Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 2

Mais les surprises ne s’étaient pas arrêtées là.

« Et j’ai aussi apporté de la base de kōji avec moi, donc je vais essayer de faire de la sauce soja et du miso à un moment donné. »

« Mitsuki ! Tu es la meilleure !!! » Incapable de se retenir davantage, Yuuto l’avait pris dans ses bras.

Il était si heureux qu’il avait cru qu’il allait pleurer.

Mitsuki était après tout excellente en cuisine. Il n’y avait aucun doute dans l’esprit de Yuuto qu’elle serait capable de recréer pour lui, ici dans ce monde, les saveurs adorées de son ancienne patrie, l’une après l’autre.

On dit souvent que le chemin vers le cœur d’un homme passe par son estomac, et c’est maintenant qu’il réalise à quel point ce dicton est sage et vrai.

Au moins, Yuuto avait l’impression qu’il ne pourrait plus jamais quitter les côtés de Mitsuki. Elle avait fermement saisi son estomac, et son cœur.

« Mais si tu prévoyais tout ça, tu aurais pu me le dire pendant que nous étions encore tous les deux au Japon, » dit Yuuto.

« Hee hee, je voulais te faire une surprise. »

« Eh bien, tu as réussi ton coup. »

Pendant leurs préparatifs au Japon, Yuuto avait, pour la plupart, décidé de ne pas s’occuper de ce que Mitsuki avait décidé d’emporter.

On dit souvent que les femmes achètent et emportent trop de choses, et de plus, il y avait sûrement des sous-vêtements et des produits féminins qu’elle ne voulait pas qu’un homme voie.

Yuuto lui-même avait été totalement concentré sur le fait d’apporter des choses qui seraient utiles pour aider le Clan du Loup dans le futur, et donc même s’il avait vraiment voulu manger du riz, il avait mis ces désirs personnels en dernier.

S’étant résigné à ne plus jamais pouvoir goûter au riz, il était d’autant plus heureux de pouvoir savourer les aliments de son pays natal ici, à Yggdrasil.

C’était juste ce qu’il pouvait attendre de Mitsuki, qui le connaissait mieux que quiconque. En ce moment, elle lui avait donné le plus beau cadeau qu’il pouvait recevoir.

« Content de voir que vous vous entendez si bien ! » Une voix maussade les appela d’une position plus haute.

En levant les yeux, Yuuto avait vu Ingrid, avec un visage maussade à l’image de sa voix, qui le regardait fixement, les joues gonflées.

Il ne comprenait pas vraiment. C’était une occasion heureuse, alors pourquoi avait-elle l’air si contrariée ?

« Yo, Ingrid, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus, » avait-il dit.

« Bien sûr, je te le renvoie. »

« C’est quoi ton problème ? Tu as l’air aigri. N’es-tu même pas heureuse de revoir ton vieil ami après deux longs mois ? Je suis certainement heureux de te voir. »

« Eh bien, oui, je suis bien sûr heureuse de te voir. C’est juste sacrément dur de te voir faire les yeux doux à une autre fille comme ça ! »

« Hm ? Qu’est-ce que c’était ? Tu marmonnes. Parle plus fort, je ne peux pas… »

Mitsuki l’avait coupé. « Très bien, Yuu-kun, tu ne peux pas tourmenter une fille comme ça. »

« Aïe ! Aïe-Aïe-Aïe ! » Yuuto avait crié de douleur quand Mitsuki avait soudainement attrapé son lobe d’oreille et l’avait tiré vers le bas.

Mais Mitsuki ne semblait pas prêter attention à Yuuto, et s’adressait plutôt à Ingrid. « Je pensais ce que j’ai dit avant. Ça ne me dérange vraiment pas, d’accord ? »

« Je ne pense pas avoir la moindre chance, » marmonna Ingrid. « Pas contre vous. »

« Bien sûr, je n’ai pas l’intention d’abandonner la position de numéro une. » Mitsuki avait fait un sourire gentil, presque maternel.

Cependant, pour une raison inconnue, lorsque Yuuto avait vu cette expression, il avait senti un frisson lui parcourir l’échine.

« Ha ha, très bien, alors, » dit Ingrid d’un air plus satisfait. « Je crois que je vais viser la troisième ou la quatrième place. »

« N’est-ce pas un peu modeste ? » demanda Mitsuki.

« Hahaha ! Eh bien, pour moi, il semble que la lutte pour la deuxième place va être chaude, voyez-vous. » Ingrid avait fait un sourire en coin et avait haussé les épaules.

Pendant ce temps, Yuuto n’avait pas la moindre idée de ce dont elles parlaient toutes les deux.

Il avait l’impression d’être le seul à être mis à l’écart, et ça le dérangeait. On aurait dit qu’elles parlaient de lui, alors il avait décidé de demander…

« Euh ? Qu’est-ce que vous faites toutes les deux — aaauugh ! Aïe !! » Il avait été forcé de recommencer à pleurer de douleur quand Mitsuki l’avait tiré par l’oreille encore plus fort.

Mitsuki soupira, plaçant sa main libre contre sa joue. « Honnêtement, Yuu-kun, tu es vraiment désemparé quand il s’agit de ce truc. »

Même si elle l’avait réprimandé, elle n’avait pas relâché sa pression sur l’oreille de Yuuto.

« Qu’est-ce que tu veux dire par “ce truc” ? … Ohh ! Attends, c’est à propos de cette histoire de concubine officiellement reconnue ? » Enfin, le cerveau de Yuuto avait fini par rassembler les pièces du puzzle.

Alors qu’il les reliait, cela lui avait soudainement fait prendre conscience d’une autre chose. Il jeta un coup d’œil dans la direction d’Ingrid.

Lorsque ses yeux avaient rencontré ceux d’Ingrid, son visage avait rougi en un instant.

Yuuto était plutôt ignorant en ce qui concerne les relations homme-femme, ce dont il était bien conscient. Mais même Yuuto n’était pas assez ignorant pour ne pas comprendre ce que cela signifiait.

« Euh, donc, ça veut dire que, tu, euh, tu sais ? » Yuuto avait essayé de le lui demander directement.

Il avait fait en sorte que sa formulation soit très vague et indirecte, par mesure de sécurité. Il ne pouvait pas s’empêcher de le faire instinctivement. Pour Yuuto, Ingrid était une bonne amie, et il ne voulait pas détruire la relation qu’ils avaient.

Ingrid avait hésité un moment, puis avait semblé rassembler sa détermination et lui avait répondu. « … Oui, c’est vrai. Désolée !? »

Elle le faisait en regardant de l’autre côté, le visage encore rouge comme une betterave.

« O-oh, » dit Yuuto. « N-Non, c’est moi qui suis en faute. Je, euh, n’ai pas remarqué. »

« N-Non, écoute, c’est bon. Je sais, c’est juste une n-nuisance, pour quelqu’un comme moi de… »

« N-non, ce n’est pas du tout une nuisance, c’est juste que, eh bien, j’ai Mitsuki, et… »

« Yuu-kun, tu n’as vraiment pas à t’inquiéter pour moi, d’accord ? » déclara Mitsuki.

« Non, mais ce n’est pas… »

« H-hey, j’ai compris que ce n’est pas juste pour toi non plus, Yuuto, de t’imposer ça tout d’un coup, » déclara Ingrid. « Maintenant que tu sais que c’est comme ça, on va en rester là pour l’instant ! Oh, et au fait, j’ai fini de fabriquer la chose dont nous avons discuté. À plus tard ! »

Après avoir dit cette dernière partie rapidement et sans reprendre son souffle, Ingrid s’était enfuie comme le vent, laissant un whoosh ! dans son sillage.

Elle était déjà une fille très timide au départ. Elle n’avait pas dû supporter plus longtemps cette atmosphère teintée de romantisme.

« Euhh, alors… qu’est-ce que je suis censé faire à ce sujet ? » s’aventura Yuuto.

« Je pense que tu ne devrais pas me poser cette question, n’est-ce pas ? » répliqua Mitsuki.

« O-Oui, tu as raison. » Un peu de sueur froide coulait le long de la joue de Yuuto.

Il était peut-être censé courir après Ingrid dans cette situation, mais avec Mitsuki juste à côté de lui, faire cela serait plus que difficile.

Et il n’avait toujours pas parlé correctement à la plupart des invités de la fête. En tant que patriarche, il serait irresponsable pour une figure centrale comme lui de fuir la fête.

Il se sentait vraiment coupable, mais il décida que le choix le plus sûr était d’attendre et d’arranger les choses avec elle plus tard.

 

 

« Tout le monde, s’il vous plaît, écoutez-moi ! » Après que la fête ait battu son plein pendant un certain temps, Yuuto s’était levé de son siège et avait haussé la voix pour appeler les invités.

Avec seulement ces quelques mots, le bruit tapageur qui remplissait le hörgr s’était immédiatement tu, comme si le temps avait été arrêté.

Yuuto avait attendu que les yeux de tous soient rassemblés sur lui avant d’ouvrir à nouveau la bouche.

« La célébration de ce soir va bientôt se terminer, et pour finir, il y a quelque chose que je veux vous dire à tous. »

Il parlait d’un ton solennel. C’était quelque chose qu’il devait absolument annoncer en public, une façon pour lui de tracer une ligne claire entre le passé et le futur.

Dans cette salle se trouvaient tous les officiers du Clan du Loup et d’autres personnages importants.

C’était juste la bonne occasion de le faire.

« Comme vous le savez tous, je ne suis pas de ce monde, » dit Yuuto. « Je viens du Japon, un pays très, très lointain. »

Cela semble ridicule même à mes propres oreilles, pensa Yuuto, mais il n’y avait pas de bavardage parmi la foule rassemblée dans le hörgr.

Même s’ils avaient tous bu, ils étaient restés là à écouter Yuuto avec toute leur attention.

« Si je suis honnête avec vous, j’ai passé la plupart des trois dernières années à souhaiter tout le temps pouvoir retourner dans le monde d’où je viens, » poursuivit Yuuto. « Je ne suis pas venu à Yggdrasil parce que je le voulais. Et je ne suis pas devenu votre patriarche parce que je le voulais. J’ai juste été entraîné par le cours des événements. Ce n’est pas arrivé par ma propre volonté. »

Assise à l’opposé de Mitsuki, Félicia posa une question à Yuuto en souriant doucement. « Et maintenant, est-ce le cas ? »

Elle était l’une des personnes à qui il avait déjà donné la réponse.

Elle connaissait la réponse, et avait choisi d’interjeter la question à ce moment précis. Comme on pouvait s’y attendre de la part de son adjointe de confiance, elle accentuait son discours avec un timing parfait.

Yuuto hocha la tête une fois, alors qu’une lumière vive et volontaire brillait dans ses yeux.

« C’est vrai ! Tout est différent maintenant. Je suis venu ici de mon plein gré ! Je suis venu ici pour de bon, pour vivre et mourir à vos côtés ! »

« Yeaaaahhh !! » Une tempête d’acclamations bruyantes avait éclaté.

En regardant autour de lui, Yuuto avait vu que même si Félicia l’avait su à l’avance, elle pleurait en souriant.

Sigrun, elle aussi, avait des larmes qui coulaient silencieusement de ses yeux fermés.

Jörgen penchait la tête en arrière pour prendre une longue gorgée de sa tasse. De petites larmes étaient visibles au coin de ses yeux.

Même le vieux Bruno, le chef des anciens du clan, qui s’était autrefois opposé à la montée sur le trône de Yuuto, regardait avec un grand sourire et agitait ses poings en l’air avec enthousiasme.

Yuuto avait attendu que tout le monde se calme, puis il avait recommencé à parler.

« Pendant les deux mois de mon absence, la vie de nombreux membres de notre famille nous a été enlevée. En tant que père de mon peuple, je ne peux pas pardonner cela. Vos ennemis sont les miens, et mes ennemis sont les vôtres. »

Yuuto s’était arrêté là, et avait lentement fermé les yeux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire