Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Acte 4

Partie 3

Peut-être que le grand talent de son père lui avait également été transmis.

« Je vois. » Yuuto acquiesça. « J’espère que tu vas tout donner. »

« Oui, Monsieur ! Je vais travailler jusqu’à l’os et reprendre le fardeau que mon père a laissé derrière lui. »

« Bien. J’ai hâte de voir ça. » Yuuto avait fait une pause pendant un moment. « … Hé, Sviðurr. »

« Oui, monsieur ? »

« Ton père — il a agi sans crainte pour lui-même, et ce faisant, a protégé la vie de tant de nos compagnons du Clan du Loup. C’était un vrai héros. Mais même avant cela… il n’était pas du genre à briller dans des combats tape-à-l’œil sur le champ de bataille, mais il s’est toujours avancé pour faire le travail difficile que d’autres hommes auraient refusé ou négligé. Pour moi, il a toujours été un homme puissant, que l’on trouve rarement dans ce monde. »

Les mots de Yuuto n’étaient pas destinés à louer Olof pour le bien de son fils. C’était vraiment ce que Yuuto ressentait pour lui.

Ce fait avait dû atteindre Sviðurr, car le visage du jeune homme s’était tordu alors qu’il luttait pour réprimer l’envie de pleurer.

Le jeune homme releva la tête pour cacher ses yeux et s’écria : « Monsieur ! Je crois que mon père doit sûrement se réjouir sur son siège au Valhalla, en entendant ces mots de son patriarche ! »

« Je vois, » dit doucement Yuuto.

En fait, Yuuto s’était résolu à recevoir la condamnation du fils survivant d’Olof. Il aurait pu blâmer Yuuto, en disant que si seulement il n’avait pas disparu au milieu d’une bataille importante, Olof serait peut-être encore en vie.

Au lieu de cela, Yuuto avait senti qu’avec ça, il avait gagné un peu de tranquillité d’esprit.

Il posa une main sur l’épaule de Sviðurr. « Deviens un aussi grand homme que l’était ton père. J’ai de grands espoirs pour toi. »

« Oui, monsieur ! » La réponse de Sviðurr avait été immédiate et sa voix claire.

Olof avait été un homme très réservé et posé, mais il semblait que son fils était plein de passion et de vigueur.

Peut-être qu’Olof était simplement devenu l’homme que Yuuto connaissait après que des années d’expérience l’aient adouci, et qu’il avait été ce genre d’homme fougueux dans sa jeunesse.

Dans ce cas, il y avait beaucoup à attendre de l’avenir de ce jeune homme.

 

 

« Haaaah... Ha !! » Avec un cri fougueux, Yuuto donna un coup rapide avec sa lame.

L’épée en bois dans ses mains avait volé en arc de cercle vers le bas, toute sa force se trouvant derrière le coup.

Son adversaire était un homme mince, à l’allure inquiétante, aux joues fines et au regard perçant.

Si un étranger ignorant venait à voir cette scène, il pourrait peut-être penser à tort que le patriarche du Clan du Loup se défendait contre un sinistre assassin.

Bien sûr, l’homme n’était pas un assassin, mais un fier membre du Clan du Loup, en fait, l’assistant du commandant en second.

Il était également le précédent détenteur du titre appartenant au plus fort du Clan du Loup : le Mánagarmr.

Actuellement, il était chargé d’être le gouverneur de la ville et de la région de Gimlé, mais aujourd’hui, il était à Iárnviðr pour affaires, et Yuuto lui avait donc demandé de l’accompagner dans l’entraînement à l’épée.

D’un petit pas rapide, Skáviðr ramena sa jambe en arrière et fit pivoter son corps sur le côté, esquivant proprement la frappe vers le bas de Yuuto.

« Hup ! … Ah ! » Yuuto avait commencé à enchaîner avec une frappe horizontale balayée, mais il avait soudainement stoppé net son mouvement.

La lame de l’épée en bois de Skáviðr était contre son cou.

« Haah... » Yuuto soupira. « Alors ça fait dix défaites complètes d’affilée. Franchement, Skáviðr, tu es vraiment fort. » Il poussa un petit rire sec et se laissa tomber sur le sol.

Dernièrement, Yuuto n’avait été complètement absorbé par rien d’autre que du travail de bureau, mais il était du genre à aimer faire des activités physiques comme celle-ci. Rester assis à un bureau tout le temps était étouffant pour lui.

Le fait d’être pleinement actif comme ça, et de transpirer un peu de temps en temps, était rafraîchissant.

« Tu t’es aussi beaucoup amélioré, Maître, » dit Skáviðr. « Tel que tu es maintenant, je pense que tu aurais peu de chance de perdre contre un soldat moyen. En particulier, ton dernier coup était très bon. »

« Ah, vraiment ? Eh bien, si tu le dis, alors je le croirai. Tous les autres évitent toujours de me combattre sérieusement. » Yuuto gloussa de nouveau, en affaissant ses épaules.

En raison de sa position de patriarche, lorsqu’il s’agissait d’entraînement au combat, les autres se retenaient contre lui.

Son confident le plus fidèle en était l’exemple le plus frappant. « Même si ce n’est qu’une épée en bois, je ne pourrai jamais porter une arme contre toi, Grand Frère ! » criait Félicia.

Des combattants comme Sigrun et Jörgen étaient cependant à peu près les mêmes. Ils avaient considéré que Yuuto serait frustré s’il perdait, et bien qu’ils ne soient pas restés là à lui donner la victoire, ils n’avaient pas non plus fait d’effort sérieux pour l’attaquer.

À cause de cela, Yuuto ne pouvait pas savoir où se situaient ses niveaux actuels de force et de compétence.

C’est pourquoi il avait choisi cet homme pour l’aider. Skáviðr était connu pour ne montrer aucune pitié, et pour ne pas mâcher ses mots, bons ou mauvais.

« Mais je suppose que j’ai encore un long chemin à parcourir, » poursuivit Yuuto. « À la fin, je n’ai même pas pu voir ton attaque arriver. »

L’épée de Skáviðr était contre son cou avant même qu’il ne s’en rende compte.

Et ce, malgré le fait qu’il était complètement concentré sur chaque mouvement de Skáviðr, afin de ne rien manquer.

« Oui, eh bien, dans ce cas, on ne peut rien y faire. En fait, je dirais que le fait que tu n’aies pas vu l’attaque venir est la preuve que tu as grandi. »

« Hein ? » dit Yuuto.

« Plutôt que de l’expliquer avec des mots, il serait préférable de te le démontrer. Tante Félicia, si tu veux bien. »

« Ah, oui ! » Félicia fut surprise d’être appelée si soudainement, et répondit d’une voix aiguë.

« Affronte-moi lors de quelques passes d’armes, » déclara Skáviðr. « Cela devrait être une bonne expérience d’apprentissage pour toi aussi. »

Avec une telle demande, directement de l’ancien Mánagarmr, Félicia pouvait difficilement dire non.

Elle avait pris sa propre épée d’entraînement en bois et avait fait face à Skáviðr.

Les résultats de leurs matchs étaient sans appel : dans les cinq cas, Skáviðr avait remporté la victoire sans difficulté. Et ce, sans même lui permettre d’échanger plusieurs coups avec elle. Chaque combat avait été réglé au premier coup.

« Ohh... ohh... » Félicia était à quatre pattes et pendait la tête en signe de misère. « C’est tout à fait honteux… Je suis censée être la protectrice de Grand Frère… »

Sans expression, Skáviðr reposa son épée de bois contre son épaule et lui adressa la parole. « C’est vrai. Ton corps s’est affaibli depuis la dernière fois que je t’ai vu combattre. Aider le Maître dans son travail est certes important, mais ta mission de le garder physiquement l’est tout autant. Ne néglige pas ton entraînement de routine. »

« O-oui, je vais faire de mon mieux pour m’améliorer… » Félicia avait répondu avec un ton de voix rauque et frustré, les poings serrés.

Il semblerait que ses pertes dévastatrices à son égard aient entaché sa fierté de garde du corps de Yuuto.

Skáviðr acquiesça une fois, puis tourna son regard vers Yuuto. « Maître, comme tu l’as vu, même Tante Félicia n’a pratiquement rien vu des attaques, il n’y a donc pas lieu de s’en inquiéter outre mesure. »

Pour Yuuto, il semblait qu’en échange de le faire se sentir mieux, cela avait à la place fait se sentir Félicia terriblement bouleversée, mais il avait décidé de ne pas insister davantage sur ce point.

Il n’y avait pas lieu de discuter de ce qui avait déjà eu lieu.

« Quand même, quel genre d’astuce as-tu utilisée pour faire ça ? » demanda Yuuto.

Les attaques de Skáviðr étaient vraiment rapides, mais Yuuto était toujours capable de les suivre des yeux en regardant les combats. Elles n’étaient pas trop rapides pour être vues. En termes de vitesse pure, les attaques de Sigrun étaient encore plus rapides.

Et Félicia était une Einherjar, loin d’être une faible combattante. En fait, elle était la cinquième plus forte combattante du Clan du Loup à l’heure actuelle.

Il était donc difficile d’imaginer que même elle ne pouvait pas réagir du tout à la vitesse des attaques de Skáviðr.

Après tout, Félicia pouvait même supporter cinq ou dix échanges de coups avec Sigrun dans un match d’entraînement. Et pourtant, juste là, sous ses yeux, ses réponses aux attaques de Skáviðr avaient toutes été tardives.

Plutôt que ses frappes soient trop rapides, c’est plutôt la capacité de Félicia à le combattre qui avait été perturbée.

C’était comme un tour de magie.

Cependant, Skáviðr avait secoué la tête. « Ce n’est pas une ruse. Il n’y a aucun secret, aucune tromperie en jeu. »

« Comment peux-tu dire qu’il n’y a pas de tour du tout !!? » protesta Félicia en se redressant.

Elle avait connu une telle défaite lors de leurs matchs, qu’elle ne pouvait probablement pas accepter le fait qu’il n’y avait pas d’astuce cachée pour l’expliquer.

« Je peux dire qu’il n’y en a pas parce qu’il n’y en a pas. En fait, c’est parce qu’il n’y a pas d’artifice que vous ne pouvez pas percevoir les attaques. »

« Quoi ? » Félicia pencha la tête sur le côté, comme si elle venait d’entendre une énigme.

« Franchement, tante Félicia, » dit Skáviðr. « Tu as beaucoup de talent, mais à cause de cela, tu as tendance à négliger tes fondamentaux. Pratiquez l’obéissance totale à la Voie, rompez avec elle, laissez-la derrière vous, mais n’oubliez pas son origine. »

« Ah, » dit Yuuto en reconnaissant la citation. « Tu parles des étapes de maîtrise “obéir, briser, transcender”. »

Il se rappela comment, une fois auparavant, il avait abordé le sujet et le poème avec Skáviðr alors qu’ils étaient tous deux en train de discuter.

« Obéir, rompre, transcender » était un concept philosophique japonais connu sous le nom de shu-ha-ri dans la langue de Yuuto, et cette façon de penser en trois étapes était appliquée aux arts martiaux, ainsi qu’à de nombreux autres domaines dans lesquels un étudiant travaillait pour atteindre la maîtrise.

Au cours de la première étape, l’élève devait obéir aux enseignements du maître et de l’art, en acceptant les « formes » et les règles rigides sans poser de questions et en s’efforçant de reproduire intégralement les techniques qui lui étaient enseignées.

Bien qu’il s’agisse de la première étape, elle est également considérée comme la plus difficile.

Chaque personne avait ses propres opinions et sa propre façon de penser, après tout, et elle pouvait ne pas trouver certains aspects de l’enseignement satisfaisants. Le plus important est que l’étudiant fasse le vide dans son esprit et qu’il prenne simplement connaissance de l’enseignement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire