Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 6 – Partie 9

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 9

Mais Hveðrungr n’avait pas ces choses pour le soutenir. Tout ce qu’il avait avait été pris à quelqu’un d’autre.

Le doute avait grandi en lui et avait donné lieu à une hésitation, et cette hésitation avait perturbé sa concentration.

« Ngh !? » Soudain, tout le corps de Hveðrungr était aussi lourd que de la pierre.

Le royaume de la vitesse divine avait cédé.

Le fait d’avoir été poussé au bord de la mort avait forcé sa concentration au-delà de ses limites et lui avait permis d’entrer dans cet état. Mais avec sa concentration perturbée par le doute, il ne pouvait plus la maintenir.

« Ngh... agh... »

Le prix à payer pour cette incroyable augmentation de sa vitesse était une douleur intense et une perte de force dans tout son corps, qui l’avaient envahi en même temps. Ses jambes tremblaient et il ne pouvait plus rester debout, tombant à genoux.

Même à ce moment-là, il n’avait pas pu se tenir debout, et il était tombé en avant sur ses bras.

Avec son ennemi juste en face de lui, il savait que c’était plus que dangereux. Il avait essayé de se forcer à se relever, mais son corps ne répondait pas.

Et à ce moment-là, Hveðrungr avait compris que c’était la fin pour lui.

« Donc, au final, le pouvoir que j’ai volé aux autres n’était rien de plus qu’un faux bon marché…, » avait-il murmuré.

Aussi têtu qu’il soit, même Hveðrungr ne pouvait s’empêcher de penser ainsi maintenant.

En deux ans à peine, le garçon Yuuto, qui ne connaissait rien à la stratégie militaire, l’avait complètement dépassé, et toutes les compétences qu’il avait accumulées avec l’épée avaient été impitoyablement écrasées.

Skáviðr secoua légèrement la tête.

« Imiter les autres n’est pas en soi une mauvaise chose. En fait, pour un débutant, c’est la chose la plus importante à faire. Mais ce que tu as fait, c’est te contenter de cela. Tu as négligé de prendre ce que tu avais copié et d’en faire une partie de toi-même, en l’utilisant pour ajouter à ce que tu es et te rendre plus fort. C’est ce qui te rend différent de Maître Yuuto, et c’est pourquoi tu as perdu. »

« Hmph, je n’ai pas besoin de t’entendre faire la morale. Dépêche-toi de me tuer. »

« … C’est vrai. J’aimerais te dire : “Que nous nous retrouvions au Valhalla”, mais avec les péchés que tu as commis, tu n’y iras pas. »

« Ah ! Tu ajoutes l’insulte à la blessure, je vois. » Hveðrungr avait émis un petit rire fatigué et autodérisoire.

En le regardant de haut, Skáviðr avait levé sa lame dans les airs.

« Adieu, mon décevant étudiant, » dit-il d’un ton froid et détaché, et il abattit l’épée…

Clap clap clap ! « Très bien, ça suffit maintenant ! »

Il avait été interrompu par la voix d’une jeune fille et des applaudissements. C’était une voix enfantine qui ne semblait pas à sa place sur un champ de bataille.

La lame de Skáviðr s’était arrêtée juste avant d’atteindre le cou de Hveðrungr.

« Kristina. » Sans bouger et en tenant son épée exactement à l’endroit où elle s’arrêtait, seuls les yeux de Skáviðr se tournèrent pour fixer la jeune fille qui était arrivée.

Derrière elle, il y avait plusieurs dizaines de soldats.

Apparemment, le fait que Hveðrungr se dirigeait vers les montagnes était quelque chose que Yuuto avait également prédit. C’était vraiment une défaite totale.

« “Vous pouvez le prendre mort ou vif. Cependant, si c’est possible, ramenez-le moi vivant.” Je crois que c’étaient les ordres de Père, oui ? »

« … Oui, ça l’était. »

La jeune fille leva un doigt et désigna Skáviðr. « Et pour quelqu’un comme toi qui est le visage même de la loi, tourner le dos aux ordres de Père te causerait certainement des problèmes, n’est-ce pas ? »

« Tch. » Skáviðr fit claquer sa langue en signe d’irritation et retira son épée du cou de Hveðrungr. Cependant, même en le faisant, Hveðrungr pouvait sentir l’attention de l’homme dirigé vers lui, prêt à réagir s’il faisait quoi que ce soit.

Ce niveau de maîtrise, même en dehors du combat, était plus impressionnant que jamais.

« Maintenant, tout le monde, si vous voulez bien. » La jeune fille avait claqué des doigts, et les soldats derrière elle avaient couru et ils s’étaient accrochés à Hveðrungr en groupe.

Ils l’avaient brutalement forcé à s’allonger sur le sol et avaient commencé à l’attacher.

Il n’avait plus la force de se défendre, mais ils avaient gardé cinq hommes sur lui.

Pendant ce temps, Hveðrungr avait capté la conversation entre Skáviðr et la jeune fille, leurs voix lui étant transmises par le vent.

« Tu m’en dois une, d’accord ? »

« … Pour m’avoir empêché de le tuer ? » demanda Skáviðr.

« Non. Pour t’avoir permis de faire quelque chose d’aussi imprudent que de le poursuivre tout seul. »

« Tu as raison. Je t’en dois une. »

+

« Hé, lève-toi ! » Quelqu’un avait secoué violemment le corps de Hveðrungr, qui avait ouvert les yeux. Il avait dû perdre conscience à un moment donné. Peut-être était-ce un effet secondaire de l’intense tension exercée sur son corps par l’utilisation du Royaume de la Vitesse Divine.

Apparemment, après avoir été ligoté, il avait été jeté dans un chariot tiré par des chevaux.

En tant que patriarche du Clan de la Panthère, il avait passé ses nuits à dormir dans un lit luxueux et magnifiquement décoré, et pourtant, quelques jours plus tard, voilà à quel point il était tombé. Hveðrungr ne pouvait s’empêcher de rire de lui-même.

« Qu’est-ce qui te fait rire ? » cria le soldat. « Allez, lève-toi ! »

« Ghh… » Lorsque le soldat l’avait forcé à se redresser, une douleur intense avait traversé tout le corps de Hveðrungr. Cela aussi devait être les effets du royaume de la vitesse divine.

Ainsi, alors qu’il avait certainement permis une augmentation drastique des capacités de combat, il semblerait que l’on doive payer un prix approprié pour cela.

« Descends, » ordonna le soldat. « Le patriarche t’attend. »

Hveðrungr avait fait ce qu’on lui avait dit, traînant ses jambes sur le bord arrière ouvert du chariot et se laissant tomber sur le sol.

Il pouvait bouger un peu son corps maintenant, peut-être grâce au fait qu’il avait dormi un peu. Cependant, ce n’était qu’un peu, il n’était pas en état de se battre.

De plus, le haut de son corps était complètement attaché par des couches de cordes.

Les soldats du Clan de l’Acier étaient également tout autour de lui, les yeux rivés sur lui.

Hveðrungr n’était pas assez fou pour penser à opposer une quelconque résistance.

Le soldat tira sur la corde attachée autour de lui, le tirant vers une grande tente pavillon, couverte et entourée de grands draps de tissu blanc.

L’un des draps était tiré vers le haut, il passa dessous et entra dans la tente, où étaient rassemblés un groupe d’hommes, et tous ces hommes étaient nettement plus distingués et redoutables que le soldat moyen.

Ils étaient probablement les généraux de l’armée du clan de l’acier.

Plusieurs d’entre eux avaient des visages que Hveðrungr avait reconnus.

Au fond de la foule, assis sur une chaise, le menton appuyé contre une main, se trouvait un jeune homme aux cheveux noirs, qui le regardait fixement.

À l’instant où les yeux de Hveðrungr rencontrèrent les siens, il sentit son corps frissonner de façon incontrôlable.

Même s’il était plus jeune que tous les autres, le jeune homme possédait une présence dominante et une aura intimidante qui les éclipsait tous.

Hveðrungr n’avait pas pu cacher sa surprise en réalisant qu’il s’agissait de Yuuto.

« Alors, vous êtes Hveðrungr ? » dit Yuuto, d’une voix basse et froide, en le regardant fixement.

C’est impossible que tu ne le saches pas. Pourquoi est-ce que tu me le demandes ? Cette question avait traversé l’esprit de Hveðrungr, mais il était tellement submergé par la différence chez Yuuto qu’il ne pouvait pas parler.

Yuuto souleva son menton de sa main. Se redressant, il leva trois doigts.

« Vous avez commis trois grands péchés. Le premier : ravager les belles terres de mon clan subordonné, le Clan de la Corne. Le deuxième : tuer mon fils Olof à Gashina, ainsi que de nombreux autres membres de ma famille. Le troisième : mettre le feu à vos propres terres, brûler ce que vous étiez censé protéger. »

Au fur et à mesure que Yuuto énumérait chaque accusation, il ferma un doigt, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Il regarda ensuite Hveðrungr avec un feu glacial dans les yeux, et il proclama :

« Le prix de vos péchés est la mort. »

« Ah ! » Une belle femme aux cheveux dorés qui se tenait à proximité haleta, et son visage devint pâle.

C’était Félicia, la jeune sœur biologique de Hveðrungr. Il semblerait que le choc d’entendre sa propre chair et son sang recevoir la sentence de mort était difficile à supporter.

Cependant, elle n’avait pas protesté. Se mordant la lèvre inférieure, elle détourna discrètement son visage du regard de Hveðrungr. Il semblait qu’elle s’était préparée à cela.

Hveðrungr était très déçu de voir que la dernière fois qu’il voyait son visage était dans la tristesse. Cependant, il était quand même content d’avoir pu la voir une dernière fois avant de mourir.

À cet instant, Hveðrungr avait préparé son cœur à la mort.

Yuuto déplia son index, le brandissant à nouveau. « C’est ce que je préférerais dire, mais vous m’êtes plus utile vivant. »

« Hmph ! Te laisses-tu influencer par la compassion pour un vieil ami ? » Hveðrungr ricana. « Je pensais que tu avais grandi, mais tu es après tout toujours aussi doux. »

« Vieil ami ? Je ne vois pas ce que vous voulez dire. »

Yuuto avait ignoré les paroles de Hveðrungr, et avait préféré regarder à sa droite.

« Skáviðr ! » avait-il crié.

« Oui, monsieur ! »

« Tu as bien fait de le capturer vivant. Je vais maintenant te récompenser pour cela, ainsi que pour tout le travail loyal que tu as accompli jusqu’à présent. Je t’accorde le Clan de la Panthère. »

Skáviðr sursauta, les yeux écarquillés. « Voulez-vous m’installer comme patriarche ? »

Skáviðr était normalement une personne très calme et imperturbable, donc à en juger par sa réaction, Yuuto n’avait pas dû lui en parler avant.

« C’est exact, » dit Yuuto. « Par chance, nous avons l’actuel patriarche du Clan de la Panthère ici même, et son prédécesseur à Gimlé. Cela devrait suffire à faire une demande légitime pour le poste, non ? »

La bouche de Yuuto s’était recourbée en un sourire diabolique quand il avait dit cela.

Si quelqu’un tuait un patriarche pour prendre sa place, c’était une usurpation par meurtre. Cela ne servait pas de preuve de la légitimité du pouvoir, et les membres du clan seraient sûrement réticents à obéir aux prétentions du nouveau patriarche.

Cependant, si on maintenait le patriarche en vie et qu’on lui prenait le clan, c’était une abdication forcée.

Bien sûr, il s’agissait toujours d’une prise de pouvoir par la force, et il y aurait toujours des membres du clan qui s’y opposeraient, prétendant que le Serment du Calice qui accordait le poste au nouveau patriarche était nul et non avenu. Mais cette méthode était tout de même beaucoup plus légitime politiquement que la précédente.

Si l’ancien patriarche du Clan de la Panthère était également en captivité au sein du Clan de l’Acier, cela rendrait la chose encore plus efficace.

Yuuto leva le poing et le serra avec force.

« Ce dont j’ai besoin maintenant, c’est de pouvoir. Assez de pouvoir pour régner sur tout Yggdrasil. Les combattants montés du Clan de la Panthère sont un pas vers ce but, et je dois les avoir pour moi. »

« … !! » Des halètements sans paroles se firent entendre dans toute la pièce, comme si une onde de choc avait traversé les personnes rassemblées là.

C’était parfaitement compréhensible, car à ce moment-là, Yuuto venait de proclamer son intention de conquérir le royaume.

« Keh ! Keh heh heh ! AHAHAHAHAHAHA !!! » Hveðrungr n’avait pas pu s’empêcher d’éclater de rire.

Sa voix avait résonné bien au-delà des murs de la tente.

« Qu’est-ce qui te fait rire ? Qu’est-ce qui est si drôle, hein !? » cria l’un des généraux de la foule, mais Hveðrungr ne lui prêta pas attention.

Comment pourrait-il ne pas rire de ça ?

La déclaration de Yuuto était un grand discours, suffisamment pour qu’on ne puisse que la considérer que comme une vantardise irréaliste. Et pourtant, Hveðrungr avait aussi perçu dans ses paroles la détermination pure et simple, indiquant qu’il avait la volonté d’assumer la difficulté et la responsabilité que sa proclamation ne manquerait pas de lui apporter.

Il avait maintenant l’attitude digne d’un seigneur juste et légitime, mais aussi l’aura redoutable d’un conquérant. Avec ces deux qualités en équilibre, il avait la présence dominante d’un souverain suprême se tenant en dessus de tous.

Était-ce la même personne que ce petit garçon inutile et naïf d’avant ?

C’était une personne totalement différente.

En seulement deux ans, il avait tellement grandi. Hveðrungr se demandait combien de temps il avait dû passer à travailler pour améliorer son corps, son esprit et son âme pendant cette période.

Comparé à Hveðrungr, qui s’était accroché à une force empruntée sans jamais la faire sienne, Yuuto était à un niveau différent en tant que personne.

Pendant tout ce temps, Hveðrungr l’avait considéré comme un petit voleur sournois. Non, il s’était forcé à penser à Yuuto de cette façon.

Mais il semblerait que le chat errant que sa petite sœur avait ramené à la maison se soit avéré être un véritable lion.

Cette vérité avait fini par lui sauter aux yeux.

Peu importe combien il avait lutté, il n’avait jamais été capable de se mesurer à Yuuto. Et maintenant, Hveðrungr réalisait qu’il voulait observer et voir jusqu’où ce jeune homme pouvait aller.

« Très bien, alors, je vous donne le Clan de la Panthère, » annonça Hveðrungr. « Utilisez-le comme bon vous semble. »

Il avait déclaré cela avec une expression qui semblait presque rafraîchie, comme si un esprit maléfique qui le possédait jusqu’à maintenant l’avait finalement quitté.

Il souriait, mais c’était un sourire joyeux, le même que celui que l’homme connu sous le nom de Loptr avait l’habitude de porter.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire