Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

***

Chapitre 5 : Acte 5

Partie 1

« Écoute, comme je le disais ! » Yuuto avait crié. « Jörgen, tu deviens le patriarche. Tu as la dignité pour cette position, et tu ferais un bien meilleur travail que moi. »

« Père, tu es le seul à pouvoir dire ça !!! »

Sans perdre un instant, un cri de colère était revenu par le téléphone, assez fort pour faire mal à la tête de Yuuto. Il avait fait la grimace.

C’était le troisième jour depuis qu’il avait repris contact avec Yggdrasil. En ce moment, il parlait avec Jörgen, le commandant en second du Clan du Loup.

Le système clanique d’Yggdrasil était tel qu’un clan gouvernait sur une zone de territoire, et était basé sur une famille pour sa structure, avec le patriarche à son sommet. Le commandant en second était l’« aîné » des enfants subordonnés du patriarche, et dans le cas où quelque chose arrivait à son père juré, il avait le devoir de succéder comme prochain patriarche du clan.

Pour Yuuto, c’était l’occasion rêvée de céder le poste à Jörgen, et cela faisait maintenant plus d’un jour qu’il faisait cette suggestion, mais il recevait toujours la même opposition intense.

« N-Non, écoute, ça ne peut pas être que toi, » dit Yuuto. Il essaya d’argumenter avec la première pensée raisonnable qui lui vint à l’esprit. « Tous les anciens du clan, n’ont-ils pas demandé que tu me succèdes ? »

« Non ! L’oncle Bruno, l’oncle Hokan et l’oncle Helge souhaitent tous que tu nous reviennes, Père ! » Jörgen avait répliqué.

« Ces types… ne se sont-ils pas tous opposés à ce que je devienne patriarche et n’ont-ils pas refusé de prêter le serment du Calice avec moi ? »

« Pourquoi parles-tu de quelque chose d’il y a si longtemps !? Comme je te l’ai dit clairement à plusieurs reprises maintenant, Père, tout le monde souhaite que tu reviennes parmi nous, des aînés aux officiers supérieurs du clan. Tout le monde est arrivé à la même conclusion ! »

« Tout le monde me met sur un piédestal, » dit Yuuto. « Tout va bien se passer. Jörgen, tu feras certainement un bien meilleur travail en tant que patriarche que quelqu’un comme moi ne le pourrait jamais. »

Pour Yuuto, l’idée même qu’un jeune morveux comme lui puisse régner sur une nation en tant que souverain était tout simplement absurde.

Pendant qu’il vivait à Yggdrasil, il avait vu qu’il y avait déjà des personnes avec plus d’expérience pratique, comme Jörgen ou Skáviðr, et avait noté qu’ils seraient beaucoup plus appropriés pour le poste.

Il avait essayé de faire passer ce message avec désinvolture, mais…

« Père… le fait que tu ne te laisses pas aller à la vanité, et que tu gardes toujours un cœur humble est quelque chose de merveilleux chez toi, qui attires les gens vers toi, » déclara Jörgen. « Mais… »

« Hm ? »

« Dans chaque situation, tu sous-estimes toujours ta propre valeur ! »

Le cri qui sortait du téléphone cette fois-ci était beaucoup plus fort qu’avant, et Yuuto avait détourné sa tête du récepteur par réflexe.

« Wôw ! »

Yuuto avait failli se laisser aller à répondre par une plainte, mais il entendait une respiration lourde à l’autre bout, comme le déchaînement d’un taureau enragé, et il avait décidé de se retenir.

Jörgen prit une profonde inspiration, et laissa échapper un long soupir. « Quelqu’un avec mes simples talents ne serait certainement pas capable de faire en sorte que les clans subsidiaires maintiennent leur obéissance. Le cœur de Tante Linéa est loyal et noble, et elle pourrait donc se battre à nos côtés, mais quant au Botvid du Clan de la Griffe, et aux Clans du Blé, du Chien de montagne et du Frêne… ils se sépareront certainement. »

« … Se sépareront ? » répéta Yuuto. « Mais nous leur avons tous fait échanger le serment du Calice avec toi afin d’éviter cela. »

« Oui, et c’est pourquoi ils ne s’opposeront pas ou ne nous attaqueront pas à la surface. Cependant, ils n’agiront sûrement pas non plus comme nous le souhaitons. Dans cette situation, nous ne pouvons pas espérer combattre les Clans de la Panthère et de la Foudre. »

« Hmm… » Yuuto s’était gratté l’arrière de la tête.

L’alliance du Clan de la Foudre et du Clan de la Panthère…

C’était la racine du problème, le cœur de son dilemme.

D’après l’évaluation de Yuuto, Jörgen avait toujours pris les choses en main à Iárnviðr lorsque Yuuto était absent, et il était donc tout à fait digne de devenir patriarche. C’était exactement la raison pour laquelle Yuuto l’avait choisi comme commandant en second.

Cependant, s’ils devaient affronter le Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre, deux ennemis puissants en même temps, il était certainement vrai qu’il ne savait pas comment les choses allaient se passer.

Il ne s’agissait pas de la valeur de Jörgen en tant que patriarche, mais plutôt du fait que les patriarches des clans ennemis possédaient des capacités ridicules.

Steinþórr avait sa force de combat brute écrasante, et l’œil de Hveðrungr pour la stratégie était une menace terrible.

En vérité, la nouvelle de la défaite de la tactique défensive du mur de wagons lui avait glacé le sang. Il n’aurait jamais pensé qu’une stratégie militaire de plus de trois mille ans d’avance sur cette époque serait si facilement conquise.

La tactique utilisée par son ennemi s’apparentait au fameux « Cheval de Troie », et ce mouvement particulier ne pouvait donc pas fonctionner à l’infini sans être vu, mais il était fort possible que l’homme ait imaginé plusieurs autres techniques pour vaincre le mur de wagons.

Pour contrer le Clan de la Panthère, le mur de wagons ne serait pas suffisant, semble-t-il.

Yuuto s’était souvenu d’une chose sur laquelle il avait hésité, et qu’il s’était finalement abstenu d’utiliser, en raison des terribles répercussions qui pouvaient survenir par la suite.

Dois-je leur demander d’utiliser ça ? Non, mais ça serait…

Il avait secoué la tête pour s’éclaircir les idées.

« Père ! … Père ! » cria Jörgen.

« O-Oui. Désolé, je suis là. J’étais juste en train de penser. »

« Ohh, alors tu envisages donc de revenir parmi nous  ! »

« Ah, hum, non. »

« Je t’en prie ! Père, je sais que tu as toujours souhaité retourner dans ton royaume au-delà des cieux. Alors, je ne te demanderais pas de rester ici avec nous dans le Clan du Loup pour toujours. Juste trois ans de plus ! S’il te plaît, donne-nous trois ans de plus ! »

« Même si tu dis ça… » Yuuto avait froncé les sourcils et avait soupiré.

Le Clan du Loup était devenu une sorte de seconde maison pour Yuuto, et grâce au Serment du Calice, le clan était devenu comme sa famille. Et donc, bien sûr, Yuuto voulait trouver un moyen de faire tout ce qu’il pouvait.

Cependant, à l’heure actuelle, sa seule méthode pour retourner dans ce monde était la magie de Sigyn, du Clan de la Panthère.

Jörgen pourrait demander seulement trois ans, mais même si Yuuto était capable de retourner à Yggdrasil d’une manière ou d’une autre, il n’y avait aucune garantie qu’il serait capable de retourner chez lui.

Beeep-beep ! Beeep-beep !

« Ahh, on dirait que nous n’avons plus le temps, » dit rapidement Jörgen. « En tout cas ! Tante Félicia retournera en ville demain. S’il te plaît, s’il te plaît, reviens-nous… »

La voix de Jörgen avait été coupée.

Clic. Bip, bip, bip.

Une fois l’appel terminé, il n’y avait plus que le bip mécanique dans les oreilles de Yuuto.

Quand il était à Yggdrasil, Yuuto avait fini par détester ces sons sans cœur qui accompagnaient la fin de ses appels. Mais aujourd’hui, il avait l’impression qu’ils étaient venus à son secours.

Mitsuki l’avait regardé poursuivre sa discussion avec de l’inquiétude dans les yeux. « Bon travail pour traverser ça, Yuu-kun. On dirait que c’était vraiment dur pour toi… vas-tu bien ? »

Sa question ne lui était pas parvenue par le biais d’un récepteur de téléphone, la voix de son amie d’enfance était forte et claire, juste ici à côté de lui.

Yuuto avait regardé son visage avec attention.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est ? » Mitsuki avait légèrement incliné la tête.

Il ne regardait pas une photo d’elle, en ce moment même il pouvait voir sa forme, ses mouvements vivants, de ses deux yeux.

De telles choses pourraient faire partie intégrante de sa vie ici, mais retourner à Yggdrasil reviendrait à les jeter.

Cela signifierait laisser derrière lui cette fille qui l’avait déjà fidèlement attendu pendant trois ans.

Il ne pouvait pas se résoudre à faire ça.

Cependant, il ne voulait pas non plus abandonner le Clan du Loup.

Il ne savait pas ce qu’il devait faire.

Il avait beau y penser, il ne savait pas quoi faire.

 

Dans le salon, Miyo, la mère de Mitsuki, sirotait son thé, puis elle laissa échapper un long soupir. « Haaahhh… après avoir entendu quelque chose comme ça, on commence à penser que son histoire d’aller dans un autre monde n’est pas entièrement un mensonge, n’est-ce pas ? »

Elle ne l’avait peut-être pas mis au monde elle-même, mais Yuuto était comme une famille pour elle, l’enfant précieux laissé par sa défunte meilleure amie. Cela lui faisait vraiment mal au cœur qu’il ait été un fugueur pendant trois ans.

De plus, il s’agissait du même garçon auquel sa fille bien-aimée était attachée et qu’elle convoitait depuis l’école primaire.

Miyo était curieuse de certaines choses, et elle l’avait invité à dîner ce soir dans l’intention de le cuisiner pour plus de détails, mais la situation avait pris une tournure intéressante.

La télévision étant éteinte dans le salon, les conversations dans le couloir voisin traversaient le mur. Un peu d’écoute dans cette situation n’était que la nature humaine.

« Hmph, ne sois pas ridicule. Ne me dis pas que tu crois cette idiote immonde. » Son mari, Shigeru, avait pratiquement craché ces mots d’irritation, les ponctuant d’un craquement de métal alors qu’il écrasait la canette de bière vide dans sa main.

Il semblait ne pas pouvoir supporter l’idée que ce garçon soit si proche de son adorable fille.

Miyo lui avait expliqué qu’elle connaissait Yuuto depuis qu’il était petit, et qu’il était un bon garçon, mais Shigeru n’avait pas envie d’écouter.

« Mais ce n’était clairement pas du japonais qu’il parlait, » dit Miyo. « Et ce n’était pas non plus de l’anglais. »

« Hmph, ça veut juste dire que c’était une langue étrangère moins utilisée. »

« Même dans ce cas, cela signifie qu’il maîtrise parfaitement l’usage d’une telle langue, donc c’est assez impressionnant. »

« Ggh… » Shigeru serra les dents et grogna de frustration.

Même lui avait été capable de dire qu’il s’agissait d’une vraie langue étrangère, et pas seulement de quelques mots à consonance étrangère comme ceux que les enfants de l’école primaire inventaient pendant leurs jeux de rôles.

« Et au fait, à propos de ce bandeau en métal ? » dit Miyo. « Aujourd’hui, je l’ai apporté à la boutique d’articles de marque dans un grand magasin, et je l’ai fait examiner. Ils ont dit qu’il était vraiment en or pur. »

« Est-ce la vérité ? »

« Qu’est-ce que j’obtiendrais en te mentant à ce sujet ? »

« Argh… »

« Ne serait-il pas temps que tu l’admettes ? » dit Miyo. « Au moins, ta fille sait reconnaître un homme bon quand elle en voit un. »

Son mari détourna le visage et tendit sa canette vers elle. « Hmph ! Apporte-m’en un autre ! »

« Bien, bien. Juste cette fois-ci, mon cher. »

Miyo avait haussé les épaules comme pour dire : « Qu’est-ce que je vais faire de toi ? » et s’était dirigée vers le réfrigérateur pour prendre le deuxième verre de la soirée de son mari.

***

Partie 2

Alors que Yuuto s’apprêtait à sortir par la porte d’entrée, il s’était retourné et s’était incliné poliment. « Merci pour le dîner. C’était délicieux. »

« Oh, tu es trop gentil. S’il te plaît, reviens manger avec nous. Nous serions ravis de t’avoir, » répondit Miyo en affichant un large sourire.

Ce n’était pas le genre de sourire social qui accompagnait la flatterie polie. Yuuto pouvait dire que ça venait du cœur.

« Oui, madame. Merci beaucoup. » Yuuto inclina à nouveau la tête en retenant le sentiment de gratitude renouvelé dans son cœur.

« Yuu-kun, à bientôt, » déclara Mitsuki.

« Oui, à plus tard. » Yuuto avait répondu au signe d’adieu de Mitsuki, et était sorti de la maison Shimoya.

Dehors, il faisait nuit noire, le chemin du retour n’était éclairé que par les taches de lumière des lampadaires le long de la route.

Il n’y avait pas une seule âme autour, peut-être comme il se doit pour une telle ville de campagne.

Yuuto avait été empli par un étrange sentiment de solitude. Peut-être que cela montrait simplement combien il s’était senti chaleureux et heureux chez Mitsuki.

« Vu la position dans laquelle je me trouve en ce moment, c’est un peu trop bien pour quelqu’un comme moi. » Yuuto avait levé les yeux vers le ciel sans étoiles et couvert de nuages et avait soupiré.

Actuellement, Yuuto n’avait pas terminé le collège, il n’allait pas au lycée et il ne travaillait pas non plus.

Et la famille de Mitsuki avait accepté quelqu’un comme lui, si ce n’était pas encore le petit ami officiel de Mitsuki, au moins comme son ami masculin. Yuuto ne pensait pas être capable d’exprimer pleinement sa gratitude pour cela.

Le repas avait aussi été incroyablement délicieux. Lorsqu’il avait pris ses premières bouchées de riz fraîchement cuit à la vapeur et ses premières gorgées de soupe miso chaude, il en avait eu les larmes aux yeux.

S’il poursuivait sa vie ici, dans le monde moderne, ces jours ordinaires, paisibles et heureux continueraient sûrement.

Bien sûr, Yuuto avait déjà appris que la vie n’était pas qu’un lit de roses.

Il avait fini par être confronté à des obstacles et à des difficultés du fait qu’il n’avait pas reçu une éducation normale.

Mais, au moins, il n’aurait pas à tuer ou à être tué pour ça. Il n’aurait pas à souiller ses mains ou son cœur avec le sang des autres. C’était le genre de monde dans lequel il souhaitait retourner, depuis si longtemps.

Mais… dans le fond de son esprit, une voix lui avait murmuré :

Vas-tu abandonner ta famille pour ton bonheur personnel ?

N’est-ce pas exactement la même chose que ton père, l’homme que tu méprises le plus ?

C’était la source des sentiments de culpabilité qui continuaient à tourmenter Yuuto dans le monde moderne, remontant à la surface chaque fois qu’il se permettait de profiter de la paix qui régnait ici.

Il essayait de rester positif, se disant que même sans lui dans l’autre monde, les choses s’arrangeraient d’une manière ou d’une autre, mais il ne pouvait plus détourner les yeux comme ça.

« Merde ! » Un bruit sourd s’était fait entendre lorsque Yuuto frappa du poing un poteau téléphonique.

Ça fait mal, naturellement. Ça avait fait très mal.

Malgré tout, il frappa du poing une deuxième, une troisième fois, incapable de faire quoi que ce soit contre les horribles sentiments qui tourbillonnaient dans sa poitrine, si ce n’est de s’en prendre à la chose la plus proche.

 

C’était la nuit suivante.

Dès que l’appel avait abouti, une voix familière aux oreilles de Yuuto s’était fait entendre dans le récepteur. « Grand frère ! »

Il n’y avait pas besoin de se demander qui cela pouvait être, il y avait peu de filles qui appelaient Yuuto « Grand Frère », et seulement une avec la voix douce et gentille de Félicia.

Il avait senti son cœur se gonfler de joie.

Il savait déjà qu’elle était en sécurité. Cependant, il y avait une grande différence entre recevoir cette information et le sentiment d’entendre sa voix par lui-même.

« Dieu merci, » dit-il avec soulagement. « Alors tu es vraiment sortie saine et sauve ! »

« Oui ! De même, Grand Frère, c’est si merveilleux que tu ailles bien ! J’avais la conviction que tu étais retourné sain et sauf dans ton pays au-delà des cieux, mais entendre ta voix comme ça me soulage vraiment. » À l’autre bout du fil, Félicia avait poussé un soupir de soulagement.

Certes, si l’on se plaçait du point de vue de Félicia, Yuuto avait soudainement disparu sous ses yeux. Même si elle avait eu confiance en sa sécurité, elle avait sûrement dû être anxieuse.

« Eh bien, je suis en pleine forme, » lui avait assuré Yuuto. « Et vous, les gars ? J’ai entendu dire que Run a été blessée. »

« Ah, alors je vais laisser Run te parler. Elle a dit, “Dépêche-toi de me le donner !” et a fait des histoires tout ce temps. Voilà. »

« P-Père ! »

« Ah, salut, Run, » dit Yuuto. « Est-ce que ta blessure à la main va bien ? »

« Oui, mon Père. Ce n’est rien de grave. Plus important encore, je dois m’excuser. Non seulement j’ai perdu le Fort de Gashina aux mains de l’ennemi, mais nous avons perdu beaucoup de nos soldats et de nos officiers…, » la voix de Sigrun était étouffée par une amère frustration. Le Mánagarmr avait sûrement ressenti un grave sentiment de responsabilité pour la défaite.

« Ce n’est pas quelque chose que tu dois ruminer, » la réconforta Yuuto. « Tout cela est arrivé parce que j’ai soudainement disparu. Tu as bien fait de tenir le coup aussi longtemps dans cette situation. »

« Non, je ne l’ai pas fait. C’est le grand frère Olof qui mérite tes louanges. S’il n’était pas resté à Gashina et n’avait pas retenu l’ennemi, alors… Je pense que Félicia et moi ne serions pas ici à te parler en ce moment. »

« … Je vois. » Yuuto n’avait dit que ça, puis avait fait une pause, les lèvres serrées l’une contre l’autre.

Il avait appris pour Olof dans un rapport précédent, il n’y avait presque aucune chance que l’homme ait survécu.

« Alors le fait que je puisse vous parler à toutes les deux maintenant, c’est grâce à lui, » dit Yuuto d’une voix calme. « Nous lui devons vraiment nos remerciements. »

« Oui… » Sigrun avait accepté doucement.

La mort d’Olof avait été un énorme choc pour Yuuto.

C’était l’homme en qui il avait suffisamment confiance pour le charger de gouverner ce qui était devenu le grenier du Clan du Loup, la ville et la province de Gimlé. Yuuto lui-même s’était souvent appuyé personnellement sur Olof dans diverses affaires.

Et, lorsqu’il était devenu patriarche, alors que beaucoup le considéraient comme un jeune arriviste arrogant et que les anciens du clan complotaient en coulisse pour le renverser, Olof était devenu son enfant subordonné et l’avait servi fidèlement.

L’homme n’avait pas accompli de prouesses militaires tape-à-l’œil sur le champ de bataille comme Sigrun ou Skáviðr, mais il s’appliquait à toutes les missions qui lui étaient confiées, fournissant des résultats constants et solides. Il était un héros méconnu, et les tâches longues et difficiles avaient toujours été bien gardées entre ses mains.

Yuuto avait eu moins d’occasions de le rencontrer et de lui parler ces derniers jours, en partie à cause de son poste éloigné de la capitale. Pourtant, dans le cœur de Yuuto, il était resté un membre fiable et digne de confiance de sa famille, quelqu’un que Yuuto chérissait et qui le respectait en retour.

Non seulement ils ne se reverraient jamais, mais Yuuto n’entendrait plus jamais sa voix. Ce sentiment de perte était comme un trou qui s’ouvrait dans sa poitrine.

Yuuto retint les larmes qui s’étaient formées au coin de ses yeux. « … Run, peux-tu me repasser Félicia ? »

« Oui, mon père. Hé, Félicia, mon père m’a dit de te le rendre. »

« Oui, Grand Frère, je suis là, » dit Félicia.

« Hé, Félicia, il y a… une chose que je veux te demander. »

Pourquoi lui demanderais-tu ça ? cria une voix de raison, quelque part au fond de ses pensées.

Ce n’était pas quelque chose qu’il devait demander à voix haute.

Ce n’était pas quelque chose qu’il devait envisager de demander.

Il le savait, mais il n’avait pas non plus pu s’empêcher de le lui demander.

« Si tu suivais les mêmes étapes, le même rituel, qu’auparavant, serais-tu capable de me convoquer à nouveau à Yggdrasil ? »

« Ah… ! » À l’autre bout de la ligne, Yuuto pouvait entendre Félicia haleter.

Elle avait fait une pause, déglutissant, puis elle avait formulé sa réponse très soigneusement.

« En toute honnêteté, je ne peux pas en être sûre. Le fait que j’aie pu te convoquer ici relève après tout du miracle. Cependant… »

« Cependant ? »

« Tout au plus, tout ce dont je serais capable, c’est de t’appeler dans ce monde. Je ne peux pas te renvoyer. »

« Oh… Oui, c’est vrai, n’est-ce pas ? » C’est tout ce que Yuuto avait pu dire en guise de réponse.

En effet, si Félicia en était capable, elle aurait pu le renvoyer à l’ère moderne depuis longtemps, même lorsqu’il était arrivé il y a trois ans.

Actuellement, la seule personne qui avait une méthode pour ramener Yuuto d’Yggdrasil était Sigyn du Clan de la Panthère.

Cependant, elle était l’épouse du patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr. Il n’était pas nécessaire d’imaginer à quel point il serait difficile de la capturer et de lui faire faire ce qu’ils demandaient.

En d’autres termes, si Yuuto devait retourner à Yggdrasil une fois de plus, il y avait de fortes chances pour qu’il ne puisse plus jamais retourner chez lui.

« Grand Frère, si tu le souhaites toujours, je vais effectuer les rituels d’invocation, autant de fois que tu le souhaites, » dit Félicia. « Quelle est ta décision ? »

« … » Yuuto était resté silencieux, incapable de répondre.

Ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait facilement accepter.

Il s’était senti dégoûté d’avoir posé la question alors qu’il n’était pas mentalement prêt à prendre cette décision.

Tout ce que ça avait fait, c’est remplir les autres d’espoirs.

Il y eut un long moment de silence.

« Grand Frère ? » Félicia avait soudainement appelé Yuuto, d’une voix qui semblait envelopper doucement son cœur, même à travers le téléphone comme ça.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Peu importe ce que tu décides de faire, je m’y conformerai. Même si, par exemple, tu décides de ne pas revenir dans ce monde. »

« … Es-tu vraiment d’accord avec ça ? »

« En tant que haut gradé du Clan du Loup et chef de tes subordonnés de la fratrie, il est peut-être mal venu pour moi de dire cela, mais pour moi personnellement, avant tout cela, je suis ta petite sœur, Grand Frère Yuuto. En tant que petite sœur, je souhaite le bonheur de mon grand frère. »

« Hé, Félicia, qu’est-ce que tu dis !? » cria une voix en arrière-plan.

« Oh, mon dieu, on dirait que ce bon Jörgen a perdu son sang-froid. » Le ton de Félicia était jovial et plaisantin, et Yuuto pouvait entendre des bruits de course, et quelque chose se faire renverser.

Il semblerait que Félicia courait dans tous les sens pour échapper à Jörgen, qui essayait de lui prendre le téléphone.

Entre deux respirations, Félicia avait continué. « Heureusement, il reste du temps avant la prochaine pleine lune. S’il te plaît, prends ton temps et réfléchis-y. Tu ne dois pas… regretter ton choix. Bien, alors, bonne nuit ! »

« Héhé… » Yuuto avait étouffé un rire ironique. « Très bien, et merci, Félicia. »

La voix de Yuuto était remplie d’un mélange d’émotions. Il l’avait remerciée et avait mis fin à l’appel.

Bon sang… comme toujours, mon adjuvante est trop bonne pour moi, pensa-t-il en soupirant.

Quel que soit le moment ou la situation, Félicia avait toujours mis Yuuto au premier plan. Cela avait été le cas dès les premiers instants de son arrivée à Yggdrasil, un enfant impuissant qui ne pouvait rien faire. Elle s’était toujours consacrée à lui avec une loyauté désintéressée.

C’était précisément la raison pour laquelle il ne pouvait pas supporter de l’abandonner.

Le dilemme de Yuuto n’avait fait que s’aggraver.

***

Partie 3

Dos au mur, Félicia tendait nonchalamment le smartphone à son poursuivant. « C’est déjà fini, Jörgen. »

Jörgen avait fait un mouvement pour le lui arracher brutalement, mais il s’était ralenti et l’avait pris avec précaution dans ses propres mains.

À la dernière seconde, son esprit rationnel avait dû se mettre en marche et lui dire qu’il ne pouvait pas prendre le moindre risque de casser accidentellement cette chose.

Sa colère, cependant, était loin d’être apaisée.

« Tante Félicia ! Ce n’est pas un sujet de plaisanterie. Je ne peux pas croire que tu aies pris sur toi de dire de telles choses ! C’est une affaire qui concerne le destin même du Clan du Loup, et tu ne dois pas l’oublier ! »

« Veuillez accepter mes excuses. Cependant, c’est exactement comme je lui ai dit il y a un instant : je suis peut-être un haut officier du Clan du Loup, mais avant cela, je suis une femme qui est tombée amoureuse du grand frère Yuuto, et je me suis engagée envers lui lorsque j’ai échangé le serment du calice. »

« Grh… ! Si c’est vrai, alors c’est une raison de plus pour que tu te consacres à lui à ses côtés ! »

Sur ces mots d’adieu, Jörgen était sorti du hörgr, le sanctuaire religieux du Clan du Loup.

Il allait sûrement retourner à ses fonctions administratives. Avec l’énorme défaite du Fort de Gashina, la menace des clans de la Panthère et de la Foudre se rapprochait de plus en plus.

En ce moment, Jörgen s’était vu confier toute l’autorité et les droits du patriarche, et il avait sûrement une montagne de travail à accomplir.

« Tu ne devrais pas être trop imprudente non plus, tu sais, » avait ajouté Sigrun avec un sourire en coin. « Si tu ne fais pas attention, ce genre de choses peut te conduire en prison. »

La crise actuelle menaçant l’existence même du clan, et ses actions pouvant être interprétées comme empêchant l’arrivée de quelqu’un qui pourrait les sauver, il ne serait pas étonnant que certains soupçonnent sa traîtrise.

Vu ce que son grand frère biologique avait fait, c’était d’autant plus un danger.

« Oh, mais n’es-tu pas en colère contre moi ? » demanda Félicia.

« Je respecte les souhaits de Père, et je m’y conforme. Je suis d’accord avec ce que tu as dit. Je ne vois rien qui puisse me mettre en colère. »

« Oh. Eh bien, je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un prenne mon parti, donc ça me rend heureuse. »

« Hmph. Après tout, il a souhaité ardemment retourner dans sa patrie pendant tout ce temps. S’il est heureux dans son monde paisible dans les cieux, je pourrais difficilement supporter de le rappeler ici et de le forcer à retourner dans les affres de la guerre… Pourtant, on se sentira bien seule sans lui. »

« Oui, c’est vrai. Ce sera… assez triste. »

Félicia sentit les coins de ses yeux s’échauffer et tourna son visage vers le haut pour regarder le plafond. Elle savait que son visage allait laisser couler de larmes si elle ne le faisait pas.

Pendant l’appel téléphonique, elle avait souhaité le bonheur de Yuuto en premier lieu, et l’avait dit, mais la pensée qu’elle pourrait ne plus revoir son visage la remplissait de tristesse.

Elle entendait peut-être sa voix à travers ce téléphone, mais elle était étouffée et distante.

Plus que tout, son chagrin était de penser qu’elle serait incapable de le toucher à nouveau, de sentir la chaleur de son corps.

Un jour, elle s’était toujours dit, en essayant de se préparer émotionnellement. Mais maintenant que cela se produisait, c’était comme si un trou s’était ouvert dans son cœur, chaque fois qu’elle pensait à Yuuto, elle sentait qu’elle pouvait se mettre à pleurer.

« Tch. » Sigrun fit claquer sa langue en signe d’irritation, et saisit la tête de Félicia, la tirant brutalement contre sa propre poitrine.

« Quoi !? Qu’est-ce que tu fais tout d’un coup ? » s’exclama Félicia.

« Tu as essayé d’être courageuse et joyeuse pour Père tout ce temps. Je te rembourserai pour ça. Tu peux t’appuyer sur moi. »

« … Merci. »

Félicia était consciente du fait qu’elle n’était pas vraiment forte de cœur. Elle avait murmuré ses remerciements, puis avait enfoui son visage dans la poitrine de sa chère amie.

 

◆◆◆

Ding dong… ding dong…

De quelque part, Yuuto avait entendu le son d’une sonnette.

Il était assis au bureau de sa chambre, la tête sur les mains, fixant la fenêtre d’un air absent.

Son regard s’attardait sur un moineau perché au sommet des lignes électriques à l’extérieur, mais bien qu’il le regardait, il ne l’observait pas vraiment.

« Bon sang, je croyais que tu étais là-haut ! »

Soudain, le visage de Mitsuki avait envahi sa vision. Yuuto avait crié et avait fait un bond en arrière.

« Wôw ! »

Il avait failli tomber à la renverse sur le sol, la chaise et tout le reste, mais il avait réussi à s’arrêter et à retrouver son équilibre.

« N’entre pas ici sans frapper ! Et au moins, sonne à la porte d’abord. Pourquoi entrer dans la maison de quelqu’un sans... »

« J’ai frappé ! J’ai aussi sonné à la porte, et ton père a dit que je pouvais entrer ! »

« … Vraiment ? »

« Oui, vraiment. » Mitsuki avait hoché la tête, se tenant droite avec ses bras sévèrement croisés. Il semblait qu’elle disait la vérité.

« Désolé pour ça, » dit Yuuto avec regret. « J’étais juste… en train de réfléchir. »

« Penses-tu encore à Yggdrasil ? »

« Ouais. » Yuuto hocha la tête, grimaçant amèrement comme s’il avait avalé un insecte. Il avait passé toute la nuit à réfléchir, encore et encore, et avant qu’il ne s’en rende compte, le jour s’était levé. Malgré toute cette agitation, il n’avait pas de réponse à ce problème.

« Si tu t’inquiètes trop, ça va ruiner ta santé, tu sais, » déclara Mitsuki. « Ne devrais-tu pas te reposer un peu ? Dors juste un peu, d’accord ? »

« Tu as raison. » Yuuto soupira. « Je ne vais rien faire de bon si je suis trop fatigué pour réfléchir. En fait, pourquoi es-tu venue ici si tôt le matin ? »

« Mmph… N’as-tu donc rien remarqué ? »

« Remarquer quoi ? »

« Bon sang ! » Mitsuki avait gonflé ses joues en signe d’exaspération, puis elle avait fait une élégante pirouette sur place, sa jupe flottant.

Maintenant, Yuuto était encore plus perdu qu’avant. « Hein ? »

« Mon uniforme scolaire ! À partir d’aujourd’hui, je suis une lycéenne ! Je voulais juste te le montrer le plus tôt possible, Yuu-kun. »

« Ohhh… » Maintenant qu’il l’avait bien regardée, Yuuto avait vu que son blazer était différent, quelque chose qu’il ne l’avait jamais vue porter auparavant. Cela lui disait quelque chose, il l’avait souvent vu sur des uniformes d’école dans cette région. Il avait une sorte d’atmosphère propre et pure, et Mitsuki était magnifique dedans.

« … ! » Soudain, Yuuto sentit sa poitrine se serrer avec un intense sentiment de solitude et d’isolement.

Pendant qu’il était parti, Mitsuki avait travaillé dur. Elle avait continué son éducation, et maintenant elle était au lycée.

Elle était même incroyablement douée en cuisine maintenant. Pour une fille avec ses grandes qualités, sûrement plus de garçons avaient craqué pour elle qu’on ne pouvait en compter sur les deux mains.

Elle était vraiment trop bien pour quelqu’un comme lui.

Il avait souvent entendu dire que les relations à distance ne duraient pas.

Si Yuuto devait repartir, cette fois-ci à coup sûr, elle atteindrait les limites de sa patience, de son amour pour lui, et un autre homme l’arracherait à lui.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Oh, est-ce parce que tu étais captivé par moi ? » Mitsuki avait demandé.

« Oui, je le suis. Tu es très mignonne. »

« Wôw, whoa, tu as juste été direct et tu l’as dit ! Je crois que c’est la première fois que tu me dis quelque chose comme ça, Yuu-kun ! … Ah ! Je vois, tu vas enchaîner avec une insulte, hein !? »

« Non, je ne le ferais pas. J’ai juste dit ça parce que c’est ce que je pensais. »

« Ah… ! » Le visage de Mitsuki avait rougi d’un rouge vif. Cet aspect d’elle était aussi quelque chose que Yuuto trouvait charmant, et précieux.

Il ne pouvait pas supporter l’idée qu’un autre homme soit à ses côtés.

Il voulait être celui qui la protégerait, de ses propres mains.

Il ne voulait même pas envisager de se séparer d’elle à nouveau, peut-être même de ne plus la revoir.

 

« … est… et parce qu’il est… et donc… donc… »

Le directeur, un homme de grande taille qui venait d’entrer dans la fleur de l’âge, se tenait sur une plate-forme à l’une des extrémités du gymnase de l’école et prononçait un discours préparé qui était transmis par des haut-parleurs.

Il s’agissait d’un discours destiné aux nouveaux élèves contenant des instructions et des conseils basés sur une expérience de dizaines d’années en tant que professeur, et le contenu était probablement assez utile. C’était quelque chose dont il fallait être reconnaissant. Mais rien de tout cela n’était entré dans la tête de Mitsuki.

En ce moment, sa tête n’était remplie que de pensées pour Yuuto.

Depuis qu’ils avaient pu reprendre contact avec Yggdrasil, il s’était comporté de manière étrange.

Bien sûr, depuis qu’il était rentré chez lui, il avait pensé aux personnes qu’il avait laissées derrière lui dans ce monde, et il avait été un peu mal à l’aise en ressentant de l’inquiétude pour eux pendant un certain temps maintenant, mais il avait senti que récemment, c’était devenu beaucoup plus grave et sérieux.

Il avait des poches sous les yeux ce matin, comme s’il n’avait pas du tout dormi. Je suis inquiète pour lui.

Mitsuki avait pris soin de dire à Yuuto de se reposer, mais elle n’était pas sûre qu’il serait capable de le faire.

Honnêtement, elle avait envie de sortir en courant de cette cérémonie d’entrée et de se précipiter à ses côtés pour vérifier qu’il allait bien.

Les gens du Clan du Loup ont vraiment, vraiment besoin de Yuu-kun, n’est-ce pas… ?

Elle ne lui avait pas demandé trop de détails, mais c’était l’ami d’enfance qu’elle connaissait depuis aussi longtemps qu’elle pouvait se souvenir. Elle pouvait dire, rien qu’à son comportement, ce qui se passait.

Tout d’un coup, Yuuto était venu ici et avait laissé le Clan du Loup derrière lui, et cela avait causé tout un tas de problèmes.

Et c’était des problèmes que Yuuto ne pouvait pas résoudre en donnant simplement des ordres ou des conseils par téléphone, elle pouvait le comprendre.

Après tout, si les problèmes n’étaient pas plus graves que ça, il ne serait pas aussi déchiré.

Yuuto était gentil. Après avoir vécu et combattu avec ses camarades dans ce monde, il ne pouvait pas supporter de les abandonner à leur sort. C’est pourquoi il souffrait.

« Le lycée ne fait pas partie de l’enseignement obligatoire de ce pays, » dit fièrement le directeur. « Autrefois, les garçons et les filles de votre âge subissaient un passage à l’âge adulte appelé le genpuku, et étaient considérés comme des adultes à part entière. C’est vrai ! Aucun de vous n’est plus vraiment un enfant. Vous êtes maintenant à un âge où un niveau approprié de conscience de soi et de sens des responsabilités est attendu et exigé de vous. Chacun d’entre vous, vous devez vous tenir sur vos deux pieds, penser avec votre propre esprit, et vous diriger vers votre futur ! »

Le directeur semblait avoir atteint le point culminant de son discours, et parlait avec plus de force.

Le discours lui-même n’était toujours pas resté dans sa tête, à l’exception de la phrase « votre futur », qui semblait étrangement résonner dans ses oreilles.

Son avenir…

Si on demandait à Mitsuki ce qu’elle voulait être dans le futur, elle pourrait répondre qu’elle voulait être l’épouse de Yuuto.

Si on lui demandait ce qu’elle voulait faire dans le futur, la réponse qui lui convenait le mieux était qu’elle voulait être utile à Yuuto.

Si quelqu’un devait lui dire que ses réponses manquaient d’indépendance, alors elle n’avait pas vraiment de bonne réponse à cela. Mais c’était ce que Mitsuki ressentait sincèrement, sans mensonges ni demi-vérités, alors c’était comme ça.

« Qu’est-ce que je peux faire pour le bien de Yuu-kun… ? » avait-elle murmuré. « Je me demande. Quelle serait la meilleure chose pour lui… ? »

Mitsuki avait continué à réfléchir à ces questions pendant le reste de la cérémonie d’entrée.

***

Partie 4

Quand Yuuto était revenu à lui, il se tenait dans un endroit familier, sur un sol fait de briques séchées au soleil.

« Hein ? Où est-ce que c’est ? »

C’était un espace de la taille d’un petit gymnase d’école, avec une atmosphère quelque peu solennelle. Il ne pouvait pas sentir la présence de personnes.

Au fond de la pièce se trouvait un autel, et sur sa plus haute étagère reposait le miroir divin, la lumière des torches voisines se reflétant sur sa surface avec une lueur mystérieuse et vacillante.

« Suis-je dans le hörgr ? Suis-je revenu à Yggdrasil ? »

Incapable de comprendre la situation, Yuuto quitta le sanctuaire et descendit les escaliers de l’Hliðskjálf, la tour sacrée du clan.

Ce faisant, il avait haleté.

La zone était jonchée d’innombrables corps, et l’ancien grand palais du Clan du Loup n’était plus qu’une ruine, brisée par endroits, couverte de taches de sang.

Yuuto avait atteint les portes du palais et avait trouvé…

« Run !? »

Sigrun était complètement imbibée de sang, morte sur place, maintenue debout par une lance qui lui avait transpercé la poitrine.

« N — non… comment cela a-t-il pu… » Yuuto sentit son corps trembler violemment, et il fit un pas en arrière, puis un autre.

« Ah ! C’est vrai ! Félicia ! Félicia ! » En criant son nom, Yuuto s’était précipité dans son bureau.

La pièce était complètement détruite, et affalée sur sa chaise habituelle se trouvait…

« Agh… ! »

Le corps de Félicia était immobile. Une grande mare de sang l’entourait, et son visage vide était d’une pâleur effroyable, sans aucun signe de vie.

« Ah… arghh… AAUUUGHHH !!! » Yuuto avait crié, ses émotions ne pouvant être mises en mots, et il avait couru hors de la pièce.

Il avait couru en aveugle dans les couloirs du palais, à la recherche de toute personne vivante.

Cependant…

« Uuugh… agh… ngh… ! »

Plus il cherchait, plus il trouvait de corps.

Ingrid, Linéa, Albertina, Kristina, Jörgen, Skáviðr. Ils étaient tous des cadavres sanglants.

« Quelqu’un ! Quelqu’un ! Y a-t-il quelqu’un ici ? »

« Maître ! » La voix qui répondit aux cris de Yuuto était celle d’une très jeune fille.

« Éphy !? Éphy, tu es en sécurité ! » En se retournant, Yuuto avait vu son serviteur Éphelia qui courait vers lui en pleurant.

Alors que Yuuto s’apprêtait à courir vers elle, un homme armé à cheval apparut soudainement juste derrière elle. Yuuto avait senti son corps trembler.

Le cavalier armé tenait dans une main une lance qu’il avait levée, puis il avait abattu sa pointe tranchante sur Éphelia.

« NOOOOOOOOONNNNNN !! » Yuuto se réveilla en sursaut à son bureau, en hurlant.

Juste en face de lui se trouvait le mur de la pièce, d’une couleur beige clair, agréable à regarder. Il n’y avait aucune tache de sang nulle part. Tout était propre.

En regardant en bas, il vit son bureau d’étudiant fait de bois aux couleurs vives. Il n’y avait aucune tache de sang ici. Pas d’odeur de sang, non plus.

En fait, en y repensant, même s’il avait revu toutes ces scènes macabres, Yuuto ne se souvenait pas non plus d’avoir senti du sang.

En d’autres termes, tout ce qu’il venait de voir était…

« Alors… c’était un rêve. » Soulagé, Yuuto laissa échapper une longue inspiration, puis se rassit sur sa chaise.

Apparemment, il s’était endormi assis ici. Et il avait fait ce cauchemar parce qu’il pensait à Yggdrasil pendant tout ce temps.

« Je devrais aller chercher quelque chose à boire. » En partie à cause de ce cauchemar éprouvant, la gorge de Yuuto était sèche.

Il se leva et descendit, se dirigeant vers la cuisine. Après un verre d’eau froide, Yuuto était sur le chemin du retour quand il vit une lumière, et s’arrêta.

Si cette lumière était venue du salon, ou de la chambre de son père, Yuuto l’aurait ignorée et aurait remonté les escaliers sans y penser. Mais la lumière venait de la salle de l’autel, où se trouvaient l’autel bouddhiste de sa famille et le portrait commémoratif de sa mère.

Comme contraint, Yuuto se dirigea vers l’entrée de la pièce et ouvrit la porte coulissante.

Il s’était retrouvé à regarder son père, qui priait silencieusement la figure bouddhiste, les mains jointes et les yeux fermés.

« Eh bien, c’est inattendu, » s’était moqué Yuuto à voix haute. « Je ne pensais pas que tu prierais devant l’autel. »

Il semblait que Yuuto ne pouvait pas s’empêcher d’être provocateur comme ça quand il parlait avec son père.

En raison de l’état de son esprit maintenant, il était encore moins capable de le contrôler que d’habitude.

Son père ouvrit lentement les yeux, et se tourna vers lui. « C’est parce que c’est l’anniversaire de sa mort. »

« Ah… » Yuuto s’en souvint dès qu’il entendit ces mots, et fut rempli de dégoût de soi.

En effet, sa mère était décédée il y a exactement trois ans aujourd’hui.

Et cet homme, qui ne chérissait sûrement pas du tout la mère de Yuuto, s’était souvenu comme il se doit de l’anniversaire de sa mort alors que Yuuto, qui aurait dû être celui qui s’en souvient, l’avait oublié.

Même s’il avait beaucoup de choses en tête ces derniers temps, ça ne changeait rien aux faits.

Yuuto jeta un coup d’œil à l’autel.

Il n’y avait pas un grain de poussière, et la figure bouddhiste qui y était enchâssée était aussi bien polie que jamais, montrant que l’autel avait été soigneusement entretenu.

Le temps que Yuuto réalise ce qui se passait, il était déjà trop tard. Tous les sentiments qu’il avait gardés en lui bouillonnaient comme du magma, hors de son contrôle.

« … Hé. À l’époque, pourquoi n’es-tu pas venu ? » avait-il demandé.

C’était une question si vague que, sans aucun contexte préalable, il n’y avait aucun moyen de savoir ce qu’il demandait. Mais le sens de la question était apparu clairement à son père.

« Je pensais te l’avoir dit à l’époque, » dit l’homme. « J’avais du travail à faire à la forge. »

« Est-ce que faire des épées est si important pour toi ? Pour que tu laisses tomber maman alors qu’elle était sur son lit de mort ? Est-ce tout ce que maman valait pour toi !? »

Pendant tout ce temps, Yuuto avait décidé seul de la vérité des choses, et n’avait jamais interrogé son père à ce sujet. Il avait rejeté son père, l’avait injurié, et avait scellé ces sentiments dans son cœur.

Maintenant, le bouchon était enlevé, et trois ans d’émotions non résolues sortaient de lui, les questions étaient lancées contre l’homme en face de lui.

Et c’était aussi des questions qu’il se posait à lui-même, en utilisant son père comme un miroir.

Son père était resté assis, acceptant le regard méprisant de Yuuto, puis il s’était levé sans bruit et avait passé la main derrière la statue de Bouddha pour en sortir une très petite lame gainée, de la taille d’un couteau de type tanto.

« Qu’est-ce que c’est que ça… ? » demanda lentement Yuuto.

« C’est la lame que je forgeais pendant que ta mère était sur son lit de mort. » Tetsuhito avait tendu le couteau à Yuuto.

Yuuto l’avait pris et avait sorti la lame de son fourreau.

Elle était courte, mais le corps de la lame aux motifs ondulés était magnifiquement réalisé. Yuuto pouvait dire qu’il s’agissait probablement de l’une des plus grandes pièces parmi les nombreuses œuvres de son père.

Les caractères de Begone, Esprits de la maladie, étaient gravés profondément sur le côté de la lame.

« Je suis un homme qui fabrique des épées, » dit Tetsuhito. « C’est la seule chose pour laquelle j’ai toujours été bon. Alors, j’ai pensé que c’était peut-être la seule chose que je pouvais faire pour elle. Bien sûr, à la fin, ça n’a pas du tout aidé, n’est-ce pas ? »

Le père de Yuuto avait gloussé avec une pointe d’autodérision amère, et avait levé les yeux au plafond.

Au Japon, les épées avaient une longue histoire en tant qu’objets religieux et spirituels, qu’elles soient sanctifiées dans les sanctuaires shintoïstes ou forgées lors de la naissance d’un bébé comme charme protecteur. On disait qu’une lame correctement forgée pouvait contenir en elle le pouvoir de chasser le mal.

Le père de Yuuto avait parié sur cette tradition spirituelle.

En essayant de mettre ses pensées et son âme dans la lame au moment où il la forgeait, il avait tenté de guérir la maladie de sa femme mourante en exorcisant l’esprit de la maladie.

« Pourquoi… !? » s’écria Yuuto d’une voix étranglée. « Pourquoi ne m’as-tu jamais dit ça !? Si tu me l’avais dit, je n’aurais pas… »

« Tout ce qui compte, ce sont les résultats. Quand elle est morte, je n’étais pas là pour elle, à ses côtés. Ce fait ne change pas. C’est normal que tu me haïsses. » Son père disait ces choses avec son habituel détachement, mais sa voix vacillait légèrement.

C’est alors que Yuuto avait finalement compris.

Son père s’était toujours reproché de ne pas avoir pu sauver sa femme, et de ne pas avoir été à ses côtés à la fin.

En continuant à accepter la haine et le mépris de Yuuto, il s’était lui-même puni.

« Ha… ha ha ha… tu… tu es vraiment un idiot… » Un rire sec et fendu s’était échappé de la gorge de Yuuto.

Pour être franc, les actions de son père à l’époque n’étaient rien de moins qu’idiot. S’en remettre à ce genre de superstition n’aurait jamais permis de guérir une maladie incurable. Si cela avait été le cas, le monde ne serait pas aussi dur qu’il l’était.

Malgré tout, Tetsuhito avait fait de son mieux, dans la limite de ses capacités, pour la mère de Yuuto.

En regardant la magnifique lame dans ses mains, Yuuto pouvait voir la force des sentiments qui l’avaient forgée.

« Tout ce que j’ai ressenti jusqu’à présent… était inutile…, » Yuuto avait chuchoté.

Yuuto avait déjà compris à quel point il était encore enfantin, cela lui avait été douloureusement expliqué il y a deux ans. Mais maintenant, il était presque malade de réaliser à quel point il avait été un idiot.

Dès le départ, son père n’avait jamais abandonné sa mère, il l’avait aimée et avait essayé de la sauver. Il avait placé sa foi dans un miracle et avait essayé de le réaliser, jusqu’à la fin.

En revanche, Yuuto lui-même avait abandonné l’espoir de survie de sa mère dès que les médecins avaient dit qu’il n’y avait pas moyen de la sauver.

Il avait détourné les yeux du fait qu’il était impuissant.

Il avait fait de son père un bouc émissaire, et avait fait en sorte que tout soit de sa faute.

À quel point était-il un petit enfant gâté ?

« Héhé ! Et regarde où je suis, je suis devenu exactement le genre de personne que je m’étais toujours dit que je détestais, » dit Yuuto avec amertume. « Le monde est vraiment drôle. »

Quoi qu’il arrive, n’abandonne jamais ta famille. C’était le vœu que Yuuto s’était fait après la mort de sa mère.

Mais la réalité s’était avérée différente.

***

Partie 5

Le Clan du Loup, qui était comme une famille pour lui, était en danger, et il était coincé entre eux et ses sentiments pour Mitsuki.

Si son vœu absolu passait avant tout, alors il ne devait pas hésiter à aller sauver sa famille en premier.

« Y a-t-il… quelque chose que tu as du mal à décider ? » demanda le père de Yuuto en le regardant dans les yeux.

« … Ouais. Franchement, je n’ai pas la moindre idée de ce que je suis censé faire. Il y a deux choses qui sont importantes pour moi, et je ne peux renoncer à aucune d’elles. Que ferais-tu dans cette situation ? »

« Hmm… Je vois…, » le père de Yuuto croisa les bras et ferma les yeux.

Après quelques instants de réflexion, il ouvrit les yeux et regarda à nouveau directement Yuuto.

« Pourquoi n’essaies-tu pas de te mettre au bord de la falaise ? »

« Le bord… de la falaise ? » Yuuto ne s’était pas attendu à ce genre de réponse.

« Fais un choix que tu ne regretteras pas. » Ou encore : « Réfléchis-y longuement et sérieusement. » C’était le genre de réponses normales qu’il aurait attendu de son père.

Alors que Yuuto répétait les paroles de son père, Tetsuhito gloussait doucement pour lui-même. « Les gars qui agissent comme des durs et parlent haut et fort de leurs idéaux… quand les choses se compliquent, ce sont les premiers à fuir. Ce monde est plein de gens comme ça. Des jeunes qui se disent qu’ils seront satisfaits tant qu’ils vivront jusqu’à cinquante ans, et puis une fois cet âge atteint, ils commencent à penser qu’ils aimeraient vraiment vivre jusqu’à soixante-dix ans, ce genre de choses. C’est ce qui est drôle avec les gens. La fierté et l’image se mettent en travers de leur chemin, et ils finissent par ne même pas voir leurs vrais sentiments. Du moins, jusqu’à ce qu’ils soient poussés dans leurs derniers retranchements. »

Yuuto s’était retrouvé en plein accord avec ce qu’il entendait.

En tant que patriarche de clan, il avait vu beaucoup d’hommes qui se vantaient de leur courage en temps de paix, pour devenir des lâches quand il s’agissait de faire la guerre.

Le père de Yuuto tourna son regard sur le côté, comme s’il fixait quelque chose de lointain. « J’étais pareil… »

Il regardait la photo commémorative de la mère de Yuuto.

« J’ai toujours pensé que tant que je pourrais fabriquer des épées, je serais un homme heureux, » avait-il poursuivi. « J’ai pensé cela… pendant si longtemps. »

Tetsuhito s’était laissé aller. En d’autres termes, il se sentait maintenant différent.

Quelle avait été la véritable source de son bonheur ? Il n’y avait, bien sûr, aucun besoin de le lui demander.

En le regardant de plus près, Yuuto put constater qu’il était beaucoup plus mince et plus hagard que l’homme de ses souvenirs. Il y avait plus de blanc dans ses cheveux, on aurait dit qu’il avait beaucoup vieilli en peu de temps.

Le père dont il se souvenait il y a trois ans avait été une figure détestée pour lui, mais aussi impressionnante et imposante. Cet homme semblait tellement plus petit et plus faible aux yeux de Yuuto.

C’est à ce point que la mort de sa femme avait dû le frapper.

En y repensant, Yuuto avait dû être tout aussi important pour lui.

Chez Mitsuki, et au poste de police, il s’était précipité dès qu’on l’avait appelé.

Pendant le trajet dans le camion, il avait essayé de parler à Yuuto de son avenir.

Même en ce moment, il écoutait sérieusement les problèmes de Yuuto et essayait de donner une réponse sincère.

La perspective de Yuuto avait juste été obscurcie par son parti pris haineux, son père avait toujours aimé sa famille et essayé de la protéger. Son père était un homme digne de respect. Il était juste maladroit et n’arrivait pas à exprimer ses sentiments avec des mots.

« D’accord, » dit Yuuto tranquillement. « Je crois que je commence à voir ce que je dois faire. Merci… Papa. »

Sans même réfléchir, Yuuto s’était adressé une fois de plus à son père normalement. C’était devenu naturel pour lui.

Les mauvais sentiments dans son cœur avaient complètement disparu.

 

« Alors c’est ici… là où tout a commencé…, » Yuuto murmura avec nostalgie. Il se tenait face à un petit sanctuaire délabré dans les bois.

C’était le sanctuaire de Tsukimiya. L’endroit même où, en ce jour fatidique, Yuuto était venu avec Mitsuki pour une épreuve de courage, et où le miroir divin qui l’avait convoqué à Yggdrasil avait été autrefois enchâssé.

À l’époque, si seulement je n’avais pas eu cette idée folle…

C’était des mots qu’il s’était répétés maintes et maintes fois maintenant, se reprochant toujours ce choix.

Mais à un moment donné, cela avait changé…

Oui, juste au moment où il était devenu patriarche.

Il avait arrêté de trop penser à cette nuit.

En fait, il n’avait pas vraiment eu le temps d’y penser. Le poids des vies de tous les membres du Clan du Loup reposait carrément sur ses épaules.

Il avait passé trois ans à travailler, à s’efforcer d’aller de l’avant, à se dépasser comme un fou.

La pensée qu’il devait rentrer chez lui l’avait toujours poussé.

Il avait envie de revoir Mitsuki. Bien sûr, il avait également réfléchi à la façon inconsidérée et irréfléchie dont il avait agi à l’époque.

Cependant, il avait maintenant réalisé quelque chose de nouveau. C’est qu’il ne regrettait plus d’être allé à Yggdrasil.

La vie dans ce monde était incommode et dure.

Il n’y avait pas de chauffage ou de refroidissement par climatisation, les étés étaient chauds et les hivers glacials.

Quand il était arrivé là-bas, il avait été malade de l’estomac tellement de fois que ça l’avait presque brisé.

Chaque jour, il n’y avait que du pain comme repas, et il avait constamment désiré le goût du riz.

Des choses comme la télévision ou les bandes dessinées, symboles du divertissement moderne, n’existaient pas.

Il avait eu un certain accès à l’Internet moderne grâce à son smartphone, mais seulement pendant une trentaine de minutes par jour.

Mais, quand même…

En y repensant, les jours qu’il avait passés à Yggdrasil avaient été remplis d’un sentiment d’accomplissement qu’il n’avait jamais connu dans sa vie dans le monde moderne avant cela.

Il avait travaillé dur pour le bien des gens qui l’entouraient, en faisant des recherches, en planifiant et en créant des choses. C’était difficile, mais c’était aussi très amusant.

Travailler ensemble avec tout le monde pour atteindre un objectif, partager le sentiment de réussite lorsqu’ils l’avaient atteint — c’était un sentiment plus grand que tout ce qu’il avait ressenti en terminant un jeu vidéo.

Quand il avait vu les visages joyeux de ses camarades, entendu leurs mots de remerciement, cela l’avait rempli d’une grande fierté.

Ça faisait du bien d’être utile, d’être nécessaire de cette façon.

Il s’était fait des amis, de vrais compagnons.

Ce n’était pas le genre d’amitiés sociales et superficielles qu’il avait nouées dans le monde moderne. C’était des relations nées de la joie et de la souffrance partagées, et parfois du danger partagé pour leurs vies. C’était des gens qu’il pouvait appeler à la fois ses camarades et sa famille.

C’est peut-être pour ça, alors.

Même si, pendant trois ans, il avait toujours voulu et souhaité si fort revenir à la maison…

Même s’il était finalement rentré chez lui…

Quelque part dans son cœur, ce monde lui manquait.

« Yuu-kun, désolée pour l’attente. »

De derrière lui, Yuuto avait entendu la voix de son amie d’enfance.

D’habitude, sa voix faisait bondir son cœur de joie, mais maintenant, elle lui serrait douloureusement la poitrine.

Yuuto prit quelques respirations profondes, puis se prépara et se tourna vers elle.

« Pas d’inquiétude, » dit-il. « Je viens aussi juste d’arriver. Désolé de t’appeler ici si tard. »

Yuuto avait essayé d’agir aussi normalement qu’il le pouvait.

Mais Mitsuki le connaissait depuis aussi longtemps que chacun d’eux pouvait se souvenir, et elle semblait déjà avoir compris certaines choses.

Mitsuki lui avait souri doucement. « Tu as décidé de retourner à Yggdrasil, n’est-ce pas ? »

« … Tu vois vraiment clair en moi, n’est-ce pas ? »

« Je le fais quand il s’agit de toi, Yuu-kun. »

« D’accord. » Yuuto avait senti une vague de douleur traverser sa poitrine.

Elle le connaissait si bien, si complètement. Elle se souciait de lui à ce point. Et il ne pouvait toujours pas lui rendre son amour. Il était un bon à rien, un déchet, et il se détestait pour ça.

« Réponds-moi juste à une question, » dit Mitsuki. « Vas-tu y retourner parce que c’est ton devoir ? Parce que tu es le patriarche ? Parce que tu te sens responsable de tout le monde là-bas ? »

Yuuto avait considéré ses questions avec attention.

Il est vrai qu’il ressentait un sentiment de devoir, de responsabilité. Mais ce n’était pas la raison la plus importante pour lui. En ce moment, le sentiment qui animait le cœur de Yuuto et qui motivait sa décision était beaucoup plus simple et plus pur.

Il secoua la tête. « Non. C’est parce que je les aime. Ils sont importants pour moi. Je veux les protéger. »

Le fait d’avoir vu un rêve dans lequel ils avaient tous été massacrés l’avait forcé à prendre conscience de ses sentiments.

Pour Yuuto, en ce moment, les gens du Clan du Loup étaient tout aussi importants pour sa vie que même Mitsuki, il ne pouvait pas mettre l’un d’eux devant l’autre.

Pendant longtemps, il avait essayé de ne pas penser à ces sentiments, il les avait gardés à l’écart. Mais maintenant, il ne pouvait plus se leurrer.

Ce n’est pas qu’il devait les protéger.

Il voulait les protéger.

Il ne voulait pas les perdre.

Ils étaient sa précieuse famille.

« … D’accord, » dit Mitsuki. « Eh bien, je ne vais pas t’attendre. Je ne fais plus ça pour toi. »

« Gh… ! » Yuuto sentit son visage se tordre, et il savait qu’il devait avoir l’air pathétique.

Il s’y était préparé depuis qu’il lui avait demandé de le rejoindre ici. En fait, il avait même l’intention de dire : « Je veux que tu m’oublies. »

Mitsuki était aussi importante pour lui, naturellement. Il ne voulait pas l’abandonner à un autre homme.

Mais il pouvait supporter cela, si cela signifiait qu’elle serait heureuse.

Ça faisait mal quand il y pensait, ça le rendait fou, mais c’était toujours mieux qu’un futur où les membres de sa famille du Clan du Loup étaient tués.

Tant que Mitsuki était en vie, heureuse et souriante, il n’avait pas besoin d’être à ses côtés…

Du moins, c’est ce qu’il s’était convaincu d’avoir accepté, mais maintenant qu’il l’entendait directement d’elle, ça lui faisait quand même des ondes de choc dans le cœur.

« Ha ha… oui, bien sûr, » dit-il faiblement. « Tu as déjà passé trois années entières à m’attendre, il est hors de question que je te demande d’attendre encore. »

Il n’avait pas pu s’empêcher de rire en voyant à quel point c’était comique, il n’avait pas vraiment lâché prise.

Une partie de lui avait encore espéré que, même maintenant, Mitsuki pourrait encore accepter de continuer à l’attendre.

Il avait été naïf.

Il avait été vaniteux.

Bien sûr qu’elle ne ferait pas ça.

C’était stupide. Un fantasme.

Voilà un type qui était enfin rentré chez lui, dans ce monde paisible, abondant et magnifique, et qui avait fait volte-face en disant qu’il voulait retourner dans un monde perfide où la mort pouvait survenir à tout moment. Quelle sorte de sainte, en effet, choisirait d’attendre un tel imbécile ?

« Je crois que c’est fini. J’ai été rejeté, » dit Yuuto tristement.

Pourtant, dans cette situation, elle lui rendait peut-être service en le rejetant. Cela lui permettrait de couper ses liens avec ce monde.

Cela lui donnerait le coup de pouce dont il avait besoin pour partir.

Il serait capable d’aller à Yggdrasil sans que des sentiments persistants le retiennent.

***

Partie 6

« Hein ? De quoi parles-tu ? » En contraste avec son expression sérieuse jusqu’à présent, Mitsuki le regardait avec de la confusion et de la curiosité dans ses yeux.

« Eh ? Euh… mais… tu… tu viens de dire que tu ne… »

« Oui, j’ai dit que je n’allais pas t’attendre ici. Je vais aller avec toi à Yggdrasil. »

« … Hein ? » La voix de Yuuto s’était brisée sous l’effet de la surprise. Pendant un instant, il n’avait pas pu comprendre ce que Mitsuki disait.

Alors qu’il la regardait avec stupéfaction, Mitsuki lui sourit affectueusement. C’était un sourire gentil, presque maternel.

« Je ne veux pas paraître prétentieuse, mais… Yuu-kun, la raison pour laquelle tu voulais revenir dans ce monde, et la raison pour laquelle tu as été si hésitant à y retourner jusqu’à maintenant… c’est parce que je suis là, n’est-ce pas ? »

Pour Yuuto, elle n’était pas du tout prétentieuse. Elle avait parfaitement raison.

Oh, ce n’est pas comme si Yuuto lui-même était un saint, préoccupé uniquement par son amour. Il était aussi attaché à ce monde pour sa technologie, l’électricité, le gaz et l’eau courante.

Pendant son séjour à Yggdrasil, il avait toujours pensé à la nourriture japonaise, en particulier au riz blanc. Sa première bouchée de riz après son retour l’avait fait pleurer.

Il y avait aussi tous les plaisirs et les jeux ici. Il pouvait regarder des trucs sur Internet autant qu’il voulait, les utiliser quand il voulait.

Et pourtant, aucune de ces choses n’avait été déterminante pour Yuuto. C’était toutes des choses dont il pouvait se passer, s’il s’en donnait la peine.

Ce qui liait vraiment Yuuto au monde moderne et le gardait connecté à lui était Mitsuki, et rien d’autre.

« Donc, si je viens avec toi à Yggdrasil, alors tu n’auras plus à t’inquiéter pour ça, n’est-ce pas ? » dit Mitsuki. « Tu pourras aller sauver tous les membres du Clan du Loup sans aucune hésitation, n’est-ce pas ? »

« Toi idio… Je veux dire, tu sais que tu ne peux pas faire une chose pareille ! »

« Pourquoi pas ? Tu y es déjà allé une fois, Yuu-kun, » dit-elle. « Et tu vas essayer d’y retourner. Si tu peux y retourner, je devrais pouvoir venir avec toi. »

« Ce n’est pas de ça que je parle, là ! Mitsuki, tu ne comprends pas !? Une fois que tu seras là-bas, il n’y a aucun moyen de savoir quand tu pourras revenir ! Tu pourrais même ne pas être capable de revenir ! »

« Oui, je le sais. C’est pourquoi je viens avec toi. Je ne peux pas rester ici à attendre. »

« Espèce d’idiote ! » Yuuto lui avait crié dessus avec colère. « Tu as une famille, n’est-ce pas !? Et Ruri-chan ? Et tes autres amies ? Tu ne pourras plus voir aucun d’entre eux ! »

Après avoir passé cette heureuse soirée à dîner chez Mitsuki, Yuuto savait que, contrairement à lui, sa famille était toujours en bonne santé et heureuse.

Et elle semblait aussi s’entendre très bien avec Ruri. Elle avait probablement d’autres bonnes amies à l’école.

Ce serait de la folie pour elle de jeter tout ça juste pour le bien de Yuuto.

« Oui, mais je pourrais les appeler par téléphone. Il y a aussi les médias sociaux. » Mitsuki avait parlé comme si le poids de la situation ne la dérangeait pas du tout. « Bien sûr, je me sentirai seule et triste de savoir que je ne pourrai plus voir tout le monde en personne. Je suis sûre qu’une fois que je serai dans l’autre monde, je pourrais même avoir le mal du pays. »

« Alors pourquoi…, » commença Yuuto.

« Mais, » Mitsuki l’avait coupé, « ce n’est rien comparé à ce que j’ai ressenti quand je ne pouvais pas te voir, Yuu-kun. C’était horrible. Je ne veux plus jamais être séparée de toi, jamais. Parce que, je… parce que je t’aime tellement, Yuu-kun. »

Son regard était fixé sur Yuuto pendant qu’elle disait ces mots. Ses yeux étaient sérieux, et Yuuto pouvait y voir la force profonde de ses sentiments.

Yuuto n’était pas préparé à la force derrière ce regard. Par réflexe, il avait détourné ses yeux des siens.

« … Comment peux-tu dire ça ? Tu ne m’as pas vu pendant trois ans. »

« Oui, c’est vrai, » avait-elle dit. « Trois années entières ont passé, et mes sentiments n’ont jamais faibli. En fait, j’ai commencé à t’aimer de plus en plus. »

« Idiote, » avait-il marmonné. « Qu’est-ce que j’ai fait pour toi pendant ces trois années ? Rien d’autre que te faire travailler, t’inquiéter et souffrir, voilà ce que j’ai fait. »

« Et je t’aime quand même, désespérément, alors vraiment, qu’est-ce que je peux faire à ce stade ? »

« Juste… tu dois y réfléchir davantage. Ce choix va affecter toute ta vie ! »

« J’y ai pensé. J’y ai pensé autant que je le pouvais. Mais peu importe le temps que je passe à réfléchir, je ne peux pas imaginer un avenir sans toi, Yuu-kun. Vivre dans un monde différent du tien, tomber amoureuse de quelqu’un qui n’est pas toi, me marier et avoir l’enfant de quelqu’un qui n’est pas toi… Je ne peux pas imaginer ce genre d’avenir pour moi… Non, c’est faux. Je déteste ce genre d’avenir. »

« … »

Yuuto était silencieux. C’était vrai pour lui aussi, il détestait passionnément l’idée de ce genre d’avenir. Mais c’était aussi le futur auquel il avait essayé de se résigner, pensant qu’il ne pouvait rien y faire.

« Ouais, je déteste vraiment l’idée de ce futur, » continua Mitsuki. « Je te veux près de moi, Yuu-kun, toujours. Je ne veux personne d’autre. »

« Il n’y a pas d’électricité là-bas, tu sais. Pas de gaz, pas d’eau courante. »

« Mais tu seras là, Yuu-kun. »

« Tu devras faire le genre de travail que tu n’aurais jamais à faire ici dans le monde moderne. »

« Je serais heureuse de le faire, si cela signifie que je peux être ensemble avec toi. »

« Tu es vraiment une idiote, tu sais ça… ? »

« Arrête de me traiter d’idiote. Je veux dire, ce n’est pas comme si je ne le savais pas. Plus important encore ! Vas-tu me donner ta réponse maintenant, ou pas ? »

Mitsuki avait mis ses mains sur les joues de Yuuto, et l’avait forcé à la regarder.

Comme toujours, la force de la volonté dans ses yeux était écrasante, mais comme elle lui bloquait la tête, il ne pouvait pas détourner le regard. Il devait l’accepter.

Je suis vraiment tombé amoureux d’une sacrée femme, se dit-il, bien qu’il soit assez tard pour s’en rendre compte.

Yuuto avait poussé un soupir de défaite résignée, mais aussi avec l’ombre d’un sourire.

« … Très bien. Je vais t’emmener. » Yuuto s’était arrêté, puis il avait recommencé. « Non… ce n’est pas bien. Mitsuki, je veux que tu viennes avec moi. S’il te plaît, viens avec moi. »

« … Non, Yuu-kun. Ce n’est pas ce que je voulais dire. » Mitsuki avait légèrement gonflé ses joues.

« Euh ? » Yuuto ne comprenait pas vraiment. Il avait accepté de la prendre avec lui, alors pourquoi était-elle contrariée ?

« Il ne s’agit pas d’aller de l’avant, ou d’amener, ou quoi que ce soit. N’y a-t-il pas quelque chose de plus important ? » avait-elle demandé.

« Hum… ? »

« Yuu-kun, je t’ai dit que je t’aimais, n’est-ce pas ? Que ressens-tu pour moi ? »

« Je l’ai déjà dit à ce stade, n’est-ce pas ? »

« Non, je suis presque sûre de ne pas en avoir entendu un seul mot clair. » Mitsuki avait impitoyablement secoué sa tête d’un côté à l’autre.

« Quand j’ai dit, “S’il te plaît, viens avec moi”, c’est à peu près ce que je voulais dire. Tu comprends, n’est-ce pas !? »

« Non, je n’ai rien compris à ça. J’ai besoin de l’entendre clairement de ta bouche, d’accord ? » Il y avait une pointe d’espièglerie dans les yeux de Mitsuki. Elle savait exactement ce qu’elle faisait.

Cependant, même cette partie d’elle était quelque chose qu’il trouvait mignon. C’est vrai ce qu’on dit sur l’amour aveugle.

Cela dit, ça l’embêtait de dire les mots comme elle le voulait, de rentrer dans son petit jeu… et plus que ça, ce serait gênant.

Cependant, il semblait aussi qu’il allait devoir faire preuve d’une grande détermination.

Attends une minute… si je dois de toute façon faire le grand saut ici, alors…

Un éclair d’inspiration l’avait frappé. C’était une idée ingénieuse.

« Mitsuki. »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a ? » Mitsuki arborait un sourire doux et satisfait. Elle avait probablement vu dans l’expression de Yuuto qu’il avait pris la décision de dire ses sentiments à haute voix, et elle attendait déjà avec joie de l’entendre.

Avec la façon dont tout s’était déroulé jusqu’à ce point, logiquement, il était déjà évident de savoir ce qu’il ressentait et ce qu’il allait lui répondre.

Et donc, il allait délibérément la surpasser.

« Mitsuki, s’il te plaît, sois mon épouse. »

« Eh !? Ton… QUOI ? ?? » Mitsuki avait crié comme si c’était la fin du monde.

Comme prévu, elle ne s’attendait pas à ce que les choses franchissent une étape de plus aussi rapidement.

Cependant, du point de vue de Yuuto, s’il emmenait Mitsuki dans un monde dont elle ne reviendrait peut-être pas, s’il allait bouleverser complètement sa vie ici, alors c’était aussi une proposition parfaitement naturelle.

« Je ne peux pas en bonne conscience demander à ma petite amie de tout jeter et de venir avec moi dans ce monde lointain et dangereux. Pas à ma petite amie. Mais si c’est ma femme, je peux le dire de manière décisive et claire : “Viens avec moi”. »

Yuuto avait tendu la main à Mitsuki.

« Ah… oh… »

Le visage de Mitsuki était devenu du rouge le plus profond qu’il ait vu jusqu’à présent, et ses yeux avaient fait des allers-retours entre le visage de Yuuto et sa main tendue pendant un moment, mais elle plaça finalement sa main sur la sienne.

« … Oui. Yuu-kun… s’il te plaît, fais de moi ton… eek !? »

La réponse silencieuse et délicate de Mitsuki s’était brusquement transformée en un cri, car Yuuto n’avait pas attendu qu’elle ait terminé pour lui tirer le bras, ramenant son corps contre le sien, et l’enlaçant.

Ses émotions étaient débordantes, et il ne pouvait pas attendre une seconde de plus.

« Maintenant que tu l’as dit, je ne te lâcherai plus jamais, » avait-il murmuré.

« Bien. Ne me lâche pas. » Mitsuki avait levé les yeux vers Yuuto, et alors que leurs regards se croisèrent, elle ferma doucement ses yeux.

Bien sûr, Yuuto n’était pas assez bête pour rater le signal.

Il ferma les yeux et approcha lentement son visage du sien.

Dans l’obscurité de la nuit, leurs silhouettes étaient soulignées par la lumière de la lune.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire