Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 1 – Partie 7

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 7

« Cette voix, et l’incohérence de ces attaques… Tu… tu es Loptr ! » avait-elle crié.

« Ha ! Il y a longtemps que j’ai jeté ce nom ! » Alors qu’il criait ces mots, Hveðrungr avait finalement porté un coup dommageable contre le dos de la main droite de Sigrun avec la crosse de sa lance.

« Guaah ! » Sigrun cria de douleur et lâcha son arme.

Par réflexe, elle avait voulu saisir l’épée à sa taille, mais elle n’avait pas pu la libérer, peut-être encore sous le choc de la dernière attaque.

« C’est fini, ma fille ! » Hveðrungr n’allait pas laisser cette occasion parfaite se perdre.

Il avait poussé sa lance en avant pour donner un coup fatal…

Thwip !

Soudain, quelque chose s’était enroulé autour du bras de Hveðrungr et l’avait tiré.

La lance de Hveðrungr avait dévié de sa trajectoire, et n’avait fait qu’une entaille peu profonde dans l’épaule gauche de Sigrun.

« Qui va là… Félicia !? »

« Ouf… Je suis vraiment contente d’être arrivée à temps. » La jeune femme aux cheveux dorés poussa un soupir de soulagement en relâchant la tension de son fouet et en le récupérant.

Sigrun avait été épargnée d’un cheveu. Si Félicia était arrivée ne serait-ce qu’une seconde plus tard, le fer de lance de Hveðrungr lui aurait transpercé le cœur.

« Désolée. Je t’en dois une, Félicia, » dit Sigrun.

« Oh, c’est bon, Run. Plus important, tu as gagné beaucoup de temps. Retirons-nous. »

« Mais le commandant ennemi est ici, devant nous… »

« Qu’est-ce que tu dis avec ta main comme ça ? Je me fiche de savoir si tu es une dure à cuire, tu as au moins une fracture ! »

« Rghh… tch, d’accord. »

Sigrun répondit aux remarques de Félicia par un regard noir et un claquement de langue, mais accepta tout de même à contrecœur. Apparemment, elle avait déterminé qu’elle ne pourrait pas gagner le combat avec sa main principale blessée.

Comme on pouvait s’y attendre de la part de la fille que Hveðrungr avait, dans sa vie antérieure, appelée « dotée du talent pour la bataille ».

Bien que son cœur soit rempli de la fierté d’un guerrier, elle était capable de supprimer ces émotions et de se retirer quand il était temps de se retirer. Même en tant qu’ennemi, Hveðrungr applaudissait mentalement cette capacité de décision.

« Je te rembourserai certainement pour ça ! » Sigrun tourna son cheval et jeta cette remarque par-dessus son épaule, un coup d’épée dans l’eau avant de se retirer.

Ils avaient donc commencé à fuir, mais Hveðrungr n’avait aucune raison de les laisser partir.

En ce qui concerne plus particulièrement sa sœur Félicia, liée par le sang, il pensait qu’il devait faire tout ce qui était nécessaire pour la capturer et l’amener à ses côtés. Le fait qu’elle soit venue à lui comme ça jouait en sa faveur.

« Félicia, attends ! » Hveðrungr avait mis son cheval au pas de course et avait essayé de faire un cercle devant les deux filles.

Soudain, ses yeux s’étaient écarquillés alors qu’une volée d’innombrables flèches sifflait vers lui.

« Hein !? »

Les flèches n’étaient pas assez rapides pour poser un réel problème. Il avait facilement prédit leur trajectoire et avait dévié les plus dangereuses avec son gantelet.

« Par ici, par là ! » La voix d’une petite fille était parvenue à ses oreilles, étrangement déplacée sur un champ de bataille tendu.

C’était si déplacé et si soudain qu’il s’était retourné par réflexe pour regarder dans la direction d’où cela venait.

À cet instant, Hveðrungr avait senti une présence terrifiante juste derrière lui.

Il avait immédiatement appuyé son corps contre le dos de son cheval, et une autre flèche s’était abattue à l’endroit où se trouvait sa tête.

« Hmph, une de ces jumelles du Clan des Griffes qui utilise un petit tour de passe-passe, c’est ça ? »

Il avait reçu des rapports sur les deux filles. Elles étaient jeunes, mais toutes deux Einherjars, et l’une avait la rune Hræsvelgr, le Provocateur des Vents, l’autre Veðrfölnir, le Silencieux des Vents.

C’était probablement le pouvoir de Hræsvelgr, le Provocateur des Vents, à l’œuvre. Elle utilisait le vent pour projeter sa voix et donner l’impression qu’elle venait d’une autre direction.

C’était une utilisation intéressante des tactiques de diversion, mais au final, ce n’était rien de plus qu’un jeu d’enfant. Ce n’était pas assez pour le faire tomber…

« Tch ! Maudite soit-elle ! »

En se relevant, Hveðrungr s’était rendu compte de ce qui s’était passé et avait fait claquer sa langue. Au moment où il avait rompu la ligne de vue avec elles, Sigrun et Félicia avaient complètement disparu.

Toutes deux possédaient des apparences qui ressortaient normalement, mais dans cette obscurité, il serait difficile de les trouver.

L’obscurité avait joué en faveur du Clan de la Panthère jusqu’à présent, mais à ce moment-là, elle avait donné une ouverture au Clan du Loup.

« Hmph ! Eh bien, je suppose que ce n’est pas le moment de courir après des filles, de toute façon, » murmura Hveðrungr pour lui-même, et tira sur les rênes, amenant son cheval à s’arrêter.

Il était le patriarche du Clan de la Panthère, et avait le devoir de les diriger et de les commander. Il ne pouvait pas se permettre de partir seul à la poursuite de l’ennemi.

Une bataille lancée à partir d’une attaque-surprise était une lutte contre le temps. S’il faisait des erreurs dans son commandement ici, la chance en or qui lui était tombée dessus serait gâchée.

Même au sein de la culture méritocratique d’Yggdrasil où la force pratique régnait, le clan nomade de la Panthère était particulièrement extrême à cet égard.

Ils avaient déjà été forcés deux fois de suite de subir l’humiliation d’une défaite contre le Clan du Loup. Si cela continuait, certains pourraient chercher à évincer Hveðrungr de sa position.

Il ne pouvait pas laisser le siège de patriarche du clan lui glisser entre les doigts une seconde fois. Il devait éviter cette issue, quoi qu’il arrive.

Politiquement, Hveðrungr était acculé dans un coin, et il ne pouvait plus faire marche arrière.

La bataille était déjà entrée dans sa phase de poursuite.

Hveðrungr regarda le champ de bataille et murmura pour lui-même : « Eh bien, c’est une retraite impressionnante. »

Les troupes du Clan du Loup en fuite ne montraient pas de grands signes de confusion. C’était une marche de retraite bien ordonnée. Ce qui signifie que la chaîne de commandement était toujours fermement en place.

Cela signifiait que Hveðrungr ne serait plus en mesure de leur infliger de grands dommages.

Hveðrungr avait eu l’intention de les attaquer pendant les moments de faiblesse où l’armée était dans la confusion et le désarroi à cause de la disparition soudaine de leur commandant en chef. En ce sens, il avait raté sa chance.

À en juger par la rapidité avec laquelle leurs troupes avaient retrouvé l’ordre, on pouvait dire que celui qui avait pris le commandement à la place de Yuuto avait un grand potentiel en tant que leader.

« Leur nouveau commandant… hmm, c’est probablement Olof, » murmura-t-il.

Si c’était le commandant en second Jörgen, ils seraient probablement un peu plus lâches en formation lors de leur retraite, pour attirer l’ennemi.

S’il s’agissait de l’assistant du second, Skáviðr, l’arrière-garde lancerait une vicieuse frappe de représailles en se retirant, pour arrêter la poursuite de son armée.

Selon cette logique, cette retraite rapide et complète sans aucune perte d’énergie devait être l’ordre de cet homme aux cheveux blancs mouchetés, Olof.

Il n’était pas du genre à faire de l’esbroufe, mais il utilisait des tactiques solides. Il n’avait jamais remporté de grandes victoires, mais il n’avait jamais mené de batailles perdues.

« Et cela signifie qu’ils ont l’intention de s’enfermer à nouveau comme des tortues derrière cette forteresse de murs de wagons. Hmph ! Ne croyez pas que répéter le même truc signifie que ça va continuer à marcher sur moi. »

Hveðrungr avait craché ces mots avec un mépris sincère.

Cette formation du mur de wagons était vraiment une réelle menace pour les cavaliers armés du Clan de la Panthère. Cependant, même si c’était une excellente tactique, elle n’était plus nouvelle.

Au cours de l’hiver dernier, il y avait eu beaucoup de temps pour penser à des contre-mesures contre elle. D’abord, ce n’était pas comme si l’incroyable force brute de Steinþórr était le seul moyen dont disposait l’homme. Il l’avait juste utilisé parce que c’était le plus sûr de fonctionner.

La bouche de Hveðrungr s’était transformée en un rictus diabolique et il gloussa.

« Alors, je vais vous montrer quelques tours de passe-passe — quelque chose de digne du nom d’Alþiófr, le Bouffon des Mille Illusions. »

 

« Bon sang, aujourd’hui, j’ai perdu cinq ans sur la fin de ma vie. » Olof, le nouveau commandant en chef de l’armée du Clan du Loup, se frotta la main contre son estomac douloureux.

La zone tout autour de lui était occupée et bruyante, avec des soldats travaillant à installer les tentes du pavillon et les feux pour leur nouveau quartier général au sein de la formation de l’armée centrale.

Ils avaient repoussé la première vague de l’attaque furtive nocturne du Clan de la Panthère, et avaient déplacé leurs forces dans l’étroit passage montagneux menant au Fort de Gashina.

Soudain, le sol avait grondé du tonnerre des sabots d’innombrables chevaux.

« Ils sont déjà là !? » cria Olof, avec la force d’une malédiction.

Ils n’avaient littéralement pas eu le temps de se reposer.

D’après ce qu’il avait entendu de ses frères jurés, Yuuto avait toujours eu l’habitude de dire : « La vitesse est l’essence de la guerre ». Il semblerait que le Clan de la Panthère était vraiment l’incarnation de ce dicton.

C’était un adversaire terrible à affronter pour cette raison. Même un léger retard dans la prise de décision signifiait un retard dans la réaction.

« Mais nous avons réussi à nous ressaisir. Maintenant, nous allons les renvoyer chez eux ! »

Olof sourit en regardant le mur défensif de wagons plaqués de fer alignés à l’entrée du col de la montagne. Ce mur de fer avait repoussé les assauts féroces du Clan de la Panthère de nombreuses fois maintenant.

Bien qu’il ait été pris complètement par surprise lors de l’attaque précédente, Olof avait réussi, en si peu de temps, à former son armée de manière défensive et à la préparer à contrer l’ennemi. C’était un témoignage de son extraordinaire niveau de compétence. Un général moyen aurait déjà été dépassé par les événements et aurait laissé ses rangs s’effondrer et se disperser. Mais pas Olof.

Cette organisation rapide des troupes était l’œuvre de celui qui était respecté dans tout le clan comme un grand général.

« Très bien, arbalétriers, prêts ! Nous allons les remplir de trous… »

Tout à coup, une série de cris et de hurlements s’élevèrent des chariots, certains en colère, d’autres surpris. Il y avait le bruit des armes qui s’entrechoquaient.

« Gwaagh ! »

« Gyaah ! »

« Espèces de salauds, qu’est-ce que vous… !? »

« Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui se passe !? » cria Olof en colère.

Mais non, Olof savait déjà ce qui se passait, c’était juste quelque chose de si indésirable que son esprit l’avait rejeté pendant une fraction de seconde.

C’était une mutinerie.

Au moment le plus important de la crise, les soldats du Clan du Loup qui se trouvaient sur la ligne de défense du mur du wagon se battaient entre eux.

Ils n’étaient pas si nombreux que ça, mais le fait qu’ils étaient inattendus avait fait son effet, et en quelques instants, une section du mur du wagon avait été envahie.

Bien sûr, en raison de la grande différence de nombre, la prise de contrôle ne pouvait durer qu’un court moment. Cependant, cette brève période était tout ce dont ils avaient besoin.

Les soldats mutinés avaient rapidement poussé leurs chariots vers l’extérieur de la ligne de formation, l’un après l’autre.

Les wagons spéciaux utilisés dans la formation du mur de wagons avaient été modifiés pour que la formation connectée puisse résister aux impacts et à la pression de l’extérieur, mais on ne s’attendait pas à ce qu’ils aient à résister à une poussée de l’intérieur de la formation.

Une brèche était apparue dans la formation, et le Clan de la Panthère s’y était frayé un chemin, comme s’il avait attendu cette occasion.

C’est comme s’ils savaient dès le départ qu’une partie de la formation allait se désagréger !

Hveðrungr, du haut de son cheval, riait à gorge déployée en abattant les soldats du Clan du Loup qui l’entouraient. « Muah ha ha ! On dirait que les murs faits pour protéger de l’extérieur sont fragiles aux attaques de l’intérieur ! »

C’était la stratégie secrète anti-mur de wagons qu’il avait cachée.

Afin de préserver l’honneur des soldats du Clan du Loup, il convient de noter qu’aucun d’entre eux n’avait, en fait, trahi son clan. Chacun d’entre eux était loyal et dévoué à Yuuto.

Ce qui avait brisé le mur du wagon de l’intérieur était en fait des soldats du Clan de la Panthère, déguisés en soldats du Clan du Loup.

L’ancien commandant en second du Clan du Loup, Loptr, connaissait parfaitement les vêtements, les coutumes et le dialecte du Clan du Loup. Anticipant ce genre de situation, il avait préparé un groupe de soldats déguisés.

Bien sûr, se déguiser complètement en soldat ennemi était incroyablement difficile, mais c’était au milieu de la nuit. Lorsque le Clan du Loup était encore en désordre plus tôt, il avait été facile pour ses infiltrés de se mêler à la confusion.

Avec cela, la majorité de la bataille avait été décidée.

Si le très prudent et minutieux Yuuto avait encore été aux commandes, il aurait eu une deuxième tactique de secours pour le cas où le mur de défense du wagon serait percé, et une troisième tactique de secours après cela. Mais après avoir lutté pour rassembler l’armée au milieu d’une telle urgence, il serait peut-être cruel d’attendre autant d’Olof.

Malgré cela, Olof avait fait de son mieux pour rallier les troupes et ramener le momentum de la bataille en sa faveur, mais en moins d’une heure, les défenses du Clan du Loup avaient été envahies par les puissantes charges du Clan de la Panthère…

… et leur armée s’était effondrée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire