Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 1

« Sieg Patriarche ! »

Lorsque le groupe de Yuuto avait franchi les portes, le bruit des acclamations les avait frappés, se répercutant jusqu’à leurs os.

C’était comme une onde de choc, un mur de son, et cela les avait presque fait tomber de leur cheval.

Ils s’efforcèrent de garder une posture droite alors qu’ils s’engageaient dans la rue principale menant au palais, qui était pleine à craquer de monde.

« Bienvenue chez vous, Seigneur Patriarche ! »

« J’avais la foi que vous reviendriez à la maison pour nous ! »

« Tant que vous êtes notre chef, le Clan du Loup est en sécurité ! »

« Oh, merci, oh, merci aux cieux… »

Divers cris individuels parvenaient à leurs oreilles, et pendant ce temps les cris de « Sieg Patriarche ! » me frappaient de tous les côtés.

Du haut de leur cheval, ils pouvaient voir des gens au visage rouge à force de crier à tue-tête, des gens complètement mouillés à force de pleurer, des gens agitant des bannières du Clan du Loup avec ferveur, des gens aux mains jointes en prière.

La seule chose qu’ils avaient tous en commun, c’est qu’ils étaient inondés de joie pure du fond du cœur.

« C’est toujours assez fou quand je reviens d’une bataille, » dit Yuuto, « mais aujourd’hui, c’est d’un tout autre niveau. »

Pourtant, son expérience de cette situation avait joué. Il s’était assuré de supprimer et de dissimuler son malaise, et avait joué le rôle d’un seigneur débordant de confiance à l’excès, souriant et saluant la foule.

« Naturellement, » dit Félicia, « Car nous avons été repoussés par nos ennemis pendant tout ce temps. Les citoyens ont dû être terriblement inquiets de ce qui allait leur arriver. »

Elle avait également conservé son sourire et avait salué la foule bruyante.

Il est vrai que, bien que les hauts gradés du Clan du Loup aient essayé de contrôler le flux d’informations, on pouvait plus facilement arrêter un feu de forêt qu’une rumeur, et les mauvaises nouvelles s’étaient répandues par l’intermédiaire des marchands et des artistes, ainsi que d’autres voyageurs, à travers le pays.

Depuis que Yuuto avait disparu à la bataille de Gashina, les forces du Clan du Loup avaient été forcées de s’engager dans un conflit qui n’était pas du tout en leur faveur, et cette information avait sûrement atteint le peuple d’Iárnviðr.

Dès que le palais avait annoncé au peuple que Yuuto était revenu de sa « terre au-delà des cieux », il n’avait fallu que quelques jours pour que les rapports de ses victoires arrivent les uns après les autres.

Compte tenu de cela, la jubilation fébrile des citoyens était logique.

Yuuto, quant à lui, aurait aimé rentrer au palais en courant, mais il devait montrer aux gens que leur souverain était vivant et en bonne santé, leur projeter avec confiance que le Clan du Loup allait s’en sortir, et balayer leurs dernières inquiétudes. C’était son devoir en tant que patriarche.

Le groupe de Yuuto avait lentement remonté l’artère principale, répondant aux acclamations et saluant la foule jusqu’à ce que, après un certain temps, ils atteignent les portes du palais.

Il y avait là une fille familière, que Yuuto connaissait depuis ses débuts.

« Bienvenue à la maison, Yuu-kun, » déclara Mitsuki.

Sa vue lui était si familière, et pourtant, d’une certaine manière, la voir lui semblait nouveau et différent.

Il pouvait déjà sentir une grande chaleur monter dans sa poitrine.

« Hé, Mitsuki, je suis rentré. C’est bon d’être de retour. »

« Mm-hm ! ♪ »

C’était une salutation normale et simple. Mais ils étaient ensemble, se regardant dans les yeux, échangeant cette salutation en personne.

En ce moment, c’était le plus grand bonheur du monde pour lui.

+

« Au cours des deux derniers mois, je sais que mon absence a été un fardeau extraordinaire pour vous tous, » déclara Yuuto. « J’en suis vraiment désolé. Mais, en même temps, je me sens si fier. Bravo à vous tous ! Dans les moments difficiles, vous avez tenu bon. Notre victoire cette fois-ci n’a été possible que grâce à votre combat acharné. Ce soir, nous célébrons. Oubliez les formalités. Buvez, criez, chantez et dansez toute la nuit ! »

« Yeaaaah !!! » La salle du sanctuaire, au sommet de la tour sacrée Hliðskjálf, éclatait dans de bruyantes acclamations.

Comme il était habituel pour le retour de Yuuto d’une campagne de guerre, ce fut un festin pour célébrer la victoire du clan.

Yuuto était épuisé après avoir fait tant de voyages en si peu de temps, et honnêtement, il voulait retourner dans ses quartiers privés et dormir comme une pierre pour la première fois en deux mois. Mais ce serait ignorer les personnes importantes de son clan réunies ici aujourd’hui, qui avaient passé chaque jour à attendre son retour, alors il ne pouvait pas faire cela.

Il se forçait à ignorer sa fatigue et à assister à la fête.

Yuuto leva son verre. « Et maintenant ! Levons nos coupes pour porter un toast à la victoire du Clan du Loup. Sant — . »

« Non, non, Père, ça ne va pas du tout, » intervint précipitamment Jörgen, la réprimande du commandant en second coupant Yuuto au moment où il allait finir son toast.

Hein ? Yuuto s’était posé des questions, et il jeta un coup d’œil à la foule rassemblée dans le hall du sanctuaire, pour voir que beaucoup d’entre eux hochaient la tête en semblant être d’accord avec Jörgen.

Il se demandait ce qu’il avait bien pu faire de mal, mais il n’arrivait pas à trouver la réponse.

Après un moment, Jörgen ajouta : « Alors, avec votre permission, monsieur, je vais m’en occuper. »

Il s’était éclairci la gorge, s’était avancé pour se tenir à côté de Yuuto, et s’était adressé à la foule.

« Un toast ! À la victoire du Clan du Loup, mais avant tout, au retour de notre grand héros et patriarche bien-aimé, le seigneur Suoh-Yuuto ! … À la vôtre ! »

« Santé !!! » Avec ce cri à l’unisson, d’innombrables tasses furent levées bien haut, et le son de leur entrechoquement résonna dans toute la salle.

Ah, je vois, j’ai oublié de célébrer mon propre retour à la maison. Yuuto avait finalement compris. Il avait pris l’habitude de s’ignorer en tant qu’individu afin de donner la priorité à son rôle public de seigneur du clan, et il n’avait donc pas réalisé qu’il avait oublié cette partie.

On vient de me retirer mon gros toast, pensa-t-il avec un rire ironique, mais en même temps, cela le rendait vraiment heureux de réaliser que tout le monde était aussi heureux de son retour.

Pour Yuuto, c’était vraiment comme si Iárnviðr, et non le Japon, était devenue son lieu de retour, sa vraie maison.

Alors que Yuuto s’était assis sur son siège après avoir terminé son rôle cérémoniel, Mitsuki s’était penchée vers lui pour lui parler, en ricanant. « Bon travail là-bas ! Tee hee, tu as fait un discours plutôt cool. »

Les épaules de Yuuto s’étaient affaissées. « Est-ce du sarcasme ? Jörgen a dû le reprendre à la fin, là. »

« À la fin, oui. Mais je pense que j’ai pu voir un peu à quoi ressemble “Yuu-kun le patriarche”. Je le pensais quand je disais que tu avais l’air cool. Je… hum. Ça m’a fait tomber amoureuse de toi encore une fois. »

« Oh, vraiment ? Ok. Eh bien, Mitsuki, tu devrais savoir que tu es assez incroyable dans cette tenue. »

« Eh, vraiment ? Eheheh ! Merci. » Un léger rougissement colora les joues de Mitsuki, et elle rit timidement.

À Iárnviðr, des vêtements provenant du Japon seraient considérés comme bien trop étranges. Comme le dit le proverbe, « Quand on est à Rome, on fait comme les Romains. »

Mitsuki portait une nouvelle tenue maintenant, et si l’on devait choisir un exemple pour la comparaison, de toutes les autres filles, elle ressemblait le plus à la tenue que portait Ingrid.

C’était le genre de vêtement porté par la plupart des femmes d’Yggdrasil, avec un design simple semblable à une tunique ou un poncho.

Naturellement, comme il était porté par la femme du patriarche, la qualité des coutures et des matériaux utilisés était d’un niveau bien supérieur à celui d’une tenue standard bon marché. Et en particulier, la pièce ressemblant à un cardigan qui ornait ses épaules était magnifiquement brodée de fil d’or.

Les mots de Yuuto n’étaient pas de vaines louanges, il pensait vraiment qu’elle était très belle dans cette tenue. Voir la fille qu’il aimait dans un nouveau look pour la première fois comme ça était un régal pour les yeux.

« Ohh, si tu me fixes autant, tu vas me mettre dans l’embarras. » Mitsuki gloussa. « Oh, c’est vrai ! Je me suis souvenue qu’il y avait quelque chose que je voulais te donner comme récompense, Yuu-kun, pour être rentré sain et sauf à la maison. »

« Une récompense ? »

« Oui, attends juste une minute, d’accord ? » Sur ce, Mitsuki s’était approchée et avait ramassé un objet qui était placé à côté d’elle : un récipient en métal noir légèrement long et de forme ovale.

Au début, Yuuto avait pensé qu’il s’agissait peut-être d’une boîte à lunch de style japonais, mais là encore, c’était bien trop peu raffiné et ordinaire pour une fille comme Mitsuki.

Alors que Yuuto le regardait en se demandant ce que cela pouvait être, Mitsuki avait utilisé un chiffon pour retirer le couvercle du récipient.

« Wôwaa !!! » Yuuto avait poussé un cri d’étonnement dès qu’il avait vu ce qu’il y avait à l’intérieur, oubliant complètement qu’il était en public.

L’intérieur du récipient était rempli d’innombrables petits grains blancs, d’où s’échappait une vapeur.

C’était du riz. Peu importe comment on le regardait, c’était du riz.

« Mi-Mitsuki, t-tu, ce… »

« Oui, j’ai apporté juste un petit peu de riz blanc ici. Tu ne pourras pas en manger tous les jours ou quoi que ce soit, mais tu peux au moins le faire pour les occasions spéciales comme aujourd’hui. Vas-y et mange ! ♥, »

Mitsuki avait utilisé une cuillère en bois pour prélever un peu de riz dans un petit bol en porcelaine blanche qu’elle avait dû apporter avec elle du Japon. Elle avait tendu le bol à Yuuto.

Yuuto avait instinctivement dégluti par anticipation.

« Merci. Itadakimasu ! » Yuuto tenait toujours le bol de riz dans sa main gauche, il avait donc exécuté la prière de manière informelle avec sa main droite, puis il s’était mis directement à table, enfournant le riz frais et chaud dans sa bouche avec ses baguettes.

Le goût s’était répandu dans sa bouche, un goût nostalgique qu’il avait toujours connu depuis l’enfance.

« Ahhhhh ! Je le savais, un Japonais doit manger de ces trucs, sinon la vie n’est pas la même ! » s’exclama Yuuto en parlant la bouche pleine et en frappant son bras libre contre sa cuisse.

Il était une machine, engloutissant une bouchée de riz, puis attrapant quelques plats d’accompagnement avec ses baguettes, puis mettant encore plus de riz dans sa bouche.

Le bol de Yuuto avait été vide en un clin d’œil, et c’est à ce moment-là qu’une question lui était venue à l’esprit.

« Mais hé, comment as-tu fait pour cuisiner ce truc ? Ce n’est pas comme si tu pouvais utiliser un cuiseur à riz ici. »

« J’ai utilisé la marmite d’une gamelle — tu sais, celles qu’on utilise en camping en plein air. Avant de venir dans ce monde, j’ai secrètement passé du temps à apprendre à faire cuire du riz sur un feu de camp devant ma maison. Je me suis beaucoup entraînée. »

« Wôw, merci beaucoup ! »

« Et aussi, en ce moment, j’ai quelques subordonnés de Jörgen qui m’aident à installer une rizière. J’ai aussi apporté quelques plants de riz, aussi. »

« Sérieusement !? » Yuuto n’avait pas pu s’empêcher de se pencher vers Mitsuki avec excitation.

« Oui. Mais il n’y en a vraiment que quelques-uns. Et le climat ici n’a pas beaucoup de précipitations. Je ne pense pas que nous serons en mesure de faire pousser quoi que ce soit d’important. »

« Mais je serais reconnaissant pour même un petit peu ! »

Cela signifie que, même si ce n’est que de temps en temps, Yuuto pourrait se réjouir de manger du riz à partir de maintenant.

***

Partie 2

Mais les surprises ne s’étaient pas arrêtées là.

« Et j’ai aussi apporté de la base de kōji avec moi, donc je vais essayer de faire de la sauce soja et du miso à un moment donné. »

« Mitsuki ! Tu es la meilleure !!! » Incapable de se retenir davantage, Yuuto l’avait pris dans ses bras.

Il était si heureux qu’il avait cru qu’il allait pleurer.

Mitsuki était après tout excellente en cuisine. Il n’y avait aucun doute dans l’esprit de Yuuto qu’elle serait capable de recréer pour lui, ici dans ce monde, les saveurs adorées de son ancienne patrie, l’une après l’autre.

On dit souvent que le chemin vers le cœur d’un homme passe par son estomac, et c’est maintenant qu’il réalise à quel point ce dicton est sage et vrai.

Au moins, Yuuto avait l’impression qu’il ne pourrait plus jamais quitter les côtés de Mitsuki. Elle avait fermement saisi son estomac, et son cœur.

« Mais si tu prévoyais tout ça, tu aurais pu me le dire pendant que nous étions encore tous les deux au Japon, » dit Yuuto.

« Hee hee, je voulais te faire une surprise. »

« Eh bien, tu as réussi ton coup. »

Pendant leurs préparatifs au Japon, Yuuto avait, pour la plupart, décidé de ne pas s’occuper de ce que Mitsuki avait décidé d’emporter.

On dit souvent que les femmes achètent et emportent trop de choses, et de plus, il y avait sûrement des sous-vêtements et des produits féminins qu’elle ne voulait pas qu’un homme voie.

Yuuto lui-même avait été totalement concentré sur le fait d’apporter des choses qui seraient utiles pour aider le Clan du Loup dans le futur, et donc même s’il avait vraiment voulu manger du riz, il avait mis ces désirs personnels en dernier.

S’étant résigné à ne plus jamais pouvoir goûter au riz, il était d’autant plus heureux de pouvoir savourer les aliments de son pays natal ici, à Yggdrasil.

C’était juste ce qu’il pouvait attendre de Mitsuki, qui le connaissait mieux que quiconque. En ce moment, elle lui avait donné le plus beau cadeau qu’il pouvait recevoir.

« Content de voir que vous vous entendez si bien ! » Une voix maussade les appela d’une position plus haute.

En levant les yeux, Yuuto avait vu Ingrid, avec un visage maussade à l’image de sa voix, qui le regardait fixement, les joues gonflées.

Il ne comprenait pas vraiment. C’était une occasion heureuse, alors pourquoi avait-elle l’air si contrariée ?

« Yo, Ingrid, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus, » avait-il dit.

« Bien sûr, je te le renvoie. »

« C’est quoi ton problème ? Tu as l’air aigri. N’es-tu même pas heureuse de revoir ton vieil ami après deux longs mois ? Je suis certainement heureux de te voir. »

« Eh bien, oui, je suis bien sûr heureuse de te voir. C’est juste sacrément dur de te voir faire les yeux doux à une autre fille comme ça ! »

« Hm ? Qu’est-ce que c’était ? Tu marmonnes. Parle plus fort, je ne peux pas… »

Mitsuki l’avait coupé. « Très bien, Yuu-kun, tu ne peux pas tourmenter une fille comme ça. »

« Aïe ! Aïe-Aïe-Aïe ! » Yuuto avait crié de douleur quand Mitsuki avait soudainement attrapé son lobe d’oreille et l’avait tiré vers le bas.

Mais Mitsuki ne semblait pas prêter attention à Yuuto, et s’adressait plutôt à Ingrid. « Je pensais ce que j’ai dit avant. Ça ne me dérange vraiment pas, d’accord ? »

« Je ne pense pas avoir la moindre chance, » marmonna Ingrid. « Pas contre vous. »

« Bien sûr, je n’ai pas l’intention d’abandonner la position de numéro une. » Mitsuki avait fait un sourire gentil, presque maternel.

Cependant, pour une raison inconnue, lorsque Yuuto avait vu cette expression, il avait senti un frisson lui parcourir l’échine.

« Ha ha, très bien, alors, » dit Ingrid d’un air plus satisfait. « Je crois que je vais viser la troisième ou la quatrième place. »

« N’est-ce pas un peu modeste ? » demanda Mitsuki.

« Hahaha ! Eh bien, pour moi, il semble que la lutte pour la deuxième place va être chaude, voyez-vous. » Ingrid avait fait un sourire en coin et avait haussé les épaules.

Pendant ce temps, Yuuto n’avait pas la moindre idée de ce dont elles parlaient toutes les deux.

Il avait l’impression d’être le seul à être mis à l’écart, et ça le dérangeait. On aurait dit qu’elles parlaient de lui, alors il avait décidé de demander…

« Euh ? Qu’est-ce que vous faites toutes les deux — aaauugh ! Aïe !! » Il avait été forcé de recommencer à pleurer de douleur quand Mitsuki l’avait tiré par l’oreille encore plus fort.

Mitsuki soupira, plaçant sa main libre contre sa joue. « Honnêtement, Yuu-kun, tu es vraiment désemparé quand il s’agit de ce truc. »

Même si elle l’avait réprimandé, elle n’avait pas relâché sa pression sur l’oreille de Yuuto.

« Qu’est-ce que tu veux dire par “ce truc” ? … Ohh ! Attends, c’est à propos de cette histoire de concubine officiellement reconnue ? » Enfin, le cerveau de Yuuto avait fini par rassembler les pièces du puzzle.

Alors qu’il les reliait, cela lui avait soudainement fait prendre conscience d’une autre chose. Il jeta un coup d’œil dans la direction d’Ingrid.

Lorsque ses yeux avaient rencontré ceux d’Ingrid, son visage avait rougi en un instant.

Yuuto était plutôt ignorant en ce qui concerne les relations homme-femme, ce dont il était bien conscient. Mais même Yuuto n’était pas assez ignorant pour ne pas comprendre ce que cela signifiait.

« Euh, donc, ça veut dire que, tu, euh, tu sais ? » Yuuto avait essayé de le lui demander directement.

Il avait fait en sorte que sa formulation soit très vague et indirecte, par mesure de sécurité. Il ne pouvait pas s’empêcher de le faire instinctivement. Pour Yuuto, Ingrid était une bonne amie, et il ne voulait pas détruire la relation qu’ils avaient.

Ingrid avait hésité un moment, puis avait semblé rassembler sa détermination et lui avait répondu. « … Oui, c’est vrai. Désolée !? »

Elle le faisait en regardant de l’autre côté, le visage encore rouge comme une betterave.

« O-oh, » dit Yuuto. « N-Non, c’est moi qui suis en faute. Je, euh, n’ai pas remarqué. »

« N-Non, écoute, c’est bon. Je sais, c’est juste une n-nuisance, pour quelqu’un comme moi de… »

« N-non, ce n’est pas du tout une nuisance, c’est juste que, eh bien, j’ai Mitsuki, et… »

« Yuu-kun, tu n’as vraiment pas à t’inquiéter pour moi, d’accord ? » déclara Mitsuki.

« Non, mais ce n’est pas… »

« H-hey, j’ai compris que ce n’est pas juste pour toi non plus, Yuuto, de t’imposer ça tout d’un coup, » déclara Ingrid. « Maintenant que tu sais que c’est comme ça, on va en rester là pour l’instant ! Oh, et au fait, j’ai fini de fabriquer la chose dont nous avons discuté. À plus tard ! »

Après avoir dit cette dernière partie rapidement et sans reprendre son souffle, Ingrid s’était enfuie comme le vent, laissant un whoosh ! dans son sillage.

Elle était déjà une fille très timide au départ. Elle n’avait pas dû supporter plus longtemps cette atmosphère teintée de romantisme.

« Euhh, alors… qu’est-ce que je suis censé faire à ce sujet ? » s’aventura Yuuto.

« Je pense que tu ne devrais pas me poser cette question, n’est-ce pas ? » répliqua Mitsuki.

« O-Oui, tu as raison. » Un peu de sueur froide coulait le long de la joue de Yuuto.

Il était peut-être censé courir après Ingrid dans cette situation, mais avec Mitsuki juste à côté de lui, faire cela serait plus que difficile.

Et il n’avait toujours pas parlé correctement à la plupart des invités de la fête. En tant que patriarche, il serait irresponsable pour une figure centrale comme lui de fuir la fête.

Il se sentait vraiment coupable, mais il décida que le choix le plus sûr était d’attendre et d’arranger les choses avec elle plus tard.

 

 

« Tout le monde, s’il vous plaît, écoutez-moi ! » Après que la fête ait battu son plein pendant un certain temps, Yuuto s’était levé de son siège et avait haussé la voix pour appeler les invités.

Avec seulement ces quelques mots, le bruit tapageur qui remplissait le hörgr s’était immédiatement tu, comme si le temps avait été arrêté.

Yuuto avait attendu que les yeux de tous soient rassemblés sur lui avant d’ouvrir à nouveau la bouche.

« La célébration de ce soir va bientôt se terminer, et pour finir, il y a quelque chose que je veux vous dire à tous. »

Il parlait d’un ton solennel. C’était quelque chose qu’il devait absolument annoncer en public, une façon pour lui de tracer une ligne claire entre le passé et le futur.

Dans cette salle se trouvaient tous les officiers du Clan du Loup et d’autres personnages importants.

C’était juste la bonne occasion de le faire.

« Comme vous le savez tous, je ne suis pas de ce monde, » dit Yuuto. « Je viens du Japon, un pays très, très lointain. »

Cela semble ridicule même à mes propres oreilles, pensa Yuuto, mais il n’y avait pas de bavardage parmi la foule rassemblée dans le hörgr.

Même s’ils avaient tous bu, ils étaient restés là à écouter Yuuto avec toute leur attention.

« Si je suis honnête avec vous, j’ai passé la plupart des trois dernières années à souhaiter tout le temps pouvoir retourner dans le monde d’où je viens, » poursuivit Yuuto. « Je ne suis pas venu à Yggdrasil parce que je le voulais. Et je ne suis pas devenu votre patriarche parce que je le voulais. J’ai juste été entraîné par le cours des événements. Ce n’est pas arrivé par ma propre volonté. »

Assise à l’opposé de Mitsuki, Félicia posa une question à Yuuto en souriant doucement. « Et maintenant, est-ce le cas ? »

Elle était l’une des personnes à qui il avait déjà donné la réponse.

Elle connaissait la réponse, et avait choisi d’interjeter la question à ce moment précis. Comme on pouvait s’y attendre de la part de son adjointe de confiance, elle accentuait son discours avec un timing parfait.

Yuuto hocha la tête une fois, alors qu’une lumière vive et volontaire brillait dans ses yeux.

« C’est vrai ! Tout est différent maintenant. Je suis venu ici de mon plein gré ! Je suis venu ici pour de bon, pour vivre et mourir à vos côtés ! »

« Yeaaaahhh !! » Une tempête d’acclamations bruyantes avait éclaté.

En regardant autour de lui, Yuuto avait vu que même si Félicia l’avait su à l’avance, elle pleurait en souriant.

Sigrun, elle aussi, avait des larmes qui coulaient silencieusement de ses yeux fermés.

Jörgen penchait la tête en arrière pour prendre une longue gorgée de sa tasse. De petites larmes étaient visibles au coin de ses yeux.

Même le vieux Bruno, le chef des anciens du clan, qui s’était autrefois opposé à la montée sur le trône de Yuuto, regardait avec un grand sourire et agitait ses poings en l’air avec enthousiasme.

Yuuto avait attendu que tout le monde se calme, puis il avait recommencé à parler.

« Pendant les deux mois de mon absence, la vie de nombreux membres de notre famille nous a été enlevée. En tant que père de mon peuple, je ne peux pas pardonner cela. Vos ennemis sont les miens, et mes ennemis sont les vôtres. »

Yuuto s’était arrêté là, et avait lentement fermé les yeux.

***

Partie 3

Il prit une profonde inspiration, puis ouvrit en grand les yeux, utilisant sa main droite pour déplacer le manteau qui pendait de ses épaules.

Il fit surgir son esprit combatif hors de lui, et une aura de commandement s’était développée autour de lui alors qu’il criait : « Et donc, qu’on le sache ici et maintenant, je déclare que nous allons vaincre définitivement le Clan de la Panthère ! »

« Tu étais comme une personne totalement différente là-bas ! C’était un peu effrayant ! » déclara Mitsuki avec excitation, fixant le vide devant elle comme si elle se représentait la scène de tout à l’heure.

Le soleil était déjà complètement couché, la fête était terminée, mais la bombe que Yuuto avait lâchée avec son discours à la fin avait plongé la salle de rituel dans un chaos tapageur.

Même maintenant, Yuuto pouvait entendre des bribes de voix des personnes encore là-haut, discutant de la conquête du Clan de la Panthère avec une grande ferveur.

Bien qu’il en ait eu envie, Yuuto n’avait pas la force de rester avec tout le monde plus longtemps, il avait donc rapidement pris congé.

Maintenant, il marchait avec Mitsuki dans l’un des couloirs du palais.

Sigrun était devant eux, et Félicia derrière eux, ils étaient donc protégés contre tout assaillant potentiel.

« C’est mieux de céder et d’aller jusqu’au bout quand il s’agit de ce genre de choses, » déclara Yuuto. « En plus, ce n’est pas comme si tout ça était faux. »

En effet, bien qu’aucun d’entre eux ne soit lié à Yuuto par le sang, il ressentait de la colère à l’idée que l’on prenne la vie de ses enfants et petits-enfants jurés. En ce sens, bien que son discours ait pu être un peu militant, il était également compréhensible quant à la raison.

« Eh bien, la partie “céder et aller jusqu’au bout” est cependant ce qui est le plus difficile, » déclara Mitsuki. « Au moins, pour les gens normaux. »

« Je ne sais pas… il me semble que tu aies toi-même fait un bout de chemin, mais peut-être d’une manière différente de la mienne. »

« Quoi, non, ce n’est pas vrai ! Je suis normale, tout à fait normale ! »

« C’est quoi cette blague de se dire normal ? » demanda Yuuto.

« Hmph ! Tu es la seule personne qui puisse dire ça, Yuu-kun. »

« J’ai entendu tous les autres dire que tu es une “femme vraiment digne d’être l’épouse d’un seigneur”, tu sais. »

En effet, Yuuto avait été honnêtement assez surpris de voir combien de personnes à la fête montraient un respect si évident envers Mitsuki dans leurs interactions avec elle.

Bien sûr, n’importe qui devrait traiter la femme d’un patriarche avec civilité, du moins en apparence. Cependant, Yuuto avait acquis suffisamment d’expérience à ce stade pour être capable de dire quand quelqu’un était seulement poli et respectueux pour la forme.

D’après ce que Yuuto avait pu voir, tout le monde semblait avoir une véritable admiration pour Mitsuki.

Le fait qu’elle soit connue pour posséder des runes jumelles, le plus rare des dons surnaturels, y était probablement pour quelque chose, mais il était tout de même impressionnant qu’elle inspire autant de respect alors qu’elle n’était ici que depuis un mois.

La réputation de Yuuto avait chuté comme une pierre au fond de la rivière dès son propre premier mois à Yggdrasil, et il était passé du nom de l’enfant de la victoire, Gleipsieg, à celui de Sköll, le dévoreur de bénédictions. Yuuto ne pouvait s’empêcher d’être un peu jaloux de cette différence.

« Père, Mère. » Sigrun était sortie de la chambre de Félicia, puis elle s’était mise au garde-à-vous et s’était adressée à Yuuto et Mitsuki. « J’ai fini de vérifier votre chambre, ainsi que celle de Félicia. Il n’y a pas eu d’intrus. Soyez tranquilles, et passez une bonne nuit de sommeil. »

« Euh ? » Un son de surprise s’était échappé des lèvres de Yuuto.

Il avait l’impression d’avoir entendu quelque chose de faux dans ce qu’elle avait dit, quelque chose qu’il ne devait pas ignorer.

« Maintenant, je vais prendre congé. » Mais avant que Yuuto ait pu exprimer ses soupçons, Sigrun avait incliné la tête et s’était éloignée d’un pas rapide.

Yuuto et Mitsuki se tenaient là, un étrange silence entre eux.

Yuuto ne pouvait pas laisser ça durer éternellement. « Au fait, les deux seules chambres présentes ici sont celle de Félicia et la mienne. D’ailleurs, où est la tienne ? »

Il avait placé son dernier espoir dans cette question.

« Eh bien, je suis ta femme, » dit Mitsuki. « C’est normal que nous partagions une chambre et dormions ensemble. »

Yuuto avait anticipé cette réponse, mais elle l’avait quand même laissé sans voix.

Bien sûr, son lit était inutilement large, un patriarche de clan ne pouvait pas se permettre d’avoir de maigres meubles. Il pouvait accueillir non seulement deux, mais trois personnes confortablement.

Cependant, ce n’était pas le problème ici.

« Bon, écoute, » dit Yuuto. « Je suis un homme, et tu es une femme. Tu comprends ça, hein ? »

« Yuu-kun, qu’est-ce que tu dis ? C’est la raison pour laquelle nous avons pu nous marier en premier lieu. »

« Non, écoute ! Comprends-tu ce que cela signifie pour un homme et une femme de partager le même lit !? »

Yuuto était un jeune homme dans son adolescence, après tout.

Il se caractérisait par une retenue à toute épreuve, mais s’il devait partager une chambre avec cette fille qu’il aimait, même lui n’était pas sûr de pouvoir s’en détacher.

« Je… Je sais cela. » Mitsuki avait parlé d’un ton hésitant en baissant les yeux, le visage aussi rouge qu’une pomme. « C’est… c’est pourquoi je suis venue ici avec toi. »

« Ah… ! » Aussi lent que soit Yuuto dans ce domaine, même lui était capable de comprendre la détermination de Mitsuki.

C’est vrai, ils allaient être mari et femme à partir de maintenant. Il n’y avait rien d’étrange à ce qu’ils couchent ensemble.

Yuuto était également prêt à assumer la responsabilité que cela impliquait. Il y était prêt depuis le moment où il avait décidé de l’emmener avec lui dans ce pays non civilisé, sans possibilité de retour au Japon.

Mais même ainsi, Yuuto s’était constamment dit qu’il devait prendre les choses au sérieux avec elle, et il avait donc pensé qu’il devait essayer de garder les choses pures entre eux, au moins jusqu’à ce qu’ils aient eu leur cérémonie de mariage officielle.

Mais maintenant que Mitsuki est allée si loin, lui faire honte en la rejetant serait la mort de son honneur en tant qu’homme.

« Es-tu… vraiment sûre de toi ? » dit-il lentement.

« … Oui. » Avec un hochement de tête, Mitsuki avait légèrement serré la main de Yuuto.

Et, d’une toute petite voix à peine audible, elle avait ajouté : « Je suis peut-être inexpérimentée, mais s’il te plaît, prends bien soin de moi, maintenant et pour toujours. »

 

+

Chirp chirp. Chirp chirp chirp.

Yuuto avait été réveillé par le bruit des moineaux qui passaient par la fenêtre ensoleillée.

« Le matin, hein…, » marmonna-t-il, et il se redressa.

Le haut de son corps était nu.

Après plusieurs jours de voyage et l’épuisement de ses forces la nuit dernière, il avait dû s’endormir juste après, dans un état de vide béat.

« Bonjour, Yuu-kun. » Une voix légèrement embarrassée était venue de juste à côté de lui.

Yuuto s’était retourné et il avait vu Mitsuki, utilisant une couverture pour tout couvrir jusqu’à la moitié inférieure de son visage, le regardant la tête proche du lit.

En la voyant, il avait compris que c’était réel. Donc la nuit dernière n’était pas juste un rêve.

« Hé, bonjour, » dit-il. « Alors, euh… vas-tu… bien ? »

« Donc l’accouchement est…, » Mitsuki commença à parler.

« Un accouchement !? » Yuuto n’avait pas pu s’empêcher de la couper d’un cri, sa voix se brisant.

 

 

Bien sûr, il ne pouvait pas dire que cela n’avait aucun rapport avec la conversation, mais c’était quand même tellement inattendu d’en parler maintenant, et donc c’était normal qu’il soit surpris.

« Oui, apparemment l’accouchement est aussi mauvais que d’essayer de faire passer une pastèque par une de ses narines. »

« Hm ? D’accord…, » Yuuto hocha la tête pour qu’elle continue, mais il ne comprenait pas vraiment où elle voulait en venir.

« La nuit dernière a fait aussi mal qu’une pomme. »

« Je suis tellement, tellement désolé !!! » Yuuto s’était levé d’un bond, puis il s’était agenouillé pour s’excuser, tête baissée, sur place.

L’expérience n’avait été que du plaisir pour lui, alors naturellement il était rempli de culpabilité.

« Hum, je suis désolé pour ça, » dit-il désespérément.

« On a toujours l’impression qu’il y a quelque chose là-dedans. »

« Arghh... Je suis vraiment désolé. »

« Non, c’est bon. C’est plus comme, “Yuu-kun est vraiment encore là”. Ce genre de sentiment. Ça fait mal, mais ça me rend aussi heureuse. »

« Je… Je vois, » balbutia Yuuto.

« Alors, ne t’excuse pas. » Souriant doucement, Mitsuki avait tendu une main et avait caressé le menton de Yuuto.

Son visage lui paraissait si beau, si doux et adorable, qu’il se sentait à nouveau attiré vers elle…

Une voix comme une cloche et un léger coup à leur porte les avaient interrompus. « Grand Frère, Grande Soeur Mitsuki, puis-je maintenant entrer ? »

En un clin d’œil, Yuuto et Mitsuki avaient été tirés de leur propre petit monde et étaient revenus à la réalité.

« Attends un peu ! » Yuuto cria. « Mitsuki, des vêtements ! »

« O-Okay ! »

Les deux amoureux s’étaient empressés de récupérer leurs vêtements épars de la veille et avaient commencé à s’habiller, mais ils étaient si agités qu’ils avaient eu du mal à le faire.

Le temps qu’ils aient terminé et que Yuuto ouvre la porte pour laisser Félicia entrer dans la pièce, Yuuto et Mitsuki avaient l’air complètement épuisés.

En voyant cela, Félicia laissa échapper un petit sourire, mais elle reprit rapidement son expression sérieuse, et s’adressa à eux.

« Même si ça me fait mal de devoir m’interposer entre vous deux en ce moment, il y a une montagne de travail qui attend d’être fait. »

***

Partie 4

Yuuto retourna à son bureau habituel pour la première fois en deux mois, pour le trouver pratiquement enseveli sous des piles de paperasse.

Et, malheureusement, il n’y avait que du papier. Si c’était des tablettes d’argile, des piles de cette taille ne seraient pas un volume de travail particulièrement intimidant. Il était évident que cela n’allait pas être terminé en un jour, et cela rendait la chose un peu accablante.

« Eh bien, tout cela peut attendre pour l’instant, » soupira-t-il. « Il y a quelque chose d’autre dont nous devons nous occuper d’abord. »

« Concernant l’assujettissement du Clan de la Panthère, c’est bien ça ? » demanda Félicia avec une expression raide.

Le patriarche du Clan de la Panthère était un homme appelé Hveðrungr, mais son vrai nom était Loptr, et il avait autrefois été le commandant en second du Clan du Loup. Il était également le grand frère biologique de Félicia. C’était sûrement compliqué pour elle.

« Oui. » Yuuto acquiesça, et se dirigea à grandes enjambées vers le bureau, où il s’assit sur sa chaise familière.

Ce fauteuil était celui qu’il avait fait construire par l’un des meilleurs artisans du Clan du Loup, mais franchement, le fauteuil bon marché qu’il avait utilisé à l’époque moderne était toujours plus confortable.

Malgré tout, il avait utilisé celui-là pendant deux années entières. Il y était attaché à ce point. Rien qu’en s’asseyant dessus, Yuuto s’était senti naturellement capable de passer à l’état d’esprit d’un patriarche de clan.

« Ok, » commença-t-il. « D’abord, une proclamation écrite aux patriarches des clans sous notre sphère de protection, pour les pousser à rejoindre la campagne. »

Le Clan de la Panthère avait peut-être perdu sept mille soldats à la rivière Körmt, mais selon des estimations prudentes, il disposait encore d’environ cinq mille cavaliers d’élite.

Ce n’était pas très sûr pour le Clan du Loup d’aller les chercher tout seul.

Après l’énorme défaite du Clan du Loup à Gashina, tous les clans subsidiaires, à l’exception du Clan de la Corne, étaient restés silencieux sur la touche, attendant pour ainsi dire de voir de quel côté le vent soufflait. Mais avec le retour de Yuuto et la série de victoires récentes, ces clans devraient maintenant être enclins à montrer leur allégeance une fois de plus.

« Bien. Je vais préparer une tablette d’argile, » dit Félicia. Elle avait pris un récipient sur une étagère à proximité et l’avait ouvert.

À l’intérieur, il y avait un tas d’argile mou.

Même dans le Japon moderne, nombreux sont ceux qui considèrent les documents écrits à la main comme plus authentiques et plus précieux que ceux produits sur un ordinateur puis imprimés. Et dans les décennies précédentes, les formulaires officiels ne pouvaient pas être écrits avec un stylo à bille. Seule l’écriture au stylo plume était reconnue comme valide.

Le papier avait été introduit à Yggdrasil, mais il y a moins de deux ans. Les coutumes précédentes étaient encore bien ancrées, et pour un document officiel, seule une tablette d’argile pouvait être considérée comme correcte et authentique. Et pas seulement une tablette séchée au soleil, mais une tablette cuite dans un four approprié, et scellée dans un second récipient d’argile cuit.

« Très bien, il suffit de le pétrir comme ça, et… » Félicia prit la tablette molle qu’elle avait récupérée et, avec des mouvements rapides, la moula dans la forme rectangulaire et la longueur appropriées.

« Très bien, » dit Félicia, parlant à voix haute pendant qu’elle écrit. « “Informez votre seigneur patriarche. Moi, Suoh-Yuuto, patriarche du Clan du Loup, je parle ainsi”… »

Le stylet de Félicia s’était déplacé en douceur tandis qu’elle inscrivait les lettres sur la tablette. Son expérience et sa familiarité avec ce travail transparaissaient dans la façon dont ses mains bougeaient avec un niveau incroyable de dextérité et d’habileté.

Elle avait terminé, et avait regardé Yuuto. « Très bien, la tablette est préparée. Je t’en prie, vas-y. »

« Bien. Voyons voir… “Dans un mois, le Clan du Loup mènera une campagne pour soumettre le Clan de la Panthère. Et donc, je vous demande à tous d’envoyer aussi des soldats”. »

« Très bien. » Félicia avait inscrit les mots, en terminant par : « … “envoyez aussi des soldats.” C’est fait. Y a-t-il quelque chose à ajouter ? »

« Hm, et aussi… d’accord, dans le message à Linné, dis-lui de venir à Iárnviðr tout de suite. Pour tous les autres, ajoute quelque chose comme : “Vous avez renoncé à vos Vœux du Calice, et je choisis de vous pardonner juste pour cette fois. Mais laissez-moi vous dire clairement que cela ne se reproduira pas une deuxième fois.” »

Alors qu’il dictait la dernière partie, les coins de la bouche de Yuuto s’étaient relevés en un sourire légèrement coquin.

Si l’on pouvait voir l’expression de Yuuto et ne rien savoir d’autre, elle semblerait sûrement typique d’un jeune homme de son âge. Cependant, le contenu et le sens de ses paroles étaient assez éloignés de l’impression que le sourire seul pourrait suggérer.

L’expression de Félicia s’était raidie.

« C’est… un message assez sévère, » avait-elle fait remarquer.

« D’après Le Prince de Machiavel, ce qu’un grand souverain doit craindre par-dessus tout, c’est d’être méprisé par les autres. Un manque de respect. Il est préférable pour lui d’être craint, mais pas au point d’être méprisé. Pense au type d’individu qui se laisserait aller parce qu’il a un patron gentil. Ce même type ferait certainement ce qu’on lui dit si quelqu’un d’effrayant quand il est en colère lui donne un ordre, non ? »

« … Oui, tu as raison. Et un tel argument est tout à fait persuasif quand il vient de quelqu’un qui est vraiment terrifiant quand il est en colère. »

« Pardon ? Tu ne parlerais pas de moi, n’est-ce pas ? » répliqua Yuuto, comme s’il était vraiment contrarié par ses paroles.

Cela avait suscité un rire amusé de Félicia. « Je me surprends toujours à penser, Grand Frère, que tu ne te vois pas tel que tu es. »

« Non, non, je joue juste mon rôle. Jouer ! Tu devrais maintenant le savoir. »

« Grand Frère, si ce que tu fais est de la comédie, alors cela ferait de toi un trompeur qui fait même honte à Botvid. »

« … Héhé. Je vois que tu réponds maintenant. » Yuuto avait émis un petit rire ironique et un petit soupir.

Il avait l’impression que Félicia n’était pas du tout réservée avec lui, ce qui était plutôt rare pour elle.

Jusqu’à présent, Félicia avait toujours mis un peu de distance émotionnelle entre elle et Yuuto, peut-être à cause des sentiments de culpabilité qu’elle nourrissait pour l’avoir initialement convoquée à Yggdrasil.

Mais maintenant que ces sentiments avaient été résolus, son côté naturellement enjoué était devenu plus proéminent. C’était un bon développement.

« Hum… ? Qu’est-ce qu’il y a, Grand Frère ? » demanda Félicia. « Pourquoi fixes-tu mon visage et pourquoi souris-tu, tout d’un coup ? »

« Hm ? Oh, je me disais juste que tu es d’une grande beauté, » dit Yuuto, qui avait décidé de lui faire quelques remarques amusantes.

« Si tu me dis des choses comme ça, je dirai à Grande Soeur Mitsuki de te gronder. »

« C’est bien. Il se trouve que ma femme a l’esprit assez large. »

« Oh, mon Dieu ! Je suis jalouse… En fait, je suis vraiment jalouse. »

« Hein ? »

Avant que Yuuto puisse réagir, sa tête avait été tirée dans une étreinte.

La sensation du corps doux et voluptueux de Félicia avait assailli ses sens.

« Attends, Félicia !? »

« Je suis heureuse pour toi et Dame Mitsuki, et je vous souhaite des bénédictions du fond du cœur, mais je ressens un peu… non, pas mal… de “frustration”, tu sais ? Même moi, je suis un peu jalouse, de vous voir si heureux ensemble. »

Comme pour symboliser la force de ses sentiments, les bras de Félicia avaient serré Yuuto plus étroitement contre elle.

« Euh… hmm… » Yuuto était incapable de donner une réponse cohérente.

Félicia avait gloussé, sa voix était parvenue jusqu’aux oreilles de Yuuto. « Teehee. Juste une petite blague. »

« Ça n’avait pas l’air d’être une blague selon moi ! »

« Qui peut le dire ? Eh bien, en tout cas, Grand Frère, je vais céder à Dame Mitsuki le privilège de se tenir à tes côtés en public. Mais j’espère que tu comprends que le droit d’être à tes côtés sur le champ de bataille, et dans ce bureau, est quelque chose que je n’abandonnerai jamais. »

« Oui, je comprends, » répondit Yuuto en souriant. « Et je n’ai pas l’intention d’avoir quelqu’un d’autre que toi comme adjuvant. En parlant de ça, il y a quelque chose pour laquelle j’ai besoin de ton avis, en tant que confident le plus fiable. »

Il posa ses coudes sur le bureau, les mains jointes. Ses mots impliquaient que c’était quelque chose d’important. Et ses yeux étaient complètement sérieux.

Félicia avait repris sa place à ses côtés et avait répondu : « Je t’en prie, vas-y. »

« J’ai déterminé que nous devions un peu plus renforcer les liens, la coopération entre nous et les clans subsidiaires. Ce qui se passe maintenant en est un bon exemple. Ce n’est encore qu’une idée dans ma tête, mais… »

+

Au cours de la rédaction d’un certain nombre de documents importants (sous la dictée de Félicia, qui est celle qui les avait réellement rédigés), de la convocation de personnes dans son bureau et de la transmission d’ordres, la matinée avait filé en un rien de temps.

Malgré le fait que Yuuto travaillait aussi assidûment que jamais, la montagne de papiers sur son bureau n’avait pas du tout diminué. C’était un peu décourageant.

Pourtant, d’une certaine manière, il n’y avait rien à faire.

Tout le travail que Yuuto avait effectué durant la matinée était lié aux préparatifs de la campagne visant à abattre le Clan de la Panthère, et les piles de documents qui attendaient encore devant lui n’avaient absolument rien à voir avec cela.

« Au moins, cela met de l’ordre dans nos stratégies anti-Clan de la Panthère pour le moment, » soupira-t-il. « Cependant, il y a toujours le problème du clan de la foudre. »

Appuyant son poids contre le dossier de sa chaise, Yuuto laissa échapper une longue expiration et leva les yeux, fixant l’espace vide au-dessus de lui.

Il y a six mois, l’armée du Clan du Loup avait utilisé la tactique du « mur de chariots » pour battre les forces du Clan de la Panthère à la bataille de Náströnd. Mais alors qu’ils se préparaient à poursuivre leur ennemi en retraite, ils avaient appris que le Clan de la Foudre semblait préparer sa propre armée à se déplacer, mettant le Clan du Loup dans une situation où ils n’avaient pas d’autre choix que de se retirer.

S’ils devaient envoyer toutes leurs forces après le Clan de la Panthère cette fois-ci, il y avait de fortes chances que le Clan de la Foudre saisisse cette ouverture pour les envahir.

Cela dit, s’ils consacraient trop de troupes à contrer le Clan de la Foudre, ils manqueront de forces à utiliser dans la campagne contre le Clan de la Panthère.

La façon la moins risquée de faire les choses était probablement que Yuuto se mette à Gimlé pour garder Steinþórr sous contrôle, tout en laissant le commandement de la force d’invasion à Sigrun ou Skáviðr… mais, au final, Yuuto avait aussi envie de régler personnellement les choses avec son frère juré.

« Passer en revue les prisonniers du Clan de la Panthère que nous avons capturés et engager certains d’entre eux comme mercenaires pour lutter contre le Clan de la Foudre ne semble pas être une mauvaise idée, » dit-il.

Ils ne pouvaient pas être amenés à se battre contre le Clan de la Panthère, car il y aurait des problèmes s’ils changeaient à nouveau de camp, mais les utiliser contre le Clan de la Foudre était un choix assez réaliste.

Les clans nomades avaient tendance à avoir des personnes guidées par des principes rationalistes, et il y avait eu de nombreux cas de clans agricoles sédentaires qui avaient engagé des personnes issues de clans nomades comme mercenaires pour les utiliser les uns contre les autres.

***

Partie 5

Il y en avait sûrement beaucoup qui accepteraient d’être engagés, pour autant que les récompenses soient suffisamment satisfaisantes.

Leurs prisonniers ne laissaient rien à désirer en termes de force et d’habileté sur le terrain, mais la véritable inconnue était de savoir combien d’entre eux allaient réellement jurer fidélité au Clan du Loup.

En marmonnant pour lui-même, Yuuto s’était levé et s’était dirigé vers un mur de la pièce, qui était entièrement recouvert de cartes. « Pendant que nous attaquons le Clan de la Panthère, si le Clan du Sabot ou le Clan du Vent prenaient l’attention du Clan de la Foudre, cela faciliterait grandement les choses… »

Le Clan de la Foudre partageait ses frontières avec le Clan du Sabot et le Clan du Loup au nord, ainsi qu’avec le Clan du Vent au sud.

À l’ouest se trouvait la mer, et son côté oriental était bordé par les montagnes Þrúðvangr, qui empêchaient les invasions ennemies venant de cette direction.

Ainsi, bien que le Clan de la Foudre soit expansif en termes de territoire total qu’il contrôle, il pouvait concentrer sa puissance militaire uniquement au nord et au sud. La géographie leur permettait d’envahir facilement les autres, mais aussi de se protéger.

Et malheureusement, les choses n’étaient pas si optimistes concernant les Clans du Sabot et du Vent. Tous deux avaient autrefois été comptés parmi les dix nations les plus puissantes du pays, mais le Clan du Sabot s’était récemment vu arracher plus de la moitié de son territoire par le Clan de la Panthère.

Quant au Clan du Vent, Yuuto savait qu’il avait été contraint à une situation plutôt médiocre en raison d’une invasion par son voisin plus au sud, le Clan de la Flamme, et que sa force s’était considérablement affaiblie.

Il ne semblait pas que ces deux clans soient assez forts pour égaler le Clan de la Foudre.

« Oh, il y a quelque chose que j’ai oublié de te dire, Grand Frère, » dit Félicia. « Il y a un mois, le Clan du Vent a été complètement envahi et détruit par l’invasion du Clan de la Flamme. »

« Quoi !? » Yuuto s’était retourné pour lui faire face.

La dernière chose qu’il avait entendue était que le Clan de la Flamme et le Clan du Vent étaient en guerre, et que le Clan de la Flamme avait l’avantage dans le conflit. Il n’avait pas entendu une seule chose sur la destruction du Clan du Vent.

Cependant, d’une certaine manière, c’était une chose de plus qui ne pouvait être évitée.

Pendant le séjour de Yuuto au Japon, sa seule option pour communiquer avec Yggdrasil avait été avec Félicia, en utilisant le smartphone qu’il avait laissé derrière lui.

La batterie solaire qu’il utilisait ne pouvait l’alimenter qu’une trentaine de minutes par jour tout au plus, et avec le danger constant que courait son clan, bien sûr, la grande majorité de ces communications avaient nécessairement porté sur les clans de la Panthère et de la Foudre.

Pourtant, penser qu’un tel incident s’était produit à son insu…

C’était un choc total.

« Nous n’avons nous-mêmes appris la nouvelle qu’il y a une semaine environ, » dit Félicia. « Nous avons vérifié auprès d’un certain nombre de marchands ambulants qui sont venus du sud, et nous pouvons donc supposer que c’est vrai. »

« Je vois. » Yuuto avait mis une main sur sa bouche, et avait réfléchi en silence pendant un moment.

L’une des dix grandes nations d’Yggdrasil, le Clan de la Flamme, venait d’écraser un voisin tout aussi puissant et de prendre tout son territoire. Cela signifiait qu’il était désormais un clan dont la force nationale était supérieure à celle du Clan du Loup. Peut-être même faisait-il maintenant partie des trois nations les plus fortes du royaume.

On pouvait difficilement demander un meilleur adversaire pour le guerrier sans égal qu’était Steinþórr.

« Très bien, envoyons un émissaire au Clan de la Flamme, avec le message que je voudrais très certainement prêter le serment du Calice de la Fraternité avec leur patriarche, à parts égales, » dit Yuuto. « Dans les Trente-six stratagèmes, le numéro vingt-trois : “Se lier d’amitié avec un État lointain, frapper un État voisin.” »

+

Tape ! Tape !

« J’arrive, » répondit Félicia au léger coup frappé à sa porte, et l’ouvrit.

Dans l’obscurité qui régnait sur le seuil de sa porte, la lumière de sa lampe éclairait le visage de son visiteur.

C’était Sigrun.

« Bienvenue, » dit Félicia. « Je suis désolée de t’appeler ici au milieu de la nuit de cette façon. »

« Ce n’est pas un problème. Après tout, tu as dit que c’était à propos de Père. Peu importe l’heure ou le lieu, je me précipiterai toujours pour aider. »

« Merci. Je t’en prie, entre. »

« Bien sûr. »

À la réponse sèche de Sigrun, Félicia s’était écartée et l’avait fait entrer dans la pièce.

Sigrun avait été invitée ici de nombreuses fois auparavant, et elle se dirigea vers le lit au centre de la pièce et s’assit avec autant de familiarité que si c’était sa propre chambre.

« Oh, Grand Frère et Grande Sœur sont actuellement occupés à créer un héritier dans la pièce d’à côté, alors nous devrons être silencieuse, » ajouta Félicia.

« Hm. J’ai compris. »

« … Cela te donne-t-il matière à penser ? »

« C’est vrai. Je suis sûre que si c’est l’enfant de Père, il sera en bonne santé et talentueux. C’est une autre chose à laquelle on peut s’attendre dans le futur. » Sigrun avait hoché la tête plusieurs fois, visiblement sûre d’elle.

« Erm, ce n’est pas ce que je voulais dire. Je veux dire… n’as-tu pas eu une sensation d’oppression, de douleur dans ta poitrine ? »

« Non, pas vraiment. Je ne souffre d’aucune maladie à ce que je sache. Quoi, trouves-tu que je ne suis pas dans mon assiette ? »

« Non. Non, tu sembles vraiment être la même que d’habitude. » Félicia avait laissé échapper un long soupir.

Elle ne doutait pas que les sentiments de Sigrun pour Yuuto étaient purs et vrais.

Ce que Félicia se demandait, c’était si ces sentiments pouvaient ne pas être simplement ceux d’un guerrier loyal, mais aussi ceux d’une femme envers un homme. Ses déclarations étaient une façon d’aller à la pêche à la réponse. Mais à en juger par la réaction de Sigrun, Félicia était complètement à côté de la plaque.

Honnêtement, elle avait trouvé que c’était un peu décevant.

« Pourtant, j’envie beaucoup Mère, » dit Sigrun. « Moi aussi, j’aimerais porter un jour un des enfants de Père. »

« Qu… !? » Les yeux de Félicia avaient failli sortir de sa tête en entendant cela. C’était comme si elle avait vu une attaque la manquer, pour apprendre qu’il s’agissait d’une feinte après que le vrai coup l’ait frappée à l’arrière de la tête.

Sigrun avait dû remarquer l’étrange expression sur le visage de Félicia, car elle fixait Félicia, perplexe et clignant des yeux.

« Hm ? Ce que j’ai dit était-il vraiment si étrange ? Oh, bien sûr, nous aurons la question de la campagne contre le Clan de la Panthère pendant un certain temps, et le fait que je devienne incapable de combattre serait un vrai problème, donc je prévois d’attendre que les choses se soient un peu plus calmées d’abord. »

« … Depuis quand veux-tu des enfants ? Tu n’as jamais eu l’air de t’y intéresser. »

« Eh bien, oui, je n’ai aucun intérêt pour le mariage ou autre, mais j’aimerais certainement porter l’enfant de Père. Mère a déjà déclaré qu’elle le permettrait, après tout. »

« … Je vois. Cela doit être agréable pour quelqu’un de simple comme toi. » La tête de Félicia s’était affaissée et elle avait posé une paume sur son front.

Sigrun avait un cœur si simple que Félicia en était jalouse.

Bien sûr, Mitsuki avait dit qu’elle tolérerait la présence d’autres femmes dans le tableau, mais seulement tolérer, cela ne signifiait-il pas qu’au fond d’elle-même, elle trouvait l’idée désagréable ? Et compte tenu de la singularité de l’amour de Yuuto pour Mitsuki, faire un geste ne lui causerait-il pas des problèmes ?

C’était le genre de questions compliquées dans lesquelles Félicia s’était engouffrée, et maintenant elle avait l’impression d’avoir l’air d’une idiote pour s’en préoccuper autant.

« Mais tu as raison, » dit-elle enfin à Sigrun. « Peut-être que suivre simplement ces sentiments dans mon cœur est le mieux, n’est-ce pas ? »

« Je ne comprends pas vraiment ce que tu veux dire, mais est-ce que c’est ce dont tu voulais discuter ? » demanda Sigrun sans ambages.

« Ah, non, j’ai bien peur que nous nous soyons éloignées du sujet, » répondit Félicia. « Je vais en parler maintenant. Mais avant de commencer, veux-tu du thé ? »

« Non. Dépêche-toi et va droit au but. »

« Bien. » Félicia avait hoché la tête et s’était assise à côté de Sigrun.

Elle n’avait pas rencontré les yeux de Sigrun, mais avait plutôt regardé dans le vide.

« Dis-moi, quelle est ton impression sur le Grand Frère depuis qu’il est revenu parmi nous ? »

« Mon impression ? »

« J’ai l’impression qu’il y a quelque chose en lui qui est différent d’avant. Ne le sens-tu pas toi aussi ? »

Sigrun était silencieuse, avec un regard difficile et pensif. Peut-être que la question lui avait fait penser à quelque chose.

« C’est vrai, c’est comme si l’air qui l’entoure était beaucoup plus lourd et tranchant qu’avant, » dit-elle enfin. « Je pensais que c’était dû à sa nouvelle détermination, à sa conviction de vivre et de mourir avec le Clan du Loup… mais il semble que tu aies une idée différente. »

« Je pense que tu as aussi raison, bien sûr, » dit Félicia. « Mais ça me semble aussi être du désespoir, comme si quelque chose le forçait à agir avec une grande hâte. »

« Hmm. »

« Cette campagne visant à subjuguer le Clan de la Panthère en est un exemple particulièrement frappant, » dit Félicia. « Le grand frère que j’ai connu jusqu’à présent n’aurait pas choisi de commencer dans un mois seulement. Au minimum, il se préparerait pendant une demi-année, s’assurant doublement de ses préparatifs et s’assurant d’abord que nous sommes sur des bases absolument solides. »

« Je vois ce que tu veux dire, » dit Sigrun. « Maintenant que tu le dis, il y a aussi ce que nous avons fait lors de notre dernière bataille contre le Clan de la Panthère : nous avons d’abord coupé tout moyen de fuite avant de les éradiquer complètement. À l’époque, j’étais simplement submergée par l’admiration, pensant : “Je ne peux pas croire que la tactique du ‘pêcheur et du bandit’ puisse être appliquée de cette façon !”. Mais jusqu’à présent, même si Père avait pensé à de telles tactiques, je ne pense pas qu’il aurait choisi de les employer. »

« Oui. Avant maintenant, Grand Frère n’aurait pas voulu de tueries inutiles, et je crois donc qu’il se serait contenté de pouvoir les chasser. »

« Hmm… »

« Jusqu’à présent, Grand Frère ne s’est battu que dans le but premier de nous défendre, » dit Félicia. « Mais maintenant, depuis son retour, il me semble qu’il soit prêt à attaquer les autres de manière proactive. »

« Ne se pourrait-il pas que le fait de s’engager à vivre dans Yggdrasil ait également éveillé l’ambition de Père ? Il abrite en lui un incroyable esprit de conquérant, après tout. »

« Je serais heureuse si ce n’était que ça. » Félicia avait expiré profondément.

Il n’y aurait rien de mieux que de savoir que ses inquiétudes étaient injustifiées.

« Cependant, » poursuit-elle, « Si ce sentiment que j’ai n’est pas erroné, je ne peux m’empêcher de me demander ce qui peut bien exercer une telle pression sur le Grand Frère, le forçant à se dépêcher ainsi. »

« En d’autres termes, tu es blessée par le fait que, bien que tu sois la confidente le plus fiable de Père, il ne t’a pas parlé de ce problème ? »

« N-Non, ce n’est pas vrai ! » s’exclame Félicia. « Umm, eh bien, non, je suppose que c’est vrai que le fait qu’il ait eu la gentillesse de m’appeler sa plus proche confidente et qu’il ait ensuite gardé ce secret a pu me rendre un peu malheureuse — juste un peu, remarque ! Mais en réalité, je suis surtout inquiète pour lui ! »

« Dans ce cas, tout ce que nous avons à faire est de continuer à le soutenir. S’il ne nous a pas parlé du problème, c’est que nous ne sommes pas encore assez fiables pour le mériter. Si nous le soutenons loyalement du mieux que nous pouvons, il finira certainement par nous mettre au courant. » Sigrun finit de parler et rit un peu.

Face à un tel argument formulé avec tant de facilité et d’assurance, Félicia n’avait pu s’empêcher de répondre par un sourire.

Certaines choses n’avaient jamais changé…

« Ça doit être bien d’être simple comme toi. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire