Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 1

En raison de la course effrénée pour suivre le travail de chaque jour, le mois avait filé en un rien de temps.

Enfin, la campagne du Clan du Loup pour subjuguer le Clan de la Panthère allait commencer demain. Dans la ville de Gimlé, un grand groupe était rassemblé dans le sanctuaire religieux, le hörgr. Il y avait des officiers supérieurs du Clan du Loup comme Jörgen et Skáviðr, ainsi que des patriarches comme Linéa et Botvid des clans subsidiaires.

Ils étaient tous vêtus de tenues de cérémonie bien différentes de celles qu’ils portaient au combat. C’était un spectacle magnifique.

Yuuto portait également une tenue complètement différente, nouvellement créée pour cette cérémonie.

Comme toujours, il avait fait un grand usage de la couleur noire, mais il avait également inclus un design brillant sur la zone de la poitrine où se trouvaient deux épées croisées, ce qui était le symbole du clan de l’acier.

Sa cape incorporait la fourrure du grand Garmr que Sigrun avait vaincu pendant l’hiver, ce qui en faisait un objet approprié pour le seigneur qui allait régner sur six clans.

Mitsuki, assise à côté de lui, portait une tenue d’une beauté époustouflante.

Apparemment, elle l’avait aussi portée pendant le rituel d’invocation de Yuuto à Yggdrasil, mais à l’époque, il avait été si pressé par le temps qu’il avait dû immédiatement quitter le hörgr pour se mettre en route pour Gimlé, et donc il ne s’en souvenait pas vraiment.

En la regardant maintenant, elle ressemblait à une princesse sortie d’un livre de contes. Bien qu’en réalité, elle était plutôt une reine maintenant.

C’était un peu tard, mais Yuuto avait regardé la silhouette de celle qu’il aimait le plus, habillée de neuf, et il s’était senti satisfait de la regarder comme ça…

C’est alors qu’un grand homme d’âge moyen avec une courte barbe prit la parole pour commencer la cérémonie.

« Tout le monde, je suis désolé de vous avoir fait attendre. Par la présente, j’annonce à tous ceux qui se sont rassemblés que j’aurai l’honneur de diriger la première cérémonie du calice du clan de l’acier, la cérémonie qui lie les parents, les enfants et les frères et sœurs par le serment sacré du calice. Je suis Alexis, et je jouerai le rôle de médiateur pour ce rite. Je suis très reconnaissant de faire votre connaissance, et j’offre humblement mes services. »

C’était un homme familier pour tout le monde ici, car il était le prêtre impérial et le représentant de la région occidentale d’Yggdrasil.

« Je demande humblement à toutes les personnes présentes que, jusqu’à ce que ces rites de rapprochement entre parents, enfants et frères et sœurs se terminent en toute sécurité, vous soyez tous priés de coopérer pleinement… Maintenant, commençons la cérémonie du calice. »

La voix d’Alexis résonnait dans l’air silencieux de la salle du sanctuaire.

Comme on pouvait s’y attendre de la part de quelqu’un qui avait l’habitude de cette cérémonie, il progressa en douceur dans son discours difficile, sans bégayer ni trébucher une seule fois.

« J’annonce à tous ceux qui sont présents : Bien que je sache que ce n’est pas nécessaire, je vais vérifier le vin sacré une fois de plus. »

Alexis souleva en douceur un pichet en argent, fit un geste comme s’il coupait le haut du pichet avec sa main, puis versa l’alcool qu’il contenait dans deux récipients.

L’une d’entre elles était une tasse à boire standard, mais l’autre était un énorme calice qui semblait assez grand pour que cela couvre la majeure partie du visage d’une personne si on y buvait.

Alexis prit la plus petite tasse et la plaça devant sa bouche.

« En effet, c’est un alcool de qualité. Maintenant, je m’adresse au Seigneur Suoh-Yuuto, qui deviendra le parent. »

Alexis reposa la petite tasse maintenant vide sur le petit support, et se retourna pour appeler Yuuto.

La tension dans l’air était devenue plus forte.

Certaines personnes avaient dégluti de manière audible, peut-être à cause de la forte pression exercée.

Dans ses premiers jours, Yuuto avait lui-même trouvé cette atmosphère solennelle péniblement difficile à supporter. Cependant, cela ne l’affectait plus du tout maintenant.

« Oui, » avait-il répondu naturellement et avec facilité.

Auparavant, il aurait essayé de répondre d’une voix grave, afin de faire preuve d’autorité et de ne pas se mettre dans l’embarras. Mais maintenant, il n’avait plus besoin de ce genre de choses. Il était à l’aise avec lui-même tel qu’il était.

« En partageant le Calice avec chacune de ces personnes, vous deviendrez leur parent, ou leur grand frère, aux yeux des dieux des cieux, » entonna Alexis. « Si c’est vraiment votre volonté que vous veilliez l’un sur l’autre dans les moments de bien-être comme dans les moments de maladie, dans les moments de joie comme dans les moments de tristesse, dans les moments de richesse comme dans les moments de pauvreté, alors s’il vous plaît, buvez profondément de ce Calice. Montrez à ceux qui deviendront vos enfants et vos jeunes frères et sœurs le vin sacré qu’ils doivent boire. Vous pouvez continuer ! »

Yuuto avait souri ironiquement au discours affecté du prêtre.

Comme toujours, cela ressemblait tellement au discours prononcé lors des vœux d’un mariage japonais.

Il jeta un rapide coup d’œil à Mitsuki, et il vit qu’elle faisait un visage choqué qui semblait dire, « Quoi !? »

Il sourit un peu à cela, puis prit le grand calice à deux mains. Comme prévu, il était assez lourd.

Il but une gorgée et la remisa sur le support.

« Je vais maintenant recevoir le calice de votre part, et partager son contenu. » Alexis s’approcha d’un second support qui contenait un grand nombre de petites coupes, et une par une, il les plongea dans le grand calice pour les remplir de l’alcool qu’il contenait.

Les subordonnés d’Alexis avaient ensuite rassemblé les gobelets remplis et les avaient pris pour les distribuer au groupe de personnes qui se tenaient en ligne au centre du hörgr.

Une fois qu’Alexis avait confirmé que toutes les tasses avaient été distribuées, il prit une profonde inspiration, puis il continua.

« En tant que médiateur, j’offre ces mots à ceux qui détiennent maintenant le Calice. Au moment où vous boirez dans ce calice, vous deviendrez le subordonné du seigneur Suoh-Yuuto, le premier patriarche du clan de l’acier. Vous deviendrez son enfant juré, son petit frère ou sa petite sœur. À partir de ce moment, votre père, ou votre frère aîné, vous devrez le servir, lui et son clan, loyalement et sans faillir. Si vous êtes vraiment préparé à ce vœu, alors montrez votre détermination. Buvez le reste du contenu de votre calice, et laissez cette détermination prospérer à jamais en vous… Vous pouvez continuer ! »

Au signal d’Alexis, tout le monde dans la file avait levé sa tasse et avait bu son contenu d’un trait.

Et c’est ainsi qu’Yggdrasil vit naître un nouveau clan, le clan de l’Acier, avec Gimlé comme capitale.

+

Peu de temps après, les citoyens de ses territoires avaient commencé à désigner le chef du clan de l’acier par un nouveau terme, afin de le distinguer symboliquement des patriarches de clan qui lui étaient inférieurs.

Ils avaient commencé à l’appeler le « Grand Seigneur », Leginák.

+

« Ouf ! Voilà qui est au moins réglé. » Dans une petite pièce à l’écart de la salle du sanctuaire, Yuuto retira sa cape et la jeta grossièrement sur le côté.

On approchait déjà du début de la saison estivale. La fourrure du garmr faisait une splendide cape, mais il faisait trop chaud là-dedans.

« Tu as fait des merveilles, Grand Frère. » En attrapant la cape de fourrure dans ses bras, Félicia avait offert quelques paroles aimables en reconnaissance de l’effort de Yuuto.

« À propos de ça, » dit Yuuto.

« Pardon ? »

« Es-tu vraiment d’accord pour rester une petite sœur ? »

La hiérarchie actuelle du clan de l’acier était la suivante :

+

Patriarche, Suoh Yuuto

Mère du clan, Shimoya Mitsuki.

Chef des subalternes, Félicia

Premier rang, commandant en second, Linéa, patriarche du Clan de la Corne.

Deuxième rang, assistant du patriarche du Clan du Loup, Jörgen.

Troisième rang, patriarche du Clan de la Griffe, Botvid.

Quatrième rang, patriarche du Clan du Frêne Douglas.

Cinquième rang, patriarche du Clan des Chiens de Montagne Fundinn.

Sixième rang, le patriarche du Clan du Blé, Lágastaf.

Septième rang, chef des officiers subalternes, Skáviðr

Huitième rang, officier junior, Ingrid

Neuvième rang, officier junior, Sigrun

Dixième rang, officier junior, Albertina

Dixième rang, officier junior, Kristina

+

Techniquement, en tant que Chef des Subordonnés, Félicia était « au-dessus » des enfants subordonnés du clan en termes de déférence qu’ils devaient lui montrer, mais elle n’avait pas non plus d’autorité politique réelle à ce poste. On pourrait appeler cela un rang honorifique, éloigné de l’échelle du pouvoir.

Dans le système clanique d’Yggdrasil, la succession et le rang tournaient essentiellement autour du parent et des enfants jurés.

En tant que sœur cadette assermentée du patriarche, Félicia lui était affiliée, mais n’avait pas le droit d’être candidate à la succession, elle n’avait donc aucun « avenir ».

À l’époque où ils étaient encore dans le Clan du Loup, elle était restée comme jeune sœur à cause de ses sentiments de culpabilité, à la fois pour avoir invoqué Yuuto dans Yggdrasil contre sa volonté, et parce que son frère biologique Loptr avait tué le précédent patriarche du Clan du Loup, Fárbauti.

Mais maintenant, Yuuto était de retour à Yggdrasil de sa propre volonté, et l’incident avec Loptr remontait à plus de deux ans.

Yuuto pensait que Félicia avait fait plus qu’assez pour expier sa culpabilité, et donc en formant le clan de l’acier, il avait essayé d’en faire sa fille jurée.

« Si je deviens ton enfant juré, je deviendrai trop importante pour mon propre bien, je manquerais à mes devoirs d’adjuvante, Grand Frère. » Avec ces mots, elle avait refusé catégoriquement son offre.

« Franchement, je n’arrive pas à te croire. J’étais prêt à te récompenser pour tout ce que tu as fait, et j’avais même prévu de te faire diriger ton propre clan dans le futur. » Yuuto bouda un peu, visiblement un peu abattu par le fait que ses plans soient tombés à l’eau.

Félicia gloussa. « Grand Frère, si je peux me permettre, ce sont des faveurs que je n’ai jamais vraiment demandées ou dont je n’ai pas besoin. »

« Tu as vraiment préparé ta réponse. »

« Je n’ai qu’un seul souhait, le même que toujours. C’est d’être toujours à tes côtés, Grand Frère. Je ne demande rien d’autre. »

« Haah, d’accord. Bien, » déclara Yuuto avec un soupir. Il s’affala contre sa chaise et reposa son menton sur un bras.

Elle était vraiment complètement dépourvue d’ambition.

« Je pense que ta volonté dans cette affaire est absolument noble, tante Félicia. » Kristina ajouta ces mots élogieux, en plaçant une main sur sa poitrine comme si elle était émue.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire