Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 4

Soudain, une voix rauque avait appelé de derrière Rífa. « Bienvenue à la maison, Votre Majesté. »

C’était une voix qui lui inspirait de l’effroi. Son visage se tordit d’amertume, comme si elle avait avalé un insecte.

Elle avait réussi à rassembler ce qui lui restait de force mentale et à afficher un visage social en se retournant. L’homme qui se tenait là était exactement celui qu’elle attendait : un vieil homme maigre et flétri, aux cheveux blancs, s’appuyant sur une canne.

« Alors, avez-vous pu apprécier votre séjour au sein du Clan du Loup ? » avait-il demandé.

« Hmph ! Donc, vous savez déjà tout sur l’endroit où j’ai été et ce que j’ai fait. »

« Oui, bien sûr que oui. Vous êtes après tout ma future épouse, » Le vieil homme, Hárbarth, avait laissé échapper un ricanement amusé.

Rífa, quant à elle, se contenta de froncer les sourcils en signe de mécontentement supplémentaire. Le mot « épouse » l’avait bouleversée.

Rífa fixa à nouveau le vieil homme, le regardant de haut en bas.

Ses longs cheveux et sa longue barbe étaient aussi blancs que ses propres cheveux. Elle avait entendu dire qu’il avait déjà largement dépassé la soixantaine.

Son visage était couvert de multiples rides, et les mains qui dépassaient des manches de sa robe n’étaient que peau et os.

La pensée qu’il allait être son futur mari était suffisante pour la rendre malade.

Malgré cela, elle ne pouvait rien faire pour éviter ce mariage. Rífa avait le devoir, en tant que Þjóðann, de transmettre et de préserver sa lignée royale.

Et donc, ce vieil homme repoussant était la seule option qui lui restait, toutes les autres avaient été éliminées.

À première vue, le palais de Valaskjálf était un endroit magnifique. C’était vrai, et c’était exactement la raison pour laquelle un budget énorme était nécessaire pour maintenir ce niveau de splendeur. Le niveau de vie était devenu trop élevé, et il ne serait pas facile de le réduire à nouveau.

À ce stade, les finances de l’empire central étaient si désespérées qu’il ne pouvait plus joindre les deux bouts sans le soutien de Hárbarth et de son Clan de la Lance.

En effet, la situation était si désespérée que tout le monde savait à quel point ce mariage était mal choisi et mal assorti, et pourtant personne ne pouvait élever la voix pour le dire.

En termes clairs, pour soutenir l’empire, Rífa avait été vendue à ce vieil homme méprisable, comme un objet.

Elle allait donner naissance à un nouveau Þjóðann portant son sang.

Et le jour redouté de cette cérémonie de mariage était déjà bien proche.

 

« Argh… ! » Sigrun avait grogné. « Félicia, sois un peu plus douce avec ça.… Ngh ! »

« Je suis douce, » dit Félicia, les sourcils froncés. « Vraiment, tu as été si imprudente en te battant avec ta main comme ça ! » Elle avait continué à appliquer avec précaution sa pommade médicale faite maison sur le dos de la main de Sigrun.

Ils étaient dans une pièce du Fort de Gashina, une forteresse à la frontière du territoire du Clan du Loup et du Clan de la Foudre.

Au cours de la précédente bataille nocturne, l’armée du Clan du Loup avait subi une défaite majeure, ne parvenant qu’à peine à survivre en s’enfuyant dans cette forteresse voisine.

Un regard par la fenêtre avait montré une scène remplie de blessés. Personne ne s’en était sorti indemne. Tous leurs visages étaient épuisés et assombris par l’inquiétude.

On peut dire que l’armée du Clan du Loup était en lambeaux.

Mais le fait est qu’ils étaient si nombreux à être arrivés en vie ici, probablement grâce à une seule personne.

« Je ne pouvais rien y faire. Je n’avais pas le choix, » répondit froidement Sigrun. « Le devoir du Mánagarmr est de toujours se battre en première ligne, pour protéger les autres soldats. »

Sigrun avait pris la tête de l’arrière-garde, se battant bec et ongles avec un courage incroyable alors que l’armée battait en retraite. Sans ses efforts, seulement la moitié, ou peut-être même un tiers, des personnes auraient survécu pour atteindre la forteresse.

Mais le prix qu’elle avait payé pour ça était élevé.

« Quand bien même, tu n’avais pas à… écoute, ne m’en veux pas si cette main ne fonctionne plus correctement, » dit Félicia.

« Ce serait un vrai problème. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour cette main… Argh. » Alors que Sigrun essayait de serrer sa main droite en un poing, elle laissa échapper un grognement et grimaça.

Cette fille était connue pour son visage de pierre dans la plupart des situations, et pourtant son expression s’était tordue de douleur. Cela montre à quel point la douleur devait être intense.

C’était logique, car même après avoir été blessée à la main droite par Hveðrungr pendant leur duel, elle avait continué à utiliser et à abuser de cette main. La blessure et le gonflement avaient empiré de façon horrible, la main droite de Sigrun était maintenant deux fois plus grosse que la normale.

« Qu’est-ce que tu dis, dans ton état ? » Félicia avait répondu comme si elle réprimandait un enfant têtu. « Tu dois juste te reposer et guérir pendant un moment. »

On aurait dit que cette main aurait du mal à saisir quoi que ce soit, même légèrement. Se lancer dans la bataille avec la main de son arme principale dans cet état ne serait rien de moins que suicidaire.

Il était donc parfaitement naturel de l’arrêter dans cette situation, mais…

« Tu ne peux pas t’attendre à ce que je reste assise à ce moment critique où nos vies sont en jeu, » répliqua Sigrun.

« Mais maintenant que Grand Frère a été renvoyé dans son monde, si les troupes du Clan du Loup devaient te perdre aussi, alors… ! »

« C’est exactement pour ça. Si je disparais de ma place sur le champ de bataille, le moral ne tiendra pas. » Sigrun se leva d’une manière qui indiquait que la conversation était terminée, et elle enfila le manteau de fourrure qui était accroché au mur à proximité. C’était l’objet qui désignait le Mánagarmr, transmis d’un porteur du titre au suivant.

Apparemment, elle avait une conscience profonde de la responsabilité et du poids qui en découlait. C’est exactement pour cela qu’elle était si résolue dans son intention de ne pas reculer devant le combat.

Félicia poussa un petit soupir, réalisant l’inutilité de toute autre persuasion. « Ohhh, tu n’écoutes vraiment que Grand Frère et personne d’autre, n’est-ce pas ? »

Pourtant, même en disant cela, elle reconnaissait la validité de l’argument de Sigrun. Elle n’avait pas d’autre choix que de le reconnaître.

La précieuse tactique défensive de leur armée, le « mur de chariots », avait été facilement vaincue, et l’armée du Clan du Loup avait subi sa première défaite militaire majeure de ces dernières années.

Quant au Fort de Gashina, il venait tout juste d’être attaqué et capturé par le Clan de la Foudre, subissant de graves dommages à l’époque, et sa capacité à fonctionner comme une forteresse défensive était donc grandement réduite.

Si le Clan de la Panthère se joignait au Clan de la Foudre et attaquait ensemble, la forteresse ne tiendrait probablement pas.

Et malgré cette crise, Yuuto, le commandant en chef que les soldats vénéraient tous, ne se présentait pas devant eux. Le prétexte invoqué était que Yuuto se remettait de ses propres blessures.

Il serait difficile de demander aux soldats d’ignorer leur anxiété à ce stade.

Et donc, si Sigrun, le Mánagarmr, devait disparaître du front pour cause de blessure, les hommes ne verraient aucun espoir de victoire pour le Clan du Loup. Tombant dans le désespoir, ils commenceraient à craquer et à fuir, ou à se rendre à l’ennemi, cette issue était aussi claire que le jour.

Dans l’état actuel de l’armée du Clan du Loup, un petit déclenchement serait comme une fissure dans une couche de glace mince, et conduirait à un effondrement total.

« Cela me fait penser à un truc, Félicia. » Sigrun s’était tournée vers elle avec un regard très sérieux. « Il y a quelque chose dont je dois te parler, et c’est une bonne occasion. »

« Qu’est-ce que c’est ? Est-ce quelque chose de bon, ou de mauvais ? »

« Je ne peux pas le dire. Ce n’est pas quelque chose que je peux décider. C’est à propos de cet homme masqué, celui qui est probablement le patriarche du Clan de la Panthère… Euh, essaie de rester calme quand tu entendras ça, d’accord ? »

Pour quelqu’un qui, d’habitude, allait droit au but et ne mâchait pas ses mots, Sigrun parlait d’une manière étrange, très hésitante.

C’était suffisant pour que Félicia déduise ce que Sigrun essayait de lui dire.

« Tu parles de mon frère, n’est-ce pas ? » dit-elle, avec un petit sourire en coin.

« Qu… Tu le savais !? »

« Oui, bien que Grand Frère ait décidé que je devais garder le silence à ce sujet. Je m’excuse. »

Si la nouvelle se répandait en public que le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, était en fait Loptr, l’ancien commandant en second du Clan du Loup, le Clan du Loup serait obligé de faire tout son possible pour le tuer.

Cet homme avait tué son père juré, le crime le plus impardonnable. Si le Clan du Loup laissait un tueur impuni, cela entacherait l’honneur du clan et affaiblirait son autorité, tant au niveau national qu’international.

En découvrant ce fait, Yuuto avait estimé qu’il n’avait pas d’autre choix que de le garder secret, car il détestait la guerre et souhaitait trouver un moyen de forger des relations pacifiques avec le Clan de la Panthère.

Même après que les deux clans soient entrés en guerre, il avait choisi de garder le secret pour quelques personnes seulement, afin de préserver la possibilité d’une fin pacifique au conflit, et d’éviter d’être forcé de soutenir une guerre continue.

« Tu n’as pas à t’excuser, » dit Sigrun en secouant légèrement la tête. « Si c’est ce que Père a décidé, alors il n’y a rien que tu puisses faire. »

Elle semblait accepter cette explication comme une évidence, sans autre sentiment à ce sujet.

Elle ne gaspillait pas une seule pensée pour des soucis stupides, par exemple si elle n’avait pas été prévenue parce qu’on ne lui faisait pas confiance.

Cet aspect candide et détaché de Sigrun était un peu éblouissant pour quelqu’un comme Félicia, qui se concentrait beaucoup sur les soucis et les détails.

Bien sûr, c’était cet aspect de la personnalité de Félicia, cette attention aux détails, qui lui permettait de soutenir Yuuto aussi bien qu’elle le faisait, et en fait Sigrun l’enviait pour cela.

« Pourtant, » dit Sigrun, « bien que je n’aime pas le dire ainsi devant toi, cet homme est un terrible problème en tant qu’ennemi… »

Elle baissa les yeux sur la main blessée que Félicia enveloppait maintenant dans des bandages, le visage vexé et amer.

On pourrait bien dire qu’un soldat vit toujours avec la victoire et la défaite, mais pour la femme portant le lourd titre de Mánagarmr, la plus forte guerrière du Clan du Loup, cela devait être incroyablement frustrant.

« J’avais pensé que le pouvoir de cet homme était sa capacité à voler les techniques de ses ennemis et à les faire siennes, mais c’était complètement faux. » Sigrun avait craché les mots avec amertume. « Son vrai pouvoir, le plus terrifiant, c’est qu’au milieu d’un combat, il peut lire complètement ses adversaires, identifier leurs tendances et leurs manies, et voir leurs faiblesses. »

Félicia était la petite sœur de Hveðrungr — Loptr — par naissance, et elle connaissait bien la vérité des paroles de Sigrun.

Utiliser et maîtriser une technique volée à un adversaire signifiait aussi comprendre pleinement comment cette technique peut être surmontée.

Et ce principe s’appliquait également à ses capacités en stratégie en tant que commandant.

« En effet, qu’il soit capable d’imaginer non pas une, mais plusieurs méthodes afin de percer la défense du mur de wagons… sans aucune flatterie en tant que sa sœur, je trouve son talent terrifiant. »

« Et il a ce monstre Steinþórr qui l’attend dans son dos, le Tigre Affamé de Batailles Dólgþrasir, » dit Sigrun avec amertume. « Je dois dire que c’est une situation assez terrible pour être sans Père ici. »

« Cependant, si nous pouvons tenir un peu, nous devrions pouvoir recevoir des instructions du Grand Frère. »

La nuit dernière, les jumelles du Clan de la Griffe avaient été envoyées à cheval vers Iárnviðr avec le smartphone de Yuuto en leur possession. Ces deux-là seraient sûrement capables de rentrer saines et sauves à la ville sans être capturées par l’ennemi.

Et Ingrid avait appris à utiliser l’appareil par Yuuto, donc elle devrait être capable de le contacter.

« Je vois. C’est rassurant à entendre, mais… franchement, il n’est pas certain que nous puissions tenir aussi longtemps. » L’expression de Sigrun était toujours aussi sombre.

Même avec la grande vitesse des jumelles, il faudrait encore au moins deux jours pour atteindre Iárnviðr depuis le Fort de Gashina. La communication devant également se faire de nuit, il faudrait cinq jours au total.

Contre un ennemi normal, se barricader dans la forteresse leur ferait facilement gagner au moins autant de temps, mais…

« L’ennemi a ce, comment ça s’appelle, tu, t-ture, torebset ? Le truc qui lance des pierres ? »

« Le trébuchet, oui. »

« Ahh, c’est ça. Contre ça, cette forteresse ne tiendra pas du tout. » Avec un profond soupir, Sigrun secoua la tête en signe de résignation.

Cette machine pouvait lancer de gros rochers, plus gros que deux hommes adultes, avec une vitesse et une force incroyables. Son pouvoir destructeur était quelque chose que Sigrun connaissait bien, car elle l’avait vu utilisé contre les forteresses des Clans de la Griffe et de la Corne dans le passé.

C’était une arme fiable à avoir de leur côté, mais terrible et vexante une fois qu’elle était utilisée contre eux.

Pour l’instant, ils n’avaient aucun moyen de se défendre contre elle.

Sigrun respira profondément, puis expira longuement. « Hahhhhh… On dirait que je vais devoir m’armer de courage. » Elle avait parlé avec une détermination bien visible dans sa voix.

Ce regard déterminé dans ses yeux avait donné à Félicia un sentiment terrible.

Il s’est avéré qu’elle avait raison de penser ça.

« Je voulais au moins entendre la voix de Père une dernière fois avant la fin, mais rien n’y fait. S’il te plaît, dis-le à Père en mon nom. Dis-lui que Sigrun s’est battue vaillamment, jusqu’à la fin. »

 

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire