Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 6 – Partie 8

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 8

« Mon style de combat est quelque chose que j’ai développé, et il est en accord avec mon propre corps, » dit Skáviðr. « Toi et moi avons des tailles différentes, des corpulences différentes. Même si tu imites les mêmes mouvements que moi, cela ne suffira pas à effacer tes propres mouvements initiaux. Pas tant que tu n’auras pas harmonisé les mouvements dans une forme idéale qui correspond à ton propre corps, bien sûr. »

Sa conférence terminée, Skáviðr avait positionné son épée devant lui.

Les deux hommes n’avaient aucun moyen de le savoir, mais dans les anciennes écoles traditionnelles japonaises d’arts martiaux, ce que Skáviðr avait décrit était connu sous des termes tels que mubyoushi (« vide de rythme ») ou shukuchi (« rétrécissement de la terre »), et c’était l’une des plus hautes classes de techniques ésotériques.

C’était quelque chose que l’on ne pouvait atteindre qu’en pratiquant les principes de base encore et encore, une technique ultime qui était, au fond, une application des principes de base.

« Grhh ! Dans ce cas, prends ça ! » cria Hveðrungr en brandissant à nouveau son épée.

Mis au pied du mur, il ne pouvait compter que sur sa propre technique : l’épée des mille illusions.

Il libérerait les styles d’épée de chaque personne qu’il avait volée, un concept complètement opposé à la technique de Skáviðr.

À chaque utilisation de cette capacité, il mélangeait l’ordre dans lequel il libérait les attaques copiées.

C’était comme une illusion toujours changeante à sa disposition, quelque chose qui aurait dû être impossible à prévoir. Cependant, ce n’était pas le cas.

Skáviðr ricana. « Hmph ! Peut-être que ça va dérouter quelqu’un de jeune et de moins expérimenté, comme Sigrun, mais tu devrais savoir combien de batailles j’ai survécu, et combien de fois j’ai trompé la mort. Une petite ruse comme celle-là ne marchera pas sur moi. »

Et comme il l’avait affirmé, il avait facilement géré chacune des attaques de Hveðrungr.

Il les avait repoussés. Il les avait déviés. Il les avait évités.

Il avait même vu le coup d’épée combiné au sort de Mirage, et s’était enfin approché de Hveðrungr.

La taille de Skáviðr se retourna, la puissance de ses muscles se tordant pour prendre forme et déclencher un dernier coup horizontal.

Je vais mourir maintenant.

Cette pensée résonnait au fond du cœur de Hveðrungr, et il y croyait.

Cependant, l’attaque de Skáviðr avait soudainement commencé à sembler plus lente.

La couleur semblait disparaître de la vision de Hveðrungr, tout devenant gris comme de la cendre.

Il avait entendu dire que lorsqu’une personne était sur le point de mourir, le monde semblait ralentir pour elle.

Il pensait que c’était ce qui se passait maintenant.

Cependant, en même temps, il avait aussi réalisé que c’était une opportunité.

La mort l’attendait s’il ne faisait rien. Mais s’il pouvait profiter de ce temps qui passait lentement, peut-être pourrait-il faire quelque chose.

En guise de test, Hveðrungr avait tenté de déplacer sa lame pour intercepter la trajectoire de l’attaque de Skáviðr, pour la faire dévier de sa trajectoire.

Son corps ne bougeait pas comme il le voulait.

Il se sentait lourd et léthargique, comme s’il essayait de se déplacer sous l’eau ou dans la boue.

Mais il se déplaçait toujours plus vite que Skáviðr.

Clang !

Le son du métal sur le métal avait résonné, et les deux lames s’étaient repoussées l’une et l’autre.

Hveðrungr avait arraché sa vie des mâchoires de la mort.

Pourtant, le danger n’était pas passé.

Skáviðr renouvela la prise de son épée et s’apprêta à porter un puissant coup aérien.

Lentement, Hveðrungr déplaça sa propre épée pour s’aligner avec l’attaque, et la dévia.

« Ghh… !? » Skáviðr avait haleté et l’avait regardé en état de choc.

Après tout, la seule façon pour Hveðrungr de dévier ses attaques était de pouvoir les lire.

La confiance calme de l’instant précédent avait complètement disparu.

Pour Hveðrungr, voir Skáviðr sous cet aspect était merveilleux. Un rire sauvage avait jailli du fond de son être.

« Keh heh heh ! Ha ha ha ha ha ha ! Je peux les voir ! Je peux lire tes attaques comme le dos de ma main ! »

La rune Alþiófr de Hveðrungr, Bouffon des mille illusions, pouvait voler n’importe quelle technique.

Ce qu’il utilisait maintenant était la technique de Sigrun : le royaume de la vitesse divine.

+

« Ha ! » Skáviðr s’était élancé en avant, déclenchant une puissante attaque de poussée.

En l’observant au ralenti, Hveðrungr n’avait pu s’empêcher d’être impressionné à sa vue.

Ce n’était pas seulement le coup d’épée lui-même, mais aussi les mouvements de la fente, même dans son état actuel, Hveðrungr pouvait à peine voir les mouvements initiaux devant eux.

Cependant, ce n’était plus un problème du tout maintenant.

En l’état actuel des choses, il pouvait maintenant réagir aux attaques après le mouvement de l’épée, tout en arrivant à temps.

Hveðrungr se tourna sur le côté pour esquiver le coup, et fit un grand pas en avant, l’amenant à proximité de son adversaire. C’était quelque chose qu’il ne pouvait faire que parce qu’il pouvait maintenant lire tous les mouvements de Skáviðr.

« Hoh ! » Il expira, et fit glisser son épée dans l’air lourd du temps ralenti, comme s’il la guidait dans l’eau.

Du point de vue de Hveðrungr, ses mouvements semblaient également lents, mais ce n’était pas vrai du tout.

En fait, cette attaque était probablement le mouvement le plus rapide que Hveðrungr ait jamais effectué dans sa vie.

« Khh ! » Skáviðr grimaça et fit un bond désespéré en arrière.

Hveðrungr avait senti une résistance à la pointe de son épée, mais elle n’était que légère. Apparemment, il n’avait réussi à couper Skáviðr que superficiellement.

Honnêtement, Skáviðr était étonnant de pouvoir même réagir à temps à Hveðrungr dans cet état. Il semblait que « Mánagarmr » était plus qu’un simple titre pour la galerie.

Avec un regard noir, Skáviðr fit claquer sa langue et s’adressa à Hveðrungr. « Tch, ton temps de réaction et tes mouvements sont devenus beaucoup plus rapides tout d’un coup. Je vois, ça doit être la technique de Sigrun, celle qu’elle appelle le “Royaume de la Vitesse Divine”. » Il avait craché les mots avec frustration.

« Hmm. » En entendant cela, les pièces s’assemblèrent enfin pour Hveðrungr.

En repensant à la bataille de la veille, Sigrun avait également montré une augmentation anormale de sa vitesse.

Elle avait dû entrer dans le même état que celui dans lequel il se trouvait maintenant.

Il n’aurait jamais deviné que sa rune Alþiófr pouvait lui voler sa technique sans même qu’il en soit conscient. Il la remercia silencieusement.

« Héhé, mes propres talents m’effraient parfois, » Hveðrungr sourit.

« … C’est vrai. Ils sont effrayants, en effet. Il aurait mieux valu que je me méfie davantage d’eux. »

« C’est trop tard pour ça maintenant ! » cria Hveðrungr, et frappant du pied le sol, il s’élança vers l’avant, déclenchant un balayage horizontal.

Skáviðr ne put que la bloquer, il semblait qu’elle ait été trop rapide pour qu’il puisse réagir à temps pour utiliser la Technique du Saule.

Hveðrungr ramena sa lame pour enchaîner avec une frappe diagonale du haut.

Encore une fois, Skáviðr avait réussi de justesse à la dévier.

Cela laissait l’estomac de Skáviðr ouvert, alors Hveðrungr y avait ajouté un coup de pied.

Skáviðr avait réagi en utilisant son coude pour bloquer, mais le coup était plus fort. Il avait été repoussé en arrière, perdant sa base solide en se jetant en arrière.

Hveðrungr avait suivi avec une autre frappe horizontale.

Skáviðr tenait son épée verticalement, et réussit de justesse à arrêter le coup de front.

« Heh heh heh ! Tu es plutôt difficile à tuer ! Mais combien de temps vas-tu tenir !? » Avec un rire moqueur, Hveðrungr continuait ses attaques sans pause.

Une frappe vers le bas depuis le haut, et un autre balayage horizontal.

Une frappe diagonale ascendante du côté gauche, se transformant en un autre coup arqué par-dessus l’épaule.

Pourtant, malgré ce torrent furieux d’attaques qui l’assaillait, Skáviðr lui riait au nez.

« Héhé. Et je me demande combien de temps tu vas pouvoir tenir ? J’ai entendu quelque chose d’intéressant de la part de Sigrun. Apparemment, ton corps ne peut pas supporter de bouger à cette vitesse pendant très longtemps. »

« Quoi !? » Hveðrungr avait été trop excité par cette capacité pour le remarquer auparavant, mais en effet, chaque fois qu’il balançait son épée, il ressentait une douleur dans les bras et le dos.

Son corps lui-même était incapable de suivre la vitesse qu’il lui imposait, et il s’épuisait.

Il semblait qu’il devrait régler ce combat tout de suite.

« Haaaaaah ! » Avec un grand cri, Hveðrungr libéra l’épée des mille illusions, se déplaçant aussi vite que le royaume de la vitesse divine le permettait.

Un ! Deux ! Trois !

Quatre ! Cinq ! Six !

Sept ! Huit ! Neuf !

Il s’agissait d’une combinaison de neuf coups avec chaque once de sa force et de sa concentration derrière chaque coup, délivré à une vitesse encore plus grande que tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent.

« Ngh ! Hah ! Khh ! Hoh ! Toh ! » Skáviðr, cependant, avait réussi à bloquer chacun d’entre eux.

« Comment !? » cria Hveðrungr, incrédule.

C’était impossible !

Skáviðr n’était pas dans le royaume de la vitesse divine, c’était clair. Alors comment avait-il été capable de réagir à toutes les attaques ?

« C’est vrai, tu es rapide en ce moment, » dit Skáviðr. « Mais tu n’es pas aussi rapide que le Tigre Assoiffé de Combats, Dólgþrasir. »

Il est vrai qu’une fois que l’on s’est habitué à voir quelque chose se déplacer à une vitesse incroyable, par la suite, même quelque chose se déplaçant très vite ne semble pas aussi écrasant. Cela semblait être le phénomène que Skáviðr décrivait.

Hveðrungr comprenait la logique, mais même ainsi, il devait y avoir une limite à ce que son ennemi pouvait supporter. Il était beaucoup plus rapide que lui en ce moment, et il n’était pas logique que le Skáviðr, plus lent, puisse continuer à bloquer ses attaques.

« Et encore une chose : tu es doué pour trouver les failles dans les défenses des gens, leurs faiblesses, » dit Skáviðr. « Mais tu n’as pas affiné ton propre noyau, ta force personnelle. La façon dont tu bouges ton corps au combat, la façon dont tu balances ton épée, tout cela est encore vert. Tu gâches cette incroyable vitesse que tu as. Tu ne seras pas capable de me battre. »

« Grrh ! »

« Ceux qui ont des talents naturels peuvent apprendre à faire les choses facilement, ils ont donc aussi l’habitude de ne pas pratiquer leurs fondamentaux, » dit Skáviðr. « Tes talents sont en effet effrayants. Et c’est toi qui aurais dû t’en méfier davantage. »

« Tais-toi !!! » hurla Hveðrungr d’une voix stridente, et fit tournoyer sa lame.

Mais Skáviðr avait esquivé le coup sans effort. « Ramène tes bras plus serrés sur les côtés ! »

« Gaagh ! » En grognant, Hveðrungr avait mis toute sa force dans un nouveau coup.

Kiiin ! Le bruit du métal résonna dans l’air.

« Tu n’as pas assez entraîné le bas de ton corps ! C’est pour ça que tes coups ne sont pas assez puissants ! »

« Khh… ! » Hveðrungr avait trébuché en arrière. Lorsque son attaque avait été bloquée, il avait eu l’impression de frapper un solide rocher.

Même avec le royaume de la vitesse divine, c’est tout ce qu’il pouvait faire.

Ne pourrait-il jamais espérer être à la hauteur de cet homme, quoi qu’il fasse ?

Ce doute avait commencé à le consumer.

Dans des moments comme celui-ci, c’est l’entraînement quotidien et assidu des principes fondamentaux qui soutenait le plus le cœur d’un épéiste.

L’efficacité entraînée par le nombre de fois où il avait pratiqué ses mouvements chaque jour. L’endurance qu’il avait acquise par l’exercice. C’était ce qui faisait la différence quand tout le reste était inutile.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire