Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 6

« Hoh ! » Avec une forte expiration pour concentrer son esprit, Hveðrungr relâcha les doigts de la corde de son arc.

En même temps, les deux flèches libérées simultanément volèrent chacune sur leur propre trajectoire, perçant la gorge et la poitrine d’un soldat du Clan du Loup comme si elles avaient été aspirées par leur cible.

Il s’agissait de la technique très prisée de Váli, le général du Clan de la Panthère qui était mort pendant la bataille plus tôt ce jour-là.

La rune Alþiófr de Hveðrungr, le Bouffon des Mille Illusions, lui conférait le pouvoir de voler n’importe quelle technique pour lui-même.

Que ce soit une technique de combat ou la technique de création de quelque chose, ou même des techniques magiques compliquées comme les sorts de seiðr, cela fonctionnait.

« … et provoque ainsi le chaos de la calamité… » Hveðrungr termina de tisser l’énergie magique, la libérant en même temps que les paroles de pouvoir.

Instantanément, les cavaliers du Clan de la Panthère derrière lui avaient vu leurs corps engloutis dans une lumière phosphorescente étrange, et leurs expressions avaient changé.

Fimbulvetr. Ce sort seiðr avait le pouvoir de briser tous les liens et toutes les contraintes, et c’était le même sort que Sigyn, la Sorcière de Miðgarðr, avait utilisé pour bannir Yuuto vers le royaume céleste dont il était originaire.

Il avait pour effet de supprimer les liens de la peur naturelle dans le cœur de ses hommes et de libérer leur nature bestiale intérieure des contraintes de la pensée rationnelle.

Sigyn avait déjà utilisé le sort pour ces effets auparavant, et donc Hveðrungr n’avait qu’à l’imiter.

Comme prévu, sa puissance ne pouvait pas égaler l’effet produit par Sigyn elle-même, mais elle était tout de même plus qu’efficace.

Sa cavalerie fut complètement convertie en berserkers, et les soldats se déversèrent dans la formation de troupes du Clan du Loup comme une avalanche.

« Rrraaaaaghh ! »

« Tuez, tuez, tuez ! »

« Revanche ! Vengeance pour mes camarades ! »

Pour les soldats du Clan du Loup, déjà décalés et harcelés par l’attaque soudaine, ce tourbillon de rage féroce qui les chargeait était plus que suffisant pour les plonger dans une panique encore plus grande.

« Uwaaah ! »

« Eeek ! »

« E-Épargnez moi, s’il vous plaît ! »

En quelques instants, les soldats du Clan du Loup tombèrent dans un état de terreur confuse, et certains d’entre eux commencèrent à crier et à supplier pathétiquement pour leur vie. Ils n’étaient plus en mesure de se battre sérieusement.

Et les berserkers du Clan de la Panthère, leurs bêtes intérieures déchaînées, avaient commencé à tuer leurs proies avec une joie sauvage.

Alors qu’il semblait que la bataille serait un massacre unilatéral…

« Assez ! Je ne permettrai pas que votre boucherie continue ! »

Un éclat de lumière argentée avait coupé deux arcs aigus à travers la nuit éclairée par la lune, et deux cavaliers étaient simultanément tombés de leurs montures en hurlant.

« Gwargh ! »

« Gyaaargh ! »

« Ohh, c’est Dame Sigrun ! » s’écria un soldat du Clan du Loup.

« Lady Sigrun est arrivée ! Et elle a apporté l’Unité Múspell ! »

« Nous sommes sauvés ! »

Les soldats du Clan du Loup avaient haussé la voix et avaient applaudi dès qu’ils avaient aperçu la jeune fille aux cheveux argentés.

Bien qu’au premier coup d’œil elle puisse paraître mince, voire délicate, cette fille était actuellement la guerrière la plus distinguée de l’armée du Clan du Loup, une légende vivante parmi les troupes.

Leur foi en elle était si grande qu’il y en avait même parmi les soldats qui murmuraient qu’elle avait peut-être été envoyée des cieux pour protéger leur chef Suoh-Yuuto, l’enfant de la victoire, Gleipsieg.

En regardant les soldats du Clan du Loup retrouver leur volonté de se battre, Hveðrungr fit claquer sa langue avec mépris. « Tch, quelle célébrité tu es ! »

À l’époque où il avait été le commandant en second du Clan du Loup, la beauté froide de Sigrun associée à sa personnalité franche et sans pitié l’avait fait craindre des autres, mais certainement pas aimer d’eux.

D’aussi loin qu’il se souvienne, la seule personne qui s’était entendue avec cette fille était sa propre petite sœur Félicia. Et maintenant, cette fille était le centre de tels regards d’admiration.

Les choses avaient certainement une façon de changer.

« On dit que la plus grosse prise est celle qui s’est échappée…, » dit Hveðrungr à haute voix.

Dans son ancienne vie, il avait été très amical avec Sigrun et lui avait accordé une attention particulière, pensant qu’elle pourrait faire un pion utile pour lui. Il pouvait voir maintenant que sa croissance avait dépassé toutes ses attentes.

Il aurait aimé pouvoir la recruter à ses côtés, mais la loyauté inégalée du « plus fort loup argenté » du Clan du Loup, le Mánagarmr, était bien connue dans tout Yggdrasil occidental. Il était certain qu’elle ne se laisserait pas influencer.

Avec un cri fougueux, la louve aux cheveux argentés s’était retournée et s’était dirigée vers lui.

« Ce masque ! » cria Sigrun. « Je vous reconnais. Vous êtes le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr ! J’aurai votre tête ! »

Au milieu de la bataille nocturne chaotique, elle avait réussi à distinguer la silhouette de Hveðrungr parmi les autres cavaliers, un exploit impressionnant.

Elle avait toujours eu le nez fin quand il s’agissait de ce genre de choses. C’était probablement une des raisons pour lesquelles elle avait un incroyable palmarès dans le Clan du Loup.

« C’est vraiment dommage. » Hveðrungr jeta son arc et prépara sa lance pour répondre à l’attaque de Sigrun par la sienne. « Une graine pour qui j’ai passé tant de temps à arroser, et maintenant, je dois la déraciner de mes propres mains ! »

Avec Yuuto parti, elle était clairement le plus grand pilier de soutien spirituel pour le Clan du Loup.

En renversant cette affirmation, s’il pouvait la tuer ici, il pourrait porter un coup choquant au cœur de chaque soldat de l’armée du Clan du Loup.

« Haah ! »

« Rragh ! »

Leurs cris de guerre avaient retenti alors que les deux lances se rencontraient et s’affrontaient.

Chacun d’entre eux avait mis toute sa force dans la première attaque… et celui qui avait perdu ce concours de force était Hveðrungr.

« Voilà ! » Voyant une opportunité dans sa victoire dans cet affrontement, Sigrun s’était rapidement avancée avec une attaque de suivi.

« Ha ! » Sans faiblir, Hveðrungr inclina légèrement son cou, déplaçant sa tête hors du chemin avec facilité. Il répondit alors par sa propre attaque.

Sigrun put la bloquer, mais Hveðrungr avait enchaîné une deuxième, puis une troisième frappe dans une succession rapide.

« Kuh ! Hah ! Gah ! »

Sigrun s’était retrouvée complètement sur la défensive.

Bien sûr, elle était le plus fort combattant du Clan du Loup, le Mánagarmr. Elle avait donc visé les intervals étroits entre les attaques furieuses de Hveðrungr, et avait essayé de le contrer.

Cependant, Hveðrungr avait lu ses mouvements initiaux à chaque fois, et avait attaqué pour briser ses mouvements avant qu’elle ne puisse les terminer, l’empêchant d’avoir la moindre occasion pour lancer une attaque de son côté.

« Il… lit complètement mes mouvements !? » Sigrun avait senti un frisson la parcourir.

« Heh heh heh. » Hveðrungr sourit avec une confiance absolue.

Cette fille, il l’avait entraînée personnellement, avec Félicia, depuis qu’elle était petite. Par rapport à la dernière fois qu’il l’avait entraînée, elle avait bien sûr grandi physiquement, et ses attaques étaient à la fois beaucoup plus rapides et plus lourdes, sa technique plus raffinée. Cependant, l’idiosyncrasie, la « bizarrerie » unique de son style de combat, n’avait pas du tout changé.

Peut-être qu’à cause des épreuves intenses qu’elle avait traversées pendant ces trois années, cette bizarrerie ressortait beaucoup moins, et il serait plus difficile pour un adversaire de la repérer. Mais elle n’avait pas été complètement effacée.

Et pour Hveðrungr, comprendre cette légère bizarrerie restante était suffisant pour qu’il puisse voir à travers ses mouvements et prédire ses actions.

Et de plus… dans cet échange de coups entre eux, il était devenu certain d’une chose :

Elle ne se battait pas au mieux de sa forme.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » se moque-t-il. « Tes mouvements sont distraits. Ne me dis pas : je parie que la “fleur de glace” du Clan du Loup a fondu dans une flaque de ses propres larmes maintenant que son père bien-aimé est parti. »

« Espèce de… bâtard ! » Sigrun avait hurlé de colère.

Cette colère semblait ajouter encore plus de force aux attaques de sa lance.

Cependant…

« Quelle naïve ! »Hveðrungr avait utilisé la poignée de sa lance pour parer les coups de colère de Sigrun, et en ajoutant de la force au bon moment, il l’avait fait « glisser » sur le côté.

Sigrun avait été déséquilibrée alors que l’élan de sa lance était envoyé dans une direction inattendue.

Hveðrungr n’avait pas perdu l’occasion, et avait fait tournoyer la lame de sa lance vers elle depuis le haut.

« Khh ! » Sigrun avait réussi à bloquer cette attaque, mais son expression était emplie de choc.

Hveðrungr connaissait exactement la raison de ce choc.

C’était à cause de la « Technique du Saule » qu’il venait d’utiliser sur elle.

La Technique du Saule était une technique de combat habile développée et utilisée par Skáviðr, le précédent Mánagarmr. Il serait bien sûr choquant de voir quelqu’un d’un autre clan utiliser la spécialité de Skáviðr.

« Heh heh ! Alors, que penses-tu de ça ? ᛈᚻᚨᚾᛏᛟᛞ ! » Hveðrungr chanta une mélodie étrange, en désaccord avec un champ de bataille, alors qu’il donnait son prochain coup de lance.

« Ah ! » Sigrun avait haleté, les yeux écarquillés.

C’était une réaction naturelle. La pointe de la lance de son adversaire était soudainement devenue floue et changeante, et dans un duel à distance, cela représentait une menace terrible.

Malgré cela, elle avait réussi à discerner la véritable pointe de la lance et à la dévier, comme on pouvait s’y attendre de la part de celle qui porte actuellement le titre de Mánagarmr.

Cependant, il semblerait que l’expérience lui ait encore glacé le sang.

« Tu as utilisé le galdr “Mirage”… !? » Le visage de Sigrun était tordu par le choc, sa voix était tendue.

La bouche de Hveðrungr se tordit en un sourire triomphant et jubilatoire. « Et je peux aussi faire ça. »

Il s’était lancé dans une attaque puissante, par-dessus l’épaule, en position haute.

L’attaque elle-même n’avait rien d’extraordinaire, juste un fort mouvement diagonal vers le bas.

« Quoi ? » Pour la troisième fois dans ce combat, le visage de Sigrun était en état de choc.

Pour quelqu’un d’aussi expérimenté dans les arts martiaux qu’elle, il devait être facile de dire qui cette attaque imitait. En effet, c’était Sigrun elle-même, une réplique parfaite de son attaque.

Ensuite, Hveðrungr avait attaqué avec le style de combat de Jörgen, le commandant en second du Clan du Loup. Puis il avait utilisé une attaque de Mundilfäri, le guerrier maintenant mort du Clan de la Griffe.

« Khh ! Hah ! Guh ! »

Les attaques de Hveðrungr ne cessaient d’arriver, toujours changeantes, à la hauteur de l’homonyme de sa rune Alþiófr, le Bouffon des Mille Illusions. Sigrun avait été complètement poussée dans un combat défensif.

À chaque coup, Hveðrungr attaquait comme une personne différente. Sans aucun doute, elle avait du mal à le gérer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire