Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 6 – Partie 1

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 1

Dix jours s’étaient écoulés depuis le départ de l’armée du clan de l’acier de Gimlé.

Ils avaient fini de se joindre à la force de trois mille hommes à Myrkviðr, et campaient maintenant sur les terres du plateau dégagé un peu plus à l’ouest.

Devant eux se trouvaient de hautes falaises abruptes, au milieu desquelles passait un étroit col.

Jusqu’à présent, ce passage à travers les falaises avait été la zone tampon entre le Clan du Loup et le Clan de la Panthère.

La guerre était fondamentalement menée avec la force du nombre.

Il était difficile de faire passer une grande armée par un passage aussi étroit, et si l’ennemi était prêt et attendait à l’entrée de l’autre côté, on serait effectivement dépassé en nombre, quoi qu’il arrive.

Aucun des deux camps n’aurait ainsi la possibilité de conclure, et ils seraient donc dans une impasse.

« Eh bien, maintenant que nous avons ces pétards, ça va être un jeu d’enfant ! » déclara Haugspori, avec une attitude insouciante.

L’heure de la rencontre avec l’ennemi approchant, les commandants avaient convoqué un conseil de guerre pour décider de la voie stratégique à suivre.

« Uhh…, » Yuuto s’exclama maladroitement.

Il comprenait pourquoi Haugspori se sentait ainsi. Après tout, les pétards avaient semé la panique dans sept mille troupes ennemies en un instant, menant ses forces à une grande victoire comme il n’y en avait jamais eu auparavant.

Après cela, on pourrait penser que les utiliser revient à garantir une victoire.

Yuuto n’aimait pas l’idée de jeter de l’eau froide sur son optimisme, mais c’était quelque chose dont il devait parler.

« En fait, il n’en reste presque plus. »

« Hein ? » La mâchoire de Haugspori s’était ouverte en grande.

Il semblait qu’il avait tellement compté sur eux que, pendant un moment, il n’avait pas pu comprendre ce que Yuuto venait de dire.

Au bout d’un moment, le déclic s’était produit, et il avait crié : « Qu-Qu-Quoi ? Qu’est-ce qui se passe !? »

« Nous n’avons pas fabriqué ces choses ici, » répondit Yuuto. « Je les ai apportés avec moi de mon pays natal, le Japon. Il n’y en avait donc qu’un nombre limité, vous voyez, et nous en avons utilisé la plupart à la rivière Körmt. »

Pour faire paniquer sept mille soldats, il fallait une quantité suffisamment importante de pétards pour faire le travail.

Il avait superposé trois grands sacs en plastique, puis les avait remplis du plus grand nombre possible avant de rentrer, il y en avait donc eu une bonne quantité. Mais, s’il ne les avait utilisés qu’avec parcimonie, cela aurait causé le risque de permettre à l’ennemi de retrouver un peu de son sang-froid. Il avait donc décidé qu’il valait mieux pécher par excès en les utilisant.

« Leur conception est assez simple, mais sans matériaux modernes, nous aurions besoin de bambou, et ce n’est pas quelque chose que nous pouvons obtenir dans les terres du clan de l’acier. »

« Attendez, alors qu’est-ce qu’on va faire !? » glapit Haugspori.

« Ne vous inquiétez pas, j’ai préparé autre chose que nous pouvons utiliser à la place. Félicia. »

« Bien ! » La belle adjointe de Yuuto répondit comme si elle était prête et attendait son signal, et posa doucement un objet en terre cuite sur la table.

Il était rond, et un peu plus gros que le poing d’un homme.

Il y avait un endroit sur l’objet rond où il semblait y avoir un trou scellé avec du papier mélangé à de l’argile, avec une ficelle qui en sortait.

« Nous utilisons des récipients en céramique au lieu de bambou. Cependant, le processus de base pour fabriquer ces choses est à peu près le même que pour les pétards, et nous pouvons les utiliser de la même manière, » dit Yuuto. « Mon peuple a appelé cette arme le tetsuhau lorsqu’il l’a rencontrée pour la première fois. C’est un type d’arme appelé bombe. »

C’était un tetsuhau — le nom japonais d’une arme explosive vieille de plusieurs siècles, écrit avec les caractères chinois pour « brûler » et « fer ».

La prononciation de ce nom et les caractères chinois utilisés ressemblent fortement au nom japonais des premières armes à feu à mèche, mais leur utilisation et leur conception sont différentes.

Le Japon avait appris à connaître cette arme explosive à l’époque des invasions mongoles au XIIIe siècle.

Les Mongols et les Chinois les avaient appelés zhèntiānléi, un nom souvent traduit en anglais par « thunder crash bomb ».

Il s’agissait d’une sorte de grenade prémoderne, créée en prenant un obus rond en céramique d’environ vingt centimètres de diamètre et en le remplissant de poudre à canon, avec des morceaux de fer et de verre tranchants. Il suffisait ensuite d’allumer la mèche et de la lancer sur l’ennemi.

Leur fonction de base était d’utiliser le bruit fort de l’explosion pour créer la peur et le choc chez les soldats ennemis et leurs chevaux, et ils ne possédaient pas une énorme force létale. Cependant, elle en avait suffisamment pour être également considérée comme une arme dangereuse dans ce sens.

L’incident avec les bruits d’explosions qui avait créé une telle agitation à Iárnviðr un mois auparavant avait été causé par une série d’expériences avec ces bombes.

« Il n’y avait pas de pénurie de matières premières, donc nous avons réussi à préparer une assez bonne quantité de ces choses, » expliqua Yuuto.

La poudre à canon nécessitait trois ingrédients : du charbon de bois, du soufre et du salpêtre.

Le charbon de bois et le soufre étaient relativement faciles à obtenir dans le territoire montagneux du Clan du Loup.

Le principal obstacle était le salpêtre, mais il se trouve que la méthode japonaise de production artificielle de ce produit (inventée vers la fin de la période Sengoku) était déjà connue des habitants d’Yggdrasil.

Le salpêtre était déjà largement utilisé ici — comme pommade médicinale.

Traditionnellement, l’onguent était fabriqué en mélangeant du salpêtre avec d’autres ingrédients reconnus médicalement, tels que du lait, de la poudre de peau de serpent ou de carapace de tortue, de la cannelle, du myrte, du thym, de l’écorce de saule, des figues, des poires, des dattes ou du vin.

Apparemment, il était aussi parfois mélangé à de la bière et pris comme médicament oral.

Normalement, la production d’un lot de salpêtre artificiel est un processus qui prend environ deux ans, mais grâce à sa grande disponibilité ici, ils avaient pu en rassembler suffisamment pour répondre à leurs besoins pour cette campagne.

Sérieusement, cette pommade était vraiment incroyable.

Haugspori avait lentement, timidement, ramassé la bombe, semblant toujours avoir peur qu’elle explose inopinément. « Hmm… Mais quand même, ça ne va-t-il pas être un peu trop lourd ? »

Il l’avait pris dans une main et avait testé son poids.

« Si vous essayez de vous approcher suffisamment de l’ennemi pour le lancer et le toucher, vous recevrez des flèches qui vous tomberont dessus tout le temps. »

Les pétards étaient beaucoup plus petits et plus légers, et leur forme les rendait faciles à attacher aux flèches.

Les hommes de Haugspori étaient tous des maîtres de l’arc et donc, même avec le poids supplémentaire sur les flèches, ils avaient été capables de les tirer sur l’ennemi à bonne distance.

Cependant, quelque chose comme ça ne pouvait pas être attaché à une flèche, naturellement, et même si c’était possible, son poids ferait que les flèches voleraient à une distance bien plus courte que celles de l’ennemi.

« J’ai déjà aussi un plan pour ça, » dit Yuuto. « C’est pour ça que j’ai fait ces bombes aussi petites qu’elles le sont. Si je ne l’avais pas fait, elles n’auraient pas tenu. »

Haugspori regarda Yuuto d’un air perplexe. « Tenir, monsieur ? Tenir sur quoi ? »

Les lèvres de Yuuto s’étaient retroussées en un sourire malicieux.

« Sur notre autre nouvelle arme. »

 

+

Une fois la réunion stratégique terminée, les forces du clan de l’acier avaient repris leur marche vers l’ouest.

Alors que l’armée commençait à avancer dans le passage étroit entre les falaises, l’unité des forces spéciales montée par Sigrun ouvrait la voie, en tête de la formation.

Yuuto avait prédit que les forces restantes du Clan de la Panthère n’auraient que la moitié des forces du clan de l’acier, et les informations provenant des rapports de Kristina semblaient le confirmer.

Cependant, le fait de combattre dans un environnement étroit limitait le nombre de soldats qui pouvaient engager l’ennemi en même temps.

De plus, les cavaliers du Clan de la Panthère étaient tous des guerriers compétents et puissants.

Cela ferait de ce col étroit la topographie parfaite pour que leur petite force puisse combattre l’armée plus massive du Clan de l’Acier.

« Crois-tu qu’ils vont venir ? » demanda Bömburr.

« Ils viendront, » répondit sèchement Sigrun à son vice-capitaine.

Le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, était en fait le grand frère biologique de Félicia, Loptr. Comme Sigrun et Félicia s’entendaient comme larrons en foire depuis leur enfance, Sigrun avait appris à connaître l’homme.

Il était souvent perçu comme insouciant et même un peu stupide par moments, mais il était exceptionnellement doué pour discerner les faiblesses de ses adversaires, et il les frappait sans faute.

Il n’était pas du genre à laisser le clan de l’acier passer sans encombre par ce passage étroit.

« Et cela signifie que nous serons ceux qui gagneront le titre de “Première Lance” pour avoir été les premiers du Clan de l’Acier à rencontrer l’ennemi dans cette guerre, » poursuivit-elle. « On ne peut demander un plus grand honneur. »

Les joues de Sigrun rougissaient légèrement en disant cela, ce qui était plutôt rare pour quelqu’un qui avait habituellement un visage de pierre.

« Oh… je vois. » Bömburr soupira, avec un air troublé sur le visage.

Bömburr avait encore une trentaine d’années, mais ses cheveux avaient déjà reculé jusqu’au sommet de son crâne, et son corps n’était pas aussi mince et musclé que celui de certains de ses pairs, si bien qu’il ressemblait à n’importe quel homme d’âge moyen, terne et sans particularité. Cette apparence physique semblait seulement amplifier l’air de mélancolie qui se dégageait de lui maintenant.

« Quoi ? As-tu peur d’eux ? » demanda Sigrun.

« Oui, je dirais que c’est le cas. » Bömburr rapprocha son cheval de celui de Sigrun et baissa la voix pour qu’elle seule puisse l’entendre. « Je veux dire, ils sont tous meilleurs que nous avec l’arc et les chevaux, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, » reconnut Sigrun sans hésiter.

Elle et son unité étaient passées du Clan du Loup au Clan de l’Acier, mais elles se savaient également les plus fortes combattantes de ce nouveau clan, et en étaient fières.

Selon toute vraisemblance, ils étaient les seuls du Clan de l’Acier à pouvoir affronter les soldats de haut niveau du Clan de la Panthère et à avoir une réelle chance de gagner.

Cependant, une chance réelle était encore le maximum qu’ils pouvaient avoir.

Si, par exemple, un des soldats moyens du Clan de la Panthère et un membre des forces spéciales de Múspell devaient se battre en un contre un, les chances que le soldat des forces spéciales gagne étaient d’environ une sur cinq. C’est dire à quel point la différence d’expertise de combat était grande entre eux.

« Mais ce ne sera pas un problème, » poursuit Sigrun. « Nous avons ceci. »

Elle avait alors brandi une arbalète, l’une des armes qui avaient bien servi le Clan du Loup lors de nombreuses batailles.

Il y avait quelques différences clés entre cette arbalète et celles qu’ils avaient utilisées auparavant.

D’abord, elle était un peu plus grande.

Deuxièmement — et c’est la plus grande différence —, la munition fixée à la crosse de l’arbalète n’était pas un carreau standard, mais une version miniaturisée de la nouvelle bombe à poudre.

« Je suppose que tout le monde a pris l’habitude de les utiliser ? » demanda Sigrun.

« Eh bien, oui, ils l’ont fait, » répondit Bömburr. « Ce n’était pas très difficile, après tout. »

Il avait fait cette déclaration avec nonchalance, malgré le fait que, normalement, un arc de cette taille devrait demander tellement de force pour tirer la corde que même Sigrun aurait du mal à le faire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire