Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 1

En raison de la course effrénée pour suivre le travail de chaque jour, le mois avait filé en un rien de temps.

Enfin, la campagne du Clan du Loup pour subjuguer le Clan de la Panthère allait commencer demain. Dans la ville de Gimlé, un grand groupe était rassemblé dans le sanctuaire religieux, le hörgr. Il y avait des officiers supérieurs du Clan du Loup comme Jörgen et Skáviðr, ainsi que des patriarches comme Linéa et Botvid des clans subsidiaires.

Ils étaient tous vêtus de tenues de cérémonie bien différentes de celles qu’ils portaient au combat. C’était un spectacle magnifique.

Yuuto portait également une tenue complètement différente, nouvellement créée pour cette cérémonie.

Comme toujours, il avait fait un grand usage de la couleur noire, mais il avait également inclus un design brillant sur la zone de la poitrine où se trouvaient deux épées croisées, ce qui était le symbole du clan de l’acier.

Sa cape incorporait la fourrure du grand Garmr que Sigrun avait vaincu pendant l’hiver, ce qui en faisait un objet approprié pour le seigneur qui allait régner sur six clans.

Mitsuki, assise à côté de lui, portait une tenue d’une beauté époustouflante.

Apparemment, elle l’avait aussi portée pendant le rituel d’invocation de Yuuto à Yggdrasil, mais à l’époque, il avait été si pressé par le temps qu’il avait dû immédiatement quitter le hörgr pour se mettre en route pour Gimlé, et donc il ne s’en souvenait pas vraiment.

En la regardant maintenant, elle ressemblait à une princesse sortie d’un livre de contes. Bien qu’en réalité, elle était plutôt une reine maintenant.

C’était un peu tard, mais Yuuto avait regardé la silhouette de celle qu’il aimait le plus, habillée de neuf, et il s’était senti satisfait de la regarder comme ça…

C’est alors qu’un grand homme d’âge moyen avec une courte barbe prit la parole pour commencer la cérémonie.

« Tout le monde, je suis désolé de vous avoir fait attendre. Par la présente, j’annonce à tous ceux qui se sont rassemblés que j’aurai l’honneur de diriger la première cérémonie du calice du clan de l’acier, la cérémonie qui lie les parents, les enfants et les frères et sœurs par le serment sacré du calice. Je suis Alexis, et je jouerai le rôle de médiateur pour ce rite. Je suis très reconnaissant de faire votre connaissance, et j’offre humblement mes services. »

C’était un homme familier pour tout le monde ici, car il était le prêtre impérial et le représentant de la région occidentale d’Yggdrasil.

« Je demande humblement à toutes les personnes présentes que, jusqu’à ce que ces rites de rapprochement entre parents, enfants et frères et sœurs se terminent en toute sécurité, vous soyez tous priés de coopérer pleinement… Maintenant, commençons la cérémonie du calice. »

La voix d’Alexis résonnait dans l’air silencieux de la salle du sanctuaire.

Comme on pouvait s’y attendre de la part de quelqu’un qui avait l’habitude de cette cérémonie, il progressa en douceur dans son discours difficile, sans bégayer ni trébucher une seule fois.

« J’annonce à tous ceux qui sont présents : Bien que je sache que ce n’est pas nécessaire, je vais vérifier le vin sacré une fois de plus. »

Alexis souleva en douceur un pichet en argent, fit un geste comme s’il coupait le haut du pichet avec sa main, puis versa l’alcool qu’il contenait dans deux récipients.

L’une d’entre elles était une tasse à boire standard, mais l’autre était un énorme calice qui semblait assez grand pour que cela couvre la majeure partie du visage d’une personne si on y buvait.

Alexis prit la plus petite tasse et la plaça devant sa bouche.

« En effet, c’est un alcool de qualité. Maintenant, je m’adresse au Seigneur Suoh-Yuuto, qui deviendra le parent. »

Alexis reposa la petite tasse maintenant vide sur le petit support, et se retourna pour appeler Yuuto.

La tension dans l’air était devenue plus forte.

Certaines personnes avaient dégluti de manière audible, peut-être à cause de la forte pression exercée.

Dans ses premiers jours, Yuuto avait lui-même trouvé cette atmosphère solennelle péniblement difficile à supporter. Cependant, cela ne l’affectait plus du tout maintenant.

« Oui, » avait-il répondu naturellement et avec facilité.

Auparavant, il aurait essayé de répondre d’une voix grave, afin de faire preuve d’autorité et de ne pas se mettre dans l’embarras. Mais maintenant, il n’avait plus besoin de ce genre de choses. Il était à l’aise avec lui-même tel qu’il était.

« En partageant le Calice avec chacune de ces personnes, vous deviendrez leur parent, ou leur grand frère, aux yeux des dieux des cieux, » entonna Alexis. « Si c’est vraiment votre volonté que vous veilliez l’un sur l’autre dans les moments de bien-être comme dans les moments de maladie, dans les moments de joie comme dans les moments de tristesse, dans les moments de richesse comme dans les moments de pauvreté, alors s’il vous plaît, buvez profondément de ce Calice. Montrez à ceux qui deviendront vos enfants et vos jeunes frères et sœurs le vin sacré qu’ils doivent boire. Vous pouvez continuer ! »

Yuuto avait souri ironiquement au discours affecté du prêtre.

Comme toujours, cela ressemblait tellement au discours prononcé lors des vœux d’un mariage japonais.

Il jeta un rapide coup d’œil à Mitsuki, et il vit qu’elle faisait un visage choqué qui semblait dire, « Quoi !? »

Il sourit un peu à cela, puis prit le grand calice à deux mains. Comme prévu, il était assez lourd.

Il but une gorgée et la remisa sur le support.

« Je vais maintenant recevoir le calice de votre part, et partager son contenu. » Alexis s’approcha d’un second support qui contenait un grand nombre de petites coupes, et une par une, il les plongea dans le grand calice pour les remplir de l’alcool qu’il contenait.

Les subordonnés d’Alexis avaient ensuite rassemblé les gobelets remplis et les avaient pris pour les distribuer au groupe de personnes qui se tenaient en ligne au centre du hörgr.

Une fois qu’Alexis avait confirmé que toutes les tasses avaient été distribuées, il prit une profonde inspiration, puis il continua.

« En tant que médiateur, j’offre ces mots à ceux qui détiennent maintenant le Calice. Au moment où vous boirez dans ce calice, vous deviendrez le subordonné du seigneur Suoh-Yuuto, le premier patriarche du clan de l’acier. Vous deviendrez son enfant juré, son petit frère ou sa petite sœur. À partir de ce moment, votre père, ou votre frère aîné, vous devrez le servir, lui et son clan, loyalement et sans faillir. Si vous êtes vraiment préparé à ce vœu, alors montrez votre détermination. Buvez le reste du contenu de votre calice, et laissez cette détermination prospérer à jamais en vous… Vous pouvez continuer ! »

Au signal d’Alexis, tout le monde dans la file avait levé sa tasse et avait bu son contenu d’un trait.

Et c’est ainsi qu’Yggdrasil vit naître un nouveau clan, le clan de l’Acier, avec Gimlé comme capitale.

+

Peu de temps après, les citoyens de ses territoires avaient commencé à désigner le chef du clan de l’acier par un nouveau terme, afin de le distinguer symboliquement des patriarches de clan qui lui étaient inférieurs.

Ils avaient commencé à l’appeler le « Grand Seigneur », Leginák.

+

« Ouf ! Voilà qui est au moins réglé. » Dans une petite pièce à l’écart de la salle du sanctuaire, Yuuto retira sa cape et la jeta grossièrement sur le côté.

On approchait déjà du début de la saison estivale. La fourrure du garmr faisait une splendide cape, mais il faisait trop chaud là-dedans.

« Tu as fait des merveilles, Grand Frère. » En attrapant la cape de fourrure dans ses bras, Félicia avait offert quelques paroles aimables en reconnaissance de l’effort de Yuuto.

« À propos de ça, » dit Yuuto.

« Pardon ? »

« Es-tu vraiment d’accord pour rester une petite sœur ? »

La hiérarchie actuelle du clan de l’acier était la suivante :

+

Patriarche, Suoh Yuuto

Mère du clan, Shimoya Mitsuki.

Chef des subalternes, Félicia

Premier rang, commandant en second, Linéa, patriarche du Clan de la Corne.

Deuxième rang, assistant du patriarche du Clan du Loup, Jörgen.

Troisième rang, patriarche du Clan de la Griffe, Botvid.

Quatrième rang, patriarche du Clan du Frêne Douglas.

Cinquième rang, patriarche du Clan des Chiens de Montagne Fundinn.

Sixième rang, le patriarche du Clan du Blé, Lágastaf.

Septième rang, chef des officiers subalternes, Skáviðr

Huitième rang, officier junior, Ingrid

Neuvième rang, officier junior, Sigrun

Dixième rang, officier junior, Albertina

Dixième rang, officier junior, Kristina

+

Techniquement, en tant que Chef des Subordonnés, Félicia était « au-dessus » des enfants subordonnés du clan en termes de déférence qu’ils devaient lui montrer, mais elle n’avait pas non plus d’autorité politique réelle à ce poste. On pourrait appeler cela un rang honorifique, éloigné de l’échelle du pouvoir.

Dans le système clanique d’Yggdrasil, la succession et le rang tournaient essentiellement autour du parent et des enfants jurés.

En tant que sœur cadette assermentée du patriarche, Félicia lui était affiliée, mais n’avait pas le droit d’être candidate à la succession, elle n’avait donc aucun « avenir ».

À l’époque où ils étaient encore dans le Clan du Loup, elle était restée comme jeune sœur à cause de ses sentiments de culpabilité, à la fois pour avoir invoqué Yuuto dans Yggdrasil contre sa volonté, et parce que son frère biologique Loptr avait tué le précédent patriarche du Clan du Loup, Fárbauti.

Mais maintenant, Yuuto était de retour à Yggdrasil de sa propre volonté, et l’incident avec Loptr remontait à plus de deux ans.

Yuuto pensait que Félicia avait fait plus qu’assez pour expier sa culpabilité, et donc en formant le clan de l’acier, il avait essayé d’en faire sa fille jurée.

« Si je deviens ton enfant juré, je deviendrai trop importante pour mon propre bien, je manquerais à mes devoirs d’adjuvante, Grand Frère. » Avec ces mots, elle avait refusé catégoriquement son offre.

« Franchement, je n’arrive pas à te croire. J’étais prêt à te récompenser pour tout ce que tu as fait, et j’avais même prévu de te faire diriger ton propre clan dans le futur. » Yuuto bouda un peu, visiblement un peu abattu par le fait que ses plans soient tombés à l’eau.

Félicia gloussa. « Grand Frère, si je peux me permettre, ce sont des faveurs que je n’ai jamais vraiment demandées ou dont je n’ai pas besoin. »

« Tu as vraiment préparé ta réponse. »

« Je n’ai qu’un seul souhait, le même que toujours. C’est d’être toujours à tes côtés, Grand Frère. Je ne demande rien d’autre. »

« Haah, d’accord. Bien, » déclara Yuuto avec un soupir. Il s’affala contre sa chaise et reposa son menton sur un bras.

Elle était vraiment complètement dépourvue d’ambition.

« Je pense que ta volonté dans cette affaire est absolument noble, tante Félicia. » Kristina ajouta ces mots élogieux, en plaçant une main sur sa poitrine comme si elle était émue.

***

Partie 2

Si l’on en croit les normes habituelles de cette fille, dans ce genre de situation, elle avait ensuite l’intention de dire ou de faire quelque chose de désagréable.

Félicia avait l’air un peu mal à l’aise et affichait une expression réservée.

Cependant, les prochains mots sortant de la bouche de Kristina étaient encore suffisants pour percer complètement la garde de Félicia.

« Après tout, les gens du Clan du Loup vont t’appeler “Grande tante Félicia” à partir de maintenant ! »

Félicia avait été tellement prise par surprise que le souffle qu’elle retenait inconsciemment avait éclaté avec un grand « Pffft ! »

Apparemment, elle n’avait même pas considéré cet aspect des choses. Pour quelqu’un comme Félicia, qui se souciait de son âge, une telle forme de nommage pouvait être considérée comme injustement cruelle.

« Ne la taquine pas trop avec ça, Kris, d’accord ? » Yuuto tapota une fois la tête de Kristina, lui donnant un léger avertissement, juste au cas où.

Si Félicia était de mauvaise humeur, alors les choses pourraient rapidement devenir problématiques.

En tant que personne ayant passé tant de temps avec elle, Yuuto voulait éviter cela à tout prix.

« P-Père ! » Linéa avait l’air timide en essayant de s’adresser à Yuuto. « Eh bien, c’est certainement différent de s’adresser à toi de cette façon. »

Linéa, elle aussi, était habillée et maquillée pour l’occasion, et était incroyablement jolie.

« Oui, mais maintenant, nous ne sommes plus de simples parents, » répondit Yuuto. « Nous sommes une vraie famille. Faisons de notre mieux. »

Avant, Linéa avait toujours été techniquement un « frère ou une sœur extérieur(e) » parce qu’elle venait d’un autre clan.

Mais maintenant, avec les nouveaux serments qui avaient été prêtés lors de cette cérémonie, elle faisait partie du même clan de l’acier que Yuuto.

Personnellement, Yuuto l’avait déjà considérée comme aussi proche que la famille immédiate, il était donc heureux que les choses se soient passées ainsi.

« En ce qui concerne les plans pour la ville, nous pouvons utiliser la forteresse existante comme quartier général pour l’instant, mais nous devons bien sûr nous atteler rapidement à la construction d’un palais de clan, » poursuivit Linéa. « En l’état actuel des choses, je pense que c’est un quartier général bien trop simple pour un clan qui règne sur six autres clans. Et notre tour Hliðskjálf devrait être au moins deux fois plus haute que celle-ci. »

En parlant, Linéa s’était rapprochée de la fenêtre et avait regardé la tour sacrée toute proche.

Yuuto avait proclamé Gimlé comme capitale du clan de l’Acier en même temps que le clan était officiellement formé.

Iárnviðr était une ville dans laquelle Yuuto avait passé trois ans maintenant, depuis son arrivée à Yggdrasil, il y était donc très attaché. Mais Iárnviðr était la capitale du Clan du Loup. Il y aurait de nombreux problèmes s’il déclarait la même ville comme étant la capitale du clan de l’acier, aussi s’était-il forcé à contrecœur à choisir un autre endroit.

À l’heure actuelle, Gimlé était une ville plus grande et plus peuplée qu’Iárnviðr.

Elle était également au centre d’une grande région de terres agricoles fertiles, connue localement sous le nom d’Iðavöllr, « les champs brillants ».

C’était une capitale tout à fait appropriée pour une grande nation comme le Clan de l’Acier, qui avait la juridiction sur un large territoire.

Yuuto se gratta l’arrière de la tête, un peu méfiant à l’égard de cette idée. « On n’a cependant pas vraiment besoin de faire des choses aussi extravagantes. En plus, c’est cher à faire. »

Au fond, c’était un homme qui s’enorgueillissait d’une efficacité pure et simple.

S’il y avait assez d’argent à dépenser pour les apparences, il préférerait le dépenser pour améliorer la productivité du pays.

« Bien sûr, nous n’aurons pas besoin de faire quoi que ce soit de plus voyant que nécessaire, » dit Linéa. « Cependant, dans l’état actuel des choses, on sera suffisamment à l’étroit pour que cela affecte le travail quotidien des gens. Et comme pour l’Hliðskjálf, le laisser trop court affectera le niveau de confiance et de révérence que les gens ont pour le clan de l’acier. »

« D’accord, j’ai compris, » dit Yuuto en lui faisant un signe de la main. « Très bien, je te laisse donc ce genre de choses. »

Linéa avait des compétences administratives qui surpassaient même celles de Jörgen. Si elle disait que quelque chose était nécessaire, alors il valait mieux faire confiance à son jugement.

Les personnes moyennement compétentes avaient tendance à avoir du mal à confier des tâches aux autres, et préfèrent s’occuper elles-mêmes des choses. Ce genre d’attitude pouvait fonctionner dans une très petite organisation, mais à une échelle beaucoup plus grande, elle s’effondrait.

Yuuto avait compris le concept d’utiliser la bonne personne pour la bonne tâche —, et de lui faire vraiment confiance pour qu’elle s’en occupe toute seule.

Ce n’était pas une compétence tape-à-l’œil, en fait, certains pourraient dire que c’était une partie très ordinaire et peu impressionnante de l’organisation. Mais en tant que chef d’une organisation de très grande envergure, il était essentiel pour le rôle de Yuuto qu’il possède déjà une telle compétence.

« Les téléphones se connectent ici aussi ? » demanda Mitsuki, l’air un peu inquiet.

Elle utilisait son téléphone pour rester en contact avec ses parents, donc pour elle c’était un des points les plus nécessaires.

C’était aussi le cas pour Yuuto. Pouvoir accéder à des informations et faire des recherches sur Internet était littéralement une bouée de sauvetage par moments, et il ne pouvait donc pas se permettre de laisser passer cet avantage.

« Oui, il n’y a aucun problème avec ça, » avait-il dit.

Environ un demi-mois plus tôt, Yuuto avait emmené le miroir divin d’Iárnviðr à la tour Hliðskjálf de Gimlé, et y avait mené une expérience. Il avait pu se connecter à Internet normalement et également passer des appels.

Il semblerait qu’indépendamment de l’emplacement physique ici, le facteur clé de la communication était d’avoir le « miroir apparié » au miroir divin dans le Japon de l’ère moderne.

« Alors, d’accord, » dit Mitsuki. « Je vais aller de l’avant et l’essayer ce soir. »

« Très bien, assure-toi de transmettre mes salutations à tes parents. »

« Je le ferai, et je leur dirai que nous nous entendons bien, nous aussi. »

« … Était-ce censé être une attaque contre moi ? »

« Hein ? Comment ça pourrait l’être ? » Mitsuki regarda Yuuto d’un air absent.

Il semblait qu’elle n’avait pas vraiment compris le sens de sa question.

Yuuto avait ri faiblement pendant un moment avant d’expliquer.

« Ha ha ha… Tu sais, ce dernier mois, j’ai été tellement occupé que je n’ai pas pu passer beaucoup de temps avec toi. Et à partir de demain, je dois partir à la conquête du Clan de la Panthère. Je me disais justement que j’avais mal agi envers toi. »

« Non, c’est bon. Yuu-kun, je comprends que tu sois occupé en ce moment. » Mitsuki avait ri, en faisant un signe de la main à Yuuto.

Elle était vraiment une femme formidable.

Pour le bien de Yuuto, elle avait été prête à abandonner sa patrie, à se séparer de sa famille, et à venir ici avec lui, et pourtant il finissait toujours par la laisser seule parfois. Il se sentait tellement coupable.

Et donc, il avait pris une décision ferme.

« Quand cette campagne sera terminée, et que je reviendrai… nous aurons une vraie cérémonie de mariage. »

« Hein ? » Une fois de plus, Mitsuki l’avait regardé avec une expression vide et perplexe.

Mais cela n’avait duré qu’un instant, après quoi elle avait éclaté en un large sourire, rempli de joie.

« D’accord ! » Avec de grosses larmes coulant sur ses joues souriantes, Mitsuki avait embrassé Yuuto.

 

+

C’était le lendemain de la cérémonie d’établissement officiel du clan de l’acier. Devant les portes de la ville de Gimlé, six mille soldats étaient rassemblés, attendant tous avec impatience l’ordre de départ.

Une autre force de quatre mille personnes devait les rejoindre à Fólkvangr, puis trois mille autres les rejoindraient depuis la ville de Myrkviðr, située à la frontière occidentale, où ils se trouvaient actuellement.

Au total, il s’agirait d’une armée géante de treize mille hommes. Bien que les forces de Yuuto aient subi un certain nombre de pertes au cours des deux derniers mois, elles avaient même réussi à dépasser les chiffres qu’elles avaient apportés à la bataille de Gashina.

Au cours de la deuxième bataille de la rivière Élivágar, il y a un mois, un simple regard de Yuuto avait repoussé l’invasion du Tigre affamé de batailles, puis il y avait eu sa victoire à la rivière Körmt, si unilatérale qu’elle était une première historique.

En un rien de temps, les récits enthousiastes s’étaient répandus de personne en personne, et maintenant les clans de la grande région savaient tous que Suoh-Yuuto le « dieu de la guerre » était vivant et en bonne santé.

Ainsi, pour regagner l’honneur qu’ils avaient perdu en n’envoyant pas d’aide, ou pour gagner les faveurs de Yuuto pour l’avenir, ou encore pour obtenir un plus grand statut au sein du nouveau clan de l’acier, les différents clans subsidiaires avaient tous envoyé à Yuuto de nombreux soldats.

De plus, depuis que la campagne de soumission du Clan de la Panthère avait été annoncée publiquement et à grande échelle, un grand nombre de combattants individuels affluaient de partout, demandant à rejoindre le Clan de l’Acier dans l’espoir de devenir riche ou de se faire un nom sous une bannière gagnante.

La plupart des candidats étaient la vulgaire racaille habituelle, mais il y avait quelques exceptions prometteuses.

Par exemple, un Einherjar qui avait autrefois dirigé une bande de bandits campant sur les pentes du mont Éljúðnir.

« Hein, alors tu es vraiment vivant, » Sigrun l’avait salué.

« Héhé. Cela fait longtemps, Dame Sigrun. Pardonnez-moi pour ce qui s’est passé à l’époque. J’ai changé mes habitudes et je suis devenu honnête. »

L’ancien chef des bandits avait redressé les épaules et avait poursuivi.

« Je m’appelle Hildegard, du village de Zaltz ! Ce printemps, j’ai été bénie par notre déesse mère Angrboða avec la rune d’Úlfhéðinn, la peau de loup, et je suis donc venue ici pour utiliser mes pouvoirs au maximum sous la bannière de notre grand seigneur, Leginák Suoh-Yuuto ! »

L’ancien chef des bandits n’était pas la seule recrue prometteuse : il y avait aussi une jeune fille qui venait de s’éveiller à ses capacités runiques en tant qu’Einherjar.

Le flux des demandes d’adhésion ne montrait toujours aucun signe d’arrêt, et il y avait donc de fortes chances que la taille totale de l’armée augmente encore après le début de la campagne.

Yuuto se serait contenté d’atteindre un repère de dix mille, il avait donc été heureux de découvrir que le nombre dépassait ses estimations.

« Tout cela est dû à ton prestige, Père, » lui avait expliqué Linéa.

Pour protéger les frontières de son territoire, il avait assigné au nouveau patriarche du Clan du Loup, Jörgen, et au chef des subordonnés du clan de la corne, Rasmus, deux mille soldats chacun. Ensuite, il avait engagé deux mille cavaliers du Clan de la Panthère parmi les prisonniers qu’il avait capturés, pour les utiliser comme réserves.

***

Partie 3

Hier, il avait reçu un message de Ginnar par pigeon voyageur, indiquant que le Clan de la Flamme avait déplacé ses troupes à la frontière avec le Clan de la Foudre.

Avec cela, les préparatifs pour gérer le Clan de la Foudre étaient terminés.

Quant aux affaires domestiques de son clan pendant qu’il était à la guerre, Yuuto avait Linéa et Jörgen pour s’occuper des choses, il n’avait donc pas à s’inquiéter.

Plus rien ne le retenait, il pouvait maintenant concentrer toutes ses pensées uniquement sur le combat contre le Clan de la Panthère.

« Très bien. Je vais y aller maintenant. » Yuuto avait fait un signe de la main, comme s’il allait juste faire une petite course.

Le visage de Mitsuki, cependant, était resté sérieux.

Il n’y avait aucun doute qu’elle était inquiète pour lui. C’est pourquoi Yuuto avait essayé de faire passer les choses pour des choses sans importance, mais il semblait que cela n’avait pas eu d’effet.

Mitsuki avait levé les yeux vers lui, des larmes commençant à couler dans ses yeux.

« Prends… soin de toi, d’accord ? » dit-elle en s’étranglant un peu.

« Je le ferai. Ne t’inquiète pas, » lui assura Yuuto. « Ici, je suis connu comme… un dieu de la guerre, tu sais ? »

Yuuto avait fait un clin d’œil et sa bouche s’était recourbée en un sourire en coin, et il avait attrapé l’air avec sa cape alors qu’il se tournait pour grimper sur la plateforme surélevée derrière lui.

Il balaya du regard la masse des guerriers rassemblés devant lui.

Ils avaient tous l’air excités et prêts à y aller. Yuuto pouvait voir qu’ils étaient tous convaincus qu’ils ne pouvaient pas perdre. Ils étaient prêts à aller chercher la victoire de leurs propres mains, cela se lisait sur leurs visages.

Yuuto prit une longue et profonde inspiration, puis haussa la voix pour les appeler.

« Guerriers d’élite du clan de l’acier ! Je suis votre patriarche, Suoh Yuuto ! »

« Yeeaaaaahhhh !! » Un chœur d’acclamations avait éclaté dans la foule.

Les ondes sonores avaient traversé le corps de Yuuto, se répercutant jusqu’à son cœur. Il leva son bras gauche, et fit un mouvement de descente avec sa main. C’était un geste qui demandait le silence.

Le vacarme de la foule s’était rapidement calmé, et Yuuto avait continué.

« Nous ne sommes plus divisés par nos clans individuels. Sous la bannière de ce clan de l’acier, nous ne faisons plus qu’un ! À partir de ce jour, nous devons avancer de manière solidaire, en travaillant pour nous soutenir mutuellement. Les batailles qui nous attendent sont la meilleure occasion de renforcer les liens de cette nouvelle union ! Combattons ensemble, dos à dos, et éradiquons nos ennemis ! »

Yuuto avait fait une pause et avait levé sa main droite, qui tenait un bâton dont le sommet était modelé d’après une armure.

La tête du bâton avait balayé vers le bas, pointant vers l’avant, et Yuuto avait crié à pleins poumons.

« À toutes les troupes, allez-y ! »

 

+

« S-Sire, j’ai un rapport ! » Le messager du Clan de la Panthère s’était écrié, faisant irruption pour interrompre le dîner de son patriarche. « L’armée du Clan du Loup a commencé à marcher vers l’ouest ! On nous dit que des soldats se rassemblent également à Fólkvangr et Myrkviðr, et on estime qu’ils sont plus de dix mille en tout ! »

« Dix… !? » Hveðrungr était tellement choqué qu’il laissa tomber la cuillère de sa main. « Ne sois pas absurde ! Comment ont-ils pu réussir à rassembler autant de troupes !!? »

Pour autant que Hveðrungr le sache, le Clan du Loup avait beaucoup souffert de son énorme défaite à la bataille de Gashina, ainsi que des pertes dues à sa défaite et à sa retraite à la deuxième bataille de la rivière Élivágar.

Il avait estimé que l’armée dans cette campagne contre le Clan de la Panthère ne compterait que six ou sept mille hommes, et qu’ils ne dépasseraient pas dans tous les cas les huit mille.

La nouvelle qu’ils venaient avec presque le double du nombre qu’il avait prévu avait laissé Hveðrungr ébranlé.

« Grrrgggh… ! » Hveðrungr grogna, et se mordit fortement l’ongle du pouce en signe de frustration.

La perte de sept mille combattants d’élite du Clan de la Panthère lors de la précédente bataille à la rivière Körmt était un gros problème. Il avait envoyé des renforts de la région de Miðgarðr, mais même avec ceux-ci, il n’avait que six mille cavaliers au total.

En plus de cette énorme différence de nombre, l’ennemi avait sa tactique du mur de wagon, ainsi que cette nouvelle arme, les « serpents de feu ».

Avec une armée aussi nombreuse, l’ennemi aurait sûrement des difficultés à maintenir ses lignes d’approvisionnement, de sorte que se retrancher dans la ville et se défendre contre un siège serait normalement une option.

Mais l’ennemi avait aussi les moyens d’utiliser l’atout majeur des armes de siège, le trébuchet, incroyablement destructeur.

Myrkviðr, la ville située à l’ouest du territoire du Clan de la Corne, était entourée d’abondantes forêts, et il n’y aurait donc aucune pénurie de bois utilisable pour eux.

Hveðrungr devait admettre que la situation ne se présentait pas bien pour lui.

Le messager continua son rapport. « De plus, il y a quelques jours, le patriarche du Clan du Loup Suoh-Yuuto a donné le poste de patriarche à son ancien second, Jörgen, et… »

« Quoi !? » cria Hveðrungr.

Les gens sont des créatures qui, souvent, ne comprennent pas complètement ce qu’on leur dit si cela va trop loin de ce qu’ils sont prêts à entendre.

C’était le cas de Hveðrungr à ce moment-là.

« Le rapport dit qu’il a établi son propre nouveau clan, le Clan de l’Acier, avec lui-même comme patriarche, et a placé tous ses clans affiliés, y compris son propre ancien Clan du Loup, comme des filiales enfants en dessous de lui ! » poursuit le messager.

« Le “Clan de l’Acier”, dis-tu ? » Sous son masque, les sourcils de Hveðrungr s’étaient froncés.

Comme il l’avait rappelé, l’acier était le composant clé du nihontou.

C’était aussi la première chose que Yuuto avait créée après son arrivée à Yggdrasil, et l’une des forces motrices derrière l’avancement du Clan du Loup là où il était maintenant.

Je vois, pensa Hveðrungr. Dans ce sens, c’est peut-être le nom le plus approprié pour le propre clan du garçon.

« Rat voleur de trône, » Hveðrungr cracha avec irritation. « Alors, tu as finalement montré ta vraie nature avide, n’est-ce pas ? »

Le Clan du Loup était un clan avec plus de cent ans d’histoire et de fierté. Son nom était porteur de sens et de prestige. Et pourtant, cet enfant, ce moins que rien, prenait ce précieux nom qu’il avait hérité de son prédécesseur, et le plaçait sous sa propre création. Peut-être était-ce le désir de gloire personnelle de ce garçon, mais c’était une honteuse démonstration d’arrogance.

Jörgen et Skáviðr s’étaient eux aussi dégradés en pardonnant un acte aussi despotique. Apparemment, leur clan n’était Loup que de nom, car ils avaient sombré pour ne plus être que les chiens domestiqués par Yuuto. Pour Hveðrungr, c’était déplorable.

Sigyn était en faute ici, aussi. Il avait laissé sept mille soldats d’élite sous sa responsabilité, et elle les avait perdus. Maintenant, à cause d’elle, il était dans cette situation. Il pourrait la tuer une centaine de fois, ça ne serait pas suffisant.

De cette façon, Hveðrungr s’attarda sur une cible haineuse après l’autre, les maudissant toutes avec un ressentiment sincère.

Il devait continuer à le faire, sinon il entendrait le murmure au fond de son esprit. La voix du diable qui disait :

Le choix de l’ancien patriarche du Clan du Loup, Fárbauti, était le bon, après tout.

Quelqu’un comme toi n’a pas ce qu’il faut pour vaincre Yuuto.

Il est bien plus grand que toi.

Il ne pourrait jamais, jamais reconnaître de telles choses.

S’il les reconnaissait, il renierait tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent, tout ce qu’il était.

Et donc il devait le couvrir de haine.

Avec la lumière de la folie dans les yeux, comme s’il se poussait lui-même pour aller de l’avant, Hveðrungr avait crié d’une voix proche du hurlement :

« Ne crois pas que tu puisses rester longtemps aussi imbu de toi-même, Yuuto ! Vas-y, viens, je te frapperai quand tu le feras. Cette fois, je gagnerai, et je prouverai que j’avais raison depuis le début ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire