Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 4

Yuuto retourna à son bureau habituel pour la première fois en deux mois, pour le trouver pratiquement enseveli sous des piles de paperasse.

Et, malheureusement, il n’y avait que du papier. Si c’était des tablettes d’argile, des piles de cette taille ne seraient pas un volume de travail particulièrement intimidant. Il était évident que cela n’allait pas être terminé en un jour, et cela rendait la chose un peu accablante.

« Eh bien, tout cela peut attendre pour l’instant, » soupira-t-il. « Il y a quelque chose d’autre dont nous devons nous occuper d’abord. »

« Concernant l’assujettissement du Clan de la Panthère, c’est bien ça ? » demanda Félicia avec une expression raide.

Le patriarche du Clan de la Panthère était un homme appelé Hveðrungr, mais son vrai nom était Loptr, et il avait autrefois été le commandant en second du Clan du Loup. Il était également le grand frère biologique de Félicia. C’était sûrement compliqué pour elle.

« Oui. » Yuuto acquiesça, et se dirigea à grandes enjambées vers le bureau, où il s’assit sur sa chaise familière.

Ce fauteuil était celui qu’il avait fait construire par l’un des meilleurs artisans du Clan du Loup, mais franchement, le fauteuil bon marché qu’il avait utilisé à l’époque moderne était toujours plus confortable.

Malgré tout, il avait utilisé celui-là pendant deux années entières. Il y était attaché à ce point. Rien qu’en s’asseyant dessus, Yuuto s’était senti naturellement capable de passer à l’état d’esprit d’un patriarche de clan.

« Ok, » commença-t-il. « D’abord, une proclamation écrite aux patriarches des clans sous notre sphère de protection, pour les pousser à rejoindre la campagne. »

Le Clan de la Panthère avait peut-être perdu sept mille soldats à la rivière Körmt, mais selon des estimations prudentes, il disposait encore d’environ cinq mille cavaliers d’élite.

Ce n’était pas très sûr pour le Clan du Loup d’aller les chercher tout seul.

Après l’énorme défaite du Clan du Loup à Gashina, tous les clans subsidiaires, à l’exception du Clan de la Corne, étaient restés silencieux sur la touche, attendant pour ainsi dire de voir de quel côté le vent soufflait. Mais avec le retour de Yuuto et la série de victoires récentes, ces clans devraient maintenant être enclins à montrer leur allégeance une fois de plus.

« Bien. Je vais préparer une tablette d’argile, » dit Félicia. Elle avait pris un récipient sur une étagère à proximité et l’avait ouvert.

À l’intérieur, il y avait un tas d’argile mou.

Même dans le Japon moderne, nombreux sont ceux qui considèrent les documents écrits à la main comme plus authentiques et plus précieux que ceux produits sur un ordinateur puis imprimés. Et dans les décennies précédentes, les formulaires officiels ne pouvaient pas être écrits avec un stylo à bille. Seule l’écriture au stylo plume était reconnue comme valide.

Le papier avait été introduit à Yggdrasil, mais il y a moins de deux ans. Les coutumes précédentes étaient encore bien ancrées, et pour un document officiel, seule une tablette d’argile pouvait être considérée comme correcte et authentique. Et pas seulement une tablette séchée au soleil, mais une tablette cuite dans un four approprié, et scellée dans un second récipient d’argile cuit.

« Très bien, il suffit de le pétrir comme ça, et… » Félicia prit la tablette molle qu’elle avait récupérée et, avec des mouvements rapides, la moula dans la forme rectangulaire et la longueur appropriées.

« Très bien, » dit Félicia, parlant à voix haute pendant qu’elle écrit. « “Informez votre seigneur patriarche. Moi, Suoh-Yuuto, patriarche du Clan du Loup, je parle ainsi”… »

Le stylet de Félicia s’était déplacé en douceur tandis qu’elle inscrivait les lettres sur la tablette. Son expérience et sa familiarité avec ce travail transparaissaient dans la façon dont ses mains bougeaient avec un niveau incroyable de dextérité et d’habileté.

Elle avait terminé, et avait regardé Yuuto. « Très bien, la tablette est préparée. Je t’en prie, vas-y. »

« Bien. Voyons voir… “Dans un mois, le Clan du Loup mènera une campagne pour soumettre le Clan de la Panthère. Et donc, je vous demande à tous d’envoyer aussi des soldats”. »

« Très bien. » Félicia avait inscrit les mots, en terminant par : « … “envoyez aussi des soldats.” C’est fait. Y a-t-il quelque chose à ajouter ? »

« Hm, et aussi… d’accord, dans le message à Linné, dis-lui de venir à Iárnviðr tout de suite. Pour tous les autres, ajoute quelque chose comme : “Vous avez renoncé à vos Vœux du Calice, et je choisis de vous pardonner juste pour cette fois. Mais laissez-moi vous dire clairement que cela ne se reproduira pas une deuxième fois.” »

Alors qu’il dictait la dernière partie, les coins de la bouche de Yuuto s’étaient relevés en un sourire légèrement coquin.

Si l’on pouvait voir l’expression de Yuuto et ne rien savoir d’autre, elle semblerait sûrement typique d’un jeune homme de son âge. Cependant, le contenu et le sens de ses paroles étaient assez éloignés de l’impression que le sourire seul pourrait suggérer.

L’expression de Félicia s’était raidie.

« C’est… un message assez sévère, » avait-elle fait remarquer.

« D’après Le Prince de Machiavel, ce qu’un grand souverain doit craindre par-dessus tout, c’est d’être méprisé par les autres. Un manque de respect. Il est préférable pour lui d’être craint, mais pas au point d’être méprisé. Pense au type d’individu qui se laisserait aller parce qu’il a un patron gentil. Ce même type ferait certainement ce qu’on lui dit si quelqu’un d’effrayant quand il est en colère lui donne un ordre, non ? »

« … Oui, tu as raison. Et un tel argument est tout à fait persuasif quand il vient de quelqu’un qui est vraiment terrifiant quand il est en colère. »

« Pardon ? Tu ne parlerais pas de moi, n’est-ce pas ? » répliqua Yuuto, comme s’il était vraiment contrarié par ses paroles.

Cela avait suscité un rire amusé de Félicia. « Je me surprends toujours à penser, Grand Frère, que tu ne te vois pas tel que tu es. »

« Non, non, je joue juste mon rôle. Jouer ! Tu devrais maintenant le savoir. »

« Grand Frère, si ce que tu fais est de la comédie, alors cela ferait de toi un trompeur qui fait même honte à Botvid. »

« … Héhé. Je vois que tu réponds maintenant. » Yuuto avait émis un petit rire ironique et un petit soupir.

Il avait l’impression que Félicia n’était pas du tout réservée avec lui, ce qui était plutôt rare pour elle.

Jusqu’à présent, Félicia avait toujours mis un peu de distance émotionnelle entre elle et Yuuto, peut-être à cause des sentiments de culpabilité qu’elle nourrissait pour l’avoir initialement convoquée à Yggdrasil.

Mais maintenant que ces sentiments avaient été résolus, son côté naturellement enjoué était devenu plus proéminent. C’était un bon développement.

« Hum… ? Qu’est-ce qu’il y a, Grand Frère ? » demanda Félicia. « Pourquoi fixes-tu mon visage et pourquoi souris-tu, tout d’un coup ? »

« Hm ? Oh, je me disais juste que tu es d’une grande beauté, » dit Yuuto, qui avait décidé de lui faire quelques remarques amusantes.

« Si tu me dis des choses comme ça, je dirai à Grande Soeur Mitsuki de te gronder. »

« C’est bien. Il se trouve que ma femme a l’esprit assez large. »

« Oh, mon Dieu ! Je suis jalouse… En fait, je suis vraiment jalouse. »

« Hein ? »

Avant que Yuuto puisse réagir, sa tête avait été tirée dans une étreinte.

La sensation du corps doux et voluptueux de Félicia avait assailli ses sens.

« Attends, Félicia !? »

« Je suis heureuse pour toi et Dame Mitsuki, et je vous souhaite des bénédictions du fond du cœur, mais je ressens un peu… non, pas mal… de “frustration”, tu sais ? Même moi, je suis un peu jalouse, de vous voir si heureux ensemble. »

Comme pour symboliser la force de ses sentiments, les bras de Félicia avaient serré Yuuto plus étroitement contre elle.

« Euh… hmm… » Yuuto était incapable de donner une réponse cohérente.

Félicia avait gloussé, sa voix était parvenue jusqu’aux oreilles de Yuuto. « Teehee. Juste une petite blague. »

« Ça n’avait pas l’air d’être une blague selon moi ! »

« Qui peut le dire ? Eh bien, en tout cas, Grand Frère, je vais céder à Dame Mitsuki le privilège de se tenir à tes côtés en public. Mais j’espère que tu comprends que le droit d’être à tes côtés sur le champ de bataille, et dans ce bureau, est quelque chose que je n’abandonnerai jamais. »

« Oui, je comprends, » répondit Yuuto en souriant. « Et je n’ai pas l’intention d’avoir quelqu’un d’autre que toi comme adjuvant. En parlant de ça, il y a quelque chose pour laquelle j’ai besoin de ton avis, en tant que confident le plus fiable. »

Il posa ses coudes sur le bureau, les mains jointes. Ses mots impliquaient que c’était quelque chose d’important. Et ses yeux étaient complètement sérieux.

Félicia avait repris sa place à ses côtés et avait répondu : « Je t’en prie, vas-y. »

« J’ai déterminé que nous devions un peu plus renforcer les liens, la coopération entre nous et les clans subsidiaires. Ce qui se passe maintenant en est un bon exemple. Ce n’est encore qu’une idée dans ma tête, mais… »

+

Au cours de la rédaction d’un certain nombre de documents importants (sous la dictée de Félicia, qui est celle qui les avait réellement rédigés), de la convocation de personnes dans son bureau et de la transmission d’ordres, la matinée avait filé en un rien de temps.

Malgré le fait que Yuuto travaillait aussi assidûment que jamais, la montagne de papiers sur son bureau n’avait pas du tout diminué. C’était un peu décourageant.

Pourtant, d’une certaine manière, il n’y avait rien à faire.

Tout le travail que Yuuto avait effectué durant la matinée était lié aux préparatifs de la campagne visant à abattre le Clan de la Panthère, et les piles de documents qui attendaient encore devant lui n’avaient absolument rien à voir avec cela.

« Au moins, cela met de l’ordre dans nos stratégies anti-Clan de la Panthère pour le moment, » soupira-t-il. « Cependant, il y a toujours le problème du clan de la foudre. »

Appuyant son poids contre le dossier de sa chaise, Yuuto laissa échapper une longue expiration et leva les yeux, fixant l’espace vide au-dessus de lui.

Il y a six mois, l’armée du Clan du Loup avait utilisé la tactique du « mur de chariots » pour battre les forces du Clan de la Panthère à la bataille de Náströnd. Mais alors qu’ils se préparaient à poursuivre leur ennemi en retraite, ils avaient appris que le Clan de la Foudre semblait préparer sa propre armée à se déplacer, mettant le Clan du Loup dans une situation où ils n’avaient pas d’autre choix que de se retirer.

S’ils devaient envoyer toutes leurs forces après le Clan de la Panthère cette fois-ci, il y avait de fortes chances que le Clan de la Foudre saisisse cette ouverture pour les envahir.

Cela dit, s’ils consacraient trop de troupes à contrer le Clan de la Foudre, ils manqueront de forces à utiliser dans la campagne contre le Clan de la Panthère.

La façon la moins risquée de faire les choses était probablement que Yuuto se mette à Gimlé pour garder Steinþórr sous contrôle, tout en laissant le commandement de la force d’invasion à Sigrun ou Skáviðr… mais, au final, Yuuto avait aussi envie de régler personnellement les choses avec son frère juré.

« Passer en revue les prisonniers du Clan de la Panthère que nous avons capturés et engager certains d’entre eux comme mercenaires pour lutter contre le Clan de la Foudre ne semble pas être une mauvaise idée, » dit-il.

Ils ne pouvaient pas être amenés à se battre contre le Clan de la Panthère, car il y aurait des problèmes s’ils changeaient à nouveau de camp, mais les utiliser contre le Clan de la Foudre était un choix assez réaliste.

Les clans nomades avaient tendance à avoir des personnes guidées par des principes rationalistes, et il y avait eu de nombreux cas de clans agricoles sédentaires qui avaient engagé des personnes issues de clans nomades comme mercenaires pour les utiliser les uns contre les autres.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire