Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 5 – Partie 2

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 2

Si l’on en croit les normes habituelles de cette fille, dans ce genre de situation, elle avait ensuite l’intention de dire ou de faire quelque chose de désagréable.

Félicia avait l’air un peu mal à l’aise et affichait une expression réservée.

Cependant, les prochains mots sortant de la bouche de Kristina étaient encore suffisants pour percer complètement la garde de Félicia.

« Après tout, les gens du Clan du Loup vont t’appeler “Grande tante Félicia” à partir de maintenant ! »

Félicia avait été tellement prise par surprise que le souffle qu’elle retenait inconsciemment avait éclaté avec un grand « Pffft ! »

Apparemment, elle n’avait même pas considéré cet aspect des choses. Pour quelqu’un comme Félicia, qui se souciait de son âge, une telle forme de nommage pouvait être considérée comme injustement cruelle.

« Ne la taquine pas trop avec ça, Kris, d’accord ? » Yuuto tapota une fois la tête de Kristina, lui donnant un léger avertissement, juste au cas où.

Si Félicia était de mauvaise humeur, alors les choses pourraient rapidement devenir problématiques.

En tant que personne ayant passé tant de temps avec elle, Yuuto voulait éviter cela à tout prix.

« P-Père ! » Linéa avait l’air timide en essayant de s’adresser à Yuuto. « Eh bien, c’est certainement différent de s’adresser à toi de cette façon. »

Linéa, elle aussi, était habillée et maquillée pour l’occasion, et était incroyablement jolie.

« Oui, mais maintenant, nous ne sommes plus de simples parents, » répondit Yuuto. « Nous sommes une vraie famille. Faisons de notre mieux. »

Avant, Linéa avait toujours été techniquement un « frère ou une sœur extérieur(e) » parce qu’elle venait d’un autre clan.

Mais maintenant, avec les nouveaux serments qui avaient été prêtés lors de cette cérémonie, elle faisait partie du même clan de l’acier que Yuuto.

Personnellement, Yuuto l’avait déjà considérée comme aussi proche que la famille immédiate, il était donc heureux que les choses se soient passées ainsi.

« En ce qui concerne les plans pour la ville, nous pouvons utiliser la forteresse existante comme quartier général pour l’instant, mais nous devons bien sûr nous atteler rapidement à la construction d’un palais de clan, » poursuivit Linéa. « En l’état actuel des choses, je pense que c’est un quartier général bien trop simple pour un clan qui règne sur six autres clans. Et notre tour Hliðskjálf devrait être au moins deux fois plus haute que celle-ci. »

En parlant, Linéa s’était rapprochée de la fenêtre et avait regardé la tour sacrée toute proche.

Yuuto avait proclamé Gimlé comme capitale du clan de l’Acier en même temps que le clan était officiellement formé.

Iárnviðr était une ville dans laquelle Yuuto avait passé trois ans maintenant, depuis son arrivée à Yggdrasil, il y était donc très attaché. Mais Iárnviðr était la capitale du Clan du Loup. Il y aurait de nombreux problèmes s’il déclarait la même ville comme étant la capitale du clan de l’acier, aussi s’était-il forcé à contrecœur à choisir un autre endroit.

À l’heure actuelle, Gimlé était une ville plus grande et plus peuplée qu’Iárnviðr.

Elle était également au centre d’une grande région de terres agricoles fertiles, connue localement sous le nom d’Iðavöllr, « les champs brillants ».

C’était une capitale tout à fait appropriée pour une grande nation comme le Clan de l’Acier, qui avait la juridiction sur un large territoire.

Yuuto se gratta l’arrière de la tête, un peu méfiant à l’égard de cette idée. « On n’a cependant pas vraiment besoin de faire des choses aussi extravagantes. En plus, c’est cher à faire. »

Au fond, c’était un homme qui s’enorgueillissait d’une efficacité pure et simple.

S’il y avait assez d’argent à dépenser pour les apparences, il préférerait le dépenser pour améliorer la productivité du pays.

« Bien sûr, nous n’aurons pas besoin de faire quoi que ce soit de plus voyant que nécessaire, » dit Linéa. « Cependant, dans l’état actuel des choses, on sera suffisamment à l’étroit pour que cela affecte le travail quotidien des gens. Et comme pour l’Hliðskjálf, le laisser trop court affectera le niveau de confiance et de révérence que les gens ont pour le clan de l’acier. »

« D’accord, j’ai compris, » dit Yuuto en lui faisant un signe de la main. « Très bien, je te laisse donc ce genre de choses. »

Linéa avait des compétences administratives qui surpassaient même celles de Jörgen. Si elle disait que quelque chose était nécessaire, alors il valait mieux faire confiance à son jugement.

Les personnes moyennement compétentes avaient tendance à avoir du mal à confier des tâches aux autres, et préfèrent s’occuper elles-mêmes des choses. Ce genre d’attitude pouvait fonctionner dans une très petite organisation, mais à une échelle beaucoup plus grande, elle s’effondrait.

Yuuto avait compris le concept d’utiliser la bonne personne pour la bonne tâche —, et de lui faire vraiment confiance pour qu’elle s’en occupe toute seule.

Ce n’était pas une compétence tape-à-l’œil, en fait, certains pourraient dire que c’était une partie très ordinaire et peu impressionnante de l’organisation. Mais en tant que chef d’une organisation de très grande envergure, il était essentiel pour le rôle de Yuuto qu’il possède déjà une telle compétence.

« Les téléphones se connectent ici aussi ? » demanda Mitsuki, l’air un peu inquiet.

Elle utilisait son téléphone pour rester en contact avec ses parents, donc pour elle c’était un des points les plus nécessaires.

C’était aussi le cas pour Yuuto. Pouvoir accéder à des informations et faire des recherches sur Internet était littéralement une bouée de sauvetage par moments, et il ne pouvait donc pas se permettre de laisser passer cet avantage.

« Oui, il n’y a aucun problème avec ça, » avait-il dit.

Environ un demi-mois plus tôt, Yuuto avait emmené le miroir divin d’Iárnviðr à la tour Hliðskjálf de Gimlé, et y avait mené une expérience. Il avait pu se connecter à Internet normalement et également passer des appels.

Il semblerait qu’indépendamment de l’emplacement physique ici, le facteur clé de la communication était d’avoir le « miroir apparié » au miroir divin dans le Japon de l’ère moderne.

« Alors, d’accord, » dit Mitsuki. « Je vais aller de l’avant et l’essayer ce soir. »

« Très bien, assure-toi de transmettre mes salutations à tes parents. »

« Je le ferai, et je leur dirai que nous nous entendons bien, nous aussi. »

« … Était-ce censé être une attaque contre moi ? »

« Hein ? Comment ça pourrait l’être ? » Mitsuki regarda Yuuto d’un air absent.

Il semblait qu’elle n’avait pas vraiment compris le sens de sa question.

Yuuto avait ri faiblement pendant un moment avant d’expliquer.

« Ha ha ha… Tu sais, ce dernier mois, j’ai été tellement occupé que je n’ai pas pu passer beaucoup de temps avec toi. Et à partir de demain, je dois partir à la conquête du Clan de la Panthère. Je me disais justement que j’avais mal agi envers toi. »

« Non, c’est bon. Yuu-kun, je comprends que tu sois occupé en ce moment. » Mitsuki avait ri, en faisant un signe de la main à Yuuto.

Elle était vraiment une femme formidable.

Pour le bien de Yuuto, elle avait été prête à abandonner sa patrie, à se séparer de sa famille, et à venir ici avec lui, et pourtant il finissait toujours par la laisser seule parfois. Il se sentait tellement coupable.

Et donc, il avait pris une décision ferme.

« Quand cette campagne sera terminée, et que je reviendrai… nous aurons une vraie cérémonie de mariage. »

« Hein ? » Une fois de plus, Mitsuki l’avait regardé avec une expression vide et perplexe.

Mais cela n’avait duré qu’un instant, après quoi elle avait éclaté en un large sourire, rempli de joie.

« D’accord ! » Avec de grosses larmes coulant sur ses joues souriantes, Mitsuki avait embrassé Yuuto.

 

+

C’était le lendemain de la cérémonie d’établissement officiel du clan de l’acier. Devant les portes de la ville de Gimlé, six mille soldats étaient rassemblés, attendant tous avec impatience l’ordre de départ.

Une autre force de quatre mille personnes devait les rejoindre à Fólkvangr, puis trois mille autres les rejoindraient depuis la ville de Myrkviðr, située à la frontière occidentale, où ils se trouvaient actuellement.

Au total, il s’agirait d’une armée géante de treize mille hommes. Bien que les forces de Yuuto aient subi un certain nombre de pertes au cours des deux derniers mois, elles avaient même réussi à dépasser les chiffres qu’elles avaient apportés à la bataille de Gashina.

Au cours de la deuxième bataille de la rivière Élivágar, il y a un mois, un simple regard de Yuuto avait repoussé l’invasion du Tigre affamé de batailles, puis il y avait eu sa victoire à la rivière Körmt, si unilatérale qu’elle était une première historique.

En un rien de temps, les récits enthousiastes s’étaient répandus de personne en personne, et maintenant les clans de la grande région savaient tous que Suoh-Yuuto le « dieu de la guerre » était vivant et en bonne santé.

Ainsi, pour regagner l’honneur qu’ils avaient perdu en n’envoyant pas d’aide, ou pour gagner les faveurs de Yuuto pour l’avenir, ou encore pour obtenir un plus grand statut au sein du nouveau clan de l’acier, les différents clans subsidiaires avaient tous envoyé à Yuuto de nombreux soldats.

De plus, depuis que la campagne de soumission du Clan de la Panthère avait été annoncée publiquement et à grande échelle, un grand nombre de combattants individuels affluaient de partout, demandant à rejoindre le Clan de l’Acier dans l’espoir de devenir riche ou de se faire un nom sous une bannière gagnante.

La plupart des candidats étaient la vulgaire racaille habituelle, mais il y avait quelques exceptions prometteuses.

Par exemple, un Einherjar qui avait autrefois dirigé une bande de bandits campant sur les pentes du mont Éljúðnir.

« Hein, alors tu es vraiment vivant, » Sigrun l’avait salué.

« Héhé. Cela fait longtemps, Dame Sigrun. Pardonnez-moi pour ce qui s’est passé à l’époque. J’ai changé mes habitudes et je suis devenu honnête. »

L’ancien chef des bandits avait redressé les épaules et avait poursuivi.

« Je m’appelle Hildegard, du village de Zaltz ! Ce printemps, j’ai été bénie par notre déesse mère Angrboða avec la rune d’Úlfhéðinn, la peau de loup, et je suis donc venue ici pour utiliser mes pouvoirs au maximum sous la bannière de notre grand seigneur, Leginák Suoh-Yuuto ! »

L’ancien chef des bandits n’était pas la seule recrue prometteuse : il y avait aussi une jeune fille qui venait de s’éveiller à ses capacités runiques en tant qu’Einherjar.

Le flux des demandes d’adhésion ne montrait toujours aucun signe d’arrêt, et il y avait donc de fortes chances que la taille totale de l’armée augmente encore après le début de la campagne.

Yuuto se serait contenté d’atteindre un repère de dix mille, il avait donc été heureux de découvrir que le nombre dépassait ses estimations.

« Tout cela est dû à ton prestige, Père, » lui avait expliqué Linéa.

Pour protéger les frontières de son territoire, il avait assigné au nouveau patriarche du Clan du Loup, Jörgen, et au chef des subordonnés du clan de la corne, Rasmus, deux mille soldats chacun. Ensuite, il avait engagé deux mille cavaliers du Clan de la Panthère parmi les prisonniers qu’il avait capturés, pour les utiliser comme réserves.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire