Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 1

« Donc… ce n’était pas un rêve…, » allongée sur un lit dur, Mitsuki leva les yeux vers le plafond jaune-brun inconnu au-dessus d’elle, et poussa un long soupir.

La nuit dernière, ils avaient effectué le rituel de la Gleipnir deux fois de plus, mais n’avaient toujours pas réussi à invoquer Yuuto.

Félicia s’était évanouie alors qu’elle terminait l’incantation du sort lors du troisième essai, elle avait sûrement épuisé toutes ses forces mentales. À ce moment-là, il n’y avait pas d’autre choix que d’arrêter ça pour la nuit.

Après cela, Mitsuki avait réussi à échanger quelques mots avec Yuuto et ses parents, mais elle ne s’en souvenait pas très bien. Le choc de la situation avait recouvré son esprit d’un brouillard dense.

La partie dont elle se souvenait clairement, c’est qu’on lui avait dit que la prochaine invocation devrait avoir lieu lors de la prochaine pleine lune — en d’autres termes, dans presque un mois.

Et de plus, il n’y avait aucune garantie que Yuuto puisse arriver à Yggdrasil même à ce moment-là.

En fait, d’après les résultats obtenus cette fois-ci, il était plus facile de supposer que les chances de l’invoquer avec succès étaient plutôt faibles.

Il devait y avoir une sorte de cause, un facteur les empêchant d’invoquer Yuuto. Jusqu’à ce qu’ils s’occupent de ce problème, Mitsuki allait rester seule à Yggdrasil.

Il y avait une chance qu’elle puisse même être seule ici jusqu’au jour de sa mort…

Tout son corps s’était mis à trembler, et elle avait senti ses dents claquer. Elle avait senti des larmes couler sur son visage, l’une après l’autre.

« Mitsuki ᛋᛃᛋᚦᛖᛉ. » Une voix l’avait appelée depuis l’extérieur de sa chambre.

« Ah… oui ? » Mitsuki s’était empressée d’essuyer ses larmes et de répondre du mieux qu’elle le pouvait.

En plus, elle était la femme fiancée au patriarche du Clan du Loup. Si elle se laissait voir en train de sangloter pathétiquement dès son premier jour ici, ce serait la honte pour Yuuto.

« ᛞᚢ ᛟᚠᛟᛉᛋᚲᚨᛗᛞ. » Sur ces mots inintelligibles, Félicia était entrée dans la pièce.

En la voyant de si près, Mitsuki s’était encore une fois trouvée en admiration devant sa beauté.

Avec quelqu’un comme elle qui cherchait toujours à obtenir son affection, c’était un miracle que Yuuto ait pu garder le contrôle de lui-même pendant tout ce temps. Mitsuki était une fille, et même elle se sentait un peu étourdie par la présence séduisante de cette femme.

« ᚷᛟᛞ ᛗᛟᛉᚷᛟᛜ. » Félicia s’était adressée à elle avec un sourire, mais bien sûr, Mitsuki n’avait aucune idée de ce qu’elle disait.

Cela lui donnait une idée réelle de la difficulté que cela avait dû représenter pour Yuuto il y a trois ans. Elle le savait déjà, mais maintenant qu’elle en faisait l’expérience, elle devait admettre que c’était bien pire que ce qu’elle avait imaginé.

Même la communication la plus basique était une tâche laborieuse, et le stress qui en découlait n’était pas une blague.

Mitsuki s’était retrouvée désemparée, se demandant si elle serait vraiment capable de continuer comme ça… et puis ses pensées avaient été interrompues par la mélodie d’une belle chanson.

« Hein ? » Mitsuki leva les yeux pour voir Félicia qui lui souriait joyeusement.

« Grande sœur Mitsuki, pouvez-vous comprendre mes mots ? »

« Quoi ? Wôwaa ! » Mitsuki n’avait pas pu s’empêcher de crier de surprise. « O-Oui, je peux, je peux ! Mais qu’est-ce que c’est ? C’est tellement étrange ! »

Les mots qu’elle entendait dans ses propres oreilles n’étaient encore qu’une suite de syllabes dénuées de sens. Et pourtant, elle pouvait quand même comprendre ce qu’ils signifiaient.

Mitsuki était de plus en plus excitée par cette nouvelle sensation mystérieuse. Ce devait être un « galdr », cette magie de chanson dont elle avait entendu parler ! Ce qui signifiait que ce sort était « Connexions », qui permettait la communication entre des personnes de langues différentes.

« C’est merveilleux à entendre, » dit Félicia. « Permettez-moi de me présenter officiellement à vous. Je m’appelle Félicia, et je suis l’assistante du grand frère Yuuto et son adjudante militaire. »

Souriant doucement, Félicia s’était présentée avec une élégance toute féminine.

Mitsuki s’était soudain sentie terriblement enfantine de s’être laissée emporter par son excitation. Elle s’était redressée à la hâte et s’était inclinée poliment devant Félicia.

« Je m’appelle Mitsuki Shimoya. Je connais Yuuto depuis que nous sommes tout petits, et, hum… hum, maintenant, nous allons nous marier… »

« Oui, je le sais. Après trois ans, vous étiez enfin censée être ensemble avec lui, et pourtant, une fois de plus, j’ai fait en sorte que vous soyez séparés. C’est inexcusable, et je suis vraiment désolée. » Félicia avait incliné sa tête profondément, ses épaules tremblaient. Il était clair qu’elle ressentait une profonde honte personnelle.

Mitsuki se sentait peu encline à interroger Félicia dans cet état, mais il y avait quand même des questions qu’elle devait poser. « Hum, est-ce que vous pensez que Yuu-kun sera capable de venir ici ? »

La nuit dernière, Félicia s’était effondrée, donc Mitsuki n’avait pas encore eu l’occasion de demander pourquoi le rituel d’invocation avait échoué.

« Je suis venue vous voir ce matin afin de discuter de ce problème, » dit Félicia. « S’il vous plaît, si vous voulez bien me suivre… »

 

« Grande sœur Mitsuki, par ici, s’il vous plaît, » déclara Félicia.

« D-D’accord. »

Mitsuki avait été conduite dans une pièce, et à l’instant où elle avait franchi le seuil de la porte, les regards intenses de dizaines de personnes s’étaient braqués sur elle en même temps, et elle avait reculé par réflexe avec un « Ahh ! »

Presque toutes les personnes présentes dans la pièce possédaient des visages durs et grisonnants, et des yeux vifs et perçants. La pression était si intense qu’elle était reconnaissante d’avoir fait un tour aux toilettes avant.

Il y avait aussi quelques jeunes femmes dans la salle, mais toutes avaient aussi un air tendu et puissant.

Oh… oh… devrais-je me présenter à eux, ou leur dire une sorte de salut ? Mais… mais j’ai tellement peur que je ne peux même pas parler !

Elle avait l’impression d’entrer dans une scène d’un film de Yakuza, où les chefs endurcis de l’organisation étaient assis autour d’une table lors d’un conseil de clan. En tant que personne ordinaire, elle était complètement hors de son élément.

Alors qu’elle se tenait là, submergée par l’atmosphère de la pièce et figée sur place, la pièce s’était remplie d’un bruit de chaises qui s’entrechoquent alors que tout le monde se levait.

Ahh ! Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Mitsuki s’était rétractée et avait couvert son visage avec ses bras.

« Bonjour à vous, Mère ! » Un chœur de voix chaleureuses la salua, puis tout le monde s’inclina profondément devant elle.

« Eh ? Quoi !? » Mitsuki était restée stupéfaite, clignant des yeux dans la confusion. Elle ne pouvait pas comprendre ce qui se passait.

« Merci beaucoup d’être venue nous voir. » Un grand homme ressemblant à un ours, au fond de la pièce, s’adressa à Mitsuki avec un langage incroyablement poli. « Comme les choses étaient si confuses la nuit dernière, je n’ai pas été en mesure de faire une présentation appropriée, alors permettez-moi maintenant de vous souhaiter la bienvenue au nom de notre clan. Je suis Jörgen, le fils juré du Seigneur Yuuto, et le commandant en second du Clan du Loup. C’est un grand plaisir de faire votre connaissance. »

Le commandant en second était l’officier le plus haut gradé du clan, traité comme « l’aîné » en termes de dynamique du pouvoir familial du clan. Et en l’absence de Yuuto, il devait également assumer toute l’autorité et la responsabilité du patriarche.

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’une personne jouant un rôle aussi important, l’homme possédait une intensité dans sa présence qui dépassait celle des autres personnes réunies dans la pièce.

Mitsuki avait eu le souffle coupé, mais elle s’était finalement ressaisie et avait redressé sa posture avant de répondre.

« Hum, hum, je suis M-Mitsuki Shimoya. Je suis ravie de vous rencontrer et j’espère que nous nous entendrons bien. » Elle avait rapidement incliné la tête plusieurs fois pendant qu’elle balbutiait son introduction.

Elle craignait qu’en agissant trop timidement, les autres ne la regardent de haut, mais elle n’était qu’une fille japonaise normale, et c’était la façon dont son corps réagissait par réflexe à la situation, et il était trop tard pour faire quoi que ce soit à ce sujet.

« Si vous le voulez bien, Mère, votre siège est juste là, » expliqua Jörgen en indiquant le siège à côté du sien.

« Ah, hum, oui. » Mitsuki avait hoché la tête, une fois de plus par réflexe. Mais elle grimaça en jetant un bon coup d’œil au siège.

La place de Mitsuki à la table était manifestement différente de celle des autres. C’était la seule chaise avec des accoudoirs, et elle avait un coussin rouge doux et des draperies. Cela ressemblait à un trône.

Et, bien sûr, il était juste à côté de Jörgen, l’homme au visage le plus féroce de la pièce.

Quel genre de torture est-ce là ? Mitsuki se demandait, mais elle n’avait pas le courage de parler et de demander un autre siège.

Elle abandonna et, se forçant à se tenir aussi grande que possible, fit de son mieux pour se diriger gracieusement vers son siège.

Alors que Mitsuki se dirigeait vers sa place à la table, elle pouvait sentir les hommes proches se crisper à son passage.

Il semblerait que ces gens étaient tous aussi nerveux qu’elle. Cette pensée rendait les choses un peu plus faciles pour elle.

Mais si elle avait réussi à rejoindre son siège, tout le monde dans la salle était resté debout.

Elle ne voulait pas s’asseoir toute seule, chose qui aurait été impolie, alors elle avait attendu, observant la pièce à la recherche d’un signe quelconque.

Félicia, qui la suivait de près, lui avait subtilement chuchoté à l’oreille : « Asseyez-vous, Grande Sœur Mitsuki. »

« Hein ? Mais je ne peux pas faire ça si tout le monde est debout. Ce ne serait pas correct. »

« Au contraire, Grande Sœur, vous êtes la personne de plus haut statut ici. Comment ceux d’entre nous qui sont en dessous de vous pourraient-ils s’asseoir alors que vous êtes encore debout ? »

« Ohhh, mais… » Mitsuki avait gémi nerveusement. « D’accord, je comprends. »

Je dois le faire. C’est leur coutume, se dit-elle, et bien que ce soit difficile, elle se força à s’asseoir la première.

Cependant, même après qu’elle l’ait fait, personne d’autre n’avait montré le moindre signe de volonté de s’asseoir.

Attends, qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que j’ai fait une erreur ? Intérieurement, elle avait commencé à craindre le pire.

« Grande Sœur, donnez à tout le monde l’ordre de s’asseoir, » chuchota Félicia.

Un autre murmure à son oreille, et une fois de plus, il lui donnait une tâche incroyablement difficile.

Elle était une jeune fille qui venait d’avoir seize ans, entourée d’une salle pleine d’adultes aux visages féroces et aux auras dominantes, et elle était censée donner des ordres à ces gens ? « Déraisonnable » serait un euphémisme.

Honnêtement, elle voulait demander si elle pouvait se dispenser de le faire, mais si elle ne le faisait pas, personne d’autre ne pourrait s’asseoir. Elle se sentirait certainement coupable de faire rester tout le monde debout pendant toute la réunion.

Mitsuki s’était ainsi résignée à la tâche et avait timidement pris la parole. « T-Tout le monde, s’il vous plaît prenez place. »

Elle avait gardé une voix douce et un ton poli, faisant de son mieux pour éviter que l’ordre ne paraisse trop autoritaire.

Mais malgré cela, tout le monde avait répondu par un puissant et fougueux « Oui, Mère !!! » et ils s’étaient rapidement assis.

Yuu-kun, à quel point ces gens te vénèrent-ils ? Elle se l’était demandée. Ils réagissaient comme ça même pour elle, sa fiancée.

Elle savait déjà que le statut de patriarche de Yuuto ressemblait à celui d’un roi, mais elle n’avait jamais imaginé qu’il était l’objet d’une loyauté et d’une dévotion aussi absolues.

Je vois. Ce doit être le genre de traitement que le fils d’un PDG reçoit de la part des employés de l’entreprise, se dit-elle avec désinvolture. Je parie que c’est pour ça que ce genre de personnes finissent par penser qu’elles sont plus importantes que les autres, et qu’elles commencent à agir de manière hautaine.

Heureusement, les parents de Mitsuki n’avaient pas élevé une imbécile. Elle savait que ces gens ne lui montraient pas ce respect à cause de ce qu’elle avait fait.

Elle avait compris que ce n’était pas du respect pour elle, en réalité : quand ils la regardaient, ils voyaient Yuuto, qu’elle représentait, comme s’il se tenait derrière elle. Ils étaient déférents envers lui.

 

 

« Jörgen, je vous laisse le reste, » dit poliment Mitsuki. « S’il vous plaît, ne faites pas attention à moi et poursuivez la réunion. »

Après cet ordre poli, elle était restée silencieuse. Elle venait juste d’arriver, et ne savait pas comment les choses fonctionnaient ici.

***

Partie 2

Elle avait une tonne de questions à poser sur Yuuto, mais elle faisait de son mieux pour réprimer ses sentiments d’impatience. Ce ne serait pas bon pour elle d’intervenir et de prendre le contrôle de la discussion maintenant.

On pourrait dire que le jugement de Mitsuki ici était le fruit de ses préparatifs avant de venir à Yggdrasil. Une fois qu’elle s’était engagée à épouser Yuuto — et, par conséquent, à devenir la femme d’un patriarche de clan — elle avait fait des recherches sur diverses épouses célèbres (et infâmes) de l’histoire japonaise et chinoise, pour servir d’exemples.

« Merci, » dit Jörgen. « Dans ce cas, j’aimerais commencer cette réunion du conseil. Je remercie sincèrement toutes les personnes présentes d’être venues si tôt le matin. »

Il se leva de sa chaise et, après s’être adressé aux membres assis, s’inclina une fois devant eux.

« Je suis sûr que tout le monde ici veut savoir la même chose… Tante Félicia. Comme tu as pratiqué le rite, j’aimerais que tu nous racontes ce qui s’est passé hier soir. »

« Oui. » Félicia s’était levée.

Les yeux de tout le monde s’étaient fixés sur elle. Peu de ces regards étaient amicaux ou encourageants, en fait, il semblait que la majorité la regardait avec des reproches dans les yeux.

Au milieu de tous ces regards critiques, Félicia avait affirmé son point de vue avec fermeté. « En ce qui concerne le rite d’invocation lui-même, je crois que toutes les étapes ont été effectuées sans erreur ou oubli, et que ce n’était pas le problème. La convocation de la Grande Soeur Mitsuki en est la preuve. »

Plusieurs des membres du clan assis avaient froncé les sourcils et leurs regards s’étaient durcis.

Comme pour parler en leur nom, un homme âgé aux cheveux blancs cracha : « Il n’y a donc aucune faute de votre part, est-ce ce que vous essayez de dire ? Mais le fait est que vous n’avez pas pu invoquer le seigneur Yuuto ! »

« Grand-oncle Bruno, s’il vous plaît, » intervint Jörgen. « Je pense qu’il pourrait être difficile pour tante Félicia de parler librement si vous êtes si conflictuel avec elle. »

Mais l’homme à la langue acérée appelé Bruno n’avait pas reculé. « Vous êtes trop mou, commandant en second ! Cette femme ne comprend pas la gravité de la situation. Après l’énorme défaite de Gashina, et alors que le seigneur Yuuto est introuvable, l’inquiétude gagne les soldats et les citoyens. Les Clans de la Panthère et de la Foudre ont forgé une alliance avec le Serment du Calice de la Fraternité. Vous savez à quel point il sera dangereux pour le Seigneur Yuuto de rester absent plus longtemps… »

« Héhé. » Jörgen avait souri.

« Vous trouvez ça drôle ? »

« Ah, non, non, pardonnez mon impolitesse, grand-oncle, » dit rapidement Jörgen. « C’est juste que, en entendant ces mots de votre part, alors que vous étiez autrefois si opposé à ce que Père assume la position de patriarche… les choses ont vraiment une façon de changer avec le temps. »

« Pourquoi remontez-vous ça maintenant !? » Bruno lui avait répondu. « Et même à l’époque, j’agissais dans ce que je croyais être le meilleur intérêt du Clan du Loup… Maintenant, je le vois comme le pilier central du Clan du Loup, quelqu’un dont nous ne pouvons pas nous passer ! »

« Oui, oui, je sais, » dit Jörgen. « C’est une raison de plus pour laquelle nous ne pouvons pas nous permettre un autre échec, et nous devons donc rester calmes et laisser tante Félicia parler. Sinon, nous n’aurons rien sur quoi baser nos plans. »

« Grr… ! Bien. » Bruno grogna et fit une grimace aussi amère que s’il avait avalé un insecte, puis acquiesça à contrecœur.

Mitsuki avait eu le sentiment que Bruno avait dit la vérité, du moins de son point de vue. Peut-être même que cet homme était tourmenté par des sentiments d’anxiété et de malaise.

Et à en juger par le nombre de regards hostiles dirigés vers Félicia, il n’était probablement pas le seul. C’était potentiellement vrai pour beaucoup de personnes ici.

La situation ici pourrait être beaucoup plus grave que ce que Mitsuki avait initialement pensé.

Après avoir confirmé que les choses s’étaient calmées, Félicia avait repris la parole. « Est-ce que je peux continuer ? »

« Oui, vas-y. » Jörgen lui avait fait signe de le faire.

Félicia avait hoché la tête. « Il y a quelque chose que j’ai remarqué lors de la première exécution du rite, que j’ai pensé être juste un malentendu de ma part, mais lors des deuxième et troisième tentatives, je l’ai ressenti beaucoup plus clairement. »

« Hmm, continue. »

« Quand j’ai lancé la Gleipnir, j’ai vraiment senti qu’il s’accrochait à quelque chose. Cependant, l’instant d’après, elle a été repoussée, puis s’est dissoute comme si elle avait été annulée. »

« Alors, veux-tu dire que quelqu’un d’autre s’en mêlait ? »

« Oui. Je pense que c’est le Fimbulvetr de Sigyn, qui a annulé mon précédent Gleipnir. Je crois que les effets de ce sort peuvent encore être actifs. »

Jörgen avait fait claquer sa langue en signe d’irritation. « Tch. Je vois. Alors c’est ça. » Il avait pratiquement craché les mots avec dégoût. « En d’autres termes, même si nous effectuons le rite d’invocation à la prochaine pleine lune, il est fort probable qu’il soit à nouveau bloqué par Fimbulvetr et qu’il échoue. N’est-ce pas ? »

« … Oui, malheureusement. Mon pouvoir en tant qu’utilisateur de seiðr est très, très inférieur à celui de Sigyn. La nuit dernière n’a fait que me faire prendre conscience de cette grande différence de pouvoir entre nous. Je ne pense pas qu’il me soit possible de briser la puissance de son sort. »

« Vous ne pensez pas que c’est possible ? » rugit Bruno. « Ne nous faites pas ce coup-là ! Comment pouvez-vous parler de cela avec autant de légèreté ? Vous devez le faire ! Si le sort de l’ennemi vous bloque, alors faites preuve d’un peu de volonté et passez au travers ! »

Une fois de plus, Bruno avait bombardé Félicia de cris de colère, sa voix grondant.

Quelques-uns des autres officiers du Clan du Loup avaient aussi crié, suivant l’exemple de Bruno.

« O-Oui, c’est ça ! »

« Vous ne pouvez pas vous en sortir en disant simplement que vous ne pouvez pas le faire ! Le destin du Clan du Loup lui-même en dépend ! »

Il est vrai qu’en ce moment même, la menace militaire des Clans de la Panthère et de la Foudre se pressait sur eux. À ce stade avancé, ils ne pouvaient peut-être pas se permettre d’accepter la parole de Félicia selon laquelle elle était incapable de convoquer Yuuto.

Soudain, une voix froide avait tranché le brouhaha comme un couteau.

« Si vous comprenez à quel point c’est sérieux et que vous ne faites que parler de choses stupides comme la “volonté” et la “détermination”, alors fermez votre bouche. Vous nous faites perdre notre temps. »

C’était Sigrun.

Ses remarques à l’égard de son grand-oncle juré étaient si clairement insultantes qu’elles avaient instantanément provoqué un silence dans la salle.

« Espèce de petit… ! Tu oses me parler de cette façon, ma fille !? » Le visage de Bruno se tordit d’indignation alors qu’il commençait à la réprimander, mais Sigrun lui rendit la monnaie de sa pièce.

« Oh, la ferme ! Tu sais qu’il est impossible que Félicia n’ait pas fait tout ce qui était en son pouvoir ! N’as-tu pas vu par toi-même, hier soir, comment elle a continué jusqu’à ce qu’elle s’effondre !? »

Bien sûr, maintenant que Bruno s’était fait parler de façon si irrespectueuse par une fille d’un rang inférieur au sien, il ne pouvait plus reculer, de peur de perdre la face.

Ils s’étaient lancé des regards furieux, et des étincelles avaient semblé jaillir entre eux.

« R-Rún, je suis heureuse que tu veuilles me défendre, mais…, » dit Félicia nerveusement.

« Oui, c’était une façon bien trop grossière d’agir envers ton grand-oncle, Sigrun », avait coupé Jörgen. « Excuse-toi. »

Aucun des deux ne semblait vouloir laisser ce conflit se poursuivre.

La raison pour laquelle seule Sigrun était réprimandée était que, selon les coutumes officielles du clan, Bruno avait un statut beaucoup plus élevé qu’elle dans « l’arbre généalogique », en tant que grand-oncle.

La majorité des personnes présentes dans la salle de réunion lançaient des regards réprobateurs à Sigrun.

Toutefois, il y avait des exceptions.

« Il se trouve que je suis d’accord avec l’opinion de Grande Soeur Sigrun. » Une petite fille, dont l’apparence détonnait avec cette assemblée d’officiers de clan à l’allure féroce, se moqua de ça. « Par un calcul et une préparation minutieuse, on gagne la bataille à dessein. C’est ainsi que fonctionne mon père biologique Botvid, et c’est aussi l’idéal de Père. Exiger que l’on se contente de la volonté est la déclaration d’un imbécile. »

« Comment oses-tu parler ainsi ! » rugit Bruno. « Tu es peut-être la fille du patriarche de la Griffe, mais ici tu n’es rien de plus qu’un nouveau venu de bas rang ! »

« Je dirais à peu près la même chose de vous, quelqu’un qui est loin d’être le fidèle subordonné de Père, » ricana Kristina. « Après tout ce temps, vous n’avez toujours pas échangé le Serment du Calice avec lui, à quelque titre que ce soit. En tant que branche morte de cette famille, veuillez vous abstenir de nous interrompre toutes les quelques secondes, si vous le pouvez. Cela ralentit vraiment notre discussion. »

« Quoi !? » Cela semblait être trop pour Bruno, et il avait regardé Kristina avec indignation, mais elle lui avait juste souri froidement et n’avait rien dit.

À côté d’elle, Albertina se tenait debout, les deux mains sur la bouche, jetant un regard inquiet entre les deux individus, qui se dévisageaient.

Wôw, ça devient vraiment désagréable, pensa Mitsuki. Si Yuuto n’arrive pas bientôt, il pourrait vraiment y avoir une sorte de division interne dans le clan.

C’était déchirant à regarder, mais elle ne pouvait rien faire d’autre que de regarder tranquillement et de voir où les choses allaient aller.

Elle avait déjà entendu le dicton « Rassemblez trois personnes et vous obtiendrez une division en factions », et ce qu’elle avait vu jusqu’à aujourd’hui lui indiquait que le Clan du Loup n’était certainement pas une organisation monolithique.

D’un autre côté, elle pouvait ressentir la même loyauté absolue envers Yuuto de la part de tout le monde ici en ce moment.

Peut-être que la présence de Yuuto avait été si importante et si influente qu’elle avait permis à tout le monde de rester soudé jusqu’à maintenant.

« Ahem. » Jörgen s’était éclairci la gorge et s’était tourné vers Félicia, reprenant la discussion. « Peu importe, continuons. Tante Félicia. »

Son comportement était tout à fait ce que l’on attend d’un commandant en second d’une organisation.

« Je n’ai aucune raison de douter que tu aies utilisé toutes tes capacités la nuit dernière, » continua Jörgen. « Cependant, la situation actuelle du Clan du Loup signifie que l’échec ne sera pas une excuse pour toi, ni pour nous. N’y a-t-il rien que nous puissions faire à ce sujet ? »

« Comme je l’ai expliqué il y a quelques instants, l’écart de pouvoir entre Sigyn et moi est trop important. Je serais prête à sacrifier même ma vie si cela pouvait faire la différence. Mais… »

Félicia se mordit la lèvre inférieure, visiblement frustrée au-delà des mots. Ses épaules et ses poings serrés tremblaient.

Tout le monde savait que cette femme était l’amie et la conseillère la plus fiable de Yuuto. Et Mitsuki avait l’impression, bien que ce ne soit encore qu’une supposition de sa part, que Félicia aimait aussi Yuuto de manière romantique.

***

Partie 3

Bruno avait grondé Félicia et mis en doute sa volonté, mais la vérité était que, de toutes les personnes présentes, celle qui avait le plus souhaité que l’invocation réussisse, et celle qui était la plus en colère contre Félicia pour cet échec, était probablement Félicia elle-même.

« Hé, euh, je ne vais pas vraiment comprendre les trucs compliqués sur la condition du Clan du Loup, mais…, » une fille aux cheveux roux à la table avait parlé avec hésitation, se grattant l’arrière de sa tête. « Est-ce que ça veut dire que si on arrive à mettre la main sur un utilisateur de seiðr aussi fort que Sigyn, on pourra récupérer Yuuto ? »

Mitsuki n’avait pas encore été présentée à la fille aux cheveux rouges, mais elle avait vu le visage de la fille sur certaines des photos que Yuuto lui avait envoyées.

Il s’agissait d’Ingrid, avec qui Yuuto avait travaillé pour créer une variété d’armes et d’outils pour le clan. Elle était connue sous le nom de l’Enfanteuse de Lames, Ívaldi, d’après sa rune du même nom.

Le visage de Félicia ne s’était pas éclairci en entendant la suggestion d’Ingrid. « C’est théoriquement possible. Cependant, ceux qui peuvent utiliser la magie seiðr sont déjà rares. Si nous parlons de ceux qui sont égaux ou plus forts que Sigyn, alors… »

« Vous pourriez fouiller tout Yggdrasil et en trouver moins que vous ne pourriez en compter sur les doigts d’une main, » termina Kristina. « Et dans cette région, je ne pense pas que nous en trouverions du tout. »

Kristina était la fille responsable de la collecte de renseignements du Clan du Loup. De plus, elle avait déjà fait des recherches sur des utilisateurs importants de seiðr auparavant, à la demande de Yuuto. Aussi jeune soit-elle, ses paroles avaient un poids persuasif considérable.

« Oui, c’est vrai, » dit Félicia tranquillement. « Le seul qui me vient à l’esprit est… »

Elle avait fixé Mitsuki.

Mitsuki avait été en dehors de la conversation comme un simple observateur tout ce temps, donc l’attention soudaine l’avait un peu surprise.

Naturellement, Mitsuki ne pouvait pas utiliser de magie, seiðr ou autre. Alors, pourquoi Félicia la fixait-elle ? Après un moment, Mitsuki avait trouvé la réponse.

« Oh, c’est vrai, Rífa ! » Mitsuki avait tapé dans ses mains, se rappelant la fille qui était censée avoir exactement le même visage que le sien.

Dans ce monde, les runes et leur pouvoir étaient la preuve que l’on était choisi par les dieux comme Einherjar, et Rífa ne détenait pas une, mais deux runes. On disait qu’il n’y avait que deux personnes dans tout Yggdrasil avec deux runes, et en plus de cela, Rífa était spécifiquement une rare utilisatrice de seiðr d’une compétence et d’une puissance inégalées.

L’autre détenteur de runes jumelles, le patriarche du Clan de la Foudre Steinþórr, était censé être un homme d’une force ridicule. Il avait été entouré et attaqué par sept autres Einherjars et les avait tous combattus à lui seul. C’est dire à quel point les runes jumelles étaient puissantes. On pourrait penser que Rífa n’aurait sûrement aucun mal à briser un sort ennemi, même celui lancé par Sigyn, la sorcière de Miðgarðr.

« Lady Rífa ? Qu’est-ce qui est important chez Lady Rífa ? » demanda Jörgen, ne comprenant pas pourquoi ce nom était soudainement apparu.

En effet, les capacités et l’identité de Rífa avaient été gardées top secrètes afin d’éviter la confusion qu’entraînerait sa découverte. Seuls quelques privilégiés connaissaient la vérité.

Kristina soupira, puis prit la parole. « Père nous a interdit de dire quoi que ce soit, mais je suppose que c’est bon, maintenant. Rífa n’est rien d’autre qu’un pseudonyme qu’elle a utilisé, basé sur un surnom qui lui est cher. Son vrai nom est Sigrdrífa. »

« Quoi !? » Jörgen avait crié, ainsi que beaucoup d’autres personnes dans la pièce, et il y avait eu plusieurs halètements audibles.

Chaque personne dans Yggdrasil connaissait le nom de Sigrdrífa.

« V-Vous voulez dire, Sa Majesté Impériale, Þjóðann Sigrdrífa !? Vous voulez dire que c’était elle !? » Le cri de Jörgen était presque un hurlement.

« Précisément. » Kristina acquiesça lentement.

Les murmures agités dans la salle bondée étaient devenus encore plus nombreux.

Mitsuki savait qu’il était difficile de les blâmer pour leur choc face à la révélation. Après tout, Yuuto l’avait entendue se plaindre du comportement de la fille plus d’une fois.

Cette « princesse », trouble-fête socialement grossier, était en fait l’impératrice divine, la personne qui occupait la position de plus grande autorité et dignité historique dans tout Yggdrasil. En entendant une telle chose, il était difficile de ne pas être surpris.

« Pourquoi avez-vous gardé ce secret ? » cria Jörgen. « … Non, c’est vrai, c’était sur les ordres de Père. »

« Oui, alors je demande votre pardon. »

« Rrgh… alors c’est bon, » marmonna Jörgen. « Je peux en deviner les raisons générales. Si quelqu’un souhaite conquérir les terres d’Yggdrasil, alors capturer Sa Majesté serait la méthode la plus rapide et la plus directe pour atteindre ce but. Il y aurait sûrement des gens qui se présenteraient pour suggérer cela, si son identité était connue. Et en même temps, une telle chose pourrait facilement devenir le déclencheur de la guerre. Pour quelqu’un d’aussi opposé au conflit que Père, il aurait voulu que les choses restent pacifiques et peu compliquées. »

« C’est exactement comme vous l’avez supposé, » dit Kristina.

« Alors si c’est le cas, pourquoi l’avoir évoquée… ? Attendez… les runes jumelles !? » La compréhension s’était répandue sur le visage de Jörgen.

Il était largement connu à Yggdrasil que les runes jumelles du þjóðann étaient contenues dans les deux yeux, et qu’elles étaient transmises héréditairement de génération en génération.

Il ne serait pas exagéré de dire que cette qualité unique et divine était une raison pour laquelle le þjóðann était traité comme un dieu vivant par le peuple.

Kristina acquiesça. « Oui, sa puissance est effectivement à la hauteur de la réputation des Einherjars aux runes jumelles. Elle peut même lancer ses magies seiðr sous une forme abrégée, en supprimant les incantations, les cercles magiques ou les danses sacrées. Ses pouvoirs sont tout à fait absurdes. »

« C’est… ! Je vois… si c’était quelqu’un d’aussi puissant, elle pourrait briser le sort de Sigyn. Mais…, » au début, la voix de Jörgen était excitée, mais elle perdait de son énergie au fur et à mesure qu’il parlait, et finalement il se traînait dans le silence.

« En effet, » confirma Kristina. « Il semble que le manque d’ambition de Père soit une fois de plus revenu nous hanter. S’il l’avait fait rester ici avec nous, cela aurait été tellement plus simple… »

« Comme tu as raison. »

Jörgen et Kristina avaient tous deux poussé de profonds soupirs.

« Hum, la faire venir ici à nouveau n’est pas une option, non ? » Mitsuki leur avait posé la première question plausible qui lui était venue à l’esprit.

Leur conversation jusqu’à présent semblait suggérer que ce n’était probablement pas possible, mais elle voulait être sûre. Jusqu’à présent, beaucoup de choses dans leur conversation n’avaient pas été dites, en raison de leur connaissance commune des détails.

Jörgen avait froncé profondément les sourcils, grognant pour lui-même avant de se tourner vers Mitsuki pour répondre.

« Sincèrement, oui. Je dois admettre qu’il serait incroyablement difficile de convaincre la þjóðann de nous rendre à nouveau visite. Elle est loin, loin au-dessus de nous en termes de statut social, vous voyez. Il serait possible pour l’un des patriarches des clans qui lui sont directement subordonnés. »

« Oh… mais, je veux dire, vous avez été son hôte, et avez pris soin de ses besoins, et avez gagné son amitié, non ? Alors… »

« Même si, en théorie, Sa Majesté elle-même était disposée à venir, ses vassaux conseillers ne le permettraient absolument pas. Elle ne pourrait pas être autorisée à répondre à l’invitation directe d’un modeste seigneur de clan provincial… non, pas même à l’invitation du patriarche lui-même, mais du substitut agissant en son absence. Si elle le faisait, elle salirait la dignité et la réputation de la position de þjóðann. »

« Oh. On dirait que ce genre de chose est vraiment difficile. »

Les affaires politiques comme celle-ci étaient encore un peu difficiles à comprendre pour Mitsuki. Mais d’après ce que Jörgen disait, elle pouvait dire que ce serait vraiment incroyablement difficile, voire impossible, à réaliser.

La réunion s’était poursuivie tout au long de la journée jusqu’au coucher du soleil, mais il n’y avait pas eu d’autres bonnes suggestions, et elle avait finalement été clôturée.

 

◆ ◆ ◆

« Je me demande comment va Mitsuki, » se marmonna Yuuto, apathique. « J’espère qu’elle ne pleure pas en ce moment… »

Il était allongé sur son lit, les bras et les jambes écartés, regardant le plafond de sa chambre — un plafond qu’il était sûr hier de ne plus revoir.

Les conséquences de l’échec de l’invocation avaient été un vrai désastre.

Il avait pensé et s’était préparé à la possibilité que l’invocation à Yggdrasil échoue pour tous les deux, et qu’ils aient à faire face aux visages très peu amusés de la famille qui était venue leur faire des adieux si émouvants. Ce à quoi il n’avait pas du tout pensé, c’est la possibilité que l’invocation réussisse uniquement pour Mitsuki, et échoue pour lui, et qu’il doive consoler et rassurer ses parents désespérément inquiets.

Au moins, il avait pu confirmer la sécurité de Mitsuki au téléphone, et il avait pris soin de dire à ses subordonnés de prendre la responsabilité de la protéger en attendant. Il avait également affirmé à tout le monde que le mois prochain, il se rendrait à Yggdrasil sans faute, ce qui lui avait permis de sauver sa peau pour le moment, mais bien sûr, ils ne l’avaient pas entièrement cru ou ne l’avaient pas accepté sur parole.

Yuuto avait soupiré. « J’aimerais que ça se dépêche et qu’il fasse nuit plus tôt… »

C’était tellement frustrant qu’il ne puisse pas entrer en contact avec Yggdrasil à moins que la lune ne soit éteinte. Il voulait tellement savoir ce qui se passait à Yggdrasil en ce moment.

Chaque minute, chaque seconde, lui semblait incroyablement longue.

Des sentiments d’anxiété et d’agitation tourbillonnaient en lui.

« J’ai fait cette promesse aux parents de Mitsuki et tout, mais est-ce que je vais vraiment pouvoir le faire la prochaine fois ? »

Félicia s’était effondrée d’épuisement la nuit précédente, et il n’avait donc pas eu l’occasion d’obtenir de bons détails sur ce qui s’était passé.

Trois tentatives, trois échecs. Y avait-il une sorte de défaut fatal dans leurs méthodes ? Allaient-ils échouer à nouveau à la prochaine pleine lune ? Non, pas seulement le mois prochain, mais pour toujours après ?

« Auugh, bon sang ! Si je reste ici dans ma chambre, je finis par avoir ces pensées stupides ! Je devrais me lever et aller faire un tour… hm ? »

Taaaa ! Ta la la ! ♪ Le nouveau modèle de smartphone posé à côté de l’oreiller de Yuuto s’était mis à sonner juste au moment où il commençait à se hisser hors du lit.

Comme c’était un nouveau téléphone, il n’avait donné le numéro qu’à un très petit nombre de personnes jusqu’à présent.

Son père Tetsuhito vivait dans la même maison, il aurait donc crié directement vers lui au lieu de l’appeler au téléphone.

Cela signifie que ça devrait être la famille de Mitsuki. Mais lorsque Yuuto regardé l’écran, il n’avait vu aucun nom enregistré affiché — juste une longue chaîne de chiffres.

« Je me demande qui c’est ? » Il avait décroché. « … Bonjour ? »

Il avait fait une pause. « Quoi — Saya-san !? »

***

Partie 4

Lorsque Yuuto arriva au restaurant où ils avaient convenu de se retrouver, Saya était déjà assise près de la fenêtre et lui faisait signe. « Oh ! Hey, par ici ! »

C’est le milieu de la journée, donc il y avait beaucoup de monde, mais il y avait aussi pas mal de sièges inoccupés. Cet endroit était en pleine cambrousse, après tout.

Yuuto avait salué Saya avec désinvolture et s’était approché d’elle.

« Désolé de vous avoir fait attendre. »

« Ne vous inquiétez pas, je viens d’arriver moi-même. En fait, je suis désolée de vous faire venir ici alors que les choses doivent être plutôt occupées pour vous. »

« Non, mes plans précédents sont partis en fumée, donc j’étais libre. » Yuuto avait baissé les épaules et avait fait un sourire amer en s’asseyant sur le siège en face de Saya.

La serveuse était passée, et une fois qu’ils avaient commandé le déjeuner et les boissons, Saya avait évité les bavardages et s’était immédiatement mise au travail.

« Aujourd’hui, j’ai entendu de Ruri que Mitsuki-chan est allée à Yggdrasil. Est-ce vrai ? »

« Oui… Cependant, pour une raison inconnue, je n’ai pas pu y aller. »

« Uughhh, bon sang. Pourquoi est-ce que ça devait arriver sans que je le sache…, » Saya gémissait de frustration et passait une main sur son front, comme si elle s’en voulait.

Yuuto avait supposé que Ruri avait déjà parlé du plan à Saya bien plus tôt, mais apparemment ce n’était pas le cas.

Bien sûr, c’était quelqu’un qui l’avait aidé. Il aurait dû prendre sur lui de lui dire directement en premier lieu, cela aurait été la chose à faire. Il était tellement préoccupé par le fait de persuader les parents de Mitsuki — son père, en fait — de les laisser partir, qu’il avait oublié de faire savoir à Saya ce qu’ils essayaient de faire.

C’était clairement de sa faute.

« Je m’excuse, » dit Yuuto. « Les choses ont été un peu mouvementées, et j’ai oublié de vous en parler. »

« Oublier de me le dire n’est pas le problème ici. Écoutez, n’avez-vous pas toujours essayé de revenir de ce côté, tout ce temps ? Pourquoi est-ce que vous vous levez maintenant et retournez à Yggdrasil ? Et pour commencer, en emmenant Mitsuki-chan ? »

« L’armée du Clan du Loup que j’ai laissée derrière moi a subi une énorme perte militaire face aux armées des Clans de la Panthère et de la Foudre, et il semble que si je ne reviens pas auprès d’eux, les choses vont devenir très, très mauvaises. Et Mitsuki, eh bien, elle a dit… elle a dit qu’elle allait venir avec moi. » Yuuto s’était gratté la joue avec un doigt.

Accepter de traverser le temps et l’espace pour aller dans un pays lointain afin d’être avec lui n’était pas quelque chose qu’une simple amie d’enfance aurait fait. En d’autres termes, affirmer ce fait revenait à dire tout haut ce que leur relation était devenue.

C’était naturellement un peu gênant de parler de ça avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas très bien.

« Bon sang, c’est incroyable ! Je pensais que si vous alliez tous les deux rester au Japon, je n’aurais pas besoin de vous en parler, mais ça m’est revenu en pleine figure ! Et Mitsuki-chan est déjà repartie à Yggdrasil ! Oh, c’est le pire ! » En signe de frustration, Saya passa ses doigts dans ses jolis cheveux blonds soigneusement peignés, sans se soucier de la façon dont elle les rendait indisciplinés.

Il y avait clairement quelque chose qui se passait.

Avec un malaise croissant, Yuuto ne pouvait s’empêcher de se rappeler la conversation qu’il avait eue avec Saya il y a plusieurs jours.

À l’époque, on aurait dit qu’elle avait réalisé quelque chose sur Yggdrasil.

Cette chose qu’elle ne lui avait pas dite devait être d’une manière ou d’une autre liée à cette prise de conscience. Et indéniablement, Yuuto n’avait aucune difficulté à imaginer que quoi que ce soit, c’était un mauvais présage pour lui, ou plutôt pour le Clan du Loup.

Il ne pouvait pas laisser passer ça, il devait demander ce que c’était.

« … Avez-vous découvert quelque chose sur Yggdrasil ? » avait-il demandé, en regardant Saya droit dans les yeux.

Le visage de Yuuto était passé de celui d’un simple jeune homme à celui d’un jeune seigneur, chef de son propre clan et défenseur des clans frères sous sa protection, avec le poids de centaines de milliers de vies reposant sur ses épaules.

« Oui, c’est vrai, j’ai trouvé. J’ai découvert ce qu’est vraiment Yggdrasil. »

« V-Vraiment !? »

« Si les choses devaient se passer ainsi, j’aurais dû vous le dire plus tôt. Pour que ça vous empêche de retourner là-bas. »

« Ah… ! » Yuuto haleta. « Qu’est-ce que c’est !? Quel est le secret d’Yggdrasil ? »

La formulation sinistre de Saya avait réveillé l’anxiété en lui. Avec ce genre de langage, ça devait vraiment être quelque chose de grave.

Yuuto avait dégluti, attendant. Saya avait lentement ouvert la bouche pour parler.

« Je vais juste aller de l’avant et le dire. La véritable identité d’Yggdrasil. C’est… »

 

 

 

◆ ◆ ◆

 

« Wooow, regardez ce festin ! Tout a l’air si délicieux ! » Les yeux de Mitsuki brillaient tandis qu’elle regardait l’étalage coloré des aliments alignés sur la table.

Félicia et cinq autres filles étaient dans la pièce, et toutes sauf une, étaient déjà assises autour de la table.

Félicia sourit, et d’un geste subtil, l’encouragea à entrer dans la pièce. « Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais nous voulions organiser cette fête de bienvenue pour vous, Grande Sœur Mitsuki. »

« P-Pour moi !? » Mitsuki avait bégayé de surprise.

Pendant tout ce temps, elle ne s’était considérée que comme une « extra » destinée à accompagner Yuuto. Et puisque Yuuto n’avait pas été convoqué, elle ne s’attendait pas à recevoir un traitement spécial de sa part.

 

« Bien sûr. Vous avez sûrement dû être tendues pendant la réunion à laquelle nous avons assisté ? J’ai donc pensé qu’il serait préférable que nous nous réunissions entre femmes, pour nous détendre et parler comme bon nous semble. Je sais que cela doit être difficile pour vous en ce moment sans la présence de Grand Frère Yuuto, mais j’espère que vous pourrez vous détendre et vous amuser un peu. » Félicia avait terminé son explication et avait offert à Mitsuki un sourire doux et rassurant.

Il devait donc s’agir de l’équivalent des réunions réservées aux filles que Mitsuki connaissait déjà si bien dans le monde moderne.

Comme Félicia le disait, les hommes que Mitsuki avait rencontrés lors de la réunion du conseil étaient tous des types féroces, comme l’image qu’elle se faisait des Yakuzas, et elle n’avait pas pu garder son calme.

En revanche, cet espace réservé aux filles lui avait paru beaucoup plus sûr et elle avait eu l’impression de pouvoir baisser un peu sa garde.

Les sentiments de soulagement et de bonheur de Mitsuki l’avaient amenée aux larmes. « Merci beaucoup ! C’est exactement comme vous l’avez dit. La vérité est que, étant coincée ici seule comme ça, j’étais si inquiète, et… »

Elle n’était même pas capable de finir sa phrase. Jusqu’à présent, elle avait réussi à endurer tout cela, mais la vérité était que c’était terriblement effrayant pour elle. Elle se demandait si elle pourrait prendre soin d’elle pendant un mois entier, ou si les gens de ce pays étranger l’accepteraient un jour comme ils avaient accepté Yuuto.

Elle portait en elle un sentiment constant d’inquiétude qui frôlait la terreur.

Mitsuki s’était tournée vers les filles assises et s’était inclinée profondément devant elles. « Tout le monde, merci d’être venue ici. Je suis inexpérimentée et je ne connais presque rien des manières de votre monde, et j’espère donc que vous me pardonnerez les problèmes que je vous cause. »

À la seconde où Mitsuki avait fini de parler, un rire franc avait retenti. « Pfffff ! Ha ha ha ! »

Oh non. Je me demande si j’ai déjà dit quelque chose d’étrange, s’inquiéta Mitsuki, et regarda dans la direction de la propriétaire de la voix. C’était l’une des filles assises à la table, qui avait des cheveux rouge vif.

La fille aux cheveux rouges avait souri joyeusement à Mitsuki. « Hey, désolée d’avoir ri là. C’est juste que tu as exactement le même visage, mais tu es une personne complètement différente. Je m’attendais à ce que tu sois toute prude et hautaine comme cette fille, mais tu es si différente que je n’ai pas pu m’empêcher de rire. »

« I-Ingrid ! Tu es impolie avec la Grande Soeur Mitsuki ! » avait réprimandé Félicia. « Et cela vaut aussi pour Dame Rífa. Tu ne dois pas utiliser des termes comme “cette fille” pour la décrire ! »

« Ohh, c’est vrai. Oui, tu ne le croirais pas, mais cette fille est après tout l’Impératrice Divine… Gah, je l’ai déjà à nouveau dit ! »

« Soupir… Comme je te l’ai dit tant de fois maintenant, tu dois faire plus attention à ta façon de parler. Même pendant la réunion du conseil de clan d’aujourd’hui, par exemple, tu n’as fait référence à Grand Frère que par son nom. »

« Ok, je suis désolée. Je vais faire attention. »

« Je t’en prie. » Félicia secoua la tête et soupira d’un air las.

À en juger par cela, c’était quelque chose pour lequel elle avait dû donner des avertissements un nombre incalculable de fois maintenant.

Ingrid avait ri une fois de plus, un peu mal à l’aise, puis elle avait regardé comme si elle avait soudainement réalisé quelque chose d’important. Elle s’était de nouveau tournée vers Mitsuki.

« Je suis désolée Dame Mitsuki, je ne me suis toujours pas présentée. Je m’appelle Ingrid, et… »

« Oui, je le sais, » Mitsuki l’avait coupée, terminant l’introduction pour elle. « Vous êtes le compagnon en artisanat de Yuu-kun et sa partenaire dans la forge, et vous êtes l’amie proche sur lequel il peut toujours compter pour pouvoir parler normalement. N’est-ce pas ? »

Les yeux écarquillés d’Ingrid montraient qu’elle était un peu surprise par les connaissances de Mitsuki.

Mitsuki avait souri à elle-même, sentant un petit accomplissement. Elle continua. « Et je connais aussi toutes les autres ici. Sigrun, Kristina, Albertina, et Éphelia. » Elle désigna chacune d’entre elles en récitant leurs noms.

Yuuto lui avait beaucoup parlé d’elles, et elle avait aussi vu des photos d’elles. Elle était assez familière avec qui était qui, et généralement avec leur personnalité.

« Wôw, tu es incroyable, Grande Soeur Mitsuki ! » Albertina s’était exclamée. « C’est la première fois que tu nous rencontres, Kris et moi, et tu es capable de nous distinguer ! » Elle avait tapé dans ses mains, apparemment très impressionnée.

En effet, les jumelles avaient le même visage, donc sur les photos, il était difficile de les distinguer. Mais après les avoir rencontrées en personne, Mitsuki pouvait facilement faire la différence. Il y avait quelque chose de différent dans leurs expressions, et une différence subtile dans « l’air » qui les entourait.

Bien sûr, l’indice qui lui donnait le plus confiance était la position des queues de cheval latérales qu’elles portaient.

« Al, Dame Mitsuki sera la femme de Père, donc tu dois l’appeler “Mère”, » gronda Kristina. « Elle n’est pas ta “grande sœur”. »

« Heinnnn !? Mais… mais, Kris, c’est toi qui m’as dit de l’appeler Grande Soeur ! »

« Je ne me souviens pas du tout de ça. »

« Mais je m’en souviens ! »

« Héhé, c’est complètement ridicule. »

« Tu te moques de moi comme si j’étais qu’une simple blague ! »

« Bien sûr que je le fais ! C’est certainement une blague de faire confiance à la mémoire d’une fille qui obtient la plus mauvaise note à tous les tests de l’école ! »

« Gyaah ! S-stop ! Ne leur parle pas de ça ! »

« Quand j’ai vu que tu avais mal orthographié ton propre nom, j’ai failli avoir le vertige, je te le dis. »

« Auugh… ! M-mais… mais… tu m’as bien dit de l’appeler Grande Soeur ! Je dis la vérité ! »

« Je suis sûre que ce n’était qu’un rêve que tu as fait. Je n’arrive pas à te croire. Ne peux-tu vraiment pas faire la différence entre les rêves et la réalité ? »

« A — Attends, vraiment ? Maintenant que tu as dit ça, j’ai l’impression que ça aurait pu être un rêve. Peut-être que c’était ça ! Oh, je suis désolée d’avoir agi comme ça, Kris. »

« Oh, ne t’inquiète pas, ça ne me dérange pas du tout. Après tout, c’est moi qui t’ai dit de le faire. »

Boom ! Albertina était tombée de sa chaise et avait heurté le sol.

Kristina avait regardé sa sœur de haut, les coins de sa bouche s’étaient courbés en un sourire diabolique et satisfait.

« Wôw, c’est exactement comme ce que j’avais entendu ! » Mitsuki avait gloussé en regardant les jumelles. « Hee hee, vous êtes vraiment proches toutes les deux, n’est-ce pas ? C’est bon de voir des sœurs s’entendre si bien. »

Kristina semblait un peu décontenancée par cette remarque, et fixait Mitsuki. « C’est la première fois que quelqu’un dit que nous sommes “proches” après nous avoir rencontrées. »

***

Partie 5

« Vraiment ? Mais vous êtes proches toutes les deux, non ? »

« … C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. »

Albertina s’était levée et avait crié sur sa sœur. « Kris, pourquoi ne peux-tu pas simplement dire que nous sommes proches ? Tu vas me faire pleurer…, » en fait, les larmes étaient déjà dans ses yeux.

Kristina avait froncé les sourcils, l’air un peu décontenancé, et avait répondu d’un ton impassible : « Oui, oui, je t’aime tellement. »

« On dirait que tu ne le penses pas du tout ! » s’écria Albertina.

« Heehee. » Mitsuki n’avait pas pu s’empêcher de ricaner un peu plus. « Ha ha ha ! Vous êtes vraiment proches. »

Même si elle avait commencé à baisser un peu sa garde à la perspective de cette fête réservée aux filles, Mitsuki était au départ toujours un peu nerveuse, mais maintenant elle était totalement détendue.

Elle savait par Yuuto que Kristina était une fille intelligente qui était particulièrement douée pour être prévenante envers les autres. Peut-être que sa drôle d’interaction avec sa sœur ici était destinée à aider à soulager Mitsuki de sa tension.

Naturellement, Sigrun avait commencé à prendre les deux filles à partie. « C’est censé être la fête de bienvenue de Mère, et vous n’avez pas perdu de temps pour vous mettre dans l’embarras, » dit-elle avec dégoût. « Reprenez-vous, toutes les deux. »

Mitsuki avait regardé Sigrun de plus près. En la voyant de si près, son visage était si beau, comme de la porcelaine sculptée — c’était presque divin. Elle était si mince, comme un mannequin…

Non, elle ressemble à une belle elfe sortie d’un jeu vidéo fantastique, avait réalisé Mitsuki avec admiration.

« Bien qu’il semble que vous me connaissiez, je vous demande pardon pour une introduction, » dit la belle fille. « Je suis Sigrun. Je suis le chef de la garde du palais de Père. Toute la nourriture de ce soir a été soigneusement examinée, alors sachez que vous n’avez rien à craindre. »

« Oh, c’est vrai ! Sigrun, j’ai entendu dire que vous pouviez détecter les poisons. Yuu-kun m’a dit qu’il vous était toujours reconnaissant pour cela. Il disait que c’était grâce à vous qu’il pouvait toujours profiter de ses repas tant qu’ils étaient fraîchement faits. »

« P-Père vous a dit de si belles choses sur moi… !? » L’expression habituellement raide et vaillante de Sigrun se transforma en un sourire sérieux et adorablement heureux.

Connaissant Yuuto, il l’aurait certainement dit lui-même à Sigrun, mais pour Sigrun, cela doit être encore plus gratifiant d’entendre qu’il avait donné la même opinion à une autre personne.

« Bien. » Félicia tapa légèrement dans ses mains, reprenant les rênes de la conversation. « Allons-nous manger ? Je suis sûre que Grande Soeur Mitsuki doit avoir faim maintenant. »

« Ohh, vous avez raison. Je suis vraiment affamée. » Mitsuki avait posé une main sur son estomac.

Elle n’avait eu qu’un peu de nourriture le matin, puis elle avait dû se passer de tout pendant toute la journée, et c’était maintenant après le coucher du soleil. C’est parce qu’à Yggdrasil, deux repas par jour étaient la norme : un petit-déjeuner et un souper.

Mitsuki était habituée à un style de vie de trois repas par jour, et maintenant que la réunion du clan était terminée, son estomac était si vide qu’elle pouvait à peine le supporter. C’était honnêtement un coup de chance qu’elle ait réussi à sortir de là sans que son estomac ne gargouille bruyamment et ne l’embarrasse.

Debout à l’entrée de la pièce, une petite fille mignonne fit un pas en avant et parla d’une voix très raide et nerveuse : « S’il vous plaît, dites-moi ce que vous voulez manger, et je vous l’apporterai ! »

« Hein !? Non, c’est bon, je peux le faire moi-même. Et d’ailleurs, pourquoi ne pas t’asseoir et manger avec nous, Éphelia ? Regarde, il y a même une place libre juste là. »

« N-n-non, non je ne peux tout simplement pas ! Une simple servante comme moi ne peut tout simplement pas s’asseoir avec les grands capitaines du clan, c’est impensable ! » Éphelia refusa catégoriquement l’offre, et tout son corps tremblait comme un chiot qui venait d’être arraché à un ruisseau glacé.

Mitsuki avait l’impression de comprendre pourquoi Yuuto avait envie de traiter cette petite fille comme sa petite sœur. La façon dont elle parlait, et ses manières étaient si adorables, comme un petit animal mignon.

« Tu n’as pas besoin de te traiter si humblement avec nous, Éphy, » dit Félicia. « Le professeur de ton école ne tarit pas d’éloges sur tes études et dit que tu es un élève exceptionnel. À ce rythme, je suis sûre que le jour viendra bientôt où Grand Frère t’offrira son Calice. C’est juste une question de quand, pas de si. »

« N-non, c’est impossible. » Éphelia ne faisait que s’entêter davantage en réponse aux tentatives de Félicia de l’apaiser. « Quelqu’un d’aussi bas que moi, échangeant le Serment du Calice avec le patriarche… Cela n’arrivera sûrement jamais, pas tant que je vivrai ! »

Bien sûr, c’était dû à la perspective d’Éphelia, dans laquelle elle se trouvait au plus bas échelon de la société. Il était donc naturel que l’idée qu’une personne comme elle puisse échanger le Serment du Calice directement avec le patriarche au sommet n’ait aucun sens pour elle.

« Alors d’accord, » avait ajouté Albertina, « Dans ce cas, tu peux devenir la concubine de Père, avec moi ! »

La remarque d’Albertina était totalement innocente, mais cela ne rendait pas son impact moins explosif. En un instant, l’air de la pièce avait semblé se figer.

Contrairement à la culture du mariage monogame dans le monde moderne, la polygynie était une pratique courante dans le monde d’Yggdrasil. Il n’y avait pas de problème pour un homme de prendre plusieurs femmes comme épouses ou maîtresses, tant qu’il avait les moyens de subvenir à leurs besoins. En fait, c’était considéré comme parfaitement naturel selon les valeurs d’Yggdrasil.

Pourtant, même si cela est vrai, il y a toujours un problème ou deux à déclarer ouvertement que l’on va devenir la maîtresse d’un homme juste devant la femme qui allait être sa première épouse.

Kristina secoua la tête d’un air las et soupira. « Honnêtement, Al, tu ne changes jamais. Tu arrives toujours à dire la mauvaise chose pour l’occasion… »

« Hein ? Oh, ohhh, d’accord. Alors, devenons toutes des concubines de Père. De cette façon, personne ne sera laissé de côté ! » Albertina, désemparée, avait lancé une autre bombe comme déclaration.

« S’il vous plaît, pardonnez les mots de ma sœur, Mère. » Kristina avait saisi immédiatement l’arrière de la tête d’Albertina et elle la fit toucher la table dans une inclinaison forcée, et simultanément, elle inclina également sa propre tête. « Elle n’est qu’une enfant, et ne sait pas ce qu’elle dit. »

Dans tous les cas, dans des situations comme celle-ci, Kristina avait agi afin de protéger sa sœur.

Cependant, bien que les remarques d’Albertina aient été incroyablement irrespectueuses…

« Snerk… Ahahahaha ! » La réaction de Mitsuki avait été d’éclater de rire.

Elle riait si fort qu’elle avait des larmes aux coins des yeux.

« Oui, tu as raison. Tu as raison, de cette façon, personne ne sera laissé de côté, n’est-ce pas ? » Mitsuki avait hoché la tête en utilisant un doigt pour essuyer ses larmes.

Bien sûr, cela avait laissé les autres filles abasourdies. Elles la fixaient, bouche bée, comme si elles ne pouvaient pas croire ce qu’elle avait dit.

« Grande sœur Mitsuki, êtes-vous vraiment d’accord avec ça ? » demanda Félicia. Elle semblait demander au nom de tout le monde, pas seulement d’elle-même.

Comme indiqué précédemment, au pays d’Yggdrasil, il était tout à fait normal pour un homme riche et puissant d’avoir de nombreuses femmes à ses côtés.

Quoi qu’il en soit, il est dans la nature d’une femme de vouloir avoir l’homme qu’elle aime pour elle seule. C’est quelque chose que les femmes assises autour de la table avaient toutes compris.

Et dans le cas de Yuuto, son mariage avec Mitsuki n’était pas un mariage politique. C’était un mariage d’amour. De plus, les deux n’avaient que récemment déclaré leur amour et s’étaient fiancés.

Et pourtant, la future épouse en question venait elle-même de parler comme si elle pardonnait à son bien-aimé d’avoir des relations avec d’autres femmes. Il n’est pas surprenant que les autres femmes présentes à la table aient été décontenancées.

Mitsuki avait compris ce qu’elles devaient ressentir.

Elle avait haussé les épaules. « Bien sûr, ça ne me convient pas vraiment. Mais dans mon pays, il y a un certain dicton. “Les héros et les grands hommes sont aussi de grands amoureux des femmes.” Je me dis que si je me laisse aller à penser qu’il a des aventures, il est certain que cela me rongera et m’épuisera complètement. »

Elle poussa un long soupir résigné.

« U-um, Grande Sœur Mitsuki, » dit Félicia en hésitant, « Si vous me pardonnez d’être si directe, Grand Frère a toujours été complètement fidèle et dévoué dans son amour pour vous. Je pense que se méfier de sa fidélité n’est pas… »

« Oui, je le sais. Je ne doute pas de Yuu-kun. Ou, je devrais dire, j’ai décidé que je ne voulais pas douter de lui. »

« Euh… ? »

« Yuu-kun est un seigneur ici, et je suis sûre qu’il est déjà populaire auprès de nombreuses femmes ici, » expliqua Mitsuki. « Vous toutes, ici présentes, aimez Yuu-kun, n’est-ce pas ? Pas seulement en tant que votre patriarche, mais aussi en tant qu’homme. »

À ces mots, presque toutes les personnes dans cette pièce avaient détourné par réflexe leurs yeux de ceux de Mitsuki.

C’était la preuve la plus claire et la plus concise qu’elles pouvaient donner à Mitsuki que c’était vrai.

Mitsuki ne disait pas ça pour les critiquer. Yuuto avait de beaux traits de visage (du moins, du point de vue de Mitsuki), il était grand selon les normes de taille moyenne dans ce monde, et il était gentil.

Il avait aussi le statut, la richesse et le pouvoir.

Ce serait plus étrange si les filles ne soient pas tombées amoureuses de lui.

Mitsuki était même prête à deviner que plus de quatre-vingt-dix pour cent des femmes travaillant pour Yuuto dans ce palais ressentaient quelque chose pour lui, au moins dans une certaine mesure.

« Mais, tout le monde ici est aussi incroyablement important pour le Clan du Loup, » continua Mitsuki. « Vous êtes tous des piliers irremplaçables qui le soutiennent. Je ne peux pas simplement vous dire de rester loin de Yuu-kun, de ne pas avoir de relation avec lui. »

Si Mitsuki devait vraiment essayer une telle chose, cela pousserait sûrement la nation vers le désastre.

Et pousser la nation vers le désastre irait à l’encontre du véritable souhait de Mitsuki, qui était de prêter sa force à son cher Yuuto en tant qu’épouse.

Il portait sur ses épaules la responsabilité quant à la vie de dizaines de milliers, de centaines de milliers de personnes. Elle ne voulait absolument pas devenir un obstacle à son devoir.

« Je ne veux pas non plus passer mon temps à être méfiante et jalouse de tout le monde. Comme je l’ai dit plus tôt, cela ruinerait mon cœur et me rendrait folle. »

Mitsuki savait que cela ne ferait que la conduire à passer chaque jour à avoir peur, à chercher les ombres rampantes d’autres femmes.

Elle pourrait être capable de le supporter au début, mais finalement, elle ne pourrait plus se contrôler. Elle pouvait imaginer qu’elle finirait par déverser toute sa frustration sur Yuuto.

Si c’était la façon dont les choses allaient se terminer, alors…

« Yuu-kun est un grand homme, et il est capable de grandes choses, » dit Mitsuki. « Il n’appartient pas seulement à moi, mais à tout le monde. J’ai décidé avant même de venir ici que je n’essaierais pas de le garder pour moi toute seule. C’est pour ça que j’ai ri : j’ai trouvé ça drôle que quelqu’un d’autre le dise avant que j’en aie l’occasion. »

Mitsuki avait gloussé une fois de plus.

Si l’on s’en tenait aux valeurs du 21e siècle, la logique de Mitsuki était une façon de penser qui ne servait que les convenances des hommes. Mais c’était plusieurs millénaires dans le passé. C’était encore un monde de sociétés patriarcales, où la croyance que les femmes devaient être soumises aux hommes était répandue et rampante.

Et donc, c’était dans les valeurs de ce monde que la conclusion de Mitsuki avait été jugée.

« Je n’en attendais pas moins de celle que le Grand Frère a choisie pour être son épouse, » dit Félicia avec joie. « Je suis submergée par l’admiration quant à votre caractère. »

Elle s’était levée de son siège, puis s’était mise à genoux.

Il semblerait que toutes les femmes présentes aient été tout aussi touchées.

Chacune d’entre elles s’était déplacée pour s’aligner avec Félicia, s’agenouillant et inclinant leurs têtes devant Mitsuki.

Au cours des jours suivants, les récits de cet événement se répandirent dans le palais et dans tout Iárnviðr, et sur les lèvres de tous ceux qui répétaient le récit, l’opinion était unie : « Voilà le caractère magnanime de la femme d’un vrai seigneur. »

Et ainsi, sans jamais s’en rendre compte, Mitsuki avait obtenu le soutien inconditionnel des citoyens en tant que première épouse et reine de Yuuto.

 

◆ ◆ ◆

Parlant dans le smartphone collé à son oreille, Yuuto poussa un lourd soupir. « Donc si je veux y aller, il me faudra un utilisateur de seiðr encore plus fort que Sigyn. »

Il parlait avec Mitsuki. Il était finalement assez tard dans la nuit, alors il avait demandé une mise à jour de la situation tout de suite.

« Il semble que nous pourrions faire quelque chose si nous avions cette fille qui me ressemble, Rífa, mais il semble que cela pose des problèmes à cause de sa position. »

« Ah, oui, eh bien, cette fille est techniquement leur impératrice, après tout. »

« Heehee. »

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? »

« Oh, c’est juste qu’aujourd’hui Ingrid-san l’a appelée “cette fille” sur le même ton que tu viens de le faire. »

« Ha ha. Eh bien, c’est parce que, quand elle est arrivée à Iárnviðr, c’était une princesse coincée qui ne savait pas distinguer sa gauche de sa droite quand il s’agissait du monde extérieur, » dit Yuuto avec un sourire en coin. Elle avait été une vraie fautrice de troubles, et il avait toujours été obligé de gérer les conséquences de ses actes.

« Yuu-kun, tout va bien ? » Mitsuki avait soudainement demandé. Elle avait l’air inquiète. « Ta voix semble un peu faible, quelque chose s’est-il produit ? »

Yuuto avait senti son cœur battre plus fort. « Non, c’est juste que je suis encore un peu choqué de ne pas pouvoir retourner à Yggdrasil. »

Yuuto avait fait de son mieux pour cacher ses émotions, et agir naturellement.

Ce n’était pas vraiment un mensonge.

Pour l’instant, les Clans de la Panthère et de la Foudre ne faisaient aucun mouvement, mais il ne savait pas quand ils attaqueraient à nouveau, et cela le rendait terriblement mal à l’aise.

Contre ces deux clans, la tactique défensive du « mur de wagons » n’était plus une valeur sûre, tout comme les autres stratégies que le Clan du Loup avait déjà utilisées contre eux.

Il jeta un coup d’œil au sac placé près de son lit. À l’intérieur se trouvait l’arme secrète qui était sûre de vaincre les deux clans ennemis.

Comme toujours, la préparation était la clé. Ne pas avoir été capable de revenir pendant la pleine lune de la nuit dernière allait avoir des résultats douloureux.

« Au moins pour le moment, je suis heureux d’entendre que tu vas bien, » dit Yuuto. « Je te rappellerai demain. Bonne nuit, Mitsuki. »

« Ah, d’accord. Bonne nuit ! »

En terminant l’appel, Yuuto s’était écroulé sur le lit. « … Elle est toujours aussi vive. »

La vraie raison de son manque de gaieté au téléphone était ce que Saya lui avait dit concernant la vérité d’Yggdrasil.

Ce n’était toujours pas quelque chose qu’il pouvait se résoudre à dire à Mitsuki. Elle allait beaucoup mieux que le terrible état de choc dans lequel elle se trouvait la nuit précédente, mais elle était toujours seule dans un monde dont la culture et la langue ne lui étaient pas familières. Le stress avait dû être dur.

Il devrait lui dire un jour ou l’autre, mais il préférait attendre qu’elle ait eu le temps de s’installer.

Et il y avait aussi une autre chose qu’il n’avait pas pu lui dire.

C’est ce qu’il avait vu juste avant que Mitsuki ne disparaisse : ses yeux avaient brillé avec des symboles jumeaux en forme de petits oiseaux.

Il n’y avait pas d’erreur. C’était des runes.

Pourquoi une fille comme elle, de notre époque, aurait-elle des runes ? Il y avait aussi le fait qu’elle ressemblait à Rífa, la Divine Impératrice d’Yggdrasil. Y avait-il aussi un secret sur Mitsuki elle-même ?

« Merde, les problèmes et les mystères n’arrêtent pas d’arriver, » murmura Yuuto.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire