyoushi (« vide de rythme ») ou shukuchi (« rétrécissement de la terre »), et c’était l’une des plus hautes classes de techniques ésotériques.

C’était quelque chose que l’on ne pouvait atteindre qu’en pratiquant les principes de base encore et encore, une technique ultime qui était, au fond, une application des principes de base.

« Grhh ! Dans ce cas, prends ça ! » cria Hveðrungr en brandissant à nouveau son épée.

Mis au pied du mur, il ne pouvait compter que sur sa propre technique : l’épée des mille illusions.

Il libérerait les styles d’épée de chaque personne qu’il avait volée, un concept complètement opposé à la technique de Skáviðr.

À chaque utilisation de cette capacité, il mélangeait l’ordre dans lequel il libérait les attaques copiées.

C’était comme une illusion toujours changeante à sa disposition, quelque chose qui aurait dû être impossible à prévoir. Cependant, ce n’était pas le cas.

Skáviðr ricana. « Hmph ! Peut-être que ça va dérouter quelqu’un de jeune et de moins expérimenté, comme Sigrun, mais tu devrais savoir combien de batailles j’ai survécu, et combien de fois j’ai trompé la mort. Une petite ruse comme celle-là ne marchera pas sur moi. »

Et comme il l’avait affirmé, il avait facilement géré chacune des attaques de Hveðrungr.

Il les avait repoussés. Il les avait déviés. Il les avait évités.

Il avait même vu le coup d’épée combiné au sort de Mirage, et s’était enfin approché de Hveðrungr.

La taille de Skáviðr se retourna, la puissance de ses muscles se tordant pour prendre forme et déclencher un dernier coup horizontal.

Je vais mourir maintenant.

Cette pensée résonnait au fond du cœur de Hveðrungr, et il y croyait.

Cependant, l’attaque de Skáviðr avait soudainement commencé à sembler plus lente.

La couleur semblait disparaître de la vision de Hveðrungr, tout devenant gris comme de la cendre.

Il avait entendu dire que lorsqu’une personne était sur le point de mourir, le monde semblait ralentir pour elle.

Il pensait que c’était ce qui se passait maintenant.

Cependant, en même temps, il avait aussi réalisé que c’était une opportunité.

La mort l’attendait s’il ne faisait rien. Mais s’il pouvait profiter de ce temps qui passait lentement, peut-être pourrait-il faire quelque chose.

En guise de test, Hveðrungr avait tenté de déplacer sa lame pour intercepter la trajectoire de l’attaque de Skáviðr, pour la faire dévier de sa trajectoire.

Son corps ne bougeait pas comme il le voulait.

Il se sentait lourd et léthargique, comme s’il essayait de se déplacer sous l’eau ou dans la boue.

Mais il se déplaçait toujours plus vite que Skáviðr.

Clang !

Le son du métal sur le métal avait résonné, et les deux lames s’étaient repoussées l’une et l’autre.

Hveðrungr avait arraché sa vie des mâchoires de la mort.

Pourtant, le danger n’était pas passé.

Skáviðr renouvela la prise de son épée et s’apprêta à porter un puissant coup aérien.

Lentement, Hveðrungr déplaça sa propre épée pour s’aligner avec l’attaque, et la dévia.

« Ghh… !? » Skáviðr avait haleté et l’avait regardé en état de choc.

Après tout, la seule façon pour Hveðrungr de dévier ses attaques était de pouvoir les lire.

La confiance calme de l’instant précédent avait complètement disparu.

Pour Hveðrungr, voir Skáviðr sous cet aspect était merveilleux. Un rire sauvage avait jailli du fond de son être.

« Keh heh heh ! Ha ha ha ha ha ha ! Je peux les voir ! Je peux lire tes attaques comme le dos de ma main ! »

La rune Alþiófr de Hveðrungr, Bouffon des mille illusions, pouvait voler n’importe quelle technique.

Ce qu’il utilisait maintenant était la technique de Sigrun : le royaume de la vitesse divine.

+

« Ha ! » Skáviðr s’était élancé en avant, déclenchant une puissante attaque de poussée.

En l’observant au ralenti, Hveðrungr n’avait pu s’empêcher d’être impressionné à sa vue.

Ce n’était pas seulement le coup d’épée lui-même, mais aussi les mouvements de la fente, même dans son état actuel, Hveðrungr pouvait à peine voir les mouvements initiaux devant eux.

Cependant, ce n’était plus un problème du tout maintenant.

En l’état actuel des choses, il pouvait maintenant réagir aux attaques après le mouvement de l’épée, tout en arrivant à temps.

Hveðrungr se tourna sur le côté pour esquiver le coup, et fit un grand pas en avant, l’amenant à proximité de son adversaire. C’était quelque chose qu’il ne pouvait faire que parce qu’il pouvait maintenant lire tous les mouvements de Skáviðr.

« Hoh ! » Il expira, et fit glisser son épée dans l’air lourd du temps ralenti, comme s’il la guidait dans l’eau.

Du point de vue de Hveðrungr, ses mouvements semblaient également lents, mais ce n’était pas vrai du tout.

En fait, cette attaque était probablement le mouvement le plus rapide que Hveðrungr ait jamais effectué dans sa vie.

« Khh ! » Skáviðr grimaça et fit un bond désespéré en arrière.

Hveðrungr avait senti une résistance à la pointe de son épée, mais elle n’était que légère. Apparemment, il n’avait réussi à couper Skáviðr que superficiellement.

Honnêtement, Skáviðr était étonnant de pouvoir même réagir à temps à Hveðrungr dans cet état. Il semblait que « Mánagarmr » était plus qu’un simple titre pour la galerie.

Avec un regard noir, Skáviðr fit claquer sa langue et s’adressa à Hveðrungr. « Tch, ton temps de réaction et tes mouvements sont devenus beaucoup plus rapides tout d’un coup. Je vois, ça doit être la technique de Sigrun, celle qu’elle appelle le “Royaume de la Vitesse Divine”. » Il avait craché les mots avec frustration.

« Hmm. » En entendant cela, les pièces s’assemblèrent enfin pour Hveðrungr.

En repensant à la bataille de la veille, Sigrun avait également montré une augmentation anormale de sa vitesse.

Elle avait dû entrer dans le même état que celui dans lequel il se trouvait maintenant.

Il n’aurait jamais deviné que sa rune Alþiófr pouvait lui voler sa technique sans même qu’il en soit conscient. Il la remercia silencieusement.

« Héhé, mes propres talents m’effraient parfois, » Hveðrungr sourit.

« … C’est vrai. Ils sont effrayants, en effet. Il aurait mieux valu que je me méfie davantage d’eux. »

« C’est trop tard pour ça maintenant ! » cria Hveðrungr, et frappant du pied le sol, il s’élança vers l’avant, déclenchant un balayage horizontal.

Skáviðr ne put que la bloquer, il semblait qu’elle ait été trop rapide pour qu’il puisse réagir à temps pour utiliser la Technique du Saule.

Hveðrungr ramena sa lame pour enchaîner avec une frappe diagonale du haut.

Encore une fois, Skáviðr avait réussi de justesse à la dévier.

Cela laissait l’estomac de Skáviðr ouvert, alors Hveðrungr y avait ajouté un coup de pied.

Skáviðr avait réagi en utilisant son coude pour bloquer, mais le coup était plus fort. Il avait été repoussé en arrière, perdant sa base solide en se jetant en arrière.

Hveðrungr avait suivi avec une autre frappe horizontale.

Skáviðr tenait son épée verticalement, et réussit de justesse à arrêter le coup de front.

« Heh heh heh ! Tu es plutôt difficile à tuer ! Mais combien de temps vas-tu tenir !? » Avec un rire moqueur, Hveðrungr continuait ses attaques sans pause.

Une frappe vers le bas depuis le haut, et un autre balayage horizontal.

Une frappe diagonale ascendante du côté gauche, se transformant en un autre coup arqué par-dessus l’épaule.

Pourtant, malgré ce torrent furieux d’attaques qui l’assaillait, Skáviðr lui riait au nez.

« Héhé. Et je me demande combien de temps tu vas pouvoir tenir ? J’ai entendu quelque chose d’intéressant de la part de Sigrun. Apparemment, ton corps ne peut pas supporter de bouger à cette vitesse pendant très longtemps. »

« Quoi !? » Hveðrungr avait été trop excité par cette capacité pour le remarquer auparavant, mais en effet, chaque fois qu’il balançait son épée, il ressentait une douleur dans les bras et le dos.

Son corps lui-même était incapable de suivre la vitesse qu’il lui imposait, et il s’épuisait.

Il semblait qu’il devrait régler ce combat tout de suite.

« Haaaaaah ! » Avec un grand cri, Hveðrungr libéra l’épée des mille illusions, se déplaçant aussi vite que le royaume de la vitesse divine le permettait.

Un ! Deux ! Trois !

Quatre ! Cinq ! Six !

Sept ! Huit ! Neuf !

Il s’agissait d’une combinaison de neuf coups avec chaque once de sa force et de sa concentration derrière chaque coup, délivré à une vitesse encore plus grande que tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent.

« Ngh ! Hah ! Khh ! Hoh ! Toh ! » Skáviðr, cependant, avait réussi à bloquer chacun d’entre eux.

« Comment !? » cria Hveðrungr, incrédule.

C’était impossible !

Skáviðr n’était pas dans le royaume de la vitesse divine, c’était clair. Alors comment avait-il été capable de réagir à toutes les attaques ?

« C’est vrai, tu es rapide en ce moment, » dit Skáviðr. « Mais tu n’es pas aussi rapide que le Tigre Assoiffé de Combats, Dólgþrasir. »

Il est vrai qu’une fois que l’on s’est habitué à voir quelque chose se déplacer à une vitesse incroyable, par la suite, même quelque chose se déplaçant très vite ne semble pas aussi écrasant. Cela semblait être le phénomène que Skáviðr décrivait.

Hveðrungr comprenait la logique, mais même ainsi, il devait y avoir une limite à ce que son ennemi pouvait supporter. Il était beaucoup plus rapide que lui en ce moment, et il n’était pas logique que le Skáviðr, plus lent, puisse continuer à bloquer ses attaques.

« Et encore une chose : tu es doué pour trouver les failles dans les défenses des gens, leurs faiblesses, » dit Skáviðr. « Mais tu n’as pas affiné ton propre noyau, ta force personnelle. La façon dont tu bouges ton corps au combat, la façon dont tu balances ton épée, tout cela est encore vert. Tu gâches cette incroyable vitesse que tu as. Tu ne seras pas capable de me battre. »

« Grrh ! »

« Ceux qui ont des talents naturels peuvent apprendre à faire les choses facilement, ils ont donc aussi l’habitude de ne pas pratiquer leurs fondamentaux, » dit Skáviðr. « Tes talents sont en effet effrayants. Et c’est toi qui aurais dû t’en méfier davantage. »

« Tais-toi !!! » hurla Hveðrungr d’une voix stridente, et fit tournoyer sa lame.

Mais Skáviðr avait esquivé le coup sans effort. « Ramène tes bras plus serrés sur les côtés ! »

« Gaagh ! » En grognant, Hveðrungr avait mis toute sa force dans un nouveau coup.

Kiiin ! Le bruit du métal résonna dans l’air.

« Tu n’as pas assez entraîné le bas de ton corps ! C’est pour ça que tes coups ne sont pas assez puissants ! »

« Khh… ! » Hveðrungr avait trébuché en arrière. Lorsque son attaque avait été bloquée, il avait eu l’impression de frapper un solide rocher.

Même avec le royaume de la vitesse divine, c’est tout ce qu’il pouvait faire.

Ne pourrait-il jamais espérer être à la hauteur de cet homme, quoi qu’il fasse ?

Ce doute avait commencé à le consumer.

Dans des moments comme celui-ci, c’est l’entraînement quotidien et assidu des principes fondamentaux qui soutenait le plus le cœur d’un épéiste.

L’efficacité entraînée par le nombre de fois où il avait pratiqué ses mouvements chaque jour. L’endurance qu’il avait acquise par l’exercice. C’était ce qui faisait la différence quand tout le reste était inutile.

***

Partie 9

Mais Hveðrungr n’avait pas ces choses pour le soutenir. Tout ce qu’il avait avait été pris à quelqu’un d’autre.

Le doute avait grandi en lui et avait donné lieu à une hésitation, et cette hésitation avait perturbé sa concentration.

« Ngh !? » Soudain, tout le corps de Hveðrungr était aussi lourd que de la pierre.

Le royaume de la vitesse divine avait cédé.

Le fait d’avoir été poussé au bord de la mort avait forcé sa concentration au-delà de ses limites et lui avait permis d’entrer dans cet état. Mais avec sa concentration perturbée par le doute, il ne pouvait plus la maintenir.

« Ngh... agh... »

Le prix à payer pour cette incroyable augmentation de sa vitesse était une douleur intense et une perte de force dans tout son corps, qui l’avaient envahi en même temps. Ses jambes tremblaient et il ne pouvait plus rester debout, tombant à genoux.

Même à ce moment-là, il n’avait pas pu se tenir debout, et il était tombé en avant sur ses bras.

Avec son ennemi juste en face de lui, il savait que c’était plus que dangereux. Il avait essayé de se forcer à se relever, mais son corps ne répondait pas.

Et à ce moment-là, Hveðrungr avait compris que c’était la fin pour lui.

« Donc, au final, le pouvoir que j’ai volé aux autres n’était rien de plus qu’un faux bon marché…, » avait-il murmuré.

Aussi têtu qu’il soit, même Hveðrungr ne pouvait s’empêcher de penser ainsi maintenant.

En deux ans à peine, le garçon Yuuto, qui ne connaissait rien à la stratégie militaire, l’avait complètement dépassé, et toutes les compétences qu’il avait accumulées avec l’épée avaient été impitoyablement écrasées.

Skáviðr secoua légèrement la tête.

« Imiter les autres n’est pas en soi une mauvaise chose. En fait, pour un débutant, c’est la chose la plus importante à faire. Mais ce que tu as fait, c’est te contenter de cela. Tu as négligé de prendre ce que tu avais copié et d’en faire une partie de toi-même, en l’utilisant pour ajouter à ce que tu es et te rendre plus fort. C’est ce qui te rend différent de Maître Yuuto, et c’est pourquoi tu as perdu. »

« Hmph, je n’ai pas besoin de t’entendre faire la morale. Dépêche-toi de me tuer. »

« … C’est vrai. J’aimerais te dire : “Que nous nous retrouvions au Valhalla”, mais avec les péchés que tu as commis, tu n’y iras pas. »

« Ah ! Tu ajoutes l’insulte à la blessure, je vois. » Hveðrungr avait émis un petit rire fatigué et autodérisoire.

En le regardant de haut, Skáviðr avait levé sa lame dans les airs.

« Adieu, mon décevant étudiant, » dit-il d’un ton froid et détaché, et il abattit l’épée…

Clap clap clap ! « Très bien, ça suffit maintenant ! »

Il avait été interrompu par la voix d’une jeune fille et des applaudissements. C’était une voix enfantine qui ne semblait pas à sa place sur un champ de bataille.

La lame de Skáviðr s’était arrêtée juste avant d’atteindre le cou de Hveðrungr.

« Kristina. » Sans bouger et en tenant son épée exactement à l’endroit où elle s’arrêtait, seuls les yeux de Skáviðr se tournèrent pour fixer la jeune fille qui était arrivée.

Derrière elle, il y avait plusieurs dizaines de soldats.

Apparemment, le fait que Hveðrungr se dirigeait vers les montagnes était quelque chose que Yuuto avait également prédit. C’était vraiment une défaite totale.

« “Vous pouvez le prendre mort ou vif. Cependant, si c’est possible, ramenez-le moi vivant.” Je crois que c’étaient les ordres de Père, oui ? »

« … Oui, ça l’était. »

La jeune fille leva un doigt et désigna Skáviðr. « Et pour quelqu’un comme toi qui est le visage même de la loi, tourner le dos aux ordres de Père te causerait certainement des problèmes, n’est-ce pas ? »

« Tch. » Skáviðr fit claquer sa langue en signe d’irritation et retira son épée du cou de Hveðrungr. Cependant, même en le faisant, Hveðrungr pouvait sentir l’attention de l’homme dirigé vers lui, prêt à réagir s’il faisait quoi que ce soit.

Ce niveau de maîtrise, même en dehors du combat, était plus impressionnant que jamais.

« Maintenant, tout le monde, si vous voulez bien. » La jeune fille avait claqué des doigts, et les soldats derrière elle avaient couru et ils s’étaient accrochés à Hveðrungr en groupe.

Ils l’avaient brutalement forcé à s’allonger sur le sol et avaient commencé à l’attacher.

Il n’avait plus la force de se défendre, mais ils avaient gardé cinq hommes sur lui.

Pendant ce temps, Hveðrungr avait capté la conversation entre Skáviðr et la jeune fille, leurs voix lui étant transmises par le vent.

« Tu m’en dois une, d’accord ? »

« … Pour m’avoir empêché de le tuer ? » demanda Skáviðr.

« Non. Pour t’avoir permis de faire quelque chose d’aussi imprudent que de le poursuivre tout seul. »

« Tu as raison. Je t’en dois une. »

+

« Hé, lève-toi ! » Quelqu’un avait secoué violemment le corps de Hveðrungr, qui avait ouvert les yeux. Il avait dû perdre conscience à un moment donné. Peut-être était-ce un effet secondaire de l’intense tension exercée sur son corps par l’utilisation du Royaume de la Vitesse Divine.

Apparemment, après avoir été ligoté, il avait été jeté dans un chariot tiré par des chevaux.

En tant que patriarche du Clan de la Panthère, il avait passé ses nuits à dormir dans un lit luxueux et magnifiquement décoré, et pourtant, quelques jours plus tard, voilà à quel point il était tombé. Hveðrungr ne pouvait s’empêcher de rire de lui-même.

« Qu’est-ce qui te fait rire ? » cria le soldat. « Allez, lève-toi ! »

« Ghh… » Lorsque le soldat l’avait forcé à se redresser, une douleur intense avait traversé tout le corps de Hveðrungr. Cela aussi devait être les effets du royaume de la vitesse divine.

Ainsi, alors qu’il avait certainement permis une augmentation drastique des capacités de combat, il semblerait que l’on doive payer un prix approprié pour cela.

« Descends, » ordonna le soldat. « Le patriarche t’attend. »

Hveðrungr avait fait ce qu’on lui avait dit, traînant ses jambes sur le bord arrière ouvert du chariot et se laissant tomber sur le sol.

Il pouvait bouger un peu son corps maintenant, peut-être grâce au fait qu’il avait dormi un peu. Cependant, ce n’était qu’un peu, il n’était pas en état de se battre.

De plus, le haut de son corps était complètement attaché par des couches de cordes.

Les soldats du Clan de l’Acier étaient également tout autour de lui, les yeux rivés sur lui.

Hveðrungr n’était pas assez fou pour penser à opposer une quelconque résistance.

Le soldat tira sur la corde attachée autour de lui, le tirant vers une grande tente pavillon, couverte et entourée de grands draps de tissu blanc.

L’un des draps était tiré vers le haut, il passa dessous et entra dans la tente, où étaient rassemblés un groupe d’hommes, et tous ces hommes étaient nettement plus distingués et redoutables que le soldat moyen.

Ils étaient probablement les généraux de l’armée du clan de l’acier.

Plusieurs d’entre eux avaient des visages que Hveðrungr avait reconnus.

Au fond de la foule, assis sur une chaise, le menton appuyé contre une main, se trouvait un jeune homme aux cheveux noirs, qui le regardait fixement.

À l’instant où les yeux de Hveðrungr rencontrèrent les siens, il sentit son corps frissonner de façon incontrôlable.

Même s’il était plus jeune que tous les autres, le jeune homme possédait une présence dominante et une aura intimidante qui les éclipsait tous.

Hveðrungr n’avait pas pu cacher sa surprise en réalisant qu’il s’agissait de Yuuto.

« Alors, vous êtes Hveðrungr ? » dit Yuuto, d’une voix basse et froide, en le regardant fixement.

C’est impossible que tu ne le saches pas. Pourquoi est-ce que tu me le demandes ? Cette question avait traversé l’esprit de Hveðrungr, mais il était tellement submergé par la différence chez Yuuto qu’il ne pouvait pas parler.

Yuuto souleva son menton de sa main. Se redressant, il leva trois doigts.

« Vous avez commis trois grands péchés. Le premier : ravager les belles terres de mon clan subordonné, le Clan de la Corne. Le deuxième : tuer mon fils Olof à Gashina, ainsi que de nombreux autres membres de ma famille. Le troisième : mettre le feu à vos propres terres, brûler ce que vous étiez censé protéger. »

Au fur et à mesure que Yuuto énumérait chaque accusation, il ferma un doigt, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Il regarda ensuite Hveðrungr avec un feu glacial dans les yeux, et il proclama :

« Le prix de vos péchés est la mort. »

« Ah ! » Une belle femme aux cheveux dorés qui se tenait à proximité haleta, et son visage devint pâle.

C’était Félicia, la jeune sœur biologique de Hveðrungr. Il semblerait que le choc d’entendre sa propre chair et son sang recevoir la sentence de mort était difficile à supporter.

Cependant, elle n’avait pas protesté. Se mordant la lèvre inférieure, elle détourna discrètement son visage du regard de Hveðrungr. Il semblait qu’elle s’était préparée à cela.

Hveðrungr était très déçu de voir que la dernière fois qu’il voyait son visage était dans la tristesse. Cependant, il était quand même content d’avoir pu la voir une dernière fois avant de mourir.

À cet instant, Hveðrungr avait préparé son cœur à la mort.

Yuuto déplia son index, le brandissant à nouveau. « C’est ce que je préférerais dire, mais vous m’êtes plus utile vivant. »

« Hmph ! Te laisses-tu influencer par la compassion pour un vieil ami ? » Hveðrungr ricana. « Je pensais que tu avais grandi, mais tu es après tout toujours aussi doux. »

« Vieil ami ? Je ne vois pas ce que vous voulez dire. »

Yuuto avait ignoré les paroles de Hveðrungr, et avait préféré regarder à sa droite.

« Skáviðr ! » avait-il crié.

« Oui, monsieur ! »

« Tu as bien fait de le capturer vivant. Je vais maintenant te récompenser pour cela, ainsi que pour tout le travail loyal que tu as accompli jusqu’à présent. Je t’accorde le Clan de la Panthère. »

Skáviðr sursauta, les yeux écarquillés. « Voulez-vous m’installer comme patriarche ? »

Skáviðr était normalement une personne très calme et imperturbable, donc à en juger par sa réaction, Yuuto n’avait pas dû lui en parler avant.

« C’est exact, » dit Yuuto. « Par chance, nous avons l’actuel patriarche du Clan de la Panthère ici même, et son prédécesseur à Gimlé. Cela devrait suffire à faire une demande légitime pour le poste, non ? »

La bouche de Yuuto s’était recourbée en un sourire diabolique quand il avait dit cela.

Si quelqu’un tuait un patriarche pour prendre sa place, c’était une usurpation par meurtre. Cela ne servait pas de preuve de la légitimité du pouvoir, et les membres du clan seraient sûrement réticents à obéir aux prétentions du nouveau patriarche.

Cependant, si on maintenait le patriarche en vie et qu’on lui prenait le clan, c’était une abdication forcée.

Bien sûr, il s’agissait toujours d’une prise de pouvoir par la force, et il y aurait toujours des membres du clan qui s’y opposeraient, prétendant que le Serment du Calice qui accordait le poste au nouveau patriarche était nul et non avenu. Mais cette méthode était tout de même beaucoup plus légitime politiquement que la précédente.

Si l’ancien patriarche du Clan de la Panthère était également en captivité au sein du Clan de l’Acier, cela rendrait la chose encore plus efficace.

Yuuto leva le poing et le serra avec force.

« Ce dont j’ai besoin maintenant, c’est de pouvoir. Assez de pouvoir pour régner sur tout Yggdrasil. Les combattants montés du Clan de la Panthère sont un pas vers ce but, et je dois les avoir pour moi. »

« … !! » Des halètements sans paroles se firent entendre dans toute la pièce, comme si une onde de choc avait traversé les personnes rassemblées là.

C’était parfaitement compréhensible, car à ce moment-là, Yuuto venait de proclamer son intention de conquérir le royaume.

« Keh ! Keh heh heh ! AHAHAHAHAHAHA !!! » Hveðrungr n’avait pas pu s’empêcher d’éclater de rire.

Sa voix avait résonné bien au-delà des murs de la tente.

« Qu’est-ce qui te fait rire ? Qu’est-ce qui est si drôle, hein !? » cria l’un des généraux de la foule, mais Hveðrungr ne lui prêta pas attention.

Comment pourrait-il ne pas rire de ça ?

La déclaration de Yuuto était un grand discours, suffisamment pour qu’on ne puisse que la considérer que comme une vantardise irréaliste. Et pourtant, Hveðrungr avait aussi perçu dans ses paroles la détermination pure et simple, indiquant qu’il avait la volonté d’assumer la difficulté et la responsabilité que sa proclamation ne manquerait pas de lui apporter.

Il avait maintenant l’attitude digne d’un seigneur juste et légitime, mais aussi l’aura redoutable d’un conquérant. Avec ces deux qualités en équilibre, il avait la présence dominante d’un souverain suprême se tenant en dessus de tous.

Était-ce la même personne que ce petit garçon inutile et naïf d’avant ?

C’était une personne totalement différente.

En seulement deux ans, il avait tellement grandi. Hveðrungr se demandait combien de temps il avait dû passer à travailler pour améliorer son corps, son esprit et son âme pendant cette période.

Comparé à Hveðrungr, qui s’était accroché à une force empruntée sans jamais la faire sienne, Yuuto était à un niveau différent en tant que personne.

Pendant tout ce temps, Hveðrungr l’avait considéré comme un petit voleur sournois. Non, il s’était forcé à penser à Yuuto de cette façon.

Mais il semblerait que le chat errant que sa petite sœur avait ramené à la maison se soit avéré être un véritable lion.

Cette vérité avait fini par lui sauter aux yeux.

Peu importe combien il avait lutté, il n’avait jamais été capable de se mesurer à Yuuto. Et maintenant, Hveðrungr réalisait qu’il voulait observer et voir jusqu’où ce jeune homme pouvait aller.

« Très bien, alors, je vous donne le Clan de la Panthère, » annonça Hveðrungr. « Utilisez-le comme bon vous semble. »

Il avait déclaré cela avec une expression qui semblait presque rafraîchie, comme si un esprit maléfique qui le possédait jusqu’à maintenant l’avait finalement quitté.

Il souriait, mais c’était un sourire joyeux, le même que celui que l’homme connu sous le nom de Loptr avait l’habitude de porter.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire