Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 4

***

Chapitre 4 : Acte 4

***

Chapitre 4 : Acte 4

Partie 1

La vue était remplie d’innombrables cerisiers en fleurs, dans la gloire de leur pleine floraison.

Yuuto s’était retrouvé tout simplement submergé par leur beauté lumineuse et vibrante.

Bien sûr, ce n’était pas la première fois qu’il voyait quelque chose comme ça. Mais les fleurs de cerisier avaient vraiment quelque chose de particulier, qui tirait les ficelles du cœur des Japonais.

Cela fait maintenant trois jours qu’il était revenu d’Yggdrasil.

Il n’avait toujours pas reçu de contact de Félicia, et Mitsuki avait profité de l’occasion pour l’inviter, le forçant à moitié en fait, à venir avec elle à un événement d’observation de fleurs.

« Je vois qu’il y a toujours autant de monde, » murmura-t-il.

Les nombreux cerisiers en fleurs étaient disposés autour d’un étang. Au pied des arbres, les visiteurs avaient étalé des nappes de pique-nique et des couvertures, et avaient disposé des choses comme des boîtes à lunch et de l’alcool. Il n’y avait plus un seul arbre avec un espace libre en dessous.

En raison de la manière élégante dont les fleurs de cerisier se reflétaient sur la surface du lac, le parc Hachio était réputé dans cette région comme un endroit idéal pour admirer les fleurs.

Le temps était clair, et c’était un dimanche en plus, donc il fallait s’attendre à une foule immense.

« Hé, je ne pense pas qu’on va trouver une place, à ce stade, » dit Yuuto.

« Ne t’inquiète pas pour ça, » dit Mitsuki en regardant dans tous les sens. « Voyons voir… oh ! La voilà. Heeey, Ruri-chan ! »

Mitsuki avait appelé et avait agité sa main en l’air vigoureusement.

Cela semblait être suffisant pour attirer l’attention de l’autre fille.

« Oh, Mitsuki ! Par ici, par ici ! » Elle se tenait sous le troisième arbre juste devant eux, les cheveux attachés en queue de cheval, et grignotait déjà des boulettes de pâte sucrée. Elle leur avait fait signe de venir vers elle.

En souriant, Mitsuki avait couru vers elle et elles avaient échangé un high-five. « Merci d’avoir gardé la place pour nous ! J’espère que ce n’était pas trop dur ? »

« Non, pas le moins du monde. Qu’en est-il ? N’est-ce pas le meilleur endroit ? »

« Ouais, bien joué, Ruri-chan ! »

Toutes les deux ricanaient et discutaient joyeusement entre elles. En revanche, Yuuto avait froncé son visage avec déplaisir.

Ce n’était qu’hier qu’il avait dû faire face aux regards critiques et aux taquineries de cette fille.

« Suoh-san, allez, ne fais pas cette tête, » dit Ruri. « Je me suis déjà excusée pour hier, non ? »

« Et Saya-san ? Elle n’est pas avec toi aujourd’hui ? » Pour l’instant, Yuuto avait ignoré Ruri et avait regardé autour de lui, essayant de repérer sa cousine aînée.

Saya était précieuse, car elle était l’une des rares personnes à pouvoir serrer la laisse de la jeune fille effrontée et franche en face de lui, bien sûr, mais Yuuto était également préoccupé par le fait qu’hier, elle avait réalisé quelque chose d’important lié au monde d’Yggdrasil.

« Si tu cherches Saya, elle est occupée à lire un livre difficile depuis hier. Tima quelque chose, je crois qu’elle l’a appelé. Et un autre appelé Cri-quelque chose. »

« Qu’est-ce que tu veux dire par “quelque chose”… ? »

« Ahh, eh bien, je n’arrive jamais à me souvenir des noms de style occidental et autres, ahaha, » dit Ruri en riant.

Yuuto n’avait pu que pousser un soupir en réponse.

Il s’agissait probablement d’un indice clé important pour percer le mystère d’Yggdrasil, mais de cette façon, il n’avait aucune idée de ce que c’était.

« Écoute, Saya a dit qu’une fois qu’elle aura trouvé quelque chose, elle te contactera, d’accord ? »

Les mots de Ruri étaient un peu trop insouciants pour être rassurants, mais Yuuto était d’accord avec elle. « Ah, oui, je suppose que c’est vrai. »

Il avait beau avoir vécu et travaillé à l’époque avant J.-C., il n’en restait pas moins un profane complet en matière d’archéologie, ne connaissant même pas les bases.

Il serait préférable de laisser l’expert se charger de l’enquête. « Laissez le pain aux boulangers, » dit le proverbe.

« Enfin, plus important… » En tournant son regard vers le paquet soigneusement emballé dans les mains de Yuuto, Ruri s’était léché les lèvres.

En voyant cela, Mitsuki avait laissé échapper un petit rire. « Heehee, ne peux-tu pas attendre plus longtemps ? Je vais le préparer tout de suite. »

« Yaaay ! » Ruri avait levé les bras en signe de célébration tandis que Mitsuki prenait le paquet de Yuuto et commençait à détacher l’emballage en tissu.

À l’intérieur se trouvait une lourde boîte noire foncée, faite de quatre couches empilées. Mitsuki avait séparé les couches une par une, et les avait étalées sur la couverture de pique-nique.

« Whoooaa ! Ça a l’air tellement bien ! » Ruri était si impressionnée qu’elle laissa échapper ce qui était pratiquement un profond beuglement.

Est-ce que tu es obligée de jeter l’élégance par la fenêtre à ce point ? pensa Yuuto avec un peu d’inquiétude, mais ce n’était pas comme s’il ne comprenait pas sa réaction.

Les plateaux superposés de la boîte étaient remplis de steak haché, de poulet frit et de sériole grillée, les plats préférés de Yuuto.

Tout était même beau visuellement, à tel point que l’on pouvait considérer que tout sortait tout droit d’une photo délicieuse d’un livre de cuisine.

« Est-ce ta mère qui a fait ça ? » demanda Yuuto.

« Non, je l’ai fait, » répondit Mitsuki.

Les yeux de Yuuto étaient devenus grands. « Attends, est-ce comestible ? »

« Quoi… c’est terrible ! Il faut que tu saches que je suis assez confiante dans mes compétences culinaires ! »

« Oui, tu dis ça, mais je me souviens de la fois où j’ai presque dû manger une de tes tartes à la boue. »

« Pourquoi parles-tu de quelque chose d’il y a si longtemps !? »

« Hé, Suoh-san, Suoh-san. » Ruri avait tiré sur la manche de Yuuto. « La cuisine de Mitsuki est vraiment bonne. Si bonne que si j’étais un homme, je l’aurais demandée en mariage. »

Elle avait dit ça avec un visage complètement sérieux.

« Quoi, sérieusement ? » Yuuto était étonné. C’est la même Mitsuki qui avait apporté une fois un « chocolat » fait main à la Saint-Valentin qui était pleine de marques et de bulles bizarres, comme une sorte de poison…

« Encore une fois, pourquoi parles-tu de quelque chose qui date d’il y a si longtemps !? D’accord, très bien alors. Je ne t’en donne pas, Yuu-kun. Ruri-chan, mangeons, juste toutes les deux. » Avec cela, Mitsuki avait retiré la portion qui avait été mise devant Yuuto, et l’avait déplacée sur l’espace devant Ruri.

« Tout va bien ! »

« Attends, non, Mitsuki, ne me fais pas ça maintenant ! Ce serait sans cœur, » avait protesté Yuuto. « C’était une blague, une blague, d’accord ? »

Avec tout ce qui s’était passé, Yuuto n’avait toujours pas eu l’occasion de bien manger depuis son retour à l’ère moderne.

De plus, c’était la cuisine maison de la fille qu’il aimait.

Franchement, il voulait vraiment en manger. Un seul regard sur la nourriture lui avait mis l’eau à la bouche.

Bien sûr, il n’y aurait pas eu de problème s’il s’était simplement abstenu de la taquiner, mais ce genre de comportement était comme une vieille habitude inconsciente à ce stade.

« Je suis sérieux, » avait-il plaidé. « J’avais tort. Je m’excuse, alors s’il te plaît, donne-moi quelque chose. »

Il s’était pratiquement prosterné pour s’excuser.

Mitsuki, cependant, avait gonflé ses joues et s’était détournée de lui. « Désolée, non. »

On aurait dit qu’elle était en colère contre lui.

Yuuto commençait à se creuser la tête, essayant de trouver quoi faire, quand Ruri avait pris la parole.

« Wooow, c’est tellement audacieux. Tu as supplié Mitsuki de te nourrir, hein ? »

« Quoiiiiiiii !? » Mitsuki avait laissé échapper un cri de panique. Apparemment, la déclaration explosive bien programmée de Ruri avait réussi à faire disparaître la colère de son esprit.

« Ah, attends, non. » Agité, Yuuto avait commencé à essayer de s’expliquer. « Ce n’est pas ce que je voulais dire ! »

« Y-Yuu-kun, veux-tu… que je te nourrisse ? » Mitsuki était rouge vif et s’agitait, mais elle regardait toujours Yuuto avec une certaine intensité dans les yeux.

« Euh. hmm…, » Yuuto avait perdu toute capacité à s’exprimer.

« Alors… Très bien, Yuu-kun, voici un peu de poulet frit que tu aimes… Dis “Ahh”. » Sans même attendre la réponse de Yuuto, Mitsuki avait utilisé ses baguettes pour prendre un petit morceau de poulet pané et croustillant de la boîte avant de le tendre vers Yuuto.

Yuuto avait vraiment envie de se jeter en avant et de mordre, mais il n’arrivait pas à se détacher du regard amusé de l’autre fille à côté de lui.

« Ne veux-tu pas le manger ? » demande-t-elle d’un ton hésitant.

« Ah, n-non, c’est, c’est —, » jetant des coups d’œil dans la direction de Ruri, Yuuto avait essayé de communiquer à l’aide de son langage corporel tout en restant silencieux que la fille était dans le chemin et rendait les choses gênantes.

Cependant, Ruri ne semblait pas du tout comprendre cela.

« Même si tu as laissé Félicia-san et Sigrún-san te nourrir ! » cria Mitsuki.

« Quoi !? »

« Même si tu laisses aussi Ingrid-san et Linea-san s’occuper de toi ! »

« Toi — comment peux-tu parler de ça à un moment comme… ? »

« Héhé, héhé…, » le visage souriant de Ruri commençait vraiment à énerver Yuuto. Si elle avait été un mec, il l’aurait absolument tabassé à ce stade.

« Et tu as regardé Ruri-chan tout ce temps, bon sang ! » cria Mitsuki. « Quoi ? Veux-tu que Ruri-chan te nourrisse !? »

« Non ! Et hé, Mitsuki, tu t’énerves trop… »

« N-Ne veux-tu vraiment pas que je te nourrisse, à ce point… ? » Maintenant, elle commençait à pleurer.

Il ne semblait pas que les mots puissent l’atteindre à ce stade.

C’était ça, Yuuto devait abandonner.

Le dicton « les larmes d’une femme sont l’arme la plus puissante » était assez juste. C’était d’autant plus le cas quand c’est une femme pour laquelle on a des sentiments.

Yuuto n’avait pas eu d’autre choix que de ravaler sa fierté et d’accepter la défaite.

« Alors, très bien. » Calmant ses nerfs, Yuuto se pencha en avant et prit le morceau de poulet frit dans sa bouche.

***

Partie 2

Clic ! Il y avait eu un petit bruit, l’obturateur d’un appareil photo. Comme si elle avait visé ce moment précis depuis le début, Ruri avait son smartphone à portée de main et avait pris une photo.

 

 

« Merci pour le repas ! C’était vraiment délicieux ! » Yuuto frappa ses mains l’une contre l’autre en exprimant sa reconnaissance, puis se tapota le ventre avec une grande satisfaction.

Les quatre couches de la boîte à lunch empilée étaient maintenant complètement vides.

Comme Ruri l’avait dit, Mitsuki était vraiment une excellente cuisinière. En plus de cela, cela faisait trois années entières que Yuuto n’avait pas mangé de la vraie cuisine familiale japonaise. La saveur nostalgique de la maison avait été la meilleure épice de toutes.

Les baguettes de Yuuto en particulier avaient bougé à une vitesse vorace — quand tout fut terminé, il réalisa qu’il avait lui-même pris de plus de la moitié de la nourriture. Ce n’était pas étonnant qu’il ait été complètement rassasié.

« Merci, ce n’était rien, vraiment, » avait répondu poliment Mitsuki. « Tiens, prends du thé. »

Mitsuki avait sorti une grande gourde et une tasse, et en avait versé pour lui. Apparemment, c’était un thermos bien isolé, et un peu de vapeur s’élevait du thé encore chaud.

« Oh, merci. » Yuuto accepta la tasse et prit une gorgée, puis laissa échapper une respiration détendue.

Il regarda le paysage autour d’eux, sans rien regarder en particulier, juste en prenant tout.

« C’est l’image même de la tranquillité, » se murmura-t-il pour lui-même.

Par-dessus tout, tout était si prospère et pratique.

Il y avait environ une heure de marche entre sa maison et ce parc, mais il était arrivé ici en un rien de temps, grâce au bus.

Il n’avait pas besoin d’aller à la rivière pour obtenir de l’eau pour boire, il y avait des distributeurs automatiques partout où il pouvait obtenir une variété de boissons avec facilité.

C’était un monde où la « température ambiante » n’était pas liée à la météo, on pouvait la rendre plus chaude ou plus froide à tout moment.

Il y avait des enfants dans le parc portant des gants de baseball et jouant à la balle, ou tapant dans un ballon de football, ou encore assis autour d’eux à jouer à des jeux sur leurs téléphones.

Il y a trois ans, tout cela lui avait paru normal. Mais maintenant, il ressentait une sensation étrange, comme si les choses n’étaient pas à leur place. Il ne pouvait plus accepter ce monde ordinaire tel qu’il était et le prendre pour acquis.

C’est parce qu’il avait appris à connaître la vie des gens d’Yggdrasil.

Cette scène qui se jouait autour de lui était tellement plus précieuse, avait tellement plus de valeur.

« Ouais, c’est paisible ici, » Mitsuki était d’accord. « Yuu-kun, tu n’as plus besoin de te battre. »

« Ah… ! » Yuuto se crispa. « … Oui, c’est vrai. Je suis à la maison maintenant, donc je n’ai plus à… faire quoi que ce soit de violent ou de sanglant, n’est-ce pas… »

Il se l’était murmuré à lui-même comme s’il venait juste de le réaliser.

« Yuu-kun, tu as déjà travaillé si dur et fait tant pour tout le monde dans le Clan du Loup jusqu’à maintenant. » Mitsuki avait pris la main de Yuuto dans la sienne. « Donc, tu n’as plus besoin de le faire. »

C’était comme si elle essayait d’attraper Yuuto et de le connecter physiquement à ce monde.

« O-Oui. Tu as… raison, oui. » Même si Yuuto se sentait réconforté par la chaleur du corps de Mitsuki qui coulait dans sa main, ses mots étaient incertains.

Il détestait absolument devoir se battre contre quelqu’un avec la mort en ligne de mire, il en avait assez. S’il pouvait s’en sortir sans avoir à se battre, c’était mieux. Il avait toujours pensé de cette façon.

Cependant, l’idée que lui seul soit ici, dans ce monde paisible, lui donnait un étrange sentiment de culpabilité.

En ce moment même, ses camarades se battaient, risquant leur vie au combat, alors que lui seul pouvait être ici à manger des plats délicieux, assis en regardant les cerisiers en fleurs, se réjouissant de cette paix. Est-ce que c’était vraiment bien ?

 

 

« Yuu-kun, viens avec moi ! » Mitsuki s’était exclamée.

« Hein ? Wôw — . »

La main de Mitsuki avait lâché la sienne, seulement pour l’attraper par le poignet et le tirer sur ses pieds.

« Passez un bon moment ! » déclara Ruri. « Je serai ici pour surveiller les affaires de chacun, d’accord ? »

Ruri leur fit un signe d’au revoir et les fit partir joyeusement. Yuuto s’était retrouvé emmené de force, vers la rue voisine.

La rue était bordée de divers stands et étals, tous surmontés de tentes en tissu jaune vif. Des voix exubérantes les interpellaient, chacun faisant de son mieux pour attirer les clients.

Mitsuki avait repéré un stand en particulier, une galerie de tir, et s’y était dirigée. « Bonjour, monsieur ! Un jeu, s’il vous plaît. »

« Compris, » dit-il. « Vous pouvez faire jusqu’à trois tirs, d’accord ? »

« Voilà, Yuu-kun. » Avec ça, Mitsuki avait pris le pistolet en liège de l’opérateur du stand et l’avait donné à Yuuto. « Yuu-kun, tu sais, je veux vraiment cette peluche de chien là-haut. »

Elle désigna un animal en peluche placé sur la deuxième plateforme en partant du haut, un animal à l’allure plutôt étrange avec des sourcils bizarres qui ressemblaient aux représentations tourbillonnantes des âmes défuntes dans les mangas et les animes.

Pour Yuuto, à première vue, ça ressemblait plus à un chat, mais Mitsuki avait dit que c’était un chien, donc ça devait être ça.

« Euh… hum… »

Le comportement plutôt énergique de Mitsuki avait laissé Yuuto désemparé, et il restait là, abasourdi, à regarder dans les deux sens entre Mitsuki et le pistolet à bouchon.

« Allez, on va s’amuser, Yuu-kun. Tu dois te rattraper pour ce que tu as manqué. Tu n’as même pas encore 17 ans, tu le sais ? »

« … Oh. Oui, tu as raison. Je n’ai encore que seize ans. »

Yuuto avait hoché la tête, puis il avait brandi le pistolet à bouchon et avait visé.

Il était après tout ici à un grand événement festif d’observation des fleurs dans le parc. On ne pouvait pas lui en vouloir si, juste pour aujourd’hui, il oubliait les choses difficiles et s’amusait un peu.

En fait, Mitsuki avait pris la peine de l’inviter ici, et même de lui préparer elle-même toute cette nourriture. S’amuser pleinement ici était la seule façon correcte de répondre à ses efforts.

« Assure-toi de bien viser ! » déclara Mitsuki. « Je veux cette chose depuis longtemps maintenant. »

« D’accord, d’accord. » Yuuto avait centré le viseur de l’arme sur la peluche de chien choisie par Mitsuki, et avait serré l’arme contre son aisselle et son épaule pour la maintenir stable, puis il avait appuyé sur la gâchette.

Avec un pop, le bouchon s’était envolé du baril. Il avait perdu de la vitesse juste avant d’atteindre la cible et était tombé dans l’espace entre la deuxième et la troisième plateforme.

« Ohh, tu as raté ! » avait-elle gémi.

« Ah ha ha, il vous reste encore deux coups à tirer, » rigola l’opérateur du jeu. « Allez, fiston, vous devez faire bonne figure devant votre petite amie. »

« Huuuh !? P-Petite amie, c’est, eh bien… » Le visage de Mitsuki avait rougi, et elle avait honteusement mis ses deux mains sur ses joues, en faisant une grimace.

Cependant, Yuuto était déjà tellement concentré sur la tâche de tirer qu’il n’avait pas entendu les deux autres parler.

À en juger par le premier tir, la pression du gaz dans le canon devait être assez faible. L’opérateur du jeu avait un visage amical, mais c’était vraiment une entreprise. Ça n’allait pas être facile d’abattre cette cible.

« Eh bien, je suppose que je vais faire ce que je peux. »

Yuuto avait fixé son objectif sur l’espace un peu juste au-dessus de la peluche, et avait tiré. Cependant, le bouchon avait quand même fini par voler à travers l’espace situé sous le jouet.

« Ahh, Yuu-kun, tu es si mauvais à ça, » se plaignit Mitsuki. « Tu dois viser correctement. »

Yuuto avait ignoré cela et avait visé encore plus haut, tirant son troisième coup.

Le bouchon avait tracé une parabole lisse dans l’air, puis était redescendu pour frapper la tête de la peluche visée.

« Ohhhh, tu l’as fait ! » Mitsuki s’était écriée et avait levé ses deux poings victorieux en l’air alors que l’animal en peluche vacillait, puis tombait de sa plateforme.

« Ohh. Vous avez un bon bras de tir, gamin, » dit l’opérateur du stand en tendant le prix, la peluche. « On dirait que j’ai perdu. »

« Ha ha, juste un coup de chance, » répondit Yuuto en haussant les épaules.

Il avait eu de la chance, dans la mesure où le premier tir avait eu exactement la bonne trajectoire horizontale. Tout ce qu’il avait besoin de faire ensuite était d’ajuster son angle vertical au cours des deux tirs suivants. S’il avait dû commencer avec l’horizontale et la verticale hors cible au premier tir, trois tirs n’auraient sûrement pas suffi.

« Voilà. » Yuuto avait pris la peluche que l’homme lui avait donnée et l’avait jetée négligemment à Mitsuki.

« W-w-wow ! Hey, ne le lance pas sur moi ! » Mitsuki avait lutté pour attraper la chose sans la faire tomber, puis avait gonflé ses joues. Mais dès qu’elle avait tenu la peluche et l’avait regardée, son visage s’était transformé en un large sourire.

« Quoi, tu voulais vraiment cette chose à ce point ? » demanda Yuuto.

« Je le voulais, bien sûr, mais, euh, ce n’est pas seulement ça. »

« Hm ? Quoi, alors ? » Yuuto se méfia du langage vague et hésitant de Mitsuki.

Les yeux de Mitsuki allaient et venaient, et on aurait dit qu’elle hésitait à dire ce qui allait suivre. « Y-Yuu-kun, c’est aussi parce que tu l’as acheté pour moi. »

Elle leva les yeux vers lui, serrant l’animal en peluche contre sa poitrine comme si elle cherchait le courage dont elle avait besoin pour dire ces mots.

« O-oh, donc c’est pour ça. »

« O-ouais, c’est pour ça. »

C’est tout ce qu’ils avaient dit avant de se taire et de se regarder l’un et l’autre, les joues rouges.

C’était si embarrassant.

C’était si incroyablement gênant.

Mais, en même temps, il ne se sentait pas non plus mal.

« Hé là, vous deux, » dit le vendeur de stands. « C’est bien que vous soyez en pleine fleur de l’âge et tout ça, mais vous gênez les affaires en restant là, alors si vous n’avez plus l’intention de tirer, vous pourriez peut-être aller ailleurs tous les deux ? »

« Nous sommes vraiment désolés — !!! »

Les deux individus s’étaient soudainement souvenus qu’ils étaient en public et s’étaient enfuis, à toute vitesse, embarrassés.

***

Partie 3

Alors que Mitsuki et Yuuto marchaient sur le chemin du retour dans la lumière sombre, Mitsuki avait parlé avec un soupir prolongé. « Les fleurs de cerisier étaient vraiment jolies, n’est-ce pas ? Je sais que je les vois chaque année, mais je ne m’en lasse jamais. »

Le temps passe vite quand on s’amuse, comme on le dit souvent. Après le stand de tir, ils avaient fait le tour des autres stands, s’étaient promenés sans but à l’intérieur du parc, avaient rejoint Ruri et s’étaient prélassés, et avaient même joué au badminton ensemble. Avant qu’ils ne s’en rendent compte, il était déjà tard.

« Oui, tu as raison, » dit Yuuto.

Du point de vue de Yuuto, le visage heureux et souriant de Mitsuki était aussi encore plus joli, et plus mignon, mais bien que cette pensée lui soit venue à l’esprit, il s’était retenu de la dire à haute voix, et avait simplement hoché la tête.

Ce genre de déclaration semblait trop affectée, trop ringarde, trop embarrassante. Mais c’était aussi ce qu’il ressentait vraiment.

« Pourtant, j’aurais aimé que nous puissions aussi rester pour profiter des fleurs de la nuit. » Mitsuki ferma les yeux et sourit, comme si elle regardait une image de ses souvenirs.

Au parc Hachio, les cerisiers en fleurs étaient éclairés par des projecteurs la nuit, créant une scène magnifique, bien différente de celle de la journée.

Du moins, c’est ce que Yuuto avait entendu dire. Lui-même ne l’avait jamais vu. C’était l’un de ces cas où, ayant grandi en tant qu’habitant du coin, il n’était pas allé souvent dans les lieux touristiques de sa propre région.

En voyant à quel point Mitsuki était déçue d’avoir manqué cette chance, Yuuto avait lui-même eu envie de voir les fleurs de cerisier de nuit.

« On ne peut rien y faire, » dit-il doucement. « Tu as un couvre-feu. »

« Uuuugh, ouais, je sais, mais… »

« Et puis, ce n’était peut-être pas intentionnel, mais l’autre soir, j’ai débarqué dans ta chambre au milieu de la nuit. Après une chose pareille, si je te faisais arriver en retard à ton couvre-feu, ta famille penserait vraiment le pire de moi. »

Il était impossible que les parents d’une adolescente aient une bonne impression d’un garçon qui avait soudainement fait irruption dans la chambre de leur fille tard dans la nuit. Yuuto avait de la chance de ne pas avoir été dénoncé à la police à ce moment précis.

« Cependant, je ne pense pas qu’ils penseraient que tu es pire, » déclara Mitsuki.

« Donc, ils pensent déjà plutôt le pire de moi, alors !? »

« Non, non. Maman a toujours voulu avoir un fils, et elle dit toujours des choses comme “Si seulement quelqu’un comme Yuu-kun pouvait faire partie de ma famille”, et des choses comme ça. »

« Oui, mais c’était il y a trois ans. »

« Ce n’est pas différent maintenant. En fait, je pense que l’opinion qu’elle a de toi s’est améliorée. Elle t’a même complimenté, en disant que tu es devenu un homme vraiment bien. »

« Euh… Je suis à peu près sûr que je ne suis pas si attirant que ça… Est-ce que ta mère aime les gars avec mon type de visage ou quelque chose comme ça ? »

« Heehee, c’est peut-être ça. C’est ma mère, après tout. Ah… » Une fois les mots sortis, Mitsuki s’était arrêtée et avait mis ses mains sur sa bouche.

Apparemment, elle venait de se rendre compte qu’elle avait aussi dit, indirectement, que Yuuto était aussi son type.

Yuuto était sûr que Mitsuki allait rapidement enchaîner avec quelque chose pour détourner l’attention ou changer de sujet, mais au lieu de cela, elle s’était mordu la lèvre inférieure, et comme si elle avait décidé de quelque chose d’important, elle s’était retournée pour regarder Yuuto.

« Hé, cette question que Ruri-chan t’a posée pendant le déjeuner au restaurant ? Pourrais-tu maintenant me dire ta réponse ? »

« Hein ? » Pendant une brève seconde, Yuuto n’avait pas compris ce qu’elle voulait dire, mais son esprit s’était tout de suite dirigé vers la seule question qui convenait.

Que ressens-tu pour Mitsuki ?

« Hé… donne-moi ta réponse, » plaida Mitsuki d’une voix faible, puis elle avait doucement fermé les yeux.

Yuuto avait compris ce que cela signifiait, il n’était pas assez fou pour le manquer.

Qu’est-ce qu’il ressentait pour Mitsuki ?

Il n’avait même pas besoin de penser à la réponse. Il l’avait toujours aimée, même avant d’aller à Yggdrasil.

C’est juste qu’il s’était juré, au fond de son cœur, de ne jamais le lui dire à haute voix avant d’être revenu dans le monde moderne.

Il posa une main délicate sur l’épaule de Mitsuki. Elle frissonna légèrement, ce qui lui indiqua à quel point elle était tendue en ce moment.

Et c’était quelque chose qu’il ne pouvait savoir que parce qu’il était ici avec elle maintenant, à la toucher.

Il n’y avait plus de barrières d’espace et de temps entre eux.

Il n’avait plus besoin de se retenir plus longtemps.

Alors, pourquoi ? Pourquoi hésitait-il maintenant ? Yuuto secoua la tête, essayant de bannir la partie de lui qui était faible.

« Mitsuki… »

Il se décida et prononça à haute voix le nom de la fille qu’il aimait dans son cœur, comme pour l’inciter à continuer. Yuuto rapprocha ses lèvres des siennes…

Bip ! Delelee ! Deedeleleeee ! ♪

Au moment où leurs lèvres étaient sur le point de se toucher, le smartphone de Mitsuki s’était soudainement mis à sonner, et les deux individus avaient sursauté et ils s’étaient écartés l’un de l’autre.

« Um, um, er… » Mitsuki était en panique.

« … Vas-y et réponds, » murmura Yuuto, lui faisant signe de le faire.

« O-okay. »

Elle avait maladroitement sorti le smartphone de son sac. Sous le regard de Yuuto qui se trouvait juste à côté d’elle, il prit une énorme inspiration.

Il sentit son cœur s’emballer.

Ses émotions étaient fortes, et il n’arrivait pas à se calmer, mais même cela n’était pas un mauvais sentiment.

Cependant, le temps qu’il avait passé à apprécier ces sentiments compliqués avait été interrompu par les mots suivants de Mitsuki.

« Yuu-kun. Je ne sais pas ce qu’ils disent, mais on dirait qu’ils t’appellent. Ils n’arrêtent pas de dire, “Yuuto ! Yuuto !” »

Yuuto avait haleté. « Félicia ! Est-ce Félicia !? »

Il attrapa brutalement le smartphone des mains de Mitsuki quand elle le lui tendit, et cria le nom de la personne à qui il avait donné son propre smartphone.

« Cette voix ! Yuuto ! C’est toi, Yuuto !? »

« Ingrid !? » La voix au téléphone n’était pas celle de son adjudante aux cheveux d’or, mais celle de la fille aux cheveux rouges qui avait été sa partenaire de confiance à la forge. « Pourquoi c’est toi qui… »

« Ohh, c’est parce que les jumelles m’ont apporté la chose. »

« … Ah. Je comprends maintenant. » Cette petite information était suffisante pour que Yuuto ait une idée générale de la situation.

Comme le temps était compté, ils avaient renvoyé le téléphone avec les jumelles, les deux personnes les plus rapides du Clan du Loup, à Iárnviðr pour le remettre à Ingrid.

Pour Yuuto, qui avait eu l’impression que chaque instant était une éternité en attendant des nouvelles, c’était une excellente décision. Il n’en attendait pas moins de son adjuvante Félicia, en qui il avait placé une confiance absolue.

« Bon, alors ! Dis-moi, quelle est la situation en ce moment !? Que s’est-il passé à Gashina ? »

Yuuto était également curieux de savoir comment les choses se passaient à Iárnviðr maintenant qu’ils savaient sûrement qu’il était parti, mais bien sûr la chose la plus importante dans son esprit était de savoir comment les événements avaient évolué avec les armées près du Fort de Gashina.

Tout le monde aurait su que lui, le commandant en chef, était absent, alors que l’armée était au beau milieu du champ de bataille. Il n’y avait pas de situation plus précaire pour eux que celle-là.

Alors que Yuuto déglutit anxieusement, Ingrid poussa un petit soupir, puis prit la parole. « Ils ont perdu. Il y a eu une attaque soudaine la nuit, et la défense du mur de wagons a été brisée… »

« Agh ! Alors, qu’en est-il de tous ceux de l’armée ? Qu’est-il arrivé à Run, et Félicia !? »

« Pour l’instant, on dirait qu’elles ont pu fuir dans la forteresse et qu’elles ont survécu. »

« Je… Je vois. » Yuuto avait commencé à soupirer de soulagement.

« Mais c’était il y a deux jours. Quant à maintenant, je ne sais pas… »

« Ah… ! »

C’est vrai, réalisa Yuuto. Contrairement à l’ère moderne, à Yggdrasil il n’y avait aucun moyen de transmettre des informations instantanément en temps réel.

Le Clan de la Panthère avait l’usage du trébuchet, et le Clan de la Foudre avait Steinþórr et sa rune destructrice Mjǫlnir, le Briseur.

Une petite forteresse comme Gashina ne serait pas un obstacle pour des ennemis aussi puissants.

Plus il y pensait, plus l’anxiété de Yuuto augmentait. Il voulait plus que tout se précipiter à leur secours maintenant.

Cependant…

Yuuto avait tourné son regard vers ce qui était juste en face de lui maintenant.

Il y avait là la fille qu’il voulait rencontrer depuis si longtemps, qu’il souhaitait toucher à nouveau depuis si longtemps, et elle le regardait avec de l’inquiétude dans les yeux.

***

Partie 4

Pffff ! Clac, boom…

L’énorme rocher était tombé du ciel et s’était écrasé contre le mur du fort de Gashina, qui s’était facilement effondré sous l’impact.

Les soldats du Clan de la Panthère et du Clan de la Foudre avaient ensuite poussé des cris enflammés et s’étaient mis à charger à l’intérieur de la forteresse.

« Uoooooghhhh ! Attaaaaaque ! »

« Tuez-les tous ! »

« Alors ils sont là ! » déclara Olof.

Du haut du balcon de la terrasse surplombante, Olof avait jeté un rapide coup d’œil à son environnement et avait fait claquer son arme bruyamment contre son armure bien usée.

À l’heure actuelle, les soldats des clans de la Panthère et de la Foudre qui entouraient le Fort de Gashina étaient au nombre de quinze mille. Face à eux, il restait cinq cents soldats du Clan du Loup pour défendre la forteresse.

On avait souvent dit que la partie défensive d’un siège pouvait se permettre d’affronter une force d’attaque cinq ou dix fois supérieure à la sienne, mais que face à une armée trente fois supérieure à la sienne, elle ne pouvait espérer livrer un combat égal.

C’était d’autant plus vrai que leur ennemi disposait du trébuchet, une arme de siège d’une époque bien plus avancée.

C’était à tous égards une bataille perdue d’avance, sans la moindre chance de victoire pour le Clan du Loup.

Pourtant, les soldats essayaient toujours.

« Attaquez, attaquez, attaquez ! »

« Ne les laissez pas faire un seul pas de plus ! »

« Oh, déesse Angrboða ! Donnez-moi la force ! »

« Nous allons vous montrer à quel point les soldats du Clan du Loup sont forts ! »

Malgré la situation, les soldats du Clan du Loup qui protégeaient la forteresse étaient au sommet de leur moral.

C’était normal, car ils étaient les soldats qui étaient restés en arrière dans ce lieu de mort certaine de leur propre chef.

Ils étaient les héros qui s’étaient portés volontaires pour ce corps suicidaire, qui étaient prêts à payer de leur vie le fait de protéger le corps principal de l’armée du Clan du Loup dans sa retraite.

Ils n’allaient pas devenir lâches maintenant parce que la défaite était la seule issue possible, car c’était quelque chose qu’ils avaient compris dès le début.

En fait, ils étaient enhardis par la volonté de se battre afin de gagner ne serait-ce qu’un peu plus de temps pour que leurs camarades puissent s’échapper. Un désavantage numérique n’avait pas de sens, et avec abandon, ils avaient attaqué les ennemis qui étaient entrés dans la forteresse, l’un après l’autre.

« Heh heh, cela me rappelle le siège d’Iárnviðr il y a deux ans. » Olof sourit en regardant avec nostalgie ses hommes en bas, se battant au mieux et de manière désespérée.

Lors de cette bataille, les choses étaient tout aussi désespérées que maintenant. Naturellement, Olof lui-même avait pris part à cette bataille.

Alors que tout le monde semblait prêt à abandonner, Yuuto seul avait refusé d’abandonner tout espoir, et avait utilisé le « miracle » créé par l’éclipse solaire, ainsi que l’utilisation du trébuchet, pour remporter une incroyable victoire.

Repenser à cette victoire donnait des frissons à Olof, même maintenant. Depuis cette victoire, le Clan du Loup avait commencé à se développer et à prospérer.

« Si Père était là, il aurait sans doute réussi à renverser la situation, même si elle est sinistre, » s’était murmuré Olof.

En ce moment, ses soldats écrasaient l’ennemi par leur férocité, mais leur force, née de la conviction et de la volonté de mourir, avait encore une limite. Elle ne durera pas longtemps.

Il pouvait déjà voir que tôt ou tard, ils ne seraient plus en mesure de retenir l’élan de l’ennemi.

Un simple homme comme lui n’avait rien à voir avec le Gleipsieg Yuuto, « l’enfant de la victoire » qui leur avait été envoyé par les dieux, il ne pouvait pas produire de miracles comme Yuuto.

« Mais même moi, j’ai ma fierté et mon honneur, » dit-il à voix haute. « Je ne peux pas mourir tout de suite, pas quand j’ai encore la honte de ma défaite précédente. Prenez garde, Clan de la Panthère. Ne pensez pas que vous allez nous vaincre facilement parce que nous sommes une petite force. Nous nous battrons, nous lutterons, et nous vous frapperons jusqu’à la fin. »

 

« Imbéciles, pourquoi mettez-vous tant de temps !? Les troupes de l’ennemi ne comprennent que de quelques centaines d’hommes ! » Au sein de la formation principale du Clan de la Panthère, Hveðrungr éleva la voix en signe d’irritation, car la forteresse n’était toujours pas tombée entre ses mains.

À ce rythme, il allait perdre sa chance de rattraper le gros des forces du Clan du Loup.

Pour que cette victoire soit réelle et parfaite, et pour que sa future conquête du Clan du Loup se déroule sans encombre, il devait être capable de les frapper aussi fort qu’il le pouvait maintenant, pendant qu’il en avait l’occasion.

« J’aurais peut-être dû laisser la capture de la forteresse au seul Clan de la Foudre, et me lancer immédiatement à la poursuite du Clan du Loup, » avait-il marmonné.

Hveðrungr avait supposé qu’il prendrait une petite forteresse comme celle-ci rapidement et facilement, mais il avait mal calculé.

À ce stade, la victoire sur le champ de bataille des clans alliés de la Panthère et de la Foudre était déjà acquise, et il était donc passé à des tactiques standard et fiables, mais cela s’était retourné contre lui.

Malgré tout, se plaindre de cela à ce stade ne changerait rien, et n’avait aucun sens.

« Tch, si mon “frère” roux avait chargé, ça se serait terminé en un éclair. » Hveðrungr avait craché ces mots avec haine.

Le patriarche du Clan de la Foudre, Steinþórr, avait apparemment décidé de simplement regarder comment les choses se passaient, et avait laissé le commandement de son armée à son bras droit, son assistant second commandant Þjálfi.

L’homme était vraiment inconstant, de part en part.

S’il avait été le jeune frère ou l’enfant subordonné de cet homme, il aurait pu lui ordonner d’aller au front comme il l’entendait, mais le serment du Calice qu’ils avaient prêté l’un à l’autre était égal, cinquante-cinquante. Il ne pouvait pas donner d’ordres directs à un autre patriarche dont l’autorité était ostensiblement égale à la sienne.

C’était d’autant plus vrai que les troupes du Clan de la Foudre participaient effectivement à l’attaque de la forteresse.

Par conséquent, il n’avait pas d’atout à jouer ici, et s’était retrouvé dans cette situation d’échec à capturer complètement l’objectif.

Cependant, il n’était pas prêt à abandonner l’attaque juste à cause de ça.

« Ingénieurs, je veux que vous jetiez encore plus de pierres sur eux, et que vous élargissiez les espaces par lesquels nous pouvons nous introduire, » ordonna Hveðrungr. « Nous allons empiler les attaques les unes sur les autres. Sachez qu’aucune récompense ne vous attend si vous prenez plus de temps ! »

Sous l’impulsion de Hveðrungr, les combattants du Clan de la Panthère avaient forcé l’entrée du Fort de Gashina avec un élan encore plus grand et désespéré.

Malgré tout, les combattants du Clan du Loup dans la forteresse avaient tenu bon.

Ils avaient continué à s’accrocher.

Le siège avait été lancé sur la forteresse en même temps que le lever du soleil ce matin-là, et même si ce soleil commençait à teinter de rouge le ciel de l’ouest, ils continuaient à résister.

Si l’on tient compte d’une force ennemie trente fois plus importante, ainsi que d’armes de siège avancées, il est clair qu’il s’agissait d’une démonstration étonnante de ténacité.

Et pourtant, même avec cela, le Clan de la Panthère avait fini par prendre le contrôle de toutes les sections de la forteresse, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’à prendre les chambres du commandant et la tête du commandant barricadée à l’intérieur.

Hveðrungr et certains de ses hommes avaient éliminé les soldats du Clan du Loup qui gardaient l’entrée, et ils avaient fait irruption dans la pièce.

« Kyeaaaagh !! »

À cet instant, avec un cri perçant, un homme aux cheveux longs bondit sur eux et balança son épée dans une puissante frappe vers le bas depuis une position haute, tranchant l’un des hommes du Clan de la Panthère.

L’homme avait fait tournoyer son épée dans une tempête d’attaques audacieuses et puissantes, frappant l’escouade de combattants du Clan de la Panthère.

Le corps de l’homme était déjà criblé de blessures.

Du sang s’échappait de sous les bandages enroulés autour de sa tête et de son abdomen. Il y avait d’innombrables coupures et fissures sur toute son armure, témoignant de l’acharnement avec lequel il s’était battu jusqu’à présent.

Son visage était pâle, et il semblait être sur le point de rendre son dernier souffle, mais ses yeux n’étaient pas encore morts. Même dans cette situation, il était enflammé par l’esprit de la bataille.

Surpassés par l’intensité de l’esprit de l’homme, un autre, puis un autre combattant du Clan de la Panthère étaient tombés entre ses mains.

Il y avait de quoi se demander comment un homme aussi blessé pouvait encore être plein d’une telle force.

Cependant, au final, il n’était qu’un seul homme face à un grand nombre.

Alors qu’il abattait un autre soldat du Clan de la Panthère, un deuxième bondissait sur lui et l’attrapait. Un autre avait sauté sur lui après cela, et ils l’avaient forcé à se mettre au sol.

« Tu m’as fait perdre beaucoup de temps, n’est-ce pas ? » Hveðrungr baissa les yeux sur l’homme — sur Olof — et lui cracha ces mots d’un air moqueur.

Grâce à cet homme, le segment principal de l’armée du Clan du Loup s’était complètement échappé. Même s’il les poursuivait maintenant, il ne les rattraperait jamais. C’était incroyablement irritant.

« C’est tout de même un exploit impressionnant que d’avoir tenu aussi longtemps face à un tel nombre, avec seulement quelques centaines de personnes sous tes ordres, » dit Hveðrungr. « Ennemi que tu es, je vais louer ton magnifique travail. Alors, qu’en penses-tu ? Veux-tu te joindre à moi, et combattre sous ma bannière ? »

« Cette voix… tu es Loptr, n’est-ce pas ? » dit lentement Olof. « Cela expliquerait pourquoi le Clan de la Panthère avait quelque chose comme un trébuchet. »

Levant les yeux au ciel comme si l’homme était son pire ennemi — ce qui, comme par hasard, était vrai dans ce cas — Olof foudroya Hveðrungr avec de l’animosité dans ses yeux.

« Qui peut vraiment le dire ? » Hveðrungr eut un sourire tordu. « J’ai oublié depuis longtemps les noms que je portais auparavant. »

Il était conscient qu’en ce moment même, ses subordonnés voyaient et entendaient cela. Il ne pouvait pas vraiment admettre être un tueur de famille, auteur du plus grand crime d’Yggdrasil.

Cependant, il connaissait Olof depuis longtemps, et l’homme semblait être sûr de la véritable identité derrière le masque de Hveðrungr.

« Je savais que tu n’étais pas le genre d’homme à mourir dans un fossé quelque part, mais quand je pense que tu es devenu le patriarche du Clan de la Panthère, » cracha Olof.

« Heh heh heh, je n’ai pas l’intention de parler du passé lointain. Je vais demander à nouveau. Olof… es-tu prêt à me prêter le serment du Calice ? »

Olof l’avait regardé fixement. « Quoi ? »

« J’ai une haute opinion de toi depuis longtemps. Je pense que je pourrais même confier le poste d’adjoint au commandant en second à quelqu’un de ta trempe. Alors ? » Hveðrungr s’était accroupi et avait regardé son visage.

Le Clan de la Panthère était un groupe de nomades qui gagnait sa vie en migrant à travers le pays. Peut-être à cause de cela, ils n’étaient pas très au fait de l’art de gouverner les villes.

Pour le Clan de la Panthère, qui avait rapidement étendu son territoire en prenant le contrôle de terres agricoles, un administrateur talentueux comme Olof était une personne qu’ils mouraient d’envie de recruter.

Cependant, en réponse à l’offre de Hveðrungr…

… Olof lui avait craché dessus.

Hveðrungr serra les dents si fort qu’elles firent un bruit, mais ne renonça pas immédiatement à son invitation.

***

Partie 5

« Tu devrais vraiment y réfléchir. Si tu refuses, tout ce qui t’attend est la mort. »

« Je suis d’accord, » avait dit Olof. « Si tu veux me tuer, alors fais-le. Je n’ai qu’un seul père juré, le plus grand héros du pays, Suoh-Yuuto ! J’ai reçu le serment du Calice directement de lui, et il n’y a pas de plus grand honneur, alors pourquoi aurais-je une raison de jurer sur le Calice d’une petite vie infâme comme toi ? Garde tes divagations idiotes pour quand tu marmonnes dans ton sommeil. »

« Hmph ! Je suis impressionné que tu puisses aboyer si fort à la fin ! » Hveðrungr dégaina l’épée à sa taille et d’un seul coup, trancha la tête d’Olof.

Il n’avait pas tué l’homme parce qu’il le voulait. On lui avait craché dessus sous les yeux de ses subordonnés, et on s’était moqué de lui de cette façon par la suite. S’il n’avait pas exécuté Olof, il aurait perdu la face en tant que patriarche, et donc il n’avait pas eu d’autre choix.

Hveðrungr regarda la tête coupée qui roulait sur le sol et lui adressa une remarque d’adieu.

« Regarde, alors, depuis le Valhalla. Regarde comme je brûle Iárnviðr jusqu’au sol ! »

 

« Ah ! » Reprenant connaissance, Sigrun s’était redressée et avait vérifié son environnement.

Elle semblait avoir dormi sur un chariot tiré par des chevaux.

Des soldats marchaient en rang de tous les côtés, s’étendant devant et derrière elle. Leurs visages étaient tous assombris par une incroyable fatigue, et ils marchaient avec la tête baissée.

En regardant plus loin, elle vit une large étendue de plaines, et plus loin encore, le contour brumeux d’une chaîne de montagnes.

« Où se trouve ce… ? » avait-elle murmuré.

Une voix familière était parvenue à ses oreilles. « Oh, mon Dieu. Alors tu es enfin réveillée. »

Sigrun se retourna pour trouver Félicia assise dans le chariot, recouverte d’une couverture, appuyée contre le côté du chariot. Elle tenait une liasse de papiers dans ses mains et semblait écrire.

Félicia avait mis les papiers de côté, et avait continué. « Tu es restée endormie pendant une journée entière, immobile comme un mort. Tu as dû accumuler une grande fatigue à cause de tous tes combats. Tu ne devrais vraiment pas te pousser à bout, tu sais ? »

« Un jour entier !? Alors qu’en est-il du Clan de la Panthère !? Qu’a fait le Grand Frère Olof !? »

« Le Seigneur Olof a pris la responsabilité de notre défaite, et a choisi de rester en arrière avec un petit nombre de combattants au Fort de Gashina comme arrière-garde pour que nous puissions nous échapper. » Félicia avait fait une pause, et avait dirigé son regard dans une direction particulière.

Lorsque Sigrun avait fait de même, elle avait vu, à un endroit parmi les couleurs du ciel du soir, un nombre incroyable d’oiseaux qui grouillaient.

C’était difficile à dire à cette distance, mais il s’agissait probablement de corbeaux. Ce sont des oiseaux qui étaient attirés par la puanteur du sang sur le champ de bataille, et qui se nourrissaient des corps des morts.

« Il y a encore quelques instants, j’entendais les bruits des pierres du trébuchet s’écrasant sur les murs de la forteresse, et les cris de guerre des soldats, mais tout cela s’est tu. Il semble que la bataille soit terminée. Je suppose qu’à présent… »

« … ! » Sigrun ne déclara rien, mais il y eut un bruit sourd ! alors qu’elle frappait son poing gauche contre la charrette.

C’était une expression directe de la profondeur de sa colère, l’impact avait été suffisant pour faire vaciller le chariot pendant un moment.

Elle n’avait pas été particulièrement proche d’Olof. Malgré tout, il était son frère juré, avec leur loyauté promise au même parent. Cela signifiait qu’il était de la famille.

Sigrun était parfois appelée la « fleur de glace », mais elle n’était pas froide au point de ne rien ressentir de la mort de cet homme.

« Le Seigneur Olof m’a confié un message à te transmettre, » dit Félicia.

« … Qu’est-ce que c’est ? »

« Il a seulement dit : “Je te laisse le reste maintenant”. »

« … Je vois. » Sigrun n’avait rien dit de plus et avait dégainé son épée.

Elle avait levé sa poignée au même niveau que ses yeux, la lame pointant vers les cieux.

Un guerrier n’avait pas besoin de mots.

Elle n’avait qu’à offrir son respect silencieux au grand homme qui reposait devant elle, et prier silencieusement pour sa paix dans l’au-delà.

Ainsi, le rideau s’était levé sur cette série de batailles entre le Clan du Loup et les clans alliés de la Panthère et de la Foudre, connue par la suite sous le nom de bataille de Gashina, qui s’était terminée par la terrible défaite du Clan du Loup.

 

La nouvelle de la défaite militaire massive du Clan du Loup avait provoqué une onde de choc dans les clans subsidiaires qui étaient sous sa protection.

Dans la capitale du Clan de la Corne, Fólkvangr :

« Est-ce vraiment la vérité !? » Linéa répliqua au messager qui lui avait apporté le rapport, incapable d’y croire.

Son apparence était celle d’une charmante jeune fille, mais elle était le fier patriarche du Clan de la Corne, qui détenait la large bande de territoires fertiles dans le bassin fluvial entre les rivières Körmt et Örmt.

« Oui, madame ! » l’informa le messager. « Les troupes du Clan du Loup ont engagé les forces alliées des clans de la Panthère et de la Foudre près du Fort de Gashina, et ils ont été vaincus ! »

« Quand je pense que le Clan de la Panthère s’est également rendu là-bas… » Linéa avait froncé les sourcils avec amertume.

Le Clan de la Corne avait été victime d’attaques de la cavalerie du Clan de la Panthère, et elle ne connaissait que trop bien la menace qu’ils représentaient. Leur mobilité et leur force dans un assaut lors d’une charge étaient écrasantes.

Et quant au Clan de la Foudre, même une attaque combinée de sept Einherjars avait été facilement balayée par la force sauvage de Steinþórr, un souvenir qui était encore frais dans son esprit même maintenant.

Si ces deux clans avaient combiné leurs forces, alors même pour Yuuto, qui avait été loué comme un dieu de la guerre incarné, il pourrait ne pas être en mesure de s’occuper des deux ennemis en même temps.

« Alors… est-ce que Grand Frère est en sécurité !? » avait-elle demandé désespérément.

L’inquiétude de Linéa ne venait pas simplement du fait qu’il était son frère juré par le Calice. Pour elle, Yuuto était quelqu’un qui avait sauvé le Clan de la Corne du danger à plusieurs reprises, et envers qui elle avait une grande dette. C’était quelqu’un qu’elle pouvait respecter du plus profond de son cœur pour sa sagesse. Et c’était aussi l’homme dont elle était tombée amoureuse.

Sa sécurité et sa localisation étaient les choses les plus importantes pour Linéa.

« À ce propos… le rapport dit que le Seigneur Yuuto a été tué dans la bataille. »

« Quoi !? » La couleur avait disparu du visage de Linéa. Ses dents avaient commencé à claquer, et elle avait trébuché d’un pas en arrière, puis d’un autre. « C-C’est un mensonge ! G-Grand Frère est venu à nous depuis la terre au-delà des cieux. Il n’y a aucune chance qu’il soit mort ! »

« Cependant, c’est la seule conclusion raisonnable ici. »

« C’est un mensonge, un mensonge, un mensonge, un mensonge ! » Linéa ne pouvait rien faire d’autre que de crier ces mots, les répétants. Son esprit refusait d’accepter cette idée.

« Princesse, reprenez-vous, s’il vous plaît ! Vous êtes le patriarche, vous ne devez pas agir de la sorte ! » Celui qui était intervenu avec colère pour la faire sortir de ce cycle était un homme âgé aux cheveux blancs qui se tenait à ses côtés.

Il s’appelait Rasmus et était un haut fonctionnaire du Clan de la Corne, dont il était auparavant le commandant en second. Il s’était retiré de ce poste après avoir été gravement blessé lors de la dernière guerre du Clan de la Corne contre le Clan de la Foudre, et il servait maintenant de conseiller à Linéa. Pour Linéa, il était un peu comme une figure paternelle.

« M-Mais…, » elle avait bégayé. « Cette affirmation que Grand Frère est mort est juste… »

« Je comprends ce que vous ressentez, mais restez calme ! Vous ne pourrez pas protéger le Clan de la Corne autrement ! »

« Argh… » Un peu de calme était revenu dans les yeux de Linéa après avoir entendu les mots de Rasmus.

Pour elle, protéger le clan qu’elle avait hérité de son père et apporter la prospérité à son peuple était un devoir qui devait être sa priorité. Elle avait maintenant réussi à s’en souvenir à nouveau.

« T-Tu as raison, » elle avait dégluti. « Si… si nous supposons juste que Grand Frère est vraiment décédé, alors… »

« Oui. Je pense qu’il y aura un chaos inévitable qui suivra. Nous devons décider comment surmonter cette crise, et nous devons le faire en toute hâte. »

« … Oui. » Linéa acquiesça en fronçant les sourcils.

En commençant par le Clan de la Corne, les clans qui avaient prêté allégeance au Clan du Loup en tant que subalternes ne restaient fidèles qu’en grande partie grâce à l’influence du héros qui avait transformé un petit clan faible en une grande nation prospère en moins d’une génération, l’homme connu sous le nom de Suoh-Yuuto.

L’homme actuellement considéré comme le successeur probable de Yuuto, le commandant en second du Clan du Loup, Jörgen, était un homme talentueux et nullement indigne de l’autorité, mais c’était une autre histoire lorsqu’il s’agissait de rallier divers autres patriarches de clans sous sa direction. On ne pouvait s’empêcher de douter qu’il en soit capable.

« Princesse, cela pourrait être une opportunité pour le Clan de la Corne, » dit Rasmus.

« Quoi ? »

« Je sais que notre Clan de la Corne est actuellement dans la position de clan fils du Clan du Loup, mais en tant que nation, nous ne sommes pas moins puissants qu’eux. Et notre serment du Calice avec Jörgen était sur un pied d’égalité, à parts égales. Nous n’avons plus d’obligation de nous tenir en dessous d’eux. Nous pourrions utiliser cette opportunité pour reprendre le rôle de leader dans notre alliance, et nous pourrions même prendre le contrôle du Clan du Loup en lui-même… »

« Rembourseras-tu notre dette envers eux par la trahison !? Crois-tu que je pourrais faire quelque chose d’aussi déloyal !? » Linéa avait crié sur Rasmus avec une colère furieuse et brûlante, mais Rasmus avait gardé une expression sérieuse et avait continué.

« Princesse, on ne peut pas gouverner une nation sur des platitudes. Je ne suggère pas que nous détruisions le Clan du Loup, ou quoi que ce soit de ce genre. Les forts dirigent, et les faibles servent les forts. C’est l’ordre naturel des choses. Ce qui se passera ensuite déterminera l’avenir du Clan de la Corne. S’il vous plaît, réfléchissez longuement et soigneusement à tout cela. »

« … » Linéa n’avait rien pu dire en réponse.

 

À peu près au même moment où Linéa recevait son rapport, le patriarche du Clan de la Griffe Botvid recevait un rapport d’un messager envoyé par sa propre fille, Kristina.

Après avoir déduit les principaux détails de la situation, il était plongé dans ses pensées. « Hm, donc Grand Frère Yuuto est retourné dans son royaume au-delà des cieux… »

Même pour un homme comme lui, qui avait la réputation d’être un grand comploteur et magouilleur, cet événement était complètement en dehors de ses prévisions.

Franchement, il ne pensait pas que le Clan du Loup ait une chance de résister à la puissance combinée des clans de la Panthère et de la Foudre sans Yuuto. Il devait respecter son serment du Calice si possible, mais il n’était pas non plus d’humeur à sombrer avec un navire en perdition.

Il devrait donc prendre en considération la possibilité de changer d’allégeance au Clan de la Panthère ou au Clan de la Foudre à l’avenir.

Après tout, la seule façon pour une nation aussi petite et faible que le Clan de la Griffe de survivre dans ce monde chaotique et déchiré par la guerre était d’être astucieux.

« Maintenant, alors… comment devrais-je jouer celui-ci, je me demande ? » En faisant rouler le message, Botvid avait tapoté son bureau du doigt, et il s’était mis à réfléchir.

Sous la surface, l’absence de Yuuto avait déjà commencé à ébranler les fondations qui soutenaient le Clan du Loup.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire