Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Acte 4

Partie 2

Il n’avait jamais eu qu’un seul nom potentiel en tête. Il n’y avait pas de nom plus approprié qu’il pouvait donner à son clan.

D’un air affecté et majestueux, il avait prononcé le nom à haute voix.

« Le Clan de l’Acier. »

 

Dès que la réunion s’était terminée, Yuuto avait appelé l’une des jumelles qui s’apprêtaient à partir.

« Kristina, juste une seconde. »

La queue de cheval sur le côté gauche de sa tête tourna en rond dans l’air tandis qu’elle se retournait pour lui faire face. Même ce simple mouvement avait un air d’élégance. C’était probablement parce qu’elle avait reçu un entraînement intensif en tant que fille du patriarche du Clan de la Griffe.

Yuuto avait décidé de ne pas penser à l’autre jumelle.

« Qu’est-ce qu’il y a, Père ? » demande Kristina. « Oh, si c’est à propos des rapports de renseignement du temps où tu étais absent, je les ai compilés et laissés sur ton bureau. »

« J’y jetterai un coup d’œil plus tard. Ce dont j’avais hâte de te parler, c’est des Vindálfs. Comment se porte notre joyeuse bande ? »

« Ahh, eux. » Kristina haussa les sourcils et lança à Yuuto un sourire malicieux. « Pour l’instant, je dirais qu’une dizaine d’entre eux sont au point de pouvoir faire une performance satisfaisante devant une foule. »

« Hmm, dix… »

« Cela ne fait que six mois que nous les avons établis, après tout. La plupart d’entre eux ne sont pas encore assez entraînés pour être utilisés. »

« Eh bien, dix devraient suffire pour mes besoins. J’aimerais les mettre au travail. »

« Vas-tu leur faire exécuter quelques danses lors de la cérémonie de départ de ton armée ? »

Le nom des Vindálfs signifiait « la Bande des Elfes du Vent » dans la langue d’Yggdrasil. Il s’agissait d’une troupe d’artistes entraînés, une organisation que Yuuto avait ordonné à Kristina de créer à peu près en même temps qu’il avait établi les installations de l’école connue sous le nom de « Maison des Tablettes ».

La troupe était principalement composée de veuves, d’orphelins de guerre et autres. Pour l’instant, l’accent était mis sur l’apprentissage de diverses techniques de spectacle et, à terme, l’objectif était de les faire se produire dans le grand amphithéâtre circulaire actuellement en construction dans un quartier de la ville.

Il s’agissait d’une politique qui aiderait un groupe de personnes en situation de grande pauvreté, tout en offrant une nouvelle source de divertissement aux citoyens, d’une pierre deux coups.

Bien sûr, c’était la raison publique de leur existence.

« Non, pas ça, » dit Yuuto. « Je veux demander l’autre type de travail. »

« Oh, vraiment ? » Une lumière dangereuse brilla dans les yeux de Kristina. « Où dois-je les envoyer ? »

Le véritable but des Vindálfs était de les envoyer dans d’autres pays, pour recueillir secrètement des informations.

L’idée lui était venue d’une légende de l’histoire du Japon. On raconte que, pendant la période Sengoku, le célèbre seigneur et général Takeda Shingen avait ordonné la création d’un groupe secret d’espionnes connues sous le nom d’aruki miko, ou « jeunes filles des sanctuaires errantes ». Yuuto avait donné une tournure à ce vieux conte dans le style d’Yggdrasil.

Les talents de Kristina n’avaient pas besoin d’être mentionnés, bien sûr, et ses subordonnés directs étaient tous des espions exceptionnels également, mais son groupe était issu d’une petite faction du Clan de la Griffe, qui était dès le départ un petit clan. En termes de nombre, ils n’étaient tout simplement pas assez nombreux pour voyager et enquêter sur tous les pays voisins du Clan du Loup.

La vieille maxime est toujours vraie : celui qui contrôle l’information contrôle le conflit.

La troupe de spectacles pourrait être utilisée comme une façade pour étendre considérablement le réseau de collecte de renseignements de Yuuto. Il travaillait sur ce plan depuis un certain temps maintenant.

« À la capitale impériale, Glaðsheimr, » répondit Yuuto. « Je veux qu’ils enquêtent sur Rífa dès que possible. C’est extrêmement urgent. »

La nuit précédente, Mitsuki lui avait raconté comment, depuis le rituel d’invocation qui avait ramené Yuuto, elle avait perdu tout contact avec Rífa.

Mitsuki semblait être sérieusement inquiète que quelque chose de mal lui soit arrivé.

En plus des inquiétudes de Mitsuki, Yuuto avait une grande dette personnelle envers Rífa pour l’avoir ramené à Yggdrasil. Il ne pouvait pas l’ignorer.

« Bien sûr, c’est suffisamment important pour que je préfère t’y envoyer toi-même, si je le pouvais, » ajouta Yuuto.

Cependant, avec le début de la grande campagne contre le Clan de la Panthère qui approche à grands pas, il ne pouvait pas se permettre de renvoyer Kristina.

Il y aurait des dizaines de milliers de vies en jeu dans les batailles à venir. Il devait faire passer ça en premier.

« Je suis vraiment désolée de trahir tes attentes à mon égard, Père, mais même moi, je préférerais ne pas tenter de me faufiler dans le palais de Valaskjálf. » Kristina avait fait cette déclaration très platement, et cela avait fait que Yuuto avait cligné des yeux de surprise.

« Je ne me serais jamais attendu à ce qu’une boule de pure curiosité comme toi dise quelque chose comme ça, » avait-il dit.

La jeune fille était très fière d’être une experte en collecte de renseignements.

Le fait qu’elle abandonne un défi sans même essayer était tellement hors de son caractère que Yuuto se demandait s’il devait s’attendre à une tempête de neige estivale demain.

Kristina avait compris son incrédulité et avait baissé les épaules en expliquant.

« Le grand prêtre impérial Hárbarth vit dans la capitale, et il est si connu pour son regard aiguisé que cela lui a valu le surnom de Skilfingr, le Guetteur d’en haut. Une fois dans le passé, je lui ai échappé de justesse. » Kristina murmura la dernière partie avec un air de mécontentement, il semblait que c’était un souvenir qu’elle ne voulait pas se rappeler.

« Wow… » Yuuto avait murmuré avec admiration.

Kristina était l’Einherjar de Veðrfölnir, le Silencieux des Vents, et il n’y avait personne de mieux qu’elle pour dissimuler sa présence. Si elle mettait toute sa puissance à s’échapper inaperçue, il était impossible de la suivre, même pour l’ancien et l’actuel Mánagarmr du Clan du Loup, experts en détection de présence.

Ce grand prêtre devait être vraiment dangereux s’il avait été capable de mettre quelqu’un comme Kristina dans les cordes.

Yuuto poussa un grand soupir. « Haaah, ce monde est juste plein de monstres surpuissants ! »

« Et je suis certaine que tu es parmi eux, et peut-être dans les trois premiers, » avait répondu Kristina, avec un air exaspéré.

La remarque avait un peu piqué Yuuto, car il sentait qu’elle n’était pas méritée, mais s’il discutait de cela maintenant, ils seraient sûrement détournés du sujet.

« Eh bien, si cet endroit est si dangereux, envoyer les Vindálfs pourrait être une mauvaise idée. »

Les membres en question étaient devenus assez compétents pour se déployer en moins de six mois, ils étaient donc certainement très talentueux, mais ils étaient loin d’être aussi bons que la petite renarde en face de lui.

Si Kristina s’était échappée de cet endroit de justesse avec sa vie, il enverrait pratiquement les autres à la mort.

« Au contraire, je pense que c’est justement le genre de travail pour lequel la bande est faite. Si la cible est difficile à infiltrer, il suffit d’entrer correctement par les portes d’entrée. »

Yuuto avait compris ce qu’elle voulait dire, et avait claqué des doigts. « Ha ! Je vois ce que tu veux dire. »

Il avait entraîné les Vindálfs à exécuter des chansons, des danses et des tours de magie du Japon moderne. Ce sont des choses qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs, et qui attiraient l’attention et la curiosité.

Yuuto était sûr qu’il pouvait s’attendre à ce qu’un fonctionnaire impérial se prenne d’affection pour eux et les invite officiellement au palais en tant qu’invités.

« Très bien alors, je compte sur toi pour y arriver. »

« Compris. Ce sera fait. » Avec une petite révérence, Kristina quitta la pièce.

Après l’avoir regardée partir, Yuuto était resté seul, ses poings se serrant et se desserrant.

« Je t’en prie, sois saine et sauve, Rífa… »

 

Ce qui attendait Yuuto ensuite n’était rien d’autre qu’un flux constant de travail de bureau.

D’ordinaire, son second Jörgen s’occupait du travail du patriarche lorsqu’il devait s’absenter, mais bien sûr, il y avait des décisions que seul le patriarche lui-même était apte à prendre, ou des procédures que le patriarche devait au moins vérifier personnellement, et d’autres papiers de ce genre.

Comme il avait été absent pendant deux mois, cela avait donné lieu à un volume de travail impensable.

Il demandait à Félicia de lui lire document après document à haute voix, après quoi il apposait son tampon et lui demandait de lire le suivant, d’apposer son tampon, et ainsi de suite. S’il y avait des points qui semblaient peu clairs ou douteux, il faisait venir la personne responsable afin de pouvoir en discuter avec elle avant de prendre sa décision.

Cela avait continué, jour après jour.

Une fois ce retard comblé, il lui restait le travail de bureau quotidien, auquel s’ajoutait le travail de planification et d’organisation pour la création du Clan de l’Acier. Il n’y avait pas de fin au travail qui devait être fait.

Au fil des jours, Yuuto avait commencé à perdre la notion du temps… jusqu’au jour où un visiteur était arrivé.

Les invités et les visiteurs arrivaient pour voir le patriarche Yuuto tous les jours, bien sûr.

Cependant, lorsque ce visiteur était arrivé, Yuuto s’était levé de sa chaise si rapidement qu’il avait failli la renverser.

« Olof !? » cria Yuuto.

En effet, son visiteur ressemblait remarquablement à Olof, l’ancien grand général et gouverneur de Yuuto, qui était mort honorablement au combat à Gashina.

Cependant, bien que la ressemblance soit là, c’était une personne complètement différente.

Pour commencer, son âge était clairement différent. Olof était un homme d’âge moyen qui, à première vue, semblait avoir une quarantaine d’années. (En réalité, il n’avait qu’une trentaine d’années. C’était une indication de la façon dont l’homme avait lui-même travaillé dur). Mais l’homme en face de Yuuto maintenant n’avait probablement qu’une vingtaine d’années.

Cependant, il pouvait encore voir les traits d’Olof fortement dans le visage de cet homme.

Le jeune homme se présenta, se tenant droit au garde-à-vous. « Monseigneur, je suis le fils d’Olof par la naissance, Sviðurr. »

Sa voix rappelait aussi fortement celle d’Olof. Il semblerait que les traits de famille soient forts entre le père et le fils.

« Je vois… Le garçon d’Olof. » Yuuto avait senti les coins de ses yeux s’échauffer.

« Oui, Seigneur Patriarche. Je viens d’être choisi comme capitaine de la famille Olof, je suis donc venu me présenter à vous, comme il se doit. »

« Bien bien, » dit Yuuto, réagissant avec intérêt. Il faillit dire : « Plutôt impressionnant pour quelqu’un de si jeune, » mais il ravala les mots plutôt que de les dire à haute voix. Il était après tout lui-même encore plus jeune.

Pourtant, c’était vraiment une réussite impressionnante.

La famille Olof était l’une des factions du Clan du Loup, et en termes de nombre, elle était juste derrière la famille Jörgen. Bien sûr, avec autant d’hommes, il y aurait nécessairement beaucoup de talents prometteurs dans ses rangs. Ainsi, le fait qu’un jeune homme d’une vingtaine d’années seulement soit choisi comme capitaine en disait long sur ses compétences et son potentiel.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire