Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 4

Soudain, elle le fixa de ses yeux bridés, si intensément que Yuuto fit un pas en arrière, mais c’était comme si elle ne le voyait même pas.

« Les Alpes… “álfkipfer”… c’est donc ça. C’est donc ça. Tout est réuni. Si nous pensons que ce n’est pas 9 000 ans, mais 900 ans, alors tout ça finit par correspondre plus naturellement quant à l’époque. »

Saya marmonnait pour elle-même et semblait être d’accord avec ses propres hypothèses, mais Yuuto et les autres étaient complètement laissés de côté.

« Hum, Saya-san ? » demanda Yuuto.

« Ah ! » Saya sursauta et se retourna vers son ordinateur portable, et commença à taper à une vitesse fébrile, comme si elle était possédée. Et tout aussi rapidement, elle ferma l’ordinateur portable et se leva.

« Il y a quelque chose que je dois aller vérifier, alors je vais y aller ! Voilà le paiement ! Au revoir ! »

Elle avait sorti un billet de son portefeuille et l’avait déposé sur la table, puis elle était passée devant la caisse et avait quitté le restaurant.

C’était exactement le genre de comportement erratique, « marchant au rythme de mon propre tambour », que l’on peut attendre d’un génie.

 

◆◆◆

« Quoi !? La nuit dernière, le Clan de la Panthère a lancé un assaut nocturne contre le Clan du Loup… et les a brisés !? » Steinþórr s’était exclamé.

Le patriarche du Clan de la Foudre ne put s’empêcher de répéter, choqué, par la nouvelle que son homme de confiance Þjálfi venait de lui apporter, car elle était aussi surprenante qu’un éclair dans un ciel bleu clair.

Steinþórr était un homme d’une vingtaine d’années, avec une apparence et un comportement encore un peu immatures et rudes sur les bords, mais malgré cela, cet Einherjar était l’une des deux seules personnes dans tout Yggdrasil à posséder deux runes. Et dans tout le pays, il n’y avait personne qui pouvait se comparer à sa force et à sa valeur sur le champ de bataille. Il était craint comme un guerrier et général capable de prendre une armée à lui tout seul.

Mais même ce redoutable guerrier connu sous le nom de Dólgþrasir, le tigre avide de combats, avait été facilement repoussé par un certain homme, et même avec le Clan de la Panthère combattant à ses côtés, cet homme avait tout juste repoussé son assaut une nouvelle fois.

« Pour que Suoh-Yuuto soit vraiment vaincu si facilement… es-tu sûr que ce n’est pas une sorte de mensonge !? »

Lors de la précédente bataille, les deux clans avaient travaillé ensemble pour attaquer le Clan du Loup, et les avaient même frappés au moment où ils s’y attendaient le moins, mais ils n’avaient toujours pas réussi à les vaincre. Il était difficile de croire que le Clan du Loup, qui avait résisté à cela, serait vaincu par le Clan de la Panthère agissant seul.

« Oui, je me suis également demandé s’il ne s’agissait pas d’une désinformation, mais il semble qu’il n’y ait pas de malentendu, » déclara Þjálfi.

« Tu te moques de moi… Suoh-Yuuto aurait dû se méfier d’un assaut nocturne. Comment ont-ils pu quand même l’atteindre ? »

Hveðrungr était un grand général, c’était vrai. Il était le type qui pouvait frapper la moindre faiblesse à la seconde où vous la révéliez, et avait une obsession de la victoire que Steinþórr n’avait pas, ainsi qu’un esprit logique et sans scrupules. C’était un homme avec lequel on ne pouvait pas baisser la garde.

Et pourtant, Steinþórr ne pouvait pas le comprendre.

Il savait dans sa tête que la victoire et la défaite étaient une question de cours dans la guerre, qu’aucun commandant ne pouvait jamais gagner cent pour cent de ses batailles, mais…

Þjálfi avait dit : « Il y a quelque chose dont les soldats du Clan de la Panthère ont fait grand cas. Cela pourrait être pertinent. »

« Quoi ? Dis-le-moi. » Steinþórr fit un geste d’impatience avec son menton.

« Et bien, Suoh-Yuuto est parti. Sans leur commandant en chef, nous n’avons plus rien à craindre du Clan du Loup. »

« Parti ? » Steinþórr avait répété. « Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Malheureusement, je ne sais pas. »

« Mon frère qui porte un masque, bon sang ! J’espère qu’il n’a pas commis d’assassinat. » Steinþórr cracha les mots, et fit craquer ses articulations.

Certes, avec la disparition de Yuuto, il serait compréhensible de penser que le Clan du Loup pourrait subir une énorme défaite par la suite. Cependant, même si de telles choses étaient connues pour se produire en temps de guerre, c’était une déception incroyable.

« Alors, qu’allons-nous faire à partir de maintenant ? » demanda Þjálfi.

« Nous nous joindrons à l’attaque de Gashina, » grogna Steinþórr. « Nous ne pouvons pas laisser le Clan de la Panthère se débrouiller tout seul, après tout. »

Le fort de Gashina était à l’origine sous le contrôle du Clan de la Foudre. Ils ne pouvaient pas retourner à la capitale de leur clan, Bilskirnir, sans au moins le récupérer.

Yuuto se référait souvent à Steinþórr comme étant simplement « cet idiot », mais en réalité, il n’était pas seulement un idiot. Quand il s’agissait de ces questions de guerre, Steinþórr comprenait l’essentiel.

Steinþórr se gratta la tête, puis soupira et marmonna pour lui-même sans enthousiasme.

« Mais, pour être honnête, je ne suis plus vraiment excité par tout ça. »

 

Pendant ce temps, dans la salle du commandant du Fort de Gashina, Olof se creusait les méninges pour savoir quoi faire. Il avait été désigné pour succéder à Yuuto, absent, en tant que commandant en chef de l’armée du Clan du Loup, mais cette situation le déstabilisait.

L’énorme perte de leur dernière bataille les avait laissés avec un grand nombre de blessés, et le moral des troupes était désespérément bas.

En outre, la structure du Fort de Gashina avait été endommagée par endroits lors d’une bataille précédente avec le Clan de la Foudre pour le contrôle de la forteresse, et sa capacité à fonctionner comme une forteresse défensive était considérablement réduite.

Les réserves de nourriture stockées ici avaient également toutes été prises par l’ennemi à l’époque.

L’armée du Clan du Loup avait transporté de la nourriture en même temps que ses troupes, mais même la plus grande partie de celle-ci avait été saisie par l’ennemi dans le chaos qui avait suivi leur défaite sur le terrain. Ce qui restait ne pouvait pas durer longtemps.

Ils ne pouvaient certainement pas mener une longue défense de siège comme ça.

Bien sûr, le clan de la Foudre avait Steinþórr et sa rune Mjǫlnir, le Briseur, et le Clan de la Panthère avait le trébuchet. De toute façon, avec de telles armes destructrices dans les armées ennemies, Olof n’imaginait pas pouvoir tenir longtemps contre eux.

« Alors, devons-nous abandonner Gashina et fuir ? » murmura Olof pour lui-même avec une expression troublée.

Le Clan de la Panthère avait déjà mis en place des formations dans l’étroit passage montagneux voisin, mais il y avait encore une longue route de détour autour des montagnes, que le Clan du Loup avait utilisée lors de sa stratégie « attirer le tigre hors de sa tanière dans la montagne ». Le Clan de la Panthère n’avait pas encore fini de les encercler de troupes dans cette direction, ils pouvaient donc essayer de s’échapper par cette route.

Cependant…

« Pourrions-nous même réussir à fuir ? » ajouta Olof avec un gémissement.

Les forces du Clan du Loup étaient principalement composées d’infanterie. Pendant ce temps, les forces du Clan de la Panthère étaient entièrement composées de cavalerie. La différence dans la mobilité de leurs armées était énorme.

En d’autres termes, même s’ils s’enfuyaient, l’ennemi pourrait les rattraper.

Il était bien connu que la plupart des morts dans une bataille venaient après qu’un échange initial ait été décidé, en lançant des attaques de suivi contre le perdant du combat alors qu’il se retire. De la même manière, une armée en guerre subit ses plus grandes pertes lorsqu’elle est attaquée pendant sa fuite.

« Ne serait-il pas préférable que nous nous engagions plutôt à tenir notre position ici, et à infliger plus de pertes à nos ennemis ? » Olof se l’était demandé à voix haute. « Est-ce que ce serait la meilleure chose à faire pour le Clan du Loup à long terme ? »

Cependant, cela le ramenait au fait que l’armée du Clan du Loup était pleine de blessés en ce moment, et vidée de son moral, pas en état de se battre efficacement.

L’un ou l’autre de ces choix semblait ne promettre qu’une issue infernale, et cela faisait maintenant une heure qu’Olof tournait en rond sur cette question.

Mais le temps était compté, il devait prendre cette décision et en finir.

Juste à ce moment-là, une voix l’avait appelé.

« Grand frère Olof, as-tu une minute ? »

« Oh, Sigrun, » dit-il. « Qu’est-ce que c’est ? »

Avec une expression et un ton de voix indiquant manifestement qu’ils étaient tous deux complètement épuisés, Olof fit signe afin d’inviter la jeune fille aux cheveux argentés à entrer dans la pièce.

Sigrun se tenait devant lui et s’inclina une fois. Lorsqu’elle leva la tête, il vit que ses lèvres étaient serrées l’une contre l’autre dans une expression de sombre résolution.

« … Hm. » Olof avait senti que ce n’était pas une affaire ordinaire et s’était redressé sur sa chaise, lui indiquant de continuer.

Sigrun avait pris une petite inspiration. « Grand Frère, l’Unité Múspell et moi resterons dans cette forteresse et tiendrons l’ennemi en échec ici. S’il te plaît, utilise cette ouverture pour mener la force principale de l’armée hors d’ici afin de vous échapper. »

« Quoi — !? » Olof avait haussé la voix, mais sa demande soudaine l’avait laissé à court de mots.

Les Forces Spéciales Múspell de Sigrun, ou Unité Múspell, étaient un groupe composé des combattants d’élite du clan, mais il ne comptait qu’environ trois cents soldats. Il y avait aussi des stagiaires, mais même en les incluant, il y avait toujours moins de cinq cents soldats au total.

Affronter les armées du Clan de la Foudre et du Clan de la Panthère avec ce nombre n’était pas seulement déraisonnable, c’était absurde.

En d’autres termes, c’était…

« Alors, vous… vous voulez vous sacrifier. »

« Mon travail consiste à me battre à la tête de la meute, à mener le combat afin de protéger tout le monde, » dit Sigrun. « C’est le devoir transmis à chaque Mánagarmr à travers les générations. Tout va bien se passer. Quoi qu’il en soit, je vous garantirai suffisamment de temps pour que tout le monde puisse s’enfuir. »

« Urrgh… » Olof grogna, et porta une main à sa bouche en réfléchissant.

Il semblait bien que c’était la seule bonne décision.

Dans ce scénario, alors que le gros de l’armée du Clan du Loup s’enfuyait, les forces du Clan de la Panthère n’allaient certainement pas simplement passer devant le fort de Gashina pour les poursuivre.

S’ils devaient ignorer et passer devant une forteresse avec leurs ennemis encore à l’intérieur, ils se feraient les cibles potentielles d’une parfaite attaque en tenaille par l’arrière et l’avant. D’après ce qu’Olof avait observé jusqu’à présent, Hveðrungr n’était pas le genre de commandant stupide qui ferait cela.

En d’autres termes, cela signifiait que jusqu’à ce que le Clan de la Panthère ait fini de capturer le Fort de Gashina, la force principale du Clan du Loup pouvait fuir sans subir d’attaque de leur part.

Et si affronter l’ennemi en première ligne pour protéger tout le monde était le devoir du Mánagarmr, alors il était également du devoir du commandant en chef de faire les sacrifices nécessaires pour protéger la grande armée — d’être celui qui prend ces décisions et donne l’ordre.

Olof prit une longue, longue inspiration, puis la relâcha lentement. Se levant, il se dirigea d’un pas vif vers le côté de Sigrun et posa une main sur son épaule gauche.

« Je suis désolé, et je te remercie. Alors, on va laisser le reste… à moi ! »

Thwack ! Soudain, Olof avait frappé Sigrun avec son poing.

Sigrun avait réagi à l’attaque en un instant en la bloquant par réflexe avec son bras droit. « Qu’est-ce que tu… !? Augh !! »

Sa blessure avait ressenti la force de l’impact, et son visage s’était tordu de douleur.

Olof n’avait pas négligé l’ouverture que cela lui donnait. Au contraire, son attaque avait été calculée pour la créer.

« Comment as-tu prévu de te battre avec ton bras armé dans cette forme ? » demanda-t-il. « Ha ! »

« Gugh — ! » Sigrun laissa échapper un grognement sans mot lorsque l’attaque suivante d’Olof la frappa en plein dans le plexus solaire. Il l’avait frappée avec toute la force qu’il avait.

« Olof… tu… » Même Sigrun n’avait pas pu rester debout après ça. Elle était tombée à genoux, puis elle s’était effondrée sur le sol, où elle était restée sans bouger.

Apparemment, elle avait perdu connaissance.

« Héhé. Grâce à toi, j’ai pris ma décision, » dit Olof, en la regardant de haut. « Cette défaite, c’est à moi de la porter. Comment pourrais-je m’enfuir sans vergogne et laisser ma petite sœur jurée nettoyer mes dégâts ? »

En parlant, son expression ne portait plus de signes de doute, c’était le visage d’un homme qui avait trouvé sa résolution.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire