Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 6 – Partie 4

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 4

Le clan de l’acier avait continué son avancée.

Et sans aucun état d’âme, Hveðrungr avait poursuivi sa stratégie impartiale consistant à brûler tous les villages en amont de la route d’invasion du clan de l’acier.

Le clan de l’acier, lui aussi, avait continué à accueillir les réfugiés.

Même après avoir distribué de la nourriture à tout le monde, l’armée d’invasion avait réussi à se maintenir en vie, ce qui montrait à quel point ils avaient préparé leurs provisions avant de lancer leur campagne.

D’après les renseignements fournis par les espions de Hveðrungr, la personne réponsable de la logistique était le patriarche du Clan de la Corne, Linéa, qui était également devenu le commandant en second du Clan de l’Acier.

Parmi le Clan du Loup, Jörgen était le plus doué dans ce domaine, mais même lui aurait dû avoir du mal à tout préparer lui-même en un mois seulement. Cette fille Linéa était assez impressionnante pour quelqu’un de si jeune.

Enfin, le Clan de l’Acier s’était rapproché à deux jours de marche de la forteresse de Hveðrungr dans la ville de Nóatún, l’ancienne capitale du Clan du Sabot.

C’est alors qu’un rapport de très bon augure était arrivé sur le bureau de Hveðrungr, via son général, Narfi.

« Nous avons de nouvelles informations d’un de nos espions sous couverture, monsieur, » dit Narfi. « Aujourd’hui, une très grande cargaison de fournitures a été expédiée de Myrkviðr par une caravane de chariots. »

« Héhé, et voilà. Je savais que s’ils continuaient à distribuer leur propre nourriture comme des cadeaux, ils allaient atteindre la limite de leur stock. »

Hveðrungr avait serré son poing triomphalement.

En mêlant plusieurs de ses espions parmi les réfugiés, il avait réussi à les intégrer dans le campement du clan de l’acier.

« Vous semblez très heureux, monsieur, » commenta Narfi.

« Oh, je le suis. Avec ça, je peux porter un coup décisif au clan de l’acier. »

« Euh… Monsieur ? S’ils reçoivent plus de provisions, ne vont-ils pas encore plus empiéter sur notre territoire ? Avez-vous peut-être l’intention de brûler aussi Nóatún ? »

L’expression de Narfi était raide quand il avait demandé cela. Il n’avait probablement pas été capable d’accepter ses doutes quant à l’idée de mettre le feu au territoire de son propre clan.

Narfi était connu comme l’un des esprits les plus vifs du Clan de la Panthère, et Hveðrungr en était venu à compter sur lui pour beaucoup de choses, mais apparemment c’était la limite de sa pensée. Apparemment, il n’avait aucune réelle compréhension de la stratégie.

Cependant, si même cet homme était prêt à exprimer ses doutes, cela signifiait qu’il devait déjà y avoir un certain nombre de personnes dans le Clan de la Panthère qui avaient des doutes sur Hveðrungr. Il devait régler ce conflit le plus tôt possible.

« Ton rapport signifie que les choses se sont mises en place avant que je finisse par avoir besoin de brûler la ville. C’est pourquoi je suis soulagé. »

« Je ne comprends pas, monsieur, » dit Narfi. « Pourquoi le réapprovisionnement du clan de l’acier signifie-t-il que nous pouvons leur porter un coup décisif ? »

« Hmph. Pourquoi penses-tu que j’ai attendu si longtemps avant de les combattre, nous faisant reculer et les attirant si loin sur nos terres ? C’était pour étirer leurs lignes d’approvisionnement. »

En effet, tout avait été mis en place pour créer cette situation.

Cette opération allait probablement diminuer le soutien de Hveðrungr au sein du Clan de la Panthère. Cependant, il ne s’en souciait pas.

Avec ça, il pourrait marquer un coup contre Yuuto.

C’était la seule pensée de Hveðrungr en ce moment.

Il avait désigné un point sur la carte étalée sur son bureau, puis avait tracé une ligne vers l’ouest à partir de ce point.

« Leur ligne de ravitaillement s’étend à travers les terres du Clan de la Panthère, sans villes ou forts pour servir de points de contrôle sûrs. Nous avons aussi l’avantage du territoire. Frapper leur point faible ne sera pas une mince affaire. »

« Oh ! Je comprends maintenant ! » Enfin, la compréhension était apparue dans les yeux de Narfi.

Idiot, pensa Hveðrungr avec amertume.

Mais en vérité, il aurait été injuste de reprocher à Narfi son ignorance.

Hveðrungr n’avait aucun moyen de le savoir, mais dans l’histoire écrite, la première utilisation de la stratégie de la terre brûlée avait été faite par les Scythes au sixième siècle avant J.-C., contre les armées envahissantes de Darius Ier, le quatrième roi perse de l’empire achéménide.

Plutôt que Narfi soit dense, la vision stratégique de Hveðrungr était si grande qu’il avait employé une stratégie militaire de près de mille ans en avance sur son temps.

« Si nous saisissons leurs approvisionnements maintenant, ils seront isolés en territoire ennemi et n’auront plus rien pour leurs soldats, » ricana Hveðrungr. « Leur armée de dix mille hommes est bien plus nombreuse que la nôtre, mais maintenant ce grand nombre va devenir un nœud coulant autour de leur propre cou ! »

Les gens avaient besoin de manger pour survivre. Plus il y avait de gens, plus il fallait de nourriture pour les nourrir.

Alors, que se passerait-il si les réserves de nourriture de l’ennemi touchaient le fond ? Tout d’abord, il y aurait indubitablement de petits combats pour le peu qui reste.

Ceux-ci finiront par devenir plus violents et émeutiers, et la chaîne de commandement se brisera, les privant de leur pouvoir en tant qu’armée unifiée.

Si le Clan de la Panthère attaquait à ce moment, les écraser serait aussi facile que de prendre un bonbon à un bébé.

Il est certain qu’ils n’auraient aucune chance de gagner une bataille frontale en ce moment, grâce à la défense du mur de wagons du clan de l’acier et à leurs armes de serpents de feu.

Cependant, d’autres stratégies étaient disponibles.

Hveðrungr pouvait affaiblir l’armée de son adversaire sans jamais le combattre directement.

« Maintenant, allons-y, Narfi, » dit-il avec satisfaction. « Nous sommes sur le point de donner à ces imbéciles un goût d’enfer ! »

 

+

« Ils sont là, » se murmurait Hveðrungr. Il était accroupi dans un fourré, se tenant parfaitement immobile.

Le Clan de l’Acier était déjà passé par cette zone, et elle était donc sous leur contrôle. D’un autre côté, comme tous les forts et autres structures avaient été brûlés au préalable, il n’y avait pas de postes de surveillance gardés. Il n’avait pas été très difficile d’infiltrer la zone avec une petite force.

C’était un autre mouvement rendu possible par la grande mobilité des cavaliers du Clan de la Panthère.

Pour l’instant, cependant, Hveðrungr était à pied, les chevaux de son unité étant gardés hors de vue à une courte distance.

Il regarda à l’extérieur de sa cachette. Loin devant lui, un groupe de soldats armés marchait en formation ordonnée.

Un autre homme caché dans le fourré à côté de Hveðrungr prit la parole.

« Monsieur, je reconnais l’homme au premier rang, » dit-il en louchant sur les soldats éloignés. « Il dirigeait les forces du Clan de la Corne à la rivière Körmt. Je crois que son nom est Haugspori. »

À cette distance, Hveðrungr ne pouvait pas du tout distinguer ces hommes.

Le soldat du Clan de la Panthère à côté de lui en ce moment n’était qu’un combattant ordinaire issu des rangs, sans accomplissement particulièrement remarquable. Mais même ainsi, comme le reste de ses frères nomades, il avait passé sa vie à vivre dans les vastes steppes herbeuses, des milliers de matins et de soirs passés à regarder le soleil se lever et se coucher sur un horizon lointain et dégagé.

Sa vision à longue portée était quelque chose que Hveðrungr, né et élevé dans une ville, ne pouvait espérer égaler.

Si cet homme avait dit que le soldat ennemi à l’avant de la ligne était Haugspori, alors ce devait être le cas.

« Oho, alors il semble que nous ayons la bonne cible, » Hveðrungr sourit.

Il savait, grâce à des informations antérieures, que le patriarche du Clan de la Corne était la personne chargée de diriger la logistique du clan de l’Acier.

Il y avait de fortes chances que Haugspori, l’assistant du commandant en second du Clan de la Corne, ait été chargé des soldats qui gardaient le train d’approvisionnement en chariots.

En fait, il pouvait voir d’ici que ces soldats du Clan de la Corne agissaient très prudemment, scrutant la zone autour d’eux en marchant.

« Le voilà, monsieur, le train d’approvisionnement en chevaux de bât. Il y en a un bon paquet ! »

« Je vois ! Alors c’est exactement comme l’ont dit nos renseignements. Très bien, allez envoyer un message à Narfi tout de suite ! » ordonna Hveðrungr.

« Oui, Monsieur ! » Toujours accroupi, le soldat du Clan de la Panthère s’éloigna rapidement, mais silencieusement à travers les broussailles.

Hveðrungr était resté accroupi, immobile et attendant. Après un court moment, les choses s’étaient mises en marche.

« Attaque ennemie ! Attaque ennemie ! » Des cris retentirent dans les rangs du Clan de la Corne, et la tension les traversa comme un souffle de vent.

Les soldats avaient préparé leurs arbalètes. Hveðrungr se tourna pour regarder dans la direction qu’ils visaient, et vit une escouade de plusieurs centaines de cavaliers se diriger vers eux, soulevant la poussière tandis que leurs chevaux chargeaient.

Naturellement, cette escouade était dirigée par Narfi, qui avait reçu le message que Hveðrungr avait envoyé juste avant.

« Ne paniquez pas, messieurs ! » Haugspori cria. « Le Clan de la Panthère n’est plus une menace pour nous. Unités Cranequin, en position ! Allumez les fusées ! »

À la suite des ordres de Haugspori, ses soldats avaient sorti de petits objets portatifs, qu’ils semblaient presser avec leurs pouces — produisant une flamme instantanément.

Hveðrungr n’avait aucune idée de ce qui venait de se passer.

Au cours de la bataille précédente, il avait été tellement concentré sur l’observation de ce qui arrivait à ses propres soldats qu’il n’avait pas remarqué ce qui se passait alors.

Il était de notoriété publique que pour allumer un feu, il fallait d’abord créer une braise, ce qui nécessitait les bons outils et un peu de temps. Être capable de créer du feu à partir de rien, d’une simple pression du pouce, semblait relever de la sorcellerie.

Sans aucun doute, ça devait être quelque chose de Yuuto.

Si seulement j’avais un outil comme le sien, qui me permettrait d’accéder à un stock de connaissances aussi illimité que le sien…

Hveðrungr avait l’impression de devenir fou de jalousie.

« Feuuuuuuuuu ! »

L’une après l’autre, les arbalètes des soldats avaient tiré leurs munitions rondes en céramique.

Les projectiles avaient volé sur une distance terrifiante, atteignant les cavaliers de Narfi alors qu’ils étaient encore très loin.

Bang ! Ban-ban-ba-ba-ba-ba-ba-bang !

Ils avaient explosé en une succession rapide, produisant une cacophonie qui semblait déchirer l’air.

Le bruit était insupportable aux oreilles de Hveðrungr, même à grande distance, alors il savait que cela devait être bien pire pour les personnes qui y étaient confrontées de près.

En effet, c’était suffisant pour que la charge de Narfi s’arrête complètement.

Les chevaux se débarrassaient en ce moment de leurs cavaliers, ou essayaient de se détacher et de courir dans des directions aléatoires. C’était un spectacle honteux à voir.

« L’ennemi est confus ! » déclara Haugspori. « Combattant de mêlée, charrrrrrge ! »

« Yaaaaahhh !! » Les fantassins du Clan de la Corne poussèrent un cri de guerre, préparèrent leurs lances et coururent en avant.

À la rivière Körmt et dans le col frontalier, cette tactique avait laissé les cavaliers du Clan de la Panthère impuissants à se défendre, mais maintenant ils savaient d’avance que les serpents de feu rendraient leurs chevaux inutilisables. Ils savaient aussi que les serpents de feu n’étaient pas assez puissants pour causer des blessures mortelles.

En partageant ces connaissances, ils avaient fait en sorte que les cavaliers eux-mêmes ne soient plus pris de panique.

La bande de cavaliers de Narfi descendit rapidement, prépara ses arcs et tira. Les flèches s’étaient envolées dans l’air.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire