Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 3

Tout à coup, Ruri avait été interrompue par une femme aux cheveux blonds qui était arrivée par-derrière et lui avait tiré brusquement les oreilles.

« Désolée pour ça. Celle-ci était plutôt impolie, n’est-ce pas ? » Tout en continuant à tirer sur les oreilles de Ruri, la femme blonde avait souri gentiment.

Elle avait l’air d’avoir une vingtaine d’années, plus ou moins. C’était une beauté élancée qui ressemblait à une version plus âgée de Ruri.

« Aïe, aïe ! Saya ! Je suis désolée ! J’ai eu tort, d’accord ? Laisse-moi juste partir ! »

« Ce n’est pas à moi que tu dois présenter des excuses. »

« Uuugh… Mitsuki, Suoh-san, je suis désolée, » gémit Ruri.

« Bien. » Saya avait hoché la tête avec satisfaction et avait finalement libéré les oreilles de Ruri, puis s’était assise à côté d’elle.

Ruri avait mis ses mains sur ses oreilles, marmonnant, « Arghh, ça fait mal… » pour elle-même, les larmes aux yeux. Même pour un membre de la famille, ce traitement était plutôt impitoyable.

La belle fille plus âgée haussa les épaules, puis fit un geste à Ruri en se présentant. « Oh, je suis Saya Takao, sa cousine. Enchantée de vous rencontrer. »

« Hum, vous êtes… la personne qui a de l’expérience en archéologie, non ? » Yuuto avait demandé. « Je suis Yuuto Suoh. Permettez-moi de vous remercier pour votre aide la dernière fois. C’était très utile. »

« Hé, vous connaissez certainement vos manières. J’aimerais que mes petits cousins puissent apprendre une chose ou deux de vous. »

« Ahaha... » Ne sachant pas comment répondre à cela, Yuuto ne put que laisser échapper un rire sec.

« J’ai toujours voulu avoir la chance de vous parler directement. C’est les vacances de printemps, donc j’étais chez moi, et il se trouve que vous êtes rentré en même temps, vous savez ? J’ai pensé que c’était une bonne occasion. Ce n’est pas un problème, j’espère ? »

« Non, c’est plutôt le contraire, » dit Yuuto. « Je voulais aussi avoir la chance de parler avec vous. »

« Hm. Vous avez un air très posé pour quelqu’un de votre âge. Et même si vous êtes calme, il y a un certain “poids” que je ressens en vous. Je suppose que c’est le genre d’attitude que l’on peut attendre de quelqu’un qui dirige des dizaines de milliers de personnes sous ses ordres. » D’une main au menton, Saya acquiesça comme si elle confirmait ses pensées.

Yuuto ne put s’empêcher de hausser les épaules et d’émettre un petit rire ironique. « Je pense que ce que vous ressentez ressemble plus à l’effet placebo, en fait. »

« Hmm, vraiment ? Eh bien, nous allons alors juste laisser ça comme ça. Oh. Je paie le repas, alors commandez ce que vous voulez. Ne vous retenez pas, je n’en ai peut-être pas l’air, mais il se trouve que je gagne bien ma vie. »

« Ah, d’accord. » À la demande de Saya, Yuuto avait ouvert le menu.

Ruri s’était jetée sur lui si rapidement plus tôt qu’il n’avait pas encore eu le temps de passer une commande.

Il n’était pas vraiment enthousiaste à l’idée que les gens paient pour lui, mais avec un adulte et une dame faisant cette déclaration, en tant que personne plus jeune, il serait en fait impoli de refuser. Yuuto avait donc décidé de profiter de sa gentillesse dans ce cas.

Pendant qu’il commandait quelque chose au hasard dans le menu du déjeuner, Saya avait ouvert son ordinateur portable.

« Alors maintenant, allez-vous me raconter votre histoire ? » avait-elle demandé tout de suite. On aurait dit qu’elle était complètement préparée à une longue discussion.

Yuuto avait acquiescé. « Je suis d’accord pour en parler, mais je ne sais pas par où commencer. »

« C’est bien si vous commencez depuis le tout début. »

« Très bien, alors… »

Avec un peu de thé oolong du bar du restaurant pour se désaltérer la gorge, Yuuto avait commencé à tout raconter depuis le début.

 

« Juste après avoir été appelé là-bas, je n’avais vraiment aucune idée de ce qui se passait. Mais je me souviens encore clairement de la sensation de froid de la lame de l’épée de Sigrun contre ma gorge. Mon sang s’est glacé, comme on dit. »

« Mm-hm, oui. Comme prévu, c’est beaucoup plus réel venant directement de vous plutôt que de seconde main. » Saya avait fait de petites remarques en écoutant attentivement, tout en tapant sur le clavier de son ordinateur portable.

Yuuto avait bien un ordinateur de bureau chez lui, mais pour quelqu’un comme lui qui utilisait presque exclusivement un smartphone, voir quelqu’un taper aussi rapidement et proprement de près était honnêtement impressionnant.

« Hmm… la divergence avec la mythologie est dans l’ensemble assez conforme à ce que j’avais prédit, mais la partie la plus vitale étant la plus contradictoire est ce qui m’inquiète vraiment. » Les doigts de Saya avaient arrêté de taper et avaient commencé à taper en rythme sur la table.

« La partie la plus vitale, vous dites ? » demanda Yuuto.

« Oui, lorsque vous avez été convoqué dans ce monde… c’est-à-dire, en termes de mythologie nordique, le moment où Fenrir a été capturé et lié par Gleipnir. »

« D’accord… ? »

« Dans les mythes, les dieux d’Ásgarðr décident d’emprisonner Fenrir, dont il est prophétisé qu’il leur apportera le désastre. Ils utilisent une chaîne de fer appelée Læðingr, mais elle se déchire. Ensuite, ils préparent une chaîne deux fois plus solide que Læðingr, appelée Drómi, mais Fenrir la déchire facilement elle aussi. »

« On dirait une bête incontrôlable et déchaînée. »

« Cependant, il se trouve que nous parlons de vous, » dit Saya. « N’est-ce pas, monsieur “Le Loup infâme Hróðvitnir” ? »

Saya avait un peu gloussé, mais pour Yuuto, cette histoire n’avait pas vraiment de rapport avec lui, et la blague était tombée à plat.

Elle poursuit. « Donc, cela signifie que nous pouvons interpréter cela comme décrivant que plusieurs tentatives ont été faites pour effectuer un rituel d’invocation, mais que vous n’avez pas été invoqué avec succès avant. »

« Hmm, je vois. »

« Et c’est ainsi que les dieux, arrivés au bout de leur patience, façonnèrent une corde magique entièrement composée d’ingrédients qui n’existent pas dans ce monde, et ils l’appelèrent Gleipnir. Plus précisément, il a été préparé sous la direction du serviteur du dieu Frey, Skírnir. »

« Attendez, Skírnir est… ! » Les yeux de Yuuto s’étaient écarquillés en entendant ce mot familier.

« C’est exact, c’est la rune brandie par votre adjointe Félicia. Certains théorisent que Skírnir était aussi un espion travaillant pour Surt, mais peut-être pouvons-nous simplement dire que les choses n’étaient ni trop proches ni trop éloignées. »

« Hé, elle n’est pas une sorte d’espionne. » La réponse de Yuuto était un peu maussade. « Elle a été à mes côtés tout ce temps. »

Félicia avait été véritablement gentille et loyale envers lui depuis l’époque où il était impuissant et inutile, raillé par tous les autres comme « Sköll, le Dévoreur de Bénédictions ». Naturellement, il n’aimait pas qu’on dise qu’elle était une sorte d’espionne.

« Eh bien, sur ce point, nous pourrions faire intervenir l’Yngvi du clan du sabot dans l’équation et élaborer quelques théories temporaires, » dit Saya, « mais cela nous éloignerait de notre objectif, alors laissons cela de côté pour le moment. »

« Cependant, vous entendre dire ça me fait encore plus penser à ça. »

« Pour l’instant, laissez-moi continuer à parler de Gleipnir. »

« … Oui. » À contrecœur, Yuuto avait acquiescé.

« Avec Gleipnir, les dieux nordiques ont enfin réussi à enfermer Fenrir. Et vous avez aussi été lié avec succès au monde d’Yggdrasil. C’est bien jusqu’à ce point, mais au moins d’après ce que j’ai entendu de vous, il manque un élément important qui est absolument nécessaire à l’histoire. »

« Un élément absolument nécessaire ? »

« Exactement. Le dieu de la guerre, Tyr. Il y a un épisode dans les mythes où, pour capturer Fenrir, il finit par sacrifier son propre bras droit. Mais dans votre histoire, il n’y a rien qui corresponde à ça. »

« Est-ce que Papa… Je veux dire, l’ancien patriarche Fárbauti pourrait-il être cela ? Son commandant en second, ou en d’autres termes son bras droit, Loptr, était… »

« Mm-hm, j’ai aussi pensé à cette possibilité, mais ça ne semble pas correspondre. Tyr est le dieu le plus haut placé dans le panthéon nordique, d’accord ? Et, désolé si c’est impoli, mais votre prédécesseur patriarche était, au mieux, le chef d’un petit clan régional, non ? »

« Le plus haut niveau ? Odin n’était-il pas le dieu principal de la mythologie nordique ? » Yuuto n’était pas incroyablement familier avec la mythologie, mais même lui en savait autant.

« Oui, il l’est dans la version de la mythologie nordique qui est transmise aujourd’hui. Mais au tout début de l’histoire de la mythologie, Tyr était le dieu de la loi, de la prospérité et de la paix, le dieu suprême. Après cela, il y a eu une longue période de guerre féroce, et au milieu de cela, une majorité de la foi est passée à Odin, le dieu de la guerre. Tyr a été réduit à un dieu de la guerre de moindre importance, un dieu des soldats. »

« Le monde des dieux a l’air d’être une société difficile, » dit Yuuto en grimaçant.

Et parce qu’il avait mentionné ce nom plus tôt, il ne pouvait s’empêcher de le rappeler : Loptr était à l’origine supposé avoir capturé le titre et la position de Huitième Patriarche du Clan du Loup. Mais celui qui l’avait forcé à renoncer à ce destin était Yuuto.

« Vous avez raison, » dit Saya. « Au final, les dieux sont quelque chose que les humains ont inventé, donc on peut dire qu’ils subissent les mêmes fautes et conséquences que dans le monde des humains. »

 

La conversation s’était poursuivie pendant un long moment.

Yuuto avait finalement terminé son récit.

« … Et donc, quand cette femme Sigyn a utilisé le seiðr Fimbulvetr sur moi, avant que vous le sachiez, j’étais dans la chambre de Mitsuki, et c’est comme ça que j’ai fini ici. Eh bien, c’est à peu près tout. »

Ayant fini de parler, Yuuto avait pris une inspiration et avait expiré profondément.

Il avait essayé de raconter son histoire de manière résumée, mais malgré cela, cela faisait plus de quatre heures qu’il avait commencé. Il était naturellement épuisé.

« Hm, merci, » dit Saya. « Tout cela était si fascinant. »

Après avoir fini de taper avec un claquement fort de son annulaire sur la touche entrée, Saya avait levé les bras et s’était étirée.

« Non, merci d’avoir pris le temps de m’écouter. » Yuuto avait incliné sa tête vers elle profondément.

« Je suis allé dans un autre monde et j’ai vécu tel un roi dans ce monde » était une histoire complètement ridicule, et elle l’avait pris au sérieux, écoutant tout et prenant des notes tout le temps. Il lui était incroyablement reconnaissant.

« Vous n’avez pas à me remercier, » dit Saya. « Au final, même après avoir entendu tout ça, je n’arrive toujours pas à savoir où et quand vous étiez. » Elle avait mis une main sur sa bouche, en fronçant les sourcils.

« Si vous n’avez pas réussi à comprendre, alors…, » Yuuto soupira, se sentant un peu déprimé à cette conclusion.

Il voulait vraiment savoir exactement où il avait été et à quel moment dans le temps. Bien sûr, c’était parce qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser à ce qui viendrait ensuite dans l’histoire.

Il voulait que tous les membres du Clan du Loup puissent vivre en paix.

Si c’était possible, soit… mais s’ils suivaient le fil de la mythologie nordique, alors dans un futur proche, une grande guerre équivalente à la fin du monde allait se produire. L’anxiété ne cessait de croître en lui.

« D’après leur race, leur langue, leurs croyances spirituelles, leurs vêtements et autres, j’aurais supposé que c’était quelque part dans la région de l’Europe de l’Est, mais la géographie de cette région est clairement différente. » Saya avait recommencé à taper.

Elle avait incliné l’écran de son ordinateur portable pour que Yuuto et les autres puissent le voir. Elle affichait une carte du continent européen.

Yuuto avait souvent regardé des cartes comme celle-ci sur son smartphone, mais les voir sur un écran d’ordinateur plus grand les rendait beaucoup plus faciles à lire.

Yuuto avait commencé à tracer la ligne de latitude 53 degrés de gauche à droite. « C’est vrai. Il devrait y avoir trois très grandes chaînes de montagnes, mais… »

« Mais il n’y en a certainement pas un seul dans la région, non ? »

« Oui… » La zone sur laquelle il avait tracé son doigt était une large tache verte.

Il n’y avait aucune trace de la couleur brun foncé utilisée pour indiquer les hautes chaînes de montagnes.

« Si nous allons aussi loin à l’est que la Chine, alors la race des gens ne correspond pas, et si nous allons en Amérique du Nord, il y a des montagnes, mais l’océan est directement à l’ouest de celles-ci, » avait-il analysé. « Dans le monde où je me trouvais, à l’ouest des chaînes de montagnes se trouvait une vaste zone terrestre avec des régions comme Álfheimr et Vanaheimr. »

« C’est toujours un mystère, » dit Saya. « C’est une question un peu basique, mais pensez-vous avoir fait une erreur de calcul lorsque vous avez déterminé votre latitude ? »

« Je m’en doutais aussi, et j’ai fait de nombreuses recherches à ce sujet. »

« Hmm… »

« Je veux dire, si on va jusqu’à la ligne de latitude 45 degrés, il y a les Alpes, peut-être. »

« Non, d’après ce que vous m’avez dit, la topographie des Alpes est clairement différente… hm ? » Saya s’était figée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire