Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 4 – Partie 5

***

Chapitre 4 : Acte 4

Partie 5

« Tu devrais vraiment y réfléchir. Si tu refuses, tout ce qui t’attend est la mort. »

« Je suis d’accord, » avait dit Olof. « Si tu veux me tuer, alors fais-le. Je n’ai qu’un seul père juré, le plus grand héros du pays, Suoh-Yuuto ! J’ai reçu le serment du Calice directement de lui, et il n’y a pas de plus grand honneur, alors pourquoi aurais-je une raison de jurer sur le Calice d’une petite vie infâme comme toi ? Garde tes divagations idiotes pour quand tu marmonnes dans ton sommeil. »

« Hmph ! Je suis impressionné que tu puisses aboyer si fort à la fin ! » Hveðrungr dégaina l’épée à sa taille et d’un seul coup, trancha la tête d’Olof.

Il n’avait pas tué l’homme parce qu’il le voulait. On lui avait craché dessus sous les yeux de ses subordonnés, et on s’était moqué de lui de cette façon par la suite. S’il n’avait pas exécuté Olof, il aurait perdu la face en tant que patriarche, et donc il n’avait pas eu d’autre choix.

Hveðrungr regarda la tête coupée qui roulait sur le sol et lui adressa une remarque d’adieu.

« Regarde, alors, depuis le Valhalla. Regarde comme je brûle Iárnviðr jusqu’au sol ! »

 

« Ah ! » Reprenant connaissant, Sigrun s’était redressée et avait vérifié son environnement.

Elle semblait avoir dormi sur un chariot tiré par des chevaux.

Des soldats marchaient en rang de tous les côtés, s’étendant devant et derrière elle. Leurs visages étaient tous assombris par une incroyable fatigue, et ils marchaient avec la tête baissée.

En regardant plus loin, elle vit une large étendue de plaines, et plus loin encore, le contour brumeux d’une chaîne de montagnes.

« Où se trouve ce… ? » avait-elle murmuré.

Une voix familière était parvenue à ses oreilles. « Oh, mon Dieu. Alors tu es enfin réveillée. »

Sigrun se retourna pour trouver Félicia assise dans le chariot, recouverte d’une couverture, appuyée contre le côté du chariot. Elle tenait une liasse de papiers dans ses mains et semblait écrire.

Félicia avait mis les papiers de côté, et avait continué. « Tu es restée endormie pendant une journée entière, immobile comme un mort. Tu as dû accumuler une grande fatigue à cause de tous tes combats. Tu ne devrais vraiment pas te pousser à bout, tu sais ? »

« Un jour entier !? Alors qu’en est-il du Clan de la Panthère !? Qu’a fait le Grand Frère Olof !? »

« Le Seigneur Olof a pris la responsabilité de notre défaite, et a choisi de rester en arrière avec un petit nombre de combattants au Fort de Gashina comme arrière-garde pour que nous puissions nous échapper. » Félicia avait fait une pause, et avait dirigé son regard dans une direction particulière.

Lorsque Sigrun avait fait de même, elle avait vu, à un endroit parmi les couleurs du ciel du soir, un nombre incroyable d’oiseaux qui grouillaient.

C’était difficile à dire à cette distance, mais il s’agissait probablement de corbeaux. Ce sont des oiseaux qui étaient attirés par la puanteur du sang sur le champ de bataille, et qui se nourrissaient des corps des morts.

« Il y a encore quelques instants, j’entendais les bruits des pierres du trébuchet s’écrasant sur les murs de la forteresse, et les cris de guerre des soldats, mais tout cela s’est tu. Il semble que la bataille soit terminée. Je suppose qu’à présent… »

« … ! » Sigrun ne déclara rien, mais il y eut un bruit sourd ! alors qu’elle frappait son poing gauche contre la charrette.

C’était une expression directe de la profondeur de sa colère, l’impact avait été suffisant pour faire vaciller le chariot pendant un moment.

Elle n’avait pas été particulièrement proche d’Olof. Malgré tout, il était son frère juré, avec leur loyauté promise au même parent. Cela signifiait qu’il était de la famille.

Sigrun était parfois appelée la « fleur de glace », mais elle n’était pas froide au point de ne rien ressentir de la mort de cet homme.

« Le Seigneur Olof m’a confié un message à te transmettre, » dit Félicia.

« … Qu’est-ce que c’est ? »

« Il a seulement dit : “Je te laisse le reste maintenant”. »

« … Je vois. » Sigrun n’avait rien dit de plus et avait dégainé son épée.

Elle avait levé sa poignée au même niveau que ses yeux, la lame pointant vers les cieux.

Un guerrier n’avait pas besoin de mots.

Elle n’avait qu’à offrir son respect silencieux au grand homme qui reposait devant elle, et prier silencieusement pour sa paix dans l’au-delà.

Ainsi, le rideau s’était levé sur cette série de batailles entre le Clan du Loup et les clans alliés de la Panthère et de la Foudre, connue par la suite sous le nom de bataille de Gashina, qui s’était terminée par la terrible défaite du Clan du Loup.

 

La nouvelle de la défaite militaire massive du Clan du Loup avait provoqué une onde de choc dans les clans subsidiaires qui étaient sous sa protection.

Dans la capitale du Clan de la Corne, Fólkvangr :

« Est-ce vraiment la vérité !? » Linéa répliqua au messager qui lui avait apporté le rapport, incapable d’y croire.

Son apparence était celle d’une charmante jeune fille, mais elle était le fier patriarche du Clan de la Corne, qui détenait la large bande de territoires fertiles dans le bassin fluvial entre les rivières Körmt et Örmt.

« Oui, madame ! » l’informa le messager. « Les troupes du Clan du Loup ont engagé les forces alliées des clans de la Panthère et de la Foudre près du Fort de Gashina, et ils ont été vaincus ! »

« Quand je pense que le Clan de la Panthère s’est également rendu là-bas… » Linéa avait froncé les sourcils avec amertume.

Le Clan de la Corne avait été victime d’attaques de la cavalerie du Clan de la Panthère, et elle ne connaissait que trop bien la menace qu’ils représentaient. Leur mobilité et leur force dans un assaut lors d’une charge étaient écrasantes.

Et quant au Clan de la Foudre, même une attaque combinée de sept Einherjars avait été facilement balayée par la force sauvage de Steinþórr, un souvenir qui était encore frais dans son esprit même maintenant.

Si ces deux clans avaient combiné leurs forces, alors même pour Yuuto, qui avait été loué comme un dieu de la guerre incarné, il pourrait ne pas être en mesure de s’occuper des deux ennemis en même temps.

« Alors… est-ce que Grand Frère est en sécurité !? » avait-elle demandé désespérément.

L’inquiétude de Linéa ne venait pas simplement du fait qu’il était son frère juré par le Calice. Pour elle, Yuuto était quelqu’un qui avait sauvé le Clan de la Corne du danger à plusieurs reprises, et envers qui elle avait une grande dette. C’était quelqu’un qu’elle pouvait respecter du plus profond de son cœur pour sa sagesse. Et c’était aussi l’homme dont elle était tombée amoureuse.

Sa sécurité et sa localisation étaient les choses les plus importantes pour Linéa.

« À ce propos… le rapport dit que le Seigneur Yuuto a été tué dans la bataille. »

« Quoi !? » La couleur avait disparu du visage de Linéa. Ses dents avaient commencé à claquer, et elle avait trébuché d’un pas en arrière, puis d’un autre. « C-C’est un mensonge ! G-Grand Frère est venu à nous depuis la terre au-delà des cieux. Il n’y a aucune chance qu’il soit mort ! »

« Cependant, c’est la seule conclusion raisonnable ici. »

« C’est un mensonge, un mensonge, un mensonge, un mensonge ! » Linéa ne pouvait rien faire d’autre que de crier ces mots, les répétants. Son esprit refusait d’accepter cette idée.

« Princesse, reprenez-vous, s’il vous plaît ! Vous êtes le patriarche, vous ne devez pas agir de la sorte ! » Celui qui était intervenu avec colère pour la faire sortir de ce cycle était un homme âgé aux cheveux blancs qui se tenait à ses côtés.

Il s’appelait Rasmus et était un haut fonctionnaire du Clan de la Corne, dont il était auparavant le commandant en second. Il s’était retiré de ce poste après avoir été gravement blessé lors de la dernière guerre du Clan de la Corne contre le Clan de la Foudre, et il servait maintenant de conseiller à Linéa. Pour Linéa, il était un peu comme une figure paternelle.

« M-Mais…, » elle avait bégayé. « Cette affirmation que Grand Frère est mort est juste… »

« Je comprends ce que vous ressentez, mais restez calme ! Vous ne pourrez pas protéger le Clan de la Corne autrement ! »

« Argh… » Un peu de calme était revenu dans les yeux de Linéa après avoir entendu les mots de Rasmus.

Pour elle, protéger le clan qu’elle avait hérité de son père et apporter la prospérité à son peuple était un devoir qui devait être sa priorité. Elle avait maintenant réussi à s’en souvenir à nouveau.

« T-Tu as raison, » elle avait dégluti. « Si… si nous supposons juste que Grand Frère est vraiment décédé, alors… »

« Oui. Je pense qu’il y aura un chaos inévitable qui suivra. Nous devons décider comment surmonter cette crise, et nous devons le faire en toute hâte. »

« … Oui. » Linéa acquiesça en fronçant les sourcils.

En commençant par le Clan de la Corne, les clans qui avaient prêté allégeance au Clan du Loup en tant que subalternes ne restaient fidèles qu’en grande partie grâce à l’influence du héros qui avait transformé un petit clan faible en une grande nation prospère en moins d’une génération, l’homme connu sous le nom de Suoh-Yuuto.

L’homme actuellement considéré comme le successeur probable de Yuuto, le commandant en second du Clan du Loup, Jörgen, était un homme talentueux et nullement indigne de l’autorité, mais c’était une autre histoire lorsqu’il s’agissait de rallier divers autres patriarches de clans sous sa direction. On ne pouvait s’empêcher de douter qu’il en soit capable.

« Princesse, cela pourrait être une opportunité pour le Clan de la Corne, » dit Rasmus.

« Quoi ? »

« Je sais que notre Clan de la Corne est actuellement dans la position de clan fils du Clan du Loup, mais en tant que nation, nous ne sommes pas moins puissants qu’eux. Et notre serment du Calice avec Jörgen était sur un pied d’égalité, à parts égales. Nous n’avons plus d’obligation de nous tenir en dessous d’eux. Nous pourrions utiliser cette opportunité pour reprendre le rôle de leader dans notre alliance, et nous pourrions même prendre le contrôle du Clan du Loup en lui-même… »

« Rembourseras-tu notre dette envers eux par la trahison !? Crois-tu que je pourrais faire quelque chose d’aussi déloyal !? » Linéa avait crié sur Rasmus avec une colère furieuse et brûlante, mais Rasmus avait gardé une expression sérieuse et avait continué.

« Princesse, on ne peut pas gouverner une nation sur des platitudes. Je ne suggère pas que nous détruisions le Clan du Loup, ou quoi que ce soit de ce genre. Les forts dirigent, et les faibles servent les forts. C’est l’ordre naturel des choses. Ce qui se passera ensuite déterminera l’avenir du Clan de la Corne. S’il vous plaît, réfléchissez longuement et soigneusement à tout cela. »

« … » Linéa n’avait rien pu dire en réponse.

 

À peu près au même moment où Linéa recevait son rapport, le patriarche du Clan de la Griffe Botvid recevait un rapport d’un messager envoyé par sa propre fille, Kristina.

Après avoir déduit les principaux détails de la situation, il était plongé dans ses pensées. « Hm, donc Grand Frère Yuuto est retourné dans son royaume au-delà des cieux… »

Même pour un homme comme lui, qui avait la réputation d’être un grand comploteur et magouilleur, cet événement était complètement en dehors de ses prévisions.

Franchement, il ne pensait pas que le Clan du Loup ait une chance de résister à la puissance combinée des clans de la Panthère et de la Foudre sans Yuuto. Il devait respecter son serment du Calice si possible, mais il n’était pas non plus d’humeur à sombrer avec un navire en perdition.

Il devrait donc prendre en considération la possibilité de changer d’allégeance au Clan de la Panthère ou au Clan de la Foudre à l’avenir.

Après tout, la seule façon pour une nation aussi petite et faible que le Clan de la Griffe de survivre dans ce monde chaotique et déchiré par la guerre était d’être astucieux.

« Maintenant, alors… comment devrais-je jouer celui-ci, je me demande ? » En faisant rouler le message, Botvid avait tapoté son bureau du doigt, et il s’était mis à réfléchir.

Sous la surface, l’absence de Yuuto avait déjà commencé à ébranler les fondations qui soutenaient le Clan du Loup.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire